Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quartiers livres

  • Les bonnes feuilles de l'automne

    Suite de ce petit panorama automnal de la littérature vinique, qui n'en finit pas de tomber comme les feuilles mortes que l'on ramasse maintenant à la souffleuse, ce qui fait un boucan d'enfer et rend la chanson de Prévert beaucoup moins poétique. Deux d'entre eux sont déjà dans les bacs, tandis que deux autres sont encore accrochés aux branches de leurs éditeurs respectifs, même s'ils ne devraient plus tarder à se décrocher et virevolter de leurs propres ailes.

    Lire la suite

  • Lectures à boire

    "Ce soir à la brume

    Nous irons ma brune

    Cueillir des sarments

    Cette fleur sauvage

    Qui fait des ravages

    Dans les cœurs des buveurs francs"

     

    Cette éducation sentimentale au vin que Maxime Le Vigneron ne renierait pas, contrairement à son collègue de boulot Le Forestier, elle fleurit généralement à la fin de l'été, quand la fièvre vendangeuse se fait sentir et que les éditeurs s'empressent de remplir les cuves des librairies de leurs bonnes feuilles triées échappées du pressoir. Ce millésime 2019 s'annonce comme une bonne année, pour peu que l'on ne cède pas aux marronniers habituels (B&D&H&D&G), pas toujours bien mûrs, contrairement à certains guides pourtant toujours verts qui sortent un peu mieux leur épingle du jeu.

    Il ne manquerait plus qu'un bouquin sur les cavistes au mois de novembre pour couronner le tout!

    Lire la suite

  • Des parcs à huîtres sur la prairie

    Mine de rien, au travers de l’histoire de la famille Madec, domiciliée à Prat-Ar-Coum, approximativement (mais pas tout à fait, c’est pour justifier le titre) la « prairie de la mer » en breton du Finistère nord, Patrick Cadour vient d’écrire le livre ultime sur l’huître et l’ostréiculture. Un genre d’internationale de ce coquillage. C’est l’huîîître finale, groupons-nous et demain. Une véritable anthologie. Une somme. Du naissain au dernier coup de couteau sur le pied (fourchette prohibée, c'est bon pour les mickeys de kermesse), avec, en apothéose finale, des recettes pour varier les plaisirs. Qu’elle soit crue ou cuite, façon cuisine de l’aber (non, je ne suis pas enrhumé!). Les abers, ce sont les fjords bretons. Des vallées fluviales envahies par la mer. C’est au bord de l’un d’entre eux, l’Aber-Benoît, que la famille Madec s’est installée à la fin du XIXème siècle, pour y pratiquer la culture de l’huître et faire face à une demande grandissante pour ce fruit de la mer, les gisements naturels n’y suffisant plus. Et c’est ainsi qu’est née la légende, perpétuée par Yvon et désormais par ses filles.

    Lire la suite

  • La Carbonelle carbonisée

    2019, l'année des extrêmes. Cette année, le printemps a été froid et la vigne a gelé. Au Nord. Cette année, l'été a été chaud et la vigne a grillé. Au Sud. Et ce n'est peut-être pas fini. +45°C dans le Gard et l'Hérault le 29 juin, record explosé dans beaucoup d'endroits, où les cultures ne se relèveront pas. Un signal d'alarme, un carton rouge chaud bouillant que la Terre nous adresse en pleine face sans que cela renvoie aux vestiaires les fautifs, ou plus exactement les complices de ce réchauffement climatique catastrophique, nous, vous, tous. Dont la majorité rejette la faute sur le voisin sans réévaluer, ni corriger ses pratiques, se disant que ça va bien aller.

    Ce texte, signé Catherine Bernard, vigneronne hérault-ïque à Saint-Drézéry, dont la parcelle emblématique de la Carbonelle (qui se dore sous le soleil de juin 2017 sur le cliché ci-dessus) vient de subir de plein fouet les effets de la canicule, vous pourrez aussi le retrouver demain sur le blog du Taulier Jacques Berthomeau, sans doute assorti de ses propres commentaires. Loin de moi l'idée de vouloir lui griller la politesse, mais je le diffuse également, avec l'autorisation de Catherine Bernard, en espérant qu'il puisse toucher un maximum de gens.

    Lire la suite

  • Littérature au naturel

    C'est le printemps, le nature débourre à perdre haleine. Les bonnes feuilles sur le vin naturel poussent à la vitesse de la lumière dans toutes les librairies, y compris les moins bien éclairées, à peine refroidies par la micro ère glaciaire engendrée par les Cavaliers du froid. Le 6 mai 2019, Saint Jean-Porte-Latine a planté ses crocs glacés dans moult régions viticoles, du Sud-Ouest au Grand Est, laissant nombre de vignerons orphelins de quelques grappes. C'était le moment de brûler deux ou trois bottes de paille dans les vignes ou quelques bûches dans la cheminée, avant de se lancer dans un éventuel autodafé de bouquins sur le vin nature. En attendant Mamert, Servais et Pancrace, les véritables saints de glace des 11, 12 et 13 mai.

    Lire la suite

  • Le goût retrouvé du guide des vins

    Antonin Iommi-Amunategui (à écrire comme ça se prononce, c'est-à-dire difficilement) est en passe de devenir le grand sherpa du vin naturel. Celui qui trace sa route devant, le sac à dos bourré jusqu'à la gueule de bons gros canons bien nature, entraînant dans sa suite une bande de trekkers assoiffés, qui ne demandent qu'à gravir l'Everest du Jajaland à grandes enjambées, afin de parvenir au sommet, là où l'air est moins sulfité. Après le Glou Guide, ouvrage gouleyant qui recense 150 pépites naturelles à petit prix, voilà qu'il enchaîne, en publiant dans sa propre maison d'éditions, Nouriturfu, un guide de vin dont vous êtes le héros. Quand je dis vous, ça peut être tout le monde. Tout celui qui le lira, en fait. Y compris Robert Parker, Michel Bettane, ou Jean-Pierre Hachette, pour peu que ce dernier s'appelle comme ça. Une sacrée gageure!

    Lire la suite

  • Le goût amer du vin de Bordeaux

    À peine retrouvé, voilà que le goût du vin de Bordeaux s'est empreint d'une grosse amertume. En pleines vendanges bordelaises, en plein "plan pauvreté" macronesque, Les raisins de la misère risquent d'être difficiles à avaler pour certains. Un ciel bien sombre sur des paysages supposés idylliques, que ce récit d'Ixchel Delaporte, documenté par 18 mois en immersion dans "le couloir de la pauvreté", traverse. Au pays du luxe et des grands crus classés. Ce couloir du luxe, un brin clinquant et surfait, se calque sur les mêmes limites géographiques que celui de la pauvreté de façon surprenante. Un paradoxe? Il faut croire que non.

    Lire la suite

  • L'appel du vin nature

    Que n'a-t-on déjà pas écrit sur le vin nature? Et qui n'a déjà pas écrit sur ce sujet? Plein de gens, finalement. Une brèche s'est ouverte il y a une petite décennie. Elle est en train de s'élargir. Faut-il pour autant s'y engouffrer et entraîner toute une foule de suiveurs qui n'auront pas nécessairement de la suite dans les idées? À moins de finir par les convaincre que la vérité est ailleurs que dans le monde du vin conventionnel? L'appel du vin nature? I want to believe...

    Lire la suite

  • Le goût retrouvé du vin

    Retrouver le goût. Réapprendre à cultiver la vigne, à vinifier, sans user d'artifices, de cochonneries en tous genres, pour pallier à des déséquilibres induits par un productivisme effréné. Réapprendre à déguster et à boire, retrouver les arômes originels d'un vin produit avec le minimum d'intrants. Revenir aux fondamentaux. Pour le plaisir, pour la simplicité, pour le bon sens. Le goût retrouvé du vin, celui du vin nature, c'est une évidence. Celui du vin de Bordeaux, également. Pourquoi pas? Même si, à l'approche des foires aux vins de la rentrée, c'est loin d'être gagné! Heureusement, quelques auteurs se sont penchés sur la question. Des livres à ranger soigneusement dans le cartable, pour les lire et relire en toutes occasions.

    Lire la suite

  • En vrac ou bien rangé

    Quand la canicule t'accule sous la tente, rien ne vaut une lecture rafraîchissante sur un sujet aussi désaltérant que le vin. Alors, cet été, j'ai lu, j'ai bu, j'ai vaincu. Des nouvelles, des contes, des recettes, des blogs, bientôt un guide. Tout ça à base de jaja. Et ça m'a donné soif.

    Lire la suite

  • L'idole des jaunes

    C'est l'histoire d'un grand Arbois, oublié dans une cave depuis le siècle des Lumières. 1774, ça en fait, des lustres! C'est l'histoire d'un inestimable trésor qui s'est arraché à prix d'or au cours d'une vente aux enchères mémorable, lors de la Percée 2011 qui eut lieu dans la bonne ville d'Arbois. C'est l'histoire d'un vin qui a connu Louis XVI, vécu la Révolution, participé aux travaux de Pasteur, survécu à plusieurs guerres mondiales. C'est l'histoire d'une bouteille de vin  jaune  qui devrait être débouchée à l'horizon 2027, pour être bue par quelques privilégiés, helvètes ou sympathisants. C'est l'histoire de l'Arbois Jaune 1774, vin des Lumières, qui vient de paraître aux Éditions Cabédita.

    Lire la suite

  • Lecteurs heureux...

    "Qui n'a pas écrit sur le vin naturel?", ai-je pu lire en commentaire d'une publication Facebook qui se réjouissait de la parution de ce roman de Christian Authier chez Flammarion. Romancier et essayiste, Christian Authier est également l'auteur d'un petit ouvrage culte sur Éric Callcut, ex-producteur de Picrate et vigneron porté disparu depuis le début des années 2000 (réapparu depuis, dans sa bagnole et sur Facebook, mais pas dans les vignes).

    Christian Authier a donc déjà écrit sur le vin naturel, depuis plusieurs années. Il ne surfe pas sur une mode ou une tendance. C'est un univers qu'il connait bien et qu'il apprécie. Et là, c'est sous la forme d'une histoire romancée, qu'il infiltre à nouveau ce milieu pour mieux le décrire. Des heures heureuses en perspective!

    Lire la suite

  • Sa place sur terre

    On l'a déjà lue dans ses vignes et dans sa cuisine. On sait donc de quoi elle est capable quand il s'agit de transformer le raisin, en boisson ou en plat, puisqu'elle nous l'a raconté dans ses deux précédents ouvrages. Dans les vignes, chronique d'une reconversion et Recettes de ma vigne. On savait qu'elle avait eu une autre vie, avant, dans le milieu journalistique. Une vie qui l'a conduite dans le Languedoc pour être une correspondante de Libération à Montpellier. Libérée, elle l'est, depuis qu'elle a abandonné le journalisme pour devenir vigneronne. Mais qu'est-ce qui a bien pu la pousser à cette reconversion? Récit d'un avant, sur fond de terrorisme, de 11 septembre, de djihadisme, de faits-divers sordide. Catherine Bernard, ou le préquel d'une conversion...

    Lire la suite

  • Sous les sapins les vignes du Jura...

    Jura, le seul vignoble dont on a fait une montagne . Ça ne fait pas un pli. Sur les sommets, du calcaire. En pied de coteau, des éboulis, des marnes, des vignes. À une altitude n’excédant pas 400 mètres. Et dire qu’au jurassique moyen, ici, c’était les Bahamas...

    Lire la suite

  • De la vigne aux platines, puis au canapé...

    Rock et pinard, l'accord minéral par excellence. Fabien Korbendau et Christophe Mariat l'ont osé. Il fallait avoir les reins solides. Raison pour laquelle, sans doute, l'un des deux est néphrologue. Marier un album, un vin et un auteur pour un triolisme parfait, De la vigne aux platines l'a fait. Et c'est l'un des derniers bijoux de papier (ré)édité par les Éditions de l'Épure, avant Recettes pour un ami de Jean Cocteau et Raymond Oliver. Même s'il y en a eu plein d'autres (ne serait-ce que De profundis gustatibus, que ma modestie légendaire m'interdit de porter au pinacle).

    Lire la suite

  • Biodynamie-ennemie, et bien plus encore...

    Cette fois, ça y est, la rentrée littéraire est définitivement de sortie, au rayon gastronomique et culinaire, aussi bien du côté solide que liquide. De quoi occuper grandement la sieste de la belle Meera, le petit minou de la maison (qui ne vient pas de Lorraine), néanmoins amatrice de bonnes feuilles, y compris celles qui volètent au vent sous l'effet du foehn automnal et qu'elle cherche inlassablement à attraper. Mais, même quand Meera dort, rien de ce qui se passe dans son univers ne saurait lui échapper.

    Lire la suite

  • Biodynamie-amie, et bien plus encore...

    2017. Année où les vendanges ont pris de court les candidats au prix Goncourt et où les vignerons risquent fort de se retrouver au chômage technique avant même la venue des premiers frimas et la sortie du beaujolais nouveau.  Rarement vendanges auront été aussi précoces. Et aussi courtes, pour un certain nombre de domaines. La faute au gel printanier qui a laissé sur le carreau un paquet de bourgeons cryogénisés par ce léger dérèglement du réchauffement climatique. Si le printemps fut frais, l'été a été chaud. Et l'automne s'annonce torride, avec une rentrée littéraire vinique qui prend des allures d'ouragan que Mme Irma, voyante de son état, n'a même pas vu venir.

    Lire la suite

  • La main dans le ressac (et les pieds aussi)

    Ce n'est pas à proprement parler un livre de plage, mais c'est sans conteste le livre culinaire de l'été du plagiste à marée basse. Celui qu'on ne risque pas de voir traîner sur les nattes huileuses et ensablées des vacanciers enduits de crème solaire, dont la principale activité estivale consiste à déplacer sa serviette sur la plage au gré des marées, un coup vers le haut, un coup vers le bas. On devrait néanmoins le retrouver dans toutes les poches des chasseurs/cueilleurs/pêcheurs qui arpentent les littoraux de France et de Navarre lorsque la mer se retire, tel un adepte du coïtus interruptus un soir propice à l'éclosion mensuelle des œufs de sa partenaire. Un bouquin qui permet de prendre de la hauteur quand la lune joue à l'attraction.

    Lire la suite

  • Conchyophilie vinique

    Caviste de son état, blogueuse par passion, écrivaine parce que le papier, c'est encore mieux que le web, Sandrine Goeyvaerts sort son deuxième opus chez Hachette et nous en conte des vertes et des pas mûres. Les perles d'une caviste, ce ne sont pas celles qui ornaient son cou lors de la remise des trophées de la RVF, où elle s'est vue remettre celui d'homme de l'année, catégorie Meilleur blog, en 2014. Un traumatisme qui, une fois passée la joie de la nomination, la hérissera à jamais contre le sexisme dans le monde du vin, qu'elle ne cessera plus jamais de combattre à grand coups de #womendowine.

    Lire la suite

  • Littérature d'entre deux tours

    Pour tenter de survivre à une campagne électorale un poil flippante, rien de tel qu'un bon canapé, un bon livre et un bon chat. Du vin, de l'air, garder le contact avec les vignerons et assurer l'héritage, afin de mieux contenir la petite bête immonde qui monte.

    De la nouveauté, avec deux maisons d'édition toutes jeunes, dont l'une fait même ses premiers pas. Bienvenue à Nouriturfu sur le grand marché des bonnes feuilles consacrées à tout ce qui se mange et qui se boit, qui publie la version française du dernier livre d'Alice Feiring, la grande spécialiste new-yorkaise du vin naturel et pourfendeuse de la normalisation du vin, qui s'en est allée explorer les origines du vin nu dans son berceau historique, la Géorgie.

    Et gloire à la maison Tonnerre de l'Est, en âge de marcher toute seule puisqu'elle est née en 2011, qui se consacre à l'édition d'ouvrages d'art essentiellement dédiés à l'approche biodynamique dans le vin, en publiant les plus belles feuilles de vignes de vignerons emblématiques comme Jean-Pierre Frick, Olivier Humbrecht ou encore Christophe Beau. Tout un programme qui n'a rien d'électoral, mais néanmoins susceptible de réunir bien des suffrages.

    Lire la suite