Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

autrement

  • VDV 55: le contrepied girondin

     

    IMG_2725.jpg

     

     

     

    Vendredisduvin

    Soyons footballeurs! Des Vendredis du vin pour sportifs décérébrés baballe au pied ou supporters du PSG, c'est la thématique choisie par le Bicéphale buveur, ancien international de l'équipe lusitanienne dans les années 50, réincarné en Bigfoot bressan pour le plus grand bonheur (?) des vendredistes plus ou moins concernés par la chose footbalistique.

     

    "Le foot le foot le foot le foot le foot, on ne voit plus que ça!" Carton rose, Monsieur l'arbitre Bicéphale, carton rose! Parce que, finalement, c'est plutôt d'actualité. Et que, de surcroît, ce sport-là, on n'en a rien à foot.

     

     

    Une manière élégante de prendre le contrepied du sujet des VDV en ouvrant un vin ordinaire pour moi, vinifié plutôt naturellement, avec le minimum de sulfites. Du vin de France qui prend néanmoins le contrepied de sa région d'origine, que beaucoup s'enorgueilliraient d'afficher en grand sur l'étiquette. Du vin de quelque part, élevé  autrement que l'immense majorité de ses pairs, dans un coin de Gironde qu'il ne s'autorise plus à revendiquer. Un joli contrepied de nez à l'establishment qui continue d'ergoter sur le pourquoi du comment du vin nature, contestant son existence même, tout en admettant l'intérêt de réduire légèrement les doses de soufre afin qu'il n'y en ait plus trop, mais quand même largement suffisamment. Lamery, le vin de France Autrement, élaboré par Jacques Broustet dans le 33490, pas très loin des vestiaires de l'équipe de l'estuaire, celle qui porte un maillot de la même couleur que son vin. Pff!, ce qu'il ne faut pas faire pour ne pas prononcer le nom de Bordeaux et ne pas s'attirer les foudres de la DGCCRF! Une bouteille qui fait plaisir à boire par ses tanins ultra frais, une approche bordelaise différente (Autrement, quoi!) pour un Vin de France hautement recommandable.

     

    Olif

     

    P.S: à court d'inspiration sur le vin contrepied, j'avais imaginé tacler le Bicéphale avec un vin contrepet. Humour et à peu près, la fiente de l'esprit qui vole ne m'a jamais plus procuré plus d'angoisse que celle du gardien de but au moment du pénalty.

    Le seul, l'unique, le véritable contrepet de lapin, c'est celui de l'Ami Chenin, que beaucoup citent sans l'avoir jamais goûté. Le Goût de mon blanc n'a pas encore fini de faire jaser!

     

    IMGP7655.JPG


  • Jacques Maillet, la Savoie Autrement...

    IMGP0532.JPG
    La Savoie Autrement en balade franc-comtoise bio-éco


    "- Ola Olif! Viens faire un tour au salon bio-éco de Besançon, les Savoyards t'attendent de pied ferme. Et il y aura même une surprise!"

    C'est cet intrigant message du jardinier d'Eva qui m'a incité à passer une partie du week-end de Pâques autrement, pour me rendre à la capitale comtoise dans ma petite auto. Pas autrement écologique, ni autrement économique, j'aurais plutôt dû prendre mon vélo, quitte à arriver un brin en retard. Autrement, les Savoyards, eux, étaient bien là, dans le village vigneron du salon, coincés entre un Alsacien, un Jurassien, un petit gars d'Ardèche (de l'excellent domaine des Miquettes, dont on devrait j'espère reparler bientôt) et une blonde vigneronne beaujoloise. Accueil autrement sympathique de Jacques Maillet, ancien coopérateur à Chautagne, autrement moustachu, qui a renoncé à la viticulture conventionnelle par envie, par conviction, par besoin vital, celui de faire du vin Autrement.

    Ses vins, ils respirent la vie, la nature, la vérité. Ils respectent les millésimes. Par obligation, les 3 cépages rouges savoyards (gamay, pinot noir, et mondeuse) furent vinifiés ensemble en 2005, pour donner la première cuvée Autrement, un vin à la structure imposante, épicé, poivré, concentré, à la réduction nasale première. Solidement charpenté, avec de la mâche, il faut savoir l'attendre, car la matière est belle. 2007 se goûte déjà bien, autrement, 2006 est plus frais, plus végétal aussi. En 2008, millésime compliqué en Savoie également, une cuvée de pur Gamay a vu le jour. Un vin de soif, friand, frais, de plaisir purement immédiat. J'ai pris du plaisir. Immédiatement. Autrement.

    "Quand j'aurai vinifié 3 rouges, je ferai du blanc!" a décrété Jacques Maillet. Ben voilà! On y est. Place au blanc, maintenant. Depuis 2007. Sa Jacquère, il l'a pensée autrement. Et cela a donné un vin d'une tension et d'un équilibre inimaginables. La Jacquère 2008, embouteillée depuis 3 semaines, est dans la même lignée. Un vin pour amateur de vins tendus et minéraux, d'une droiture parfaite, sans concession aucune à la facilité. Un must savoyard!

    Et la surprise, alors? Ben, la surprise, ce fut son Altesse 2007. The last! La dernière bouteille du domaine que Jacques a eu l'extrême gentillesse de me réserver. Ouverte pour l'occasion, devant moi, que je puisse la déguster. Un véritable privilège. D'autant plus que le vin dépasse tout ce que j'ai pu goûter en la matière. Une Altesse autrement! 14,8° naturels, récoltée par tries successives, la dernière plutôt en surmaturité. Volontairement oxydative, au premier nez sur la croûte de vieux fromage, elle évolue sur des arômes type Jerez, avec une grande acidité et une bouche très sèche, sur les fruits secs. D'une grande netteté, un vin absolument magnifique, hors des standards habituels. Le millésime 2008 à venir devrait retrouver un semblant de typicité.

    La Savoie dans ce qu'elle a de plus dépaysant! Autrement, quoi!

    Olif