Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • VDV#63: éloge de la Patience 2008

    IMG_4007.jpg

     

     

     

     

     

    Vendredisduvin 63èmes VDV, on les aura attendus longtemps, ceux-là! Grâce à Maïlys, nouvelle secrétaire perpétuelle des Vendredis du vin, on va pouvoir se faire un petit trip vinique dans le temps. Les impatients sont donc à la fête, voilà une bonne occasion d'ouvrir une de ces  bouteilles qui mûrit lentement dans la cave. Depuis trop longtemps, sans doute, il va falloir y remédier. Comme si cela servait encore à quelque chose d'entasser des vieilleries dans des rayonnages poussiéreux!

     

    Éloge de la patience, donc. Qui se mue en impatience de déboucher cette bouteille qui affiche clairement ses intentions sur l'étiquette. Patience! Ce vin, élevé longuement en fût, il fallait l'attendre. Un peu. Premier millésime de Céline Beauquel, du Clos Romain. Un des éléments du triptyque inox-bois-terre cuite, celui qui, sans doute, a demandé le plus de temps à se fondre. Ma patience a eu ses limites, le vin de Céline aussi. J'ai savouré toute la bouteille. C'était très bon, on ne peut pas faire plus bel éloge.

     

    Olif

     

  • La cicadelle et la fourmi

    La cicadelle ayant doré tout l'été se trouva fort dépourvue quand l'hiver fut venu. Occupant les réseaux sociaux et les médias depuis quelque temps, il ne serait pas étonnant que certains esprits chafouins en aient ras le Giboulot. Mais, il est temps pour moi de mettre mon pied dans la fourmilière!

     

    emmanuel giboulot,giboulot,cicadelle,flavescence dorée,bourgogne

    Que n'aura-t-on entendu, dans cette affaire! Y compris que le vigneron cherchait à faire sa propre pub! Entre ceux qui n'y connaissent rien en flavescence, mais qui ne peuvent s'empêcher de donner leur avis parce que c'est leur métier (de donner leur avis, aussi ennuyeux puisse-t-il être!), ceux qui y sont confrontés et restent malheureusement désemparés, quelques billets intelligents émergent du lot, essayant d'adopter un regard objectif sur les tenants et les aboutissants du problème. Nicolas Lesaint, d'abord, qu'il faudra sans doute canoniser un jour, tant il en est un, de le Saint, même qu'il essaie d'être lucide et clairvoyant dans la pratique de son métier (dans un château bordelais, il est vrai, personne n'est parfait!). Et puis Miss Glouglou, qui a fait un beau papier relayé en Une de Le Monde, ce qui lui a assuré plus de 15000 vues sur la seule journée d'hier, auxquels il va désormais falloir ajouter la poignée de lecteurs du blog d'Olif qui ne sont pas encore ouverts au monde de la flavescence. Auparavant, Marthe Henry avait fait l'actu du vin contaminé par la cicadelle, avec une approche très pro sur le sujet. Et puis, le taulier, présumé retraité, a aussi tenter de jouer les conciliateurs et d'apaiser les esprits. Un des commentaires de son billet est à ce titre particulièrement édifiant sur le rôle joué par la filière dans la décision d'envoyer Emmanuel Giboulot en correctionnelle! Et, au rayon "inculte, écologiste et extrêmiste", il y a même Olivier B. qui s'est fendu d'un billet de blog explicatif!

    La cicadelle, deux ou trois choses que je sais d'elle. Pas grand chose en fait, c'est surtout pour la rime. Il est sans doute illusoire de l'éradiquer complètement et définitivement. Et surtout, il semble démontré que les traitement préventifs n'ont pas de réelle efficacité. Et surtout pas dans le temps. Être ou pyrèthre, là est la question! L'acte de désobéissance civile dont a fait preuve Emmanuel Giboulot ne méritait certainement une telle épreuve (passage en correctionnelle!), alors que ses vignes étaient indemnes de cicadelle au moment de l'arrêté préfectoral obligeant à traiter. Et de là à dire qu'il en a profité pour faire la promotion de son domaine et de ses vins! Combien de ceux qui glosent de façon un peu nauséabonde à ce sujet le connaissent et ont déjà goûté à la Combe d'Ève, à Lulune ou aux autres cuvées d'Emmanuel? Des vins qui n'ont nul besoin de cette pseudo publicité pour se vendre, d'ailleurs ils sont déjà tous vendus.

    emmanuel giboulot,giboulot,cicadelle,flavescence dorée,bourgogne

    Emmanuel Giboulot à Lille, en 2011. L'insouciance, encore, bien loin de l'effervescence de la flavescence!

     

    Les vignerons bio du Jura, qui soutiennent Emmanuel, n'ont pas non plus envie d'avoir le nez dans le pyrèthre. La flavescence n'a pas encore traversé la Saône, mais ils s'organisent déjà pour savoir comment faire face au problème si celui-ci arrive un jour. Sans avoir à traiter de façon complètement aléatoire et inefficace. Nul doute que lors du prochain salon du Nez dans le vert, l'affaire de la cicadelle ne sera pas encore cicatrisée!

     

    Olif

     

     

     

     

  • L'Anversis du décor

    l'anversis,lamoura,les rousses,bernard robbe,bistrot de montagne,

    Lamoura, Jura, un peu à l'écart du cœur de la station des Rousses. Brunes et blondes autorisées! Une situation potentiellement rêvée, pour un restaurant, au pied des pistes. Pas toujours le pied, pourtant, car le site est parfois un peu oublié, par les touristes, les skieurs, voire, pire, par la station elle-même. La Porte des Jouvencelles truste l'accès aux pistes de descente, celle de la Darbella a les faveurs du nordique. Par la force des choses et la volonté d'un homme, celle de Lamoura est désormais devenue la Porte des gastronomes. Bernard Robbe, tenancier de L'Anversis, a dû s'adapter pour capter une clientèle un peu moins touristique, mais beaucoup plus exigeante sur le contenu de son verre et de son assiette. Ce qu'il ne regrette finalement pas du tout. Une fois poussée la véritable porte en bois de ce bistrot de montagne, on pénètre dans un antre chaleureux. Il y a bien une terrasse ensoleillée, mais impraticable de nuit en hiver. À l'intérieur, le feu brûle dans la cheminée et la déco tout en bois est là pour rappeler que nous sommes bien dans le Jura, en montagne. D'abord le menu. Il se lit au tableau noir. Point besoin de lunettes pour les myopes et les presbytes, Bernard se charge d'en faire la traduction orale simultanée, une vraie tradition comtoise. Le commenter, l'expliquer, le suggérer, pour mieux faire apprécier cette cuisine roborative de montagne, inspirée, traditionnelle, à base de produits locaux soigneusement sélectionnés, avec juste ce qu'il faut d'inventivité pour la sortir de sentiers trop balisés. Un plat à choisir, celui de résistance. Et puis laisser faire. Jusqu'au dessert. Des mets souvent revisités par une petite touche locale et naturelle. Comme cette crème brûlée à la reine des prés, cueillie en saison dans les tourbières locales.

    l'anversis,lamoura,les rousses,bernard robbe,bistrot de montagne,

    Et puis, il ne faudrait surtout pas omettre la carte des boissons, qui mérite une mention toute particulière et à elle seule le déplacement, d'ailleurs. Carte d'absinthes, avec pas moins de 20 références, carte des cafés (les meilleurs du monde, en provenance de l'Arbre à café), carte des thés et, évidemment, LA carte des vins. Avec pratiquement tout ce que le Jura compte de plus excitant: Ganevat, Tissot, Pignier, Octavin, Tournelle, Labet, Montbourgeau, Bornard, Gahier, Hughes-Béguet, Bruyère, Hannoun ... Bref, de toute beauté et que du bonheur! Sans oublier la carte hors région, qui complète ce bréviaire à faire pâlir d'envie et de jalousie bien des restaurants plus huppés. À noter, au service, un éclateur ultra-performant pour le passage en carafe, que le patron manie à la perfection. Ce soir là, le Garde-Corps 2010 de Philippe Bornard s'est bien éclaté et nous aussi, du coup.

     

    l'anversis,lamoura,les rousses,bernard robbe,bistrot de montagne,

     

    L'Anversis, l'adresse incontournable pour gastronome en chaussures de ski ou raquettes, lors d'un séjour dans la montagne jurassienne. L'endroit vaut le détour, l'envers aussi!

     

    L'Anversis, Sylvie et Bernard Robbe

    239 chemin de l'Anversis 

    La combe du lac 

    39310 Lamoura-Les Rousses  

    +33(0)384 41 20 91

     

    Olif

     

    P.S.: les 24 et 25 mars, ce sera le printemps jurassien. Et même s'il reste encore un peu de neige au sommet de la Dôle ou du Crêt Pela, les Jurassiens du bas auront forcément le Nez dans le vert.

     

  • Liebster award

     

    DSC_4179.JPG

     

    A la demande de Gwenola et François, co-auteurs du meilleur titre de blog de toute la blogosphère gastronomique, et aussi de Bobosse, qui n'a pas tout compris le bazar, mais dont la cave est bien remplie (sauf de vins jurassiens, il faut croire), me voilà donc éligible au Liebster Award. Un genre de Victoires de la musique sans Stromae, dans le seul but de faire connaître un ou deux blogs qui ne le seraient pas encore trop. Raison pour laquelle je me prête bien volontiers à l'exercice.

    Capture d’écran 2014-02-16 à 18.20.01.png



    Pour cela, il faut :
    - Écrire 11 choses sur soi,
    - Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominée,
    - Taguer 11 blogs qui comptent moins de 200 abonnés et leur poser 11 questions,
    - Mettre le lien vers leurs blogs sur l’article,
    - Les tenir au courant de leur nomination,
    - Informer la personne qui vous a nominée que vous avez rempli votre tâche.



    Évacuons donc tout de suite la première partie, 11 choses sur moi que vous n'avez pas et ne savez pas:

     J'ai 11 poils (au moins!) sur le thorax. Ça me tient chaud l'hiver, une vraie moquette pectorale! ©DocAdn


    Et maintenant le questionnaire de José Proust, concocté par les affamés du blog :

    1- Qu'as-tu fait/vu/bu à la Saint-Valentin ? Un peu comme tous les autres jours. Je me suis levé, je suis allé aux toilettes, j'ai petit déjeuné, j'ai fait ma toilette, je suis parti travailler, je suis revenu pour déjeuner, je suis reparti travailler, je suis rentré pour dîner, je suis allé me coucher et là, j'ai éteint la lumière. Du coup, je n'ai pas bien vu tout ce qui s'est passé ensuite.


    2- Avoir une page Facebook a-t-il boosté ton égo ? Tous ceux qui ont une page Facebook sont ego en droits.


    3- Quelle est la différence entre un pigeon ? Ça dépend lequel.


    4- Es-tu Palmer 2000 ou Cros Parentoux 2004 ? Sans doute Cros Parentoux 2004, quand j'en aurai bu un jour.


    5- Ton dernier orgasme gastronomique ? Un cunni au wasabi. Whaou!


    6- Vin chaud à la montagne ou Daiquiri aux Bahamas ? C'est où, les Bahamas?


    7- Marié(e) ou pacsé(e) ? Ça dépend des jours.


    8- Marx, Piège, Constant ou Arabian ? J'ai toujours eu un faible pour Groucho. La moustache, sans doute.


    9- Allez, avoue... tu as regardé le dernier épisode de Giuseppe's Ristorante ? On ne reçoit pas bien la télé, dans le Jura. Mais c'est pas grave, je ne la regarde pas franchement. C'est qui, ce Giuseppe?


    10- Tu te retrouves seul le soir sans ta moitié. Que fais-tu que tu ne lui avoueras pas ? Je fêterai la Saint-Valentin.


    11- Complète cette phrase : "Toutes les bonnes choses ont une..." Soif?

    C'est maintenant l'heure de solliciter une grosse double poignée de blogs pour qu'ils participent aux awards. S'ils le veulent bien, je ne force personne, et s'ils le peuvent aussi, parce que ce n'est pas facile.

     

    1- Vortex du gosier : c'est le blog d'un jeune padawan stéphanois qui progresse à vitesse grand V et à grands coups de canons dans le gosier. Pressenti par les studios Disney pour tourner Poulsard wars, un prequel de la Guerre des étoiles vu du Jura, il a englouti le budget vin en moins de deux, rendant le projet complètement caduque.


    2- Dans la bouche un palais: c'est le blog d'un petit nouveau pinardologue qui donne aussi dans la caricature politique. Et si c'était un vin, ce serait qui, le Professeur Pinard?

     

    3- Le Blog d'Abistodenas: limite hors concours, car déjà bien connu de tous, brillant lauréat du WBT 2014 sans avoir eu le droit de jouer au concours de dégustation, David Farge pourrait remporter de la même façon un Liebster Award. Chiche?


    4- Escapades: non, pas lui, il a déjà joué!


    5- Very wine trip: Maylis est la nouvelle secrétaire perpétuelle des Vendredis du vin, ce qui vaut d'office un Award, qu'elle réponde ou non aux questions.


    6- Gawel 39: Gaël Delorme anime un blog jurassien de pêche à la mouche "no kill". Mais pas que. Son travail dans le milieu du vin et ses grandes connaissances du sujet l'amènent à poster des billets de fond sur les cépages et la vigne tout simplement passionnants.


    7- Les décollages de Christian: c'est l'histoire d'un amateur de vin qui se prend pour un aviateur lorsqu'il goûte certains vins qui le font "décoller". Alors on va essayer de le recoller...


    8- La cave de Bobosse : Allez Bruno, t'as droit à une deuxième chance!

     

    9, 10, 11- Les trois dernières places sont open. Les prend qui veut;

     


    Les questions auxquelles les nominés devront répondre pour pouvoir se qualifier à la finale des Liebster Awards :


    - Quand on te dit "jaune", tu penses plutôt à la Marque, au péril, au rire, au Pastis ou au vin? Les quatre premières mentions sont inutiles et éliminatoires.


    -  Ploussard ou poulsard, qu'est-ce qui est le plus important?

     

    - En dehors du Jura, est-ce que tu penses vraiment qu'il existe des vins intéressants?

     

    - Tu préfères voir écrire soufre avec un seul ou deux "f"?

     

    - Est-ce que tu peux citer les dix crus du Beaujolais sans en oublier un seul? Si oui, passe à la question suivante. Si non, lequel as-tu oublié?

     

    - Dessine-moi un mouton.

     

    - Si Bordeaux était une couleur, laquelle serait-elle?

     

    -  C'est comment, déjà, le nom de ton blog?

     

    - Plus que 3 questions, mais, là, j'ai un blanc. Répond ce que tu veux, alors, il n'y en aura pas (de question).

     

    - Sur quoi d'autre que le vin serais-tu capable de bloguer?

     

    - Si les Liebster awards n'existaient pas, faudrait-il les inventer?

     

    Vous avez une heure!

     

    Olif

     

  • La charcuterie de Saint-Vincent

    les jardins de saint-vincent,philippe jambon,la tranche,les ganivets,les baltailles

    C'est le genre de petite soirée intimiste qui te sort de la torpeur hivernale d'une petite ville comme Arbois. L'hiver jurassique n'est pas très animé, dans le vignoble, au mois de janvier. À peine peut-on entendre quelques coups de sécateurs, chez les plus courageux, et une poignée de bouchons sauter, chez les plus motivés. Mais quand Monsieur Philippe Jambon fait le voyage depuis son Beaujolais pour présenter sa collection Hiver 2014, fraîchement mise en bouteille, personne ne se fait prier pour pointer le bout de son nez. Surtout que ça faisait un bail qu'il n'y avait pas eu une petite soirée dégustation chez le charcutier de Saint-Vincent. Une sacrée soirée, d'ailleurs, il y avait du vin sur la planche et la trancheuse a plutôt bien fonctionné!

    les jardins de saint-vincent,philippe jambon,la tranche,les ganivets,les baltailles

    Un Philippe Jambon en grande forme, fier et heureux de pouvoir présenter une gamme quasi complète de ses vins, ce qui n'était pas arrivé depuis des lustres, après les années de disette pour cause de grêle répétée. Avec, pour débuter, un retour tonitruant tant attendu par les aficionados: La Tranche! Pas une quelconque Tranche, aussi bonne soit-elle, mais The Tranche! Soigneusement découpée dans les raisins du domaine. On en dégustera deux, bien fines et non filtrées. Les mêmes, à l'aveugle, dont une version décantée minutieusement, pour juger du bénéfice positif (ou pas) de l'apport des lies. Deux vins qui se présentent bien différemment, même si l'on suspecte la même trame. Difficile de trancher, les deux sont bonnes. L'une parait plus évoluée, mais plus fondue, plus nature et plus digeste (le non décanté), tandis que l'autre présente des tanins plus rustiques, mais plus croquants et accrocheurs.

    les jardins de saint-vincent,philippe jambon,la tranche,les ganivets,les baltailles

    Et puis, grand retour aussi que celui de toutes les parcelles du domaine, présentées séparément ou presque: les Baltailles, Disse (assemblage de tous les raisins de 2010 ayant survécu à la grêle), Les Ganivets et la fameuse Roche Noire. Pas tout seul, le pata negra des vins du Beaujolais. Mélangé avec un peu de chardonnay, pour arrondir les angles et équilibrer le vin. Ouaip, il y a eu de la Bruyère sur la Roche noire, sur ce coup-là! Mais personne ne s'en est plaint.

     

    les jardins de saint-vincent,philippe jambon,la tranche,les ganivets,les baltailles

    Et puis, à soirée exceptionnelle, mâchon du même niveau, concocté en partie par Pierre-Ivan Boos, l'alchimiste pontissalien. L'accord le plus étonnant fut réalisé avec du pop-corn au curry et le Jambon Blan........ chard 2010! Pas au bout de nos surprises, encore. Servi à l'aveugle dans un clavelin, le chardonnay 2000 toujours sous voile dans la barrique à droite au fond de la cave en a imposé pour un grand jaune du Jura, tant par la finesse de l'oxydation que par sa présence et sa longueur en bouche. Une bouche qui est restée bée chez la plupart des participants jurassiens, ce qui en disait long aussi sur la prouesse réalisée. Un vin toujours en élevage, non commercialisé, que bien peu de monde aura la chance de goûter, mais il est bon de savoir qu'il existe.

    les jardins de saint-vincent,philippe jambon,la tranche,les ganivets,les baltailles

     

    Olif

     

    P.S.: les vins de Philippe Jambon sont disponibles chez les meilleurs charcutiers de la planète. Et chez les cavistes, aussi, parfois.

  • Bel Air, Clardy, Rosette, Alice, Olivier, de Moor and more...

    DSC_4228.JPG

    Pour rencontrer Alice et Olivier de Moor dans leur antre de Courgis, il faut pousser la grosse porte en bois de la cave avant d'ouvrir une à une toutes les autres portes qui se présentent devant soi. On traverse ainsi une haie d'honneur de fûts où vieillissent quelques-uns des blancs les plus magiques du secteur. Celui qui n'a encore jamais goûté à un Aligoté Vieilles Vignes du domaine ne peut connaître le plaisir ultime lié à ce cépage, sans avoir besoin de le noyer dans un flot de liqueur de cassis pour mieux le faire passer.

    chablis,alice et olivier de moor,courgis,rosette,bel air et clardy,chitry,aligoté,

     

    Véritable enfant du cru, comme son nom ne parait pas l'indiquer, Olivier de Moor a gardé des souvenirs de jeunesse cuisants de lendemains de Saint-Vincent locale. Sa rencontre avec Alice Vivant, jurassienne au nom prédestiné pour s'unir à lui, l'a renforcé dans sa volonté de produire des vins plus respectueux du terroir du chablisien. Totalement démasqué, il est à l'origine de quelques-uns des vins les plus excitants du chablisien. Du côté de Chitry, d'abord, une appellation méconnue qui jouxte Saint-Bris et Irancy et où l'on fait un bon Bourgogne, quand on y trie bien. Sur Courgis, village du chablisien, son coteau le plus représentatif, c'est celui de Rosette, un toboggan constitué de terres blanches du kimmeridgien et de terres brunes du portlandien, plus argileuses et riches en éboulis et autres ammonites, parfois de belle taille. Bel Air et Clardy sont deux parcelles aux caractéristiques opposées, qui se fondent avec harmonie dans la bouteille. Bel Air sans Clardy, c'est comme Laurel sans Hardy! Un complément indispensable. Reste L'Humeur du temps, initialement destinée à être changeante. Sauf que le vin a trouvé son style et son équilibre, de millésime en millésime. Et si l'humeur du vigneron reste fluctuante, celle du vin varie beaucoup moins que prévu.

    chablis,alice et olivier de moor,courgis,rosette,bel air et clardy,chitry,aligoté

    Quand il avance masqué, le Vendangeur, aux envies d'ailleurs, produit quelques vins de négoce. Uniquement du blanc, c'est plutôt son affaire. En 2013, il y aura du viognier ardéchois, en provenance de chez Gérald Oustric. Un style différent du Chablis, évidemment, mais un bon viognier qui fait plaisir à boire. Et que l'on pourra dégoter sous l'étiquette du Vendangeur masqué.

     

    Olif

     

    P.S.: Chablicalement vôtre, c'est la devise d'Alice et Olivier, scandée par François Hadji-Lazaro, sur fond d'album de photos de famille égrené façon Amicalement vôtre sur la page d'accueil du site du domaine.

     

    P.S.2: le bar-tabac de la rue des Martyrs ne date pas d'hier, mais le prochain album de Pigalle sera dans les bacs le 10 février. C'est demain. Vivement demain, alors.