27 mars 2014

Nez à nez dans le vert

le nez dans le vert,jura,gevingey

Au château de Gevingey, le salon des vignerons bio du Jura porte bien son nom. La pelouse fraîchement tondue a revêtu son habit de circonstance. Ambiance fraîche et instable, en cette fin mars qui permet de profiter des premières giboulées de la saison. Mais, malgré quelques violentes averses, la vie est belle, dans le Jura. Bienvenue au Nez dans le vert!

le nez dans le vert,jura,gevingey

De plus en plus cosmopolite, cette réunion festive et conviviale voit débouler les plus grandes pointures mondiales de la planète du vin. En provenance de l'ancienne Gaule romaine, les Belges sont évidemment les plus braves, ne reculant devant aucun sacrifice, mais les danois, suédois et norvégiens sont venus en force, comme à l'accoutumée. On pouvait également rencontrer des espagnols, des américains, des japonais, des chinois et des jurassiens. 720 entrées payantes le dimanche sans compter les 250 pros également présents. Un beau et franc succès, même s'il fallait un peu jouer des coudes devant certains stands l'après-midi. La rançon de la gloire!

le nez dans le vert,jura,gevingey

De belles retrouvailles avec plein de copains. Comme l'Ami Karl, qui pinte joliment bien en accompagnement de l'excellent bœuf aux 30 poulsards de Thierry Moyne, dont la cuisine balance aussi bien à Gevingey qu'en Arbois.

le nez dans le vert,jura,gevingey

Un espagnol dans le Jura, on a déjà connu ça. Ce n'est pas Bernard Clavel qui dira le contraire. José (prononcer [xose] ou "rossé" en faisant claper la langue sur le double s pour qu'il roule et ne soit pas trop appuyé), c'est aussi un excellent copain à la belle couleur rose mais aux bottes bien rouges.

le nez dans le vert,jura,gevingey

La grosse découverte du salon, ce furent les vins de Philippe Chatillon, ancien régisseur de la Pinte, un temps parti dans le Rhône sud puis à Bordeaux, avant de revenir aux sources pour se friser de nouveau les moustaches au bon air du Jura. Découverte, forcément, puisque 2013 sera son premier millésime officiel et que les cuvées ne sont pas encore en bouteille.

le nez dans le vert,jura,gevingey

Trois cuvées présentées, sans étiquettes véritables, mais qui augurent bien de la suite (+ une troisième sous le comptoir, un savagnin 2008, pour confirmer, si besoin était, le potentiel de ces cuvées). La grande chaude, un chardonnay de Passenans, le Sage Vagnin (comme son nom l'indique, mais pas si sage que ça?) et Y a pas de mais..., un gamay en vin de France qui détonne déjà.

le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

Pas loin de là, un jeune homme s'était remis au service, chose qu'il n'avait dû faire sur un salon depuis bien longtemps. Mais certains gestes ne s'oublient jamais. Trois vins, trois contenants différents (50, 75, 150 cl), trois instants de pur bonheur, à savourer avant de passer à la bibliothèque.

le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

Jura Wine, c'est la nouvelle bible sur les vins du Jura, à destination des anglophones. Un yellow book sur le vin jaune (entre autres), écrit par la plus savoyarde des anglaises aimant le vin du Jura. Beaucoup de boulot de dédicace en perspective pour Wink Lorch lors de ces deux jours de salon, et c'est tant mieux. Un ouvrage quasi exhaustif sur la région, les vins, les vignerons, avec en prime les bonnes adresses locales et quelques pistes œno et fromago-touristiques. De la belle ouvrage et un bel ouvrage.

le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

De façon beaucoup plus anecdotique, cette quatrième édition du Nez dans le vert fut aussi l'occasion de participer au premier congrès mondial des homonymes jurassiens. Bref, on a trinqué entre Oliviers Grosjeans et on a bu un coup de poulsard (ou de ploussard, l'important c'est d'en boire).

le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

Entre Jean-Paul Jeunet, accompagné de toute une équipe de tournage de TV Globo, et les Labet, filmés de façon beaucoup plus intimiste par Laurence Guérault, il fallait se faufiler habilement pour ne pas se retrouver le nez devant une caméra. Un petit bout de planète, documentaire de 52 minutes prévu pour une diffusion cet hiver sur France 3, aura certainement le nez un peu dans le vert.

 


Un Petit Bout de Planète par Laurence-Guerault

 

Nez dans le vert et, au final, nez dans le bleu. Mizuiro, en japonais dans le texte, une fort belle façon de quitter Gevingey avec ce chardonnay 2011 du domaine des Miroirs de Kenjiro Kagami, sous un ciel résolument bleu. Symbole d'un avenir radieux pour les vignerons bio du Jura?

le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,domaine des miroirs,kenjiro kagami,mizuiro,

Olif

 

P.S.: dans son numéro 112, le Rouge & le Blanc consacre 4 pages à la "génération verte" jurassienne. Une excellente raison de mettre son nez dans le rouge et blanc.

Commentaires

Encore un très bel article Olif ! Merci d'écrire si bien sur notre beau Jura :-) !!! ... et hâte de découvrir le documentaire un petit bout de planète, ça a l'air très chouette !

Écrit par : Elisa LacStPoint | 28 mars 2014

Écrire un commentaire