13 mars 2012

Le vin bio existe (enfin?), je l'ai rencontré!

C'est le sujet tendance du moment. Depuis que Bruxelles a (enfin?) acté son existence, on ne pourra plus se réfugier derrière un soit-disant problème de terminologie pour réfuter le "vin bio".

 

logo_bio_europe_vin_bio_vin_naturel.jpg

Nouveau logo du "vin bio" européen

 

Paradoxalement, cette nouvelle, potentiellement réjouissante, laisse dans le même temps dubitatif. La porte est désormais grande ouverte à un vin "bio industriel", réclamé par tous ceux qui ont vu le profit que pouvait engendrer une telle pratique, apte à répondre aux attentes du consommateur, de plus en plus soucieux de manger sain, tout en continuant de remplir son caddie à ras-bord. Bruxelles n'est certainement pas là pour encourager les bonnes pratiques artisanales, il ne faut pas se leurrer. Bruxelles est là pour favoriser la rentabilité économique dans une (relative) transparence, en imposant une charte moyennement restrictive, de la vigne à la cave. Si cela permet une diminution de l'utilisation de produits toxiques pour l'environnement, tant mieux et pourquoi pas? Mais il n'y a cependant pas grand risque que cela change les habitudes de tout ceux qui pratiquaient le bio par conviction depuis longtemps, et dont la charte personnelle, contrôlée par des organismes certificateurs indépendants, est beaucoup plus restrictive.

 

...

 

 

La suite, c'est sur Fureur des vivres, même si une grande partie de ce billet a déjà été publiée ici...

Commentaires

bonjour olif
je ne suis pas sure que cela soit une bonne nouvelle pour "les bios", les certifiés depuis longtemps et tout ceux qui ont des grosses convictions.
oui cela peut certainement engendrer une moindre utilisation de produits qui polluent nos sols , mais ce que je crains c'est que de gros groupes s'emparent du truc pour faire du "bio" à grande échelle mais sans les certification actuelles et par la dessus matraque le tout en cave pour au final un produits de supermarché pas chére avec une belle étiquette qui guide gentiment le client vers un achat "bonne conscience".
Et par ailleurs , la confusion avec les bios actuel sera très vite accentué par ces même gros groupes qui se chargerons de communiquer la dessus avec comme message : "mais nous aussi on est en bio et beaucoup moins chère".
je suis pas très optimiste sur ce coup là.

Écrit par : dardelet christian | 14 mars 2012

Écrire un commentaire