28 février 2009

Quand Mamina est au régime...

...ben voilà ce qui arrive! 40 tonnes à la benne à ordures! Un beau gâchis, moi, je dis!

Chasseron_004

Sauvons les pêcheurs de Saint-Jacques, et tant pis pour le petit tailleur rose trop juste de Mamina!

Bientôt 10 jours sans une seule recette de Saint-Jacques sur Mamina.fr, c'est la disette! De qui se moque-t-on?

Pour que Mamina puisse continuer à sauver les pêcheurs normands et bretons de la crise, un seul geste! Envoyez-vos dons de coquilles (pleines!) à

Mamina.fr
Cathédrale restante
18000 BOURGES


Par solidarité avec les pêcheurs normands et bretons, j'envisage même d'en manger aussi demain midi. Sans être allé fouiller les poubelles normandes.

 

Olif

 

05 juin 2008

"Venise, vidi, vici": les aventures de Mamina dans le lagon vénitien

25e3e32636e53bdf4b91ed3cd6d220e7

"Ave, Mamina, buvatori te salutant". Ainsi saluaient les gladia(ma)teurs de vin, de façon rituelle, avant de descendre dans l'arène de la Blogomiam, une fois par semaine quinzaine mois, faire découvrir à un public assoiffé et ébahi les bouteilles qu'il fallait avoir débouché, sous peine d'être définitivement un has-been œnophile. Par la force des choses, le rythme mensuel pourrait devenir la règle, voire plus en cas de cycle irrégulier. Une menstruation vinique, dédiée à la plus romaine des blogomiameuses, j'ai nommé Mamina, la louve de Bourges (je crois bien que je l'ai déjà faite, celle-là!), qui ne perd pas une occasion de partir à la conquête de la botte d'Italie.


"Mamina
a vu Venise et elle a bien vécu!" Venise: ses gondoles, ses vongoles, ses "Pigeon vole", leur "guano-camole", ses canaux et ses ponts. Gros soupir! Comme elle y puise son inspiration depuis plusieurs jours semaines déjà, nul doute que ce nouveau billet collaboratif était censé faire diversion. Raté!

Dans ce 33ème menu, rien de vénitien, néanmoins. On débute par une BARIGOULE D'ARTICHAUTS ET CREVETTES UN PEU EPICEES , suivie de LANGOUSTINES RÔTIES AU CELERI PARFUME AU MACIS, RIZ NOIR ET MOULES DE BOUCHOT. En dessert, point de crustacés, c'est assez. Mais des CREMES TOSCANES A LA FRAMBOISE.

IMGP5164 (1)

Que boire avec tout ça? Vite! La réponse, puisque la question brûle les lèvres de tout le monde. Un blanc évidement, mais pas vénitien, car je n'en ai pas en cave. Languedocien, oui, un beau blanc du Sud, travaillé sur la fraicheur, finement grillé, tendu, minéral, aux délicieuses notes de fruits blancs et d'amande. Celui du Mas Jullien, millésime 2006 par exemple, en passe de devenir une véritable référence en la matière. L'apport d'une vigne de Carignan blanc a ajusté subtilement l'équilibre de manière très fine et agréable. Comme le souligne Olivier Jullien dans son billet annuel sur les vins du domaine, on n'est pas obligé d'en parler, on peut juste se contenter de le boire. Buvons, donc!

Olif

24 avril 2008

Dancing with Mamina

C'est le printemps, les jours s'allongent au fur et à mesure que les tenues raccourcissent. Une soudaine envie de légèreté s'empare de l'âme et du corps, tous deux empâtés par un hiver à rallonge.

Et si on dansait, et si on dansait?
Et si on dansait, et si on dansait?
...

nous sussuraient désespérément les Starlight en 1982. Qui s'en souvient, qui?

Vite, mon tutu à paillettes et mes claquettes!

Encore faut-il pouvoir les enfiler! Evidemment, je parle des tenues de danse, pas des Starlight! Houlà! Je suis fébrile comme un samedi soir en compagnie d'Olivia Newton-John.

Heureusement, Mamina, la cuisinière-étoile des cantines berrichonnes, nous a concocté un 32ème menu minceur dont l'objectif sera bel et bien de soulager les parquets des dancefloors de tout l'hexagone cet été.

En entrée, une CRÈME DE PETITS POIS ET SA GLACE A L'OIGNON, suivie de FILETS DE ROUGETS EN ECUME DE CITRON, et, pour terminer, le GÂTEAU DE LA DANSEUSE AU CHOCOLAT ET AUX NOISETTES, tellement léger que quand tu en manges, tu maigris un petit peu. Alors faut pas se gêner pour en reprendre deux fois!

Pour rester dans le ton, avec tout ça, il nous faut un vin aérien, mais un vin qui ait du Kharaktêr!

Imgp4926_1

Kharaktêr,  Appellation Jasnières, millésime 2005, de Nathalie et Christian Chaussard, vignerons aux Nérons, du Domaine Le Briseau. Un vin de chenin riche, mais droit et gracile, tendu et aérien, avec un chouïa de sucre résiduel. Léger, pas trop marqué, l'équilibre restant dans un registre plutôt sec, juste ce qu'il faut pour s'allier à merveille à la glace à l'oignon puis à l'écume de citron. Et puis s'il en reste pour la danseuse...

Imgp4927

Olif

10 avril 2008

Quand Mamina déclenche le plan blanc berrichon...

24123291_p

... il faut se réchauffer de l'intérieur!

- "Pensez, ma bonne dame, tout juste s'il n'a pas fallu mettre les chaînes pour monter à la cathédrale! Et ce chasse-neige qui ne passe pas! Aurai-je le temps de faire mon marché avant midi?"

Bon, il est vrai que depuis mon Haut-Doubs quasi-natal, on relativise un peu plus! -8°C et 60 cm de neige le week-end de Pâques, à peine le temps de se prendre un rayon de soleil la semaine d'après et voilà qu'on est reparti pour une neige hivernale avec un petit 0°C comme température journalière maximale. Contraint et quasiment forcé de rechausser les skis pour cause de besoin de grand air! A défaut d'une petite fondue en rentrant, je vais opter pour le 31ème menu maminesque. Un avant-goût de Printemps de Bourges, qui effacera les turpitudes d'un mois d'avril hivernal. Qui, si ma mémoire est bonne, succède à un mois d'avril 2007 estival. Promis! L'année prochaine, avril sera printanier et on essaiera de ne pas se découvrir d'un fil pour de bon.

On se fait la bouche avec une petite entrée de saison, un FEUILLETE CROQUANT D'ASPERGES AUX LANGOUSTINES ROTIES avant de s'attaquer à un plat principal reconstituant, une bonne petite viande cuite juste à point, un BŒUF PRESQUE CRU PARFUME, en l'hommage duquel, respectueusement, on évitera de s'asperger de parfum, aussi cher soit-il. Et pour clôturer ce repas de fête, un dernier coup de chapeau au temps qu'il fait, un mix d'hiver et de printemps, un BLANC-MANGER AUX FRAISES.

Avec les asperges, on ne va pas refaire le coup du Muscat, parce que bon, même si c'est sympa, il n'y en a pas des tonnes à la cave. Il va falloir improviser, avec l'aide de feu Tonton Henri!

Dans sa cave il cherchait une bouteille
Pour accompagner l'entrée
Une typesse nommé Mamina
Poursuivait le pauvre Olif
Elle le coinça près d'la buanderie
Et très méchamment lui dit :
"Si tu m'trouves pas un vin pour les asperges
Je vais t'couper la ve..."
...euh, non, pas ça?
- Et alors ?
Ben, elle le ficela
- Et alors ?
Elle le mit sous la scie
- Et alors ? Et alors ?

Eh, eh, Oro est arrivé
Sans s'presser
Le grand Oro, le beau Oro
Avec sa robe dorée et son étiquette rose

Imgp4887_1 

Oro 1996, de Marlène Soria, domaine de Peyre Rose, un vin qui s'est déjà fait attendre, qui pourra encore patienter en cave, mais qui ravit déjà le palais. Sa puissance et son caractère très légèrement oxydatif devraient passer sans problème l'obstacle des asperges ou alors, comme dans la chanson, je me coupe la v..., euh! non, pas ça finalement!

41€ chez Lolo Baraou. Ce n'est pas donné, mais c'est le tarif pour du Peyre Rose. Et puis, près de 10 ans d'élevage en fût, ce n'est pas rien non plus!

Avec la petite viande, délicatement parfumée, quasiment rafraîchissante, banco pour un vin au diapason.  Laaaaaaa..., euh! non, Piiiiiiiii...!

Imgp4889_1

π Note 2006 du domaine de l'Ocre Rouge, dans le Gard, un Pinot noir taillé dans la fraicheur, sur des notes de menthol et d'eucalyptus. Sans verdeur. Juste cette sensation d'équilibre tendu et de droiture caractérisant plutôt les vins septentrionaux. Le boeuf s'est vite trouvé au parfum, qui l'eût presque cru?

8 € à la Cave des Papilles, rue Daguerre, dans le XIVème. C'est cadeau!

Et puis, pas de blanc-boire pour le blanc-manger. Point final.

Olif

27 mars 2008

Quand Mamina fait ses Pâques...

... planquez-vous les petits lapins!

Imgp4841_1

"Ce matin un lapin
A rencontré Mamina
C'était un lapin que
C'est un lapin de Pâques
Ce matin un lapin
A rencontré Mamina
C'était un lapin qui
Aimait la moutarde."

Au secours, les petits enfants! Mamina, la cousine berrichonne de Bécassine, a passé à la casserole le petit Lapin de Pâques qui venait tout juste de vous apporter vos petits oeufs! Hou! la vilaine!

Mais on s'est quand même bien régalés!

Pour ce 30ème menu collaboratif, la cheftaine nous propose donc des ASPERGES VERTES, CREME A L'HUILE DE TRUFFE, ACIDITE DE TOMATES ET CROQUANT DE PARMESAN, suivies par des FILETS DE LAPIN A LA MOUTARDE PANES AUX ARACHIDES  et des PETITES COCOTTES DE CHOCOLAT AU LAIT AU THE EARL GREY pour terminer.

Pâques oblige, ce ne sera pas un, ce ne sera pas deux, ce ne sera pas deux et demi mais bel et bien trois vins qui vous seront proposés pour accompagner ce menu. Avec les asperges, forcément un Muscat sec, un vin que l'on dirait inventé pour accompagner ces grandes tiges avec lesquelles on ne saurait pas quoi boire sinon. Les asperges, un légume que l'on dirait par ailleurs inventé pour accompagner le Muscat sec avec lequel on ne saurait pas quoi manger sinon. Une association complémentaire, irréfragable et dirimante.

Imgp4840

Le 2006 du domaine Sol-Payré en Roussillon conviendra parfaitement. Fruité, sec, gourmand, muscaté (c'est la moindre), il appelle l'asperge, la truffe, la tomate acide et le parmesan qui croque. Une véritable aubaine d'en avoir dans ma cave!

Imgp4830

Le sacrifice du Petit Lapin de Pâques dans un champ de moutarde ne sera pas vain. On le vengera à grands coups de Gramière, un Côtes du Rhône de rêve, honteusement déclassé en 2006. Majoritairement grenache, il croque et fond en bouche de manière scandaleusement exquise. Puisque c'est ça, on en reparlera demain dans le cadre des 12èmes VDV. 8,5€ chez le caviste-voyageur, s'il n'a pas déjà tout Bû!

Imgp4839_1

Avec le dessert aux saveurs d'Earl Grey, A propos d'îles 2000, de Christophe Abbet. C'est comme du thé, mais sans théine. Petite arvine et marsanne flétries, embouteillées sur la fraîcheur et des notes de cake au raisin et de thé Earl Grey. Juste ce qu'il nous fallait. Une véritable île flottante, un petit morceau du Valais photographié sur la neige du Jura un jour de Pâques. Sans trucage aucun, évidemment, comme toutes les autres photos de ce billet.

Mamina, les petits Lapins de Pâques ne lui disent pas merci! Mais je propose quand même une standing ovation! Tout le monde se lève pour Mamina! Oui, même toi, Jean-Jacques! Allez, debout, Jean-Jacques, debout!

Une dernière petite chanson pour terminer, avec la toujours ineffable Chantal Goyave qui fait swinguer le délicieux vin choisi pour enterrer la vie de garçon du petit Lapin de Pâques:

"Voulez-vous danser, Gramière
Voulez-vous chanter, Gramière
..."

Olif

13 mars 2008

Quand Mamina se dévergonde...

La chair a beau être faible, il était temps que Mamina nous propose enfin une petite viande pour ce 29ème menu selon les organisateurs, 27ème menu selon la Police.

Pour cela, il a fallu qu'elle aille loucher sur l'entrejambe de Messire Estèbe. Loin de moi l'idée de crier sur les toits que ce dernier a (avait?) des attributs bovins, mais sa queue de bœuf mijotée quatre plombes au Banyuls a littéralement conquis toute la blogomiam féminine qui ne rêve que de s'abandonner dans la casserole du Maître-queue.

Auparavant, en entrée, il aura fallu effeuiller une BETTERAVE AUX ECHALOTES CONFITES, POMMES CROQUANTES, RICOTTA ET CURRY LEGER sur laquelle je vais faire l'impasse, ou alors juste garder les échalotes et faire don de ma bête rave à la science. Pour me consoler, je prendrai le dessert, une petite SOUPE D'AGRUMES A LA GELEE DE ROMARIN. Appétissant, mais j'ai beau chercher la contrepèterie, je ne la trouve pas.

Imgp4816

Pour donner la réplique au plat roboratif et caudal mitonné par l'ami Estèbe, il s'agissait de trouver un bestiau à la hauteur, son opposé textuel, un vin tout en c...lles. 100% grenache (un VDV 12 avant l'heure!), issu d'une Terre Inconnue, pourtant bien connue des amateurs de sensation forte: Los Abuelos 2000, en hommage aux Grands-Parents de Robert Creus, venus d'Espagne. Un vin à boire, encore plein de fougue, mais dont les tanins sont désormais bien fondus. Un profil de dompteur, à réserver aux bêtes sauvages et aux mets costauds en goût.

Après la petite soupe, une dernière petite gâterie puis au lit. Et s'il n'y a pas de soupe, tant pis!

Olif

28 février 2008

Quand Mamina a mal Obidos!

Retour du Portugal difficile, pour Mamina et ses valises en carton, le coeur serré et l'estomac encore noué par les adieux déchirants à ce pays très accueillant, sans parler de l'abus de desserts chocolatés en tous genres, ni même de celui de vins de Porto pour faire glisser tout ce chocolat.

Retour à la maison ... et à la raison, donc. Alors, pour ce 28ème menu en commun, ce sera salade, fromage, quelques crevettes et une tranche d'ananas. Frugal mais réconfortant. Et bon, évidemment, parce qu'un tout petit peu d'accommodement quand même, sinon ce ne serait plus du made in Mamina. Et puis après, 50 km en vélo dans les rues de Bourges pour éliminer tout ce chocolat! Que cela n'empêche pas de remplir la gourde et le bidon avec un petit remontant.

Fromage, crevettes, miel, graines de moutarde, sans parler de la montée vers la Cathédrale juste après, il faut du désaltérant, mais un brin relevé, avec de la tenue, pour affronter tout ça. Et si on trouvait notre bonheur en Suisse, une fois, pour voir?

Imgp4488

Petite Arvine 2002 de l'ami Jean-Claude Favre, à Chamoson. Sélection excelsus, c'est à dire élevée, et vin nickel, résistant parfaitement aux années. Toujours de la fraicheur et des notes d'agrumes, une jolie tension en bouche, un peu de volume et une finale agréablement minérale et saline. On peut raisonnablement passer le grand braquet après une ou deux rasades! Cathédra-a-a-a-le, nous voilà...!

Olif


12 février 2008

When Mamina is cooking for Valentine's Day...

Bettyfaittouslesmetiers24

Credit photo: Bettyboop passion

Saint-Valentin oblige, Mamina, la Betty Boop des fourneaux, roule des yeux enamourés pour son 27ème menu hebdomadaire, devenu bi depuis le début de l'année. Sans la moindre rancune suite à l'affectueux pastiche que je lui ai consacré la semaine dernière, elle va même jusqu'à me faire une véritable déclaration d'amour. Mais ne jetez pas la pierre à la femme cuisinière, comme aurait pu chanter l'ami Georges naguère, je suis derrière, et ne veux surtout pas risquer de marrir Monsieur Mamina. Il ne s'agit ni plus ni moins que de jouer la sérénade "made in Jura", ce qui forcément me comble, car que peut-on servir d'autre avec une NAGE DE CREVETTES AU CARAMEL, CITRONELLE ET GINGEMBRE suivie d'un POULET AU VIN JAUNE ET AUX MORILLES et d'un CLAFOUTIS AUX CERISES ET AUX PRALINES ROSES? Hein, que peut-on?

Alors, comme il va falloir séduire et prendre du plaisir, avant, en principe, de jouer une troisième mi-temps sous la couette, sortons le grand jeu et convoquons à la table le cépage le plus emblématique de la région, j'ai nommé le Savagnin. Et servons le dans tous ses états, avant de nous trouver dans tous les nôtres.

Imgp4646

Le savagnin, seul cépage au monde qui parle tout seul! Ecoutez-le monologuer, ce savagnin: "Ouillez-moi! Ouillez-moi! Il faut m'ouiller pendant longtemps pour toucher au sublime!" Ce 2001 du domaine Labet est resté en fût pendant 6 ans avant de voir le jour. 6 ans dans un tonneau régulièrement et consciencieusement rempli d'un précieux liquide pour éviter le contact du vin avec l'air. Un travail long et méticuleux, à l'opposé de celui réalisé pour élaborer du vin jaune, mais le résultat est également un vin riche et mûr, long, forcément, qui saura faire frétiller les crevettes au gingembre -mais peut-être pas qu'elles?- et les faire nager dans le bonheur -mais peut-être pas qu'elles non plus?-. On s'en servira fort judicieusement un doigt à l'occasion des préliminaires au gingembre.

Imgp3332

Avec la géline tourangelle en habit jurassien, puisons dans les archives de la cave et du blog pour déboucher, goulument et la bave aux lèvres, un antique millésime de Vin Jaune, expérimenté et à maturité, un Arbois 1969 du domaine de la Pinte par exemple, qui viendra nous titiller le bout de la langue pour nous conduire à l'extase.

Imgp3023

Et enfin, pour donner la réplique au petit coeur rempli de clafoutis, nul autre choix n'est envisageable que cette sublimissime Cuvée des Amoureuses 2003 de Michel Gahier, 100% Chardonnay sur la paille, une élégante manière de clôturer tout en douceur cet éblouissant repas avant de souffler les chandelles, baisser le son de la chaine Hi-Fi, qui distille un langoureux refrain de circonstance (voir ci-dessous) et s'éclipser à pas feutrés vers la chambre à coucher si l'on tient vraiment à son petit confort douillet. A noter qu'il sera très mal vu de débarrasser la table et charger le lave-vaisselle dès la fin du repas, il y a quand même des choses plus urgentes à régler au préalable.

Saint Valentin (La Chanson du Dimanche Bonus Intersaison)

Olif

P.S.: La Chanson du Dimanche (la pêche!), c'est le Dimanche sur MySpaceTV et c'est la pêche!

31 janvier 2008

Quand Mamina prend l'oseille et se thaï...

4608Un intitulé un peu tiré par les cheveux qui va nécessiter une petite explication de texte pour en apprécier tout le suc à sa juste valeur. Evidemment, cela fait référence à l'un des tout premiers films de Woody Allen, narrant sur un mode documentaire les aventures d'un braqueur maladroit qui ne cesse de se faire coffrer. Un excellent film, avec une scène mémorable de hold-up qui foire pour cause de faute d'orthographe, et un excellent menu, sans faute de goût, concocté par Mamina.

Pour ce 26ème menu hebdomadaire, il va donc falloir boulotter un GATEAU A L'OSEILLE ET A LA RICOTTA ET SA CREME DE PARMESAN, un PORC AUX EPICES THAÏES AU CELERI ET AUX POIRES RÔTIES et un BELLEVUE A LA RICOTTA .

Idée de menu

Comme Mamina, la Sailor Woman de la blogomiam, va proposer pour cette fois de remplacer l'oseille par l'épinard, et que les pinards, c'est justement mon rayon, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Enfin presque, puisqu'avec l'épinard, mon titre devient un peu bancal. Heureusement que le porc ne s'est pas taillé avec ses épices, j'aurais presque pu passer pour une poire!

Cette histoire d'épices et de poires, c'est cela qui va dicter le choix de la bouteille, finalement. Prêt à dégainer un Beaujolais de première bourre, gouleyant, croquant et épicé, du style Porc tout gai, pour arroser dignement le cochon, je le remballe aussi sec car il va nous falloir un blanc puissant, large d'épaules, dans un registre un peu oxydatif, pour accompagner les épices. Et pourquoi pas une Roussane 1998 du domaine Le Serre de Condorcet? Un nez riche, miellé, une bouche arrondie par un peu d'alcool, mais bien tendue en finale. Un vin conçu pour une poitrine de porc aux épices thaï et poires rôties, à n'en pas douter.

Condorcet_002

17€ le 2004 chez le caviste étonnant.

Avec le Bellevue à la ricotta, on craquera Pour un peu de tendresse, ce joli muscat moelleux 2005 du Clos du Gravillas, dont certaines bouteilles ont légèrement refermenté, ce qui donne un petit perlant tonique et rafraichissant, qui devrait faire un malheur sur le chocolat à la ricotta.

Imgp3030

10€, toujours chez le caviste étonnant.

"I'm Mamina, the Sailor Woman of the Blogomiam, tut tut!"

Mrspopeyeoliveclopeaubec

Olif

P.S.: j'ai lu dernièrement sur le blog qui propose du fromage que Mamina aimait "tous les fromages sauf la cancoillotte". Comment peut-on ne pas aimer la cancoillotte, hein? Comment peut-on?

17 janvier 2008

Quand Mamina rencontre la Madeleine

Créé par Lola Semonin, le personnage de la Madeleine Proust parcourt les routes de France depuis plus de 20 ans, emportant dans ses bagages un petit bout de Derrière les Gras qu'elle prend soin de remettre à sa place entre deux tournées. Emblématique du Haut-Doubs, elle en est la mémoire collective, faisant passer à la postérité bon nombre d'expressions du crû. Tout le monde ici connait la Madeleine. Elle habite le quartier, au coin de la rue, à deux pas de chez n'importe qui. Elle est à la culture mortuacienne ce que la saucisse est à sa gastronomie: sa pierre angulaire et son fondement. Et sans fondement, il n'y a pas d'amour possible, comme disait de manière angélique Pierre Desproges, toujours prêt quand il s'agissait de participer à une saucisse-partouze, de Francfort, de Strasbourg ou, évidemment, de Toulouse.

La "saucisse de Teaumor, si tu la piques, t'es mort!". Heureusement pour elle, Mamina, la Madeleine Proust berrichonne, a choisi, pour son 25ème menu hebdomadaire, de la couper et de la disposer en étoile au dessus d'un VELOUTE DE CERFEUIL TUBEREUX AU SAUCISSON DE MORTEAU. Il est à noter que contrairement au saucisson lyonnais à cuire, qui est en fait un cervelas, pistaché ou non, le saucisson de Morteau est une saucisse, quand ce n'est pas un Jésus, plus ventru. Dont acte. Après cette incursion dans la France profonde et tubéreuse, retour vers une légèreté transalpine et végétarienne, avec le meilleur des crumbles, à ce qu'il parait: un CRUMBLE DE COURGETTES ET DE CHAMPIGNONS AUX NOISETTES, où la ricotta remplace le beurre et les noisettes la viande. Un truc pour écureuil italien, quoi. Et pour ceux et celles qui ont encore envie de jouer à Screwy Squirrel, un GATEAU MOELLEUX PRALINE-NOISETTE AUX POIRES si facile à faire, si bon, si maminesque en fait.

Avec ce menu "détox", il faut nécessairement ouvrir un vin sans toxines ni additifs, histoire de ne pas en rajouter. Un truc qui gouleye et qui croque, qui fait plaisir à boire et qui purifie l'organisme. Buvez, éliminez! Tout à fait le portrait de El Nino, un assemblage de Grenache gris et de Carignan du Casot des Mailloles. Pourrait également tout à fait convenir pour un ragoût d'écureuil.

Imgp4525

Olif
 

06 décembre 2007

Quand Mamina boucle l'année en beauté...

... préparez les cotillons et les langues de belle-mère! Ce jeudi, c'est fête! Mamina met les grands plats dans des plats encore plus grands! On fête l'an neuf, qui en l'occurence sera l'an huit, avec un petit peu d'avance. Une générale avant la première du trente-et-un.

Menu de fête, qui me fait baver devant mon écran et sur mon clavier, alors forcément, en l'honneur de Mamina, la Tweety Bird de la Saint-Grosminet, ce sera vins de fête!

Idée de menu

Pour ce 22ème et dernier menu de l'année, on a droit au grand menu et à toute la carte des vins! Mais aussi quelques pistes pour guider le client, je ne vais pas rendre mon tablier aussi rapidement!

Avec l'amuse-bouche, une CREME DE FOIE GRAS AU CARAMEL DE BALSAMIQUE TOMATE, il va falloir se faire la bouche. Bulle ou pas bulle? Selon les cas, on sirotera un Champagne Brut Zero de Benoit Tarlant, tonique mais suffisamment vineux pour s'allier au foie gras ou alors un grand blanc bourguignon à choisir sur le cliché ci-dessous. Je pense que l'on pourra se contenter du Meursault En Luraule 2000 de Rémi Jobard...

Imgp3307Imgp4380

... et réserver le Corton blanc 2000 du domaine Maillard pour la SOUPE D’HUITRES A L’HUILE DE TRUFFES ET AUX CHAMPIGNONS. Corton et truffe, une histoire d'amour que l'huître ne parviendra pas à perturber! Le Charlemagne 1991 de Tollot-Beaut arrive trop tard, malheureusement pour lui! Il est un peu dépassé  par les évènements! Dépassé tout court, en fait.

Pour une fois que Mamina nous sert une "petite viande", il s'agit d'un RIS DE VEAU A LA CREME D'AIL ET SA POLENTA CROUSTILLANTE ! Je suis totalement fan du ris de me voir si veau en ce miroir, comme disait la Castafiore, et Mamina ne pouvait me faire plus plaisir, après le foie gras, l'huître et la truffe! Cela pourrait être l'occasion de sortir un rouge aux tanins souples et élégants, une belle bouteille à maturité et bien fondue, même si la crème d'ail vient légèrement compliquer l'accord! Je pense que c'est jouable, mais, par sécurité, on va proposer une rafale de grands crus bourguignons dans un millésime à point. Celui qui correspond le mieux au vin attendu, devrait être, à mon avis, le Clos des Lambrays 2000, d'une finesse et d'une élégance rares. Le neuvième en partant de la droite, celui qui a l'étiquette déchirée. A recommander! Mais sinon, faites votre choix!

Imgp4375

Et comme ce n'est pas encore fini, il va bien falloir accompagner la CREME AU CHOCOLAT ET MOUSSE D’AGRUMES (ou, à défaut, le CREMEUX-CROQUANT AU GINGEMBRE ) avec un verre de Chenin liquoreux. Un de ceux que l'on aura servis sur les fromages à pâte persillée, par exemple, prévus en supplément moyennant quelques €.


Imgp3263

Layon, Anjou, Coteaux de l'Aubance, Bonnezeaux, ..., il y a également le choix sur la carte, le vin idéal pour la mousse d'agrumes s'y trouve certainement! Richard Leroy, Philippe Delesvaux, Eddy Oosterlinck,..., que du du ligérien haut de gamme!

Dong! Dong! Dong! Dong! Il est minuit, les lumières scintillent. Smack! Smack! On se bise, on se roule une pelle avec la langue de belle-mère, ou on lui serre juste la main si pas d'affinités familiales. Bonne année, bonne santé et tout le tralala. Encore jamais fêté Nouvel an d'aussi bonne heure, c'est terrible ces émissions pré-enregistrées!

Voilà, il est l'heure de se quitter, à l'année prochaine si tout va bien, et surtout bon appétit et joyeuses fêtes de fin d'année!

Olif

P.S.: la soirée grands crus bourguignons, c'était il y a peu, à l'Auberge des Montagnards, un compte-rendu plus détaillé devrait voir le jour bientôt pour ceux que ça intéresse!

29 novembre 2007

Quand Mamina fait du couscous: et si c'était bon comme là-bas, dis?

Après une semaine de relâche pour cause de grève de la boîte mail de Mamina, (qui exige entre autres la semaine des 35 courriels et la retraite après 19 heures; à mon avis les négociations vont être âpres!), on pourrait croire que j'ai eu le temps de peaufiner tranquillement un petit billet introductif à la bouteille de la semaine. Que nenni! J'ai dû mettre les bouchées doubles pour finir dans les temps et m'immerger dans l'ambiance du menu. Alors, musique!

Idée de menu

...trabadja la moukère trabadja bono
trempe ton cul dans la soupière tu m'diras si c'est chaud
et si c'est chaud c'est qu'ça brûle si ça brûle c'est qu'c'est chaud
trabadja la moukère trabadja bono
Oh Oh vient dans ma guitoune
ah ah vient dans ma casba...

Dans la casba à Mamina, la Moukère des beaux quartiers berruyers, pour ce 21ème menu hebdomadaire, il y aura donc du couscous, mais pas n'importe lequel, un COUSCOUS DE COQUILLES SAINT JACQUES! C'est comme un couscous Garbit de là-bas, sauf qu'à la place du Garbit, tu décoquilles des Saint-Jacques. Ne pas oublier de retirer le corail, ça ressemble à une merguez!

Après s'être bien prélassé au bord de l'oasis, Mamina met le turbo, mais pas n'importe lequel non plus! Un adepte du tuning, boosté aux poivrons multicolores, un FILET DE TURBOT ARLEQUIN. Encore un plat que l'on pourra fredonner guilleret, avec Sophie et Magaly cette fois, les deux inoubliables interprètes de cette chanson dont on se demande si elle a vraiment existé un jour ou bien si c'est une erreur!

Wo-ho !
Arlequin-quin, Arlequin-quin, Arlequin-quin, dis-moi
D'où te vient ton bel habit tout en couleurs
Arlequin-quin, Arlequin-quin, Arlequin-quin, crois-moi
J'en voudrais un comme ça, dis fais-le moi
Arlequin-quin, Arlequin-quin, Arlequin
Arlequin-quin, Arlequin-quin, Arlequin

Imgp4346

Avec ces deux plats, aucun doute possible, un blanc! Un puissant, un fruité aux reins solides, un qui tient la route et qui se tient bien à table. Le Boulaouane de Mamina, je suis allé le chercher en Alsace, du côté des 3 châteaux d'Husseren, chez l'ami Bruno Schueller. Un Pinot Gris de Table 2004 victime du désagrément, probablement parce qu'il est trop bon, et qui mérite bien un couscous à défaut d'une choucroute (13€ sur Truegreatwines).

Pour clôturer en beauté, un  GATEAU TOP SLURP AU CHOCOLAT, mais pas n'importe lequel, un qui a la double garantie, Pierre Hermé et Top Slurp, ce qui n'est pas rien. Je dirais même plus, c'est déjà beaucoup, voire encore plus. Et cela va m'inciter à aller chercher un flacon supplémentaire à la cave. Et pourquoi pas un Vin doux rêveur de la Préceptorie de Centernach? Ce Maury rancio très moelleux, aux notes de tabac blond, n'attendait que ça pour se révéler (en vente 12€ au domaine).

Imgp4356

Au revoir les gâtés!

Olif

15 novembre 2007

Quand Mamina fête Noël avant l'heure...

...elle fait venir la neige dans le Haut-Doubs! C'est malin, ça!

Imgp4303

Cédant à la pression de son fan-club culinaire, Mamina, la Mère Noël des cantines berrichonnes, a décidé de nous offrir déjà nos cadeaux et nous faire prendre des kilos bien avant l'heure. Menu de fête, histoire de se rôder à leur préparation, le moment venu.

Idée de menu

Déjà le 20ème menu hebdomadaire de Mamina et, un peu débordé cette semaine, j'ai dû me faire seconder. C'est bien volontiers que je vous emmène faire un petit tour de tandem avec Monsieur Mamina, qui s'est proposé pour servir le vin destiné à accompagner l'entrée. Blanc, je suppose, comme la neige immaculée qui a recouvert le massif jurassien. Je lui laisse donc bien volontiers mon tablier de sommelier à cette occasion et lui passe la main nous proposer le vin apte à sublimer ce CAVIAR A LA CREME DE POMMES DE TERRE.

Après ce superbe essai transformé, voilà que Monsieur Mamina botte déjà en touche et me refile la crème de patate chaude et le tire-bouchon. Pas moyen de se la couler douce! Heureusement, c'est une rediffusion, dont on ne se lasse pourtant pas. Le PIGEON CACAOTE ET SES POIVRONS appelle un vin rouge sérieux. Je pensais servir à Monsieur Mamina, pour le remercier de son coup de main, un Chambolle-Musigny 2000 Les Sentiers de Robert Groffier, un vin fort à point qui fait plaisir à boire, et puis, je me suis ravisé, car une fois encore, j'ai eu envie de la chaleur du Sud. J'ai de plus souhaité la jouer "Discret", pour ne pas voler la vedette au menu concocté par Mamina.

Imgp4300

"Discret", c'est aussi le nom de cette cuvée de Costières de Nîmes du domaine Terre des Chardons, millésime 2006. 80% Syrah complétée par du Grenache, ce qui donne un nez très aromatique, actuellement sur le caractère végétal de la Syrah (olive noire, garrigue); la structure prometteuse en bouche exige des mets riches et relevés. Beaucoup de fraîcheur dans ce vin qui mérite quelques années de garde mais qui roucoule déjà de plaisir au contact du pigeon.

Imgp4301

En vente 12€ au domaine.

Pour ne pas rester sur sa soif avec le dessert, un GATEAU PISTACHE-CHOCOLAT ET FRAMBOISES, j'ai eu envie d'un beau liquoreux valaisan. La bouteille a en fait été ouverte au décours d'une dégustation exceptionnelle effectuée en compagnie d'une noble assemblée de vignerons rhodaniens et jurassiens, dans un estaminet lyonnais. Beaucoup de beaux vins dégustés, malheureusement au pas de charge, pas de notes prises, pas de photos non plus, mais plein de belles choses, dont cet Ermitage Volupté 2003 de Romain Papilloud, Vétroz, apporté en guise de clin d'oeil envers les vignerons du Rhône. Une superbe liqueur de Marsanne, d'une grande richesse, 2003 oblige, mais beaucoup de fraîcheur, des notes de fruits exotiques acidulées, de truffe blanche et d'eau de vie de framboise qui sauront s'allier au beau gâteau de Mamina. Très certainement épuisé, dans ce millésime, à la propriété, et désormais épuisé dans ma cave également.

Volupte

Olif

P.S.: je n'ai pas osé déboucher, comme je l'aurais pu pour l'occasion, une bouteille de Beaujolais nouveau (j'en connais pourtant un qu'Ivan Dubon!). Pour me rattraper, je vais essayer d'en parler du mieux que je peux sur France Bleu Ile de France. C'est tout à l'heure, en direct, à 8 heures 47 précises, et cela devrait durer pas loin de 4 minutes! Il s'agira d'être à l'heure! On devrait pouvoir l'écouter ici. Il faudra me raconter, parce que moi, je ne serai pas libre!

Star d'un jour, star toujours!


08 novembre 2007

Quand Mamina traîne à l'apéro...

Imgp4173

Retour de vacances, plein de choses à raconter, c'est déjà fait en partie, mais Mamina, elle a envie de prendre son temps à l'apéritif. Un moment sympa, l'apéro! Pour discuter et surtout se mettre en appétit. Traditionnellement, dans la France profonde, y compris celle qui ne fait pas de vélo au stade, c'est cacahouètes-pastaga. A bien y regarder, l'accord n'est d'ailleurs pas faramineux. Le sel de la cacahouète se noie dans l'anis, le réglisse du pastis se mélange au gras de l'arachide, ce qui fait que, d'une manière générale, au bout de 5 ou 6 Ricard, les cahouètes, on ne les digère plus. Si l'on n'a pas le soleil, la mer et l'assent marseillais à proposer en même temps, ça peut devenir carrément gerbatif, comme un 11 novembre arrosé effectué au pas de charge par une bande de notables empressés!

Laissons donc le p'tit jaune sur la Canebière et privilégions l'apéro berrichon maminesque, beaucoup plus classieux.

Idée de menu

Ce 19ème menu hebdomadaire de Mamina, la Fanny italo-berrichonne grâce à qui perdre à la pétanque est un ravissement, sera donc l'occasion de prendre son temps avant le repas proprement dit, en grignotant quelques  AILES DE POULET A L'AIGRE-DOUX et en croquant dans de délicieux CANNELES TRES ITALIENS, très relevés, piquants et au goût fumé. Tandis que l'on papotera gentiment entre gens bien élevés, on sifflera nonchalamment, entre deux ailerons et un cannelé, une gorgée d'Ayse, cuvée Les Alpes 2005 de Dominique Belluard , le vin idéal pour ces petits en-cas relevés, qui saura s'allier à l'aigre-doux comme aux épices et à la scamorza fumée.

Imgp4270Imgp4271

Vu d'en bas, ce gringet, cépage méconnu s'il en est, cousin assez proche du savagnin jurassien, possède beaucoup de minéralité, une grande droiture et une belle ossature acide qui fait saliver. 2005 est un millésime plutôt riche mais qui sait garder, du fait des caractéristiques du cépage, une belle fraîcheur acidulée. Les ailerons de poulet en frétillent d'aise!

12€ aux Jardins de Saint-Vincent.

L'appétit venant en mangeant, il va falloir attaquer le plat de résistance, des TOURNEDOS CROUSTILLANTS DE THON ROUGE A L'ECUME DE CELERI, et, par là même, ouvrir une deuxième bouteille. Si l'on n'a pas de Thunnus thynnus sous la main, pour cause d'épuisement de la ressource, et que l'on envisage une variante avec du saumon bien élevé, on peut rester sur le même vin. Si l'oncle pacifique des Amériques est venu en vacances sur le vieux continent, amenant du Thunnus orientalis dans ses bagages, on pourra alors ouvrir un rouge croquant et friand, aux tanins mûrs et accrocheurs, avec un soupçon d'amertume finale. Vous en voulez, en voilà 2005, Vin de pays des coteaux de Brian, du domaine du Gravillas, est de cette trempe, le type parfait du rouge destiné à accompagner un pavé de thon bien saignant. 5 cépages (syrah, cabernet sauvignon, mourvèdre, carignan et counoise) pour un vin qui maintient les 5 sens en éveil !

Imgp4272

Moins de 10€ à l'Espace-Vins de Saint-Chinian.

Et pour le dessert, il va falloir tenir compte de la météo, gourmande ou pas, pour s'autoriser du plaisir (contrairement au dicton) avec un Nuage acidulé sur Gênes, un petit clin d'oeil italien de la Belge Moony. Pourquoi pas avec un petit verre de Douce Providence du même domaine du Gravillas, un muscat mutin non muté, tout en fraîcheur et gourmandise?


Olif
 

25 octobre 2007

Quand Mamina m'invite à l'exotisme...

... je reste à la maison! Bien malgré moi, d'ailleurs, je ne voudrais pas que l'on puisse croire à un délit d'initiés, mais quand on me dit plat exotique épicé, je pense vin du Jura, préférentiellement savagnin. Les vins du Jura, ils s'accordent avec tout en fait, surtout quand on ne sait pas quoi boire d'autre! C'est un point de vue que je partage volontiers. Inratable, comme accord, mais on y reviendra plus en détail demain avec les Vendredis du vin.

Idée de menu

 

Pour son 18ème menu hebdomadaire, Mamina a eu envie d'un petit coup de fouet et, plutôt que d'avaler des gélules dont on ne connait pas la composition et encore moins le goût, elle a préféré se rendre discrètement dans son jardinet secret, à l'ombre de la cathédrale de Bourges, cueillir en douce quelques racines qu'elle cultive en plus d'autres herbes aromatiques destinées à des usages moins gastronomiques mais néanmoins respectables.

Cette fois-ci, Mamina, la Gingember Rogers d'HollyBourges, nous propose donc une CREME DE LENTILLES CORAIL A L'ESPUMA DE GINGEMBRE, histoire de se mettre en forme et faire honneur au PAVE DE CABILLAUD, OIGNONS AU BALSAMIQUE ET SA DENTELLE DE POMMES DE TERRE, qu'on ne saurait bouder. Pour le dessert, allons faire un tour chez Lolotte, pour croquer dans son Crumble croustillant pommes, framboises aux amandes et aux flocons de riz.

Comme je le disais en introduction, les plats épicés et/ou exotiques s'accordent idéalement avec un vin blanc de caractère, éventuellement oxydatif, chardonnay ou savagnin si l'on reste dans le Jura, mais également Gewurtztraminer ou Pinot Gris du côté de l'Alsace. La puissance et l'acidité apportées par ces cépages permettent d'affronter gaillardement les épices, y compris le gingembre, mais on n'abusera néanmoins pas de la bouteille si l'on envisage de concrétiser les effets bénéfiques de sa vitaminothérapie lors d'une troisième mi-temps plus sportive.

Un bon compromis pourrait être ce Côtes du Jura blanc 2005 Saugeot de La Maison de Rose, à Saint-Lothain. Un chardonnay ouillé, élevé à la bourguignonne, sans notes oxydatives donc, mais riche, rond, avec un caractère Jura légèrement présent, cette minéralité argileuse fumée qui appelle des mets bien relevés. 

Imgp4135

 

Je doute néanmoins qu'il fonctionne sur le crumble à Lolotte, alors faisons-nous un petit plaisir supplémentaire, qui pourra servir ultérieurement sur le wagon de recettes au chocolat que nous propose Mamina. A première vue, l'accord fonctionnera avec tous, c'est un vin qui appelle le chocolat, ou à défaut les fruits rouges! Gourmand, soyeux et adorable, ce Maury 2005 muté sur grains de la Préceptorie de Centernach, cuvée Aurélie Pereira de Abreu, concurrence largement un beau Porto!

Imgp4129

Il fallait bien un tel vin, pour arroser un Thinking blogger award!

 

Olif

18 octobre 2007

Quand Mamina m'en fait voir de toutes les couleurs...

Mypicture3

Déjà le 17ème menu hebdomadaire et aujourd'hui nous sommes le 18! Tu parles d'une coïncidence! Ce doit être un signe! Pour fêter ça, Mamina a décidé de mettre de la couleur dans ses assiettes. Un brin flashy, certes, mais sus à la cuisine terne en noir et blanc. Haro sur le boudin noir et son risotto à l'encre de seiche, exit le boudin blanc servi sur son riz au lait à la noix de coco râpée. La mode est au vert pomme, au rose fuchia et au bleu céruléen dans les assiettes! Des couleurs qui se mangent d'abord avec les yeux, voilà la tendance. Même si ça peut paraître un peu girly par certains côtés, en fait, c'est plutôt du Cooking Pop art!

Idée de menu

 

Mamina, l'Andy Warhol des casseroles, nous propose donc en entrée des PETITS POIS EN CAPPUCCINO DE POIVRE ROSE, suivis de COQUILLES SAINT JACQUES AU RISOTTO VERT et pour conclure, un triple dessert, LES CREMES AUX TROIS CHOCOLATS ET AUX TROIS EPICES.

Du vin girly, dans ma cave, je n'en ai pas véritablement! Heureusement, me direz-vous! Du vin Pop Art non plus, juste du Pin Art! Alors, l'accord, je l'ai d'abord cherché avec l'étiquette! Pas uniquement, bien sûr, cela ne serait pas sérieux, même pour un sommelier non diplômé! Je voulais un vin avec une relative puissance et du gras, pour ne pas s'en laisser compter par les baies roses des petits pois (qui sont verts, en théorie, comme chacun sait), ni les vertes herbes aromatiques accompagnant les Saint-Jacques (qui ne sont ni grises, ni roses, comme tout le monde s'en doute, ceci afin de ne pas les confondre avec les fraises des bois ou avec les éléphants). J'ai tout de suite pensé chardonnay et puis Bourgogne, évidemment! Une bouteille bourguignonne avec un design et des couleurs accordés aux plats de Mamina, ça ne court ni les rues ni ma cave, alors je suis descendu plus au sud, aux confins du Mâconnais. Mais c'est un choix excitant, qui, à mon avis, devrait convenir parfaitement.

Imgp4120

Encore une fois un vin étonnant, mais ce n'était pas prémédité, on en avait déjà eu un la semaine dernière: Mâcon-Chaîntré 2003 Vinum Dei du domaine de l'Ancestra! Le domaine de l'Ancestra, c'est un peu mon domaine fétiche en Beaujolais, du négoce artisanal haute couture, qui s'est vu récompenser du titre honorifique de vigneron de l'année, catégorie Bourgogne-Beaujolais, dans l'édition 2008 du guide Gault et Millau. Ce n'est pas rien et Cyril Alonso le mérite bien, lui qui est en train de révolutionner gentiment mais sûrement l'approche du vin en général et du Beaujolais en particulier. Ses vins sont évidemment proches du vivant, entendez par là qu'ils sont vinifiés dans le plus grand respect de l'environnement, à la vigne comme à la cave. Ce n'est pas pour autant du sans soufre pur et dur! Vinum Dei, le Vin des Dieux, il fallait bien ça pour se frotter à la cuisine de Mamina! Il faudra néanmoins le carafer longuement, éventuellement du troisième étage pour ceux qui habitent en immeuble. Voire du septième ciel si l'on veut atteindre l'extase, parce que cet exemplaire-là, il s'est comme qui dirait remis à buller en bouteille! Puissant, riche, mais tonique, même après dissipation de la bulle matinale, avec un petit côté pomme verte et puis des notes de miel. Un client sérieux et costaud, limite sur le versant oxydatif, mais il ne manque pas de fraîcheur. Pour tout dire, il est même relativement jouissif, une fois dégorgé!

13,90€ sur www.vins-etonnants.com, mais j'ai bien l'impression qu'il n'y en a plus.

Si l'on a encore de la place pour un petit verre avec le dessert, un Rivesaltes Mas Passe Temps du domaine Singla pourrait être le compagnon rêvé du chocolat et des épices.

Olif

11 octobre 2007

Quand Mamina nous fait retomber en enfance...

Lorsqu'elle m'a communiqué les recettes pour son 16ème menu hebdomadaire, Mamina m'a bien stipulé: "C'est une semaine pour les copains, voire les enfants! Tout simple, sans chichi, mais ne me sors quand même pas un vin en cubi!"

Evidemment, Mamina! Un cubi, je ne sais même pas ce que c'est! Par contre, comme c'est la semaine des enfants, j'ai demandé à mes petits copains Potiron, Topinambour et Rutabaga de me filer un coup de nain main. Il faut bien qu'ils me servent un peu à quelque chose, les Nanus Balustradus, que j'ai gentiment pris sous mon aile depuis que Oui-Oui s'est marié à une horrible mégère qui les a bouclés à double tour dans un placard. Que les nostalgiques et les âmes sensibles n'hésitent pas à cliquer sur le lien Oui-Oui, cela devrait leur tirer une larme au bon goût d'enfance!

Idée de menu

Comme l'entrée, c'est un VELOUTE DE POTIRON AU BLEU D'AUVERGNE, je passe tout de suite la parole à mes trois petits nains:

Page_1_3

Le jeudi, chez Mamina, c'est GROS CANNELLONIS FARCIS! Une chance qu'on ne soit pas lundi!

Et pour le dessert, on reste en Italie, avec un GATEAU AUX POMMES ET AU ROMARIN. Une recette qui a l'air simple à réaliser et bonne à manger! Enfantine même, c'est comme un lapin au romarin, sauf qu'il faut remplacer le lapin par un gâteau aux pommes. "Ils sont fous ces Romarins", comme dirait Obélix en se frappant la tempe de l'index!

Pour ne pas risquer de désobéir à Mamina, la Blanche-Neige de mes petits copains les nains, j'ai longuement hésité. Jusqu'à ce que je goûte un vin tout simple, tout frais, presque enfantin, qu'on dirait même du sirop de grenadine, avec des arômes de fraise et de cassis, façon Teisseire, agrémentés de notes végétales mentholées qui contribuent pour beaucoup à sa fraîcheur. Un fruité naturel et explosif qui n'incite guère à la réflexion mais plutôt à la déglutition. La Haie 2005, c'est un Bordeaux déclassé. Pour cause d'atypicité, je veux bien le croire, mais c'est loin d'être une raison suffisante pour qu'il ne soit pas bon! Au contraire! Les tanins ont beau être souples et friands, il titre 14° d'alcool et il n'est pas conseillé de le couper avec de l'eau. Une boisson à ne pas recommander aux enfants, donc, mais à réserver aux plats simples et goûteux, sans prise de tête!

Et tout ça pour 8,50€, Madame, s'il vous plaît!

Vin étonnant, non?

Olif

04 octobre 2007

Quand Mamina sort à nouveau (de) sa coquille...

Chasseron_004

...Saint-Jacques priez pour elle! La saison démarre à peine que voilà déjà le retour de la sérial-coquille-killeuse! J'ai nommé Mamina, grande bâtonnière dans l'ordre de Saint-Jacques, et qui a fait plusieurs fois l'aller-retour Bourges-Compostelle sur les genoux pour expier toutes les Pecten maximus qu'elle a sacrifiées sur l'autel de la gastronomie, et toutes les noix qu'elle a cuisinées, et surtout mangées! A tel point qu'elle ne sait plus quoi faire de tous ces jolis cendriers qu'elle entasse inutilement dans un coin. Ben c'est vrai, de nos jours, plus personne ne fume, surtout à table! Et les pélerins de Compostelle arborent de plus en plus rarement la coquille autour du cou, mais ce n'est pas la peine de chercher, il n'y a pas de contrepéterie.

"Ultreïa! Ultreïa! E sus eia Deus adjuva nos!"


Idée de menu

 

Cette semaine, pour le 15 ème menu hebdomadaire de Mamina, j'ai droit officiellement (mais exceptionnellement?), à deux vins, car il sera dur de boire le même sur l'entrée, même balsamiquée, et le plat. Au menu, donc, des COQUILLES SAINT-JACQUES, VINAIGRETTE DE BALSAMIQUE AUX NOIX suivies d'un PAVE DE BŒUF DE SALERS ET SA COMPOTE DE QUEUE DE BŒUF A LA POLENTA CREMEUSE et d'une FOUGASSE AU RAISIN.

Un vin du coin, celui de Mamina, avec les coquilles, un beau Sancerre, voilà qui ne pourra que faire plaisir à Monsieur Mamina, j'espère, et pour la viande, un beau rouge charpenté, un vin du Sud encore un peu jeune, mais je viens de le rentrer en cave alors il fallait absolument que j'y goûte!

Imgp4035

Cette cuvée de Sancerre 2006 de Sébastien Riffaut s'appelle Akméniné, ce qui signifie  "A ta santé Mamina" en patois berrichon du XIVème siècle. Le nez est très mûr, sur les agrumes et l'ananas, l'attaque  est tonique, avec une petite pointe de perlant, particulièrement discrète  pour moi (Mme Olif y est plus sensible!). Personnellement, je trouve que cela renforce la tension et la minéralité de ce vin, à l'équilibre plutôt riche et puissant. Tout à fait ce qu'il faut pour accompagner les CSJ de Mamina, qui sont très réhaussées en goût. A ta santé, Mamina!

"Ultreïa! Ultreïa! E sus eia Deus adjuva nos!"

15€ aux Jardins de Saint-Vincent, mais on en trouve également chez Saint-Antoine.

"Ultreïa! Ultreïa! E sus eia Deus adjuva nos!"

Imgp4036

Place ensuite à un Faugères cuvée Jadis 2004 de Didier Barral. C'est encore jeune, bien jeune, avec des arômes presque primaires de syrah, sur le versant végétal et floral (artichaut, olive noire). La matière est  serrée, avec une acidité bien présente, et une petite note balsamique croquante finale, plutôt habituelle sur cette cuvée. Je ne le goûte pas aussi bien que le 2001 et le 2003 à ce stade, mais je reste néanmoins confiant pour l'évolution ultérieure. Sur un beau pavé de boeuf bien saignant, il a tout à fait sa carte à jouer, même dans sa jeunesse!

19€ aux Jardins de Saint-Vincent, toujours!

Quant à la fougasse aux raisins, on en mangerait, même le verre vide!

Olif

27 septembre 2007

Quando Mamina li porta in Italia...

ItalyItaly_2

Ah! Mamina et l'Italie! Une véritable histoire d'amour! Volubile avec son clavier lorsqu'il s'agit de raconter les vacances qu'elle y a passées, on l'imagine bien aussi parler avec les mains pendant qu'elle cuisine, puisqu'il ne passe pas beaucoup de recettes qui ne soit égayées d'une touche rouge-blanc-verte dans un coin, aussi petit soit-il. La Squadra azzura lui aurait même proposé en 2005 de prendre le poste de cuisinière en chef de l'équipe, offre qu'elle a du décliner afin de privilégier par solidarité la cantine du FC Bourges, déjà fort mal en point. Les bons petits plats italiens de Mamina n'ont pas réussi à doper suffisamment les joueurs berruyers et éviter au club de déposer le bilan, ce qui n'a absolument rien à voir avec le sujet qui nous préoccupe, c'est juste pour prouver que je me documente un peu avant de raconter des bêtises.

La touche italienne de Mamina, en plus des pâtes, c'est un copeau de parmesan par ci, une pointe de ricotta par là, un ravioli de ce côté, une tranche de mozzarella de l'autre, quand ce n'est pas du mascarpone, hou! la gourmande! A tel point que les membres de l'Amicale des sympathisants berruyo-romains l'ont surnommée la Louve d'Avaricum. Un titre familier et honorifique qu'elle accepte bien volontiers, tout en refoulant courtoisement, mais d'une main ferme, les indélicats qui aimeraient bien se prendre pour Romulus et Rémus.

Du point de vue sommellerie, du coup, je me suis senti un peu dépourvu, ma cave ne regorgeant pas de crus toscans ou piémontais gorgés de chaleur et de soleil qui pourraient s'allier de façon optimale à cette cuisine d'inspiration transalpine.

Idée de menu

Et pour ce quatorzième menu hebdomadaire de Mamina, impossible de botter en touche et moucher la botte italienne, tout vient ici de la botte!

En entrée, un RAVIOLI-FLEURS, un régal pour la vue et, je suppose, le palais, initialement destiné au KIKI mais dont tout le monde pourra bénéficier, suivi d'un SPARE RIBS, un travers de porc à l'italienne avec une sauce au miel et plein plein d'herbes, à moins que je n'aie compris de travers, et comme dessert, une  PANNACOTTA AU GRANITE DE FRAMBOISES, un régal de fraîcheur inspiré d'une recette de Régal.

Alors, j'ai empoigné mon petit cabas et je me suis rendu corps et âme chez mon caviste  à la Biocoop du coin, où j'ai trouvé par le plus grand des hasards, en plus d'un poivron en vue d'une pipérade et pour à peine 10€, un Barbera d'Alba La Bettola 2005, de l'Azienda Vitivinola Erbaluna.

Imgp4026

Bio, évidemment, à ma plus grande satisfaction mais sans préméditation aucune (si ce n'est que j'étais chez Robiocoop, quand même!), comme pour me rassurer inconsciemment, car j'avais initialement cru lire La Bettana sur l'étiquette! Le premier nez est fougueux, un peu sauvage, fourrure d'animal, mais se discipline bien à l'aération, libérant des notes de fruits rouges, de fraise écrasée sur un fond de fraîcheur végétale bienvenue. Car c'est un costaud, ce Barbera titrant 14°, mais un coeur tendre, avec de la rondeur et de l'harmonie, et une finale tonique, déjà bien fondue, ne faiblissant pas d'un pouce ni ne procurant aucune sensation alcooleuse. Un vin prêt à affronter une cuisine de Madone, du genre de celle qui parle avec les mains.

Per la più grande felicità di tutti!

Olif

P.S.: l'italien dans le texte, c'est ImTranslator, je me dégage donc de toute responsabilité si finalement c'est du chinois!

20 septembre 2007

Quand Mamina nous invite à r'dîner...

Sardinef0014406_2

F0014406 Iconotec Libres de Droits


Voilà l'automne qui pointe tout juste le bout de son nez sur le calendrier et Mamina nous fait déjà ranger la cartouchière et le fusil pour ressortir masque et tuba. Direction Messine. Pêcher la sardine, évidemment, et pas le maquereau ni le hareng, je le précise à l'intention des jeunes novices lectrices du blog de Mamina. Mamina, que l'on surnomme volontiers la Maman des poissons, dans les quartiers bourgeois de Bourges (non, ce n'est pas un pléonasme!) et les milieux piscicoles berrichons branchés.

Et je ne sais pas pourquoi, ce menu de Mamina me donne envie de chanter. Pas une paillarde, tant pis pour ceux et celles qui en rêvaient, mais une ode à la Maman des poissons, écrite par ce cher Boby, et réarrangée légèrement à ma sauce, pour la plus grande gloire de Mamina. Musique, Maëstro!

"Si l'on ne voit pas pleurer les poissons
Qui sont dans l'micro-onde
C'est que jamais quand ils manquent de cuisson
Mamina ne les gronde

Quand ils sont pris en sandwich entre jambon
Et piment d'Espelette
Et qu'ils voient rouge à cause des poivrons
Elle reste muette

La maman des poissons elle est bien gentille !

Elle ne leur fait jamais la vie
Même entre deux tartines
Ils sont mangés quand on en a envie
Et quand ça a dîné ça r'dîne!

La maman des poissons elle a l'oeil tout rond
On ne la voit jamais froncer les sourcils
Tout le monde l'aime bien, elle est bien gentille
Finalement, et si c'était bon.


La maman des poissons elle est bien gentille !"

Idée de menu

Eh oui!, elle est bien gentille, Mamina, mais pour le Menu n°13, elle est allée piquer une recette de millefeuilles chez Cess in the City, ce qui pourrait lui valoir une amende et un lancer de tomates si les aubergines n'étaient pas aussi conciliantes et appétissantes. Avant de faire amende honorable en proposant un "SANDWICH" DE SARDINES AU JAMBON CRU, OIGNONS ET POIVRONS ROUGES, issu de sa propre production, puis de revisiter la Belle Hélène et les recettes de Philippe Guignard, le célèbre pâtissier d'Orbe, dans le Jura vaudois, connu jusque dans les moindres recoins berrichons.

Alors, avec l'entrée et le plat, forcément, il faut ouvrir un blanc, à la limite un rosé. L'accord terre-mer oriente vers la minéralité et la salinité. La pierre et le sel! On ne bouge pas, je crois bien que j'ai ce qu'il faut!

Imgp3980        Imgp3981

Les Terres Salées 2005, de Christophe Barbier, un Vin de Pays des Côtes de Pérignan cultivé sur un ancien marais salant, dans le secteur de la Clape, du côté de Narbonne, fera parfaitement l'affaire. Un pur Bourboulenc, ce qui en soit n'est déjà pas si banal, avec une belle fraîcheur, de la droiture et de la tension, plutôt bienvenue dans un vin sudiste, un premier nez légèrement grillé, très élégant, et une finale qui révèle la salinité du terroir. Impeccable pour les sardines de Mamina! Et un vin réellement étonnant! 11€ le 2004 chez le caviste étonnant, justement! Et le 2005 approximativement au même prix chez Pinpin, aux Vignes de Merlin à Saint-Pol-de-Léon, là où je me suis procuré ce flacon.

Cette fois-ci encore, pour le dessert, je vais être obligé de tricher, car avec la Belle Hélène, on n'a pas envie de salé, mais de sucré. Alors, peut-être que l'on pourrait faire preuve d'Audace, en débouchant une bouteille de cette cuvée de Poulsard passerillé made in Jura français by Stéphane Tissot? Un vin fait pour le chocolat, a fortiori s'il est d'inspiration vaudoise!

Olif