Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 octobre 2011

VDV#40: dites-le avec des Fleurie...

 

IMGP0014.JPG

La Madone de Fleurie, par jour de grand vent. Cliché personnel.

 

 

Vendredisduvin

C'est l'heure du Beaujolais, que dis-je c'est l'heure, c'est le mois complet du Beaujolais et ça, ça fait du bien aux papilles et aux amygdales. Un peu d'entrainement avant le troisième jeudi de novembre, le jeudi du vin nouveau, pour un Vendredi du vin pas nouveau, cela ne peut être que bénéfique. En tant que Président éphémère de ces Vendredis, mon choix s'est porté, pour des raisons que le raisin ignore, sur une série de bouteilles fleuries. Fleurie, rien à voir avec Mérogis (le vin n'y est pas incarcéré), ni les Mérovingiens ou Carolingiens, malgré leur empereur barbu. On dit d'une ville qu'elle est fleurie, lorsqu'elle possède une ou plusieurs petites fleurs sur une pancarte jaune, là, juste à l'entrée, pour signaler le passage fréquent de jardiniers qu'il faut veiller à ne pas écraser lorsqu'on la traverse en voiture. Ou, alors, une ville est Fleurie, lorsqu'elle est située dans le Beaujolais, qu'elle est entourée de vignes et que la Madone veille sur elle. Ce qui exclut d'emblée Marseille, trop près de la mer malgré la Bonne Mère. Le Fleurie, cru du Beaujolais, a ceci de fabuleux que c'est un vin qui parle. Pas avec les mains, non, mais avec ses raisins. Selon les circonstances, pour séduire, dites-le avec des Fleurie...

 

DSC_0639.JPG

Une balustrade bien Fleurie, en plein mois d'octobre. Y'a plus de saisons!

 

Si vous voulez évoquer le fruité, la rondeur et la joie de vivre, dites-le avec En Rémont 2009 de Julie Balagny, la nouvelle Madone de Fleurie.

 

Si vous voulez exprimer l'élégance et la prestance, dites-le avec un Fleurie 2007 d'Yvon Métras, la référence ultime en matière de cru du Beaujolais.

 

Si vous voulez crier votre amour de la nature et du fruit en liberté, dites-le avec un Fleurie 2010 d'Isabelle et Bruno Perraud, les vignerons "nature" à la portée de tous les gosiers.

 

Si tu veux causer solide, caillou et minéralité, bon gré mal gré, dis-le avec Au bon grès 2004 de Michel Guignier, l'œil de Faudon, à l'acuité vinique et biodynamique sans pareil.

 

Et pour celui qui préfèrerait un discours plus franc et direct, qu'il le dise avec une Madone 2010 du domaine Chamonard, vinifiée par Jean-Claude Chanudet, vigneron à la barbe également fleurie.

 

Et si tu n'as rien à dire, dis-le avec un Fleurie 2010 de Lilian Bauchet. Mais là, il n'y en a pas sur la photo et il n'y en avait pas à goûter non plus. Même si des raisins de Lilian se sont cachés dans l'une de ces bouteilles. Sauras-tu les retrouver, ami lecteur?

 

DSC_0638.JPG

 

Le langage du Beaujolais, c'est la meilleure façon d'apprendre à parler. La prochaine fois, je vous expliquerai comment régler vos achats à Moscou avec des Chiroubles.

 

Olif

Commentaires

Joli papier, et qui donne envie. Bonjour à Isabelle et à Lilian.

Écrit par : Hervé LALAU | 28 octobre 2011

Une bien belle brochette !
Les raisins de Lilian sont dans la bouteille d'Isabelle, qui est une voisine de Michel, qui aurait signalé à Yvon la disponibilité des parcelles aujourd'hui travaillées par Julie. Chat alors !

Écrit par : Arnaud | 28 octobre 2011

C'est bien beau par grand vent ;)
Soutenons les crûs du Beaujolais !
C'est VdV#40 :
http://baraou.blogspot.com/2011/10/beaujolais-primeur-mais-durable.html

Écrit par : Baraou | 28 octobre 2011

il connaît tous les secrets beaujolois Arnaud! c'est dingue ça;-)

Écrit par : isabelle Perraud | 28 octobre 2011

Quel langage fleurie, président, très bien dit ! Voici ma contribution :
http://unefemmedesvins.typepad.com/histoire_dune_reconversio/2011/10/vendredis-du-vin-40-gammes-en-beaujolais.html#tp

Bonne compil !

Écrit par : Catherine | 28 octobre 2011

Un vrai Fleurie-lège !

Écrit par : Patrick Cadour | 29 octobre 2011

Maintenant que je suis vieux, j'aime aussi le beaujo bien que la tradition du beaujo nouveau soit un vrai piège à pancréas.

Écrit par : griesmar | 29 octobre 2011

Le beaujolais moi j'adore ! Dernier repas en date pas plus tard que lundi dernier avec 2 morgons : le premier de chez Marcel Lapierre et le second de chez Burgaud. Je dois avouer ma préférence au second ce jour là. Je connais même un beaujolais qui se boit en dessert sur un gâteau au chocolat : Cuvée la cerise sur le gâteau du domaine de THULON :

http://www.thulon.com/index.html

Et que de dire de la cuvée OPALE ! A l'aveugle celui qui découvre le gamay est trés trés fort !!!!!!

Écrit par : Philippe | 04 novembre 2011

Super sélection.

J'ai vraiment été bluffé par les 2010 de Julie Balagny, notamment sa cuvée "Cayenne". Une petite bombe. J'ai d'ailleurs posté un petit billet à ce sujet:

http://levindescopains.wordpress.com/2011/10/16/fleurie-cayenne-2010-julie-balagny/

Le Beaujolais n'est pas mort!

Écrit par : jb | 22 novembre 2011

Oui, jb, les vins de Julie sont exceptionnels, on va en reparler bientôt.

Écrit par : olif | 22 novembre 2011

Écrire un commentaire