Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vendredis du vin #28: Plus Bellet la vie!


Vendredisduvin

28ème session des Vendredis du vin. Destination la vigne et le vignoble, pour une partie de tourisme viticole, à la demande du monomaniaque alsacien, pourtant largement ouvert aux autres régions, si l'on en croit la diversité de ses commentaires de dégustation. L'œnotourisme est une pratique à la mode, encouragée par tous les acteurs de la vie économique, y compris en plus haut lieu, tandis que dans le même temps, les défenseurs de la Santé publique pourfendent bassement les vignerons, vils corrupteurs de notre belle jeunesse, tout juste bonne à lever le coude et se jeter des grandes lampées de Crus classés derrière le sifflet sans même recracher, ou alors juste vomir au bout du 3ème magnum. "A bas le vin et les viticulteurs, mais vive l'œnotourisme", s'exclament d'une seule voix et de concert les Ministres de la Santé économique publique réunis. "Tous dans le bus", pour sillonner le Bordelais, la Bourgogne ou la Napa Valley, à la rigueur le Jura, et s'arrêter dans des wineries ou chez Henri Maire, y regarder un film sur le travail à la vigne et l'historique du vignoble, suivre un parcours balisé en cave comme on visite un musée, déguster des produits stéréotypés en compagnie d'un agent commercial et/ou d'une secrétaire trilingue, et, enfin, remplir le carnet de commandes avant de remonter dans le bus en chantant merci chauffeur, merci chauffeur. Point à la ligne, paragraphe suivant.

 

 

IMGP9408.JPG
Bellet, c'est tout au fond à gauche, dans la brume.

 

Quelle que soit la destination choisie, en France, en Europe, ou ailleurs, dur d'échapper à la présence du vin et de la vigne, véritable pan de notre patrimoine qu'il serait véritablement malséant de vouloir occulter, quand il ne s'agit pas d'essayer de l'anéantir complètement sous couvert d'hygiénisme mal placé. Si l'œnotourisme de masse a la faveur de nos élus, grâce aux retombées financières susceptibles de faire vivre l'économie locale, le vinotourisme artisanal a (heureusement!) encore droit de cité. Seul ou en groupe, le véritable amateur ne demande qu'à arpenter les vignes, visiter les caves, rencontrer les hommes et les femmes qui font le vin, le goûter et l'appréhender avec eux, sans qu'on lui anime et balise son parcours de façon superficielle, comme dans n'importe quel voyage organisé.

Manger et boire "local", quand on est en villégiature quelque part, voilà une sympathique façon de mieux s'immerger dans le milieu autochtone. Manger et boire "local de là-bas", quand on est rentré à la maison, voilà une sympathique façon de se remémorer ses vacances sans sacrifier à la sempiternelle soirée diapo.

 

IMGP9477.JPG

 

Pas de visite de vignoble au menu, cette année, pendant les vacances de la famille Olif. L'œnotouriste qui sommeille en moi ne s'est pas réveillé à la vue des coteaux de Bellet. De façon fort avisée, quelques échantillons de cette production un peu confidentielle ont pourtant fait le chemin jusque dans le Jura, afin d'être sacrifiés sur l'autel de mon bon goût dès le retour à la maison.

De l'œnotourisme par procuration, comme une carte postale reçue à la maison après le retour de vacances, ce Clos Saint-Vincent 2008, issu à 90% de folle noire, complétée de grenache, ne nous raconte pas de salade. Dense, opaque, séveux et plein, il est encore marqué par le fût, mais laisse apercevoir une bien jolie matière d'une grande originalité, pour ne pas dire d'une noire folie.

 

IMGP9478.JPG

 

Bons baisers de Nice et merci chauffeur, merci...

 

Olif

Lien permanent Catégories : Les Vendredis du vin 7 commentaires

Commentaires

  • Génial texte en forme, un peu de coup de geule... tellement vrai !

  • Je vote pour la secrétaire en mini jupe trilingue ! Mais... Chose importante, avait-elle fait un stage de binage pour être prise à ce poste ?

    Écrit par : Christophe Landry

  • et dire, que ne ne l'avais pas encore lu, quand j'ai pondu cela: http://lisson.over-blog.com/article-preambule-au-vendredis-du-vin-28-pourquoi-je-n-aime-pas-l-oenotourisme-54655193.html je me sens moins seule avec mes sentiments ambigus par rapport au terme et ce que tu décris si bien dans ton texte:-) et je partage du fonds de mon cœur (et de mon expérience d'hôte dans mon petit domaine) ta définition du "vinotourisme artisanale", même s'il reste encore un terme moins barbare à inventer - ou peut-être, qu'on se passe de terme et se concentre sur le contenu - comme devant un bon vin:-)

    Écrit par : Iris

  • T'aurais pu aussi nous faire le coup de la Belette...: http://www.youtube.com/watch?v=DfPWEPP1T9s

    Écrit par : Bebert

  • Merci d'avoir mis en relief le paradoxe Evin-Oenotourisme!!! Pas de texte de mon côté cette fois ci. Pas trop la tête à ça.... Et vive les balades au détour des vignes de France...et d'ailleurs. A ta santé!

  • Belle analyse ! Moi je crois à l'eonotourisme amateur, celui qui mixe la chambre d'hôte, la visite de cave et surtout l'échange avec le vigneron, tout ça sur le domaine bien entendu. En Champagne, la maison Jacques Selosse va se lancer sur ce créneau, elle a racheté une demeure bourgeoise qu'elle transforme en hôtel de 10 chambres, avec cuisine, dégustation et échange entre convives façon "comme à la maison". C'est cet oenotourisme que j'aime.

  • J'aime bien le coup de sang :-) Mais qu'importe le nom, à chacun de "faire" son "voyage" dans les vins comme il l'entend. Même sans "oeno" le tourisme prend des chemins aussi caricaturaux que la visite guidée en bus climatisé de grand luxe. Et a contrario il y a des vacanciers qui partent juste "à la rencontre". Faut juste choisir son camp. Pour moi, c'est fait. Tout simplement... Faire la route des vins comme on part sur les Chemins de Compostelle, en demandant l'hospitalité dans une cave nouvelle chaque soir, ça me plairait bien aussi :-D

    Écrit par : François C

Écrire un commentaire

Optionnel