Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le droit du sol dévoluard

C’est en descendant le rieur vallon du Faï depuis celui des Narrites que j’ai cogité ce titre clin d’œil au remarquable livre d’Étienne Davodeau, relatant sa grande traversée pédestre entre Pech Merle (et ses fresques peintes à la préhistoire, héritage pictural précieux, témoignage des temps anciens) et Bure (et ses déchets nucléaires enfouis, cadeau empoisonné à destination des générations futures). Pas grand chose à voir, a priori, si ce n’est Bure, dont le plateau et le pic envahissent le paysage. Pas le même Bure, évidemment, et pas le même sol, ni le même sous-sol, évidemment. Mais le Dévoluy se mérite, tout comme il mérite notre attention. Un droit inaliénable, que celui du sol dévoluard.

 

 

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Attiré par cette région montagneuse sauvage, aride et un peu austère, néanmoins magnifique, suite à la lecture des écrits de David Genestal (carnetsderando.net) et Pascal Sombardier (pascal-sombardier.com), il me fallait franchir le pas. Première constatation, immédiate, je suis loin d’avoir le niveau. Le leur. Mais grâce à eux deux, je me suis largement inspiré de l’esprit dévoluard pour mettre au point un petit séjour là-bas, bien trop court à mon goût. Pour ce qui est du point de chute, j’ai finalement jeté mon dévolu sur le ... Trièves, hasard des locations disponibles. Pas de chance pour le jeu de mots, et, sans doute aussi, volonté de rester entre Vercors et Dévoluy pour ne pas être trop loin du vin et du whisky. Agréable maison, idéalement située, à 1000 mètres d’altitude aidant à mieux surmonter les fortes chaleurs de ce début juillet 2022, au pied de la grande muraille du Dévoluy, terrasse avec vue sur la Grande Tête de l’Obiou, au lieu-dit Fourchon, à Saint-Baudille-et-Pipet. Wesh Gros, on était dans le Pays de Mens (prononcer Mince), la capitale historique du Trièves. Le Dévoluy est une véritable barrière montagneuse, mais c'est aussi un univers fascinant depuis ma terrasse temporaire. Un peu plus de 1700 mètres de dénivelé nous ont séparé toute la semaine, le sommet de la Grande tête de l’Obiou et moi. Premiers pas dévoluards et premier fail, au départ du gîte ! Sentier trop aérien pour un habitué de la montagne à vaches et pas de celle des hirondelles. Repli stratégique en cours de parcours, au grand dam de Mme Olif, intolérante aux changements inopinés d’objectifs, qu'elle considère comme un échec insupportable. Dussé-je en mourir. Je lui ai pourtant trouvé une jolie boucle de repli, avec un peu de dénivelé, en restant sous le Bonnet de Calvin (dénommé Châtel chez les catholiques), avec quelques gentianes pour nous rappeler nos origines haut-doubiennes et retrouver le sourire malgré cette sortie tronquée, néanmoins tout à fait acceptable pour des débuts trièvous (11 km, 600m de D+, une vue somptueuse sur la grande barrière du Vercors dans le sens de la descente et une chaleur déjà difficile à vivre sur les coups de midi).

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Histoire de se refaire la cerise le lendemain, rien de mieux que de se fier aux pros de la rando, David Genestal, en l'occurrence, pour des deuxièmes "premiers pas" réussis en Dévoluy: la Pierre Baudinard. Pour cela, il fallait basculer de l’autre côté de la montagne, à Saint-Disdier, sur le versant Hautes-Alpes. Une magnifique boucle, à ma portée, où la principale difficulté a consisté à contourner deux troupeaux de moutons bien gardés. Le premier, pile sous la Pierre Baudinard, où l’ombre était la bienvenue pour les ovins. Astucieux contournement, salué par un aboiement de remerciement de la part du trio de patous, peu enclins à trop se mouvoir par cette grosse chaleur. Mr et Mme Olif: 1 Patous: 0, petit match dans le match. Suivi d'une perte transitoire de balisage, sans conséquence du fait de la nécessité de passer au large d’un deuxième troupeau, parqué sous le vallon des Narrites, puis rétablissement instinctif sur le bon chemin et agréable descente du vallon de la Faï, avec Bure en ligne de mire. Cette boucle de la Roche Baudinard a vraiment beaucoup à offrir, sans réelle difficulté malgré ses 600 mètres de D+. Merci David.

Carnets de Rando: 1, Pascal Sombardier: 0, Le Blog d’Olif: 0. David Genestal ouvre le score de bien belle façon.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Histoire de ne pas toujours trop faire de kilomètres en voiture avant d’aller marcher à pied et soigner notre bilan carbone, on s’est recentrés sur le cirque de Tréminis. Wesh Grand, on est allés à Tréminis (prononcer Très Mini). D’abord au Sentier de la Résistance, boucle pédagogique au départ du Pique-nique du Ferrand, itinéraire un brin sportif quand même, pour se mettre dans les bottes de ceux qui ne parcouraient pas ces sentiers uniquement pour le fun, puis au Lac du Lauzon, en partant directement du Col de La Croix, ou presque, via une longue piste carrossable, ce qui avait l’avantage de passer plus de temps sur les crêtes, en shuntant les raides lacets du pied de la montagne. Itinéraire qualifié de facile, mais avec une raide montée au-dessus de la cabane de Fleyrard. Et quand Pascal Sombardier dit que c'est raide, c’est raide. Pas si facile que ça, finalement. L’arrivée au lac est un pur moment de bonheur, salué par les accueillantes marmottes du col d’Aurias, qui se sont précipitées à notre rencontre. La descente jusqu’au Col de La Croix par le GR 93 prolonge ce sentiment d'éternité au pied du Grand Ferrand.


Carnets de Rando: 1, Pascal Sombardier : 1, Blog d’Olif: 0. Une triangulaire pour le moins serrée!

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces


Histoire de se remettre de nos émotions et de quelque inconfort podologique temporaire, on décide, d’un commun accord, d’une « petite » rando facile, avec « sentiers et pistes souvent horizontaux », d’après Pascal Sombardier. Quand Pascal Sombardier dit que c’est plat, c’est quand même un peu plus de 700 mètres de dénivelé positif sur un peu moins de 20 kilomètres, à force de monter et descendre dans l’Infernet et les ruines de Pellafol. Mais, comme tout se joue entre 800 et 1000 mètres d'altitude, il est vrai que c'est relativement horizontal. Avec l’avantage de la fraîcheur dans les gorges de la Souloise et le retour par l’ancien canal de Pellafol, un projet monumental d’aqueduc, qui n’a pas fonctionné plus d’une dizaine d’années, entre la source de la rivière et la plaine fertile de Pellafol, rapidement victime d’érosion par excès d’irrigation. Le sentier de randonnée qui l’emprunte suit les vestiges de ce passé, là où il subsiste encore. Un parcours faisable en 5h, pouvant être ramené à 4h, en shuntant de façon dommageable les magnifiques cheminées des fées surplombant le lac du Sautet, au niveau des ruines des Chaneaux et de Pellafol, et que nous avons fait en 6h après avoir effectué une petite rallonge impromptue suite à une erreur d'itinéraire. Finalement, nous sommes rentrés au gîte juste pour l’heure de l’apéro du soir, un brin déshydratés par cette longue, chaude et néanmoins belle journée.

Carnets de Rando: 1, Pascal Sombardier : 2, Le Blog d’Olif: 0. Pascal Sombardier met à profit l'horizontalité et prend le large.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces


Histoire de démontrer que le Trièves ne constitue pas exclusivement une destination touristique de niche, à l'intention du randonneur compulsif avide de paysages sauvages et désertiques, direction le lac du Monteynard et ses célèbres passerelles himalayennes, pour se fondre dans la masse et faire le circuit plébiscité par une foule de randonneurs adeptes de prouesses technologiques pour motiver leur effort. Wesh Minus, on est allés à Treffort (prononcer Très fort), pour un dépaysement himalayen, même si l'Everest de notre séjour restera pour toujours l'Obiou, définitivement inaccessible pour nous. Une randonnée  néanmoins sympathique, un peu sportive quand même et plutôt spectaculaire. Début peinard et complètement horizontal par la traversée du lac, grâce à la Mira, le bâteau qui relie Treffort à Meyres-Savel, puis retour à pied jusqu'à la voiture. Quatorze kilomètres sur un beau sentier, à peine une mise en jambes alors qu'on commençait à être bien chauds et qu'on avait les crocs qui nous auraient sans doute permis de faire deux fois plus! Les passerelles aisément franchies, la première sur le Drac en regardant droit devant pour ne pas se laisser distraire par la beauté du paysage, la deuxième au-dessus de l'Ébron en tentant de rester debout malgré le tangage, un petit vent s'étant levé en cours de route, il ne restait plus qu'à aller se rafraîchir dans les eaux vaguement agitées du lac de Monteynard-Avignonet, haut-lieu du véliplanchisme de toute sorte du fait de son caractère extrêmement venteux, avant d'aborder la troisième phase de la randonnée, et pas des moindres. Franchissement (en voiture) du Pont de Brion, non sans avoir jeté un œil sur le spectaculaire vignoble replanté par Jérémy Bricka (voir plus bas), et premier arrêt ravitaillement au col de Cornillon-en-Trièves, au domaine des Hautes-Glaces.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Distillerie d'exception, le Domaine des Hautes Glaces élabore son whisky à la manière d'un vin, où les cépages sont remplacés par des céréales. Effet terroir et millésime recherchés dans la gamme Moissons, avec des single malts d'orge ou de seigle possédant chacun leur personnalité et une typicité spécifique ardemment recherchée. La gamme Climatic affine cette quête d'excellence en poussant le curseur un peu plus haut en matière d'élevage. On navigue là dans la haute sphère des alcools de grain, magnifiée par la cuvée XO° (lire "fois 0 degré"), le premier single malt de 10 ans produit ici, élevé dans un fût de Cognac, d'où le clin d'œil, une rareté tirée à un peu plus de 300, bouteilles comme euros.

Carnets de rando: 1, Pascal Sombardier: 2, Le Blog d'Olif: 1. Olif débloque son compteur et l'écart se resserre.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Belle rencontre sur le marché de Mens, en la personne de Pascale Barbe, vigneronne aux P'tits Ballons, qui a débouché deux jours plus tard sur la visite de sa micro-cave au cœur de Mens, où sont également situées ses vignes. La vinification, elle, s'effectue à Prébois, au sein d'une cave partagée, avant que les moûts ne soient entonnés à Mens. Installée en 2015, elle a repris un peu plus d'un hectare sur des coteaux plantés de durif, persan, douce noire, onchette et gamay, qu'elle entretient avec son mari Gilles, impliqué depuis le début dans la sauvegarde du vignoble du Trièves. Une affaire longue et complexe, administrativement compliquée, pour faire revivre ce nouveau vignoble très ancien, non situé dans une zone viticole officiellement reconnue, et sauver l'onchette, cépage authentiquement trièvous au bord de l'extinction complète et définitive. L'affaire, désormais plutôt bien engagée, devrait permettre la survie de ce patrimoine ampélographique rare, qui n'attend plus que la reconnaissance définitive de son utilisation en IGP Isère.  Côté blanc, Pascale a tout misé sur le Rayon d'or, un hybride producteur direct  de la famille du Seibel, qui donne un vin blanc léger, plutôt neutre, mais franc en goût et très peu alcoolisé. Pour être Pompette, le nom de sa cuvée, il faudra en boire des litres, avec modération. Le rouge, Confidentiel, est un assemblage de tous les cépages rouges du domaine. Petit degré également, c'est un vin simple et franc, très agréable, avec peu de tanins, mais de la chair et de la fraîcheur. Il est évidemment confidentiel du fait de la petite production et vendu principalement localement, sur le marché de Mens et à une clientèle particulière fidèle.

 

Carnets de rando: 1, Pascal Sombardier: 2, Le Blog d'Olif: 2. Spectaculaire remontée du Blog d'Olif, qui égalise, un peu contre le cours du jeu, il faut bien l'avouer!

 

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

À tout seigneur, tout honneur, il fallait bien s'attaquer à ce sommet qu'est l'Obiou. Pas par la voie normale et le Col de l'Obiou, dit L'Épaule, mais plutôt par la voie Olif, dite celle du Coude, qui passe par le Domaine de l'Obiou, situé à Prébois, dont le "petit vin" a été célébré, non pas par Paul, mais bien par Jean Giono lui-même, grand amoureux du Trièves, où il venait en villégiature quand il n'était pas affairé à Manosque, sa ville natale. Anciennement réputé être un "vin de trois", "deux qui le tiennent, un qui le boit", il a inspiré au romancier une nouvelle, publiée dans son recueil Faust au village. "Ceux qui ne sont pas des quatre villages disent que pour boire le vin de Prébois, il faut se cramponner à la table. Eh bien, même s’il faut, nous nous cramponnons et tout est dit."* Samuel Delus, vigneron précurseur, fut le premier à s'installer officiellement comme vigneron dans le Trièves, en 2012. Ils sont désormais cinq, tous en bio, dont une seule femme, Pascale Barbe (voir plus haut), qui prépare sa succession. Elle sera remplacée par une vigneronne, qu'elle accompagnera pendant un an avant de lui laisser le champ libre. Samuel Delus, quant à lui, a d'ores et déjà effectué sa part du travail de renouveau du vignoble, en ayant réintroduit la vigne aux Moulins Vieux, sur les meilleures parcelles de Prébois. Des vins qui commencent à faire parler d'eux au-delà des frontières iséroises, tout comme ceux de Jérémy Bricka, arrivé dans le Trièves pour le malt, comme co-fondateur du Domaine des Hautes Glaces, et qui s'est retrouvé à recréer entièrement le vignoble du Pont de Brion, à la demande de la commune de Roissard. Deux nouvelles installations sont attendues dans un futur proche, ce qui devrait contribuer à asseoir la notoriété de ce tout petit vignoble, qualitatif, passionnant et ultra méritant.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

Il ne manquera plus à Samuel Delus qu'un peu de verdesse à replanter, pour étoffer la production de blanc, la suite sera pour les générations futures. Évidemment favorable à l'utilisation des cépages autochtones, en temps que président actuel de l'association Vignes et vignerons du Trièves, il ne délaisse pas pour autant gamay, pinot noir et gris, chardonnay et syrah, qui ont largement contribué à lui permettre de diffuser son vin trièvous de grande qualité, que, sans nul doute, Jean Giono lui-même n'aurait pas renié et bu allègrement en solitaire.

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

 

Carnets de rando: 1, Pascal Sombardier: 2, Le Blog d'Olif: 3, quel retournement de situation! Mais rien d'étonnant sur un blog initialement dédié au vin. Il fallait bien remettre la Mère-Église au centre du village avant de goûter au feu d'artifice, tiré tous les soirs depuis la Grande tête de l'Obiou, à l'heure du soleil couchant.

 

trièves,dévoluy,domaine de l'obiou,les p'tits ballons,domaine des hautes glaces

 


L’année prochaine, pour mieux percevoir la notion d'horizontalité, on pourrait bien s’attaquer au droit du sol du Pays Briard. Va savoir!

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel