05 octobre 2010

Les nouveautés, côté Jardins...

 

 

 

IMGP9830.JPG

 

Çela faisait un petit bail que Stéphane "Saint-Vernier" Planche, le jardinier de Saint-Vincent ne nous avait pas invité à parcourir les allées de sa carte, sabots aux pieds, au rythme d'une dégustation à l'aveugle. Plein de raisons à cela. En premier lieu la nouveauté. Nouvelle coupe de cheveux, nouveau site web, nouveau concept, nouvelle tête, nouveaux vins. Pas encore de nouveau Bojo, mais ça ne devrait plus trop tarder, plus qu'un bon mois à patienter.

 

La nouvelle tête, c'est Rachel, sommelière de formation, qui tient la boutique pendant que Saint-Vernier court et vole, de vignoble en vignoble. Le nouveau concept, c'est la formule bar à vins, qui a bien fonctionné tout l'été. Saucissonnage à toute heure (ou presque), arrosé de deux ou trois bons canons sélectionnés par le patron. Du grignotage simple et bon, soigneusement sélectionné, parfaite mise en bouche avant d'aller se remplir plus copieusement la panse dans les restaurants arboisiens tout proches. Le nouveau site web, c'est toujours le même, mais relooké et plus aisé de navigation. Il n'attend plus que les commandes massives des internautes ébahis par tant de belles références en provenance de la France entière, et même du Jura, aussi, un peu. La nouvelle coupe, c'était pas plus tard que la veille de la soirée,  il y avait longtemps que l'on n'avait pas vu Stéphane avec les cheveux aussi courts, why not?

 

 

IMGP9844.JPG

 

 

Bien plus important, finalement, ce sont les dernières cuvées rentrées, qu'il nous fallait découvrir à l'aveugle, décrypter, commenter, décortiquer, apprécier (ou pas)) et ne surtout pas noter (why note?). Après une mise en bouche vive et sympathique, un Blanc d'Argile de Vouette et Sorbée à la bulle réjouissante, plus d'excuse pour ne pas être là.

 

IMGP9832.JPG- Arbois Cul Rond 2009, Domaine de l'Octavin: robe légèrement trouble, nez encore fermentaire, sur le jus de pomme. Mais y'a aut'chose! La bouche possède une petite arête minérale incisive en son milieu, mais y'a aut'chose! La finale s'élargit et se pavane, deviendrait presque tannique. Déconcertant, et une nouvelle fois, je passe à travers et ne m'en rend compte qu'une fois la bouteille dévoilée. Pas encore tout à fait en place, mais il y vient tout doucement. Ce Cul Rond, joliment illustré par Thierry Moyne, le chef de la Balance, est une réalisation d'Alice et Charles: du poulsard du lieu-dit En Curon, vinifié en blanc et 100% nature. Le genre de quille qui vous troue le Curon, pour parler un peu crûment mais orthographiquement correct. Encore un peu de temps et il devrait se mettre progressivement mieux en place.

 

IMGP9835.JPG- Autrement 2008, Roussette de Savoie, Jacques Maillet: nez cristallin, citronné, frais. Bouche nette et précise, d'une grande pureté, finissants sur de beaux amers salivants et une sensation désaltérante. Devant tant d'élégance, l'assemblée reste bouche bée. La tentation de situer cette bouteille en Jura fut grande, mais le secret espoir déçu se transforma en sourire jubilatoire une fois l'anonymat levé. Même les Savoyards de service s'y sont laissés prendre et cela confirme l'exceptionnelle qualité des vins de Savoie lorsque le vigneron s'en donne la peine.

Jacques Maillet, la Savoie Autrement, une certaine forme de jardinage à la vigne qui ne peut évidemment qu'être plébiscitée ici.

 

IMGP9837.JPG- Le Ddréorse 2008, La Sorga: cette fois, on donne dans le bigarré! Robe rubis clair. Nez chewing-gum aux fruits, petite prune, fruits rouges. La bouche possède un tactile soyeux croquant incomparable, d'une sphéricité presque parfaite. La finale s'étire un peu, apportant de la fraicheur. L'alcool, bien perçu en milieu de bouche, se fait plus discret. Cela aurait pu être un rouge clair, c'est un rosé foncé de mourvèdre, pas apte à séduire tous les palais, mais qui n'est pas sans rappeler le Tavel de l'Anglore. Une certaine maitrise du zéro soufre qui fait que le Tortul ne s'est une nouvelle fois pas retrouvé sur le dos.

 

IMGP9838.JPG- Autrement 2007, Chautagne, Jacques Maillet: assemblage de pinot, gamay et mondeuse, à la robe rouge rubis foncé. C'est un vrai vin de terroir avec un brin de rusticité qui lui sied au teint, des tanins qui accrochent, presque encore un peu compacts, mais le végétal croquant apporte la fraicheur. Pas immensément long ni complexe, c'est un canon de partage, qui accompagnera parfaitement des plats simples et de la charcuterie.

 

IMGP9840.JPG

 

- Soir d'hiver 2009, Coteaux du languedoc Cabrières, Clos Romain: cette nouveauté-là, c'était la mienne, arrivée de fraiche date dans le Jura. Une robe burlat, un nez gorgé de fruits noirs, plein de franchise. La bouche développe des tanins soyeux, veloutés et gourmands. C'est un vin relativement riche, doté d'une bonne fraicheur et d'un excellent coefficient de buvabilité. Le cinsault dans toute sa splendeur, tout sur le fruit, à siroter un soir, d'hiver ou d'automne. Surtout ne pas se priver s'il en reste pour le lendemain midi.

 

IMGP9841.JPG- La Vigne Haute 2009, Jean-François Coutelou, Vin de table français du Languedoc: wouah! Le nez séduit, malgré son côté animal; Les phéromones, sans doute! Au delà, le fruit noir exulte, porté par des tanins veloutés très frais, malgré la puissance et la concentration. 100% syrah, 100% nature et un équilibre déjà majestueux. Une grosse découverte également que ce Mas Coutelou!

 

IMGP9842.JPG- Séguret 1999, domaine du Pourra, cuvée Mont Bayon: un vin sérieux, avec un peu d'évolution, mais entamant sa phase de maturité. Grenache, syrah et mourvèdre. Beaucoup de puissance, un peu d'alcool, des notes kirschées et une bouche métallique, avec des tanins finissant amers. Un vin qui serait plus à son aise à table qu'en fin de dégustation.

 

IMGP9843.JPG- La Béa...titube 2009, La Sorga: une douceur finale signée Anthony Tortul, de La Sorga. Du muscat petits grains de Saint-Jean de Minervois, passerillé et botrytisé. La bouche est "hallucinante", de la bouche même de l'un des participants. Incroyable fraicheur mentholée sur des notes muscatées, avec une touche de garrigue et de lavande. Équilibre de fou avec une bouche qui confine presque au sec malgré 128 g de sucres résiduels. Devant une telle prouesse, la Béa ne peut que tituber et les dégustateurs peinent encore à s'en remettre.

 

 

Une seule solution, pour clore la soirée: le traditionnel mâchon, désormais maison. La trancheuse à jambon a turbiné grave pour rassasier la horde des apprentis jardiniers.

 

 

IMGP9847.JPG

 

Le mois prochain, on s'attaque aux vieilleries des Jardins. Peut-être même bien qu'il en reste dans ma cave, pas encore bues et loin d'être mortes. Ça promet déjà...

 

Olif

Commentaires

Maillet Chautagne 2004 (mondeuse, pinot, gamay) : simple, maigrichon, acide, pas bon pour tout dire ...
J'évite ce vin à mes amis, même sur un mâchon

Écrit par : laurentg | 06 octobre 2010

Dégoûts et des couleurs...
Le 2005, ouvert quasiment dans la foulée se présente encore fort bien, sous un jour charnu et épicé. Pas immensément, mais un vrai bon vin de casse-croûte. Le 2004 je n'ai pas goûté, mais Eric Bernardin le qualifiait de "grand" à une époque.
Tiens, un peu de lecture, Laurent: http://vinsnature.canalblog.com/archives/2007/02/26/4138476.html

Il est moins gênant à mes yeux de se gourrer en qualifiant un vin de "grand" alors qu'il est tout juste bon ou à peine quelconque, que de le disqualifier définitivement en le traitant à tort d'imbuvable. Question d'approche et de point de vue.

Écrit par : olif | 06 octobre 2010

Je sais Eric compétent et honnête dans ses choix ...
J'avais assez bien aimé les vins qu'ils avait amené lors d'un repas breton :
VdP Hérault Clos Roca « A propos » 2005
Coteaux du Languedoc Mas Conscience l’As 2003

Préféré ce même soir le Narvaux 2001 de Coche-Dury (pas trop cher) ou Margaux 2000 (très chic et cher, certes).

Pour Maillet, 2004 n'aide pas dans ce coin de France, je crois.

Quand mon ami Patrick H. me propose de me joindre dimanche dernier pour goûter une quinzaine de vins nature, je ne fuis pas.

Je continuerai à décrire des vins imbuvables (à mon goût), qu'ils soient nature ou Parkérisés.
Heureusement que le spectre des bons, très bons, excellent et grands vins reste large.
Et le consensus ne me semble pas la seule ligne éditoriale possible pour un blog.

Écrit par : laurentg | 06 octobre 2010

Autrement... Soir d'hiver... Cul Rond... La Béa... titube, Olivier, tu ne préparerais pas quelque chose pour le 29/10 ? ;-)

Écrit par : Catherine | 06 octobre 2010

Quel consensus, Laurent? Je n'ai pas le sentiment de faire dans le consensuel, même si je ne relaie pas systématiquement mes impressions négatives, ce que tu persistes à vouloir me reprocher. On se situe beaucoup moins dans la déférence ici que sur Mille plateaux, quand même?

Ce que je pense, haut et fort, c'est que toute bouteille ne mérite pas un commentaire et une note de dégustation, comme on le pratique à IVV. Surtout le vin "nature", qui s'accommode encore bien plus mal de cette pratique, mais de toute façon, on s'en fiche, ce ne sont pas des vins de compétition. Réputés "vivants", moins stables (encore que!), ils ne se présentent pas toujours bien le jour où on les goûte, même ceux que l'on a déjà identifiés comme faisant partie des plus beaux jus. Qu'importe, on attendra la prochaine bouteille, qui pourra se présenter bien mieux, à un tout autre moment. Finalement, tout n'est pas bon à écrire, même si on a le droit de le dire ou de le penser à un instant T. Et puis, l'analyse sensorielle organoleptique œnologiquement correcte a ses limites, même si c'est elle qui prévaut dans les milieux autorisés.

En ce qui concerne les vins parkerisés imbuvables, la problématique est tout autre. D'ailleurs, ils le sont tous un peu, imbuvables, les vins parkerisés, non?

Et si, de temps en temps, tu essayais de goûter et/ou boire des vins (juste un ou deux, pas une série de 15!), sans un stylo au bout des doigts et une grille de notation sur la table? Bon, je sais, tu as des championnats de dégustation à préparer...

Écrit par : olif | 07 octobre 2010

Olif,

On fera cela en rentrant du ski avec Rayas 90 à la Tchau ! :-)

"D'ailleurs, ils le sont tous un peu, imbuvables, non?"
NON

Écrit par : laurentg | 07 octobre 2010

Hello Mr Olif,

merci bien pour ce petit compte rendu bien sympa de la soirée et des vins dégustés.

Du talent pour la sélection côté Jardins, du talent pour la rédaction côté Olif.

A jeudi 21.

Jean.

Écrit par : Jean DESCHAMPS | 12 octobre 2010

Cahors Simon Busser L'originel 2009 : typé, mûr (myrtille, chocolat amer, menthe), âpre comme il faut. Bu sans carafage.

Maury la petite baigneuse Les Loustics 2009 (Philippe Wies) : peu conventionnel, petite matière oxydée, éphémère - j'oublie !

Écrit par : laurentg | 19 octobre 2010

Écrire un commentaire