Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2012

1976: Jean, Pierre, Marthe, Richard et les autres..

DSC_1102.JPG

 

1976, année aussi sèche que 69 fut humide. C'est pourtant la larme à l'œil que je me suis résolu à dégoupiller ce Côtes du Jura, qui commençait à dénuder lascivement son épaule. Une bouteille de récupération, payée 3 fois rien (à peine), comme ça, pour voir. Tapis rikiki, poker menteur œnophile. Pas d'attente particulière, si ce n'est le plaisir sans cesse renouvelé de déboucher précautionneusement un vieux vin. La sommellerie, un art que ne pourra jamais remplacer le décapsuleur. Pour ce qui est du vin en lui-même, couleur dorée, miel, épices, champignon aussi, malheureusement, en route vers la madérisation. Intéressant, pas imbuvable, mais à petites doses, car vite fatiguant. Une curiosité, juste pour voir ce qu'il y avait sous cette épaule ...

 

En 1976, il n'y a pas eu que cette bouteille de Côtes du Jura ni l'impôt sécheresse. Petit flash-back sélectif:

 

s5.jpg

En 1976, Pierre Richard a réussi à humidifier les joues en se jouant de la vie et des préjugés. En parallèle de sa carrière cinématographique, Pierre Richard tâte de la viticulture depuis 1986 dans les Corbières, au Château Bel-Évêque.

 

jeanrichardtn0.jpg

 

En 1976, Jean Richard avait bientôt fini son cirque. Au régime Maigret depuis quelques années, il portait de plus en plus souvent sa prothèse PIPE à la bouche, sans crainte de fuites autres que celles de sa salive.

 

125237.jpg

 

En 1976, Marthe Richard commençait doucement à fermer son clapet, après avoir clos un certain nombre de maisons dans lesquelles, même une année comme 76 n'aurait pas empêché de mouiller.

 

Image 1.png

 

En 1976, Pierre Richard, fils de Jean Richard, ni l'un ni l'autre de ceux cités précédemment, poursuivait l'exploitation du domaine viticole familial situé au Vernois, entre Lons le Saunier et Voiteur, au cœur de l'appellation Côtes du Jura, et, à défaut d'eau, produisait du vin. Le Côtes du Jura qu'il a élaboré cette année-là commence un peu à s'épuiser (voir plus haut). Son fils Vincent l'a désormais rejoint. Sauf distraction impardonnable de ma part, il va falloir essayer de goûter aux millésimes récents. Pourquoi pas lors de la Percée du Vin Jaune de Ruffey sur Seille, les 4 et 5 février prochains?

 

affiche-officielle-de-la-percee-du-vin-jaune-2012-photo-bernard-girard.jpg

 

 

Olif

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

Commentaires

La château-Chalon 1976, semblant encore très jeune, de Macle bu récemment était très bon, structuré par une acidité marquée ...

Écrit par : laurentg | 12 janvier 2012

I will be there. Ruffey, the place to be from 4 to 5 feb. 2012. Spread the news.

And let's meet!

Écrit par : Hervé LALAU | 14 janvier 2012

Écrire un commentaire