Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

richard leroy

  • La confiture, les cochons, tout ça, quoi!

    Je m'étais juré de ne plus monter au créneau. De me tenir à l'écart de ces joutes verbales écrites sur les réseaux sociaux qui me fatiguent au plus haut point. Mais on ne peut pas laisser dire n'importe quoi non plus. Surtout par quelqu'un qui estime faire partie du gotha des dégustateurs reconnus, honnêtes et intransigeants. Il n'y a guère que lui qui doit le penser. Son commentaire lapidaire sur une bouteille des Rouliers 2015 de Richard Leroy fustige une vinification "non maîtrisée" et des variations potentielles inter bouteilles du fait de l'absence de sulfitage. Un genre de "loterie", en fait. Ce qui a eu pour effet de libérer la parole de toute une flopée de dégustateurs du dimanche, insensibles aux charmes du roi Richard. Ils en ont parfaitement le droit, d'ailleurs.

    #metoo #balancetonvinderichardleroyàdéfaut

     

    Mais j'ai failli en avaler mon chenin de travers!

    Lire la suite

  • Abécédaire ligérien

    Allons enfants de la patrie du vin, le jour de Loire est arrivée. Même pas un jour, quasiment une semaine, exclusivement dédiée au vin, d'une manière générale. Celui de Loire, évidemment, mais de manière désormais non exclusive. Pour les pros, mais plus uniquement non plus. Si les différents salons leur sont en théorie réservés, de nombreuses autres animations sont destinées au grand public, en partenariat avec la ville d'Angers. Rencontres-dédicaces avec des auteurs, séances d'accords mets-vins, initiation à la taille dans les vignes de la ville d'Angers...

    Au cœur du dispositif, le salon des vins de Loire, créé en 1987 et maintenant largement débordé sur les ailes par des offs prenant de plus en plus d'ampleur. Motivant même le déplacement à eux seuls. Greniers Saint-Jean (avec une renaissance des appellations élargie), salons des Pénitentes, Anonymes, sans oublier la divine extension troglodytique saumuroise. Un salon des vins de Loire pourtant en légère érection depuis l'arrivée en son sein de la levée de la Loire, qui truste l'attention de nombreux dégustateurs patentés. Et, ce encore plus, depuis l'accueil des biodynamistes de Demeter, en provenance de toutes régions. Désormais grignoté de l'intérieur, le salon des vins de Loire résistera-t-il? Ou se transformera-t-il en un méga Millésime (bio?) du nord, comme certains le prédisent volontiers? Avec pignon sur offs? L'avenir nous le dira, mais ça n'a pas fini de jaser dans le tuffeau.

    Déclinaison alphabétique de quelques moments marquants lors de cette petite semaine en Loire, sous une météo peu clémente (l'image de la cathédrale Saint-Maurice d'Angers datant de l'édition 2015).

    Lire la suite

  • Instalitr ...

    Histoire de bouger (un peu) le blog, inauguration d'une nouvelle catégorie: les Instalitres. Kézako? Instalitres, ce sont des Instagram liquides, publiés sur mon compte Instagram leblogdolif. Une photo de bouteille, trois mots pour la commenter, un vrai truc de fainéant auquel je ne pouvais pas échapper. Petit récapitulatif non exhaustif à l'intention des lecteurs purs et durs du blog, ceux qui ne s'aventurent guère sur les réseaux sociaux, mais pour les autres aussi.

     

     

    Capture d’écran 2014-05-18 à 08.57.53.png

    Vin et grenouilles, un accord primordial à travailler, de mars à avril, la saison de rana temporaria, la véritable grenouille rousse de Franche-Comté. L'Arbois savagnin 2009 du domaine de la Loue (Catherine Hannoun) a fait coasser de bonheur!

     

    Capture d’écran 2014-05-18 à 09.03.26.png

    Deux hispanisants se rencontrent sur une table jurassienne, avec une pensée pour Bernard Clavel. José (prononcer [xosé]), l'Arbois poulsard rosé 2012 du domaine des Bottes rouges (Jean-Baptiste Menigoz), a fait connaissance avec jésus de Morteau, de la maison Bouhéret (en réalité une bête saucisse sur la photo, cuite au four dans un bain de poulsard). Comme un genre d'accord parfait!

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,

    Il a tout du Felhuns, fait l'autre (comme aurait pu le chanter Boby Lapointe). Un blanc original du Haut-Fenouillèdes, majorité macabeu avec une pointe de grenache, vinifié grappes entières, avec une partie en mode oxydatif. Mercé Vincent Balansa du domaine La Boria.

     

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,

    In Cornas veritas (en Allemand dans le texte). Ach so! Une große quille, dans un millésime caniculaire d'une grande fraîcheur. Merci Mr Thierry Allemand.

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,

    Heureusement qu'il s'appelait Bob et pas Michel! Ce Loiredoc, issu de l'union de raisins languedociens d'Autour de l'Anne et de raisins ligériens d'autour du Grégory, se boit comme de la petite bière. Bob dit l'Anne, une coproduction Anne Paillet/Grégory Leclerc, pour sortir couvert cet été.

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,

    Noir, c'est noir, sans prise de tête. Un côt facile à descendre. Une bouteille pour se faire chahuter prodigieusement, grâce, encore une fois, à Grégory Leclerc!

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,chahut et prodiges,

    La roche mère par Laroche fille. P... de moine! Ou le chenin dans toute sa splendeur. Tragiquement bon!

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,chahut et prodiges,

    Nouvel épisode de "la tragédie du chenin", une pièce créée et surjouée par Michel Bettane, dans la droite ligne de ses biocons de sinistre mémoire, ce Jasnières 2005 de Christian Chaussard est une petite merveille qui n'en manque pas, de caractère. Un chenin à l'équilibre demi-sec tragiquement bon.

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,chahut et prodiges,kharaktêr,jasnières,christian chaussard,

    Un autre chenin potentiellement et réellement tragique, suite à l'annonce par Valérye Mordelet et Jean-Daniel Kloecklé de la fin des Loges de la folie, en raison d'une succession d'années particulièrement difficiles à Montlouis. Une Nef des fous 2005 pourtant exceptionnellement bonne!

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,chahut et prodiges,kharaktêr,jasnières,christian chaussard,les loges de la folie,montlouis,

    Chenin toujours, et une autre tragédie, celle du déclassement en Vin de France de vins trop bons pour être représentatifs de leur AOC, un système archaïque qui aime bien se tirer des balles dans le pied. C'est tragique pour la région (ici l'Anjou) et injuste pour le vigneron, même si, dans le cas présent, il s'agit d'un choix délibéré.

    domaine de la loue,domaine des bottes rouges,jean-baptiste menigoz,catherine hannoun,domaine la boria,vincent balansa,felhuns,cornas,thierry allemand,autour de l'anne,anne paillet,grégory leclerc,chahut et prodiges,kharaktêr,jasnières,christian chaussard,les loges de la folie,montlouis,

    Chenin enfin, pour saluer le retour des beaux jours. Après Pâques aux tisons, ces Noëls (de Montbenault) enchantent au balcon. Vive le chenin, aussi tragique soit-il, et vive Leroy Richard!

     

    To be continue...

     

    Olif

     

  • REVEVIN 2012: Leçon d'ignorance

    revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

     

    Belle leçon d'ignorance, avec cette rencontre-dédicace-dégustation sous le patio du Chai Carlina, en ouverture des 9èmes REncontres VEndéennes autour du VIN et en compagnie de Richard Leroy et Étienne Davodeau. Nul n'est censé ignorer ces Ignorants, au vu du succès rencontré par cette superbe BD documentaire, récit autobiographique d'une initiation croisée entre deux ignorants réciproques du monde de l'autre. Une petite pierre dans le vignoble de l'incompréhension, qui plaide pour une plus large ouverture d'esprit de chacun d'entre nous, ainsi qu'une plus grande tolérance mutuelle, comme l'a souligné l'enjoué vigneron ardéchois Gilles Azzoni, présent en vue de la dégustation du lendemain, consacrée à l'Ardèche nature.

     

    revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

     

    Gros succès de librairie, donc, Les Ignorants ont déjà été tirés à 90000 exemplaires. Le tirage des vins de Richard Leroy n'a quant à lui pas augmenté, mais il devient de plus en plus difficile de s'en procurer. Entre deux séances de taille, de labour ou de biodynamisation, le vigneron est désormais passé maître dans l'art de la manipulation du stylo et de la dédicace. Et le dessinateur déguste désormais comme un pro, ou presque. Pour accompagner cette séance particulièrement enrichissante et conviviale, quelques crus, bus lus, figurant dans le générique de fin de l'album, à un ou deux millésimes près, et dégustés à l'aveugle. Pratiquement tous ont été identifiés par les deux compères. J'exagère à peine.

     

    revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

     

    Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

     

    Olif

  • La parole de Richard

    étienne davodeau,richard leroy,ganevat,arena

     

    Quand Richard Leroy parle, désormais il fait des bulles. Mais pas son vin, toujours aussi sec, tranquille et magnifique. Vigneron, un métier qu'on ignore, dans le milieu de la Bande dessinée. Quand Étienne Davodeau écrit, il fait aussi des bulles. Dessinateur de BD, une profession inconnue des acteurs du monde viticole. Ces deux-là étaient donc faits pour se rencontrer. D'ailleurs, ils se connaissaient de longue date, en tant que voisins dans le Layon. Voisins, mais ignorants de la vraie vie de l'autre. Et si on échangeait? Ou si, plutôt, on apprenait à connaître un peu mieux le monde et le travail de l'autre? C'est désormais chose faite avec "Les ignorants", publiés aux Editions Futuropolis et qui vient tout juste d'être vendangé. Richard Leroy, vigneron nu sous la plume d'Étienne Davodeau, un peu à la manière de Lulu, le personnage principal du précédent ouvrage d'Étienne.

     

     

     Quand on connait le talent d'Étienne Davodeau à rendre passionnante la description quasi-documentaire du quotidien des gens "normaux", on ne pouvait qu'attendre avec impatience cette chronique d'une année de la vie d'un vigneron, entrecoupée de fragments de la même année de la vie d'un dessinateur de BD. Entre la taille, les dédicaces, les vendanges, les salons, les visites aux confrères vignerons ou dessinateurs, du Layon à Saint-Malo, de la Combe de Rotalier à la Corse, le parcours entremêlé de ces deux "ignorants" est d'une limpidité et d'un réalisme impressionnants. Une escapade dans la Combe de Rotalier ne peut être que "de toute beauté", je l'ai vécue plusieurs fois à titre personnel, et de manière parfaitement conforme à la retranscription dessinée. C'est peu de choses que de dire que l'on s'y croirait et que l'on n'a guère envie de quitter les deux compères.

     

    étienne davodeau,richard leroy,ganevat,arena

     

    Vignerons de papier, c'est désormais le destin de Richard, Fanfan, Antoine, et les autres. Grâce à Étienne et à ces "ignorants", une bande dessinée dont on se délecte à chaque gorgée. Du coup, on ne sait plus bien s'il faut ranger les BD à la cave ou les bouteilles dans la bibliothèque...

     

    Olif

     

    P.S.: vin et bouquins font bon ménage. La preuve à Besançon avec une adresse à ne pas manquer, pour qui passerait par là, Les Gourmands lisent. Librairie, cave, bar à vins, l'endroit idéal pour y faire une séance de dégustation-dédicace, en fait. Faudrait y réfléchir...

     

    étienne davodeau,richard leroy,ganevat,arena

     

    Les Gourmand lisent

    12, rue Bersot

    25000 BESANCON

     

    P.S.2: La parole de Richard est un petit clin d'œil à La parole de Pierre, le livre sur Pierre Overnoy qui ne devrait bientôt être chroniqué ici-même. Vivement bientôt!

     

    P.S.3: ouvert pour fêter l'évènement, Le Clos des Rouliers 2007 de Richard Leroy est une petite merveille de chenin, à la fois gourmand et minéral, d'un équilibre qui frôle la perfection.

     

    P.S.4: à l'instant même où vous arriverez sur ce billet, vous devriez pouvoir lire simultanément une chronique sur "Les ignorants", écrite de la main de PhR pour La Pipette. Si c'est pas de la synchronisation, ça!

  • Noëls avant l'heure...

    Avec à peine 24 heures d'avance, je me suis souhaité un joyeux Noëls. De Montbenault, by Richard Leroy. Millésime 2008, difficile dans la région, mais pourtant diablement réussi ici. Rendements minuscules, mais grosse maturité de fruit, acidité sur le fil, équilibre subtil et élégant, et au final un vin d'esthète gourmand, dans un style riche mais épuré. La bouteille idéale à pendre après le sapin ou à ouvrir sur un homard ou des coquilles Saint-Jacques pour Noël, justement.

     

    IMGP0150.JPG

     

    L'occasion est donc belle de souhaiter un Joyeux Noëls à toutes et à tous. À tous les Montbenault,  à tous les Benoit, à tous les Nono, à ceux qui n'ont jamais goûté cette cuvée, à ceux qui  n'ont pas encore touché à leurs bouteilles, à ceux qui ont tout bu, à ceux qui ont cassé les leurs, à ceux qui n'arrivent pas à aimer les vins de Richard Leroy, mais qui persistent. Et puis aux autres aussi, à toutes celles et tous ceux qui lisent le Blog d'Olif, avec plaisir, dégoût ou avec un pistolet sur la tempe ... Et enfin à tous ceux qui ne lisent pas le Blog d'Olif, évidemment, qui sont les plus nombreux.

    Buvez bon, sans vous laisser dicter vos goûts! Ni vos dégoûts...

     

    Olif

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • Allez, Rouliers jeunesse!

     

    IMGP9625.JPG
    Les Rouliers 2008, Chenin, Vin de France, Richard Leroy

     

    Un nez très mûr, gorgé de fruits jaunes, de pêches et de mirabelles, celui d'un chenin récolté à belle maturité malgré un millésime extrêmement compliqué pour Richard du fait de gelées tardives. Rendements ridicules, qualité inversement proportionnelle. Largeur en bouche, tension acidulée, belle longueur, une structure maitrisée par un élevage millimétré, jamais envahissant. Le chenin dans sa magnificence, le chenin comme je l'aime.

    Je ne sais pas pourquoi, mais ce soir, j'ai eu envie de dire aussi: Merci, Richard Leroy, merci!

     

    Chacun sa route, chacun son chenin!

     

    Souvenirs...

     

     

     

    Passe le message à ton voisin.

     

    Olif

     

    P.S.: bon, je sais, tout le monde n'apprécie pas ce style de vin. Mais personne n'est forcé. De toutes façons, il y en a très peu, de ce millésime-là! Autant le laisser aux aficionados.

     

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • VDV 21: vins de fête!

    Vendredisduvin Dernier vendredi du mois, donc vendredi du vin. Mais Vendredi d'entre deux fêtes, gare à l'absentéisme! Pas difficile d'avoir débouché quelques jolies bouteilles, pour accompagner les mets du réveillon, puis ceux du jour de Noël., le problème, ce sera de trouver le temps de les bloguer. Excès de table récurrents, la fête n'est jamais trop belle. Il faut donner, offrir, partager, se gaver. Pour expier le supplice infligé à toute une espèce animale sacrifiée? Il n'y a que le foie (gras) qui sauve, la foi maigre s'est sauvée depuis longtemps!

    Si les oies et les canards se gavent, d'autres subissent un certain nombre de sévices, comme les crustacés. Et je ne parle même pas de toute cette génération de petits enfants qu'on roule dans la farine en leur faisant croire à un vieux bonhomme rouge à barbe blanche, ce qui évite d'avoir à leur expliquer la crise en long, en large et en travers, et de leur expliquer pourquoi, à la place de la dernière console de jeux WII,... ben non! Juste une mandarine. Comme lors de certaines périodes les plus noires de notre existence, mais au moins, les enfants étaient contents, ma bonne dame! Tandis que maintenant..., il leur faudrait une bonne guerre!

    LuluFemmeNue1_28102008_232856.jpg

    Pouf pouf!

    Lulu, la quarantaine bien marquée, aimerait bien repartir pour une nouvelle vie, maintenant que ses enfants sont un peu plus grands et à peu près autonomes.

    Régulièrement repoussée lors des entretiens d'embauche, elle s'offre une parenthèse, histoire de se prouver qu'elle existe encore un peu. Délaissant ses amis et sa famille (dont un mari beauf et alcoolique), elle commute sa vie en mode "vacance" pour une période de vacances à la petite semaine. Au cours de son ecapade, elle noue des relations avec d'autres personnes un peu en marge du système, qui semblent lui redonner goût à sa propre vie. Il faut bien dire que ces gens savent vivre et profiter de l'instant présent. Pour un menu gastronomique improvisé dans un camping-caravaning à l'hivernage, on ne se refuse rien. "Garçon! Quel vin avec la langouste?" Avec la langouste? Il faut croire que c'est déjà Noëls!

    "Anjou blanc, Noëls de Montbenault 2004!" Excellent choix, garçon! Le choix du roi, le choix du Leroy! C'est Richard qui devrait être content de ce clin d'œil bédéphile de haute volée!

    IMGP6127.JPG
    Lulu femme nue, c'est une BD en deux tomes, l'un paru, l'autre à paraître, aux Editions Futuropolis, dessinée et scénarisée par Etienne Davodeau, l'un des musts de cette fin d'année. Une vraie BD d'auteur, au sens noble!

    Garçon? Quel vin avec le homard, à défaut de langouste? Un Homard et Fred en deux sévices: fendu en deux vivant, grillé sauce corail.
    Avec le homard? Anjou blanc Noëls de Montbenault 2003. Ben oui, je n'ai pas réussi à remettre la main sur mes 2004! Ma cave est trop bien rangée! Bonne pioche quand même! Un vin riche, miellé, aux délicieuses notes de fruits jaunes et de frangipane, qui possède un soupçon de fraicheur malgré le millésime, mais dont l'opulence fait merveille sur la texture du Homard  et du Fred aussi.

    IMGP6195.JPG

    Un beau vin de fête, un vin idéal pour un vendredi de décembre, en fait!

    Olif


    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.