Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2009

Le mur du bio-çon!

 

IMGP3866.JPG

Franchi à allure Express par notre Michoubidou national dans le cadre de la tournée de promotion de son guide de FAV annuel, il faut bien vivre!:

 

«Tout vin répondant aux normes est authentique

 

Fallait oser! Il ne reste plus qu'à définir la norme! Si à tout hasard, elle pouvait être bio, désormais...

On pourra lire ses propos redondants et d'une banalité affligeante au sujet du "vin bio qui n'existe pas" sur euh..., je ne sais même pas si cela vaut le coup d'aller y lire! Même que je m'abstiendrai de répondre, pour une fois, tiens! Tant pis pour l'audience...!

 

Olif

Commentaires

On sent quand même que ça te démange fortement de répondre! Moi à ta place je le ferais, mais il parait qu'on a été séléctionné dans son guide! lui a-t-on dit qu'on se revendiquait comme des "illuminés" nature comme il dit? sinon nous serions pas je pense!
Courage, continue de t'abstenir de repondre, tu es plus fort que cet âne-bête!

Écrit par : Charles | 03 septembre 2009

Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas fait d'étincelles celui la. On devrait l'empaler sur une douelle bien soufrée pour faire un exemple !

Bien à vous, un ami d'un ami

Écrit par : oli | 03 septembre 2009

"Certains vignerons et leurs marchands, appuyés par une petite bande de prescripteurs sincères, mais illuminés,"

J'adore.

"un vin sans soufre (...) n'exprime souvent aucune des caractéristiques de son appellation et recèle de bien vilains défauts:"

Aucun a priori et tout en finesse. La classe quoi.

Écrit par : Monsieur Septime | 04 septembre 2009

Hier soir, donc, pas d'unanimité dans notre petit groupe sur 2 vins nature.

Cairanne Richaud 2005 : une bouteille qui renarde pas mal, beaucoup de réglisse et surtout un peu trop d'alcool. Un peu brutal, donc.

Gramenon Sagesse 2006 : pétillant au départ puis le gaz s'évacue et les arômes deviennent plus nets et chantants, fruités et floraux. Très glissant. Pas mal tout de même, typé dans son style (avec un léger goût de rafle). Pour certains, l'air dégrade le vin au bout de 10 mns dans le verre.

Impression mitigée, pour moi (pour 2 vins déjà bus plusieurs fois à beau niveau).

Trouvé Nuit d'ivresse 2000 et Clos Sénéchal pas trop mal (on va dire, catégorie : assez bon vin).
Clos Sénéchal 2004 raté : végétal, malingre, vinaigré. Il faut espérer que le domaine a produit des bouteilles potables ...

Écrit par : laurentg | 04 septembre 2009

Dans mon message précédent, j'évoquais en premier lieu le Clos Sénéchal 2006.
On pourra trouver une impression générale d'une visite au domaine par Pierre Citerne ici : http://www.invinoveritastoulouse.fr/index.php/Voyages-dans-les-vignobles/200703-15-voyage-en-touraine-photos.html

Écrit par : laurentg | 04 septembre 2009

Mais pourquoi taper sur ce pôvre vieux!
Il a vachement évolué! Quand même... Il ne traite plus les bios de cons. A peine d'illuminés!
Et puis, il est toujours aussi fort pour jouer sur les mots:" Le vin bio n'existe pas." Certes, légalement parlant, oui. Mais dans les faits, vu le nombre de vignerons qui suivent peu ou prou les chartes de vinif de la FNIVAB, Demeter ou Nature&Progrès, aucun doute. Donc les faits, le vin bio existe, j'en ai rencontré. J'irai même jusqu'à dire que j'en ai bu...
Quant au fait qu'il nie les études du PAN sur les résidus de pesticides, on va mettre ça sur son Alzheimer précoce...
Autre chose?.. (pub MAAF style...)

Non, non, moi je vous le dit ce gars là, faut le mettre dans un musée!

Écrit par : Bebert | 04 septembre 2009

Ah, le vieux grigou ne lâche pas le morceau. Heureusement que l'Olif Vengeur -BioPicolMan pour les intimes - veille. Au fait, si le vin bio et nature n'existait pas, j'aurais la gueule de bois

Écrit par : Estèbe | 04 septembre 2009

Un seul mot:
Navrant!

Écrit par : Saint-Vernier | 04 septembre 2009

Mais il n'a pas raison lorsqu'il dit que le raisin bio ne fait pas le vin bio ?

Écrit par : fil | 04 septembre 2009

J'avais trouvé l'article "Biocons" d'une très grande pertinence.
Sans aucune note provocatrice.
Dénigré par ceux qui, soit ne savent pas lire le français, soit n’en lisent que ce qui les intéresse, avec un prisme émotif très déformant.
Ce fut un grand moment d'amalgames et de médiocrités en tout genre...
Preuve s’il en était qu’on touche un sujet très sensible...

Cette interview n'est pas tout à fait de la même veine.
Car, ayant conscience des réactions suscitées par son premier article en la matière, cette seconde approche a davantage de sens provocateur : une sorte de jeu sémantique plus qu’un exposé de fond...
Je pense que Michel Bettane en est parfaitement conscient ; je trouve juste dommage qu’il se mette ainsi intellectuellement au niveau de ses détracteurs : le niveau a baissé depuis les Biocons.
Se laisserait-il emporter par ses passions ?
Pour défier la bêtise, il y a mieux...

Dommage, car ayant toujours été un admirateur de vins de vignerons sensibles à ces notions de « bio » (Lalou Bise Leroy, Anne Claude Leflaive, Nicolas Joly...), sa lutte contre la légèreté (le mot est faible) d’une grande part d’idéalistes ou opportunistes en tout genre qui discréditent ces approches nobles et intéressantes en devient nettement moins pertinente.
Et n’a pas fini de faire parler ceux qui n’ont rien compris depuis le début...

Écrit par : Philippe RICARD | 04 septembre 2009

Oui, Fil, il n'a pas entièrement tort. Dire d'un vin élaboré à partir de raisins issus de l'agriculture biologique que c'est un vin bio est un raccourci linguistique partiellement inexact. Mais pour Michoubidou, c'est surtout un prétexte pour attaquer les vignerons qui produisent ce style de vins qu'il ne parvient pas à comprendre (ni à aimer?) malgré tous ses efforts. Et c'est là que, se sentant dépassé et incompris, il en devient acariâtre et déviant. Limite arôme foxé, même!

Écrit par : olif | 04 septembre 2009

Désolé de ne pas avoir su bien lire le français ou de m'être laissé emporté par mes émotions à l'époque des bio-cons, Philippe! Je pense surtout que l'article sur les bio-cons était écrit avec une pointe d'humour et de deuxième degré qui pouvait leurrer les esprits droits et/ou simples. Là, on est dans le premier degré brut de cuve, le propos est le même et c'en est affligeant! Je sais qu'à IVV vous vous prenez aussi le chou entre vous avec les vins nature, mais je pense que vous aimez ça (vous prendre le chou entre vous, parce que pour les vins nature, les avis sont très partagés!).

La principale différence que je relève au sujet des propos de Bettane, c'est que ses références se démocratisent: Gramenon, Breton et Richaud, versus Leroy, Leflaive ou Beaucastel, probablement jugés trop élitistes pour la crédibilité de "son combat" auprès des petites gens.

Écrit par : olif | 04 septembre 2009

Disons qu'il y a 2 débats :
- un technique, sur lequel Michel Bettane s'attache en particulier, sans parvenir à se faire comprendre. Dommage, car c'est d'une grande pertinence, ce qu'on est d'ailleurs en droit d'attendre du personnage...
- un philosophique, qui touche plus au mode de vie, au concept de "nature" en général, auquel Michel Bettane ne s'attaque absolument pas. Le problème est que c'est sur ce point qu'il fait exploser les susceptibilités. C'est pourquoi j'insiste : on se trompe souvent de débat sur le sujet...

Écrit par : Philippe RICARD | 04 septembre 2009

Olif,

On ne se prend pas le chou que pour les vins nature ... :-)
Quel est l'étalon pour un bon Barolo, un malbec argentin ou une petite arvine ?

Plus sérieux : j'aime bien les avis non unanimes, si possibles nuancés.
J'aime presque tout le temps des vins comme Fonsalette/Rayas, Montcalmès, Charvin, Domaine Leflaive, Coche-Dury, Leroy (en Bourgogne), DRC : méritent-ils une catégorie spécifique ?

Il m'arrive de trouver fort bon des vins "nature".
Je fuis ceux qui partent en vrille (cela dit dans mes repères, bien entendu).
En revanche, je n'en ai jamais rencontré un qui puisse rivaliser (en termes de classe aromatique et gustative, de complexité, de persistance) avec les nombreux grands vins que j'ai eu la chance de croiser (mais j'ai aussi croisé beaucoup de "grands vins" très décevants).

Comme je le disais à laurentM, je suis surpris de ne jamais (vous) entendre parler de vins nature étrangers ???
On en fait du côté d'Alba, de Mendoza ou de Genève ?

Pour finir, c'est bien plus des gens qu'il s'agit ici (producteurs, critiques, consommateurs) que des vins eux-mêmes (qui ne sont qu'un support à l'introspection, à la réflexion (aspect sociétal du vin nature), à l'échange … si possible pacifié).
Ne pas oublier que notre monde essoufflé est confronté à des défis asez sévères.

Écrit par : laurentg | 04 septembre 2009

> On en fait du côté d'Alba, de Barcelone ou de Trèves ?
Et du très bon pour ce que je connais de l'Italie : http://www.vindevignerons.com/

Écrit par : Monsieur Septime | 04 septembre 2009

Chez IVV, les avis sont partagés mais respectueux.
On se frictionne un peu, en passionnés que nous sommes, ce qui alimente des débats la plupart du temps constructifs.
Tout le monde s'accorde à penser de la nécessaire prise de conscience de l'état déplorable de la viticulture en France (et ailleurs...), de l'espoir fantastique d'une culture plus respectueuse de la nature, des sols, des plantes, des hommes (on peut lui donner la nomenclature qu'on veut - bio, nature...-, on se fiche pas mal de ce débat sémantique !).

Nous sommes en général très critiques techniquement sur les résultats (avec une approche pourtant sans parti pris – dégustations à l’aveugle –, la même pour tout type d’échantillon, « nature » ou pas), avec une évidente irrégularité.
Si l’enthousiasme est sincère sur certaines bouteilles, nous restons dubitatifs sur le message que d’autres tentent de faire passer.
En ce sens, je rejoindrais volontiers Michel Bettane, à propos d’un nouveau filon davantage exploité pour son effet mode que pour les nobles valeurs qu’il véhicule...
Certains vignerons peu scrupuleux, peu rigoureux, peu consciencieux (on trouve un peu tous les cas de figure) galvaudent la qualité du produit fini, se contentant de mettre en avant une philosophie si noble qu’elle devrait se suffire à elle seule (grossière erreur qui discrédite les efforts des plus valeureux...). Avec au passage des discours à la limite de l’honnêteté, ou alors dans la bêtise.
Le tout conforté par la facilité d’un succès auprès d’un public (souvent peu compétent) plus sensible aux apparences qu’à une réelle approche critique et qualitative.

Mais pour une belle dégustation, combien de constats de dérives aromatiques causées par une hygiène de chai des plus légères (alors qu’on connait tous la nécessité de perfection en la matière pour compenser la « fragilité » de ce type de matière première...), des fermentations imparfaites (levures indigènes encore fragiles ou peu qualitatives), des productions excessives d’acidité volatile, des oxydations précoces, des impressions brouillonnes, dissociées ou instables (il est clair que ces vins ne respectent absolument pas ni leur terroir, ni leur AOC).
Oui, on adore certaines productions, le plus souvent assez élitistes il est vrai, mais qui justifient à elles seules le bon sens de cette démarche.
D’ailleurs, Samedi dernier, lors d’un superbe repas fêtant l’excellent comportement du Club lors du dernier championnat de dégustation à l’aveugle de la RVF, le plus grand vin fut une Coulée de Serrant 1989, enterrant tout, ou presque, sur son passage...
Mais on n’aime toujours pas l’approximation de certaines approches, encore moins les discours qui tentent de les justifier, ou d’en faire de nouvelles références.
Là, au moins, je suis ravi qu’un mec comme Bettane « ouvre sa gueule ».
Malgré ses excès.

Quant aux défenseurs sincères de la cause « bio », qu’ils ne se trompent pas de combat : ils doivent autant dénoncer les irresponsables qui pourrissent tant nos sols et notre santé que les soit disant « bio » qui discréditent toute démarche inverse.
Ceux que Bettane appelait les Biocons, tout simplement...

Écrit par : Philippe RICARD | 04 septembre 2009

Hi han, hi han...
:DDDDD

Écrit par : Benoit | 04 septembre 2009

Ben, voici encore un article avec un nombre de commentaires qui dépasse la chiée et le petit tas ! Rien de mieux qu'une polémique pour attirer les avis. Donc, je reste bref... Alors, je vous souhaite un bon week-end cher Olif et mes cordiales salutations à Monsieur Michoubidou.

Écrit par : Christophe Landry | 04 septembre 2009

le bras (en écharpe) qui en tombe Christophe ?

Laurent

Écrit par : laurent | 04 septembre 2009

T'avais raison Olif,
on peut discuter sur un blog et en faire quasiment un forum !!

Écrit par : Docadn | 04 septembre 2009

Bonjour à vous,

Sans ironie aucune je trouve ces tempêtes dans un verre de vin, avec vaguelettes et remous d'un prévisible absolu, vraiment très marrantes. Donc je me marre. Les rôles sont distribués comme dans du Feydeau, pas de surprise, repassez les plats... les cocus sont toujours les mêmes... l'amant est dans le placard... Et pendant ce temps-là... les affaires continuent... chacun dans sa petite chapelle... comme dit justement l'ami Marc Parcé il est facile de faire du vin avec des mots... De quoi je me mêle ? De rien, je passais par là, j'ai vu de la lumière alors je suis rentré et j'ai signé le registre...
Bien à vous
Jacques Berthomeau blogueur "naturel"

Écrit par : BERTHOMEAU | 04 septembre 2009

Oui, Doc! Il faut juste bien choisir ses sujets! :-)

Je ne sais pas qui se trompe de combat, Philippe, mais de mon point de vue, MB est complètement à côté de la plaque. L'amalgame entre bio et "nature", c'est lui le premier à le faire! Des biocons, j'en connais personnellement, je suis le premier à reconnaitre leurs insuffisances, à le regretter parfois, mais il n'empêche que cela ne rend pas pour autant leurs vins méprisables. Et je les aime bien quand même! Parce que derrière le vin, il y a celui qui le fait! L'affectif, toujours, mais je revendique ma subjectivité!

Il y a différents mondes du vin, apparemment, et je ne suis pas sûr qu'on vive dans le même. Je ne me reconnais pas dans l'approche de MB, mais pas non plus toujours dans celle d'IVV. La dégustation à l'aveugle par thématiques systématiques, telle que vous la pratiquez, a ses limites, la recherche de l'objectivité avant tout, aussi. Le vin, c'est aussi, surtout, avant tout, un lieu, un environnement, un terroir, un vigneron, des pratiques et on ne jauge pas de la même façon un vin dégusté en situation ou en dégustation aveugle anonyme. La multiplicité des angles d'approche est indispensable avant de porter un quelconque jugement de valeur dans sa globalité. Vous avez mal goûté, dans une approche absolue et notée, telle cuvée "nature" ou une autre? Et alors? J'en ai sifflé une bouteille, avec les potes, tout le monde a adoré, malgré quelques déviances. Qui a tort? Qui a raison?

Je n'arrive pas à admettre, de la part d'un critique reconnu, s'adressant de surcroît au grand public, que l'on puisse généraliser de façon aussi caricaturale. Les vignerons et les vins, il y en a pour tous les goûts! J'en ai croisé dernièrement un qui a quasiment fini ses vendanges, des raisins comme il avait rarement récoltés, au bas mot à 90hl/ha, presque mûrs, sucrés mais sans goût, vendus une misère et au poids à une grande compagnie de négoce. J'étais en compagnie d'un autre vigneron, en biodynamie, n'utilisant presque plus de soufre, vendant son vin (bien classé dans le B&D!) autour de 15-20€ la bouteille et qui ne va commencer à vendanger que dans 15 jours. A l'évidence, ces deux-là ne font pas tout à fait le même métier!

Autre exemple, je viens d'ouvrir 3 poulsards/ploussards bios, tendance nature (c'est à dire avec le minimum de soufre et d'intrants, levures indigènes et tout le bazar). Je ne sais pas si c'est le terroir, mais c'est ça, le Jura que j'aime. Est-ce que bombarder d'engrais les vignes, désherber, produire à hauts rendements est susceptible de refléter plus le terroir que ces trois-là? Evidemment non, et à ce titre, le discours de MB est très ambigü (n'oublions pas qu'il s'adresse aux lecteurs de l'Express).
NB, pour être plus précis, car ils le méritent: Poulsard des gruyères 2007 du domaine des Cavarodes, Ploussard La Chamade 2006 de Philippe Bornard et Poulsard Dorabella 2007 de L'Octavin. De vrais bons vins, de vrais bons vignerons, à ranger parmi les "illuminés" si je prends le billet de Bettane au pied de la lettre.

Ce qui le gêne, en fait, Michoubidou, c'est de voir qu'il est en train de se faire déborder par les ailes, et qu'une majorité de gens (forcément des ignares!) plébiscite des vins qu'il ne recommande pas. Que ces mêmes vins sont en train de dépasser, en matière de popularité, ses poulains, forcément bien meilleurs. Sans doute le commencement de la fin, pour un critique de vins! Et chaque année, il s'enfonce un peu plus mais il en redemande! Et moi, je pète à chaque fois mes scores en nombre de commentaires!

Pour Laurentg, pas goûté de vins "nature" italiens, mais un très grand domaine en Barbareso, tout dernièrement, plutôt méconnu, approche bio et traditionnelle, quasi une exception, et on en reparlera bientôt sur le blog. Du Genevois nature, il y en a là (en bas de page): http://www.leblogdolif.com/archive/2007/05/01/garden-party-surnaturelle-%C3%A0-molamboz.html

et de l'espagnol, j'espère bientôt (c'est en commande!)


Oui, Jacques, vous avez raison, on se marre bien, et c'est ce qui compte! Cela me fait penser que je n'ai toujours pas adhéré à l'ABV et que c'est une lacune de ma part! Question qui me turlupine: est-ce que Michoubidou en est?

Écrit par : olif | 04 septembre 2009

Bah Jacques, c'est bien de donner sa métapensée, de se placer au-dessus des acteurs comme un metteur en scène, mais alors à vous d'orienter le débat vers de nouveaux horizons, un scénario biorafraîchi comme du Feydeau matiné de Bradbury ?

Écrit par : fil | 05 septembre 2009

Pourquoi cet amateur de pet russe n'intevient-il point en ce lieu hostile ?

Écrit par : fil | 05 septembre 2009

Merci, Olif

Ne crois pas que nous sommes toujours d'accord.
Annoncé l'autre soir un Barral un peu déviant alors que Pierre se régalait sur un vin qu'il avait parfaitement reconnu (Richaud sans soufre).
Il trouve grands des vins nature que je trouve seulement plaisants.
Ne crois pas non plus que nous ne sommes que de tristes analystes.
Je passe le we avec les amis bordelais (un petit concours ludique sur Langon, 2 grands diners en grandes tablées pour préparer le championnat d'Europe RVF d'octobre) : nous boirons à l'aveugle, du moyen, du bon, du grand aussi, nous polémiquerons avec passion en hommage au travail des vignerons du monde (nous ne connaissons bien que quelques vignerons français).
Et si un Champagne de grande maison "mal produit" est grand, je m'en régalerai tout de même (je suis donc également capable d'être permissif à la déviance ... et je reconnais ne pas être très sensible aux charmes du poulsard) :-)

Écrit par : laurentg | 05 septembre 2009

Il est quand même marrant de noter qu'à chaque fois que Bettane ne maitrise
pas son sujet,à quel point la mauvaise foi et la haine de ce vieil homme se décuplent !!!
Courage monsieur Bettane,c'est bientôt la fin...

Écrit par : cyril | 05 septembre 2009

Olif,

Si tu savais combien notre approche du vin n'est pas si différente de la tienne...
En tout cas en ce qui me concerne.
Je ne parle pas de préférences gustatives, mais de ce qu'il y a d'essentiel pour soi dans le vin, dans son message, son histoire, les hommes qui gravitent autour, producteurs ou consommateurs, dans le plaisir qu'il procure...
IVV n'est qu'une partie de notre vie de dégustateur : on n'est pas obligé de raconter tout de nos vies...

Pour en revenir au sujet, je trouve très dommageable pour le "bio" le fait que certains tiennent des discours qui ne sont pas en phase avec leurs vins.
En tout cas techniquement.
Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles...
Par contre, pour tous les autres qui sont cohérents, honnêtes, convaincus, je dis bravo et continuez.
Même si je n'adhère pas toujours gustativement.

Écrit par : Philippe RICARD | 05 septembre 2009

Philippe,

Tu sembles exprimer à Olif quelque chose comme : "vous n'avez pas le monopole de la réjouissance truculente rabelaisienne".

C'est vrai qu'il y a dans le lot de vraies cuvées "faut pas pousser mémé dans les orties".
Il y a aussi des vins recommandables.

Pour déguster avec des producteurs, les notes de colle ou d'éthanal (pas faciles à discriminer) n'ont pas leur faveur et je les rejoins sur ce point. Je ne les aime ni chez Calcutt, ni chez Puffeney, ni chez l'andalou Lustau.

Écrit par : laurentg | 05 septembre 2009

Je ne revendique aucun monopole, Laurent, et je suis enchanté de pouvoir échanger avec d'autres rabelaisiens.
Moi non plus, je ne raconte pas toute ma vie de dégustateur, gardant même pour moi certains moments des plus croustillants :-). J'ai seulement tendance à cibler de plus en plus mes objectifs, n'ayant aucune velléité à l'exhaustivité, et je n'ai nulle envie de m'infliger des dégustations thématiques punitives (du style Chardonnays du Nouveau-Monde, vins à moins de 3€ dans les FAV,...) pour parfaire ma connaissance du vin. Je me contente de m'auto-flageller (parfois!) à grands coups de vins "nature".

Des gens malhonnêtes, envers les autres et envers eux-mêmes, il y en a partout, dans le bio comme dans le conventionnel. Rien en tout cas qui ne justifie à mes yeux le discours aussi radical et redondant de Bettane! Pas question donc de le laisser seul occuper le terrain.

Ah! ça ira, ça ira, ça ira...!

Écrit par : olif | 05 septembre 2009

c'est du Hamlet ce topic !

Alors le bio, ça vaut le goût ou pas ?

Ben ptêt ben qu'oui, ptêt ben que non. Faut boire quoi !

Laurent

Écrit par : laurent | 05 septembre 2009

Laurent(P),

On papote, on papote ...
Je la fais façon Coluche (qui a paumé les clés du camion) : N'oublie pas de me dire le plus vite possible ta date de venue en ovalie que j'organise une petite série de vins (et de plats)et convoque les gosiers appropriés.

Tu préfères des vins nature ou pas ? :-)

Écrit par : laurentg | 05 septembre 2009

Je préfère les gens nature, et visiblement Hi MB Han n'en fait pas partie...

Écrit par : fil | 05 septembre 2009

A voir les réactions en chaine -et prévisibles- de ce pourtant mini-post du gars Olif, je me dis surtout une chose : Michel, MB pour les intimes, a presque (encore) réussi son buzz de rentrée. Pourtant avec une sauce qui avait déjà fonctionné précédemment. Et apparemment elle ne doit pas être si mauvaise que ça vu que tout le monde re-lèche la casserole, les anti-Michou en premier. Alors que tout avait presque déjà été dit. Rude bon qu'il doit se poiler en lisant tout cela. Plus c'est gros plus ça passe ?! Adjieuuuu ! ;-)

Olif, on se voit demain à Vinea ? Le grand Laurent y sera aussi, je présume ? Si oui, viens me voir au stand 'Beudon', on fera la revanche ! :-)

Écrit par : Nicolas Herbin | 05 septembre 2009

Le but c'est quand même d'abord de se marrer, et moi, ce genre de discussion, ça me fait marrer, les rôles sont distribués? Oui, il y a mêm celui qui se la joue au dessus de la mêlée, déjà que nous sommes tous derrière un clavier, vous imaginez la taille des couilles ;-)
sinon, il ne faut évidemment pas laisser le micro au seul MB, même s'il on sait qu'en l'arrosant, on l'arrose;-).
Ce qui me semble de plus en plus clair, c'est qu'il se sent débordé par des vins et des amateurs dont il a perdu le contrôle, alors il essaie tout, dénigrer, l'ambiguïté, et même peut-être diviser en faisant rentrer Lapierre dans son guide alors qu'il l'avait bien allumé au début de son tast.

C'est assez amusant de le voir se démener vis à vis de ces vins naturels et bios, comme je souris gentiment des IVV (belge ou toulousain) qui tentent désespérément de les comprendre. C'est là l'erreur, pour aimer les vins naturels, faut pas d'effort, juste se vider en même temps que le verre, si besoin en est, de ses formatages de ses repères, ou de ses attentes ... et en plus n'en faites pas une obligation ;-)

à +

laurent

Écrit par : LaurentM | 05 septembre 2009

Non cher Olif il n'en est pas alors que l'adhésion d'un terroiriste de votre calibre ajouterais à notre beau plumage une touche de fantaisie.
Je compte sur vous et sur vos amis pour que l'ABV puisse organiser à Paris (pour se payer la tronche des hygiénistes) un grand pique-nique convivial des vignerons et des bons vivants...
En rentrant de vacances en Corse il va falloir que je relance les manivelles de l'ABV... Mais je ne suis pas comme MB j'ai peu de temps...
le secrétaire-perpétuel autoproclamé de l'ABV
bien à vous
JB

Écrit par : Berthomeau | 06 septembre 2009

Bonjour Olif,

Tu as allumé la mèche en pointant du doigt MB... cela aurait put etre un autre, le debat n'est plus là. Surprenante reflexion d'un MB qui s'enterre peu à peu dans le banal.
Sa culture viti-vinicole est grande mais elle s'efface au profit du bon vieux marché economique. A ce train là seul resteront les vins à plus de 100 euros, polissés, propres sur eux et reniant d'où ils viennent... la terre
Le dernier guide est bien banal et les derniers articles de Tast sont biens maigres.... jetons juste le doute sur le sage qui enfonce des portes ouvertes et rassure la sainte hiérarchie économique du vin.
Fred

Écrit par : Fredybeans | 06 septembre 2009

Polis ou policés, à plus de 100€ on peut craindre les deux !

Écrit par : fil | 06 septembre 2009

LaurentM,

Une manière de les respecter, plutôt, que cette agitation.
En les jugeant sans trop de concession (tel ce correct Clos de Coulaine la Dilettante goûté ce we parmi une centaine de vins du monde, qui m'a plutôt plu, sans excès).
D'ailleurs pas que d'un seul point de vue oenologique, trop restrictif.

Pas d'effort en effet pour en devenir intuitivement mono-maniaque en perdant une richesse incontestable.

Écrit par : laurentg | 07 septembre 2009

Château de Coulaine Diablesse 2004, voulais-je dire, au fruit direct, à la typicité bien retranscrite (minéral, sol de cave, germe de pomme de terre, poivron rôti, réglisse, ... très Chinon, donc), à la trame glissante, gouleyante.

Noter que mes 8 compagnons n'ont pas identifié la Loire.

Écrit par : laurentg | 07 septembre 2009

je viens de lire tous les commentaires et comment dire ... je me suis bien marré !
Pourquoi? Parce que je me suis souvenu d'un passé pas si éloigné (10 à peine ... un peu plus peut-être); le même bettane et son compère D... avaient redécouvert les vio "bio" et en mettaient des louches complètes à chaques articles (j'ai encore les archives de la RVF de l'époque). Et donc ces deux braves dégustateurs se faisaient dézinguer par tous les marchands du temple qui les accusaient pêle-mêle de trahir la cause, d'être sous influances, de ne pas savoir déguster (attaque de Parker si ma mémoire est bonne) et j'en passe.
Donc de voir qu'aujourd'hui ils aient changer de bord (ce qui n'est pas certains non plus) et qu'ils soient pendus sur la place public de la biosphère ... cela me fait sourir et rire un peu.

Écrit par : David DELOYE | 07 septembre 2009

Oui, David! On est surtout là pour bien se marrer! Et ne pas laisser notre ami Michoubidou imposer une vue unique et aseptisée du vin français. Après, chacun ses goûts, ce n'est pas ici que l'on va forcer quelqu'un à boire quoi que ce soit, surtout s'il n'aime pas!

Écrit par : olif | 07 septembre 2009

Mais je ne pense pas qu'ils aient changé de bord...
Ils aiment toujours autant certains "bios" (ils le revendiquent d'ailleurs toujours haut et fort - il suffit de lister le nombre de producteurs bio référencés dans leur guide), autant qu'ils s'excitent sur d'autres.
D'ailleurs, je ne connais pas un seul honnête dégustateur qui oserait avouer que 100% d'une production (quelle qu'en soit la nature...) soit parfaitement recommandable.
Mais si j'ai bien compris, cette forme de pensée n'a pas de succès...

Écrit par : Philippe RICARD | 07 septembre 2009

Philippe,

Attention à la confusion bio = nature ...

Écrit par : laurentg | 08 septembre 2009

ok ne pas confondre bio et nature... mais c'était juste une simplification pour les opposer aux vins industriels. Et puis ne relançons pas le débat sur ce qu'est le vins bio au risque de finir comme Bettane. A moins bien évidemment de vouloir se faire plaisir à longueur de livre ou posts (motivation très louable du reste) à l'image de nicolas Joly intarisable et parfois, en ce qui me concerne, chiant à mourir.

Écrit par : David DELOYE | 08 septembre 2009

Pour Nicolas Joly, je pense au grand vin bu il y a qq semaines (Coulée 1989), au vin plus intransigeant goûté avant-hier soir aussi (Coulée 93).

Un sacré terroir, assurément, pour ce vin cyclothymique.

Écrit par : laurentg | 08 septembre 2009

Moi je pense au très beau 96 dégusté il y en maintenant quelques année et au 97 et 91 (ou 92 je ne sais plus) bu chaqu'un 2 fois et à chaque fois imbuvable (malgré une garde supérieure à 10 ans chaqu'un.

Écrit par : David DELOYE | 08 septembre 2009

Coulée 97 notée 16/20 par 3 dégustateurs IVV lors de la verticale (une belle bouteille).
Coulée 92 plus austère, chaste, mais irréprochable dans son style.
Coulée 91 pas inoubliable mais sans défaut.

Pas de vin imbuvable dans cette série.

Écrit par : laurentg | 08 septembre 2009

Et pourtant deux 97 (non issues du même lots - deux caves différentes) avec deux fois le même constat ... cela refremente en bouteille avec un nez de cidre (et je suis gentil) et ce malgré un bon carafage (de deux heures la seconde fois).
Donc je maintien mon constat et n'oublie pas dire que le 96 était somptueux.

Écrit par : David DELOYE | 08 septembre 2009

Un grand vin de France, archi polémique, bio, vivant (trop parfois ?), soufré ...
C'est bien, pour ceux qui n'aiment pas les circoonscriptions trop vite réglées ...

On pourrait parler de Grillet ?

Écrit par : laurentg | 08 septembre 2009

Je n'ai malheureusement jamais gouté donc sans moi

Écrit par : David DELOYE | 09 septembre 2009

... pour ajouter mon grain de sel, je dirais que La France est le pays où existe la plus belle diversité viticole mais aussi où règne en maître une élite de petits Robert Parker qui projettent sur l'univers entier leur goût personnel.
Complexés par l'apparente supériorité de ces palais, les buveurs se prennent pour trop simples qu'ils ne sont en réalité et ne laissent pas émerger leurs sensations propres (sauf sur ce forum...).

Boire du vin, avec modération comme il se doit, est une expérience sensorielle forcément subjective et qui appartient à tout le monde. L'exercice de rendre compte, comme le font les dégustateurs, de ces sensations est d'un tout autre genre qui devrait être relativisé par plus de monde. Mais plus il existe de types de vins différents plus les amateurs ont à se réjouir. Il faut arrêter de se courber devant les experts de rien du tout.
Grâce à des vignerons courageux qui vont au bout de leur point de vue, et bien souvent isolés dans leur AOC, comme tous les pionniers, les consommateurs retrouvent des goûts d'antan qui apparaissent nouveaux, des goûts parfois de n'importe quoi de connu et avec de la vie ! Vivent les vins vivants et les buveurs tolérants.
Dans la foulée, je vous engage à lire la réponse faite à Betttane par un dégustateur plus ouvert sur la question (blog : Vin&Chère)
lien : http://blogdesgouteurs.blogspot.com.

Enfin Bravo pour ce blog qui sait attiser les discussions !

...et aussi je reviens de Vendôme où j'ai bu d'excellents vins (AOC Côteaux du Vendomois) à très bons prix (entre 4 et 6 €), notamment des blancs. J'y reviendrai si cela intéresse quelqu'un ou quelqu'une... Salutations.

Écrit par : gazpacho | 12 septembre 2009

La réponse des goûteurs avait déjà été lue, Gazpacho. On se sent moins seul!

Le Vendômois recèle effectivement de bijoux à un prix beaucoup plus accessibles que ceux de la place Vendôme. Ceux d'Emile Hérédia et de Patrice Colin font volontiers mon ordinaire. Cela intéresse donc quelqu'un ou quelqu'une.

Écrit par : olif | 12 septembre 2009

Merci à tous pour les bons moments passés à vous voir jouer les petits talibans! J'ai passé trente ans de ma vie à dénoncer la viticulture médiocre et polluante, celle de la potasse, du désherbant, des pesticides, des clones, de la betterave, et à être compagnon de route des meilleurs vignerons bios de ce pays! Leur amitié et leur réussite mondiale compensent largement les idioties et parfois la méchanceté de votre petit clan! Si vos poulains étaient si bons et beaux ils ne creveraient pas de faim à pratiquer une agriculture suicidaire et à ne pas se faire payer par des marchands qui sont incapables d'écouler leurs récoltes. Une chose est la viticulture respectueuse (ce mot respecte la vérité et donc le public infiniment mieux que ceux que vous employez), qui devrait être celle de toute vigne AOC, autre chose est le vin dit "naturel" dont vous faites croire qu'il est le seul bon, intéressant ou non dangereux. Les bons, si difficiles à vinifier,sont merveilleux et cela fait trente ans que je les aime et parfois même aide à les faire (Jules Chauvet merci! )les mauvais ne méritent certainement pas vos essais hypocrites de défense. Si j'en parle plus que de la viticulture manipulatrice et industrielle c'est qu'ils sont plus à la mode et que je m'étais lassé de mes combats précédents, sans doute à tort! Mais si un jour une norme bio, indispensable pour le public, le vrai, le grand, voit le jour pour le vin en bouteille, vous mesurerez vos responsabilités si elle s'applique à des vins tarés ou médiocres, que le marché d'ailleurs repoussera assez vite.

Écrit par : Bettane | 21 septembre 2009

Et vous, vous ne vous sentez pas responsable des vins (plus que tarés) que vous notez et contribuez à faire vendre en grande distribution et autres réseaux du même acabit ? Vous savez ceux qui coûtent une misère à faire (on se demande pourquoi d'ailleurs...), qui sont imbuvables mais se vendent, eux, "au public, le vrai, le grand" (certainement le seul à avoir bon goût, le vôtre) ? et qui ont fait de l'AOC ce qu'elle est aujourd'hui : un non sens et sûrement pas un repère pour le "grand public", ni pour personne.

Alors pour la défense de "la civilisation du vin" et du bio, vous repasserez...

Et, si vous êtes assez naïf pour croire qu'une simple réglementation est le gage de la qualité... On en revient encore à l'AOC.

Écrit par : visjoner | 21 septembre 2009

Houlà! C'est ce qui s'appelle souffler sur la braise! Et c'est du lourd, là!
Vous cultivez sans cesse l'amalgame et l'ambiguïté pour faire entendre votre voix de plus en plus fluette et vous êtes décidément toujours à côté de la plaque, désormais! Voilà qui ne nous change guère de votre libettanie habituelle! Une nouvelle fois, vous abandonnez votre rôle de véritable critique pour cracher des généralités sans aucun discernement sur un mode de culture et/ou de vinification qui vous dépasse. Vous vous posez en gardien du temple d'une viticulture bien pensante, vous croyant suffisamment important pour pouvoir influer sur le législateur. Bien! Ce rôle-là, on vous le laisse volontiers, mais ne croyez pas qu'on vous laissera imposer votre norme sans réagir, moi et "mes poulains". Vous n'avez plus le monopole de la critique, Monsieur Bettane! Et c'est tant mieux!


Quant à certains de mes poulains, "ceux qui crèvent de faim", pourriez-vous me dire quelle est le "grand critique" qui a écrit cela dans un "grand quotidien national"?

"Paru dans Le Monde 2 du 27 Décembre 2008 Un HAUT-MEDOC ANGELIQUE Le parcours de Patrick Grisard redonne un peu confiance dans la capacité de notre société à aider les vrais talents à s'accomplir. cet excellent viticulteur s'étiolait à diriger pour d'autres un vin réputé du Sud du Médoc, château sénéjac. La profondeur de son engagement dans son métier exigeait qu'il exploitât un jour directement ses propres vignes. C'est chose faite avec l'acquisition de quelques jolies parcelles dispersées sur le terroir de Saint-sauveur, un peu plus au Nord, aux portes de pauillac mais sur des terres d'un prix encore accessible. Dès son premier millésime, Patrick Grisard a tout bon: de grands raisins, une vinification qui sait fixer fruit et tanin sans que l'un nuise à l'autre, un élevage respectueux dans des barriques parfaitement adaptées à la nature et au volume de bouche du vin, un habillage soigné, une livraison luxueuse en caisse en bois et un prix de vente angélique malgré la gloire du millésime. Au moment où les crus ex-Bourgeois du Médoc sont en pleine crise d'identité, Cornélie montre qu'il n'y a pas besoin de classement ou de palmarès communautaire pour sortir du rang et créer une notoriété. Il suffit de faire du très bon vin. Mais c'est aussi plus difficile que de croire qu'on en fait... "

Apparemment, faire du très bon vin, "respectueux", comme vous l'aimez et l'encensez, ne suffit pas à éviter les difficultés!


Ce n'est pas moi qui ai recommencé, hein? :-)

Écrit par : olif | 21 septembre 2009

Vos propos sont d'une vulgarité et d'un sectarisme affligeants, voire insultants, cela explique que le rayonnement de cette anti pensée soit limité à une petite bande aussi infantile que narcissique. Votre haine est si idiote que vous allez jusqu'à me reprocher les difficultés d'un excellent vigneron que je suis semble -t-il un des rares, vous le montrez vous même, à avoir essayé d'aider! Les lecteurs à peu près sensés, s'il y en a sur ce blog, jugeront d'eux mêmes. Je n'ai jamais cherché le pouvoir mais simplement l'information claire et rigoureuse du public. Qu'il me le rende bien a visiblement l'air de vous énerver. Et si je passe autant de temps à férailler ici (mais c'est la dernière fois, promis) avec un public aussi clairsemé par rapport aux centaines de milliers de vrais amoureux du vin, c'est parce qu'il ne faut jamais laisser passer la moindre reculade de civilisation. Dormez heureux, du sommeil des grands enfants!

Écrit par : Bettane | 22 septembre 2009

"Vulgarité", "sectarisme", "insultant", "haine", "anti-pensée", "reculade de civilisation", rien de tout cela ne transpire dans ma réponse ou alors nous ne parlons pas le même langage?!

Je me contente juste de souligner vos erreurs et insuffisances de jugement, concernant le vin bio et nature, et aussi, au sujet du château Cornélie, auquel j'apporte mon soutien et que, de ce fait, vous assimilez à un "biocon", alors que vous-même l'avez encensé et recommandé. Je ne vous rend responsable de rien. Si ce n'est de ne pas être assez influent auprès du "vrai public", peut-être, alors? La preuve que vous lisez mal, ou vite, ou les deux, ou alors qu'il n'y a que la provocation gratuite qui vous intéresse?

Je vous laisse aussi à vos centaines de milliers de "vrais amoureux du vins", que j'aurais plutôt tendance à qualifier de moutons de Panurge (Panurge, c'est bien votre deuxième prénom, non?). Sur ce blog, ils sont moins d'un millier mais, comme en matière de vin, ce n'est pas la quantité qui fait la qualité.

Je vous souhaite également une bonne nuit, si la haine et la rancœur qui vous rongent ne vous donnent pas d'insomnies.

Écrit par : olif | 22 septembre 2009

Pourquoi tant de haine ???
Si la vision de Monsieur Bettanne déplait et bien passez votre chemin. Si celle d'olif vous défrise idem rien n'interdit d'aller voire sur un autre site...
Cela devient presque ridicule.
En ce qui me concerne, je ne suis ni le poulain d'Olif ni un pro bettanne indéfectible ... mais juste un amateur avec tout la sensibilité et la différence que nous avons tous face à ce merveilleux nectar qu'est le vin.
Je ne crois pas, M Bettanne, que vous allez convaincre Olif ... et inversement. Alors à quoi cela sert ?
Sinon j'ai gouté un triple zéro du domaine de la taille des loups ... comme d'hab nickel ! C'est sans transition mais juste pour détendre l'atmosphère.

Écrit par : David DELOYE | 22 septembre 2009

Lecteur de ce blog et jurassien, je suis triste, comme le post précédent, de cette polémique de bac à sable. Aucun de ses protagonistes ne se grandit, et on voit bien que ce dialogue de sourds et de généralités ne fait que polluer ce qui devrait être un lieu convivial. Je dis Stop... Sinon je passerai définitivement mon chemin... à moins que je me console à la potion champignonnière 100% fruitée !! ;-)

Écrit par : Hubert | 22 septembre 2009

Oui, Hubert. Promis! On ne dira plus de méchancetés sur ce site. D'ailleurs, ma maman n'aime pas non plus, elle me l'a écrit. Mais ce n'est pas moi qui ai recommencé, hein? :-)

Sans rire, ce n'est pas parce que Michoubidou s'appelle Bettane qu'on peut le laisser écrire n'importe quoi non plus! Il ne s'agit plus de convaincre qui que ce soit, c'est une mesure de salubrité publique! Ce n'est pas du talibanisme (oh! le gros mot mis à toutes les sauces!), je me bats plus sur la forme que sur le fond. Et je combats avant tous les préjugés! Ceux de Bettane. Pas les miens! :-)

L'avait pas tort, la véraison! Je crois bien que je vais aller me jeter un verre de cet Ami Chenin derrière la cravate. 100% rien que du fruit aussi!

Écrit par : olif | 22 septembre 2009

Sachez messieurs que le but de ce monsieur avec cette norme européenne "Bio" est de trouver une parade aux "Vin de Table". Ils ne veulent plus les voir et vont donc trouver un cadre législatif pour que ces vin recalés lors des agréments, pour différentes raisons n'est plus de cadre légal pour être commercialisés. Allez, hop à l'alambic. Le vin doit être un exercice libre, question de principe. Ne vous trompez pas sur le fond du problème.
C'est surtout pour cette raison que le "combat" en vaut la peine. Faites attention messieurs, bientôt les 100% jus de fruit n'auront plus le droit d'être bus! Enfin, ils peuvent toujours rêver....
Ce soir, c'est pas 100% nature, mais déjà bien plus que bon nombre. Mais surtout c'est libre et super bon.
Merci Laurent.....

Écrit par : Saint-Vernier | 22 septembre 2009

M Bettane parlez nous donc un tout petit peu de cette dégustation au Laurent le 29 juin, soyez clair parce qu'il y a besoin et je ne parle pas de la publi-dégustation, dites nous ce qui s'est passé, pourquoi vos commentaires sur un célèbre vin donnent-ils ceci sur un blog à propos des 2001 et 2006 le 30 juin à 12:45 "les deux bouteilles étaient non seulement médiocres mais calamiteuses" alors qu'un autre dégustateur Kevin Shin donne 92 au premier et 94 (sa meilleure note) au 2006 sur le site Parker, il y a vraiment un problème pas clair du tout!! pourquoi avez vous fait cela??? Dans quel but?? quel est le projet???

Écrit par : alain | 22 septembre 2009

Kevin Shin étaitbien évidemment au Laurent

Écrit par : alain | 22 septembre 2009

Alain :

N'attendez surtout pas des membres du GJE qu'ils aient tous le même avis. Encore heureux.
Michel Bettane a une façon d'approcher un vin qui est différente de celle de Kevin.
Quant aux trois questions, j'avoue ne pas voir où vous voulez en venir :

Il a fait cela par ce que je lui ai gentiment demandé de participer à cette session

Dans le but simplement de me fournir son point de vue sur une série de vins dégustés à l'aveugle complète

Avec, de sa part, aucun projet à la clé.

Ce n'est ni la première ni la dernière fois qu'il y a et aura des divergences d'opinion entre dégustateurs du GJE, divergences qui généralement traduisent une approche différente. Et c'est cela qui me plaît.

En fait, il ne faut pas se focaliser sur le classement. Si on refait cette session, il sera différent mais ce qui restera, c'est que Reignac ne sera pas en queue de peloton avec 20 points de différences avec le précédent : que ce soient nos dégustateurs ou n'importe quel autre groupe, pour autant qu'il respecte scrupuleusement les règles de l'aveugle.

Et, au risque certain de déplaîre à beaucoup, je fais partie des gens qui croient dur comme fer qu'il y a un terroir à Reignac.

Mais je vous réserve d'autres surprises avant la fin de l'année, et, svp, laissez les anthèmes à d'autres bloggueurs ou forumistes.

Écrit par : mauss | 23 septembre 2009

Cher Monsieur, j'aurais préféré un réponse de M Bettane là vous donnez l'impression de jouer les pompiers de service après cette parodie de dégustation au Laurent, Comme je le disais je passe sur la publi-dégustation Reignac, mais Shin notant Pétrus 94 et Bettane se donnant le ridicule de dire que le vin était calamiteux : y a un blème. Parlez nous donc M Bettane des dégustateurs de cette réunion qui affolés voulaient revenir sur leurs notes selon Bizeul! que s'est-il passé??? Les 4 flibustiers O P, B B, M B et L V n'étaient-ils pas de la session Villa d'este où des TCA avaient miraculeusement...... Les autres surprises d'ici la fin de l'année si elles sont obtenues avec autant de rigueur qu'au Laurent, on peut s'attendre à tout, moi je vous mets une bouteille de Kiravi devant tout le monde, mais je note le mutisme de Bettane et d'autres!!!!!!!

Écrit par : Alain | 23 septembre 2009

Les 4 flibustiers O P, B B, M B et L V (et de la session Laurent ils en n'étaient pasaussi??)

Écrit par : alain | 23 septembre 2009

le sens de ma question M Bettane la voici: le but de ces propos c'est de faire flotter dans l'air cette question: ce que je déguste moi Bettane à la propriété est superbe, irréprochable alors comment se fait-il que lorsque le vin vient d'ailleurs il y a autant de problèmes et là on arrive à une autre question qui est comme le bruit de fonds de l'univers sur le blog du GJE et qui vient s'imbriquer subtilement dans votre scénario: y-t-il des doubles mises au chateau et là les différents textes sont d'une subtilité de jésuite: on dit ceci le 31/08/09 alors la réponse M Bettane (c'est un copé/collé du blog GJE)
Mauss répond Maxime :

Merci de ces réponses.

Au sujet de ta question, particulièrement sensible, certains pensent effectivement qu'il y a des "lots" particuliers pour la GD. J'ai beaucoup de mal à y croire, tant je suis certain que les acheteurs, des pointus comme pas deux, ne manqueraient pas de se retourner contre leurs fournisseurs, car ils doivent faire ce type de test comparatif.
Mais en même temps, notre expérience au GJE régulière des Petrus ne fait que poser cette question.
Certains évoquent aussi les questions d'entreposage : là encore, vu le temps bref où les vins sont stockés dans la GD et vu qu'il y a des caves réelles, j'ai des doutes sérieux sur une différence de qualité venant de là.
In fine, le mieux est de faire un comparatif soi-même avec le même vin acquis en boutique ou à la propriété.
La question reste ouverte.
Lundi 31 Aout 2009, 10:35 GMT+2 | Retour au début

Écrit par : alain | 23 septembre 2009

Bon, inutile de s'étendre sur le sujet, rien ne vous convaincra de quoi que ce soit.
Je ne suis pas en service commandé; Michel Bettane est assez grand pour s'expliquer tout seul.
Quoiq qu'on argumente, vous nous prendrez pour des loufiats, des cons, des malhonnêtes.
Pas grave, gardez votre opinion, on garde la nôtre.
Allez y même du couplet sur les lâches que nous sommes :on connaît.
Bien à vous,

Écrit par : mauss | 23 septembre 2009

Alors Mr Olif grosse baffe on efface mon commentaire...peut être pas assé intello pour vos oreilles chastes!
Je vous croyais plus ouvert.

Écrit par : pierre | 23 septembre 2009

C'est lamentable vos discours...
Comment peut on écouter quelqu'un comme Mr Bettane qui
cautionne les grandes surfaces tel monoprix et autres ...
Arrêtez de lui donner quelque intéret qu'il soit et laissez le
dans sa quête de l'argent et du "pouvoir".
Arrêtons de donner suite à ses pensées malsaines concernant
le vin et restons,fiers d'être,des bio-cons comblés et heureux.

p.s.merci à Olif de ne pas effacer mon message.

Écrit par : pierre | 23 septembre 2009

il y a de l'ambiance ici... c'est sympa
la différence entre des amateurs qui achètent leurs bouteille et les pros est que justement les amateurs n'ont strictement aucune pression et n'attendent pas d'échantillons pour l'année suivante...
ça peut paraitre idiot, mais un guide, si indépendant qu'il soit, ne remplacera jamais l'avis d'un amateur qui dira si le vin et le prix lui conviennent
or dans le guide bettanesque, aucune allusion à ce sujet...
qui a dit politique ?

Écrit par : fredlepicolo | 23 septembre 2009

Monsieur je ne m'adresse pas à vous et à vos procédés habituels pour écarter les bonnes questions c'est à dire les questions gênantes mais à M Michel Bettane co-rédacteur du guide "Bettane et Desseauve" qui lit ces textes et qui les comprend: il sait qu'un scénario a été clairement décrit ici sur ce site et que si celui venait à être scénarisée (film, buzz) lors d'un nouveau simulacre de dégustation ici ou ailleurs avec des vins venus d'ici ou d'ailleurs, sa crédibilité déjà fortement ébranlée lors de la "dégustation" du 29 juin 2009 au Laurent sera l'objet d'une attention toute particulière, on ne peut pas avoir une "réputation" et tout se permettre, je pense que Monsieur Bettane a compris

Écrit par : alain | 23 septembre 2009

Mon message de ce matin suite aux 2 messages de Pierre a également été effacé.

Je m'y disais surpris de la violence extrême du ton employé par "Pierre" contre Michel Bettane.
On peut contester ses prises de position avec plus de retenue, il me semble.

Écrit par : laurentg | 24 septembre 2009

De la retenue et de la dignité, il y en a dans ce billet-là:
http://www.cotes-de-la-moliere.com/mon-blog/index.php?2009/09/24/374-lettre-uverte-a-mr-bettane

Écrit par : olif | 24 septembre 2009

cher Laurent votre naïveté continue de me déconcerter: comment cela a-t-il pu vous échapper que chaque fois que des questions un peu précises sont posées autour de la dégustation au Laurent apparaît un insulteur professionnel qui va permettre suivant une technique qui existe depuis que le monde est monde de détourner les regards vers autre chose: bref à qui profite................. et cela dit comme dans la pièce de Fernand Raynaud deux mois plus tard le canard est toujours vivant!!!!!!!! mais le scénario est désormais clairement exposé, les acteurs répètent leurs textes reste à voir l'accueil du public!!!!! la démonstration sera-t-elle convaincante!!

Écrit par : alain | 24 septembre 2009

Laurentg: cela dit silence radio de MICHEL B. (Michel si tu nous lis -) -) )qui suit cela de très près (Le Laurent pour lui il le sait c'est un peu Sa Californie fin août, y - participerait-il aujourd'hui sachant ce qu'il sait?? 2007/2009 ça fait beaucoup!!) et avez vous remarquez le silence assourdissant qui est la règle sur l'Helvétie???????????,,, Amitié ou Honnêteté morale: je ne doute pas que ce soit un rude dilemme voire même un combat douloureux!!!!!!

Écrit par : alain | 24 septembre 2009

Voila pour moi le résumé qui pour moi clôt "pour l'instant la polémique"

Il est frais, clair et sincère, et pas besoin d'avoir intégré Khagne pour comprendre.

A bientot Ardissolif l'animateur montant du PAV (Paysage Amical Viticole)

tu aurais pu présenter

Vins noir pour vendanges en vert

Tous le monde en boit

salut les Bio-cons

Ah oui il y avait aussi rive droite/rive gauche ..... bordelais

Écrit par : Domdom | 24 septembre 2009

Alain,

Distinguez au moins le fond et la forme ...
Et dans le fond, soyez plus explicite.

Écrit par : laurentg | 24 septembre 2009

C'est qui Laurent????
Un caviste qui vend du Bordeaux? ;;))))
Non, vous croyez que dans les "grands" châteaux bordelais, il y a différentes mises????
Vu les rendements et les volumes, c'est impossible!

Lulu, j'arrive!

Écrit par : Saint-Vernier | 24 septembre 2009

Ah j'oubliais...
arrêtez les 'intellectuallisme' à deux balles.
Et si vous voulez du concret n'hésitez pas
à aller voir le site http://www.morethanorganic.com
Adieu!

Écrit par : pierre | 25 septembre 2009

Laurent c'est le "petit soldat" de Chouchoubidou.
Et il n'à que ça à faire d'écrire sur ce blog!
Moi aussi c'est vrai mais c'est entre 14 à 16 heures
de boulot par jour à vendre des palettes de vins de gaulois,
sans soufre,vivant et qui se tient et oui çA EXISTE.
Et qu'etce que c'est bon...
J'ai bien aimé le commentaire de la vigneronne de clos
de la molière,touchant,simple et percutant.Tout en finesse.
Alors arrêtez de vous masturber le cerveau.Buvez ce que
vous voulez,baisez qui vous voulez et laissez nous vivre.
Merci chouchoubidou et Laurent...

Écrit par : pierre | 25 septembre 2009

Pierre,

Respirez un bon coup ... et évitez de tout mélanger en projetant vos peurs :-)
Morethanorganic : j'avais entendu parler de ce site ...

Écrit par : laurentg | 25 septembre 2009

Mais justement je respire cher Laurent,et j'ai envie que mes enfants respirent aussi...
Et sâchez que je n'ai peur de pas grand chose Laurent.
Arrêtons ce dialogue de sourd et je vous souhaite le meilleur.

Écrit par : pierre | 25 septembre 2009

merci pour le lien vers le blog d'Isabelle, Olif - il nous occupe quand même pas mal, Michel Bettane, moi aussi, j'ai passé un moment à lui répondre par mail hier - vu qu'il a accompagné mes longues années d'apprentissage dans l'amour du vin, il fallait le faire:-)...

Écrit par : Iris | 25 septembre 2009

Il nous occupe pas mal du fait qu'il ne faut surtout pas le laisser seul donner de la voix, Iris! Au risque de se retrouver avec une pensée vinique unique! Hautaine et méprisante, à l'image de celui qui veut la promouvoir!

Je ne dis pas que j'ai raison, mais je sais que je n'ai pas tort! Je rêve juste d'un monde fait d'un peu plus de tolérance et d'ouverture d'esprit! Des mots totalement absents de l'univers bettanien, apparemment!

Et puis cette "civilisation du vin" qu'il veut nous imposer... Mieux vaut en rire!
Malheureusement, beaucoup d'esprits simples le prennent au sérieux et le plébiscitent! Même sur LPV, c'est dire! C'est qu'il en impose, le bonhomme!

Écrit par : olif | 25 septembre 2009

Tiens, voilà l'Olif qui se prend pour Lennon

Imagine there's no Michoubidou
It isnt hard to do,
No selectionned levures
No désherbants, no sulphur
Imagine all the people
drinking bio in peace...

Écrit par : Estèbe | 25 septembre 2009

LPV par contre, ça m'en impose pas trop, au contraire, c'est plutôt un endroit que je fuis car j'y retrouve cette pensée unique stérile. D'ailleurs, la majorité des réactions dans le sens de MB ne m'étonnent pas du tout.

Écrit par : visjoner | 25 septembre 2009

fantastique leçon de rétropédalage sur le BLOG du GJE à 17 h 59. cette fois finie la fumeuse et laborieuse théorie des doubles mises et spécialement dans un grand chateau du Libournais!! finis les soucis pour Michoubidou qui pourra désormais le trouver bon partout!!, adieu bouchonnage et tca ...qui étaient le plus des plus!!.ajoutés.... la dégustation fabuleuse avec vins rapportés d'un peu partout s'éloigne (6 bons 3 mauvais??), faute de dégustateurs ???????????? courage fuyons!!!!! on va quand même le regarder bizarrement désormais un peu partout michoubidou, et naturellement de très haut!

Écrit par : alain | 25 septembre 2009

suite et fin de la dégustation au Laurent à mon avis l'erreur fatale c'est la publication sur le site Parker des notes de dégustation de Kevin Shin de Pétrus 2001 black pepper, soy sauce, flowery, good structure 93 pts et le 2006 ripe, good length and finish very flowery 94 meilleure note avec mouton, haut brion, cheval blanc et margauxl mais catastrophe le GJE peu habitué à ce que les dégustateurs lancent leurs commentaires avait lâché ceci la veille sous la plume de Bettane kolossal erreur "j'ai été aterré par quelques bouteilles de grands premiers (dont Petrus) qui n'avaient rien, mais absolument rien à voir avec ce que l'on goûte habituellement à Bordeaux et même ailleurs. Pour Petrus j'en ai dégusté des vraiments superbes dans ces deux millésimes 2001 et 2006 mais les deux bouteilles d'hier étaient non seulement médiocres mais calamiteuses. Les bouteilles et les bouchons doivent être envoyées au producteur pour qu'il remonte à la source de ceux qui ont fourni à Leclerc les bouteilles en question et leurs conditions de stockage.

Mardi 30 Juin 2009, 12:45 GMT+2 | Retour au début"
d'où le rétropédalage de ce jour ça devenait tellement rigolo le numéro des comédiens!!!

Écrit par : alain | 25 septembre 2009

Ce n'est pas les bio-producteurs qui devraient se justifier de faire-ci ou de ne pas mettre cela mais plutôt les producteurs conventionnels qui rajoutent des poudres de perlinpinpins un peu partout et qui devraient noter tout se qu'ils ont mis. C'est quand même le monde à l'envers, c'est celui qui essaie de faire le mieux possible qui doit se justifier face à un monde basé sur l'argent à tout pris, sans scrupule d'empoisonner tout le monde....et même les siens.
Et le goût dans tout cela on lui fait dire ce que l'on veut, n'est-ce pas MB ?

Écrit par : ajar | 27 septembre 2009

carnets omnivore - 200 vin nature 100% raisin
http://www.omnivore.fr/?p=3038

Écrit par : laurentg | 29 septembre 2009

200% plus attendu que le B&D 2010, Laurent! On s'en régale d'avance!

Écrit par : olif | 29 septembre 2009

Naturellement, Olif ! ;-)

Écrit par : laurentg | 29 septembre 2009

Triple Zéro de Blot : bien (y'a d'la pomme, non ?).

Écrit par : laurentg | 23 décembre 2009

Écrire un commentaire