Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quartiers libres... - Page 3

  • J'aime le vin naturel et je vous emmerde!

    DSC_2889.JPG

    C'est curieux chez les soi-disant critiques de vin cette manie de faire des phrases ... anti vins natures. Le bashing, dénigrement à la mode, touche toutes les classes du Mondovino. Yohan Castaing, auparavant connu sous le pseudonyme pompeux d'Ambroise Chambertin, directeur éditorial de la revue Anthocyanes, rien ne l'exaspère plus que d'entendre sans arrêt parler de vin "naturel". Alors, comme il est énervé, il en parle. Ben voyons! Son texte n'est ni plus ni moins qu'une nouvelle charge contre les biocons, article fondateur du plus grand dégustateur français du monde, dont il se réclame. On n'est pas près de grimper d'un level au jeu du plus (bio)con! Mais, n'est cependant pas Michel Bettane qui veut! Petite nouveauté, les blogueurs et les journalistes vendus à la cause du "nature" en prennent gentiment pour leur grade, de vils êtres en mal de "(re)connaissance". Les amateurs de vins naturels? Forcément des bobos écolos, bonjour le poncif! On tient donc les responsables: les cavistes, sommeliers (non, pas toi Manu!), journalistes, blogueurs, qui, en encensant ce type de production, incitent les vignerons à en produire davantage. Je n'arguerai pas sur le fait qu'un journaliste d'un tel standing, soucieux de s'en prendre à l'étymologie, devrait un peu mieux soigner son orthographe, ce serait bas. Mais le soufre avec deux "f", c'est quand même disqualifiant d'entrée de jeu, surtout pour un professionnel du vin.

    Finalement, même si Jules Chauvet est appellé à la rescousse , on ne peut pas dire que l'argumentaire des "anti" varie beaucoup. Oui, le vin n'est pas un produit naturel, mais on continuera à l'appeler comme ça, parce que tout le monde sait ce que c'est. Et non, ce n'est pas une mode éphémère. Même si elle s'amplifie, elle dure depuis plus de 30 ans, maintenant. Les producteurs de "nature", quant à eux, progressent à grands pas, canalisent et/ou évacuent une grande partie des soi-disant défauts œnologiques de leurs vins, tout en gardant la même approche peu interventionniste en vinif. C'est en tout cas mon ressenti après plusieurs grandes séries de dégustation sur les différents salons printaniers auxquels j'ai participé (Vinicircus, Biojoleynes, Vins libres). Ce texte aux pigments amers, c'est (sans doute?) une réponse au récent plaidoyer pour le vin naturel d'Antonin Iommi-Amuna t'es qui?, qui cumule avec bonheur les casquettes de journaliste/blogueur/organisateur de salon de vins naturels, trois raisons de vouloir le fustiger. Il est vrai qu'il est aussi un peu bobo.

    Le paragraphe le plus intéressant du billet d'Ambroise, c'est finalement dans les commentaires qu'on peut le lire, sous la plume d'un certain Erix. Ou comment le bon sens amateur peut (parfois) l'emporter sur la mauvaise foi professionnelle.

    Capture d’écran 2014-05-19 à 22.21.17.png

     

    Alors, oui, moi aussi, j'aime le vin, j'aime le vin naturel, je suis plutôt écolo, je suis bobo et je vous emmerde*.

     

     

     

    Olif

     

    * Solange, quand elle te parle, ça fait mouche à tous les coups.

     

    Capture d’écran 2014-05-19 à 23.06.33.png

    P.S.: Bobo, c'est un peu plus qu'une insulte, c'est un phénomène sociologique complexe que Laure Watrin et Thomas Legrand ont tenté de décrypter en 267 pages aux édition Stock. Et c'est certainement moins pire que la beaufitude franchouillarde des buveurs de grands crus classés.

     

    P.S.2: et pendant ce temps, le petit père fondateur de la république des biocons nous pond une nouvelle mouture de sa grande œuvre pour déplorer "la tragédie du chenin". Les biocons, versant vignerons "natures" de Loire, qui galvaudent ce si grand cépage qu'est le chenin. Sauf que, détail de poids, c'est quand même en grande partie grâce à certains d'entre eux qu'il a retrouvé ses lettres de noblesse.

     

    P.S.3: pardon si j'ai été grossier.

     

  • Une petite laine bio pour Pâques

    Capture d’écran 2014-04-17 à 18.09.13.png

     

    Rarement dictons ne sonnent aussi justes: "Noël au balcon, Pâques au tison" et "À la BiojoLeynes, n'oublie pas ta petite laine!". De mouton bio, de préférence, tondue à la main. Une fois de plus, les petit œufs seront bien au frais, tout comme les canons de bojo servis dans la salle des fêtes de Leynes, pour la 5ème édition de l'éminemment sympathique salon concocté par les vignerons locaux, Catherine et Philippe Jambon, Stéphanie et Yann Desgouilles, Pierre Boyat et Jérôme Guichard. Plus qu'un salon, une fête du vin et de la bio, ambiance familiale et rurale garantie.

    La grande nouveauté cette année, c'est un repas des vignerons sur inscription. Toutes les infos sur Biojoleynes.fr.

     

    Olif

  • Les grands jours de Champagne

     

    terres et vins de champagne,champagne,épernay,

    En avrul, ne te découvre pas d'une bulle! Et ne manque surtout pas l'événement champenois de l'année, le seul où tu pourras avoir l'occasion de déguster des vins de Champagne l'esprit bien clair. Rien de tel que cette dégustation pédagogique, dont c'est déjà la 6ème édition, pour mieux appréhender ce qu'est et devrait être un bon vin de Champagne, un vrai vin de vigneron, issu de vignes travaillées pour donner le meilleur d'elles-mêmes et produire de beaux, sains et bons raisins. Terres et vins de Champagne, tout un programme inclus dans l'intitulé. Get clear, bubbly and ... chalky!

     

     

     

     

    La rançon de la gloire, désormais, ce sont les "offs" qui se greffent autour de la manifestation principale. À prendre positivement comme une dynamique vigneronne qui prend de l'ampleur et qui pèse de plus en plus face à l'armada des grosses maisons. Des Origines du Champagne aux Mains du terroir, en passant par les Artisans du Champagne, sans parler des dégustations privées, ce ne sont pas moins de 8 salons qui se tiendront entre le 12 et le 16 avril en terre champenoise. De grands jours en perspective, où le dégustateur professionnel ne viendra pas exclusivement pour buller!

     

    Olif

  • Boüard et déboires, pourquoi il faut lire Vino Business...

    isabelle saporta,vinobusiness

    C'est le livre de la rentrée vinique, celui qu'il faut lire entre deux pique-niques vignerons devant un tribunal. Les laquais et les porte-flingues de la jet-set viticole ont préféré tenter de le démolir avant de l'avoir lu, ou en écrivant, dans l'urgence, des billets diffamatoires à la kalachnikov, usant de l'insulte et de propos nauséabonds révélant probablement leur véritable nature, pas bien jolie à voir. C'est sans doute la preuve qu'Isabelle Saporta a visé juste.

    Vino Business, c'est le résultat d'une enquête de deux ans dans le milieu des Grands Crus Classés bordelais, plus particulièrement à Saint-Émilion, qui donnera naissance à un documentaire filmé à voir courant 2014. En attendant, le livre se lit vite, se lit bien. Direct, efficace, agréable! Mais ça ne peut pas plaire à tout le monde, c'est sûr.

    Plusieurs thèmes, pour illustrer les dessous du business viticole, des thèmes se recoupant parfois: classements, pesticides, INAO, terroirs... Commentés de l'intérieur par une dizaine d'intervenants rencontrés régulièrement (Hubert de Boüard de Laforest, Stéphane Derenoncourt, Jean-Luc Thunevin, Dominique Techer...) ou occasionnellement (Pierre Lurton, Alain Reynaud, Jean-Marc Quarin, Pascal Chatonnet...). Visiblement, certains se sont gentiment lâchés, révélant un monde pas joli-joli, un monde où le vin n'est plus qu'une valeur marchande cotée en bourse et où tous les coups sont permis pour accentuer son profit aux dépens des autres, souvent plus petits que soi. Ce qui choquera peut-être le plus l'amateur de vin naïf, qui croit dur comme fer aux valeurs du terroir, ce sont les critères d'obtention d'un classement (parking suffisamment grand, chai moderne et spectaculaire...), ne laissant que très peu de place à la qualité effective des sols, quand ce n'est pas celle des vins.

     

    isabelle saporta,vinobusiness,angélus,hubert de bouärd de laforest,

     

    Celui qui morfle le plus, c'est vrai, c'est certainement ce pauvre Hubert de Boüard, prédateur parvenu et imbu de lui-même, qui a intrigué de longue date pour faire classer son Angélus au rang de Premier grand cru classé A et qui doit désormais manger son haut-de-forme pour s'être autant fait sonner les cloches. Il n'est sans doute pas le seul à regretter de s'être laissé aller ainsi à la confidence. À côté de ce panier de crabes sans cesse en train de s'étriller, on retiendra la vision lucide de Dominique Techer, l'exception pomerolaise, obligé de batailler sans cesse pour préserver son petit jardin de Gombaude-Guillot de l'appétit vorace de ses prestigieux voisins.

    Bref, un ouvrage édifiant et salutaire, à lire pour se familiariser avec l'univers impitoyable des Grands crus classés, à défaut de pouvoir encore en boire, et en attendant avec impatience la diffusion du documentaire.

     

    Olif

     

    P.S.: pour tous ceux qui préfèreraient se délecter du vin boisson, les occasions ne manqueront pas en ce printemps 2014. Je ne parle évidemment pas de la grand-messe des primeurs bordelais (où Isabelle Saporta ne devrait pas être conviée à une dédicace), mais du salon de Villebarou, par exemple, les 15 et 16 mars.

    isabelle saporta,vinobusiness

  • La cicadelle et la fourmi

    La cicadelle ayant doré tout l'été se trouva fort dépourvue quand l'hiver fut venu. Occupant les réseaux sociaux et les médias depuis quelque temps, il ne serait pas étonnant que certains esprits chafouins en aient ras le Giboulot. Mais, il est temps pour moi de mettre mon pied dans la fourmilière!

     

    emmanuel giboulot,giboulot,cicadelle,flavescence dorée,bourgogne

    Que n'aura-t-on entendu, dans cette affaire! Y compris que le vigneron cherchait à faire sa propre pub! Entre ceux qui n'y connaissent rien en flavescence, mais qui ne peuvent s'empêcher de donner leur avis parce que c'est leur métier (de donner leur avis, aussi ennuyeux puisse-t-il être!), ceux qui y sont confrontés et restent malheureusement désemparés, quelques billets intelligents émergent du lot, essayant d'adopter un regard objectif sur les tenants et les aboutissants du problème. Nicolas Lesaint, d'abord, qu'il faudra sans doute canoniser un jour, tant il en est un, de le Saint, même qu'il essaie d'être lucide et clairvoyant dans la pratique de son métier (dans un château bordelais, il est vrai, personne n'est parfait!). Et puis Miss Glouglou, qui a fait un beau papier relayé en Une de Le Monde, ce qui lui a assuré plus de 15000 vues sur la seule journée d'hier, auxquels il va désormais falloir ajouter la poignée de lecteurs du blog d'Olif qui ne sont pas encore ouverts au monde de la flavescence. Auparavant, Marthe Henry avait fait l'actu du vin contaminé par la cicadelle, avec une approche très pro sur le sujet. Et puis, le taulier, présumé retraité, a aussi tenter de jouer les conciliateurs et d'apaiser les esprits. Un des commentaires de son billet est à ce titre particulièrement édifiant sur le rôle joué par la filière dans la décision d'envoyer Emmanuel Giboulot en correctionnelle! Et, au rayon "inculte, écologiste et extrêmiste", il y a même Olivier B. qui s'est fendu d'un billet de blog explicatif!

    La cicadelle, deux ou trois choses que je sais d'elle. Pas grand chose en fait, c'est surtout pour la rime. Il est sans doute illusoire de l'éradiquer complètement et définitivement. Et surtout, il semble démontré que les traitement préventifs n'ont pas de réelle efficacité. Et surtout pas dans le temps. Être ou pyrèthre, là est la question! L'acte de désobéissance civile dont a fait preuve Emmanuel Giboulot ne méritait certainement une telle épreuve (passage en correctionnelle!), alors que ses vignes étaient indemnes de cicadelle au moment de l'arrêté préfectoral obligeant à traiter. Et de là à dire qu'il en a profité pour faire la promotion de son domaine et de ses vins! Combien de ceux qui glosent de façon un peu nauséabonde à ce sujet le connaissent et ont déjà goûté à la Combe d'Ève, à Lulune ou aux autres cuvées d'Emmanuel? Des vins qui n'ont nul besoin de cette pseudo publicité pour se vendre, d'ailleurs ils sont déjà tous vendus.

    emmanuel giboulot,giboulot,cicadelle,flavescence dorée,bourgogne

    Emmanuel Giboulot à Lille, en 2011. L'insouciance, encore, bien loin de l'effervescence de la flavescence!

     

    Les vignerons bio du Jura, qui soutiennent Emmanuel, n'ont pas non plus envie d'avoir le nez dans le pyrèthre. La flavescence n'a pas encore traversé la Saône, mais ils s'organisent déjà pour savoir comment faire face au problème si celui-ci arrive un jour. Sans avoir à traiter de façon complètement aléatoire et inefficace. Nul doute que lors du prochain salon du Nez dans le vert, l'affaire de la cicadelle ne sera pas encore cicatrisée!

     

    Olif

     

     

     

     

  • Liebster award

     

    DSC_4179.JPG

     

    A la demande de Gwenola et François, co-auteurs du meilleur titre de blog de toute la blogosphère gastronomique, et aussi de Bobosse, qui n'a pas tout compris le bazar, mais dont la cave est bien remplie (sauf de vins jurassiens, il faut croire), me voilà donc éligible au Liebster Award. Un genre de Victoires de la musique sans Stromae, dans le seul but de faire connaître un ou deux blogs qui ne le seraient pas encore trop. Raison pour laquelle je me prête bien volontiers à l'exercice.

    Capture d’écran 2014-02-16 à 18.20.01.png



    Pour cela, il faut :
    - Écrire 11 choses sur soi,
    - Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominée,
    - Taguer 11 blogs qui comptent moins de 200 abonnés et leur poser 11 questions,
    - Mettre le lien vers leurs blogs sur l’article,
    - Les tenir au courant de leur nomination,
    - Informer la personne qui vous a nominée que vous avez rempli votre tâche.



    Évacuons donc tout de suite la première partie, 11 choses sur moi que vous n'avez pas et ne savez pas:

     J'ai 11 poils (au moins!) sur le thorax. Ça me tient chaud l'hiver, une vraie moquette pectorale! ©DocAdn


    Et maintenant le questionnaire de José Proust, concocté par les affamés du blog :

    1- Qu'as-tu fait/vu/bu à la Saint-Valentin ? Un peu comme tous les autres jours. Je me suis levé, je suis allé aux toilettes, j'ai petit déjeuné, j'ai fait ma toilette, je suis parti travailler, je suis revenu pour déjeuner, je suis reparti travailler, je suis rentré pour dîner, je suis allé me coucher et là, j'ai éteint la lumière. Du coup, je n'ai pas bien vu tout ce qui s'est passé ensuite.


    2- Avoir une page Facebook a-t-il boosté ton égo ? Tous ceux qui ont une page Facebook sont ego en droits.


    3- Quelle est la différence entre un pigeon ? Ça dépend lequel.


    4- Es-tu Palmer 2000 ou Cros Parentoux 2004 ? Sans doute Cros Parentoux 2004, quand j'en aurai bu un jour.


    5- Ton dernier orgasme gastronomique ? Un cunni au wasabi. Whaou!


    6- Vin chaud à la montagne ou Daiquiri aux Bahamas ? C'est où, les Bahamas?


    7- Marié(e) ou pacsé(e) ? Ça dépend des jours.


    8- Marx, Piège, Constant ou Arabian ? J'ai toujours eu un faible pour Groucho. La moustache, sans doute.


    9- Allez, avoue... tu as regardé le dernier épisode de Giuseppe's Ristorante ? On ne reçoit pas bien la télé, dans le Jura. Mais c'est pas grave, je ne la regarde pas franchement. C'est qui, ce Giuseppe?


    10- Tu te retrouves seul le soir sans ta moitié. Que fais-tu que tu ne lui avoueras pas ? Je fêterai la Saint-Valentin.


    11- Complète cette phrase : "Toutes les bonnes choses ont une..." Soif?

    C'est maintenant l'heure de solliciter une grosse double poignée de blogs pour qu'ils participent aux awards. S'ils le veulent bien, je ne force personne, et s'ils le peuvent aussi, parce que ce n'est pas facile.

     

    1- Vortex du gosier : c'est le blog d'un jeune padawan stéphanois qui progresse à vitesse grand V et à grands coups de canons dans le gosier. Pressenti par les studios Disney pour tourner Poulsard wars, un prequel de la Guerre des étoiles vu du Jura, il a englouti le budget vin en moins de deux, rendant le projet complètement caduque.


    2- Dans la bouche un palais: c'est le blog d'un petit nouveau pinardologue qui donne aussi dans la caricature politique. Et si c'était un vin, ce serait qui, le Professeur Pinard?

     

    3- Le Blog d'Abistodenas: limite hors concours, car déjà bien connu de tous, brillant lauréat du WBT 2014 sans avoir eu le droit de jouer au concours de dégustation, David Farge pourrait remporter de la même façon un Liebster Award. Chiche?


    4- Escapades: non, pas lui, il a déjà joué!


    5- Very wine trip: Maylis est la nouvelle secrétaire perpétuelle des Vendredis du vin, ce qui vaut d'office un Award, qu'elle réponde ou non aux questions.


    6- Gawel 39: Gaël Delorme anime un blog jurassien de pêche à la mouche "no kill". Mais pas que. Son travail dans le milieu du vin et ses grandes connaissances du sujet l'amènent à poster des billets de fond sur les cépages et la vigne tout simplement passionnants.


    7- Les décollages de Christian: c'est l'histoire d'un amateur de vin qui se prend pour un aviateur lorsqu'il goûte certains vins qui le font "décoller". Alors on va essayer de le recoller...


    8- La cave de Bobosse : Allez Bruno, t'as droit à une deuxième chance!

     

    9, 10, 11- Les trois dernières places sont open. Les prend qui veut;

     


    Les questions auxquelles les nominés devront répondre pour pouvoir se qualifier à la finale des Liebster Awards :


    - Quand on te dit "jaune", tu penses plutôt à la Marque, au péril, au rire, au Pastis ou au vin? Les quatre premières mentions sont inutiles et éliminatoires.


    -  Ploussard ou poulsard, qu'est-ce qui est le plus important?

     

    - En dehors du Jura, est-ce que tu penses vraiment qu'il existe des vins intéressants?

     

    - Tu préfères voir écrire soufre avec un seul ou deux "f"?

     

    - Est-ce que tu peux citer les dix crus du Beaujolais sans en oublier un seul? Si oui, passe à la question suivante. Si non, lequel as-tu oublié?

     

    - Dessine-moi un mouton.

     

    - Si Bordeaux était une couleur, laquelle serait-elle?

     

    -  C'est comment, déjà, le nom de ton blog?

     

    - Plus que 3 questions, mais, là, j'ai un blanc. Répond ce que tu veux, alors, il n'y en aura pas (de question).

     

    - Sur quoi d'autre que le vin serais-tu capable de bloguer?

     

    - Si les Liebster awards n'existaient pas, faudrait-il les inventer?

     

    Vous avez une heure!

     

    Olif

     

  • Le Le Château Chalon

    Janvier, mois du blanc, comme chaque année. Avec des chiffres au plancher, autant en ce qui concerne les soldes litières que l'enneigement des pistes de ski jurassiennes.

     

    Capture d’écran 2014-01-21 à 18.22.10.png

    Février, mois du jaune, comme chaque année aussi. Avec des chiffres au plafond, en ce qui concerne la plus importante manifestation viticole du Jura, la célèbre Percée du vin jaune.

    Capture d’écran 2014-01-21 à 17.51.38.png

    Crédit photo

    Il faut bien l'avouer, il y a jaune et jaune. Celui qu'on siphonne du côté de Marseille, un bob Ricard ou Pastis sur la tête, en taquinant les boules de son voisin. Du jaune 51, généralement consommé dans un petit verre conique, avec ou sans eau, mais surtout beaucoup de glaçons. Ce n'est pas celui qui nous intéresse, non.

    Capture d’écran 2014-01-21 à 17.49.52.png

    Et puis le vrai jaune, le seul, l'unique, le jaune 62, que l'on consomme dans un verre à vin normal*, généralement sans glace. Quoique...

     

     

    Les 1er et 2 février 2014 se tiendra donc la 18ème Percée du vin jaune à Perrigny et Conliège, villages de la banlieue lédonienne. Une Percée placée sous la présidence de Marie-Florence Pignier, qui a choisi de mettre en avant les pratiques biologiques et biodynamiques au travers d'une conférence et d'une exposition qui se tiendront, l'une à Conliège (le dimanche 2 février à 14 heures), l'autre à Perrigny (tout le week-end).

     

    percée du vin jaune,château chalon

    Et pour tous ceux qui souhaiteraient réviser un peu avant leur séjour jurassien, je leur conseille de se plonger avec délectation dans l'ouvrage majuscule qui vient de sortir, consacré au roi des breuvages ictériques, j'ai nommé  Le Château Chalon. Pour tout savoir sur le vin, son terroir, les hommes qui le produisent. Une bible, coordonnée par Jean Berthet-Bondet et Marie-Jeanne Roulière-Lambert aux éditions MétaJura, qui ne dépareillera pas dans une bonne bibliothèque ou une bonne cave.

     

    Olif

     

    * un verre à vin normal est un verre en verre, généralement à pied, qui ne sert pas à boire du Coca-Cola.

     

    P.S.: Olif est habillé par Pontarlier-Anis, l'autre jaune du massif du Jura.

     

    P.S.2: le Château Chalon massacré dans la vidéo est un 2003 de Jean-Claude Crédoz. Un vin très frais, même sans glaçons, pour un millésime soi-disant solaire. Il ne méritait pas ça. Chémonemi...

     

    P.S.3: la piscine a été immortalisée dans une capsule par la plus adorable des québecoises qui boit sur le web, malheureusement devenue très discrète depuis plus d'une année.

     

    P.S.4: le vin jaune, ça peut se picoler, comme aime à le dire Stéphane Tissot. Servi un peu frais (mais sans glaçons), ça gouleye un max! De là à le consommer en long drink...

     

  • Ces soi-disant vins de montagne...

    Capture d’écran 2014-01-11 à 18.47.53.png

     

    Le vignoble du Jura et, plus encore, celui de Savoie ont pour particularité d'être situés dans une région montagneuse, destination hivernale de sportifs en quête de glisse. À ce titre, ils sont volontiers regroupés dans les guides et identifiés chacun à leur montagne. Au petit jeu du vin qui monte, qui monte, qui monte la pente, la Savoie gagne haut la main. Du coup, elle organise une Biennale spécialisée. En y associant les vins de forte pente. Pourvu que ça grimpe! Qu'ils viennent des Alpes (françaises, suisses, italiennes), des Pyrénées, du Bugey, du Jura, de la vallée du Rhône ou de la Moselle Allemande, tous se rejoignent sur un coteau à fort dénivelé. En principe. Descendent-ils tous bien dans le gosier, sans planter le bâton dans les amygdales? Réponse le week-end prochain. À défaut de neige sur les pistes, il devrait y avoir un bon coup de blanc au Manège de Chambéry les 18 et 19 janvier prochains.

     

    Quelques vignerons et domaines à ne pas manquer, à l'intention de ceux qui auraient la bonne idée d'enfiler leur bonnet et leurs moufles pour aller visiter ce salon hivernal: Gilles Berlioz, Adrien Berlioz son cousin, le domaine des Orchis (chouchou de Franck "tweet-a-wine" Merloz), le domaine des Ardoisières, le domaine de Mouscaillo, la tronche de Vincent Balansa "La Boria", les Frères Giachino, Raphaël Saint-Germain, Alain Renardat-Fache et tant d'autres vignerons qui valent bien le détour par la Savoie.

     

    Olif

     

    P.S.: après la montagne, la mer! L'actualité vinique professionnelle va à nouveau être plutôt chargée, dès la fin janvier. Avec tout d'abord Millésime bio et ses salons satellites, dont un petit nouveau, qui fera voyager de chemins en pistes, à la rencontre d'une belle brochette de vignerons sudistes, dont certains qu'on ne rencontre pas tous les jours dans ce type de manifestation.

     

    de-chemin-en-piste (4).jpg

     

  • Œnomobilisation générale!

    Capture d’écran 2013-11-19 à 12.29.55.png

    Le monde va mal, c'est un euphémisme. Celui du vin guère mieux, attaqué de toutes parts par des ennemis qui ne lui veulent pas de bien. Un peu partout, plutôt au Sud (et pas qu'à Marseille), une guerre larvée est déclarée. Un seul mot d'ordre: MOBILISATION!

    Capture d’écran 2013-11-19 à 14.22.00.png

    Mobilisation générale contre le déménagement du centre ampélographique international du domaine de Vassal, qui risque de laisser des ceps dans l'affaire, mettant en péril le patrimoine national de cépages pieusement collectionnés depuis des lustres. La révolte du Vassal contre l'État souverain, dans l'intérêt de tous, ça vous a un petit air de Carmagnole. Ah! ça INRA, ça INRA, ça INRA, les cépages n'iront pas à la lanterne! Mobilisons-nous pour la sauvegarde de ce patrimoine inestimable géré par l'INRA et signons tous la pétition!

     

    Capture d’écran 2013-11-19 à 14.04.21.png

    Mobilisation générale contre les exactions anonymes visant (sans doute?) la Confédération paysanne au travers de Robert Curbières, vigneron en bio, non pas en Corbières, mais à Ventenac-Cabardès. Une affaire criminelle et incendiaire pour l'instant non revendiquée, ni élucidée, avec pour dommage collatéral la destruction complète de la récolte d'Édouard Fortin, jeune vigneron en cours d'installation, hébergé au domaine Curbières. Une marche de soutien à Robert et Édouard est prévue le 23 novembre à Ventenac-Cabardès. Alors, ce jour-là, allons tous marcher! Mobilisation! Là-bas pour ceux qui peuvent, ou ailleurs pour les autres. Que le Phénix du Cabardès puisse renaître de ses cendres!

     

    Capture d’écran 2013-11-19 à 14.19.05.png

    Mobilisation générale contre la disparition mystérieuse des pluviomètres en Languedoc-Roussillon. Faut bien reconnaître que le ciel du Sud est généralement plutôt clément, mais quand il pleut, il y en a besoin. Alors, à chacun le sien, s'il vous plaît. Ce serait dommage d'avoir à le mettre sous clé à l'intérieur en cas de pluie!

     

    Olif

     

     

     

     

  • Vendanges littéraires

    DSC_4166.JPG

     

    Pendant toute l'année, ils ont été choyés, dorlotés, binés, décavaillonnés, labourés, tannés, traités, maltraités, effeuillés, plumés, harcelés par leurs éditeurs qui ne leur ont jamais lâché la grappe, qui n'ont jamais rien lâché. Ils ont tenu bon, concentré leurs sucs, mûri leur sujet et, finalement, ils sont arrivés  au bout de la maturité de leur processus créatif. Leurs feuilles sont tombées à l'automne, en même temps que le fruit de leur travail. Grosses vendange tardive de bouquins sur le vin en 2013, donc, avec une récolte qui s'annonce plutôt qualitativement bonne, éclectique, dont quelques grands crus.

     

    Mimi, Fifi & Glouglou, petit traité de dégustation

    C'est brut de cuve, souvent nature et ça sent le vécu. Pas que le vécu, d'ailleurs. Parfois un peu le cul de la vache ou encore le poulailler, aussi.

    Capture d’écran 2013-11-09 à 21.13.01.png

    ©Michel Tolmer et les Éditions de L'Épure

     

    Mimi, Fifi et Glouglou, parfois remplacés au pied levé par Mimie, Fifie et Louloute, concentrent pas mal les travers des dégustateurs amateurs, quelque soit leur niveau. Ils sont observés avec tendresse, humour et dérision par l'œil aiguisé d'un artiste sociologue dont l'étude pourrait paraître parfois obtuse au néophyte. Heureusement, il y a beaucoup d'images. Des dessins à profusion, à dessein de croquer le trio d'œnophiles le plus craquant de tout l'univers du vin, naturel de surcroît. Tout cela est finement couché sur le papier par Môssieur Michel Tolmer, homme de glou et artiste dévoué à la cause, aimant payer de sa personne, pourvu qu'il y ait une petite poire de Cazottes à la fin.

    DSC_3395.JPG

     

    Mimi, Fifi et Glouglou, petit traité de dégustation, par Michel Tolmer, aux Éditions de l'Épure

     

    La face cachée du vin

    Une réédition indispensable, à exposer au grand jour, que celle de la Face cachée du vin, qui n'est pas toujours jolie jolie à regarder. Grâce à Laurent Baraou et Monsieur Septime, prouvons qu'un autre vin est possible, un altervin qui aurait de la gueule, élaboré par des vignerons qui respectent autant la terre que leur produit ou le consommateur. Tout ce que vous n'auriez jamais dû savoir sur le vin sans toujours oser le demander...

    Capture d’écran 2013-11-09 à 21.52.27.png

    La face cachée du vin, par Laurent Baraou et Monsieur Septime, aux Éditions François Bourin


    Chroniques de la vigne, conversations avec mon grand-père

    Dans une veine humoristico-poético-autobiographique, Fred Bernard, bourguignon baroudeur, nous conte là de biens belles tranches de vignes, en transcrivant la parole de son grand-père, personnage haut en couleurs, difficile à convaincre de participer à l'aventure ("Le vin, ça se lit pas, ça se boit!").

    la face cachée du vin,mimi fifi glouglou,crus classés de saint émilion,champagne

    ©Fred Bernard et Glénat

    "Le vin, c'est toute sa vie", au Papy Bernard. Alors, chroniquer la vigne et le vin, c'est aussi raconter la Bourgogne, Savigny-les-Beaune, le raconter lui-même et se raconter soi-même. Un beau récit intime, avec beaucoup de texte et de très jolies images en couleurs directes.

    Chroniques de la vigne, conversations avec mon grand-père, par Fred Bernard, aux Éditions Glénat

     

    Champagne, Le rêve fragile

    La possibilité d'un livre sur le Champagne... Depuis plus de deux ans, Samuel Cogliati vit un rêve. Un rêve fragile rempli de bulles, qui l'a amené à enquêter sur la plus pétillante des régions viticoles françaises. Comprendre la (et le) Champagne, géographiquement, historiquement et géologiquement parlant, faire le champagne (et le vinifier), puis, enfin, le boire. Et le déguster aussi. Le tout en s'appuyant sur le travail d'un certain nombre de vignerons champenois, des RM ("Récoltants Manipulant"), comme on les appelle par opposition aux grandes maisons et aux négociants, alors que vigneron leur colle si bien au teint. Aidé dans sa démarche par Jean-Marc Gatteron, du Rouge & le Blanc, ce qui en dit beaucoup sur le sérieux et la qualité de l'ouvrage.

     

    la face cachée du vin,mimi fifi glouglou,crus classés de saint émilion,champagne

    L'ouvrage est complété par une fort belle sélection de vignerons champenois, qui pourra grandement aider l'amateur à faire son choix en se basant sur 4 critères: la finesse, la régularité, l'expressivité et la complétude, "autrement dit le sentiment que les qualités des vins dégustés sont le résultat d'un travail abouti et la marque d'un style maitrisé". Vive la complétude champenoise, qui devrait permettre au rêve champenois de ne pas virer au cauchemar, grâce à tous ces bons vignerons engagés dans une reconquête de leur terroir, c'est ce qui ressort de cette complète étude italo-française.

    Champagne, le rêve fragile, par Samuel Cogliati, aux Éditions Possibilia (commande en ligne exclusive)

     

    Grands crus classés de Saint-Émilion

    De toute cette œnobibliothèque, c'est de loin le plus lourd! Aussi bien en kg qu'en K€. Saint & millions, © Vincent Pousson, qui s'y connait question chiffrage de liquides en liquide. Vingt propriétés décortiquées, à la manière de ce que les deux compères avaient déjà réalisé en Médoc. La qualité du travail accompli rive gauche leur a ouvert les portes de la rive droite. Pas toutes, mais certaines des plus incontournables, qui, pour le coup, soignent plutôt bien leur com'. Les grands crus classés du Bordelais sont bel et bien des vins de terroir, comme le prouvent les superbes réalisations graphiques en 3D de Pierre Le Hong, ainsi que les dégustations parcellaires réalisées au domaine, avant l'assemblage des différentes barriques donnant naissance au sacro-saint "Grand vin". Chaque domaine est remarquablement décrypté et disséqué, historiquement et géographiquement, par la plume affûtée et enjouée d'Éric Bernardin, qui se lâche gentiment dans des sous-titres parfois en léger décalage avec le sérieux du propos, ce qui n'est pas pour me déplaire. Une approche touffue, généralement complétée par la parole donnée aux propriétaires/régisseurs/directeurs techniques (biffez les mentions inutiles selon les cas). Une bible non exhaustive qui ravira tous les amoureux de Saint-Émilion, les accros aux classements divers et variés et, sans doute aussi, les passionnés de la rive droite. Les autres pourront toujours s'en servir pour caler un meuble, mais ce serait gâcher.

    la face cachée du vin,mimi fifi glouglou,crus classés de saint émilion,champagne

    Crus classés de Saint-émilion, par Éric Bernardin et Pierre Le Hong, aux Éditions Sud-Ouest

     

    Bacchus et moi

    Ou quand un auteur littéraire américain à succès se passionne pour le vin au point d'en écrire régulièrement des chroniques dans différents journaux américains, dont The Wall Street Journal, s'il vous plaît, mazette! Il en ressort une compilation des dites chroniques dédiées à Bacchus, qui font la part belle aux vins "stars", de Bordeaux, Bourgogne, Italie, Californie ou ailleurs. Une belle plume au service des vins de luxe, censés faire rêver les amateurs de vins classiques du monde entier. Qui vole même au secours de la pseudo-mode anti-Bordeaux. Ça assure un max, quoi! Quelques incursions en biodynamie, quand même, avec ce qu'il faut de scepticisme, ou, encore plus rarement, dans le milieu plus nature, avec pas mal de réserves, et uniquement chez des valeurs sûres, comme chez Thierry Allemand à Cornas.

    la face cachée du vin,mimi fifi glouglou,crus classés de saint émilion,champagne

    Bref, c'est plutôt très grand public (c'est une bonne chose), osant des comptes-rendus de dégustation métaphoriques et décomplexés, basés sur le ressenti et des mots simples, qui tendent à désacraliser la dégustation (même si la majorité des vins chroniqués coûte pas loin d'un bras) Et c'est surtout vachement bien écrit et bien traduit. Une bonne bouffée vinique venu des Amériques, qui donnerait presque envie d'ouvrir un Mouton-Rotschild 2001, par exemple!

     

    Bacchus et Moi, par Jay McInerney, aux Éditions de la Martinière

     

    Olif

  • Dans la vigne, tout est bon!

    À l'instar du cochon, tout ce qui provient de la vigne est susceptible de se manger ou de rentrer dans une préparation culinaire. Des oreilles à la queue, de la feuille au raisin, en passant, de façon plus surprenante, par la fleur ou les vrilles. Sans parler du produit de transformation finale, le vin, et de tous les intermédiaires, le moût, le marc, la lie.

     

    catherine bernard,anne-sophie thérond,recettes de ma vigne,éditions du rouergue,le gavatx,vincent balansa,la boria

    Oui, dans la vigne, tout est bon, à la condition sine qua non qu'elle soit propre. Interdiction de jouer pas au goret avec elle en l'arrosant de produits chimiques impropres à la consommation. Sinon, pas question d'y ramasser quoi que ce soit et de le porter à la bouche.

     

    Cette idée de manger la vigne au fil des saisons avant d'en boire le vin, elle a germé dans la tête de Catherine Bernard, journaliste reconvertie dans la viticulture, et d'Anne-Sophie Thérond, journaliste "reconvertie" dans l'écriture de livres culinaires et auteure d'un blog 10vin. Les recettes imaginées par Anne-Sophie Thérond suivent ainsi le cycle végétatif de la vigne commenté par la vigneronne, de la taille et la production de sarments (pour fumer soi-même ses propres filets de truite), jusqu'au vin que l'on va utiliser largement en cuisine pour "délier les fibres et attendrir les chairs". Et avec ces recettes généreuses, bien ancrées dans la tradition viticole pour la plupart, vous boirez bien quelque chose? Un volubile Vin de pays de l'Hérault 2011 de Catherine Bernard fera largement l'affaire, prolongeant à l'unisson le bonheur de lire la prose de la journaliste-vigneronne, dans un style enjoué et délié.

     

    catherine bernard,anne-sophie thérond,recettes de ma vigne,éditions du rouergue,le gavatx,vincent balansa,la boria

    Recettes de ma vigne

    Catherine Bernard et Anne-Sophie Thérond

    Éditions du Rouergue

     

    Olif

     

    P.S.: Le Gavatx, "un étranger dans les vignes", ça raconte l'histoire de Vincent Balansa et du domaine La Boria à Trilla. Une tronche de vin, un domaine et un documentaire qui ont d'la gueule. Un film de Lorenz Findeisen à ne pas louper, le 28 septembre aux alentours de 15h30 sur France 3.

     

     

    Pour marquer le coup, Nova 2009 de La Boria, blanc frais du Sud, caressant comme un petit air de tramontane sur le Haut-Fenouillèdes. Un vrai beau vin de gavatx!

     

    catherine bernard,anne-sophie thérond,recettes de ma vigne,éditions du rouergue,le gavatx,vincent balansa,la boria

     

  • Miss Glouglou fait sa rentrée...

    ... et du coup, moi, la mienne, pour une reprise en douceur des activités bloguistiques.

     miss glouglou

     

    Après avoir officié en classe de maternelle l'année dernière, jolie promotion pour la Miss Monde du vin, à la descente de gosier particulièrement bruyante, même si elle sait aussi très bien cracher: une classe de grande section, avide de découverte en matière de vin, qui disposera dans son cartable d'un bien bel ouvrage œnologique, net, précis et illustré. Précis d'œnologie illustré, c'est même écrit sur la couverture. Ça tombe bien.

     

    miss glouglou

    Miss Glouglou par Guillaume Long, un dessin tellement réaliste que l'on croirait une photo prise sur le vif.

    Cet épais bouquin, lourd et cartonné, s'adresse donc préférentiellement au néophyte en matière de vin, mais pas que. Les redoublants sont les bienvenus, on a toujours quelque chose à apprendre. Surtout dans une classe aussi ouverte, didactique et ludique que celle d'Ophélie Neiman, joviale maîtresse à lunettes (parfois), au sourire craquant et à l'appétit féroce. En compagnie de Juliette, Pâcome, Hector, Coralie et Paul, élèves modèles, le lecteur apprendra tout ce qu'il faut savoir sur le monde du vin, de la culture du raisin à la sommellerie, en passant par la dégustation, la vinification, la présentation du vignoble, les différents cépages et la constitution d'une cave. De précieux conseils dans tous les domaines, y compris même sur la façon d'enlever une tache de vin. Ce n'est pas dans le B&D qu'on trouverait ce type de renseignement, pourtant bien utile en cas d'éclaboussure de vin triple étoilé. Et puis, on est heureux de découvrir que Miss Glouglou possède un joli coup de poignet pour éviter que la gougoutte ne vienne souiller la nappe, même si elle sait gérer les dommages collatéraux d'une dégustation trop enthousiaste (voir plus haut). Un livre joliment illustré, très clair, infiniment pratique, à mettre en toutes les mains pour parfaire sa connaissance du vin, sans prise de tête et sans sermon.

     

    miss glouglou

     

    Bref, si ce n'est pas une encyclopédie, il s'en est fallu de peu. Après "Le vin pour ceux qui n'y connaissent rien" chez L'Étudiant, le vin pour ceux qui n'y connaissent pas grand chose, aux Éditions Marabout. Avec Miss Glouglou, le vin mériterait d'être enseigné à l'école. Ou même à la télé. Parce que finalement,  le vin, c'est pas sorcier!

     

    miss glouglou

    Que je sois marabouté s'il n'y a pas matière à une nouvelle collection. Une suggestion pour le prochain titre: "Le vin naturel, c'est pas philosophique".

     

    Olif

     

  • Fifty shades of ploussard

    Chapitre 1

     

    Marie-Charlotte s'affairait déjà en cuisine, malgré l'heure. Elle avait pris le temps de se doucher, mais pas celui de s'habiller entièrement. Juste une petite culotte en dentelle noire et le soutien-gorge pigeonnant assorti. Et puis, quand même, un tablier de cuisine. Suffisamment court pour deviner la couleur de ses sous-vêtements lorsqu'elle se penchait. Tout en épluchant une carotte de belle taille, elle laissa son esprit vagabonder. Peut-être était-il trop tôt pour recevoir à la maison ce fichu séducteur de Charles-Henri. Sans nul doute, il tenterait de passer à l'attaque. Oui. Fallait-il se donner déjà? S'abandonner? Sûr qu'il était mignon, mais elle n'était peut-être pas encore tout à fait prête à remplacer Paul-André, feu son mari, parti bien trop tôt d'un fichu cancer du testicule extrême droit, qui eut vite fait de gangréner l'intégralité de ses organes. Il était tendre et gentil, Paul-André. Et attentionné, aussi. Amoureux de la bonne chère et du bon vin, dont il emplissait généreusement la cave. Bon sang! Le vin! Qu'allait-elle faire boire à Charles-Henri? Et aimait-il le bon vin naturel, d'abord? Pas sûr. Il possédait indéniablement le côté "m'as-tu-vu" des buveurs d'étiquettes.

    Laissant subitement tomber son couteau, elle se dirigea vers le vieil escalier en colimaçon qui conduisait au Saint des Saints. Les marches étaient raides. Elle posa sa main contre le mur en pierres pour assurer son équilibre. D'habitude, c'est Paul-André qui se chargeait de choisir le liquide destiné à accompagner le solide. Serait-elle à la hauteur de cette nouvelle mission qu'elle devait assumer? Elle se souvint avec bonheur des jolis vins d'Arbois qu'il ouvrait dans les moments intimes qu'ils passaient ensemble. "Pour le braquemart, rien ne vaut le ploussard!", plaisantait-il volontiers pour masquer l'impuissance à masquer son impuissance. Instinctivement, elle se dirigea vers le casier contenant des bouteilles dont le goulot était vêtu d'un ciré rouge. La cave était fraîche. Un petit frisson lui parcourut l'échine. Elle aurait dû s'habiller plus pour descendre ici. Elle s'accroupit pour empoigner fermement le goulot d'un de ces flacons. En se relevant, le verre à peine humide vint lui caresser l'intérieur des cuisses. Elle frissonna un peu plus, mais de plaisir cette fois. Elle serra un instant la bouteille au creux de son intimité, avant de se décider à remonter au plus vite dans sa cuisine. Légèrement perturbée par la curieuse sensation qui venait de l'envahir, elle posa la bouteille sur la table et retourna à son plan de travail pour ficeler son rôti. Paul-André savait à peine lacer correctement ses chaussures, ce n'est pas lui qui allait lui apprendre toutes les ficelles du bondage. Pourtant, elle se débrouillait plutôt bien. Une nouvelle fois, elle fut troublée par ses pensées. Elle ouvrit le premier tiroir à sa droite, s'empara d'un tire-bouchon et se rua sur la bouteille comme pour chasser les images qui se fixaient petit à petit dans son esprit. Elle caressa longuement le goulot jusqu'au capuchon de cire rouge. Une cire sèche et cassante, d'un beau rouge vif, qui ne changea pas de couleur sous l'effet de ses caresses. Arbois-Pupillin 2006 du domaine Overnoy-Houillon. Un des vins préférés de Paul-André, qui vénérait Pierre Overnoy, le vigneron libre penseur de Pupillin et précurseur du vin naturel.

     

    overnoy-houillon,overnoy,arbois-pupillin,

    Lorsque la vis du tire-bouchon pénétra la cire, puis le bouchon, elle se mordilla la lèvre. Elle extirpa précautionneusement le bouchon de la bouteille, essuyant de la pulpe de son index le rebord du goulot. Elle se servit un verre, puis passa le reste de la bouteille dans une carafe. Le vin avait une belle couleur groseille. Un jus éclatant et sanguin. Du sang bien clair, comme au troisième jour de ses menstruations. Elle ressentit soudainement une envie de devenir vampire. Elle prit le verre et la bouteille, passa au salon et se jeta sur le canapé. Elle trempa ses lèvres dans le breuvage. Sa tête bascula en arrière et ses paupières se fermèrent. Elle fit circuler le vin dans sa bouche, s'enivrant de ses saveurs de fruits rouges. Son entrejambe se serra sur sa main libre, dans un frisson de volupté. Elle resta un instant immobile avant d'avaler lentement la première gorgée de ploussard, en laissant échapper un petit cri de plaisir. D'un geste fluide, elle replia ses jambes et retira prestement sa culotte en pensant fortement à Paul-André. La bouteille vide allait bien lui être d'une quelconque utilité, finalement...

     

    Lorsque Charles-Henri sonna à la porte, elle savait déjà qu'elle ne lui ouvrirait pas.

     

     

    Olif

     

    P.S.: titre piqué sans vergogne à François "Bourgogne live" Desperriers, également inspirateur de ce billet, pour le coup. Quel obsédé textuel, ce François!

     

    P.S.2: mesdames, je ne dis pas qu'à chaque fois que l'on boit du ploussard, ça fait cet effet-là, mais des fois oui, quand même un peu.

     

    P.S.3: non, contrairement aux apparences, vous n'êtes pas sur Littinéraires viniques, de Christian Bétourné, que je salue au passage, lui qui vient d'essuyer, avec Achille, les foudres de la censure facebookienne.

  • Live and let die!

    DSC_3284.JPG

    Véritable outil de société à visée purement économique, la Santé publique passe son temps à chercher les raisons de mourir et à vouloir les éviter au commun des mortels. Là où, de plus en plus, il conviendrait surtout de chercher des raisons de vivre. Voudrait-on finalement nous conduire dans le meilleur des mondes, façon Aldous Huxley, que l'on ne s'y prendrait pas autrement. Fais pas ci, fais pas ça, mouche ton nez, dis bonjour à la dame, ne mange pas trop gras, 5 fruits et légumes par jour, bouge, ne bois jamais un verre de vin à 18 ans si tu ne veux pas mourir à 70, à dada prout prout cadet. La pilule est un peu dure à avaler, et pas uniquement pour les jeunes femmes sans facteur de risque cardio-vasculaire en quête de contraception. L'infantilisation de la société et la déresponsibilisation complète des citoyens sont en marche. Plus besoin de s'occuper de rien, tout est géré pour le mieux par nos dirigeants, avec un tas de complicités dans le monde économique et médical. La garantie de devenir centenaire! OGM, cultures intensives, pesticides, gaz de schiste et anti-dépresseurs assureront notre avenir, bien au chaud dans des cités sous cloche, où l'on n'aura plus rien à craindre de la famine, de la pollution, de la destruction de l'environnement et des méfaits du tabac, de l'alcool, des drogues douces et du mariage pour tous.

     

     

    Dernier en date, le rapport du Pr Tûûût*, qui prône à mots à peine couverts une nouvelle ère de prohibition pour sauver tous les addictifs contre leur gré, y compris ceux qui s'ignorent. La grande particularité du médecin de Santé publique, c'est de ne pas s'intéresser à l'individu proprement dit, mais à la globalité et aux statistiques. Ce qui compte, au final, c'est sa mission: diminuer l'impact d'un facteur de risque donné sur une population donnée, dans l'espoir d'améliorer les chiffres de la mortalité et de la morbidité. En excluant toute variable subjective liée aux cas particuliers, évidemment. Supprimer l'alcool pour supprimer l'alcoolisme, la seule véritable pathologie problématique liée à la consommation d'alcool, qui ne concerne qu'une petite partie de la population, est une option bigrement tentante, d'un pur point de vue statistique. Un peu comme si on décidait de supprimer la voiture pour régler définitivement la  question des accidents de la route. Ou abolir le travail pour supprimer les accidents de travail, sauf que là, ce n'est vraiment pas possible, faut quand même pas déconner.  Boire intelligemment, avec plus ou moins de modération, pour le plaisir que cela est susceptible d'entraîner, n'est plus d'actualité et ne l'a sans doute jamais été aux yeux des hygiénistes de tout poil. Et ce, même si l'augmentation de l'incidence de cancers liés à l'alcool est sans doute moins importante que ceux occasionnés par l'utilisation des pesticides ou des désherbants. Boire pour le plaisir, fumer pour le plaisir, manger pour le plaisir, c'est péché. Capital même. L'addiction s'il vous plaît, il faut désormais payer les pots cassés d'une frange marginale de la population, qui, elle, a véritablement besoin d'aide, et pour qui la dépendance n'est malheureusement souvent qu'un refuge à la misère ambiante. L'épidémiologiste, qui pense traiter la cause, ne s'attaque finalement qu'à la conséquence. Et tout ça au mépris de ceux que le vin fait vivre, à commencer probablement par la balance du commerce extérieur.

     

    Touche as à mon vigneron.jpg

    Touche pas à mon vigneron, c'est une pétition lancée sur Internet, à l'intention de Stéphane Le Foll, qui n'en est pas une mais plutôt ministre de l'Agriculture, dans le but de défendre le vin, les vignerons et leur droit d'expression sur Internet. Une petite signature pour une grande cause, afin de ne pas relèguer le vin à une simple boisson alcoolisée et un vulgaire poison voué aux gémonies, alors qu'il fait partie du patrimoine de l'humanité à plus d'un titre. Et puis, surtout, apprenez le geste qui sauve les vignerons,  grâce à Catherine et Pierre Breton et à Michel Tolmer, aussi un peu..!

     

    Capture d’écran 2013-06-17 à 22.04.29.png

     

     

    Si le vin de France a de sérieuses vélléités à foutre le camp, le Vin de France n'a pas non plus de sérieuses raisons de se rejouir. Repli parfois stratégique, pour ne pas avoir à supporter le poids administratif de l'appellation protégée, l'ancien statut de vin de table est soumis à une sérieuse remontée de bretelles de la part de fonctionnaires de la DCGRF, dont le sens de l'humour est généralement interdit, quand il n'est pas giratoire. Exit les jeux de mots, à-peu-près, fantaisies, détournements. Le vin de France est une chose trop sérieuse pour être confiée aux vignerons. Rien ne doit permettre l'identification de la région de production, et surtout pas l'évocation du nom, pour ne pas faire de tort à l'AOP. Même les mentions sur sa composition, légales et obligatoires sur tous les autres produits alimentaires, sont mal vues. Un brin paradoxal, à l'heure ou, pour la défense du consommateur, il serait plus judicieux de révéler ce qu'il y a vraiment dans le vin de tous les jours, outre une certaine quantité d'alcool, ce que personne n'est en mesure de nier.

     

    touche pas à mon vigneron,vin de france,santé publique,

     

    Et si le coupable à la barre, finalement, ce n'était que le plaisir? Celui de jouer, boire, manger, baiser. Mener une vie d'ascèse devrait permettre de gagner moins vite le Père Lachaise. Une vie plus longue à cotiser, à chômer, à se faire piétiner par les dirigeants, les puissants et les nantis. Une vie censée coûter moins cher à la société et, sans doute, au final, lui rapporter plus..?

     

    Olif 

     

     

    * censuré! 

     

     

     

     


  • Apocalypse Tomorrow?

    2188110555.jpg

     

    Quoi de plus excitant que le vrombissement des hélicoptères et l'odeur du napalm au petit matin dans les vignes du Jura? On se le demande, tiens! Pour cause de printemps compliqué, voilà-t-y-pas que le syndicat de la viticulture veut jouer de l'hélicon. Mais c'est pas ça le vrai instrument, comme le chantait Boby. Popopo. Con!

     

     

    La problèmatique d'un arrosage phytosanitaire par hélicoptère, c'est justement que ça arrose. Tous aux abris, sortez couverts! Des trucs pas trop catholiques qui finissent dans le verger de la Tata Irène, dans la tasse de café du grand-père Louis, dans le potager de Mamyvonne, dans l'assiette du quidam installé bêtement en terrasse par ce froid, dans les vignes des vignerons bio qui n'ont rien demandé à personne. Il n'y a guère qu'en Valais que l'on expérimente l'hélico bio, ce qui nécessite à la fois des moyens et de ne pas en être à un paradoxe près... À moins que l'hélicoptère ne soit à pédales? Toujours à la pointe, les valaisans!

     

    Enfin voilà! Le printemps est pluvieux, mais frais. La pression maladie n'est pas encore trop forte de ce fait, malgré l'humidité ambiante, et les seules taches de mildiou ont, semble-t-il, été observées pour l'instant chez des vignerons en chimico-conventionnel, ce qui ne donne pas envie. Mais cela justifie-t-il une dérogation de traitement? Les vignerons bio n'ont d'ailleurs pas envie de se tenir coi. La question ne se pose pas, comme le chantait également Boby. D'ailleurs, je n'ai pas la réponse. Mais je n'en pense pas moins...

     

    Olif

     

    P.S.: le petit Château Pécauld dans la prairie, c'est le prochain épisode des rencontres de l'IFCVG d'Arbois. Pour tout savoir sur les petites fleurs qui nous entourent et sur le rôle de ces espaces indispensables à notre bien-être. Ce sera le 6 juin en Arbois, de 20h à 22h30.

     

    Capture d’écran 2013-05-24 à 22.03.51.png

     

    P.S.2: demain, on n'oublie pas, c'est choucroute au menu. À Strasbourg, au fil du vin libre, en partenariat avec la librairie des Bateliers. Sans Comté, mais avec des flammess (sur réservation) et, surtout, les 4 vignerons alsaciens tronchisés. Une belle dégustation en perspective.

  • Pendant les salons de juin, trouve le joint!

    Sous les pavés la vigne.jpg

    Ce premier week-end de juin s'annonce particulièrement chaud dans la capitale. Les organisateurs de salon risquent d'être à deux doigts de se balancer des pavés. Justement, il y en aura sous la vigne. Le salon libertaire des vins non innocents, organisé par Antonin Iommi-Amunategui le Vindicateur, a pignon sur Rue89 dans le XXème. À la Bellevilloise, très précisément, ce haut-lieu coopératif post-communard, forteresse culturelle pour tous sauvée des promoteurs immobiliers dans les années 2000,  qui fut préféré de loin à la Belle-Iloise, malgré la perspective joyeuse de s'envoyer des sardines dans la tronche. 40 vignerons, des conférences, des expos, des livres, des tronches, un évènement à la hauteur du lieu.

     

    Ivry.jpg

     

    Ça aura pourtant démarré fort dès le 31 mai chez Paco. Ivry, virgule, il organise un salon de résistance papillaire, ouvert a tous les francs-tireurs de la picole ou en passe de le devenir. 3 jours de folie ou certains risquent déjà de laisser leur chemise, avant de migrer dans le 9.3.

    Naturiste.jpg

    Et pendant ce temps, à Montreuil, tout ce beau monde se retrouvera à poil dans les sous-bois pour le plus beau salon naturiste jamais organisé en région parisienne, Chez l'Amitié Rit. Pfifferling, Richaud, Perraud, Leclerc, Paillet, Mosse, Nicq..., que du beau linge pour être sûr de ne pas prendre froid avant l'été.

     

    Pléthore de salons? Juste une question d'organisation, peut-être...

     

    Capture d’écran 2013-05-19 à 21.44.06.png

    Crédit photo ©La Clavenière

    Et pendant ce temps, à La Clavenière, les portes de l'ancienne tricoterie Dubied de Couvet resteront grandes ouvertes pour fêter le printemps. Pour tous ceux qui auraient envie d'un petit week-end en Helvétie...

     

    Olif

  • L'institut du bon goût

    ROY-BEAN--3-.jpg

    Cliché emprunté à Wild wild western

     

    Il y a une loi, à l'Ouest du Pécauld. Celle du goût franc-comtois, que même le juge Roy Bean ne saurait contester. Le Chateau Pécauld, édifié au XIIIème siècle et fleuron de l'architecture et de l'histoire arboisiennes, est désormais le refuge de l'IFCVG, Institut Franc-Comtois du Vin et du Goût. Cet organisme s'est fixé pour mission de défendre et valoriser le patrimoine gustatif franc-comtois, y compris celui du vin. Via des formations, des séminaires, des conférences, une école de dégustation ou encore l'organisation de soirées gustatives autour des produits phares du patrimoine franc-comtois, à destination des particuliers ou des professionnels. Tout le monde a encore en mémoire le fameux Goutatou organisé à plusieurs reprises fin des années 2000, avec, entre autres, un mémorable procès de Pierre Overnoy.

     

     

    quisommesnous-chateau.jpg

    Cliché IFCVG

     

    Le printemps 2013 sera l'occasion de découvrir avec un œil nouveau les paysages de vignes jurassiennes. Avec, dans le rôle de Mister Bean, Pierre Overnoy himself, assisté de Michel Campy, Michel Vernus, Jean-Claude Barbeaux et Samuel Richardet. Un regard qui devrait s'avérer particulièrement avisé sur les vins et les vignes du Jura, avec une caution œnologique, géologique, historique, journalistique et gastronomique.

     

    Capture d’écran 2013-05-09 à 15.58.54.png

    La conférence du 24 mai, qui se déroulera de 9h à 12h30 à la salle des fêtes de Pupillin, permettra d’illustrer ce lien entre paysage, paysans et produit du terroir ou plutôt entre vigne, viticulteurs et vin.

    Michel Vernus, professeur d’histoire contemporaine racontera le vignoble jurassien dans la grande traversée des siècles.  Michel Campy, professeur géologue guidera les participants dans les fameuses terres à Ploussard qui font la richesse de Pupillin, lors d’une balade « lecture de paysages ». Puis Pierre Overnoy, viticulteur bio de la première heure, expliquera pourquoi, dans les années 60, il a refusé l’utilisation massive des produits phytosanitaires, de manière à ne pas affaiblir ses terres. La dimension gourmande sera apportée par le journaliste Jean-Claude Barbeaux auteur du livre « «60 recettes pour 60 vins du Jura ». Il expliquera le grand talent des viticulteurs qui à partir de 5 cépages, multiplient les vins et les plaisirs d’accords mets et vins. Plaisir que pourront partager les participants en dégustant deux mignardises concoctées par Samuel Richardet de l’Auberge le Grappiot de Pupillin en accord avec deux ploussards d’Emmanuel Houillon, viticulteur en biodynamie, successeur de Pierre Overnoy.

    Cette conférence se déroulera en présence des élèves du BTS vioti-oeno  du CFA de Montmorot.

    L’IFCVG a en effet la volonté d’impliquer au maximum les étudiants. Producteurs de demain, et ils auront un rôle fondamental dans la gastronomie, une mission d’éducation vis-à-vis du consommateur et une responsabilité de « passeurs » de bons produits.

     

    Dont acte. Et c'est une pitié que je ne sois pas disponible ce jour-là. Me voilà reconnu coupable de "Casus belli". Le tribunal a rendu son verdict, 50 dollars d'amende environ, par défaut. Mais je déclare le bar ouvert ...

     

    photo.jpg

     

    Pour tout renseignement, contacter directement l'IFCVG.

     

    Olif

  • Pendant les salons de mai, fais ce qu'il te plaît!

    Capture d’écran 2013-04-29 à 22.00.55.png

    "Dans l'Yonne, fais comme chai toi!" Chai l'un chez l'autre, ce salon échangiste du 89 s'installe durablement dans le paysage printanier bourguignon et revient à Avallon, chez Nicolas Vauthier, pour une nouvelle édition où il faudra peut-être ne pas trop se découvrir d'un fil, malgré le moi de mai débutant. Une rencontre vigneronne à ne pas manquer, le week-end du 3 et 4 mai 2013. Avallon ou pas, il n'y a pas que dans le 69 que l'on s'interroge, et j'ai bien peur de ne pouvoir encore en être cette année.

     

    Capture d’écran 2013-04-29 à 22.11.15.png

     

    "À Calce, les cavent biffent et se rebiffent encore!" Ce sera d'ailleurs la 8ème fois. Bande de récidivistes! Y venir il faudra. Au moins une fois. Et ce sera peut-être bien pour cette fois. Je sens que je vais affûter mon sabre laser et lacher les chiens au pied du Canigou. Que la Force catalane soit avec moi! Et la crème aussi, j'y compte bien. Le samedi 11 mai, tous à Calce, Roussillon.

     

    Capture d’écran 2013-04-29 à 22.17.40.pngCapture d’écran 2013-04-29 à 22.18.11.png

     

    "Pendant ce temps, à la ferme de Cauberotte, bois du vin vivant, écoute de la musique naturelle et rote". Vins et musiques à l'unisson, dans le pré, là où le bonheur est. En principe. Si tu veux aussi y trouver l'amour sans avoir les lèvres gersées, n'oublie pas Condom, c'est par là-bas que ça se passe. Le samedi 11 mai également. Ça va être chaud!

     

    Capture d’écran 2013-04-29 à 22.41.33.pngCapture d’écran 2013-04-29 à 22.42.17.png

    " Il est à toi ce salon, toi l'Auvergnat qui sans façon, a envie d'un peu de vin bio, quand dans ta vie il faisait soif". Le salon du bougnat et de la pastille Vichy, c'est chez Bebert que ça se passe, et nulle part ailleurs, le samedi 25 mai. Le vert et le vin, c'est son rayon, en fait, à Jean-Marc Imberdis. In vin bio veritas! Et il a convié en cure une bonne trentaine de vignerons en bio, dont une poignée de tronches de vin, épaulées par une doublette d'auteurs. Ça va dépoter dans l'Allier! Carottes Vichy et pommes de terre à l'eau à volonté.

     

    Olif

  • Pendant les salons d'avril, ne te découvre pas d'un fil!

    image003.jpg

    "À la BiojoLeynes, n'oublie pas ta petite laine." C'est qu'il pourrait encore faire frais les 20 et 21 avril, même si la météo locale annonce un temps très bio, du côté du petit salon de Leynes, organisé par le team Boyat-Desgouilles-Jambon, auquel il faut désormais ajouter Jérôme Guichard. Programmée sur deux jours, la BiojoLeynes prend de l'ampleur et dispose désormais d'un blog officiel. Outre le salon de vins, on pourra faire son marché paysan, laisser jouer ses enfants à l'ancienne, feuilleter et acheter un ou deux livres au Cadran lunaire, chasser une dédicace de tronche (le samedi uniquement). La petite salle des fêtes de Leynes devrait faire le plein à l'occasion de ce sympathique salon printanier, qui vit sa quatrième édition et qui semble avoir trouvé son public et son rythme de croisière .

     

    AFFICHE_01_E.1.1.jpg

    "À Terres et vins de Champagne, ne retire pas ton pagne!" C'est que le mercure pourrait encore rester au fond du tube, du côté du Castel Jeanson d'Aÿ, lors de la 5ème édition du salon champagnard devenu un véritable must printanier. Vins clairs versus leur version champagnisée équivalente, l'exercice est toujours aussi passionnant. Deux nouveaux vignerons sont venus grossir les rangs cette année, portant l'effectif à 21. Un salon pétillant et bien au clair, réservé aux professionnels, uniquement sur réservation.

     

    Olif

  • Le vin est amour...

    IMG_2355.jpg

     

    Le vin est amour, le vin est plaisir, le vin est bonheur. Allelouiah! Love and pif. Bois, pisse and love, ce bel aligoté de Yann Durieux qui exacerbe la Recrue des Sens. Dans la joie et la bonne humeur, mon frère. Et toi aussi ma sœur, il n'y a pas de raison. J'ai le vin qui va bien pour toi.

     

    IMG_2357.JPG

    Ce gamay du Vendômois occasionne des râles de plaisir à qui en avale une gorgée. .G, d'Émile Hérédia, du domaine de Montrieux, ravira toutes celles (et ceux) qui sont avides de sensations fortes, organiques, orgasmiques. Rien de salace dans tout cela, pourtant. Juste du vin propre, bio, nature, bien élevé. T'en veux?

     

    DSC_3244.jpg

     

    Si toi aussi tu en as dans la culotte, ce vin du Jura est fait pour toi. Shocking? Rien d'obscène là-dedans, malgré ce que tu crois. Juste une pointe d'érotisme sur une étiquette, un croquis d'alchimiste artiste pour un vin inspiré, du jus de cépages originaux qu'il eût été ballot d'oublier, surtout lorsqu'ils ont été vinifiés de façon aussi minimaliste. Signé Jean-François Ganevat, cette bouteille fait couler beaucoup d'encre auprès des ligues de (petite?) vertu. Toutes à mettre dans la même SAQ? Tant pis pour eux, moi, J'en veux!

     

    Oui, le vin est amour, platonique, sensuel, érotique. Le vin est amour, mais pas toujours. Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondovinos possible. Sur le web, ça s'écharpe, ça gueule, ça s'étripe, ça se lapide, ça se querelle, ça se colle des bifles, dans le seul et unique but de savoir qui est susceptible d'avoir la plus grosse. Le nature, le bio, la biodynamie, tout le monde s'en prend pour son grade, lorsqu'il s'agit de défendre une vision du vin archaïque et dépassée, même si elle se veut avant tout moderne, parce qu'elle sacrifie tout à la technologie, à la vigne comme au chai. Pour qui veut tutoyer les sommets, mieux vaut ne pas s'embarrasser de trop de principes moraux. Mais gare à la déchéance...

     

     

    Capture d’écran 2013-01-22 à 16.53.53.png

    Depuis plusieurs années, il était le maillot jaune du Tour de France du vignoble. Des titres soit-disant conquis de haute lutte, alors qu'il était chargé à mort. C'est après avoir imprudemment lorgné sur le Giro italien, que le gourou est tombé. "TE LODO IO IL VINO ... NATURALE". Convaincu de dopage au vin technologique, ayant sans doute bénéficié de la bienveillance de l'UCVI (Union Critique Vinique Internationale), Michel B. a fini par avouer et craquer devant la plume fraichement arrachée du derrière du bon vivant, exécuteur des basses œuvres internautiques d'un consortium sur le vin dont on taira le nom, pour ne pas trahir l'anonymat de son gourou. Un règne s'achève, ce n'est pas trop tôt, vivement le suivant!

     

    "-Avez-vous consommé des sulfites?

    -Oui.

    - Avez-vous inhalé des pesticides?

    -Oui.

    -Avez-vous reçu des transfusions de gros rouge qui tâche?

    -Oui.

    -Avez-vous développé une aversion pour le cuivre?

    -Oui.

    -Avez-vous touché des pots de vin technologique?

    -Oui.

     

    ..."

     

    Une interview qui laisse pantois et se passe de commentaires. Ah, c'est pas joli joli, l'envers du décor de la critique vinique internationale.

     

    Allez, Pif and love quand même!

     

    Olif

     

    P.S.: le lecteur attentif l'aura remarqué, je ne suis pas très doué pour le photomontage. Si quelqu'un sait faire mieux, je suis preneur.

     

    P.S.2: "aller de l'avant en faisant marche arrière", c'est devenu le credo d'un biodynamiste convaincu comme Stéphane Tissot. Et je ne pense pas que l'on puisse beaucoup se plaindre de la qualité de ses vins. Ce ne sont pas les petits gars de Maigremont qui diront le contraire!

    P.S.3: pour une réponse autrement plus sérieuse et argumentée au baroud d'honneur et au disque rayé de MB (©Vindicateur), on lira la réponse de Claire Laval, du Château Gombaude-Guillot, publiée sur le blog de Lestignac.