28 mars 2014

VDV#64: quel vin pour demain?

 

IMG_4062.jpg

 

 

Vendredisduvin 64èmes VDV! Le précédent Vendredi du vin, c'est comme si c'était hier. Et le prochain, c'est déjà aujourd'hui, en attendant celui du mois prochain, autant dire demain! Fallait-il pour autant confier la présidence de celui-ci au plus célèbre dégustateur en pataugas du littoral breton? Comme si ses virées gastronomiques en VTT ne lui suffisaient plus, voilà que le Doc Adn pratique désormais l'escapade temporelle. Et qu'il se pose des questions métaphysiques sur le devenir du jus de la treille dans le futur. Que boira-t-on demain? Du vin divin ou ... du vin Devil? Dans quel breuvage le Doc va-t-il bien pouvoir faire tremper son dentier quand il sera vieux, qu'il perdra ses cheveux et aura 64 ans?

 

 

Plutôt que de me livrer à une dissertation économico-ennuyeuse sur les enjeux de la viticulture du XXIIème siècle, au risque de voir somnoler en moins de deux minutes le lecteur du Blog d'Olif, qui préfère, et de loin (on le comprend aisément), boire un bon coup au jour le jour, sans se préoccuper d'autre chose que d'avoir son verre plein (de bon vin évidemment), je vais me contenter d'aller à l'essentiel, de façon très pragmatique. Quel vin pour demain? La question est néanmoins bonne. Merci Doc Adn de l'avoir posée. La réponse, quant à elle, sonne comme une évidence. Le vin de demain, c'est celui que j'ai remonté de la cave ce soir et dont je n'aurai pas fini la bouteille d'une traite. Même si, du fait d'un paradoxe spatio-temporel particulièrement complexe à expliquer, il se transformera illico en vin du jour moins de 24 heures après. Vite, redescendre à la cave chercher une autre bouteille de vin pour demain, quitte à ce que ce soit la même. Le vin de demain, un vin inaccessible! Impossible de l'approcher, il fuite en avant et change chaque jour.

Comme il en fallait tout de même bien un, pour illustrer mon propos, le vin du vendredi de demain sera biodynamique, évidemment, celui que je suis descendu chercher à la cave ce jeudi soir. Danaé 2004, de Pascal Lambert, du bon jus de cabernet franc sur sol argilo-calcaire, qui ne poivronne pas, pour faire plaisir au Doc qui en raffole, et surtout du vin de Chinon, à la mémoire d'une vendrediste ligérienne qui nous manque cruellement et terriblement. Tchin, Anne!

 

DSC_3364.JPG

 

Olif

Commentaires

Les vins de Chinon, une valeur sûre... même pour demain.

Écrit par : Arène Bacchus | 31 mars 2014

Effectivement un Chinon why not...
Et pour le vin Devil, faudra aller tester le bar à vin du Hellfest en Juin!!!

Écrit par : Fanny | 03 avril 2014

Écrire un commentaire