Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jura

  • Jura is the new gold

    Jaune, comme un ciel breton photoshopé par un nuage lusitanien.

    Jaune, comme les feuilles de vigne qui virevoltent dans le foehn d'octobre.

    Jaune, comme le vin que l'on produit sous le piton rocheux de Château Chalon.

    John, comme un footballeur écossais et uruguayen dénommé Harley.

    Jaune, la couleur du temps et celle du moment.

    En face, la Côte est d'or, mais le vin n'est pas jaune.

    Ici, l'été indien a un autre nom. On l'appelle automne jurassien.

    Lire la suite

  • Une bonne Pinte de savagnin

    La Pinte, fier vaisseau amiral arboisien, qui, même s'il a régulièrement changé de capitaine au cours des précédentes décennies, continue de corriger son cap sans jamais naviguer à vue, pour toujours flirter avec l'excellence. Et, surtout, ne pas hésiter à se remettre en question s'il le faut. E voga la Pinta, contre vents et marées, sous la houlette de Samuel Berger, actuel régisseur du domaine, qui a remplacé Bruno Ciofi au mercato viniviticole de la saison 2016, juste avant les vendanges. Un travail dans la continuité, qui passe pour lui, entre autres, par la connaissance de ce que ses prédécesseurs ont pu faire ici avant lui.

    Lire la suite

  • Le village préféré des Français pompettes...

    C'est vrai qu'ils sont plaisants, tous ces petits villages, tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités, avec leurs châteaux-forts, leurs églises, leurs plages. Ils n'ont qu'un seul point faible, et c'est d'être habités.*  Stéphane Bern l'a bien compris et ne s'est pas laissé berné, transformant cette faiblesse en véritable force, pour faire de son émission une sorte de Koh-Lantah du PAF français en charentaises. Les imbéciles heureux aiment bien être nés quelque part. On ne peut les en blâmer, c'est une réalité. D'ailleurs, moi aussi, quand on me demande mon village préféré, je réponds généralement Arbois. Parce que je l'aime, Arbois. Même si je n'y suis pas né.

    Lire la suite

  • Le nez dans le vert

    Après avoir humé le jaune la veille, à Château Chalon, puis sniffé le blanc, le matin même, lors d'un décrassage matinal en montagne avant la fermeture des pistes, retour dans le vignoble pour mettre (enfin!) le Nez dans le vert. 6ème édition du salon des vignerons bio du Jura et nouveau succès. Plus de 700 entrées à 13 heures et bœuf au 40 poulsards (ou ploussards, l'important c'est d'en boire) en rupture de stock à la cantine. On a frôlé l'émeute!

    Positionné en prélude aux Grands jours de Bourgogne, il en constituait sans aucun doute l'un des plus beaux offs. Du jamais vu depuis Charles le Téméraire! Justifiant même à lui seul le déplacement dans la grande région réunie, Duché et Comté à nouveau la main dans la main.

    Lire la suite

  • L'amour est dans le Brey

    Branle-bas de combat dans le landerneau jurassien! Mimi, Fifi et glouglou ont débarqué à la montagne, sans moonboots ni doudounes matelassées. Juste une halte dans le vignoble, entre Poligny, Pupillin et Arbois. L'occasion pour Michel "lâche pas son pen" Tolmer, pourtant en pleine préparation physique, de contracter un dédicace-elbow du poignet droit. Pas banal!

    Entre deux séances de signatures, Mimi, Fifi et Glouglou ont quand même bu un coup et mangé un morceau. Récit d'une virée tout schuss au pays du ploussard.

    Lire la suite

  • Zwanze Jura tour 2015

    Cantillon: célèbre brasserie bruxelloise où l'on peut courir la gueuze et, une fois par an, faire la Zwanze.

     

    Gueuze: boisson fermentée pétillante élaborée à base de lambic, que l'on peut boire à Bruxelles, tandis que le Manneken-Pis, ou bien partout dans le monde, même si le manneken a fini de pisser.

     

    Lambic: au masculin, le lambic est une bière claire, de fermentation spontanée et naturelle, sans bulles, élevée en fût pendant une à trois années, qui sert de base à l'élaboration de la gueuze. À ne pas confondre avec l’alambic, au masculin aussi, qui sert à distiller, y compris la bière.

     

    Zwanze : forme d’humour gouailleur typiquement bruxellois, une fois, qui a donné son nom à une bière en édition limitée de la brasserie Cantillon. Le jour du Zwanze Day, sonnant l’heure mondiale de la consommation de la Zwanze, pas question de rigoler ! Interdiction de boire un verre avant 21 heures, heure bruxelloise.

     

    Une fois ces quelques définitions posées en préambule, le lecteur lambda comprendra sans doute mieux les enjeux du Zwanze Day, attendu aussi  fébrilement que le jour du beaujolais nouveau, dans le monde entier. Sauf que c'est jour de bière, que ça se passe en septembre et que, finalement, ça n'a pas grand chose à voir.

    Lire la suite

  • Pata negra helvetico et savagnin jurassico

    Depuis que le journaliste Pierre-Emmanuel Buss n'a plus le Temps, il a un petit peu plus de temps. Une situation temporaire qui lui permet pour l'instant d'organiser des rencontres informelles comme celle-ci: une alliance somme toute assez naturelle entre le cochon suisse, façon iberico, et le savagnin jurassien, à la mode oxydative. Match aller dans le Jura français, à Montigny-les-Arsures, chez Stéphane Tissot. Comme j'étais sur le trajet, je me suis retrouvé embarqué dans le bus.

    Lire la suite

  • Le nez toujours dans le vert

    Champion du monde du vignoble le plus bio de France, d'après des sources bien alimentées par la fonte des dernières neiges, le Jura concourt également dans la catégorie du plus cool salon du vin bio régional organisé alternativement au nord et au sud de Lons le Saunier. Et là, il n'y a pas photo. Médaille d'or haut les verres! Cinquième édition en 2015 et record battu! Grosse affluence publique et professionnelle, le dimanche comme le lundi pour de grands moments de découverte, d'échanges et de convivialité, les vignerons jurassiens bio ont encore distillé une sacrée ambiance au domaine de la Pinte, le troisième dimanche de mars. Pour le Nez dans le vert, hip hip hip ...Jura!*

    Lire la suite

  • La Grincée des dents jaune

    C'est l'histoire d'une manifestation phare du vignoble jurassien, la Percée du vin jaune, dont la 19ème édition vient de se tenir dans le village de Montigny les Arsures.

    C'est l'histoire d'une grande fête populaire autour du vin, où la liesse n'empêche ni l'ivresse, ni certains débordements. Entre dégustation, découverte, hédonisme, festivisme, bacchisme, hygiénisme et puritanisme, mais faut-il s'en plaindre?

    La Percée, rien qu'une beuverie sans intérêt ou bien?

    Lire la suite

  • À la table de l'Avin avec Léandre

     

    jura,domaine pignier,à table avec léandre,montaigu,côtes du jura

    En ce 17ème jour de l'Avin, il est plus que grand temps de dégainer un vin pour accompagner les plats festifs de Noël. Un grand vin du Jura, pourquoi pas? Un grand vin rouge du Jura? Chiche!

    Ce vin, c'est un vin de France du Jura, un vin de table de Noël, un assemblage de vieux cépages jurassiens non agrées, qui revendiquent néanmoins leur ancrage local hors l'étiquette où ils sont non grata. Ce vin, tu pourrais avoir envie d'ouvrir en grand ton portefeuille pour en acheter plein. Sauf que ce vin, c'est une rareté, limite introuvable. Tes deux testicules n'y suffiraient pas à l'acquérir. Alors, ta bourse, tu peux d'ores et déjà la refermer, en faisant bien attention de ne pas te coincer le scrotum dans la fermeture-éclair. Ce vin, c'est un cadeau. Celui d'un couple de restaurateurs bien accueillants. Un cadeau du ciel et de la nature. Et d'abord un cadeau de la famille Pignier, qui a voulu retrouver l'esprit de ceux élaborés par le grand-père Léandre, à qui il est dédié.

    Ce vin, tu pourras largement le savourer à table, avec Léandre ou toute autre personne de bonne compagnie. À Noël, avec Noël évidemment, avec Lucien, Aglaé ou Sidonie. Mais pas avec David, qui ne le mérite en aucun cas et qui peut bien aller se faire cuire un œuf dans la quatrième dimension plutôt que de le goûter.

    Ce vin, c'est un vin rouge comme tu en as sûrement rarement bu et n'en boiras pas souvent. Ce vin, c'est un vin rouge du Jura. Ce vin, c'est mon vin de l'Avin.

     

    Olif

  • Retired...

    IMGP5500.JPG

     

    C'est l'histoire d'un vigneron jurassien qui fait valoir (en partie) ses droits à la retraite. 69 ans, une vie vigneronne bien remplie, des vins réputés sur toute la planète et une barbe qui impose le respect, autant que son pull (malheureusement tombé sur le cliché ci-dessus, qui commence à dater un peu). Un petit moment qu'il songeait à prendre un peu de repos bien mérité, Jacques Puffeney. Réduisant progressivement la voilure, abandonnant des parcelles en fermage, dans l'attente de trouver une solution de reprise familiale. Il a finalement fallu se résoudre à se séparer des 4,25 hectares appartenant en propre au domaine. Un marquis bourguignon venu s'encanailler depuis quelques années dans le Jura voisin gagne le jackpot. Il n'en fallait pas plus pour appuyer sur le symbole. Prompts à la détente, les Américains du Wine Spectator ont flairé le scoop, suite à une indiscrétion, grillant sur le fil les Anglais. Vite repris côté francophone, avec une approche superlative et des gros titres façon buzz. La Bourgogne achète le Jura! Les prix du foncier vont-ils flamber du côté d'Arbois? Les vins de Jacques Puffeney vont-ils devenir une bulle spéculative? Le Duché de Bourgogne va-t-il à nouveau annexer la Comté? Les Chinois vont-ils être de la partie et fusionner administrativement avec le Jura pour s'approprier ce fameux goût de jaune? Les supputations vont bon train et, au petit jeu de celui qui répète, déforme, extrapole et amplifie le plus possible, le vainqueur n'a pas encore été trouvé.

     

    Une vente? Non, une bête location en fermage. Pas de quoi en faire tout un foin. Confirmée par de sérieuses investigations journalistiques bourguignonnes. La vie c'est parfois simple comme un coup de fil. Des vignes qui seront néanmoins rapidement converties en biodynamie pour intégrer les autres parcelles du domaine du Pélican, appartenant à Guillaume d'Angerville. Le "Puf" va continuer de vinifier les vins qu'il a en cave et conseiller un peu son neveu Frédéric, à qui il a cédé une petite parcelle. Et peut-être aussi profiter de la chaise longue qu'on ne manquera pas de lui offrir à l'occasion de son pot de départ.

     

    IMG_0614.jpg

     

    C'est l'histoire d'un vigneron jurassien qui fait valoir ses droits à la retraite. Une retraite bien méritée qu'on lui souhaite aussi intense et longue que cette cuvée de savagnin oxydatif et surmaturé, dédiée à sa fille Delphine en 1997.

     

    IMG_0615.jpg

    ©Franquin/Gaston Lagaffe

     

     

    Olif

     

    P.S.: la ronde des salons de Noël n'est pas encore terminée et c'est du côté de Paris qu'il faudra chercher son bonheur le week-end prochain. Buvons nature en Seine, un bien chouette programme!

     

    Capture d’écran 2014-12-11 à 23.25.38.png

    Capture d’écran 2014-12-11 à 23.26.53.png

  • Nez à nez dans le vert

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Au château de Gevingey, le salon des vignerons bio du Jura porte bien son nom. La pelouse fraîchement tondue a revêtu son habit de circonstance. Ambiance fraîche et instable, en cette fin mars qui permet de profiter des premières giboulées de la saison. Mais, malgré quelques violentes averses, la vie est belle, dans le Jura. Bienvenue au Nez dans le vert!

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    De plus en plus cosmopolite, cette réunion festive et conviviale voit débouler les plus grandes pointures mondiales de la planète du vin. En provenance de l'ancienne Gaule romaine, les Belges sont évidemment les plus braves, ne reculant devant aucun sacrifice, mais les danois, suédois et norvégiens sont venus en force, comme à l'accoutumée. On pouvait également rencontrer des espagnols, des américains, des japonais, des chinois et des jurassiens. 720 entrées payantes le dimanche sans compter les 250 pros également présents. Un beau et franc succès, même s'il fallait un peu jouer des coudes devant certains stands l'après-midi. La rançon de la gloire!

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    De belles retrouvailles avec plein de copains. Comme l'Ami Karl, qui pinte joliment bien en accompagnement de l'excellent bœuf aux 30 poulsards de Thierry Moyne, dont la cuisine balance aussi bien à Gevingey qu'en Arbois.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Un espagnol dans le Jura, on a déjà connu ça. Ce n'est pas Bernard Clavel qui dira le contraire. José (prononcer [xose] ou "rossé" en faisant claper la langue sur le double s pour qu'il roule et ne soit pas trop appuyé), c'est aussi un excellent copain à la belle couleur rose mais aux bottes bien rouges.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    La grosse découverte du salon, ce furent les vins de Philippe Chatillon, ancien régisseur de la Pinte, un temps parti dans le Rhône sud puis à Bordeaux, avant de revenir aux sources pour se friser de nouveau les moustaches au bon air du Jura. Découverte, forcément, puisque 2013 sera son premier millésime officiel et que les cuvées ne sont pas encore en bouteille.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Trois cuvées présentées, sans étiquettes véritables, mais qui augurent bien de la suite (+ une troisième sous le comptoir, un savagnin 2008, pour confirmer, si besoin était, le potentiel de ces cuvées). La grande chaude, un chardonnay de Passenans, le Sage Vagnin (comme son nom l'indique, mais pas si sage que ça?) et Y a pas de mais..., un gamay en vin de France qui détonne déjà.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

    Pas loin de là, un jeune homme s'était remis au service, chose qu'il n'avait dû faire sur un salon depuis bien longtemps. Mais certains gestes ne s'oublient jamais. Trois vins, trois contenants différents (50, 75, 150 cl), trois instants de pur bonheur, à savourer avant de passer à la bibliothèque.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

    Jura Wine, c'est la nouvelle bible sur les vins du Jura, à destination des anglophones. Un yellow book sur le vin jaune (entre autres), écrit par la plus savoyarde des anglaises aimant le vin du Jura. Beaucoup de boulot de dédicace en perspective pour Wink Lorch lors de ces deux jours de salon, et c'est tant mieux. Un ouvrage quasi exhaustif sur la région, les vins, les vignerons, avec en prime les bonnes adresses locales et quelques pistes œno et fromago-touristiques. De la belle ouvrage et un bel ouvrage.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

    De façon beaucoup plus anecdotique, cette quatrième édition du Nez dans le vert fut aussi l'occasion de participer au premier congrès mondial des homonymes jurassiens. Bref, on a trinqué entre Oliviers Grosjeans et on a bu un coup de poulsard (ou de ploussard, l'important c'est d'en boire).

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

    Entre Jean-Paul Jeunet, accompagné de toute une équipe de tournage de TV Globo, et les Labet, filmés de façon beaucoup plus intimiste par Laurence Guérault, il fallait se faufiler habilement pour ne pas se retrouver le nez devant une caméra. Un petit bout de planète, documentaire de 52 minutes prévu pour une diffusion cet hiver sur France 3, aura certainement le nez un peu dans le vert.

     


    Un Petit Bout de Planète par Laurence-Guerault

     

    Nez dans le vert et, au final, nez dans le bleu. Mizuiro, en japonais dans le texte, une fort belle façon de quitter Gevingey avec ce chardonnay 2011 du domaine des Miroirs de Kenjiro Kagami, sous un ciel résolument bleu. Symbole d'un avenir radieux pour les vignerons bio du Jura?

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,domaine des miroirs,kenjiro kagami,mizuiro,

    Olif

     

    P.S.: dans son numéro 112, le Rouge & le Blanc consacre 4 pages à la "génération verte" jurassienne. Une excellente raison de mettre son nez dans le rouge et blanc.

  • Phoremidable!

    IMG_1905.JPG

    2013, année de l'amphore dans le Jura. Tant pis pour la rime. L'une d'entre elle a fait son apparition chez un futur producteur d'Octavin de France du Jura. D'autres sont venues grossir les rangs du pionnier jurassien en la matière, Stéphane Tissot. Rejointes par une qvevri géorgienne, enterrée dans la cave pendant les vendanges, à côté des foudres du DD, et qui est désormais remplie de 1000 litres de trousseau dont on est impatient de découvrir ce que ça va bien pouvoir donner.

     

    IMG_3755.jpg

    Avant de tâter de l'amphore, un peu de bulle, avec BBF et Indigène, puis de la barrique, avec les sélections parcellaires de Chardonnay du domaine. Toujours aussi bien définies par leur terroir, même si la Mailloche mailloche de moins en moins. Elle gagne en finesse tout en perdant sa rusticité fumée et épicée. On peut s'en réjouir comme le regretter. En 2011, elle a de surcroît fauté dans la Tour de Curon, pour apporter un équilibre inédit au domaine. Curon l'emporte, avec sa puissance, mais sa fougue a été domptée. Les Amants vont pouvoir s'endormir à la cave, sans craindre l'outrage du temps. Ne pas hésiter à les réveiller si le cœur vous en dit! Derrière, le Savagnin 2012 Amphore ne se laisse pas conter fleurette. Il est tout simplement formidable, à la hauteur des 3 millésimes précédents.

    IMG_3756.jpg

    Et puis, flash-back. En Barberon 2000, premier blanc sans soufre de Stéphane Tissot. Depuis le millésime 2005, la cuvée est légèrement sulfitée à la mise, suite à des déboires sur le millésime 2004. Joli nez de chardo évolué, mais pur et précis. Le passage en carafe lui procure l'oxygène nécessaire à son épanouissement. Contrairement aux idées reçues, sans soufre ne rime pas avec vieillissement prématuré et oxydation. Au contraire, ce sont des vins qui demandent souvent du temps. Cet exemplaire en est la preuve toujours bien vivante.

     

    IMG_3757.jpg

    Après un Poulsard DD 2012 hautement buvable, mais un peu plus ferme (sans accent) que le 2011, sans doute du fait de la présence de 20% de trousseau, le Trousseau Amphore en impose. Temps fort! Totalement différent du 2011, plus structuré et tannique, il va demander du temps. Un vin tout simplement formidable!

    IMG_3758.jpg

    Et puis, vint En Barberon. Pinot noir 2012, 100% grappes entières, en infusion. Le top du top. Sans doute le meilleur jamais produit par Stéphane. Un summum de finesse et de délicatesse, la quintessence d'un grand pinot. Mais, le pinot noir, dans le Jura, t'oublies! De toute façon, il n'y en aura pas pour tout le monde.

    Après un Traminer 2012 qui nous a emmené l'espace d'un instant en Alsace (petite nouveauté avec ce millésime, le passage d'une petite proportion du vin en fût, pour étoffer la structure), le Jaune 2006 des Bruyères nous ramène du côté d'Arbois. Avant de repartir à peine plus au Sud, pour la dégustation en avant-première du Château Chalon 2007, premier du nom au domaine. Assemblage de deux pièces, prélevées au dzi, alors qu'il y en a cinq. Partagées entre cave fraîche et cave plus chaude, pour ne pas en faire un Château Chalon arboisien. La claque du jaune avec la finesse castelchalonnaise. On en reparlera avant longtemps, même si ce n'est qu'un petit aperçu de ce qu'il pourra donner une fois mis en clavelin!

    À quand le premier vin jaune en amphore?

     

    Olif

     

    P.S.: phoremidable ne rime certainement pas avec phore minable, mais c'est le bonus qui s'impose. Forcément!

     

  • De Lons à Montaigu, la dégu, la dégu!

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

     

    Montaigu, Jura. Du haut de leur piton rocheux et du fond de leur cellier, les Chartreux ne sont pas très exposés aux traits d'arbalète, dont aucune ne pourrait être bandée suffisamment pour les atteindre, digue ou pas. C'est dans cette petite commune de la grande banlieue lédonienne, qui surplombe la préfecture du Jura, que la famille Pignier a élu domicile depuis 7 générations. Jean-Étienne, Antoine et Marie-Florence, seuls vignerons du village, possèdent une partie de leurs vignes sur les coteaux pentus de Montaigu (la digue, la digue), un environnement privilégié pour préserver l'intégrité des sols et des levures, grâce, entre autres, à un gros travail biodynamique, et l'autre partie sur le secteur de Perrigny et Conliège.

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

    Le dynamisme, ce n'est pas ce qui manque à Jean-Étienne, d'ailleurs. Tout juste de retour de vendange de chardonnay à crémant, il repart direct à la vigne pour nous rapporter quelques grappes quasi mûres de différents cépages jurassiens typiques, ou pas. À défaut de goûter aux moûts, on tâtera du raisin! À table avec Jean-Étienne, avant que la majorité de ces raisins ne se retrouvent à table avec Léandre, du nom de la cuvée de rouge à l'ancienne à laquelle ils sont intégrés.

     

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

    Argant, petit béclan, trousseau, trousseau à la dame, pinotin, gamay noir, enfariné, chardonnay en sélection clonale, chardonnay en sélection massale, melon à queue rouge, le Jura a bel et bien un grain et de jolies grappes.

     

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

     

    Une fois pressés et mis en bouteilles, les raisins du domaine Pignier produisent également de bien jolies bouteilles. Le Poulsard En Chôné 2012 et le Trousseau Les Gauthières 2011, vinifiés sans sulfites ajoutés, en sont deux exemples probants. Désormais épuisés au domaine, pas de chance pour ceux qui n'y auront pas trempé les lèvres. À la Percenette, c'est du chardonnay parcellaire, issu d'un beau terroir de marnes schisteuses, situé sur Perrigny. La finesse et l'élégance d'un beau vin ouillé. Et puis, pour tous ceux qui sont un peu perdus quand ils goûtent un vin du Jura, GPS est fait pour eux. Encore un vin à l'ancienne, assemblage de Gamay blanc (du bête chardonnay local, en fait), de Savagnin et de Poulsard (vinifié en blanc, pour le coup), qui fait des ravages chez les aficionados. Un vrai bon vin d'antan, qui peut avantageusement remplacer la bouteille d'eau le soir au pied du lit.

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

    À côté de cette gamme de vins résolument modernes, même s'ils ne sont jamais élaborés que selon des préceptes anciens (comme dans le temps, quoi!), le Jura "traditionnel" a toujours droit de cité. Du chardonnay au savagnin, jusqu'à l'incontournable Vin jaune, très réussi dans le millésime 2006, l'absence d'ouillage donne naissance à de beaux vins qui arborent fièrement sur le plastron la croisée d'ogives de la cave séculaire des pères Chartreux, dont la visite constitue l'un des temps forts du passage au domaine, et qui clôt généralement la dégustation.

     

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pigniermontaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

     

    Et puisqu'on parle de Vin jaune, c'est à Perrigny et Conliège que se déroulera la prochaine Percée du Vin jaune, les 1er et 2 février 2014. Avec pour présidente, Marie-Florence Pignier. Comme le monde du vin du Jura est petit, finalement!

     

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

     

    Olif

     

    P.S.: pour qui souhaiterait s'écarter un peu de la route du vignoble et piquer une tête dans le lac de Vouglans à la belle saison, une plaisante petite adresse à Plaisia, route d'Onoz: le Bistrot des Terrasses. Les terrasses, ce sont celles de Merlue, qui abritent également un grand gîte de groupe, idéal pour les 40 ans du cousin Léon, le baptême de la petite dernière ou encore l'enterrement de vie de garçon de Tata Yoyo après qu'elle ait fait son coming out. Cuisine du marché, produits prioritairement locaux, souvent bio, et carte des vins impeccable, faisant la part belle aux vignerons du coin, dont le domaine Pignier, justement, et Julien Labet, avec également de jolies incursions en Bourgogne voisine, par exemple chez Julien Guillot.

    montaigu,jura,côtes du jura,domaine pignier

  • La sueur de la vigne

    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

     

    Les femmes de ménage célestes ayant tout juste fini de récurer le sol du sang de la vigne qui l'entachait, voilà qu'un coin de ciel bleu daigna faire son apparition au dessus du rocher de Château Chalon. Pour mieux sécher les raisins et les marnes, bleues également, encore un peu détrempées et qui collent aux chaussures du randonneur de passage. On n'arrête pas le Progrès et c'est à la demande d'un des journalistes du quotidien jurassien que j'ai pris la route du vignoble, dans l'indifférence générale (Pierre Arditi étant parti tourner un peu plus loin). Pour une rencontre vigneronne doublée d'une interview, où il n'a absolument pas été question du meilleur vin blanc du Jura de l'année du monde. Tout ça dans le cadre d'une grande thématique vin à paraître quotidiennement début octobre, pendant les vendanges. On n'arrête pas le Progrès! Des vendanges 2013 dont le ban ne devrait pas tarder à être annoncé, sans doute la semaine prochaine pour les crémants. Derniers coups de rotofil sur les terrasses du Puits Saint-Pierre, là où la pente est particulièrement raide, juste sous l'abbatiale. Ce qui n'empêchera pas les futurs vendangeurs de bien suer dans la vigne.

    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

     

    Le marcheur qui entame l'ascension a le choix entre la route et le rang de vigne pour grimper vers le ciel. Le VTTiste suivra préférentiellement le balisage, qui ne manque pas de dénivelé avant le ravitaillement du sommet. De quoi programmer une belle escapade jurassienne pour le week-end. Là aussi en y laissant de la sueur, mais qui nourrira à peine le sol, imperméable aux pluies comme à la détresse physique humaine.

    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

    Et pendant ce temps, le savagnin verdit (il mûrit, quoi, rapport à sa couleur!).


    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

    Avant de suer sang et eau dans la vigne, il avait bien fallu s'hydrater un peu. Tout d'abord grâce à quelques produits locaux, cultivés et élevés dans le grand respect d'une tradition ancestrale, chez Gabrielle Rizzi. Des vins d'un classicisme exemplaire, empreints d'une relative rusticité de bon aloi. Mention particulière au Chardonnay 2010 de ce micro domaine familial, d'un seul petit hectare, dont une centaine d'ares en Château Chalon, pile sous  le rocher. Toute la (petite) récolte bientôt vendue directement aux particuliers et aux touristes, le petit caveau sis rue Saint-Jean va bientôt fermer, être démonté et consciencieusement rangé, afin de laisser la place à une cave plus vaste destinée à accueillir le tracteur en prévision des prochaines vendanges. Encore de la sueur en perspective!

     

    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

    À Château Chalon, la sueur n'a pourtant pas attendu le randonneur ou le vendangeur de passage pour couler. Il fut un temps où le sentier de petite randonnée vibrait sous les pas des vignerons qui l'empruntait pour aller travailler la vigne du Puits Saint-Pierre. Surtout ne pas oublier de leur rendre hommage, au vu du service rendu.

    château chalon,jura,gabrielle rizzi,le progrès,puits saint-pierre,macle,côtes du jura

    En débouchant une bonne bouteille avec la première fondue automnale du soir, par exemple. Un 2003 en train de virer vers des notes pétrolées au nez, mais d'une fraîcheur de structure à faire pâlir de jalousie un sculpteur sur glace.

     

     

    Olif

     

     

  • VDV#58: SuperVigneron!

     

     

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    ©Gotlib et Éditions AUDIE

     

    Vendredisduvin

    Les VDV, c'est en toute logique le dernier vendredi du mois, mais il a fallu s'y prendre plus tôt pour l'occasion, vacances d'été obligent. Après 57 éditions, soit près de 5 ans d'existence, il est de plus en plus héroïque de trouver un président mensuel. Ce qui n'est pas sans apporter son lot de cheveux blancs à notre dévouée secrétaire générale perpétuelle. Une chance, Tom Delanoue, du blog 1098 (comme le nombre de bouteilles dans sa cave? la pression barométrique qui règne sous son crâne? le millésime de son année de naissance? on ne le saura pas de Citeaux!), gavé depuis sa plus tendre enfance de comics, nous a sorti de sa manche, de sa cape ou de son chapeau, des vendredis super héroiques. Un thème un peu strange, au départ, il faut bien le reconnaître. J'ai bien vibré un chouïa dans ma jeunesse en lisant les premières aventures de Daredevil, de Spiderman, ou du Surfer d'argent. Je me suis même senti tout Chose à la lecture invisible des aventures brûlantes et élastiques des 4 Fantastiques. Et puis, difficile de s'y retrouver dans la pléthore d'histoires à vertu commerciale, de spin-offs, de dessinateurs et de scénaristes. Alors j'ai lâché l'affaire, un peu réactivée avec l'adaptation plus ou moins heureuse de bon nombre de tous ces super-héros en blockbusters cinémascopiques. Comment faire le lien avec le vin, au final? Plutôt nourri à l'école franco-belge, j'ai mis du temps à trouver l'angle d'approche de ces VDV, si ce n'est éventuellement au travers de la lutte finale de Super Dupont contre Bruce Lee, contée avec maestria par the Marcel Gotlib, et qui a vu la victoire incontestable du karatéka par infarctus du myocarde fatal chez son rival franchouillard, consécutif à la sortie d'un camembert du frigo et à la consommation d'un verre de Pommard 69 avec des glaçons. Mais point de camembert au congélo chez moi, pour ne pas risquer l'excommunication de Normandie. Et je bois généralement mon Pommard comme le whisky. Sec, sans glace. Sauf quand j'ai piscine, évidemment. Ou alors, c'est qu'il m'a tuer...

     

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    ©Gotlib, Rhâ-Gnagna

     

    Alors, j'ai levé mon verre vers le ciel. Et c'est là que j'ai vu une grosse tache noire qui se rapprochait de moi à une vitesse grand V. Était-ce un oiseau? Était-ce un avion? Un effet oculaire dû à l'abus de jus de la treille? Ou plus simplement une goutte de vin dans mon œil, suite à un remuage de verre trop vigoureux? Non, rien de tout cela, c'était SUPER VIGNERON(NE)! Pas besoin d'aller bien loin pour dénicher la bouteille de mes VDV, elle était là, sous mon nez!

     

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

     

    Un verre du Plô 2003, superbe grenache collector de cette chère Iris de Lisson, qui vient tout juste de lancer sa dernière offre "primeur", permettant d'acquérir quelques flacons à prix concurrentiel pour une bonne cause, la survie de ce petit bout de vignoble héroïque, arraché à la forêt de châtaigniers, qu'il faut désormais défendre contre l'appétit vorace de hordes de suidés fort malengroins et indélicats, grands amateurs de bons raisins bien mûrs et pas trafiqués, ce qui serait néanmoins plutôt à mettre à leur crédit, prouvant ainsi qu'ils ont quand même bon goût.

    IMGP6989 (1).jpg
    Super Iris s'apprêtant à prendre son envol depuis la colline de Lisson pour faire ses courses au marché d'Olargues, là-bas, dans la vallée. Peut-être y trouvera-t-elle un slip rouge pour compléter sa panoplie?
     

    Dans le genre super héroïne, Iris, c'est Captain Germanica matinée de Wonder Lisson Woman. Il eût pourtant mieux valu qu'elle descende en droite ligne d'Obélix, super faire-valoir de héros gaulois, afin d'être mieux armée en vue de la digestion d'une demi-quatorzaine de sangliers au petit déjeuner.

     

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

     

    Dans le genre SuperVigneron, on en a un aussi, dans le Jura. Un type doté d'un super pouvoir: celui de changer le raisin en bon vin. Un truc finalement loin d'être à la portée du premier vigneron ordinaire venu. Un de ses vins, biodynamique et sans sulfites, est même capable de sortir "vin de l'année" dans la très rigoureuse sélection du B&D*, qui n'est pas la moitié d'un guide et qui n'a pas non plus la réputation de badiner avec le vin naturel. Il n'y a guère qu'un Hulk gorgé de savagnin gros vert pour réussir ce genre de tour de force! Son nom est Ganevat, Fanfan Ganevat. Un gentil colosse chauve et souriant. Un bath man, véritablement. Un peu comme Bruce Wayne, sauf que lui est obligé de se déguiser pour ça.  Et que, tout Batman qu'il est, il n'y connait pas grand chose en vin du Jura.

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    Les Chalasses VV 2011, vin auréolé au sein d'une gamme irréprochable, particulièrement réussie dans le millésime 2011, paraît pourtant un peu fermé à ce stade. Les Grands Teppes 2011, habituellement plus en retrait dans sa jeunesse, se livre déjà pleinement, avec un supplément de tension et de nervosité. Et puis, le Savagnin Chalasses Marnes Bleues 2011 est une petite merveille de pureté et de précision. Un très très grand vin, sans aucun doute.

    2012 sera par contre une année de très petits volumes. Une récolte de misère d'une qualité pourtant exceptionnelle. Peut-être le plus grand trousseau Plein Sud jamais produit jusqu'à présent, un poulsard de l'Enfant terrible qui se boit au goulot et un pinot noir (Julien et En Billat assemblés) d'une finesse et d'une élégance rares, à faire pâlir de jalousie bien des voisins d'en face.

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    ©Mme Olif

     

    Le Jura a bel et bien son SuperVigneron, il en a même plein d'autres. Nous voilà parés pour un avenir super héroïque!

     

     

    Olif

     

    P.S.: la presse jurassienne a été particulièrement réactive pour saluer la performance de SuperVigneron dans la Bible* du vin. Y associant pour l'illustrer (après autorisation), des photos du Blog d'Olif, s'il vous plaît, mazette! C'est la fête au village! Ce vigneron-là a des super pouvoirs, je vous dis! La photo du "patron" n'est pas de mon fait, par contre.

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    ©Le Progrès


    *B&D: la Bible. Co-écrite par les plus grands dégustateurs français du monde (dont le "patron"), et rééditée chaque année à l’occasion des Foires aux vins**, dont elle constitue l’outil indispensable à l'épanouissement de l’amateur de vins atteint de fièvre acheteuse récurrente courant septembre.

     

    **Foire aux vins : écoulement diarrhéique de bouteilles de vin en grande distribution. Une épidémie saisonnière, initialement automnale, qui permet également la vente d’un grand nombre de bibles (voir B&D) auprès d’amateurs de vin touchés de plein fouet par une irrépressible fièvre acheteuse.

     

    P.S.2: le traitement, pour échapper à la tourista de guides et de bouteilles en GD, c'est de se procurer Tronches de vin. Cet ouvrage de référence, truffé de SuperVignerons, est toujours disponible dans les bonnes librairies ou chez les bons cavistes, sans nécessité de prescription médicale. Non remboursé par la Sécurité Sociale, par contre.

     

    vendredis du vin,ganevat,chalasses,jura,côtes du jura,lisson,iris rutz-rudel,olargues,1098

    Crédit photo: Au fil du vin libre, Strasbourg


  • Bonnes nouvelles de L'Étoile...

     

    l'étoile,jura,domaine de montbourgeau,pentacrine,

     

    Cette Étoile-là brille au firmament du Jura depuis la nuit des temps. Des millions de pentacrines, ces petits fossiles à cinq branches disséminés dans le sol, et cinq monts, grossièrement disposés en étoile: Monterreaux, Mont-Augy, Mont-Morain, Montmuzard, Mont-Genezet, les orthographes variant selon les sources. L'Étoile, c'est tout cela à la fois, et aussi l'une des cinq AOC jurassiennes, un signe supplémentaire? 3 AOC "village", 2 AOC "produit", mais peut-être la moins médiatisée quand même. Pourtant, au centre, une authentique star: Montbourgeau.

     

    l'étoile,jura,domaine de montbourgeau,pentacrine,

    Propriété familiale depuis 1920, appartenant à la famille Gros, le domaine de Montbourgeau est actuellement dirigé par Nicole Deriaux, fille de Jean Gros. Deux des enfants de Nicole semblent se prédestiner à prendre la suite, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Une maison à la solide réputation, garante d'un savoir-faire traditionnel, qui produit quelques-uns des plus beaux spécimens de vins oxydatifs jurassiens. Ici, "pas de chapelle", juste une magnifique demeure et une volonté de produire beau et bon, ce qui sous-entend des pratiques plutôt propres à la vigne et relativement peu interventionnistes à la cave, sans certification d'aucune sorte, ni revendication à aucune appartenance autre que celle des bons producteurs de vins du Jura. Intervenant au domaine depuis 1986 aux côtés de son père, puis seule après son décès, Nicole a imposé petit à petit sa sensibilité, pour produire des vins dotés d'une élégance toute féminine, par rapport à l'opulence de ceux de son père. Un style qu'elle ne renie pourtant pas, toute fière d'avoir produit des vins qui se rapprochent de ceux qu'il appréciait, dans les millésimes généreux que furent 2003, 2005 ou 2009. Mais n'anticipons pas.

    l'étoile,jura,nicole deriaux,domaine de montbourgeau,pentacrine

     

    Ce 2010, élevé en cuve avant d'être transféré dans de grands foudres rechappés pour être adaptés au mode d'élevage des vins de Montbourgeau, est une petite merveille de fruit, de fraîcheur et de simplicité.

     

    l'étoile,jura,domaine de montbourgeau,pentacrine,

     

    La Cuvée Spéciale, c'est une toute autre dimension. Le fleuron du domaine, la quintessence d'un chardonnay en mode oxydatif sur ce beau terroir argilo-calcaire truffé de pentacrines. Élevage sous voile, donc, qui représente la véritable patte du domaine au travers d'une cuvée emblématique qui sait, à chaque fois, refléter le millésime. 2009 très opulent, 2008 doté d'une superbe acidité sur le fil, 2007 à l'équilibre très convaincant, 2003 dans un registre très riche mais cohérent, 2001 qui se révèle par petites touches successives, une année compliquée, au final, très complexe.

     

    l'étoile,jura,nicole deriaux,domaine de montbourgeau,pentacrine

     

    Le Savagnin se plaît également sur les marnes irisées de L'Étoile. Cela va sans dire. Le parallèle entre les deux millésimes est une fois de plus éloquent. 2009 plein, pour la grande garde, et 2008, tout en tension, qui ravira les amateurs de vins tranchants.

    l'étoile,jura,nicole deriaux,domaine de montbourgeau,pentacrine

    Un préambule exceptionnel aux deux Vins jaunes à suivre. Seul le 2006 est désormais disponible. 2005, tout en rondeur, sur des notes maltées et épicées, se fait enjôleur. Mais 2006 n'est pas en reste, plus marqué noix verte, mais avec un potentiel évident.

     

    l'étoile,jura,nicole deriaux,domaine de montbourgeau,pentacrine

    Et puis, avant quelques douceurs sucrées, une dernière petite madeleine, des Vieilles vignes de 1928, millésimées 1990, arrachées peu après. Une bouffée d'air frais, avec des notes d'évolution certaines, mais plutôt dans un registre agréable. Ce qu'il faut de vivacité pour soutenir la vieille cire, le toasté et l'encaustique, et une remarquable tenue à l'air. Superbe! Une étoile qui ne file pas, malgré le fait que l'on soit au mois d'août.

     

    l'étoile,jura,nicole deriaux,domaine de montbourgeau,pentacrine

    Le Paille 2009 est riche et complexe, goûtant un peu sur le sucre sans que celui-ci ne s'impose véritablement, mais il fait figure d'exception pour les Pailles du domaine, à la réputation d'être plutôt très secs. Le Macvin blanc et le Macvin rosé sont marqués par une belle acidité, qui sied parfaitement à ce type de produit qui aurait tendance à devenir vite lourd sans cela. Les Secrets de Montbourgeau, mués en trésors pour beaucoup de participants à la dernière Percée du Vin jaune, c'est la recette ancestrale de vin de liqueur cuit, avant que l'AOC ne jette les bases définitives de ce que devait être un véritable Macvin. Beaucoup de rondeur et d'harmonie pour un vin séducteur, qui manque pour moi d'un peu de peps par rapport à la version agréée, probablement du fait de la cuisson. Toujours est-il qu'il n'y a rien à jeter, à Montbourgeau. Et que l'Étoile n'a jamais aussi bien porté son nom. Une bien bonne nouvelle, n'en déplaise à Gainsbarre..!

     

     

     

    Olif

  • Quand le Jura voit rouge...

     

    IMGP9244.JPG

     

    Le Jura, pays du jaune, nul ne saurait le contester, si ce n'est Marseille. Mais là, difficile de rivaliser, à moins de tenter une piscine au Château Chalon, une expérience extrême qui n'a, à ma connaissance, jamais été tentée, même par le plus aventureux des buveurs de vin jaune. Peut-être faudra-t-il remédier à ça un de ces jours..? Non, Mon Dieu, pitié, ne me tentez pas!

     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné,

    Le Jura, l'autre pays des grands blancs, ceux qui n'ont plus à rougir de la comparaison avec le prestigieux voisin bourguignon, même qu'il serait peut-être bientôt temps d'arrêter de vouloir comparer deux régions aux terroirs aussi dissemblables. Le chardonnay s'y décline en différents clones, qui apportent diversité, richesse, originalité et caractère, ce que les Bourguignons, eux, ne savent plus faire. Avantage Jura, finalement. Le savagnin, avant de virer jaune, peut aussi s'apprécier en blanc. Notamment dans sa version ouillée, non oxydative, ce qui change un peu des arômes de noix verte et de curry.

     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné,

    Et vous faites du rouge, dans le Jura? Oui, Madame. Du pur, du vrai, du primitif, de l'indigène, du caractéristique, de l'authentique. Grâce à une jolie collection de cépages qui ne demandent qu'à s'épanouir, en cuve, en fût, voire en amphore. Des vins qui peinent encore parfois à vaincre les préjugés d'amateurs aux certitudes viniques boursouflées aux entournures et engoncées dans une pensée œnologiquement bien pensante qui les conduit à ne point trouver de salut dans leur verre en dehors de vins standards au grand standing, classés avec plus ou moins de bonheur par des moines cisterciens, des exposants universels ou bien je ne sais quel besogneux de la dégustation comparative à l'intention de l'acheteur compulsif du mois de septembre (ne pas hésiter à biffer les mentions inutiles). Le rouge, dans le Jura, tente sa propre percée et ça commence à plutôt bien fonctionner.

     

    Le Trousseau:


    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné


    L'origine de ce cépage rouge plutôt bien troussé est ancestrale. On en retrouve la trace depuis 1731 en Franche-Comté, mais il existait probablement antérieurement, peut-être importé dans le Jura par des immigrants savoyards ou valaisans, sans doute détrousseurs de grand chemin.

    IMGP5487.JPG

    Le  Troussot figurait en cinquième position sur la liste des bons cépages établie par le parlement de Besançon en 1732. Il était cultivé un peu partout dans la région où il prenait des noms différents, selon l'accent patois en vigueur à cet endroit: Trousseau à Montigny et Arbois, Triffaut à Besançon,  Trusseau ou Trussiau encore ailleurs. Il a été formellement identifié en Galice sous le nom de Merenzao et on le trouverait même jusqu’en Argentine, usurpant la dénomination de Pinot gris du Rio Negro! Les trousseaux sont pluriel, mais le singulier n'est pas exclu.

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné,


    Son nom viendrait du mot ancien « toursel», qui signifie « paquet». Il faut reconnaitre que sa grappe est bien troussée. Un raisin plutôt couillu, donc, dont la variété la plus qualitative est représentée par le "trousseau des dames". La gent féminine en connait un rayon, lorsqu'il s'agit de mettre la main au paquet.

    IMGP7819.JPG



    Son terroir de prédilection : les marnes rouges du Trias et les éboulis argilo-calcaires de Montigny-les Arsures, capitale officielle du Trousseau. Sur les 80 hectares plantés dans le Jura, on en trouve plus de 52 ha en Arbois, dont la moitié à Montigny, seul vignoble à voir s’accroître la proportion de ce cépage.

    domaine de l'octavin,trousseau,corvées sous curon,arbois,2010

     

    Quelques cuvées de Trousseau particulièrement recommandables (liste non exhaustive), dans des styles variés: Singulier et Amphore de Stéphane Tissot, Trousseau des Corvées (cuvée du Nain) et Commendatore de L'Octavin, le Clousot et les Grands Vergers de Michel Gahier, Trousseau des Corvées de Pascal Clairet (La Tournelle), Plein Sud de Fanfan Ganevat, Les Bérangères du Puf, le Ginglet de Philippe Bornard, Arbois de Renaud Bruyère, Rouge de colère de Catherine Hannoun,...

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné

    Le Ploussard ou Poulsard (l'important c'est d'en boire):

     

    IMG_3080.jpg

    L’un des trois cépages rouges qui donne droit à l’appellation Arbois ou Côtes du Jura. Le plus girly de tous lorsqu'il se porte en tee-shirt ou quand il est étiqueté rosé. Pas vraiment sa vocation, en fait. Parce que c'est un vrai rouge, même s'il est peu coloré. Raisin noir à jus blanc, il débourre très tôt et concurrence le savagnin sur ses terres de prédilection. Pas de chance pour lui! Les marnes bleues et irisées du Lias se laissent difficilement partager. Il occupe néanmoins à lui seul une surface de 300 hectares, soit la moitié de la superficie plantée en rouge dans le Jura.

     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné


    Son nom est un véritable sujet de controverse. L'important, finalement, c'est d'en boire. Etymologiquement, le Ploussard tire son nom de la prunelle, dont les grains ont la même couleur, parfois la même forme. Un nom qui se prononce de façon très différente en patois local selon que l’on habite à Salins (pleusse ou plesse), Arbois (plusse) ou Poligny (plousse ou pelosse) ! L'important, ça reste toujours d'en boire.

     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné


    Le  Poulsard, quant à lui, dériverait du latin "pulsare", et c'est vrai que, bien vinifié, il pulse drôlement. Cultivé dans le Jura depuis le XIVème siècle (on parlait alors de Polozard!), c'est un vrai cépage d'ici, ça ne fait guère de doute. Même si l’on en retrouve un peu dans le Bugey sous le nom de Mescle. Il fut inscrit dans la liste des bons cépages publiée en 1732 par le Parlement de Besançon et son identité est fortement jurassienne. Manquerait plus que quelqu'un veuille nous le piquer, tiens!

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné



    C’est pourtant bien le terme de  Poulsard qui sera retenu en première place dans les décrets d’AOC, au grand dam des habitants de Pupillin, proclamée Capitale mondiale du Ploussard. Un crime de lèse-majesté qui alimente les débats et finit par donner soif. L'important, ça reste quand même d'en boire!

     

    IMGP6204.JPG

     

    Quelques cuvées de Ploussard (ou Pousard) particulièrement recommandables (liste non exhaustive), dans des styles variés: Overnoy-Houillon, Point Barre et la Chamade de Philippe Bornard, En Billat de Julien Labet, L'enfant terrible de Fanfan Ganevat, Cuvée Marc de Jean-Marc Brignot (5% de Trousseau), En Chôné du domaine Pignier, les Gruyères d'Étienne Thiébaud, Par ici et Par là de Raphaël Monnier-Ratapoil, Jean-Michel Petit (domaine de la Renardière), Dorabella de L'Octavin, L'Uva du domaine de la Tournelle,...

     

    Le Pinot noir:


     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné,


    Présent dans le Jura depuis la fin du XIVème siècle, sous le nom ambigu de Savagnin noir, il vient tout comme le Chardonnay de la Bourgogne voisine. Surnommé  Maurillon en raison de sa couleur noire, on ne sait s‘il faut l‘appeler Pinot (du latin «pinus», le pin), ou Pineau (du grec « pinein », boire).

     

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné


    Si le vocable Pineau est très typé Charente, on l'utilisait aussi en Haute-Saône, tandis qu’à Salins, Arbois ou Poligny, on le préférait Petit Noirin, ceci afin de ne pas le confondre avec le Gros Noirin, qui n'avait pourtant rien à voir avec lui! Besançon penchait pour Noirum, mais dans le sud Revermont, on le qualifiait de Savagnin noir pour profiter de l’analogie avec la star des cépages jurassiens.

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné


    Classé en deuxième position sur la liste des bons cépages en 1732, juste derrière le Poulsard, mais très critiqué du fait de sa maturité précoce, on le considèrait comme « peu recommandable » au XIXème siècle. Certains allaient même jusqu’à préconiser l’arrachage de ce «raisin des mouches», surnom qui avait le mérite d‘être très évocateur! De nos jours, encore, vestige d'un passé qu'il serait temps de renier, il n'est pas rare d'entendre quelques généralisations déplacées. Du style: "Dans le Jura, le Pinot noir, t'oublies!".
    Ce qu’on lui reproche, en fait, c’est de ne pas produire des vins aussi bons qu’en Bourgogne lorsqu’il est vinifié seul! Mon œil! Sous l’égide du Dr Guyot, plusieurs expériences furent faites afin de rivaliser avec le modèle bourguignon, sans grand succès alors. Mais les Jurassiens persévérants ont toujours su en tirer quelque chose, de ce fichu cépage!

    jura,arbois,pinot noir,trousseau,poulsard,ploussard,enfariné



    Il représente actuellement environ 10% du vignoble rouge. Il est fréquemment utilisé en assemblage pour structurer les rouges et augmenter leur aptitude à la garde. Il faut pourtant se faire un devoir de le goûter seul, pour ne surtout pas avoir à l'oublier.

    Quelques cuvées de Pinot noir particulièrement recommandables (liste non exhaustive), dans des styles variés: Arbois 2005 (les raisins de Camille) et En Barberon de Stéphane Tissot, Côtes du Jura d'Alain Labet, Arbois du Puf, la Pépée (assemblage Pinot-Poulsard) de Jean-Baptiste Ménigoz (les Bottes rouges), PP 2005 (assemblage Pinot-Poulsard) de Jean-Marc Brignot, Côtes du Jura du domaine Pignier, Julien et Grusse en Billat de Fanfan Ganevat, Don Giovanni de L'Octavin, ...

     

    L'Enfariné et autres cépages oubliés:

     

    DSC_3251.JPG


    Recouvert d’une pellicule blanchâtre, d’où son nom, l'Enfariné fut candidat à l’arrachage en 1731. Aussi «désagréable que le nom est déplaisant, son vin léger est acerbe et peu coloré», d'après un certain Chevalier, très acerbe lui aussi, et dont on peut penser qu'il s'est fait rouler dans la farine. Car l'acidité naturelle de l'Enfariné peut faire des merveilles dans des mains expertes. À tel point que certains n'hésitent pas, parfois, à le vinifier seul.

     

    le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

    Ces vieux cépages généralement complantés de tout temps au sein des parcelles sont proscrits dans l'appellation et généralement voués à l'arrachage. C'est compter sans l'opiniâtreté de certains à vouloir les sauver et les préserver à tout prix, tant leur apport est passionnant dans des cuvées qui fleurent bon la simplicité et la rusticité.

    IMGP0355.JPG
     
    Quelques cuvées de vieux cépages particulièrement recommandables (liste non exhaustive), dans des styles variés: J'en veux de Fanfan Ganevat, À table avec Léandre du domaine Pignier, Le Ratapoil de Raphaël Monnier-Ratapoil, Vin de Pays de Franche-Comté d'Étienne Thiébaud (domaine des Cavarodes)...
     

    IMGP9237.JPG

     

    Olif

  • 7 qui prend!

    IMG_2848.jpg

     

    Ce petit Chérubin les fesses à l'air sur son tonneau illustre le tout premier vin jaune d'Alice Bouvot et Charles Dagand. Une grande première pour ce domaine jurassien désormais phare, qui a su se tailler en moins de 7 ans une place de choix dans le milieu du vin bio et naturel jurassien, dans le milieu du vin du Jura tout court, dans le milieu du vin tout court. Alice et Charles, du domaine de l'Octavin, ont fait leurs gammes avec Mozart et ils ne l'ont pas renié, car ils bossent toujours avec Don Giovanni. Mais ils vont désormais au-delà, proposant une gamme de vins qui dépotent, contenant comme contenu. Pas de recette spécifique, en dehors d'un gros travail biodynamique à la vigne, plutôt un feeling et une inspiration qui leur donnent envie de se laisser guider par le raisin en cours d'élevage, question de confiance. Et le plus souvent, ça paye! D'une année sur l'autre, les vins ont leur propre identité. Un de leurs gros succès, que l'on trouve sur les meilleurs tables du monde, en toute modestie, c'est le Trousseau des Corvées.

     

    IMG_2849.jpg

    Avec cette cuvée, dite du Nain, boire du trousseau n'est jamais une corvée. Une étiquette signée Mme Olif, tronche de peinture, qui a du coup été sollicitée pour habiller le Chérubin. Avec pour consigne toutefois de lui laisser les fesses à l'air. Un Nain jaune pour une désacralisation du clavelin, dont bien peu de vignerons, pour ne pas dire aucun, osent un nom spécifique, encore plus s'il est fantaisiste. Deux fûts élevés en parallèle dans une même cave fraiche et humide, mis en bouteilles séparément, et deux vins s'exprimant légèrement différemment. Ciré bleu pour un nez épicé, champignon de printemps, qui sait pourtant rester frais dans le gosier. Ciré jaune pour des arômes plus réservés au nez, mais une bouche tout en dentelle et en finesse, hautement salivante. Un jaune réjouissant, qui a pourtant frôlé le déclassement, n'exprimant pas une soit-disant typicité arboisienne, généralement sur la noix prononcée. Il s'est fort heureusement bien rattrapé à l'oral, le contraire aurait pû être un scandale à la hauteur de "la faute grave" qui a coupé les ailes du Moulin-à-Vent du domaine de la Molière tout dernièrement.

     

    IMG_2850.jpgIMG_2851.jpgIMG_2852.jpg

     

    Les autres nouveautés, ce sont des histoires de rébus avec des chardonnays de la Mailloche macérés et un Zest de savagnin, lui aussi cuvé au lieu d'être râpé. De bien belles quilles et de quoi se taper une bonne partie de jeux de société en compagnie d'Alice et Charles! 7 qui prend?

     

    Olif

  • VDV#56: trou de mémoire...

     

    ratapoil,raphaël monnier,arbois,crèmerie petite,tronches de vin,

     

     

    Vendredisduvin

     C'est le dernier vendredi du mois. Un mois de mai bien pourri sur lequel il tarde à beaucoup de monde de tirer un trait. C'est Vendredi du vin et j'ai failli oublier. Modestement, je n'en ai encore manqué aucun et celui-là a failli passer à la trappe. Oublié et modeste, c'est justement la thématique choisie au hasard Balthazar par Jeff Heering, Brusseleir dans l'âme, qui n'aurait pas aimé que le mois de mai soit finalement oublié des vendredistes bruxellois. Sans compter que, sans présidence ni sujet de VDV, les Brusseleirs n'auraient modestement pas su quoi boire lors de leur pantagruelique rencontre  mensuelle, qui renvoie en cour de récré n'importe quel autre participant plus modeste à ce grand raout vinique, fier et content d'arriver avec sa belle, unique et jolie bouteille collant à la thématique du mois.

     

    le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

     

    Alors, pour tenter d'égaler a minima la performance la prouesse récurrente de ces Belges un peu fous, j'en  ai bien peur, ce ne sera pas d'un seul cépage oublié et modeste dont je voudrais parler aujourd'hui, mais au moins d'une quinzaine. Tous réunis dans la même bouteille, j'espère que l'on saluera la prouesse, digne d'un VDV Brusseleir minimaliste. Béclan, mézy, gueuche, gouais, gamay blanc, portugais bleu, enfariné..., les autres je les ai oubliés. Certaines âmes bien pensantes auraient d'ailleurs bien voulu qu'ils soient définitivement éradiqués, et ce dès 1772 au Parlement de Besançon, mais ce patrimoine ampélographique a été sauvé de l'oubli total, grâce à l'obstination et la persévérance de jeunes vignerons, qui n'hésitent pas à reprendre les micro-parcelles de ces petits papys qui vinifiaient, souvent pour eux-mêmes, un vin rouge de pays un peu rustique, certes, mais gouleyant et préservé des nombreux travers de l'œnologie moderne. Du rouge qui ne tache plus tant que cela, pour un peu que l'on apprécie les vertus d'un vin réellement authentique.

     

    DSC_3251.JPG

     

    Le Ratapoil, Étienne Thiébaud, Fanfan Ganevat, le domaine Pignier..., tous ont choisi de préserver ces vieux cépages de la disparition, n'hésitant pas à en replanter, sous le manteau parfois, afin que la richesse viticole du Jura soit préservée. Et pour démontrer que tous ces cépages modestes, honnis, méprisés peuvent donner naissance à des vins simples rustiques mais de grande qualité. S'en passer serait misère...

     

    IMGP0355.JPG

     

    Olif

     

    P.S.: les vendredis de la peinture, ça commence aussi aujourd'hui. Michèle Aubéry, du domaine Gramenon, expose ses toiles pendant un mois à la Pointe du Groin. Ce n'est pas à Cancale que ça se passe, mais chez Thierry Breton, à Paris, dans le Xème. 

     

    vendredis du vin,ratapoil,raphael monnier,étienne thiébaud,jura,vin de france,ganevat,domaine pignier