Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dominique derain

  • De la vainitude des choses?

    "Des petits riens, des tours de rein, le vin c'est pas rien, le vin c'est un tout, et comme tout n'est pas vain ..." Même s'il arrive parfois que le vin devienne du vent. La faute au gel, à la tempête, à l'orage, à la grêle. Et c'est dans ces moments-là que faire du vin peut sembler vain. Pourtant, quand il est tiré, il faut le livrer, avant de le boire. Profiter d'une accalmie. Et charger la 203 à bloc. Ouvrir le toit, recruter des livreurs, et roule ma poule! Direction la vallée de l'Ouche, ferme de la Ruchotte. Chargés à l'aller comme au retour, mais pas de la même façon. De beaux produits, une belle cuisine et de bons vins rendent plus légers...

    Lire la suite

  • Il tape sur des merrains et c'est n°1!

     

    DSC_4843.JPG

     C'est l'histoire de deux anthropophages qui sont à table. L'un dit à l'autre:

    - Pff! J'en peux vraiment plus de ma femme!

    - Finis au moins tes patates.

    L'accueil chez Dominique Derain, à Saint-Aubin donne tout de suite le ton. On est du bon côté de la vie, celui où l'on profite des bons moments sans se prendre trop la tête. Et où on se marre bien.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    C'est donc légèrement pliés en deux que nous sommes arrivés à la parcelle des Bans, en compagnie du Dom et de Lorenzo de' Grassi, chantre du bon vin naturel italien. Les Bans, un hectare de vignes idéalement situées en haut de Saint-Aubin, une des premières parcelles acquises aux enchères, à bon prix suite à une liquidation, par Catherine et Dominique Derain. Un acte qui a véritablement lancé le domaine en 1989, même si elle est désormais exploitée sous forme de GFA. La parcelle originelle, il faut la chercher à Gamay, lieu-dit en Vasvaux, une friche datant de l'ère pré-phylloxérique, replantée de ... chardonnay et pinot noir en 89. Toujours cultivée en bio depuis cette date, elle offre à l'œil un paysage non modifié depuis près de deux cents ans.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    Avant de faire du vin pour lui-même, Dominique Derain a vécu un certain nombre de vies antérieures, où il a été successivement tonnelier et régisseur de plusieurs domaines, de Chablis à Puligny. Des grands domaines, d'où il a toujours réussi à "se faire virer", en tentant parfois des expériences de vinification non homologuées par ses supérieurs hiérarchiques. De son passé viti-viticole, il a gardé un indéniable savoir-faire du vin. De son passé dans la tonnellerie, il a conservé une oreille musicale et un méga sens du rythme. La preuve en image, grâce à Lorenzo de' Grassi, qui a de bien meilleurs réflexes de vidéaste que moi!

     

     

    Si les fûts sont actuellement vides, c'est que tous les vins sont en bouteilles. La faute aussi à trois millésimes consécutifs peu productifs et grêlés. Les 2013 proposés à la dégustation goûtent déjà superbement, blanc comme rouge. Étiquetage relooké pour les Bans, nouvellement carossés avec une tôle rouge dans laquelle toutes les nuances du cru se déclinent. Le 2013 goûte étonnamment l'aunis (poivré végétal croquant) et c'est très bon.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    En bonus, un Gevrey-Chambertin 2004 qui commence à donner tout ce qu'il a dans le ventre, dans un millésime pas facile.

    Pour le reste, tout le monde sait que Dominique a les deux reins solides et ce n'est pas les ennuis qu'il a pu avoir avec l'AOC dernièrement qui vont brider son enthousiasme.

    Un foie, Derain, trois raisons de boire du Saint-Aubin!

     

    Olif

     

    P.S.: c'est les vacances, le blog d'Olif fait légèrement relâche, tout en vaquant à quelques obligations viniques. Dont une petite interview dans l'Express qui ne manque pas de style...

     

     

     

  • VDV#65: get droopy, get bubbly, get lucky, get chalky, get burpy, get apens!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,

     

    Vendredisduvin 65èmes VDV, youpi! Parmi les nombreux sujets potentiels tirés au sort pour ce nouvel opus des Vendredi du vin, il a été retenu celui d'une jeune vendrediste du Var, Sandrine Liégeois, qui, en l'absence de son grand frère Jean-Pierre, se questionne sur la notion de phylactère. Phil? Hey, Phil?* Non, pas Connors. Ni Hacter. En un seul mot. Comme ça se prononce. Alors, vois-tu, chère Sandrine, plutôt que de lire et ranger dans ta pinardo-bibliothek Céline, Bukowski ou Philippe Roth, il te serait sans doute profitable de plonger avec délectation dans le vaste monde de la bande dessinée franco-belge, qui n'est pas dénué d'humour, loin de là, ce qui ne gâte rien. Signé Get Gai-Luron. Youpi! Get droopy!

    Si l'on en croit Wikipédia, l'origine du phylactère remonte à la plus haute antiquité. Mais, à force de jouer avec les amulettes, le mot a pris feu et son sens a changé.

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,

    Passons rapidement sur l'item n° 5 (non, le phylactère qui nous intéresse n'est pas une bourse servant à conserver, à l'abri de la dessication, les reliques d'un saint avec ou sans slip) pour nous consacrer exclusivement à l'item n°2. D'où il découle qu'il s'agit d'un moyen graphique pour figurer des paroles dans une bande dessinée. Le phylactère est donc une BULLE! Pas du genre de celles que l'on fait dans son bain, vides de texte, ou alors juste un petit prout discret. Non, une bulle qui a du sens. Ou pas, tout dépend si c'est l'idiot du village qui s'exprime. Nous voici donc au cœur du sujet qui nous préoccupe en ce vendredi d'avril. Il va être temps de se découvrir d'un fil (Phil? Hey, Phil?* Running gag, désolé!). Ça s'arrose, alors on fait péter le liège. Ou la capsule. Ou la rondelle.  Buvons du vin de phylactère avec du caractère, youpi! Get bubbly!

    terres et vins de champagne,champagne,épernay,

    Des bulles dans le vin, on en trouve un peu dans toutes les régions viticoles, volontairement ou pas. Celle qui en met le plus possible, c'est évidemment la Champagne. Un champagne sans bulles, c'est comme un grand cru classé de Bordeaux sans bois, ça n'existe pas. À moins qu'il ne soit éventé. Ou alors, c'est qu'il est clair. Un vin clair, c'est un vin de Champagne tranquille, à la fraîche, décontracté du gland, avant qu'il ne se mette à travailler, donc à buller. Pas de bulles, donc hors sujet VDV? Si ce n'est qu'avril est le moment privilégié de l'année pour y goûter. L'événement est devenu rituel, quasi fondamental, grâce aux vignerons de Terres et vins de Champagne. À tel point que pas moins de 7 autres regroupements de vignerons leur ont emboîté le pas. Des grands jours champenois, pour les bulleurs, les chanceux et les crayeux. On y reviendra ultérieurement, mais l'occasion était trop belle de leur faire un petit clin d'œil. Get lucky!

     

    how do you make a gif

     "BAM, quand le champagne fait BAM, tout avec lui dit BAM!" Clin d'œil pétillant de Mélanie Tarlant, sur une musique de Daft Punk. Get chalky!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,don quirotte,chut derain,pétillant naturel,dominique derain

    La particularité de la bulle, c'est qu'elle est remplie de gaz. Quand un phylactère est écrit en très gros et très gras, on comprend que le personnage parle fort et éructe. Il en va de même lors de la consommation de boissons pétillantes, qui ont la particularité de procurer le don de roter. Exactement comme ce 100% terret bourret languedocien à la bonne grosse bulle bien fine, concocté par Émile Hérédia et Anthony Tortul. Don Quirotte est un pet'nat bien sonore, particulièrement exquis néanmoins. Get burpy!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,don quirote,chut derain,pétillant naturel

    Quand il n'est ni champagne, ni pétillant naturel, le vin à bulles peut être mousseux. Mais point moussant, évidemment. Raté pour le bain! Cet aligoté à la chute joliment stylisée se déguste sans bruit, mais avec fureur. Chut...Derain. Il n'est pourtant pas près de la fermer, Dominique Derain, récemment piégé par l'administration et quasiment rayé de l'AOC! Get apens?

     

    Olif

     

    * Mais où vais-je donc chercher tout ça?

     

    P.S.: merci au grand Marcel Gotlib pour l'ensemble de son œuvre, en rétrospective jusqu'à fin juillet au musée d'art et d'histoire du judaïsme, rien que ça, s'il vous plaît, mazette. Bienvenue dans ses mondes!

     

    P.S.2: on me sussurre dans l'oreillette que la petite Sandrine n'est pas du Var et qu'elle ne s'appelle pas Liégeois. Il semblerait qu'elle soit essentiellement liégeoise. Oufti! Et au temps pour moi. Quant à Jean-Pierre, ce ne serait donc pas son frère, mais le nom du beau-père à Marcel Gotlib. Quelle dérision!

     

    P.S.3: cette histoire de bulles ne serait pas totalement exhaustive sans Michel Polnareff. Alors voilà! Get polky!

     

  • Quintessence d'Essence des Sens

     

    IMGP0348.JPG

     

     

    Grande journée de dégustation bourguignonne et biologique organisée par Muriel Deléger au Hameau de Santenay le Haut, L'Essence des Sens, off officiel satellite des Grands Jours de Bourgogne, a eu la décence d'inviter le Jura à la fête. Uniquement des vignerons "bio", dynamiques, parfois biodynamiques. En conversion pour certains, mais déjà convertis aux idées avant d'être officiellement certifiés.

     

    Impressions furtives ...

     

     

    IMGP0349.JPG

     

    - Une découverte scintillante: Champ d'étoiles. Ou comment un couple belge motivé vient biodynamiser le Sud-Revermont en reprenant le domaine Richard Delay à Gevingey. 2008 est leur premier millésime, 2010 sera déjà certifié. Un joli concept, des vins et des étiquettes qui ne le sont pas moins. Mention spéciale à un Pinot noir au fruité enjôleur et à la finale merveilleusement fruitée.

     

     

    IMGP0344.JPG

     

     

    - Une bouteille impressionnante: "Le Clos", du domaine Guillot-Broux. Des vignes "franc-de-pied" replantées en 2001 sur la parcelle des Perrières. Une robe dorée, un nez pregnant, une bouche dense et profonde, une longueur interminable, une bouteille sidérante. Le reste de la gamme aussi, d'ailleurs. Avec les vins du cousin Julien, des Vignes du Mayne, découverts à la Dive, l'appellation Mâcon-Cruzille a de beaux jours devant elle.

     

     

    IMGP0346.JPG

     

    - Une bulle nébuleuse: Née bulleuse, un pétillant rosé à base de gamay, ou quand le Beaujolais s'amuse. C'est rigolo et rafraichissant. C'est à Lachassagne (69) que ça se passe, chez Bernard Vallette. Avec deux "l".

     

     

    IMGP0345.JPG

     

     

    - Une courbe séduisante: Chut ... Derain. Un aligoté pétillant qui épouse bien les formes pour se lover là où il faut.

     

     

    IMGP0343.JPG

     

    - Un retour aux sources: le véritable Melon de Bourgogne is back home! Enfin, celui-là n'était jamais vraiment parti dans le Muscadet. Probablement les derniers pieds qui restent ancrés dans le val de Saône. Et ils se trouvent chez Guy Bussière. Tel un Phénix, il est fier de ses racines. Arpège en 2008, c'est un assemblage de Chardonnay et d'Aligoté, faibles rendements obligent.

     

    IMGP0082.JPGIMGP0341.JPG

     

    - Et, probablement le meilleur pour la fin, deux Alices, au pays merveilleux des vins tendance "nature", De Moor et Bouvot, à Chablis et en Arbois. Des vins enchanteurs, à L'Octavin comme chez De Moor. Et deux superbes sourires en prime. Bravo les filles!

     

    Olif