Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bons plans, bonnes adresses - Page 3

  • Plus belle la vie marseillaise...

     

    IMGP8356.JPG

     

    La famille Olif, prise la main au Panier, c'était cette année à la Toussaint, après une première tentative avortée l'année dernière. Plus belle la vie sous le soleil marseillais, sans mistral, avec une température quasiment estivale. En voiture, à pied, en bus, en bateau, un condensé de Canebière, sans canette de bière ni de Pastis, mais avec de gros morceaux de bouillabaisse dedans et quelques vraies belles adresses à ne pas manquer.

     

     

    IMGP0046.JPG

     

    Avant toute chose, brûler un cierge à Notre Dame de la Garde, la Bonne-Mère, pour s'assurer d'un bon séjour. Point de trombes d'eau ni d'inondation cette année. Ouf! Juste une accumulation d'ordures après notre passage, mais ce n'est pas de notre faute, juré! Le Vieux Port pas encore englué sous des tonnes de sacs-poubelles, on s'y promène aisément avant de gagner le quartier du Panier et ses petites ruelles en pente. Petite pause déjeuner préalable au Vinonéo, en terrasse. Une carte bistrot bien sympathique, où à chaque plat correspond un vin servi au verre. Justesse des accords, qualité de l'assiette, service agréable, une petite adresse tout à fait recommandable.

     

    IMGP0055.JPGIMGP0057.JPGIMGP0059.JPG

    Dans un style plus "nature", le soir, on ne laissera pas sa part aux anges. Un endroit remuant, sans réservation, mais où l'on sait vivre et attendre sa place à table, assis au zinc, devant un verre s'il le faut. Il le faut. Ardoise courte, cuisine  simple et goûteuse, façon bistrot, large choix de belles quilles, même s'il faut parfois pousser le serveur dans ses retranchements. Une adresse quasiment incontournable, à deux pas du Vieux Port!

    IMGP0069.JPG
    Nature morte de Saint-Pierre, la part des anges.

    Dernière mission impérative lors d'un séjour phocéen, manger une bouillabaisse. Une bonne, évidemment. Pas simple, pourtant, de manger une bonne bouillabaisse à Marseille! Il y a les endroits qui en font à toute heure de la journée, pièges à touristes à tarifs prohibés. C'est de la bouillabaisse. Et puis il y a les institutions, du type Fonfon, prises d'assaut le samedi soir (réservation préalable et précoce indispensable), ou encore Chez Aldo, sur le port de la Madrague.  Pas donnée non plus, mais on sait qu'elle est faite juste pour vous, lorsque l'on vous présente les poissons avant cuisson. Chez Aldo, on ne se fait pas prier pour y aller, même quand il n'y a pas de bouillabaisse. Parce que Chez Aldo, on y boit du bon vin nature de la tribu Alonso, servi par le Benjamin de la famille soi-même. Une belle carte des vins, qui se met progressivement mais sûrement en place, pour bousculer les habitudes stéréotypées de la clientèle en matière de boisson. Lors d'un premier passage le soir de notre arrivée, le Grand Blanc 2007 de Revelette, frais, minéral et tendu, a fait merveille sur une salade de poulpe puis des seiches à la plancha, impeccablement grillées.

    IMGP0028.JPG

    Avec la bouillabaisse du surlendemain, repêchée in extremis juste pour nous, suite à un désistement de dernière minute, un Mâcon-Chaintré 2005 de L'Ancestra s'avèra indispensable. Forcément! Ce n'est pas le tout de manger, il faut boire, aussi! Et bon de préférence.

    Si le Marseillais a parfois la rage au volant, il a par contre le Vin Sobre. Un de ces endroits dont on raffole et que l'on n'aurait jamais connu sans la complicité d'un comparse blogueur local. La grand merci à Fred pour la découverte et pour la  superbe bouteille de Gevrey-Chambertin Lavaux Saint-Jacques 2006 de Philippe Pacalet qu'il avait mis dans sa poche. Au Vin Sobre, on peut donc y amener ses bouteilles pour les faire goûter, mais on peut aussi profiter de celles qui sont déjà ouvertes sur place. Et on ne va pas faire la fine bouche devant un Rachais 2004 de l'ami Francis Boulard, ni un Lassaigne millésimé 2002. Heureux Marseillais de bénéficier d'une telle adresse!



    IMGP0047.JPG

    Marseille, c'est aussi la mer, le bâteau, le château d'If et les îles du Frioul. Une destination difficile à se refuser lorsque l'on joue aux touristes. On a joué aux touristes. Sans regrets ni remords. Et on reviendra à Marseille, un jour ou l'autre. La bouillabaisse me manque déjà. Peuchère!


    IMGP8343.JPG



    Olif

  • Accro à Crozon !

     

    IMGP7536.JPG


    Comme un début d'explication au long silence blog du début du mois de juillet, une carte postale vivifiante postée à retardement depuis Crozon, la dent du milieu de la fourchette bretonne, celle qui a une forme de croix facilement identifiable dans tous les atlas de géographie. Un genre de bout du monde possible. Une île, presque. La presque possibilité d'une île. Une presqu'île, tout simplement. Reliée au continent par deux axes, l'un au Nord, venant du Faou, l'autre au Sud, venant de Châteaulin. Une presqu'île surveillée par un grand Hom (non, pas Bernard Ménez!), placé comme une vigie à l'entrée du pays de Crozon et qui, du haut de ses 311 mètres, fait le guet sur cette perle sauvage. Des paysages tournés vers la mer, quelque soit le côté où l'on regarde, ou presque. Caractère méditerranéen du Cap de la Chèvre, côté baie de Douardenez, qui a des airs de calanques de Cassis, profil océanique breton du flanc Ouest de la même chèvre, balayé par les vents et les vagues de la Mer d'Iroise, dont les eaux turquoises viennent s'écarteler sur la côte rocheuoise, aussi sauvage qu'une Iroquoise narquoise cherchant des noises.

    IMGP7639.JPG


    Quand la purée de pois venue du large recouvre progressivement les Tas de Pois, l'horizon se bouche vite. Bretagne crachine, mais pas Bretagne chagrine. Atmosphère envoûtante depuis l'éperon barré de Lostmarc'h, où les alignements de menhirs deviennent les silhouettes fantômatiques de nos ancêtres Celtes, préférant se barricader sur leur rocher plutôt que d'aller surfer à la plage.

     

    IMGP7588.JPG


    « Plus loin, c'est l'Amérique! » se plaît-on à dire à Camaret. Un voisinage idéal, ces Ricains. Pas trop proches. La presqu'île du bout du monde n'est donc pas le vrai bout du bout. Ouf ! Mais c'est la dernière étape avant l'autre monde, le Nouveau, pour qui se trouve sur l'Ancien. Une étape à ne pas manquer, une halte indispensable pour prendre son élan avant de sauter par-dessus les Tas de Pois. Ou bien pour faire un brin de causette avec les filles de Camaret et vérifier si leur bon Père ne va pas trébucher en marchant sur ses coquilles qui pendent.

    Crozon, sa presqu'île, ses paysages grandioses, sa cave. Celle de la Presqu'île.

     

    IMGP1305.JPG


    Le caviste de la Presqu'île, il s'appelle Laurent et il possède une bien jolie carte des vins. Tout l'été, il reçoit un vigneron, pour une dégustation. Chaque samedi. Des vignerons qui n'hésitent pas à aller jusqu'au bout ! De la Presqu'île, certes, mais aussi de leurs convictions. Après le cidre d'accueil samedi dernier (un bon cidre bio de Jehan Lefèvre, de la Ferme des Landes, à Saint-Cast-Le Guildo, dans les Côtes d'Armor), c'est le tour de Didier Michaud de venir se planquer un week-end à Crozon, avec les vins de son Château Planquette. 2003 et 2005 en dégustation, qui se goûtent plutôt bien. 2003, possédant beaucoup de fraicheur, largement de quoi faire glisser tout l'alcool caché entre les tanins, et 2005, déjà bien ouvert, riche également, mais à l'équilibre plus bordelais que languedocien.

     

    Crozon, sa presqu'île, ses paysages grandioses, son restaurant. Celui de la Presqu'île.

     

    IMGP1268.JPG

    Le restaurant de la presqu'île, il s'appelle le Mutin gourmand. L'adresse incontournable pour le rebelle qui aime bien manger entre deux mutineries et pour l'amateur de vins qui aime bien manger aussi, entre deux dégustations. La carte des vins est un véritable bréviaire, où l'on retrouve toutes les références (ou presque) de la cave. Donc, forcément, il y a là la bouteille idéale pour accompagner le homard ou les ormeaux. En l'occurence, ce soir-là, un Saumur blanc 2005 La Charpentrie, d'Antoine Foucault (domaine du Collier), dégusté à l'aveugle, carte blanche ayant été laissée avec bonheur au Maître d'hôtel. Un chenin d'exception, à l'équilibre presque bourguignon, rappelant dans la finesse de son expression les vins du domaine Leflaive. Magique!

     

    Crozon, sa presqu'île, ses paysages grandioses, ses alignements de menhirs. Ceux de la presqu'île.

     

    IMGP7598.JPG

    Ici à Lagatjar, dans la proche banlieue de Camaret. Parce qu'il y en a plein d'autres, en fait. Mais ces mégalithes-là sont aussi bien dressés que les petites affaires du curé ne pendent, c'est dire! Ils sont une centaine, dans les grandes herbes, à attendre depuis 4510 ans la visite du touriste jurassien de passage. Voilà, c'est fait.

     

    La Bretagne, il n'y a pas, je m'y sens à l'aise!

     

    Olif

  • Jonquières, château et dépendances

    IMGP6918.JPG

    - "Et qu'est-ce qui vous a donc amené à Jonquières?" s'enquit la petite dame dijonnaise venue se ressourcer dans son pays natal et prendre, entre autres, des nouvelles de la famille.

    - "Le vin, Madame! Le vin!"

    Eh! oui, c'est qu'on en ferait, des kilomètres, pour partir à la découverte de la France des vignobles. Sans non plus être sectaire, car la soif de nouveaux paysages nous pousse volontiers sur sur le littoral breton lors de la grande transhumance estivale. Bière, cidre et chouchen sont alors notre boisson quotidienne, mais pas exclusivement, évidemment, faudrait voir à ne pas exagérer non plus! Cette parenthèse printanière fut donc languedocienne. Direction le haut Hérault. Jonquières, très précisément, là où le quidam peut mener un semblant de vie de château l'espace d'une escapade. Virée vinique, c'est le printemps, certes, mais de façon non unique, c'est le printemps. Randonnique également. Forcément, c'est le printemps. Entre une visite au Mas Jullien et un tour de vignes sur la colline de Lisson.


    1er mai, 9 heures 30. Déjà la foule dans le Désert, qui se ruant pour prier Guilhelm, qui courant composter le billet pour Saint-Jacques. "Ultreïa!", camarades pélerins, notre parcours suivant un temps celui de la confrérie de la coquille. "Ultreïa!" Quel cirque, cet Infernet! Pas la moindre connexion avec les gens de la terre, si ce n'est un pélerin ou un pékin égaré. Paysages à couper le souffle, ascension à couper le souffle également, tandis que le mistral, lui, par contre, se met à souffler. Le ciel se dégage, le soleil pointe son nez, mais la garrigue est encore humide de ce printemps arrosé. Les asphodèles sont en fleur, fugace ravissement printanier, dont il faut se hâter de profiter.


    IMGP6934.JPG


    "Je suis hélas fou d'elle
    Délicate asphodèle
    Délètère éternité
    D'un hiver et d'un été
    Passé loin d'elle
    Ma blanche Adèle
    Terrestre asphodèle
    À défaut d'ailes"

    C'est beau comme du Rimbaud, ça a l'air d'être du Baudelaire, mais ce n'est que de l'Olif, désolé! La Nature inspire autant le poète que le blogueur!

    L'asphodèle, quant à elle, ne fut pas la seule fleur qui s'est offerte durant le séjour. Le Mimosa tint également une fort jolie place.

    Tout d'abord en Terrasse, sous l'horloge de Montpeyroux. Sympathique bistrot-bar à vins, la Terrasse du Mimosa est le successeur du restaurant de l'Horloge. On y mange une cuisine simple et goûteuse, agrémentée des plus beaux vins du secteur, dont un choix appréciable servi au verre. Le must ce soir-là: le Grand Pas de l'Escalette 2006, superbe!
    Et puis, ce fut la maison-mère: Le Mimosa à Saint-Guiraud, aux accents plus gastronomiques. Menu capricieux, présenté oralement avant le repas, service au verre capricieux également, fonction de ce que Bridget et David Pugh auront retenu pour accompagner le menu. Capricieux, mais classieux, puisque, ce soir-là, nous auront droit à un très beau vin de table blanc d'Aupilhac, une aromatique cuvée Sarments 2007 de l'Aiguelière, assemblage de sauvignon et viognier, un impeccable et droit Mas Jullien blanc 2006, un superbe Pic-Saint-Loup Clos Marie Cuvée Simon 2004, un époustouflant Clos des Cistes 2002 de Marlène Soria et pour finir, une originale Clairette Rancio du domaine de Clovallon. Menu en images:
    IMGP0574.JPG IMGP0575.JPG IMGP0576.JPG IMGP0577.JPG IMGP0578.JPG IMGP0579.JPG

    On ne pouvait pas quitter Jonquières sans goûter à la production de nos hôtes châtelains, Isabelle et François de Cabissole, car les vins du Château de Jonquières ne sont pas non plus des aristocrates inaccessibles. D'abord en apéritif sur la terrasse, avec un joli rosé 2006, frais et fruité, légèrement épicé. Puis, de façon plus exhaustive en compagnie des co-locataires d'un week-end: à retenir, un joli blanc 2007, très floral, une cuvée Domaine 2007 aux tanins souples et une cuvée La Baronnie 2006, encore à peine marquée par le bois, mais de belle constitution. A signaler également, une originale Risée de Blanc 2003, du chenin surmaturé élevé en mode oxydatif pendant plus de 5 ans en barrique. Troublant!

    Rosé de Jonquières


    Jonquières, idéale destination pour boire du vin à la source. Une bien agréable façon de se ressourcer, quoi!

    Olif
  • Prendre Racines...

     

    Prendre Racines...

     

    Adresse parisienne de poche, désormais incontournable, planquée sous l'adorable passage couvert des Panoramas. Il fait bon y soigner le mal par le mal, en l'attaquant à la Racines. S'installer à une table, y prendre racine, justement. En se délectant d'un verre de Quartz 2007 de Claude Courtois (un sauvignon sans soufre, spécialement élaborée pour Racines), d'un Vin d'étable 2005 de Jean-Marc Brignot, par exemple, ou d'un Vitriol 2005 de Pierre Beauger (un Gamay d'Auvergne à la rusticité séduisante), ou encore un Rosso dei Muni 2007, un italien nature qui parle autant avec la bouche qu'avec les mains. Le bonheur assuré, en association avec la cuisine plus qu'organique de Pierre Jancou. Et son exceptionnel lard de Colonnata, ultra-finement coupé et servi sur une planche de charcuterie parfaite en guise d'amuse-bouche collectif.

     

    Lard de Colonnata, mmm...!

     

    Service impeccable, attentionné et de bon conseil, à la hauteur de la convivialité de l'endroit.

    Passage obligé, panorama imprenable, réservation indispensable. Racines, un immense plaisir qui se laisse volontiers chroniquer.

     

    Racines

    8, passage des Panoramas
    75002 Paris
    Téléphone : 01 40 13 06 41

     

    Olif

  • Autour d'un cep à Angers

    IMGP6552.JPG

    Autour d'un Cep, on peut se réchauffer, dans un Angers gélifié et frigorifié.

    Autour d'un Cep, on peut canonner, en compagnie de vignerons renaissants. Le Off du Off. Buffet et bouteilles à volonté apportées par les participants. Une par personne, en principe. Sauf en ce qui concerne le Jura, qui a obtenu une dérogation spéciale. Ben voui, le Plouplou, ça dessoiffe!

    Autour d'un Cep, ce soir-là, la Coulée a coulé dans le caniveau, juste avant d'arriver, la faute aux poules. Du coup, l'on n'a pas goûté. Une confidence de Nicolas Joly, qu'il ne faut surtout pas répéter, les poules en pâtiraient.

    Autour d'un Cep, on mange des huîtres avec du Muscadet de Jo Landron, le père du patron.

    Autour d'un Cep, ce soir-là, on n'a pas pris de photos, soirée privée oblige.

    Autour d'un Cep, c'est 9 rue Baudrière, à Angers, pas loin du château. Sur la gauche avant la fontaine. C'est facile à trouver, c'est là où il y a du bon vin et une bonne cuisine du Marché.

    Autour d'un Cep, c'est une adresse angevine à ne pas manquer.

    Sans titre.jpeg

    Olif


  • Le Doubs, saveurs et patrimoine


    IMGP5941.JPG


    Le Doubs, 25ème département français par ordre alphabétique, tire son nom de la rivière qui le traverse de part en part. Le Doubs, Dubis, dont le nom pourrait signifier "eau noire" en ancien celte, prend sa source à Mouthe, la petite Sibérie française, où l'on bronze intégralement par - 20°C lorsque les températures sont clémentes, comme en ce moment. A -41°C, comme pendant l'hiver 85, on supporte toutefois un cache-sexenez. Lorsqu'il traverse le lac Saint-Point, du côté de Malbuisson, ou qu'il lèche les pieds du château de Joux, dans la cluse de Pontarlier, le Doubs flirte avec le patrimoine, qui ne manque pas de saveur par ici. Saveurs et patrimoine sont au Doubs ce que l'audou est à Laure: sa manne! C'est aussi le titre d'un remarquable ouvrage où l'on n'en croit pas ses yeux ni ses papilles.

    Doubs-saveurs-patrimoine.jpg

    Edité par les Presses du Belvèdère, ce beau livre est un cadeau pour l'amateur patrimonial affamé: une ville (différents quartiers en ce qui concerne Besançon), son patrimoine historique et culturel, sa bonne adresse gastronomique, avec présentation du Chef, suivie de recettes originales.

    Au hasard, l'alchimiste Pierre-Ivan Boos de Pontarlier et le bon accueillant Marc Faivre de Malbuisson. Et puis aussi le Christophe Ménozzi à Besançon, le Saint-Pierre, toujours à Besançon, l'Auberge de la Roche à Grandcombe-Chateleu, le France à Villers-le-lac, et plein d'autres encore. Toute la gastronomie doubienne (ça sonne mieux que doubiste, plus fréquemment usité) dans un seul et unique ouvrage, à avoir mis sous le sapin ou à se faire offrir à la première occasion. Mieux qu'un guide. De toute façon, il ne tient pas dans la poche!

    IMGP5935.JPG


    Olif

    N.B.: les photos ci-dessus ont été prises à l'automne, parce qu'en ce moment, c'est plutôt ça:

    IMGP6278.JPG


  • Déluge d'adresses cassidaines halloweenesques

    IMGP6069.JPG

    Halloween-sur-mer, c'est devenu un rituel, dans la famille Olif. Tandis que les citrouilles fleurissent comme des champignons et envahissent les rues, vroum-vroum, on est heureux Nationale 7-5. Cap au Sud, via la tangente. Pontarlier-Genève-Chambéry-Grenoble-Manosque. Première tirée, de la neige du Haut-Doubs en passant par celle de la Croix Haute, à la pluie mesquine et manosquine. Le lendemain, éclaircie. Direction Cassis, via le chemin des écoliers. Tout émoustillés à Moustiers (Sainte-Marie), verts de peur au dessus du Verdon. Grandiose, magistral, vertigineux!

     

    IMGP6007.JPGIMGP6040.JPG
    Mal à la gorge, à force de tournicoter le long du canyon, mal de mer avant de l'avoir prise. Assez trainassé. Envie de bouillabaisse. Le temps de poser les valises à deux pas du vieux port de Cassis, à la Villa Le Cèdre, une maison d'hôtes haut de gamme, superbement tenue par Anne-Marie et Philippe Gelot. Labellisée Fleurs de soleil, même quand il pleut. Petit déjeuner en terrasse, face au Cap Canaille, sauf quand il pleut.

    IMGP6056.JPG
    Côté adresses, on n'a pas été maladroits, grâce aux bons conseils d'Anne-Marie Gelot. La bouillabaisse de Nino, elle a été vécue comme un pélerinage. Avec un Clos Val Bruyère 2006, du Château Barbanau, à l'étiquette relookée pour le meilleur. Décidément, un très très beau domaine que ce Château Barbanau!

    clos_blanc.jpg

    Le coup de cœur de cette nouvelle virée cassidaine, ce sera pour Calendal, le pêcheur imaginé un jour sans vent par Frédéric Mistral, le Nobel provençal. Calendal, petit pêcheur d'anchois amoureux d'Esterelle, la petite sirène cassidaine qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, mais qu'il a fini par épouser après avoir triomphé de toutes les épreuves, c'était son choix. L'histoire, racontée par Joël, l'intarissable patron du Restaurant Calendal, avec toute sa verve et son accent provençal, ce fut le dessert et la cerise sur le gâteau d'un épatant tian de bouillabaisse, une exclusivité de la maison, qui mérite largement le détour.

    Des vélléités marseillaises vite tombées à l'eau, en ce 2 novembre 2008, le séjour s'est resserré autour du vieux port cassidain. Tout juste une virée italienne à deux pas du port, du côté de chez Angélina, pasta et peintures, avant de s'engouffrer, le lendemain, au retour d'une échappée aixoise entre deux averses, dans un Chaudron de poche pour une cuisine simple mais goûteuse et en direct-live.

    IMGP6109.JPG

    Cassis, ses Calanques, son Cap Canaille, ses trombes d'eau halloweenesques, ce qui n'arrive que tous les deux à trois ans, à ce qu'il parait!

    Et pendant ce temps, le soleil resplendissait au Nord de Lyon...

    Olif


    Nino

    1, Quai Jean Jacques Barthélemy
    13260 Cassis

    Tel : 04 42 01 74 32 - Fax : 04 42 01 74 32

    Calendal

    3, Rue Brémond
    13260 Cassis

    Tel : 04 42 01 17 70

    Chez Angelina

    27, Avenue Victor Hugo
    13260 Cassis

    Tel : 04 42 01 89 27

    Le Chaudron

    4, Rue Adolphe Thiers
    13260 Cassis

    Tel : 04 42 01 74 18


  • Du vieux à Châteauneuf et un Accueil toujours aussi bon...

    ... enfin, vieux Châteauneuf, pas tant que ça! 2001, l'âge de la maturité, mais des vieilles vignes ayant conservé la fougue de la jeunesse en plus.

    IMAGE_466

     

    Petite plan "Restau" estival au Bon Accueil de Malbuisson, après une (longue) parenthèse vers d'autres escales gastronomiques. Du classique haut de gamme signé Marc Faivre, avec, en entrée, une croûte aux champignons d'anthologie, un grand classique de la cuisine comtoise brillament interprété (gris de sapins, morilles et champignons de Paris en sauce crèmée), suivie d'un exceptionnel pigeon au jus, artichaut et foie gras, que la Mère Brazier n'aurait certainement pas renié. Divinement accompagné par un Châteauneuf du pape 2001 Vieilles vignes, Domaine de Villeneuve. Le chouchou de Lolo Baraou, mais ce n'est par lui que j'y ai goûté, même si c'est très certainement grâce à lui que je l'ai choisi sur la carte. Un vin somptueux, droit, minéral, complexe, sans aucune note d'évolution, au nez fabuleux, qui ne fait que s'épanouir dans le verre, conservant la même droiture du début à la fin. Le pigeon ne s'en relèvera pas, décortiqué jusqu'aux os. Le vin ne fera pas non plus de vieux os!

    Le Bon Accueil
    1 r Source
    25160 MALBUISSON
    Tél.: 03 81 69 30 58


    Olif


    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.
  • L'Auberge Basque

     

     

    IMGP1701.JPG

    Une adresse de dernière minute, non inscrite initialement au programme, découverte grâce à Omnivore, le guide que l'on dévore, indispensable compagnon tant du voyageur curieux que du gourmand soucieux d'éviter les mauvaises surprises, du genre cheveu dans la soupe et fouille dans le potage. Comme un signe, quasiment une invitation en bonne et due forme, voilà que Mme Olif, délaissant la lecture des Editions complètes de la Pléïade, peu pratiques à emporter sur la plage, s'affole à la lecture d'un numéro estival de Elle, consacrant 4 pages à Cédric Béchade et son Auberge Basque. Tu parles d'une coïncidence! Impossible de ne pas y aller, d'autant que la "vieille route de Saint-Pée", c'est quasiment sur notre route, depuis Saint-Jean de Luz. Tandis que (tu parles d'une autre coïncidence!) la "vieille route de Saint-Jean de Luz" est aussi sur notre route, depuis Saint-Pée.

    IMAGE_454

    Un jeune chef beau comme un Rastignac, qui a quitté Biarritz, après des classes à l'Hôtel du Palais, pour monter à la capitale. Après un court séjour au Crillon, malgré sa bonne mine, il a mis la gomme et s'est taillé. Chez Ducasse. Avant de se casser, en ayant bien appris et retenu les leçons de ses Maîtres. Retour dans ce Pays qui lui collait aux basques, désolé, je ne peux pas m'en empêcher. L'Auberge Basque, sur la "vieille route de Saint-Jean de Luz", lui tendait les bras. Entièrement repensée et rénovée, la vieille auberge est devenue contemporaine. Un gros coup de dépoussiérage qui a porté également sur la cuisine. Du basque contemporain, aux associations inventives et audacieuses, mais puisant son inspiration dans les produits du cru. Une carte courte, joliment représentative, à l'intitulé simplifié qui permet une commande décontractée, même sans baccalauréat culinaire + 10.

    IMGP1703.JPG

    - "Alors moi, je prends le cochon.

    - Pour moi, ce sera le bœuf.

    - Moi, je veux le saumon!"

    Dans l'assiette, c'est évidemment un peu plus compliqué. Beaucoup de saveurs et de textures qui s'entremêlent dans un melting-pot coloré et relevé. Un brin de sophistication parfois, mais les mets sont d'une qualité irréprochable. Avec le cochon ibaiona, qui touche au sublime, un autre pur produit du terroir basque à l'unisson: la Cuvée Haitza 2005 du domaine Arretxea. Une merveille de fruits noirs, au toucher de bouche voluptueux, dense et serré, mais pas trop, qui se laisse déjà apprivoiser progressivement et qui devrait conduire au nirvana dans pas bien longtemps. Vivement dans pas bien longtemps!

    IMGP1706.JPG

    RESTAURANT L'AUBERGE BASQUE

    Tél: 05 59 51 70 00
    Fax: 05 59 51 70 17
    Quartier Helbarron,D 307
    vieille route de Saint-Pée (quand on vient de Saint-Jean de Luz)
    vieille route de Saint-Jean de Luz (quand on vient de Saint-Pée sur Nivelle)
    64310 SAINT PEE SUR NIVELLE

     

    Olif

     

  • Au cœur des Pyrénées à Saint-Jean-Pied-de-Port

    IMGP5323.JPG


    « St Jean PdP!... Il y a une jolie table là-bas (au moins)!... Existe-t-elle toujours?... ».
    Oui PhR, la jolie table de Saint-Jean-Pied-de-Port existe toujours. J’y tapotais même sur un PC à l’instant même où tu écrivais ces lignes, profitant du Wi-Fi de l’hôtel, au sortir de la piscine.  Elle vient même de récupérer fort justement son deuxième macaron Michelin, venu récompenser une cuisine raffinée, bien ancrée dans la tradition basque, fort joliment interprétée.
    « Chez Firmin Arrambide », ou le fameux « Hôtel des Pyrénées » , deux étoiles sur les bords de la Nive, une halte incontournable pour tous les pèlerins venus composter leur billet dans le secteur. Succulent menu Terre-Mer (70€), à l’image du Pays Basque, rouge et blanc, généreux et goûteux. Impeccable Menu du Terroir (40€), le préféré des enfants, séduits par le risotto au parmesan, mais qui ont mangé tout le reste sans sourciller. Service très pro, décontracté et sympathique. L’Irouléguy 2003 du Domaine Mourguy a parfaitement accompagné tout le repas. A point, cet « Iroulémourguy » . Rond et aimable,  légèrement marqué par le côté chaleureux du millésime, mais sans excès de cuisson (oui, les raisins n’ont pas été rôtis sur pied, comme bon nombre d’entre eux en 2003 !).


    Menu terre et mer à 70 €


    Trilogie de mise en bouche (brochette de moule au curry, crème d’asperge et lasagne d’anchois, si ma mémoire (et celle de Melle Olif) est bonne), suivie de petits toasts au foie gras, pour accompagner un verre de Jurançon moelleux d’origine indéterminée (seule petite carence du service et j’avoue ne pas avoir fait preuve de beaucoup de curiosité)

     

    IMAGE_418IMAGE_419.

     


     
     

    La salade tiède de filets de rouget au basilic, croûtons à la tapenade (subtile alliance rouget-tapenade-basilic, un grand classique terriblement efficace)

     

     

    IMAGE_420

     



     
    ______

     

    La poêlée de langoustines aux artichauts, crème et chips de riz (une deuxième entrée extra, joliment présentée. Je n'ai pas bien compris l'intérêt de la chips de riz, mais c’est rigolo!)

     

    IMAGE_422

     



     

    ______

     

    La poitrine de canard rôtie aux épices, compote de fruits au gingembre, cannelle et safran (pour Mme Olif, à cause des épices et du gingembre, très certainement !)

    IMAGE_424

     

    ou

     

    Les ris d'agneau de lait aux champignons des bois (un grand classique basque, le ris d’agneau, paraît-il. Il y a des jours où l’on se prend à regretter d’habiter aussi loin de là !)

     

    IMAGE_423



     

    ______

     

    Le gratin de fruits rouges, crème glacée à la pistache et croustillants menthe (d’une fraîcheur et d’une légèreté exquises !)

     

    IMAGE_425

     



     

    ou

    Le sabayon au mascarpone, café et chocolat (pour Mme Olif, incorrigible gourmande qui a eu de trop grands yeux  et qui n’a pu venir au bout de son assiette. Forcément, du mascarpone, après les spécialités basques ..!)

     

    IMAGE_426


     

     

    Les petits fours maison (juste par gourmandise et sans photo)

     

    Menu du terroir à 40 €


     

    Le pressé de joue de bœuf au foie gras et vinaigrette aux pignons de pin (jolie construction, au design élégant, et qui n’a pas fait long feu dans l’assiette des enfants)

     

    IMAGE_421


     
    ______

     

    La blanquette d'agneau de lait et risotto au parmesan (bien trop vite mangés, pas le temps de prendre la photo !)
    _____

    Le parfait glacé au café et la mousse au chocolat (copieux, d’après Melle Olif, petite gourmande prenant goût au café)

     

    IMAGE_428

     



     



    ou

    Les madeleines tièdes, fondue d'abricots confits, glace à la vanille (un bon dessert au parfum d’enfance, englouti en rien de temps par Olif Jr qui ne crache jamais sur une petite madeleine)

     

    IMAGE_427


     

     

    Les petits fours maison (voir plus haut)

    Hôtel des Pyrénées "Chez Firmin Arrambide"

    Saint-Jean-Pied-de-Port

     +33 0(5) 59 37 01 01 

    http://www.hotel-les-pyrenees.com 

     

    Olif 

     

  • Le Cèdre

    IMGP5301.JPG


    Première étape sur la route du Sud-Ouest depuis Pontarlier (via Lausanne, Genève, Chambéry et Valence, un itinéraire somme toute pas illogique, il me semble, non?),  l’Auberge du Cèdre, à Lauret (34).
     
    « Si je Lauret su … ! » aurait pu s’exclamer le P’tit Gibus si la Guerre des Boutons avait eu lieu en langue d’Oc.
     
    IMGP5307.JPG

    Ce Cèdre-là est un endroit unique, paradisiaque et aphrodisiaque, perdu au pied du Pic-Saint-Loup. Il veille sur le jardin, la terrasse ombragée, la piscine, prodiguant à ce lieu une âme. Il fait bon venir et surtout y revenir après y être venu. Au cœur des vignes du domaine de Cazeneuve, au lieu-dit Cazeneuve. on y trouve « cuisine ensoleillée, chambres d’amis et bonne cave ». Un retour aux sources du concept d’auberge, rationnel et évident. Bonne franquette et convivialité, sur la terrasse ou au bord de la piscine. De l’authentique, quand simplicité rime avec qualité. Au menu imposé ce soir-là, pour les heureux pensionnaires, salade de crudités et papillote de poisson. Babillotte de boisson au choix. Et il y a le choix !

    Après un verre apéritif de La Méjeanne 2006 du Mas Jullien, un exceptionnel vin moelleux sudiste, tendu, acidulé et frais, la découverte de l’un des petits derniers du Pic, le Mas Thélème. Mais pas un néophyte pour autant, puisqu’il est élaboré par Alain et Fabienne Bruguière, au patronyme bien connu par ici. Cuvée Carpe Diem, millésime 2004, le deuxième sous le nom de leur domaine, les raisins étant apportés à la coopérative auparavant. Encore un peu marqué par l’élevage, mais frais et soyeux, pourvu d’une belle concentration. Et à la jolie étiquette stylisée. Le nom du domaine s'inspire de Rabelais, rien à voir avec les maths élémentaires!
     
    IMAGE_410
     
    Le Loup, quand il vous pique !

    Auberge du Cèdre 
    Domaine de Cazeneuve 
    34270 Lauret 
    France 
    04 67 59 02 02
     
     
    IMGP5304.JPG
     
     
    Olif 
     
    P.S.: dans les environs du Pic, on n'oubliera pas, en plus du domaine Cazeneuve, et du Clos Marie à Lauret, le Mas Mortiès, le domaine de l'Hortus, le domaine Sainte-Agnes et puis Zélige-Caravent, qui produisent tous des vins fort estimables. Cette liste est loin d'être exhaustive, évidemment.

  • Epicurea, fromages et vins à Poligny

    Epicurea, fromages et vins à PolignyTournée générale!


    - "Tiens, goûte-moi cet Arbois-Pupillin 2007! Un Ploussard de fruit d'une gourmandise incroyable, à siroter gentiment tout l'été et qui permettra d'attendre tranquillement le 2006."

    - "OK, mais après je te sers une Chalasses VV 2006. Ça goûte super bien en ce moment, tu m'en diras des nouvelles!"

    Vigneron-barman, un nouveau métier qui a de l'avenir. Manu Houillon et Fanfan Ganevat l'ont bien compris, même s'ils n'oublient pas de se servir entre deux "clients".

    Et Philippe Bouvret aussi, qui a invité les deux lascars à passer derrière le comptoir dans son tout beau magasin Epicuréa, en plein centre de Poligny. Fromages et vins, vins ou fromages. Du bon, du bio, du bon et bio, du bio et bon.


    Olif

  • L'Envers du Décor

    Imgp5009

    Saint-Em', version bistrot. Un lieu unique, tenu par François de Lignéris (pas encore complètement remis de la vente (forcée) de son Château Soutard), où l'on peut s'offrir une parenthèse vinique extra-bordelaise. Moment de pur plaisir extatique, pas si incongru que cela. Le monde entier du vin dans une petite rue saint-émilionnaise.

    Très beau Montlouis Les Choisilles 2005 de Chidaine, épatant Fleurie "Ultime" 2005 d'Yvon Métras, en magnum, fringante Mémé 2006 du Domaine Gramenon, rafraichissant Châteauneuf 2004 du domaine Charvin, consistant Jadis 2004 de Barral, l'éclectisme de la carte des vins réjouit le palais par la justesse de sa sélection. La cuisine est goûteuse, un brin canaille, malgré quelques imperfections de cuisson.

    Quand on pousse la porte de cet établissement, aucun doute, on se retrouve dans l'Envers du Décor!

    Imgp5011Imgp5014
    Imgp5015 Imgp5016

    L'Envers du décor
    11, rue du Clocher – 33330 Saint-Emilion
    Tel. 05 57 74 48 31

    Olif

  • La Mise...

    ...en jambes

    ...en bouche

    ...en plis

    ...en forme(s)

    ...en bouteilles

    Affiche_miseenbouche01_s_2

    Le Salon de vignerons
    Dont on parle en Arles.
    Un Cargo de Nuit le jour,
    Mais cette machine dans ma tête
    Machine sourde et tempête
    Euh, je m'égare...
    Du beau monde en Camargue,
    La Terre vigneronne promise,
    Par Julie et Caribou, les Miss de la Mise.

    La Mise, c'est le dimanche 17 février 2008, en Arles, et pour ceux qui en veulent plus, le lendemain, ils peuvent en remettre une couche, à La Re-mise, au Mas des Capelans à Nîmes.

    Olif

  • Paris vino-gastro-cul-turel...

    Image_259

    Paris. La Tour Eiffel, les Champs-Elysées, les Folies-Bergères, les triples têtes étoilées, les illuminations, les grands magasins, les congrès d'envergure nationale. Il faut bien un alibi pour allier l'utile à l'agréable. Tout en restant raisonnable et sérieux, évidemment, comme d'habitude.

    Alors pêle-mêle et dans le désordre, quelques impressions parisiennes d'un séjour trop vite passé, rangées par thématique, hors professionnelle, quoique!

    Côté vino, découverte d'une nouvelle adresse à proximité de l'hôtel situé dans mon quartier fétiche de Montparnasse:  Mi-Fugue, mi-Raisin, sous titré Les Caves Delambre. Parce qu'elles sont situées rue Delambre, évidemment. A deux pas de la Tour infernale. Jolie sélection, juste et judicieuse, dont j'aurais bien rempli la valise, mais malheureusement, il eût fallu avoir plus de place entre les paires de chaussettes et les piles de chemises! Barral, Catherine et Pierre Breton (le Bourgueil Les Galichets, bu à la Régalade, est définitivement un vin bourré de fruit, de chair et de gourmandise, en 2005 comme en 2006), les Loges de la Folie, Thierry Allemand, Thierry Chancelle, Benoît Tarlant, ... impossible de citer tout le monde! Et puis, à deux pas de la Madeleine, arrêt à Lavinia, cela faisait longtemps. Le manger au restaurant est tout ce qu'il y a de plus correct, à des prix non surdimensionnés, d'autant que les vins sont proposés au tarif cave. Moins de 15€ sur table pour un Chiroubles 2006 de Christophe Pacalet, léger, frais, fruité, gouleyant, rien à redire! Au sous-sol, de façon non préméditée, se tenait une dégustation de Côtes du Rhône en compagnie des vignerons. Vite fait, parce que non prévue au programme et un train à prendre. Coup de coeur total pour le Rasteau Gourt de Mautens 2004, au fruité sèveux et aux tanins soyeux incomparables. Joli Cornas VV 2004 d'Alain Voge, doté d'une belle fraîcheur acidulée, Côte Rôtie 2005 de Jean-Michel Gérin encore bien marquée par le bois, impeccable Châteauneuf du pape 2005 du Vieux Télégraphe.

    Côté gastro, nouvelle satisfaction chez L'ami Jean, dans le 7ème. Présentation soignée pour cuisine goûteuse, revisitant avec bonheur les classiques pour les transcender. Belle carte des vins de laquelle je n'ai eu aucun mal à extirper un fort beau Cassis 2004 du Clos Val Bruyère, puis un Morgon 2005 cuvée Marcel Lapierre, devant lequel je m'étais déjà mis à genoux au salon de l'AVN à Troyes le week-end précédent.

    Image_228Image_237

    Découverte, en ce qui me concerne, de la fameuse Régalade de Bruno Doucet, méritoire successeur d'Yves Camdeborde, qui a su maintenir l'adresse à son plus haut niveau de qualité. Goûteuse terrine servie à l'envi en guise d'amuse-bouche, pavé de thon cuit à la perfection, et une poitrine de cochon, là où tout est bon, surtout avec un petit Galichet 2006 de chez Breton.

    Image_260 Image_266

    Et puis, le Parc aux Cerfs, rue Vavin, un sympathique restaurant à la cuisine façon bistrot, transcendée sur une terrine de queue de boeuf servie tiède avec une sauce aux truffes et aux cèpes, en accompagnement d'un sublime Moulin à Vent 2006 d'Yvon Métras. Une carte des vins tip-top, dans laquelle on sent la patte de Paul Hayat, par ailleurs directeur de publication de la fameuse revue Le Rouge & le Blanc.

    Image_274

    Côté turel, la révélation Soutine, à la Pinacothèque de la Madeleine. Peintre essentiel du XXème siècle, ami de Modigliani, il a peint comme personne les carcasses de boeuf, les lapins morts et les poulets suspendus par le cou. Une exposition à ne pas manquer entre deux achats chez Fauchon ou Hédiard, par contre totalement facultatifs, voire suicidaires pour le portefeuille.

    "Et le cul, alors?" s'exclament en choeur ceux qui ont tout suivi depuis le début et qui se sentent un brin frustrés par ce que le titre, alléchant, ne leur a pas encore montré. Ben oui, il fallait bien travailler un peu et prendre un petit cours d'anatomie féminine auprès du grand Gustave Courbet, mon très estimé compatriote, qui s'expose sans état d'âme au Grand Palais, pour le plus grand bonheur des amis des Arts et des femmes, à l'exception des âmes chastes et sensibles, qui sont priées de fermer les yeux ou de regarder ailleurs l'espace d'un instant.

    250pxoriginedumondeinisheer

    Crédit photo Wikipédia

    Et que cela ne coupe l'appétit à personne, bien au contraire!

    Olif

  • Pour sûr: En avant doute!

    Imgp4446

     

    Premier millésime pour Jérôme Jouret, premiers doutes! Mais la volonté d'aller de l'avant! 100% grenache pour une fraîcheur ébouriffante! Très "nature", mais net et précis, parfaitement dessiné, à la manière d'un vin du domaine Gramenon. Une similitude suggérée par le passeur de vins, mais j'approuve. Sans aucun doute. En avant doute, une cuvée qui ne porte pas si bien son nom que cela, tant elle assure et rassure. Un vin que même un pourceau n'aurait pas envie de cracher à la figure du pire ennemi des vins naturels!
    Pour le domaine Les Clapas: clap! clap! clap! Applause!

    Un vin venu d'Ardèche, passé par Genève, avant de se retrouver dans le Doubs. Passeur de vins, y a pas, c'est un métier qui fait voir du pays aux bouteilles! Et aussi une superbe adresse au coeur du vieux Genève, à une encâblure du Grand lac et de son redoutable geyser d'eau.

    Imgp4429Imgp4444

     

    LE PASSEUR DE VIN
    RUE DE ZURICH 24 BIS
    CH-1201 GENÈVE
    T +41 22 994 20 20
    F +41 22 994 20 21
    INFO@LEPASSEURDEVIN.COM

     

     

    Olif

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • Besançon: le Marché élevé au rang des Beaux-Arts!

    Formulation à peine exagérée pour qualifier le marché couvert de cette bonne ville de Besançon, situé  juste derrière le musée des Beaux-Arts. Besançon, que je ne fréquente plus guère depuis que j'ai terminé mes études, cela fait plusieurs bonnes paires d'années maintenant, voire à peine plus. Plus trop le temps de descendre faire mes courses à la capitale (de la Franche-Comté) et puis, on a quand même tout ce qu'il nous faut dans le Haut! Plus trop le temps, sauf ... le dimanche matin, quand je dois faire le taxi pour emmener mon fils et sa copine à la gare!

    Officiellement, ils profitent de mon véhicule puisque je descends à Besançon. En réalité, comme je n'ai guère le choix, je profite du trajet pour faire une ou deux courses! L'occasion de revoir Didier Tardiveau, le crémier du Trou de Souris, parti faire le sien là-bas, et de redécouvrir ses talents d'affineur.

    Et puis d'acheter quelques spécialités italiennes à la Casa Alimentare. Ambiance joviale garantie et produits réjouissants! Sublimes charcuteries de Toscane, les meilleures, "si Dottore" !

    Et puis, de se rendre sur les coups de 11 heures 30 au Vin et l'Assiette, pour déguster un verre ou deux, souvent accompagné d'un petit toast, et mettre deux ou trois bouteilles dans le panier (Richaud, Domaine Cazeneuve, domaine du Tabatau, domaine Montgilet, Michel Gahier, le plus discret des grands vignerons d'Arbois, fils spirituel et digne héritier de Puffeney, et tant d'autres choses...). Plein de beaux flacons que le chaland vient chercher, en général pour son repas du midi, et que "Jimmy" se fait un plaisir de conseiller. Ce dimanche, dans le verre de l'habitué ou du simple passant, un superbe Arbois Chardonnay Les Crêts 2002 de Michel Gahier, tendu comme un arc, un opulent Côtes du Jura La Bardette 2003 d'Alain Labet, un tonique Arbois Poulsard 2004 du Puf, et un vigoureux Madiran 2004 de Bouscassé, aux tanins marqués, se civilisant à peine, mais très prometteur. Avec un petit toast "thon-curry" impeccable, s'accordant superbement avec les Jura blancs, notamment.

          

    Le Vin et l'Assiette, c'est également une cave et un restaurant, situé en haut de la rue Battant. Une vilaine rumeur préjudiciable se répand actuellement, telle un blob visqueux, laissant croire que l'assiette est vide et qu'il n'y a plus rien à la cave. Que nenni! On y trouve encore à manger et à boire, à profusion, et ce serait misère de s'en priver! Donc, je répète, à l'intention toute particulière des mal-comprenants:

    LE VIN ET L'ASSIETTE, C'EST TOUJOURS OUVERT!

    Et  enfin, l'occasion d'opérer une petite translation "purement chocolat", à la rencontre de Jacques Belin, célèbre Maître-chocolatier bisontin. Pour un petit dessert et goûter en prime à un "vin de cacao". En résumé, VinoCacao, c'est un vin de Bordeaux élevé dans des fûts où macèrent des cabosses de cacao torréfié. C'est mieux que des copeaux de chêne, et, surtout, cela donne un "vin" qui s'allie divinement avec certains types de chocolats, en blanc comme en rouge. Des vins parfaitement secs, à l'opposé des Banyuls ou Maury, ce qui peut constituer une alternative intéressante.

    Image_148

    Finalement, le métier de taxi a du bon!

    Olif

  • La cave Voltaire, au pays de Rabelais

    La bonne adresse de ce week-end chinonais, si l'on excepte l'Hôtel de France, the Best western I ever see, et son restaurant Au chapeau rouge, que nous n'avons pas eu le plaisir de fréquenter cette fois-ci (mais les souvenirs d' il y a quelques années, lors d'une étape sur la route bretonne, sont remontés à la surface). En consultant l'ardoise, l'envie fut grande de se régaler du menu découverte à 26€, mais nous avions de la route, et le pique-nique était déjà dans la glacière. Pas question donc de faire dans le gastronomique. Mais comme il fallait bien rapporter un souvenir de cette bonne ville de Chinon, qui nous avait honorés la veille... Pas uniquement des rillons, même si c'est trop bon. Un souvenir du genre qui se garde quelques années, mais que l'on peut quand même consommer le moment venu. Et pour cela, il faut s'écarter un tout petit peu de la place centrale, idéalement située, il faut bien le reconnaître, et remonter la rue Voltaire en direction des Caves Painctes.

    Imgp4017

    La Cave Voltaire, sous-titrée "Les papilles font de la résistance", ne figure pas sur le carnet d'adresses de Michel B., désolé pour la redondance, mais j'aime bien le comique de répétition, si tant est que l'on puisse qualifier de comique ce cher Mr B., dont la récente et malheureuse tentative d'humour l'a décrédibilisé aux yeux d'un pan non négligeable de son lectorat. A la cave Voltaire, on boit et on mange, tout à fait dans la tradition rabelaisienne, mais surtout on découvre bon nombre de produits respectueux du sol, de l'environnement et du consommateur. De beaux vins de Chinon, ceux de Béatrice et Pascal Lambert, à Cravant, ceux plus connus de Bernard Baudry, ceux du domaine des Roches, de la famille Lenoir, pas toujours compris à leur juste valeur (petit clin d'oeil amical à Chinbourg), et puis plein de découvertes (dont on reparlera bientôt, VDV 6 oblige, mais chûûûût!) et même les vins de Jean-François Mérieau, "Gueule du Boâ" et "Tu le Boâ", un Sauvignon sous voile qui a fait grimacer dernièrement un blogueur spécialisé dans les vins de Loire. Bref, que du tout bon, le plus naturel possible, et carrément en dehors des sentiers battus.

    Imgp4020

    Finalement, on se laisse facilement tenter par une petite assiette de charcuteries hautement sélectionnées et/ou de fromages dûment affinés, sur la terrasse, avec un petit verre de vin pour la soif et un excellent café. Tant pis pour le pique-nique! Patrice Claire est intarissable, lorsqu'il s'agit de faire la promotion du bon vin, et en plus, c'est la faute à Voltaire!

    Une adresse qu'on ne peut manquer, c'est juste à la sortie des Caves Painctes de ce bon Rabelais!

    Imgp4019

    La Cave Voltaire
    13, rue Voltaire
    37500 CHINON
    Tél.: 0247933768
    Fax: 0247933487

    Olif

  • Les Jardins de Saint-Vincent envahissent la toile

    Hoc_163

    "Les vins "nature". Ces vins étranges venus d'une autre planète. Leur destination: la Terre. Leur but: régaler les consommateurs. Saint-Vincent les a vus. Pour lui, tout a commencé par un jour clair, le long de la grande rue d'une petite ville de campagne, alors qu'il cherchait un local pour s'installer. Cela a commencé par une cave, et par un homme que la soif de découverte a incité à partager ses connaissances. Cela a commencé par l'arrivage de vins venus d'une autre galaxie. Maintenant, Saint-Vincent sait que les Envahisseurs son là, qu'ils ont pris forme de bouteille, et qu'il lui faut convaincre un monde incrédule que le bonheur a déjà commencé. Ici, dans ses Jardins!"

    Ce remake des Envahisseurs avec Stéphane-"Saint Vernier"-Planche dans le rôle de David Saint-Vincent, il ne fera certainement jamais partie de la vidéothèque de Mr B.. Mais l'amateur avisé, lui, il sait que si jamais un jour ses pas le guident du côté d'Arbois, la célèbre petite cité jurassienne, il lui faudra s'arrêter aux Jardins, le petit doigt de préférence replié, et déguster quelques merveilles hautement digestes et buvables, en provenance du Jura mais pas seulement. Beaucoup de vins "nature" mais pas que, dans la sélection de Stéphane, parce que c'est sain, parce qu'il aime ça, parce que c'est bon. Et surtout beaucoup de noms qui font envie: Barral, Chaussard, Pfifferling, Overnoy, Macle, Gahier, Labet,  Gramenon, Allemand, Richaud, Selosse, Tollot-Beaut, Leflaive ...

    Désormais, l'amateur avisé saura aussi que toute la sélection des Jardins est accessible depuis son salon, en tapotant Les Jardins de Saint-Vincent.com sur son PC, le petit doigt en l'air ! Elle n'est pas belle, la vie? Et ce n'est pas de la science-fiction!

    "Nous ne sommes pas les héritiers de la terre de nos ancêtres  mais les locataires de celle de nos enfants ", nous dit en substance Stéphane. C'est ben vrai, ça!

    Stéphane

    Olif

  • Alchimie new look à Pontarlier

    Dsc06708Dsc06709

    Quand Anne et Pierre-Ivan Boos, les clients se précipitent! Je suis d'accord, elle est facile, mais il est bon de se laisser aller à la facilité parfois! Ce que notre tandem alchimique de Pontarlier a refusé de faire, décidant, pendant ses vacances, de s'offrir un outil de travail en accord avec le contenu de l'assiette. Matières épurées, lignes sobres, choix judicieux des couleurs et des textures, conception artistique avec deux fresques murales monumentales de Charles Belle, le décor répond désormais comme un écho à la cuisine artistique, colorée et épurée de Pierre-Ivan.

    Dsc06710Dsc06711

    Pour cette soirée d'inauguration, le 6 août 2007, on sentait une grosse pression sur les épaules frêles de la maîtresse d'hôtel. Le chef avait-il déjà trouvé ses marques, la porte coulissante allait-elle s'ouvrir à temps, la lumière de l'alarme incendie n'allait-elle pas se déclencher inutilement et éblouir les convives, les téléphones portables des clients n'allaient-ils pas sonner inopportunément, bref, est-ce que tout le monde allait être à la hauteur?

    Mission accomplie, 3 bonnes heures plus tard! Un repas marquant à tous points de vue. Côté cuisine, mention spéciale aux Goujonnettes de carpe de l'amuse-bouche, à tremper dans une petite sauce à se damner, puis aux Jus de légumes solidifiés, glace au Parmesan, tellement jus, tellement légumes, tellement solidifiés, tellement glace au Parmesan, tellement naturellement bons, qu'on se rend tout juste compte de la performance culinaire. Ensuite, accessit très mérité à l'Espuma de pommes de terre sarladaises accompagnant le magret de canard, tellement espuma, tellement pommes de terre, tellement sarladaises, qu'on l'avale comme par inadvertance, et à la tomme de Savoie aux poires séchées présentée en ciabatta, d'une exquise originalité à croquer avec les doigts. Enfin, coup de coeur final pour le Chocolat-Menthe, tellement chocolat, tellement menthe, tellement chocolat-menthe que c'en est un véritable bonheur!

    Dsc06716Dsc06717


    Dsc06718Dsc06720

    Dsc06721

    Côté liquidités, un triple hourrah pour le Pinot Noir Z 2005 de Fanfan Ganevat, une version Julien zans zoufre, un Côtes du Jura tellement qu'il est bon, tellement qu'il est bon! Préalablement, la cuvée En Billat 2000 d'Alain Labet avait développé une jolie minéralité argileuse et du gras en bouche, la rendant d'une séduction extrême. Si l'on remonte dans le temps, de façon encore plus apéritive, le Saint-Aubin 2004 "Murger des dents de chien" du domaine Larue avait montré les crocs et joué son rôle incisif sur les papilles. Pour conclure, le Vin de Paille 2000 du domaine de Montbourgeau déroula ses jolies notes de raisins de Corinthe macérés sur une belle acidité et une tension remarquable. De quoi finir en apothéose et en douceur!

    Dsc06715_2Dsc06714_2Dsc06713_2


    Pour sûr, on reviendra!

    L'Alchimie

    1, Avenue de l'Armée de l'Est
    25300 Pontarlier
    03 81 46 65 89

    Dsc06726

    Olif

    P.S.: Message personnel pour Pierre-Ivan: il ne reste plus qu'à relooker le site web! (maintenant, c'est fait!)