Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chenin

  • La confiture, les cochons, tout ça, quoi!

    Je m'étais juré de ne plus monter au créneau. De me tenir à l'écart de ces joutes verbales écrites sur les réseaux sociaux qui me fatiguent au plus haut point. Mais on ne peut pas laisser dire n'importe quoi non plus. Surtout par quelqu'un qui estime faire partie du gotha des dégustateurs reconnus, honnêtes et intransigeants. Il n'y a guère que lui qui doit le penser. Son commentaire lapidaire sur une bouteille des Rouliers 2015 de Richard Leroy fustige une vinification "non maîtrisée" et des variations potentielles inter bouteilles du fait de l'absence de sulfitage. Un genre de "loterie", en fait. Ce qui a eu pour effet de libérer la parole de toute une flopée de dégustateurs du dimanche, insensibles aux charmes du roi Richard. Ils en ont parfaitement le droit, d'ailleurs.

    #metoo #balancetonvinderichardleroyàdéfaut

     

    Mais j'ai failli en avaler mon chenin de travers!

    Lire la suite

  • Allez, Rouliers jeunesse!

     

    IMGP9625.JPG
    Les Rouliers 2008, Chenin, Vin de France, Richard Leroy

     

    Un nez très mûr, gorgé de fruits jaunes, de pêches et de mirabelles, celui d'un chenin récolté à belle maturité malgré un millésime extrêmement compliqué pour Richard du fait de gelées tardives. Rendements ridicules, qualité inversement proportionnelle. Largeur en bouche, tension acidulée, belle longueur, une structure maitrisée par un élevage millimétré, jamais envahissant. Le chenin dans sa magnificence, le chenin comme je l'aime.

    Je ne sais pas pourquoi, mais ce soir, j'ai eu envie de dire aussi: Merci, Richard Leroy, merci!

     

    Chacun sa route, chacun son chenin!

     

    Souvenirs...

     

     

     

    Passe le message à ton voisin.

     

    Olif

     

    P.S.: bon, je sais, tout le monde n'apprécie pas ce style de vin. Mais personne n'est forcé. De toutes façons, il y en a très peu, de ce millésime-là! Autant le laisser aux aficionados.

     

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • Le goût de mon Blanc

    IMGP7655.JPG

    Facétieux, Xavier Amat, qui, avec sa femme France a ouvert des chambres avec table d'hôtes du côté de Saumur. Saumur, you are so... Ami Chenin, c'est leur nom, et il le leur rend bien! Avec la complicité de Sébastien Bobinet, vigneron de la génération saumuroise montante, il élabore quelques cuvées remarquables et remarquées, dont Amateus en rouge, un Saumur-Champigny que je n'ai pas encore eu le bonheur de goûter, et cet Ami Chenin, élaboré en culture biologique et "sans intrant", qui ne peut revendiquer que l'appellation Vin de table (d'hôtes).

    Le Goût de mon blanc, il est plutôt floral, anisé et épicé, épanoui et dans les grandes largeurs, l'apprêt du pot, puce, bien dès l'à-côté. Le Goût de mon blanc, il n'a pas hésité à taquiner la moule. Ça m'a même donné la frite! Moi, le saint homme. Peut-être un symptôme? Ce qui est certain, c'est que Mme Olif a beaucoup aimé!

    Le Goût de mon blanc, c'est gonflé! Sur tes gens, même, je le jure! Un vin osé, mais hautement recommandable.

    Il me tarde du coup de tester un jour le goût de son rouge, Amateus!

    Olif

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.