Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lecteurs heureux...

"Qui n'a pas écrit sur le vin naturel?", ai-je pu lire en commentaire d'une publication Facebook qui se réjouissait de la parution de ce roman de Christian Authier chez Flammarion. Romancier et essayiste, Christian Authier est également l'auteur d'un petit ouvrage culte sur Éric Callcut, ex-producteur de Picrate et vigneron porté disparu depuis le début des années 2000 (réapparu depuis, dans sa bagnole et sur Facebook, mais pas dans les vignes).

Christian Authier a donc déjà écrit sur le vin naturel, depuis plusieurs années. Il ne surfe pas sur une mode ou une tendance. C'est un univers qu'il connait bien et qu'il apprécie. Et là, c'est sous la forme d'une histoire romancée, qu'il infiltre à nouveau ce milieu pour mieux le décrire. Des heures heureuses en perspective!

Robert Berthet est agent en vins. Spécialisé en vins naturels, mais néanmoins ouvert à tous les produits de qualité et à quelques grandes étiquettes. Le portrait que l'auteur en dresse en guise d'introduction ne rend pas le personnage particulièrement sympathique. Mais il va s'amadouer, tout en gardant sa personnalité, au contact de Thomas, jeune homme motivé et intéressé, qu'il va embaucher et former à naviguer dans ce milieu truculent et éminemment sympathique, malgré quelques tendances à l'excès, ce qui est un euphémisme. Une initiation et une transmission de savoir, qui sont l'occasion de rendre hommage à quelques acteurs de cet univers, qu'ils soient cavistes, restaurateurs ou vignerons, aux noms modifiés mais aisément identifiables pour peu que l'on soit un tout petit peu du sérail.

Truffées de références cinéphiles et musicales, autant que de personnages hauts en couleurs (dont certains sont membres du fameux "Clup", un cercle informel de piliers de bar à vins. Comme un club, mais avec un "p" à la fin), ces heures heureuses respirent le vécu et l'authentique. Ça se chamaille, ça s'engueule, ça mange, ça rigole, ça ne se fait pas toujours de cadeaux! La vie, quoi! La vraie. Et ça picole, aussi, évidemment. Du bon, voire du très bon (L'Anglore, la Sagesse de Gramenon, la Romanée Conti...), comme de la piquette (du Gravier, un Fronton 100% nature, à l'existence improbable. Heureusement, il semble qu'il soit intordable!). Car le vin naturel, ce sont aussi d'authentiques ratés, que l'auteur ne se prive pas de brocarder.

 

Des heures heureuses, même si le singulier peut être de mise pour le lecteur, lorsqu'il se plonge à corps perdu dans ce livre (presque) totalement jouissif et jubilatoire.

 

Des heures heureuses, de Christian Authier, aux éditions Flammmarion.

Écrire un commentaire

Optionnel