27 juin 2014

VDV#67: rencontres du troisième type au fond à gauche

 

 

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

 

 

 

VendredisduvinÀ la demande du belgo-suisse allemand amateur de bières rebelles et de vins libres, la 67ème édition des Vendredis du vin impose de sortir de sa tanière pour aller à la rencontre des énergumènes qui font du vin. Des gens parfois comme nous, comme vous, mais pas toujours. Pour les rencontrer, il faut savoir sortir de sa cave pour aller dans la leur, et ne pas rechigner à marcher dans les vignes. Aller dans le vignoble, là où l'on a plus de chances de voir ce genre de bestiau, ou, pour les Parisiens, fréquenter les tasting mondains et autres laboratoires du vin, à moins que l'on ne préfère des manifestations bobo de moindre envergure avec vignerons potentiellement allergiques aux sulfites. Plutôt que de tout bêtement dévaler 4 à 4 les escaliers de sa cave, au risque de se fracasser la cheville ou la tête en ratant une marche ou en buvant les dernières bouteilles de grand cru classé de Bordeaux ou d'ailleurs, que l'on n'a pas manqué d'acheter lorsque l'on était jeune et con, totalement ignorant de ce qui fait la réelle qualité d'un vin.

«Par ces bouteilles, souvenir de vos voyages dans la galaxie du glou, faites-nous revivre vos rencontres du 3e type avec ces vignerons qui ont fait du monde du vin, votre passion indestructible».

Voilà ce qu'il nous a dit en substance, l'apothicaire italo-austro-hongrois-brusseleir, ex alsacomaniaque, dont on ne sait plus bien quelle a pu être sa véritable nationalité un jour, si jamais il en a eu une. Force est de reconnaître qu'il me suffirait de recopier ici une bonne moitié de ce blog, dédié essentiellement à mes pérégrinations dans le vignoble, parce qu'il y a belle lurette que je suis convaincu que la vérité n'est pas dans le verre, mais dans l'œil du vigneron, voire dans sa tronche, ce qui nécessite de partir à la découverte autant que faire se peut. Mais je ne la jouerai pas petit bras et vous aurez droit à de l'inédit, du tout frais et du récent. Batifoler dans le vignoble, afin d'y rencontrer le troisième type au fond à gauche, n'est donc pas un exercice qui m'est trop difficile. Mon type à moi ne ressemble pas à E.T, même s'il lui arrive parfois d'avoir les yeux globuleux et le téléphone rivé à l'oreille pour appeler à la maison. Non, l'objet de la quête de ces VDV, c'est "l'intra-terrestre", ce type au teint basané, à la peau rugueuse, aux yeux rougis par le soleil, parfois chaussés de lunettes noires, qui a du mal à se passer de mettre les mains dans le sol de sa vigne pour creuser son sillon et révéler son terroir.

 

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

 

Le troisième type de la photo (celui qui est juste devant les deux filles, que l'on croirait issues du tableau figurant plus haut, après qu'elles aient déchaussé leurs verres) semble sorti tout droit d'un film d'espionnage. C'est pourtant un vigneron. Son nom est Bouchet. Jean-Philippe Bouchet. Un amour(re) de vigneron rencontré de prime quelques mois plus tôt sur un salon breton festif et retrouvé, peu de temps après dans la cave d'un domaine voisin, lors d'un autre salon où il était invité. Un gars bien sympa, Jean-Phi, quoique un peu collant en fin de soirée. Mais un vainqueur. Un vrai, si l'on en croit Ingrid, sa douce moitié, que l'on est bien content d'avoir rencontré aussi. Tout aussi photogénique, voire beaucoup plus, mais souvent en mouvement et plus difficile à saisir dans l'objectif, c'est regrettable.

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

Quand il est au service, Jean-Philippe enchaîne les aces. Plop! Plop! Appliqué, le geste sûr et alerte, il vrille les bouchons sans trembler. Le vin atterrit dans les verres avec une grande précision, même avec les lunettes sur le front. Entre Jean-Phi et Ingrid, il y a de l'amour, mais il y a aussi des mourres. Le Clos des Mourres est né de leur union et de leur passion pour le vin et la salade: 5 hectares dans le secteur de Cairanne, auxquels il faut désormais ajouter 10 hectares de vignes et de cave, situés à Vaison la Romaine.

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

De biens jolis vins (NoVice, Tandem, Origines...), avant de finir Pompette. Blanc (grenache, clairette et bourboulenc) ou rouge (aubun et tempranillo, un assemblage qui vous prend à la fois aux burnes et aux tempes), remarquables par leur fraîcheur, leur flouté et leur buvabilité qui n'a rien de sudiste.

 

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,

Le quatrième type rencontré ce jour-là s'appelle Édouard Fortin. Il écrit sa propre histoire avec une nouvelle cuvée Solidarité, faite de raisins en provenance du Rhône sud, pour pallier encore un peu à la destruction criminelle de toute sa récolte 2013 dans l'incendie qui a détruit la cave de Robert Curbières à l'automne. Solidarnosc, Édouard!

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,

 

Rencontres vigneronnes de tous types, donc, le week-end de la Pentecôte au domaine Gramenon. Du vin dans les safres, sans oublier un petit salut à "Mémé san", les grenaches centenaires du domaine, rencontrés également à plusieurs reprises dans le verre, version grands formats et vieux millésimes, grâce à la générosité de Michèle Aubéry.

 

gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat,

 

 

Olif

 

 

Commentaires

Bravo bel article camarade. Ah le Jean-Philippe très attachant en fin soirée ! C'est sa générosité ça non ? On le remplace par Ingrid au prochain VINICIRCUS ? Qu'ils viennent tous les deux et tout le monde sera heureux.

Écrit par : Olivier from VINICIRCUS | 27 juin 2014

Écrire un commentaire