08 novembre 2007

Quand Mamina traîne à l'apéro...

Imgp4173

Retour de vacances, plein de choses à raconter, c'est déjà fait en partie, mais Mamina, elle a envie de prendre son temps à l'apéritif. Un moment sympa, l'apéro! Pour discuter et surtout se mettre en appétit. Traditionnellement, dans la France profonde, y compris celle qui ne fait pas de vélo au stade, c'est cacahouètes-pastaga. A bien y regarder, l'accord n'est d'ailleurs pas faramineux. Le sel de la cacahouète se noie dans l'anis, le réglisse du pastis se mélange au gras de l'arachide, ce qui fait que, d'une manière générale, au bout de 5 ou 6 Ricard, les cahouètes, on ne les digère plus. Si l'on n'a pas le soleil, la mer et l'assent marseillais à proposer en même temps, ça peut devenir carrément gerbatif, comme un 11 novembre arrosé effectué au pas de charge par une bande de notables empressés!

Laissons donc le p'tit jaune sur la Canebière et privilégions l'apéro berrichon maminesque, beaucoup plus classieux.

Idée de menu

Ce 19ème menu hebdomadaire de Mamina, la Fanny italo-berrichonne grâce à qui perdre à la pétanque est un ravissement, sera donc l'occasion de prendre son temps avant le repas proprement dit, en grignotant quelques  AILES DE POULET A L'AIGRE-DOUX et en croquant dans de délicieux CANNELES TRES ITALIENS, très relevés, piquants et au goût fumé. Tandis que l'on papotera gentiment entre gens bien élevés, on sifflera nonchalamment, entre deux ailerons et un cannelé, une gorgée d'Ayse, cuvée Les Alpes 2005 de Dominique Belluard , le vin idéal pour ces petits en-cas relevés, qui saura s'allier à l'aigre-doux comme aux épices et à la scamorza fumée.

Imgp4270Imgp4271

Vu d'en bas, ce gringet, cépage méconnu s'il en est, cousin assez proche du savagnin jurassien, possède beaucoup de minéralité, une grande droiture et une belle ossature acide qui fait saliver. 2005 est un millésime plutôt riche mais qui sait garder, du fait des caractéristiques du cépage, une belle fraîcheur acidulée. Les ailerons de poulet en frétillent d'aise!

12€ aux Jardins de Saint-Vincent.

L'appétit venant en mangeant, il va falloir attaquer le plat de résistance, des TOURNEDOS CROUSTILLANTS DE THON ROUGE A L'ECUME DE CELERI, et, par là même, ouvrir une deuxième bouteille. Si l'on n'a pas de Thunnus thynnus sous la main, pour cause d'épuisement de la ressource, et que l'on envisage une variante avec du saumon bien élevé, on peut rester sur le même vin. Si l'oncle pacifique des Amériques est venu en vacances sur le vieux continent, amenant du Thunnus orientalis dans ses bagages, on pourra alors ouvrir un rouge croquant et friand, aux tanins mûrs et accrocheurs, avec un soupçon d'amertume finale. Vous en voulez, en voilà 2005, Vin de pays des coteaux de Brian, du domaine du Gravillas, est de cette trempe, le type parfait du rouge destiné à accompagner un pavé de thon bien saignant. 5 cépages (syrah, cabernet sauvignon, mourvèdre, carignan et counoise) pour un vin qui maintient les 5 sens en éveil !

Imgp4272

Moins de 10€ à l'Espace-Vins de Saint-Chinian.

Et pour le dessert, il va falloir tenir compte de la météo, gourmande ou pas, pour s'autoriser du plaisir (contrairement au dicton) avec un Nuage acidulé sur Gênes, un petit clin d'oeil italien de la Belge Moony. Pourquoi pas avec un petit verre de Douce Providence du même domaine du Gravillas, un muscat mutin non muté, tout en fraîcheur et gourmandise?


Olif
 

Commentaires

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Dominique Belluard utilise de gros suppositoires.

Écrit par : Serge | 09 novembre 2007

Monsieur Mamina avait déjà repéré ton vin lors de sa parution sur ton billet de janvier. Je sens que ma famille savoyarde va être mise à contribution pour me trouver ça!

Écrit par : mamina | 09 novembre 2007

Tiens, le vin avec l'étiquette bleu et blanc..j'aurai pensée à un merlot Tessinois!
...il me manque.

Écrit par : lory | 09 novembre 2007

Écrire un commentaire