Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En léger différé du vignoble! - Page 3

  • Voyage dans l'Espace (Chambertin)...

     

    logo-roi-chambertin.jpg

    Créée à la fin du XIXème siècle, la fête du vin de Gevrey-Chambertin a fini par arrêter son char. De populaire, elle était devenue élitiste et people, récompensant une personnalité de la gastronomie, de la presse ou des arts le premier vendredi de novembre. Jamais déchu, mais un peu déçu, le Roi Chambertin a simplement pris un congé sabbatique en 2001. Le Roi Chambertin est mort, vive le Roi Chambertin! Sous l'égide du Syndicat des vignerons de Gevrey, il règne de nouveau depuis 2011.

    Capture d’écran 2014-11-15 à 19.14.05.png

    Sous une forme légèrement différente, recentré sur une grande dégustation à l'intention des journalistes professionnels et d'une poignée de blogueurs invités, de façon beaucoup plus restrictive qu'à l'édition 2013. Judicieusement accolé aux trois Glorieuses bourguignonnes de la mi-novembre, le Roi Chambertin ouvre le bal et, depuis deux ans, se répand dans l'Espace. Celui qui lui est dédié, dans sa bonne ville de Gevrey, (après deux premières éditions mitigées au cœur de Beaune). Une belle dynamique s'est créée, parallèlement à l'arrivée de sang neuf dans pas mal de domaines, la nouvelle génération qui s'affirme. Soudée, enthousiaste, avec l'envie d'en découdre dans le monde du vin et de faire parler d'elle, sous un œil parental plutôt bienveillant. La manifestation se poursuit les jours suivants, sous une forme caritative, avec moult animations, dont une vente aux enchères à l'intention des particuliers.

     

    IMG_0352.jpg

    La primeur réservée à cet événement, c'est la découverte officielle du millésime précédent, que les vignerons refusent désormais de proposer à la dégustation printanière (devenue rituelle pour répondre à la demande de la critique internationale et du marché), ceci afin de ne pas avoir à soumettre aux professionnels du monde entier des échantillons pré-pubères, truffés d'acné ou de bulles malolactiques et toujours langés dans leur couche-culotte de chêne. Il faut néanmoins se faire une raison. Du bois, il en reste encore une ou deux stères par ci par là, affouage oblige, allant crescendo des villages aux grands crus. 2013, millésime de vigneron, sous-entendu compliqué à gérer, a été au final peu productif. Les jus sont jolis, plutôt concentrés, souvent serrés, de bonne garde et à attendre. D'ailleurs, ils ne sont même pas encore en bouteilles pour la plupart d'entre eux. Quelques "villages" se goûtent déjà très bien et auraient pu faire l'affaire lors du repas convivial qui a suivi. Généreux, les vignerons de Gevrey ont la bonne idée d'inviter des représentants d'une autre appellation. Le pass pour le Roi Chambertin, après Côte Rôtie l'année dernière, c'est au tour de Sancerre de s'en servir. Cinq vignerons ont fait le déplacement jusqu'en Bourgogne, pour proposer leurs vins à la dégustation et à l'apéritif qui a suivi. Un moment plutôt rafraîchissant, qui a permis de bien faire la différence entre sauvignon sur calcaire ou sur silex.

    IMG_0353.jpg

    Téléportation Chez Guy, en l'espace d'un instant. Privatisé pour l'occasion, le célèbre restaurant local a fait salle comble pour accueillir une nouvelle petite poignée de présidents, mais pas de la République, cette fois-ci.

    IMG_0362.JPG

    Moi, à la table des Présidents (du BIVB, du Syndicat des vignerons de Gevrey, du CAVB), chez Guy (and family), j'ai bien mangé et bien bu.

    IMG_0356.jpg

    De 2013 à 2003, il n'y a qu'un pas, 10 petites années qui permettent de se rendre compte du potentiel du Roi Chambertin, très à l'aise dans les millésimes difficiles ou atypiques. Petit aperçu non exhaustif en images et, souvent, en grand format:

    IMG_0360.jpg

    Laurence Mortet et Lavaux-Saint-Jacques 2003

    IMG_0367.jpg

    Le Clos de Bèze de Drouhin-Laroze, top!

    IMG_0369.jpg

    Jérôme Galeyrand, en balade sur la Croisette.

    IMG_0370.jpg

    Arnaud Mortet au service du Chambertin 2003.

    IMG_0371.jpg

    Chambertin 2003...

     

    IMG_0372.jpg

    David Rossignol-Trapet, le sourire du Chambertin 2003.

    IMG_0376.jpg

    Charmes Chambertin 2003 de René Bouvier.

    IMG_0366.jpg

    Une soirée de ce calibre ne serait rien sans un numéro de duettistes parfaitement rôdé. Le discours officiel, prononcé dans un français parfait, avec juste un poil d'accent bourguignon, par Philippe Charlopin, avec traduction simultanée en anglais par Jean-Michel Guillon, à l'intention des nombreux journalistes anglo-saxons ou japonais ici présents, valait son pesant de Chambertin. Une chance que le Président revienne tout juste des States, ce qui lui a permis de largement peaufiner son accent.

     

    IMG_0382.jpg

     

    Non, le Roi Chambertin n'est pas mort. Il a envahi l'Espace, celui d'une soirée.

     

    Olif

     

    P.S.: merci aux vignerons de Gevrey et à Fabienne Ballorin, qui a une nouvelle fois parfaitement géré l'organisation de cette journée.

    IMG_0373.jpg

  • Épisodes cévenols

    DSC_4930.JPG

    Tandis que des trombes d'eau s'abattent pour la troisième fois consécutive sur le Gard et l'Hérault, il est agréable de repenser aux temps heureux où le soleil régnait en maître sur le grand Sud, faisant mûrir le raisin aussi rapidement que le fessier volontiers affaissé des touristes de l'arrière-saison, celui qui ne peut qu'accuser les outrages du temps et que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître, lorsqu'une exposition solaire outrancière assimile la peau de l'humain à celle du poulet de batterie soumis aux radiations thermiques d'une rôtissoire de supermarché le dimanche en fin de matinée, quand il ne ravale pas le grain de beauté au rang de la vilénie et le mélanome au rang de la mélabête.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Un épisode cévenol désigne une situation humide, fortement arrosée et intense, qui touche le piémont cévenol, de l'Hérault au Gard, jusqu'à la Lozère, même. 2014 semble prendre le chemin d'une série au long cours, espérons que la saison 2 soit recalée faute d'audience. Cantonné du côté d'Uzès à la mi-septembre (l'eusse-je déjà raconté, au plus que parfait du subjonctif?), il n'eût pas fallu attendre bien longtemps avant que les herbes n'envahissent la place (aux Herbes), après l'arrosage intensif auquel celle-ci a été soumise. Heureusement, il arrive aussi des épisodes cévenols ensoleillés, au moment des vendanges.

    IMG_0053.JPG

    Au Mazet des Crozes de Renaud Berthoud, fraîchement replié en IGP Cévennes, où son mazet a trouvé refuge après avoir délaissé l'océan d'Oc, peu enclin à soutenir les petits domaines noyés dans la masse des vignes gardoises. Un mazet où tout n'est pas facile tous les jours, mais dont les occupants continuent d'avancer, bousculant la routine de cet arrière-pays nîmois, ni quelqu'un d'autre d'ailleurs. Les travaux de construction de la nouvelle cave, loin d'être terminés, n'empêchent pas de ramasser pléthore de beaux raisins, des volumes plutôt inhabituels pour le Mazet. 2014 a été généreuse, et ce n'est pas la moindre de ses qualités. Un nouveau départ, en quelque sorte, après la "petite crise d'adolescence" de la dixième année..

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Ces grenaches de Gajan, il a fallu les trier à la vigne, du fait d'une maturité inhomogène, et ne garder que les plus beaux. Les autres seront ramassés plus tard, entre deux épisodes cévenols particulièrement costauds.

    Dix ans maintenant que ce projet de vie original, au milieu des vignes, associe vin et création artistique. Vent d'anges, Ange et l'Hic, (R)assembler, autant de cuvées qui vieillissent harmonieusement et qui font plaisir à boire entre deux épisodes cévenols culturels co-organisés par Nathalie Bruggey et Renaud Berthoud. Le prochain, ce sera le vendredi 17 octobre, et ça va swinguer dans le Mazet! Un épisode festif que les Gardois devraient se garder de manquer, histoire d'oublier, l'espace d'un instant qu'ils vivent (en partie) dans les Cévennes.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteurcévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

     

    Loger du côté d'Uzès était l'occasion de rencontrer, au cœur du Duché, Olivier Privat. Je ne m'en suis pas privé. Olivier, c'est d'abord la Glacière, une opportunité familiale de produire du vin en faisant revivre les installations du grand-père, abandonnées depuis des décennies. Une affaire plutôt artisanale, démarrée en 2004, sans électricité ni véritable moyen, qui a donné naissance à quelques cuvées mythiques, dont la fameuse "À Ferdinand", dédiée au grand-père. Il a pas mal bourlingué, Olivier, avant de se reconvertir dans la vin. Il a même fait dans l'immobilier, il n'y a pas de sot métier. Ce qui l'a amené à investir dans la gastronomie, sa grande passion, et aider à l'installation aux Trois salons d'Uzès de Peter Nielsen, grand chef suédois depuis parti sous d'autres cieux, en train ou en avion, va savoir. Olivier Privat, lui, est revenu en tracteur.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Un vieux Massey qui a encore pu faire le chemin sans caler entre Sanilhac-Sagriès et Argilliers, et qui profite désormais d'un repos bien mérité sur le parking d'une immense ferme recyclée, à deux pas du Pont du Gard. En pleine campagne, dans un vaste espace dédié à l'art culinaire en particulier, à l'art en général. À la fois restaurant, cave, épicerie et lieu artistique, c'est Le Tracteur. Une vaste cuisine, ouverte sur la salle et la salle ombragée, habitée par un prodige des casseroles, Numa Testud, qui sait enchanter l'assiette avec les produits frais du marché. Simplicité, justesse et précision d'une cuisine d'inspiration bistronomique, cet épisode cévenol gastronomique fut largement arrosé, comme il se doit.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteurcévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteurcévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteurcévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Jolie dégustation verticale et apéritive de la Glacière, avec un ours polaire, le premier millésime d'À Ferdinand, en magnum s'il vous plaît. Un 2004 sur l'âge, mais encore en forme. Et puis le Nerveux, un cinsault un brin énervé à sa naissance et passablement assagi depuis, mais toujours très glou. Dans sa version 2013, la Glacière se décline en deux cuvées. La cuvée éponyme La Glacière, toujours en Vin de France, remplace celle du grand-père et fame longue, Côtes du Rhone parcellaire, a vu le jour. Deux bien jolis canons. Les Lys, vaste domaine repris par Olivier Privat et Ray Monahan, mettent Uzès et les Cévennes à l'honneur. Réputés pour leur fraîcheur, les vins des Cévennes, achetés à bon prix par des négociants, finissent souvent assemblés à d'autres vins sudistes beaucoup plus chaleureux, très peu revendiquant officiellement leurs origines. Syrah, petite ou grande, et grenache ont bien des choses à dire. Caillasses 13, c'est une bombe de grenache récolté à haute maturité qui te tapisse le gosier sans lâcher tous ses chevaux. Du grand art!

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Dernier épisode de cette virée cévenole, au sortir du Tracteur, aller rogner quelques coustons à la Glacière. Issu du croisement du grenache noir et de l'aubun, le couston est un cépage sévèrement burné, apte à relever une cuve jugée trop fluette. Et nous voilà donc partis à Tresques, réputée pour la qualité de son eau, aussi fraîche que les vins de la Glacière, dont les clés ont été confiées à un couple de jeunes vignerons enthousiastes et talentueux, Julie Le Breton et Christophe Vial.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Il ne manquait plus qu'un roux dans les coustons, avant qu'un épisode cévenol vespéral, alliant coup de vent, pluie et grêle, ne vienne interrompre cette séance de vendange improvisée, achevée par un pigeage dans les règles de l'art et, évidemment, par un copieux repas dans la maison de Ferdinand.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

    Ne manque à ce tableau cévenol qu'une ultime photo de famille. Parce que la famille, ici, ça signifie quelque chose. Le soutien, le partage, l'échange, les liens sont forts. Le Tracteur est une affaire de famille, la Glacière également. Jean-Marie Chenivesse, le cousin d'Olivier, en fait partie. Coopérateur zélé, il bichonne ses vignes comme un jardinier, donne volontiers un coup de main et commence à s'émanciper. Sabran au clair, il élève désormais ses propres vins, de futurs bijoux qui vont demander du temps pour se patiner.

    cévennes,olivier privat,renaud berthoud,mazet des crozes,la glacière,les vins des lys,uzès,duché d'uzès,le tracteur

     

    Olif

  • Le vigneron de son bled

    DSC_4874.JPG

    Son bled, c'est Montbellet (prononcer Montb'llet). Jérôme Guichard a, fort à propos, "sauvé les terres" du jeune retraité Guy Blanchard en les reprenant sous le nom de domaine Sauveterre. 2,7 hectares de vignes, dans le Mâconnais, secteur de Bouchat et Perrières, auxquelles il faut ajouter 1 hectare de gamay de Leynes, lieu-dit Creuse noire, un terroir volcanique du Beaujolais qui fait des étincelles dans les mains de Jérôme. Auxquelles il faut aussi ajouter une dizaine d'hectares de terres lorgnées par les gros céréaliers du coin, pieusement conservées dans l'optique de les maintenir en bio et de les confier à quelqu'un qui les méritera, ce qui ne devrait peut-être plus tarder.

    DSC_4875.JPG

     

    Ancien "paysagiste à la Pref" de Saône-et-Loire, Jérôme Guichard a mordu au monde du vin chez Philippe Jambon, où il allait vendanger dès ses débuts, avant de l'aider à décuver, à des heures parfois indues, et autres menus travaux en cave. Visiblement titillé par le démon du vin, de préférence nature, "le Maître" l'a encouragé à vinifier. Passage à l'acte en 2010, et premier coup de maître, avec une épatante cuvée Au Bouteau d'Or, présentée en avant-première à la BiojoLeynes 2011. L'année suivante, Guy Blanchard, à la recherche d'un successeur en vue d'un départ en retraite bien mérité, lui proposait de reprendre sa ferme et ses vignes. Marché conclu! Assisté par Guy pendant une année, Jérôme Guichard vole désormais de ses propres ailes et produit des vins sans fards (et sans Blanchard) plutôt réjouissants.

    IMG_4829.JPG

    Du vin bio, cela va sans dire, et résolument nature, dans l'esprit. En toute transparence. Le SO2, il ne sait même pas ce que c'est, ni comment on fait pour en ajouter dans le vin. Un gros travail est produit dans les vignes, soigneusement entretenues et taillées selon Guyot-Poussard, dans l'optique d'une préservation des bois pour tenter de contrer naturellement l'esca, une plaie récurrente bien plus mortelle pour les ceps que la flavescence dorée.

    DSC_4878.JPGDSC_4880.JPG

    Bouchat                       et                        Perrières,

     

    Deux belles parcelles qui assurent la production des vins blancs du domaine Sauveterre, qui ont gardé leur dénomination: Bouchat, Perrières et Vin d'Montbled, issu des jeunes vignes de Perrières. Le Blanc Charmant est devenu Pet'Nat. La Creuse noire se décline en Jus de chaussettes, Creuse noire et Noir de Creuse noire. Sans parler des petites expérimentations qui traînent ça et là dans la cave et qui donneront peut-être un jour naissance à des micro-cuvées qu'il faudrait pouvoir ne pas manquer lors de la mise en bouteilles, mais, là, rien n'est moins sûr.

    DSC_4877.JPG

    Et, pour terminer, un petit négoce vient désormais étoffer la gamme, mise à rude épreuve du fait de plusieurs millésimes difficiles successifs. 

    Olif

  • Il tape sur des merrains et c'est n°1!

     

    DSC_4843.JPG

     C'est l'histoire de deux anthropophages qui sont à table. L'un dit à l'autre:

    - Pff! J'en peux vraiment plus de ma femme!

    - Finis au moins tes patates.

    L'accueil chez Dominique Derain, à Saint-Aubin donne tout de suite le ton. On est du bon côté de la vie, celui où l'on profite des bons moments sans se prendre trop la tête. Et où on se marre bien.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    C'est donc légèrement pliés en deux que nous sommes arrivés à la parcelle des Bans, en compagnie du Dom et de Lorenzo de' Grassi, chantre du bon vin naturel italien. Les Bans, un hectare de vignes idéalement situées en haut de Saint-Aubin, une des premières parcelles acquises aux enchères, à bon prix suite à une liquidation, par Catherine et Dominique Derain. Un acte qui a véritablement lancé le domaine en 1989, même si elle est désormais exploitée sous forme de GFA. La parcelle originelle, il faut la chercher à Gamay, lieu-dit en Vasvaux, une friche datant de l'ère pré-phylloxérique, replantée de ... chardonnay et pinot noir en 89. Toujours cultivée en bio depuis cette date, elle offre à l'œil un paysage non modifié depuis près de deux cents ans.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    Avant de faire du vin pour lui-même, Dominique Derain a vécu un certain nombre de vies antérieures, où il a été successivement tonnelier et régisseur de plusieurs domaines, de Chablis à Puligny. Des grands domaines, d'où il a toujours réussi à "se faire virer", en tentant parfois des expériences de vinification non homologuées par ses supérieurs hiérarchiques. De son passé viti-viticole, il a gardé un indéniable savoir-faire du vin. De son passé dans la tonnellerie, il a conservé une oreille musicale et un méga sens du rythme. La preuve en image, grâce à Lorenzo de' Grassi, qui a de bien meilleurs réflexes de vidéaste que moi!

     

     

    Si les fûts sont actuellement vides, c'est que tous les vins sont en bouteilles. La faute aussi à trois millésimes consécutifs peu productifs et grêlés. Les 2013 proposés à la dégustation goûtent déjà superbement, blanc comme rouge. Étiquetage relooké pour les Bans, nouvellement carossés avec une tôle rouge dans laquelle toutes les nuances du cru se déclinent. Le 2013 goûte étonnamment l'aunis (poivré végétal croquant) et c'est très bon.

    dominique derain,biodynamie,saint-aubin,bourgogne,les bans

    En bonus, un Gevrey-Chambertin 2004 qui commence à donner tout ce qu'il a dans le ventre, dans un millésime pas facile.

    Pour le reste, tout le monde sait que Dominique a les deux reins solides et ce n'est pas les ennuis qu'il a pu avoir avec l'AOC dernièrement qui vont brider son enthousiasme.

    Un foie, Derain, trois raisons de boire du Saint-Aubin!

     

    Olif

     

    P.S.: c'est les vacances, le blog d'Olif fait légèrement relâche, tout en vaquant à quelques obligations viniques. Dont une petite interview dans l'Express qui ne manque pas de style...

     

     

     

  • La cadette du Marmandais

    "Ah! Ah! Ah! oui vraiment

    ... Stéphanie Roussel est bon enfant!"

     

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam,

    Tandis que Mme Olif s'essayait virtuellement au maniement de la pipette, Stéphanie Roussel, la seule vigneronne au monde qui sait rester jeûne face à l'adversité, a tiré un Coup franc magistral en pleine lucarne. Goaaaal! Oui, dans le Marmandais, on ne cultive pas que des tomates, qu'on se le dise. Même si, curieuse et gourmande de tout, Stéphanie a fait le forcing auprès d'une vieille dame du cru pour récupérer des graines de variétés anciennes, pour cultiver son propre potager, entre deux coins de vignes, le tennis et la piscine, reliquats du temps où elle avait des associés.

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam

     

    Depuis qu'elle a racheté les parts des investisseurs anglais qui avaient mis des billes dans Lassolle, Stéphanie Roussel revit. "Elle s'est endettée pour 120 ans", mais est redevenue la seule maître de Lassolle. Libérée d'une entrave, elle peut désormais se réinvestir comme bon lui semble dans ses vignes, dans ses vins et dans son "château". Se libérer de la contrainte du bois, en éliminant progressivement les barriques pour les remplacer par des cuves où son vin s'épanouit mieux. D'autant mieux qu'il aura été bercé par Pink Floyd, Beethoven ou Mozart, qui tournent en boucle sur le lecteur CD placé de la cuverie. "Mes vins, ils aiment être élevés en musique, ça leur fait du bien!" En musique et par gravité, avec le moins possible d'intervention humaine du moment qu'ils évoluent bien.

     

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam

    Les raisins, eux, ils sont élevés en compagnie des petits lapins et des chevreuils, qui ne sont même pas effrayés par la proximité de la propriété et les éclats de voix de Stéphanie. Quelques grains restent bien sur le tapis, mais ça fait partie du jeu. Pratiques biodynamiques, inspirées de son modèle bourguignon, Lalou-Bize Leroy, grande dame du vin, dont elle admire l'aura et les vins. Du Bordeaux, si proche (le Marmandais jouxte l'Entre-deux-mers, dont il est le prolongement naturel), elle se verrait bien en vinifier un jour. Par défi! Parce qu'avec son "modeste" terroir du Marmandais, elle est déjà capable de s'en approcher beaucoup.

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam

    Lassolle 2010, assemblage de cabernet franc, cabernet sauvignon et merlot en a d'ailleurs bien l'air. "Merde, j'ai fait du Bordeaux!", s'est-elle exclamée à la dégustation! Elle voulait même l'appeler ainsi par boutade. Pas déontologique, ni envisageable, mais ce vin, capable de rivaliser avec bon nombre de crus de Gironde, possède même une buvabilité bien supérieure.

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam

    Coup franc 2008, issu des vieilles vignes de cabernet, marque au but à tous les coups. Mais le grand choc ici provient de l'abouriou, cépage autochtone authentique et rustique. De l'ancien rouge qui tache, désormais décliné dans la gamme Ad Naturam, avec le blanc qui tentait et le rosé qui touchait.

     

    stéphanie roussel,lassolle,côtes du marmandais,romestaing,ad naturam

     

    "Ah! Ah! Ah! Oui vraiment

    Stéphanie Roussel est bon enfant"

     

    Olif

  • Les nerfs en pelote

     

    DSC_4807.jpg

    "L'origine du monde basque" de Gustave Courbif ©

    Un béret vissé sur le crâne, Gustave Courbet eût-il peint cette origine du monde basque, au cœur des Aldudes, cuisses serrées et maillot mal épilé? Pas sûr! La touffe hirsute peut pourtant s'expliquer par la météo de ce début d'été 2014, plutôt bien arrosé, limite chasse d'eau détraquée. Un amas de flotte tombée du ciel le 4 juillet s'est déversé en de multiples robinets jusque dans la Nive, du côté de Saint-Jean-Pied-de-Port. Retour de manivelle, le niveau est monté de 4 mètres en quelques heures, submergeant les ponts et occasionnant de gros dégâts essentiellement matériels, ce qui eu néanmoins pour effet de mettre les nerfs de nombreux Basques en pelote. Coulées de boue, terrains glissants, routes coupées, maisons inondées, voitures emportées, animaux noyés aux abattoirs au lieu d'être égorgés, piments assaisonnés, vignes en terrasses terrassées, rien ne fut épargné au pays du béret, qui s'est retrouvé légèrement de travers, l'espace d'un instant.

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy,

    C'est cette vision post-apocalyptique qui s'offrait aux regards des touristes juillettistes, pélerins, randonneurs ou marcheurs en sandales, espadrilles ou basquettes baskets. Vert, évidemment, et rouge, comme cette terre argileuse en maints endroits éboulée, les couleurs du Pays basque ne sont pas usurpées. Mais aussi pluvieux soit-il, un séjour basque ne manque jamais de piment. Souvenirs de vacances, tout près d'Espelette...

     

    Urkulu

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Que tu avances ou que tu recules, tous les chemins mènent à l'Urkulu. Comment veux-tu? Ce gentil sommet, au pied du col d'Arnosteguy, à peine à l'écart des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, est couronné des vestiges d'une tour romaine de 3 mètres de haut pour 20 mètres de diamètre. Un timing serré et une météo capricieuse nous empêcheront d'aller en vérifier les mesures, mais rien que la balade sur les crêtes vaut le détour.

     

    Xipister Etxekoa

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    La tabasco basque! Mélange original créé à base de piment d'Espelette frais, ce condiment relève sans emporter et égaye pâtes, riz, viandes ou poissons. Hipster? Non, Xipister! Et t'sais quoi? C'est succulent!

     

    Cidre

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Si l'on en croit la "petite et véritable histoire de la pomme et du cidre", contée sur le site du domaine Bordatto, le cidre, c'est basque. Point. Tout comme Adam, célèbre berger qui a fini par en croquer, au grand désespoir de la pauvre Ève, tombée aussitôt dans les pommes. Après avoir goûté Txalaparta, n'importe quel breton, normand ou québecois devrait en convenir. Txalaparta, c'est un instrument de musique basque. C'est aussi le son qui est produit quand on en joue, un son qui évoque le galop d'un cheval et une succession d'improvisations. Txalaparta, c'est désormais aussi le nom d'une des cuvées du domaine Bordatto. Une cuvée non improvisée, mûrement réfléchie, élaborée à la manière d'un vin blanc, avec deux variétés de pommes anciennes sur un terroir spécifique. Txalaparta, ce sont de fines perles de pomme qui galopent dans ton palais comme un pottock sur les crêtes d'Urkulu. Txalaparta, c'est la révélation de ce que peut être un grand cidre de gastronomie.

     

    Vin

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Lur umea, le petit de la terre. AOP Irouléguy, de Pascale et Bixintxo Aphaule, vignerons, cidriers et enfants du haut pays basque. Le domaine Bordatto une nouvelle fois à l'honneur, avec ce rosé 100% tannat, unique cuvée sortie de leur chai en 2012, parce que le millésime se prêtait plutôt bien à l'élaboration d'un vin rosé de caractère. Ne possédant que peu de vignes (1ha) et devant faire face à de faibles volumes depuis quelques années, Bixintxo se voit contraint de décider dès la vendange du destin du "petit". Après un rouge léger vinifié sans sulfites en 2010, il a sorti le grand jeu en 2011. Joko, le jeu et l'alliance de la pomme et du raisin. Mutage sur marc avec de l'eau de vie de pomme. Un coup de poker et une grande réussite, d'une finesse incomparable, qui renvoie dans leurs 22 pas mal de vins doux naturels de plus prestigieuse renommée, souvent un peu lourds et plombés par l'alcool. 

     

    Cochon

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Il est mignon, le petit cochon basque. Une race sauvée de l'extinction par une poignée d'éleveurs et qui gambade en semi-liberté dans le pays Quint. Visiter la ferme de Pierre Oteiza, aux Aldudes, est un moment riche en émotions et en saveurs. Tellement bon, le petit cochon, de la queue aux oreilles, qu'on ne peut s'empêcher de vouloir en ramener un à la maison. En kit, évidemment, à monter soi-même! À la rigueur en peluche, ça amuse les (grands) enfants (et leur mère).

     

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguypays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Arrambide

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Impossible d'aller dans les Pyrénées sans manger aux Pyrénées! À Saint-Jean-Pied-de-Port, la table gastronomique de Firmin Arrambide, où œuvre désormais son fils Philippe, est un must. Le cadre semble immuable, tout comme le sommelier et maître d'hôtel, à l'humour particulièrement aiguisé. Des retrouvailles 6 ans après, tout juste si mon rond de serviette était encore à sa place. Les premiers cèpes de la forêt d'Iraty, juste magnifiques, étaient exposés à l'entrée avant de finir dans l'assiette. Sans malheureusement figurer dans notre menu, mais le chef nous a proposé une belle cuisine fraîcheur, avec des produits de qualité. La carte des vins est d'un classicisme à toute épreuve.

     

    Biarritz

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

    Aller au Pays Basque sans faire escale à Biarritz, c'est un peu comme traverser l'Allier sans s'arrêter à Charroux. Une lacune incommensurable qui ne nous aurait pas permis d'assister à ce défilé de burqas de bain sur la plage, tandis que les surfers s'en donnaient à cœur joie dans un océan un brin agité du bocal. Pause tapas chez Puig et Daro, rue Gambetta. Tables hautes en balcon sur la rue, chouettes ardoises de charcuterie espagnole ou d'anchois, assiettes de chipirons ou de poulpes et belle sélection de vins, avec deux références jurassiennes (domaine de Saint-Pierre et Jean-Michel Petit). Bravo! Irouléguy rosé 2012 d'Arretxea, tout en fraîcheur acidulée, idéal avec les tapas. Une jolie adresse, toute simple, pour pas (trop) cher.

    pays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguypays basque,saint-jean-pied-de-port,domaine bordatto,txalaparta,lur uméa,pierre oteiza,les aldudes,jaxu,irouléguy

     Olif

  • Vins natures dans la nature et aux Jardins: après la Mailloche, un tour aux Tourillons!

    DSC_4687.JPG

     

    Stéphane Planche, le caviste-sommelier des Jardins de Saint-Vincent en Arbois, le vin nature, c'est son jardin et une seconde nature. Un double concept qui a désormais fait ses preuves: déguster du vin nature à même la parcelle qui l'a produit. Après En Chaudot (pour une dégustation mémorable au milieu des vaches), Château Chalon (et l'embrasement du Puits Saint-Pierre) et la Mailloche il y a deux ans (les pieds dans la marne jaune, avec une jolie perspective sur le domaine de l'Octavin, une dégustation mystérieusement portée disparue du blog au creux de l'été 2012), les Tourillons ont eu le privilège de recevoir la quatrième édition de ces "Vins natures dans la nature", orchestrée par le jardinier de Saint-Vincent. Les Tourillons, là où tout a commencé pour Renaud Bruyère et Adeline Houillon. Sans doute pas l'un des plus beaux terroirs arboisiens, mais un terroir avec vue. Depuis cette parcelle complantée de chardonnay, savagnin et trousseau, la soirée fut particulièrement bien jardinée et organisée par Stéphane Planche et Renaud Bruyère.

    DSC_4696.JPG

     

    Une fois le cadre posé, dans le soleil couchant et le nez dans le verre, il n'y avait qu'à se laisser porter par l'enchaînement des cuvées et des millésimes. Prometteur Arbois blanc 2013, assemblage de chardonnay et de savagnin dans les proportions de la parcelle des Tourillons, tiré sur fût, encore sur des notes fermentaires. Le même, en 2011, déjà bien posé, et, pour finir les blancs, un Arbois-Pupillin 2012, pur chardonnay majuscule, à la grande dimension argileuse pupillanaise.

    Plouplou.jpg

    Quel plus beau spectacle qu'un verre de ploussard dans le soleil couchant? Et quel ploussard! Cet Arbois-Pupillin 2012 presque orange, c'est du rouge, avec de magnifiques petits tanins fluides, qui glissent dans le gosier en laissant néanmoins leur empreinte sur les papilles. Vin de soif, donc, mais pas uniquement, car doté d'une grande personnalité. Dans un autre style, avec une robe plutôt groseille, l'Arbois trousseau 2012 détonne et étonne. Du jus de grenade bio qui te pète à la gueule, avec une petite astringence rustique que j'aime beaucoup et qui accroche au palais. On en boirait presque au petit déjeuner! Le 2011 est un ours polaire (© Du Morgon dans les veines), dont il ne reste plus beaucoup d'exemplaires. Heureux les chanceux qui en ont gardé un peu, c'est juste magnifique. D'ailleurs, je crois qu'il m'en reste une ou deux bouteilles.

     

    IMG_4598.JPG

    En bonus, un rouge 2013 tiré du fût, supposé problématique car parti d'emblée sur l'acétate. ll revient pourtant très bien, même s'il ne devrait pas être commercialisé et plutôt destiné à devenir le vin des vendanges 2014. Ce qui devrait d'ailleurs attirer un maximum de vendangeurs chez Adeline et Renaud cette année, à l'heure du repas. Et puis, Les oubliés de Paname, cette  fameuse cuvée de vendanges tardives faite par Renaud avec les raisins "oubliés" par les vendangeurs parisiens de Stéphane Tissot en 2009. Dans le genre surmaturé (presque) sec, une petite merveille.

    IMG_4600.JPG

    Vins natures dans la nature, quatrième, et un concept toujours aussi séduisant. À pratiquer de préférence par une belle soirée ensoleillée du mois de juin pour mieux profiter du paysage et des vins, avant de danser autour d'un feu de la Saint-Jean.

     

    Olif

     

    P.S.: en bonus photo, Vins natures dans la nature 2012, ou Arbois vu depuis la Mailloche, versant Octavin. De bien belles images qui se passent de commentaires!

     

    renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,

    renaud bruyère,jardins de saint-vincent,arbois,les tourillons,arbois-pupillin,ploussard,trousseau,

  • VDV#67: rencontres du troisième type au fond à gauche

     

     

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

     

     

     

    VendredisduvinÀ la demande du belgo-suisse allemand amateur de bières rebelles et de vins libres, la 67ème édition des Vendredis du vin impose de sortir de sa tanière pour aller à la rencontre des énergumènes qui font du vin. Des gens parfois comme nous, comme vous, mais pas toujours. Pour les rencontrer, il faut savoir sortir de sa cave pour aller dans la leur, et ne pas rechigner à marcher dans les vignes. Aller dans le vignoble, là où l'on a plus de chances de voir ce genre de bestiau, ou, pour les Parisiens, fréquenter les tasting mondains et autres laboratoires du vin, à moins que l'on ne préfère des manifestations bobo de moindre envergure avec vignerons potentiellement allergiques aux sulfites. Plutôt que de tout bêtement dévaler 4 à 4 les escaliers de sa cave, au risque de se fracasser la cheville ou la tête en ratant une marche ou en buvant les dernières bouteilles de grand cru classé de Bordeaux ou d'ailleurs, que l'on n'a pas manqué d'acheter lorsque l'on était jeune et con, totalement ignorant de ce qui fait la réelle qualité d'un vin.

    «Par ces bouteilles, souvenir de vos voyages dans la galaxie du glou, faites-nous revivre vos rencontres du 3e type avec ces vignerons qui ont fait du monde du vin, votre passion indestructible».

    Voilà ce qu'il nous a dit en substance, l'apothicaire italo-austro-hongrois-brusseleir, ex alsacomaniaque, dont on ne sait plus bien quelle a pu être sa véritable nationalité un jour, si jamais il en a eu une. Force est de reconnaître qu'il me suffirait de recopier ici une bonne moitié de ce blog, dédié essentiellement à mes pérégrinations dans le vignoble, parce qu'il y a belle lurette que je suis convaincu que la vérité n'est pas dans le verre, mais dans l'œil du vigneron, voire dans sa tronche, ce qui nécessite de partir à la découverte autant que faire se peut. Mais je ne la jouerai pas petit bras et vous aurez droit à de l'inédit, du tout frais et du récent. Batifoler dans le vignoble, afin d'y rencontrer le troisième type au fond à gauche, n'est donc pas un exercice qui m'est trop difficile. Mon type à moi ne ressemble pas à E.T, même s'il lui arrive parfois d'avoir les yeux globuleux et le téléphone rivé à l'oreille pour appeler à la maison. Non, l'objet de la quête de ces VDV, c'est "l'intra-terrestre", ce type au teint basané, à la peau rugueuse, aux yeux rougis par le soleil, parfois chaussés de lunettes noires, qui a du mal à se passer de mettre les mains dans le sol de sa vigne pour creuser son sillon et révéler son terroir.

     

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

     

    Le troisième type de la photo (celui qui est juste devant les deux filles, que l'on croirait issues du tableau figurant plus haut, après qu'elles aient déchaussé leurs verres) semble sorti tout droit d'un film d'espionnage. C'est pourtant un vigneron. Son nom est Bouchet. Jean-Philippe Bouchet. Un amour(re) de vigneron rencontré de prime quelques mois plus tôt sur un salon breton festif et retrouvé, peu de temps après dans la cave d'un domaine voisin, lors d'un autre salon où il était invité. Un gars bien sympa, Jean-Phi, quoique un peu collant en fin de soirée. Mais un vainqueur. Un vrai, si l'on en croit Ingrid, sa douce moitié, que l'on est bien content d'avoir rencontré aussi. Tout aussi photogénique, voire beaucoup plus, mais souvent en mouvement et plus difficile à saisir dans l'objectif, c'est regrettable.

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

    Quand il est au service, Jean-Philippe enchaîne les aces. Plop! Plop! Appliqué, le geste sûr et alerte, il vrille les bouchons sans trembler. Le vin atterrit dans les verres avec une grande précision, même avec les lunettes sur le front. Entre Jean-Phi et Ingrid, il y a de l'amour, mais il y a aussi des mourres. Le Clos des Mourres est né de leur union et de leur passion pour le vin et la salade: 5 hectares dans le secteur de Cairanne, auxquels il faut désormais ajouter 10 hectares de vignes et de cave, situés à Vaison la Romaine.

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat

    De biens jolis vins (NoVice, Tandem, Origines...), avant de finir Pompette. Blanc (grenache, clairette et bourboulenc) ou rouge (aubun et tempranillo, un assemblage qui vous prend à la fois aux burnes et aux tempes), remarquables par leur fraîcheur, leur flouté et leur buvabilité qui n'a rien de sudiste.

     

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,

    Le quatrième type rencontré ce jour-là s'appelle Édouard Fortin. Il écrit sa propre histoire avec une nouvelle cuvée Solidarité, faite de raisins en provenance du Rhône sud, pour pallier encore un peu à la destruction criminelle de toute sa récolte 2013 dans l'incendie qui a détruit la cave de Robert Curbières à l'automne. Solidarnosc, Édouard!

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,

     

    Rencontres vigneronnes de tous types, donc, le week-end de la Pentecôte au domaine Gramenon. Du vin dans les safres, sans oublier un petit salut à "Mémé san", les grenaches centenaires du domaine, rencontrés également à plusieurs reprises dans le verre, version grands formats et vieux millésimes, grâce à la générosité de Michèle Aubéry.

     

    gramenon,clos des mourres,jean-philippe bouchet,ingrid bouchet,édouard fortin,les grands enfants,domaine d'ouréa,vincent thomas,clos baccarat,

     

     

    Olif

     

     

  • La Fontude, le vin à la ferme

    la fontude,françois aubry,octon,brennas

     

    Profession: vigneron éleveur. De moutons. Et, à la Fontude, l'agneau du Salagou n'a pas un sale goût, au contraire. Lui, François Aubry, ingénieur. Elle, Sophie Valin, vétérinaire. Un grand projet commun et un retour à la terre: associer vignes et élevage, sur les contreforts du lac du Salagou, cette perle rougissante nichée au fin fond de l'Hérault. Les brebis paissent en liberté sur les terres défrichées des coteaux du Salagou. Une stabulation libre intégrale, avec un abri possible pour les bêtes en cas de pluies ou de fortes chaleurs. L'idée de départ était de restaurer et entretenir un espace végétal, de ne pas le laisser à l'abandon, pour préserver le patrimoine paysager, la flore et le faune. La production de viande d'agneau, magnifiquement goûteuse, s'est logiquement imposée dans un deuxième temps, le cheptel s'accroissant progressivement.

     

    Les vignes se trouvent à Octon. Quelques hectares de vieux cépages sauvés de l'arrachage. Terret bourret, carignan, cinsault, grenache, aramon, sur de beaux terroirs cultivés en bio et amendés avec le compost produit par les brebis. Premier millésime en 2003, avec un potentiel flagrant. La cave, il faut la chercher du côté de Brenas, sur les hauteurs, à quelques kilomètres de là. Dans un environnement plus pastoral que viticole. Construite pour la vendange 2005, juste à côté de la ferme, en paille fourrée de bouteilles (vides), un excellent isolant à moindre coût. Ce qui, du coup, n'a pas laissé beaucoup de temps à François pour s'occuper des vignes, un peu livrées à elles même cette année-là. Résultat, un vin "compliqué", en magnum uniquement, que le vigneron n'a jamais aimé et pas commercialisé. Ceux qui le goûtent sans aucun préjugé le trouvent pourtant fort bon et c'est le compagnon idéal d'une épaule d'agneau de la Fontude cuite au barbecue et du plus parfait tian de ratatouille mangé à ce jour.

    la fontude,françois aubry,octon,brenasla fontude,françois aubry,octon,brenas

    Les vins, élevés dans la plus grande simplicité et sans additifs œnologiques, arborent des étiquettes simples, reflétant l'esprit qui règne ici. La tête de brebis s'est imposée naturellement pour la cuvée Entremonde, assemblage en raisins de carignan, aramon, grenache et cinsault, vendangés et vinifiés ensemble. Le blanc remet le facteur sur le vélo. Et c'est Jour de fête. Celui de Tati, évidemment, dont le facteur s'appelait aussi François, coïncidence troublante. 100% terret bourret, récolté juste à point, c'est à dire pas trop mûr, et élevé sur lies fines, ce qui lui donne une finesse et une fraîcheur incomparables. Deux vins emblématiques du domaine, auxquels il convient de rajouter la Fontitude, du cinsault en macération semi-carbonique, parfois complété de carignan ou d'autre cépage. Amarèl, carignan complété de 30% de cépage blanc, du terret, possède un profil très intéressant. Toujours dans un souci de fraîcheur, évidemment.

    la fontude,françois aubry,octon,brenas

     

    Olif

  • Dans ses vignes...

    catherine bernard,hérault,languedoc,

     

    Dans les vignes, Catherine Bernard y a passé du temps et elle en passe encore. Elle en a même fait un livre. C'est à la Carbonnelle qu'elle a commencé à aller au charbon, en 2005, quand elle a plaqué le journalisme, après mûre réflexion, pour faire du vin. Ancienne correspondante de Libé dans le Sud de la France, basée à Montpellier, elle s'est lancée dans une formation viti-œno. Un retour à la terre, en quelque sorte. Fille du muscadet, elle avait envie de blanc. Compliqué, dans le Sud. Surtout dans ce coin-là. Alors elle fait du rouge. Et du rosé, aussi, un peu. Quand on arrive de Saint-Drézéry, il faut déjà emprunter le "boulevard de la chimie", une vaste allée qui traverse des vignes sous perfusion, plantées sur des sols qu'il faut parfois étayer avec des parpaings pour lutter contre l'érosion, avant d'arriver au lieu-dit la Carbonnelle.

    catherine bernard,hérault,languedoc,

    La Carbonnelle, c'est un peu plus de 3 hectares d'un seul tenant, plantés de mourvèdre et de grenache. Du grenache? Du Marselan, plutôt, ce qui n'était pas initialement écrit sur l'acte de vente. Issu d'un croisement entre grenache noir et cabernet sauvignon, il s'est avéré finalement être une chance pour l'ex néo-vigneronne, car il apporte une acidité et une fraîcheur dans ses vins, ce qui lui plaît plutôt bien. Bosseuse acharnée, elle a remplacé pendant des années le jogging matinal par du "pioching". 1h30 tous les jours, pour faire revivre ses sols grâce à une conversion en bio. Pour le travail du sol, elle pratique désormais l'entraide avec un collègue, qui s'en charge pour elle, tandis qu'elle s'occupe de traiter ses vignes à lui.

    catherine bernard,hérault,languedoc,

    Depuis, quelques parcelles de cinsault sont venues étoffer le "domaine". Et des nouvelles plantations sont en cours. Notamment du terret bourret. Du blanc, un vrai du Sud, qui n'a pas chopé le melon. Un raisin apte à étancher la soif de Catherine! Et, enfin, des haies d'arbres fruitiers vont venir séparer toutes ses plantations de celles des voisins, qui, comparativement aux siennes, font un peu peine à voir.

     

    catherine bernard,hérault,languedoc,

     

    Vigneronne "sans cave fixe", depuis son installation en 2005, elle va enfin s'établir, pour préparer l'avenir et la relève qui va bientôt arriver, et faire construire sa propre cave, à proximité de ses vignes. Parce qu'il en faut bien une, de cave, même si elle avoue ne pas y faire grand chose. Un minimum quand même, pour arriver à commercialiser quelques milliers de bouteilles d'un exquis vin de pays de l'Hérault, auquel il faut aussi ajouter un Rosé de table et un Vin de table rouge, aussi vite bus que produits.

    catherine bernard,hérault,languedoc

    Dans la cuisine, elle s'y plaît plutôt bien, travaillant tous les restes de la vigne, à accompagner d'un verre de vin. Recettes de (s)a vigne, comme la morue en raïto, plat typiquement provençal à boire avec un Bandol rouge (mais pas n'importe lequel!) ou, pourquoi pas?, un Arbois rosé à prononcer à l'espagnol (José).

     

    Olif

  • Boire enfin libre...

    Capture d’écran 2014-05-06 à 13.33.11.png

     

    Vin libre: vin libéré d'un certain nombre de contraintes œnologiques, lui conférant un caractère nature, naturel ou vivant.

    Une définition qui ne va pas encore plaire aux pisse-vinaigre, ceux-là même qui n'aiment guère en boire, parce qu'ils pensent que le vin est une chose bien trop sérieuse pour être confiée aux vignerons, foi d'œnologue. Un vin libre est un vin plutôt naturel, qu'un brin d'oxydation en cours d'élevage n'effraye pas, pas plus qu'un chouïa de volatile. Des défauts qui n'en sont pas forcément, pourvu qu'il y ait du jus derrière et qu'un équilibre finisse par s'établir. Rien à voir avec l'oxydation prématurée en bouteilles de grands crus récoltés intensivement en sous-maturité et sulfités excessivement, non. Il n'y a guère que la souris qui pose problème, surtout sur les vins blancs, mais une armée de chats réfléchit à la question en tentant d'y apporter des solutions.

    IMG_4345.jpg

    Ce week-end, c'était donc la fête aux vins libres à Sélestat. La quatrième biennale alsacienne, après Ammerschwir, Marbach, Rouffach et, enfin, Sélestat. Toujours organisée par le même quatuor Frick/Binner/Schueller/Meyer, un événement désormais incontournable dans le microcosme du vin naturel, dont il se réclame de la charte. "Il faut noter que l'émotion et la vibration que suscitent les vins libres ne naissent pas dans le simple suivi d'une recette technique, si ambitieuse soit-elle".

    DSC01214.jpg

    Ce qui explique sans doute le succès de la manifestation, qui s'ouvre aux vins germaniques. Autrichiens, bien sûr, particulièrement bien représentés par Andreas Tscheppe, aux étiquettes représentant des insectes et autres petits amphibiens présents dans ses vignes, dont la terrible lucane cerf-volant, et, surtout, Franz Strohmeier, qui présentait une série de vins bluffants, tant en blanc qu'en rouge, aux équilibres magistraux. On pouvait également goûter en off à l'un des rares rieslings de la Moselle germanique vinifié sans soufre, en présence du vigneron, Rudolf Trossen, et de l'un des rares cavistes natures allemands, Torben Bunte. Une bien belle découverte, que tous ces vins, vignerons et cavistes d'outre-Rhin.

    DSC01145.jpg

    Le Grand Prix du vigneron le plus partagé sur les réseaux sociaux en live est attribué à Kenjiro Kagami, du domaine des Miroirs. Miroir, ô mon beau miroir, Kenjiro a remporté la palme sans aucune contestation possible! Un Japonais jurassien qui a fait ses armes vigneronnes en Alsace, ça ne court certainement pas les rues, ni même les salons de vin. Sa verticale de chardonnay sur 3 millésimes (11, 12 et 13) n'a pas laissé beaucoup de monde insensible. Et dire qu'il n'a pas grand chose, sinon plus rien, à vendre...

    DSC01229.JPG

    La liberté, celle de changer le style de ses vins en changeant de méthode de vinification, la famille Andrieu l'a délibérément prise en s'orientant vers l'infusion versu l'extraction, pour produire des vins du Clos Fantine plus orientés vers le fruit. Ce qui a pour effet de masquer transitoirement la minéralité, pour David Lefèvre, le grand spécialiste en la matière. David Lefèvre qui, à l'instar de Tarzan, fait grimper la vigne dans les arbres de sa propriété, ce qui donne à goûter un riesling expérimental tiré de la cuve et du sac à dos, joyeusement décoiffant pour l'instant.

     

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Et si, finalement, de tout ça, on s'en battait les couilles, comme Pascal Simonutti? Vin de bagnole péteux, gascon en magnum sous le comptoir, il est toujours aussi goguenard, le mouton noir du Pré noir!

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Pas du tout comme Vincent "No control" Marie et Paul "Maisons brûlées" Gillet, qui présentaient côte à côte leur premier millésime. L'entraide, un joli gamay du Beaujolais auvergnat décliné en deux vinifs pour l'un, et deux pétillants naturels déjà goûtés du côté de Vinicircus pour l'autre, les Maisons bullées.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Avec, en prime, son Dernier-né en rouge, mi-gamay, mi-aunis, évidemment déconseillé aux femmes enceintes.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Au bar de la nouvelle génération nature d'Alsace, "sept jeunes vigneronnes et vignerons se sont frottés aux vinifications naturelles et ils aiment ça." Dont Catherine Riss, étoile montante du vin d'Alsace, et Florian Beck-Hartweg, pile dans le sujet avec cette jolie bouteille de vin libre.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Un salon de vins, aussi libres soient-ils, ne serait rien sans un repas de vignerons à la hauteur. En Alsace, aucun souci de ce côté-là, grâce à Thierry Schwartz, du Bistrot des Saveurs, qui n'est pas Obernai de la dernière pluie, la plus haute gastronomie de basse Alsace qui puisse exister.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    En trois plats magistraux, servis à 240 personnes, il a démontré toute la splendeur d'une cuisine savoureuse, avec une mention particulière pour cette entrée végétarienne "Cuit-cru légumier en terre", à faire se damner le plus vorace des carnassiers. Quant à la farce qui garnissait ce magnifique chou portion, il fallait croquer dedans pour la découvrir... et la savourer! Côté vin pour accompagner le tout, après des débuts timides, ce fut l'explosion. Quelques brefs souvenirs de bouteilles marquantes et/ou plutôt rares, en images...

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeiersalon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

     

    "Je veux vivre, rester libre, je veux m'envoler vers le ciel..." et boire enfin libre! Naturellement bon.

     

    Olif

     

    PS.:

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

    Des vins en liberté, il y en aura quelques-uns "dans les safres", le week-end de la Pentecôte, du côté de Montbrison-les-Lez, au domaine Gramenon. Des portes ouvertes en très très grand, finalement, comme le cœur de Michèle Aubéry. Un véritable mini salon qu'il ne faudra pas manquer!

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

     

    P.S.2: le week-end du premier juin, il ne pleuvra pas du gros bleu qui tache dans le Sud-Ouest et tous ceux qui pourraient avoir envie de traire les vaches (car elles donneront enfin du vin) courront à Simorre, là où sera le bonheur, dans le pré et dans le Gers.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

     

    P.S.3: bonus, de circonstance...

     

    P.S.4: on n'oubliera pas au préalable de se rendre à Jenzat, près de Vichy, non pas pour boire de l'eau, mais pour chercher la vérité du vin bio au salon concocté par Jean-Marc Imberdis, du Vert et le vin.

    salon des vins libres,sélestat,kenjiro kagami,clos fantine,strohmeier

  • Sapience et longueur de temps...

    champagne,sapience,marguet et jestin,

    Il était une fois la sagesse. Celle de Benoît Marguet, des champagnes Marguet à Ambonnay, surnommé l'homo Sapience, depuis son association avec son ami Hervé Jestin, ancien chef de cave des champagnes Duval-Leroy. Ensemble, ils ont accouché d'une certaine idée du champagne. Une très haute idée car il s'agit d'une cuvée d'exception, apte à rivaliser avec toutes les plus grandes cuvées de grandes maisons. Sapience est son nom. Sagesse en vieux français. La naissance a eu lieu en 2006. Avec des raisins produits en biodynamie, une volonté initiale, et achetés chez des vignerons prestigieux, David Léclapart et Vincent Laval. 2/3 chardonnay, 1/3 pinot meunier. Un assemblage qui restera par la suite quasiment constant d'année en année, 50% chardonnay, 50% pinots noir et meunier. Avec la ferme intention de produire à chaque millésime un vin qui en soit le reflet, en privilégiant le même type d'élevage (9 mois en fût), afin de révéler l'excellence biodynamique. En 2007, les raisins de Benoit Lahaye se sont rajoutés à l'assemblage et, depuis 2009, ceux du domaine Marguet, converti depuis à la biodynamie.

    De 2006, premier millésime et le seul à être commercialisé à ce jour, à 2011, la qualité est toujours là, sans gommer les différences propres à chaque année. Avec comme fil conducteur, une trame d'une grande finesse et un équilibre magistral. Après la plénitude de 2006, on appréciera la réserve de 2007, la grande tension de 2008, la belle opulence de 2009, l'éclat de 2010 et les grandes promesses de 2011. La sagesse qui fait des bulles a désormais un nom. Elle s'appelle Sapience. Et elle mérite de la patience...

    champagne,sapience,marguet et jestin

     

    Olif

     

    P.S.: la ronde des salons continue en mai, avec pas moins de deux incontournables le week-end prochain. Entre l'Alsace et la Bourgogne, mon cœur balance et il faudra malheureusement choisir entre les Vins libres de Sélestat et aller Chai l'un Chai l'autre à Saint-Père sous Vézelay. Dur..!

    champagne,sapience,marguet et jestinchampagne,sapience,marguet et jestin

  • VDV#65: get droopy, get bubbly, get lucky, get chalky, get burpy, get apens!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,

     

    Vendredisduvin 65èmes VDV, youpi! Parmi les nombreux sujets potentiels tirés au sort pour ce nouvel opus des Vendredi du vin, il a été retenu celui d'une jeune vendrediste du Var, Sandrine Liégeois, qui, en l'absence de son grand frère Jean-Pierre, se questionne sur la notion de phylactère. Phil? Hey, Phil?* Non, pas Connors. Ni Hacter. En un seul mot. Comme ça se prononce. Alors, vois-tu, chère Sandrine, plutôt que de lire et ranger dans ta pinardo-bibliothek Céline, Bukowski ou Philippe Roth, il te serait sans doute profitable de plonger avec délectation dans le vaste monde de la bande dessinée franco-belge, qui n'est pas dénué d'humour, loin de là, ce qui ne gâte rien. Signé Get Gai-Luron. Youpi! Get droopy!

    Si l'on en croit Wikipédia, l'origine du phylactère remonte à la plus haute antiquité. Mais, à force de jouer avec les amulettes, le mot a pris feu et son sens a changé.

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,

    Passons rapidement sur l'item n° 5 (non, le phylactère qui nous intéresse n'est pas une bourse servant à conserver, à l'abri de la dessication, les reliques d'un saint avec ou sans slip) pour nous consacrer exclusivement à l'item n°2. D'où il découle qu'il s'agit d'un moyen graphique pour figurer des paroles dans une bande dessinée. Le phylactère est donc une BULLE! Pas du genre de celles que l'on fait dans son bain, vides de texte, ou alors juste un petit prout discret. Non, une bulle qui a du sens. Ou pas, tout dépend si c'est l'idiot du village qui s'exprime. Nous voici donc au cœur du sujet qui nous préoccupe en ce vendredi d'avril. Il va être temps de se découvrir d'un fil (Phil? Hey, Phil?* Running gag, désolé!). Ça s'arrose, alors on fait péter le liège. Ou la capsule. Ou la rondelle.  Buvons du vin de phylactère avec du caractère, youpi! Get bubbly!

    terres et vins de champagne,champagne,épernay,

    Des bulles dans le vin, on en trouve un peu dans toutes les régions viticoles, volontairement ou pas. Celle qui en met le plus possible, c'est évidemment la Champagne. Un champagne sans bulles, c'est comme un grand cru classé de Bordeaux sans bois, ça n'existe pas. À moins qu'il ne soit éventé. Ou alors, c'est qu'il est clair. Un vin clair, c'est un vin de Champagne tranquille, à la fraîche, décontracté du gland, avant qu'il ne se mette à travailler, donc à buller. Pas de bulles, donc hors sujet VDV? Si ce n'est qu'avril est le moment privilégié de l'année pour y goûter. L'événement est devenu rituel, quasi fondamental, grâce aux vignerons de Terres et vins de Champagne. À tel point que pas moins de 7 autres regroupements de vignerons leur ont emboîté le pas. Des grands jours champenois, pour les bulleurs, les chanceux et les crayeux. On y reviendra ultérieurement, mais l'occasion était trop belle de leur faire un petit clin d'œil. Get lucky!

     

    how do you make a gif

     "BAM, quand le champagne fait BAM, tout avec lui dit BAM!" Clin d'œil pétillant de Mélanie Tarlant, sur une musique de Daft Punk. Get chalky!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,don quirotte,chut derain,pétillant naturel,dominique derain

    La particularité de la bulle, c'est qu'elle est remplie de gaz. Quand un phylactère est écrit en très gros et très gras, on comprend que le personnage parle fort et éructe. Il en va de même lors de la consommation de boissons pétillantes, qui ont la particularité de procurer le don de roter. Exactement comme ce 100% terret bourret languedocien à la bonne grosse bulle bien fine, concocté par Émile Hérédia et Anthony Tortul. Don Quirotte est un pet'nat bien sonore, particulièrement exquis néanmoins. Get burpy!

     

    vendredis du vin,champagne,tarlant,terres et vins de champagne,don quirote,chut derain,pétillant naturel

    Quand il n'est ni champagne, ni pétillant naturel, le vin à bulles peut être mousseux. Mais point moussant, évidemment. Raté pour le bain! Cet aligoté à la chute joliment stylisée se déguste sans bruit, mais avec fureur. Chut...Derain. Il n'est pourtant pas près de la fermer, Dominique Derain, récemment piégé par l'administration et quasiment rayé de l'AOC! Get apens?

     

    Olif

     

    * Mais où vais-je donc chercher tout ça?

     

    P.S.: merci au grand Marcel Gotlib pour l'ensemble de son œuvre, en rétrospective jusqu'à fin juillet au musée d'art et d'histoire du judaïsme, rien que ça, s'il vous plaît, mazette. Bienvenue dans ses mondes!

     

    P.S.2: on me sussurre dans l'oreillette que la petite Sandrine n'est pas du Var et qu'elle ne s'appelle pas Liégeois. Il semblerait qu'elle soit essentiellement liégeoise. Oufti! Et au temps pour moi. Quant à Jean-Pierre, ce ne serait donc pas son frère, mais le nom du beau-père à Marcel Gotlib. Quelle dérision!

     

    P.S.3: cette histoire de bulles ne serait pas totalement exhaustive sans Michel Polnareff. Alors voilà! Get polky!

     

  • Biojoleynes et gros lot à gogo

    IMG_4291.jpg

    Leynes, Saône et Loire, dernier de Bourgogne et premier du Beaujolais. Une histoire de couleur. Sur les terres argilo-calcaires, les blancs sont vénérés comme des saint-véran, dont ils font partie. Les rouges, plantés sur sol granitique, donnent d'excellents beaujolais, bien souvent repliés en vin de France quand ils sont trop bons et trop bios. Leynes, devenue pour la 5ème fois capitale du vin et de la bio le temps d'un week-end, celui de Pâques cette année. Tout juste une semaine après la trilogie beaujoloise-biojolaise-beaujol'art. Il faut parfois faire des choix. Et, pour le coup, à Leynes, j'ai tiré le gros lot à la tombola. Un chouette salon, convivial et festif, mixant les pros, les particuliers et les locaux, ainsi qu'un super panier bio garni pour mon petit bas de laine. Un grand merci aux organisateurs, des gens qui savent vivre et récompenser discrètement ceux qui le méritent. Et, surtout, merci à Victor, dont la main parfaitement innocente a su faire le bon choix du billet griffonné en entrant.

    leynes,biojoleynes

    La Biojoleynes, c'est la fête au bio, au bojo et la fête à Leynes. Dont le gymnase sert de salle à tout faire. Peu importe le contenant, concentrons-nous sur le contenu. Les athlètes-vignerons se répartissent désormais sur le pourtour, laissant le centre aux artisans de bouche. Les 4 organisateurs ont droit à un joker pour inviter un vigneron extérieur. Cette année, Rhône, Loire, Bourgogne et Jura sont à l'honneur. Il y a de l'espace et les conditions de dégustation sont bonnes. Chaque millésime voit apparaître son lot de néo-vignerons, ce qui est un signe relativement encourageant dans un Beaujolais réputé toujours en crise.

    leynes,biojoleynes

    Et un premier coup de cœur avec Damien Millet, de Vincelles. En Bresse. Il s'en est fallu d'une lettre pour qu'il habite plus près. Vigneron à mi-temps, il a repris une parcelle de vignes sur Balmont, pas loin d'un certain Philippe Jambon et il vinifie chez son beau-frère Jérôme Guichard. Autant dire qu'il fréquente des gens de bon conseil. Balmont, c'est trop de la balle! Et ce 2012 en provenance des hauts, vinifié sans sulfites, tire d'emblée au but.

    leynes,biojoleynes

    Jean-François Promonet n'est pas un inconnu dans le monde du vin beaujolais. Il a sauté le pas pour créer son propre vin lorsqu'il a refusé de voir des vieilles vignes  de gamay condamnées à l'arrachage. 2013, premier millésime, pour l'instant sans étiquette, mais avec de jolis bouchons provisoires. Rien à vendre, pas encore en bouteilles, mais à suivre de très près, ça prom(on)et!

    leynes,biojoleynes

    Déjà inutile de présenter le postier du Beaujolais. Jean-François Cusin associe magnifiquement calvitie frontale et dreadlocks grisonnantes sur les tempes, mais il n'a déjà plus de vin à vendre, cachet de la Poste faisant foi. Ses 12 et ses 13, pas encore en bouteilles, risquent forts d'être aussi difficiles à se trouver que le bon numéro à la tombola de la Biojoleynes. Bien dans l'air du temps, finalement.

    leynes,biojoleynes

     

    L'autre gros lot de cette 5ème Biojoleynes, il est venu de Babass le ligérien, invité par Pierre Boyat. Groll'n'roll, à boire au jéroboam, le format idéal dans un couple échangiste lorsque la moitié est encartée à l'ANPAA. Et s'il fait encore soif, le Noir de rouge local, made in Leynes, devrait pouvoir faire l'affaire.

    leynes,biojoleynes

     

    Pas question d'être exhaustif, évidemment, mais soulignons encore le Jus de chaussette de Jérôme Guichard, désormais à ranger parmi les gros brins de Leynes. Des chaussettes un peu dépareillées, mieux tricotées à gauche qu'à droite, mais un vrai vin de soif, à petit degré, l'antithèse de Noir de Creuse noire, un gamay 2012 d'anthologie taillé pour la grande garde.

    leynes,biojoleynes

    La dernière grande nouveauté de cette 5ème Biojoleynes, c'est un vrai repas vigneron, concocté pour un prix modique par Harry Lester, le plus auvergnat des cuisiniers anglais. Après Chassignol, c'est à Clermont-Ferrand qu'il a posé ses valises, pour proposer une vraie cuisine bistronomique de terroir, simple et goûteuse, à base de produits frais de saison. À Leynes, il s'est surpassé pour repaître l'assemblée de légumes et de cochon. Pour les besoins du repas, aucun mouton n'a finalement été tondu, un comble pour les gars de Leynes.

     

    Olif

     

    P.S.: le printemps des salons continue, avec une grosse session parisienne le week-end prochain. Sous les pavés, la vigne et Rue 89, mais aussi du rouge & du blanc et des ligériens affranchis. Régalez-vous, les Parisiens! Et n'oubliez pas de résister, naturellement.

    leynes,biojoleynes

     

     

  • Nez à nez dans le vert

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Au château de Gevingey, le salon des vignerons bio du Jura porte bien son nom. La pelouse fraîchement tondue a revêtu son habit de circonstance. Ambiance fraîche et instable, en cette fin mars qui permet de profiter des premières giboulées de la saison. Mais, malgré quelques violentes averses, la vie est belle, dans le Jura. Bienvenue au Nez dans le vert!

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    De plus en plus cosmopolite, cette réunion festive et conviviale voit débouler les plus grandes pointures mondiales de la planète du vin. En provenance de l'ancienne Gaule romaine, les Belges sont évidemment les plus braves, ne reculant devant aucun sacrifice, mais les danois, suédois et norvégiens sont venus en force, comme à l'accoutumée. On pouvait également rencontrer des espagnols, des américains, des japonais, des chinois et des jurassiens. 720 entrées payantes le dimanche sans compter les 250 pros également présents. Un beau et franc succès, même s'il fallait un peu jouer des coudes devant certains stands l'après-midi. La rançon de la gloire!

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    De belles retrouvailles avec plein de copains. Comme l'Ami Karl, qui pinte joliment bien en accompagnement de l'excellent bœuf aux 30 poulsards de Thierry Moyne, dont la cuisine balance aussi bien à Gevingey qu'en Arbois.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Un espagnol dans le Jura, on a déjà connu ça. Ce n'est pas Bernard Clavel qui dira le contraire. José (prononcer [xose] ou "rossé" en faisant claper la langue sur le double s pour qu'il roule et ne soit pas trop appuyé), c'est aussi un excellent copain à la belle couleur rose mais aux bottes bien rouges.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    La grosse découverte du salon, ce furent les vins de Philippe Chatillon, ancien régisseur de la Pinte, un temps parti dans le Rhône sud puis à Bordeaux, avant de revenir aux sources pour se friser de nouveau les moustaches au bon air du Jura. Découverte, forcément, puisque 2013 sera son premier millésime officiel et que les cuvées ne sont pas encore en bouteille.

    le nez dans le vert,jura,gevingey

    Trois cuvées présentées, sans étiquettes véritables, mais qui augurent bien de la suite (+ une troisième sous le comptoir, un savagnin 2008, pour confirmer, si besoin était, le potentiel de ces cuvées). La grande chaude, un chardonnay de Passenans, le Sage Vagnin (comme son nom l'indique, mais pas si sage que ça?) et Y a pas de mais..., un gamay en vin de France qui détonne déjà.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

    Pas loin de là, un jeune homme s'était remis au service, chose qu'il n'avait dû faire sur un salon depuis bien longtemps. Mais certains gestes ne s'oublient jamais. Trois vins, trois contenants différents (50, 75, 150 cl), trois instants de pur bonheur, à savourer avant de passer à la bibliothèque.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,

    Jura Wine, c'est la nouvelle bible sur les vins du Jura, à destination des anglophones. Un yellow book sur le vin jaune (entre autres), écrit par la plus savoyarde des anglaises aimant le vin du Jura. Beaucoup de boulot de dédicace en perspective pour Wink Lorch lors de ces deux jours de salon, et c'est tant mieux. Un ouvrage quasi exhaustif sur la région, les vins, les vignerons, avec en prime les bonnes adresses locales et quelques pistes œno et fromago-touristiques. De la belle ouvrage et un bel ouvrage.

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

    De façon beaucoup plus anecdotique, cette quatrième édition du Nez dans le vert fut aussi l'occasion de participer au premier congrès mondial des homonymes jurassiens. Bref, on a trinqué entre Oliviers Grosjeans et on a bu un coup de poulsard (ou de ploussard, l'important c'est d'en boire).

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,

    Entre Jean-Paul Jeunet, accompagné de toute une équipe de tournage de TV Globo, et les Labet, filmés de façon beaucoup plus intimiste par Laurence Guérault, il fallait se faufiler habilement pour ne pas se retrouver le nez devant une caméra. Un petit bout de planète, documentaire de 52 minutes prévu pour une diffusion cet hiver sur France 3, aura certainement le nez un peu dans le vert.

     


    Un Petit Bout de Planète par Laurence-Guerault

     

    Nez dans le vert et, au final, nez dans le bleu. Mizuiro, en japonais dans le texte, une fort belle façon de quitter Gevingey avec ce chardonnay 2011 du domaine des Miroirs de Kenjiro Kagami, sous un ciel résolument bleu. Symbole d'un avenir radieux pour les vignerons bio du Jura?

    le nez dans le vert,jura,gevingey,josé,les bottes rouges,domaine de la pinte,l'ami karl,philippe chatillon,wink lorch,jura wines,domaine des miroirs,kenjiro kagami,mizuiro,

    Olif

     

    P.S.: dans son numéro 112, le Rouge & le Blanc consacre 4 pages à la "génération verte" jurassienne. Une excellente raison de mettre son nez dans le rouge et blanc.

  • Beau comme un Grand jour...

    grands jours, bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay,

     

    C'est le printemps, les jours rallongent, le soleil refait son apparition, la douceur se réinstalle. En Bourgogne un peu plus qu'ailleurs, peut-être. C'est le temps des Grands jours. Un événement incontournable dans le gotha professionnel et mondain du vin. L'occasion unique de se frotter aux plus grands crus de la Côte, celle qui change le raisin en Or. Une semaine de festivités quasi ininterrompues, de Chablis à Mercurey, avec néanmoins beaucoup de travail pour le professionnel du vin qui se respecte. De beaux, chauds et grands jours en 2014, en espérant que l'année soit clémente côté rendements, après deux années de disette, même si de bonne qualité. 

    Si le lundi, classiquement, c'est Chablis (ou raviolis, selon sa culture) le mardi, pendant les Grands jours, c'est Côtes de Nuits. Quatre sites différents pour goûter à pratiquement toute la Côte. On commence à Gilly, que l'on n'avait pas vu de Citeaux. De Morey à Chambolle, tout un programme à déguster dans le cadre agréable et très joliment rénové de la Grange de Saulx. Et une succession de coups de cœur, du simple village au grand cru.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Au domaine Arlaud, tout d'abord, en compagnie de Cyprien Arlaud, portraitisé dernièrement sur la quatrième de couve du numéro 111 du Rouge & le Blanc. Des vins tout en élégance et en finesse, du simple village aux grands crus, Clos de la Roche et Bonnes Mares. Des 2012 particulièrement réussis et qui donnent envie.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Jolie gamme chez David Duband, également, dans un style un peu plus appuyé. En bio depuis 2006, le domaine ne le revendique pas du fait d'un négoce non certifié, afin de ne pas créer la confusion. La démarche est honnête.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Et puis le Clos de Tart, quand même. Dur de résister. Un 2012 exceptionnel, d'une grande finesse, que l'on ne rechignera pas à goûter. Toujours aussi grand, tout comme le Clos des Lambrays dégusté un peu plus loin, un vin d'une exquise délicatesse. Les Grands crus de Morey, une affaire qui semble définitivement close.

     

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Pourtant, du côté des premiers crus, la porte reste grande ouverte aux outsiders. Les Chaffots du domaine Hubert Lignier mériterait de prendre l'ascenseur, tant ce vin est à couper le souffle. Comme tous les vins du domaine proposés à la dégustation, d'ailleurs, issus de la meilleure lignée. Un véritable coup de cœur, dans un style empreint de finesse et d'élégance, qui laisse le pinot noir s'exprimer en toute sérénité.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Chez Alain Jeanniard, deux très beaux 2011, un Bourgogne et un Morey. Pas bien goûté les 2012, tirés du fût et difficiles à apprécier. À revoir d'ici quelque temps, sans doute.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Après un petit en-cas en meurette, départ pour le Clos de Vougeot, pour déguster, dans un cadre majestueux, les plus grands et nobles crus de Bourgogne. Vosne, Échezeaux, Grands Échezeaux, Richebourg, Clos de Vougeot, pas beaucoup de vins de soif pour se sustenter à l'heure du repas. L'occasion de se frotter à l'élite de la Bourgogne et d'en découdre avec de la grosse quille. La force tranquille de Thibault Liger-Belair a écrasé ma (petite) dégustation de sa classe. Du Vosne Aux Réas 2012 jusqu'au Richebourg 2012, en passant par le Clos de Vougeot. Superbe Vosne-Romanée 2012 chez Jean-Yves Bizot, la seule cuvée présentée. Deux beaux Échezeaux au domaine Naudin-Ferrand (2012 et 2008) et intéressante verticale du Clos de Vougeot chez Sylvain Loichet, jeune vigneron en bio, particulièrement remonté contre les pratiques de certains de ses confrères à l'intérieur même du Clos. Pourrait-il y avoir un parfum de Vino Business dans le landerneau bourguignon?

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

     

    Après avoir croqué dans quelques excellents petits sandwiches, départ pour Marsannay, non sans avoir arpenté à pied la route des Grands crus et musardé dans le Musigny, un grand cru très en Vogüe.

     

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

     

    Après le charme de la grange de Saulx et le prestige du cellier du Clos de Vougeot, la maison de Marsannay faisait architecturalement pâle figure. Stores baissés pour que les vins ne se réchauffent pas trop sous le soleil bourguignon de ces chauds jours. Mais foin de l'architecture du lieu, concentrons-nous sur le contenu pour apprécier quelques trésors du nord de la Côte de Nuits.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Chez Gilles Ballorin, d'abord. Dont les Échezots et le Clos du Roy font désormais partie du must de l'appellation. Des climats qui briguent l'appellation Premier cru et dont le dossier est en bonne voie auprès des instances de l'INAO. Ce qui est somme toute logique, puisqu'il s'agit là d'un classement de terroirs, ne prenant pas en compte le nombre de places de parking disponibles au domaine. Le classement en premier cru, c'est aussi sa Pataille, à Sylvain, et il a sans doute juré de ne plus aller chez le coiffeur tant que tout cela ne serait pas entériné.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Et puis une belle découverte, le domaine Jean Fournier. De beaux futurs premiers crus, Trois Terres (assemblage de climats) et Clos du Roy, et enfin, le coup de cœur de la série pour cette P'tite Grumotte 2012, cuvée spéciale de grains millerandés, qui se grume et qui se croque avec un plaisir coupable.

     

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

    Pas inscrit pour la session de Nuits, parce que je pensais ne pas avoir le temps de faire les quatre sites dans la journée. Grossière erreur! Alors, juste une bière en terrasse dans la rue piétonne de Nuits avant qu'elle ne tombe, plutôt que de goûter aux Vellerots ou autres Saint-Georges de quelque producteur de qualité.

     

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

     

    Retour à Marsannay dans la soirée, en costard mais sans cravate, au château, récemment repris en (bonnes?) mains, pour une Paulée qui a l'habitude de mettre à l'honneur une personnalité du Mondovino. Cette année, bonne pioche, puisque c'est Jonathan Nossiter qui a été salué pour son nouveau documentaire autour du vin, Natural Resistance, en anglo-italien dans le texte. Une reconnaissance quelque peu empoisonnée pour le réalisateur, loin de s'être retrouvé en terrain conquis.

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

     

    La résistance naturelle du bourguignon à se retenir de faire sauter les bouchons s'est avérée bien inférieure à sa capacité à regarder de larges extraits d'un film militant sur la défense de l'agriculture et du terroir. La projection s'est terminée dans un brouhaha inévitable, coupant court à toute velléité de discussion. Une chance? Certains sujets auraient pu fâcher. Il n'empêche. Voir, en avant-première, Stefano Belloti prouver par 9 la différence entre un sol vivant et un terroir complètement mort avait quelque chose de jubilatoire.

     

    grands jours,bourgogne,marsannay,natural resistance,jonathan nossiter,paulée de marsannay

     

    Et dire qu'il n'y eût même pas un seul ban bourguignon pour donner un ton folklorique à la soirée...

     

    Olif

  • Bel Air, Clardy, Rosette, Alice, Olivier, de Moor and more...

    DSC_4228.JPG

    Pour rencontrer Alice et Olivier de Moor dans leur antre de Courgis, il faut pousser la grosse porte en bois de la cave avant d'ouvrir une à une toutes les autres portes qui se présentent devant soi. On traverse ainsi une haie d'honneur de fûts où vieillissent quelques-uns des blancs les plus magiques du secteur. Celui qui n'a encore jamais goûté à un Aligoté Vieilles Vignes du domaine ne peut connaître le plaisir ultime lié à ce cépage, sans avoir besoin de le noyer dans un flot de liqueur de cassis pour mieux le faire passer.

    chablis,alice et olivier de moor,courgis,rosette,bel air et clardy,chitry,aligoté,

     

    Véritable enfant du cru, comme son nom ne parait pas l'indiquer, Olivier de Moor a gardé des souvenirs de jeunesse cuisants de lendemains de Saint-Vincent locale. Sa rencontre avec Alice Vivant, jurassienne au nom prédestiné pour s'unir à lui, l'a renforcé dans sa volonté de produire des vins plus respectueux du terroir du chablisien. Totalement démasqué, il est à l'origine de quelques-uns des vins les plus excitants du chablisien. Du côté de Chitry, d'abord, une appellation méconnue qui jouxte Saint-Bris et Irancy et où l'on fait un bon Bourgogne, quand on y trie bien. Sur Courgis, village du chablisien, son coteau le plus représentatif, c'est celui de Rosette, un toboggan constitué de terres blanches du kimmeridgien et de terres brunes du portlandien, plus argileuses et riches en éboulis et autres ammonites, parfois de belle taille. Bel Air et Clardy sont deux parcelles aux caractéristiques opposées, qui se fondent avec harmonie dans la bouteille. Bel Air sans Clardy, c'est comme Laurel sans Hardy! Un complément indispensable. Reste L'Humeur du temps, initialement destinée à être changeante. Sauf que le vin a trouvé son style et son équilibre, de millésime en millésime. Et si l'humeur du vigneron reste fluctuante, celle du vin varie beaucoup moins que prévu.

    chablis,alice et olivier de moor,courgis,rosette,bel air et clardy,chitry,aligoté

    Quand il avance masqué, le Vendangeur, aux envies d'ailleurs, produit quelques vins de négoce. Uniquement du blanc, c'est plutôt son affaire. En 2013, il y aura du viognier ardéchois, en provenance de chez Gérald Oustric. Un style différent du Chablis, évidemment, mais un bon viognier qui fait plaisir à boire. Et que l'on pourra dégoter sous l'étiquette du Vendangeur masqué.

     

    Olif

     

    P.S.: Chablicalement vôtre, c'est la devise d'Alice et Olivier, scandée par François Hadji-Lazaro, sur fond d'album de photos de famille égrené façon Amicalement vôtre sur la page d'accueil du site du domaine.

     

    P.S.2: le bar-tabac de la rue des Martyrs ne date pas d'hier, mais le prochain album de Pigalle sera dans les bacs le 10 février. C'est demain. Vivement demain, alors.

     

  • Les billets manqués de 2013...

    DSC_4174.JPG

    Plutôt qu'un bête best-of, exercice quasi obligé des fins d'année, voire, pire, un bêtisier, voici un billet intelligent (quoique...), à ne pas obligatoirement prendre au sérieux non plus, compilant certains bons moments de 2013 complètement inédits, du total rattrapage de notes encore jamais écrites, parce que pas eu le temps, parce que... Parce que. En vrac, en bouteilles et aussi en tronches de vigneron(ne)s.

     

    IMG_3654.jpg

    Tant qu'il a Plappevignes, il y a de l'espoir :)

    Le salon messin, pardon plappevillois, de François Adam pourrait donner l'impression d'être caché derrière une feuille de sa vigne, celle d'Adam, mais il n'en est rien. Implanté au cœur de l'ancien vignoble mosellan, parfaitement organisé, très fréquenté, par les Lorrains mais aussi les Luxembourgeois, avec une sélection de vins et de vignerons particulièrement qualitative et open, ce fut l'un des temps forts de l'automne gustatif, alors même que l'hiver commençait à se dessiner sur les montagnes du Jura.

    IMG_3647.jpg

    Du vin, des tee-shirts (ceux de Rémy, évidemment) et des livres. L'occasion d'une battle-dédicace avec Miss Glouglou, régionale de l'étape et paradoxalement folle de Metz, malgré les heures qu'elle passe assise à se muscler l'arrière-train dédicacer. Les Tronches au tapis! Avec Ophélie Neiman, le vin n'est définitivement pas sorcier et les Lorrains sont assoiffés d'apprendre et de goûter. Y compris les vins des coteaux de Moselle, plébiscités par les locaux, même ceux qui en boivent tous les jours. Dont le Château de Vaux, l'un des plus réputés, et les vignobles Oury-Schreiber, également implantés dans le Languedoc au domaine Rocaudy. Et tout ça en bio de longue date, s'il vous plaît madame. De bien jolies découvertes.

    IMG_3658.jpg

    Les trois muses du Sud en mi majeur donnaient à goûter le meilleur d'elles-mêmes, après qu'elles l'eussent trempé dans leur vin fétiche (de gauche à droite, le Temple du Château Bas de Marie Lottin, les Orientales de Laurence Rousselin, vigneronne rock'n'roll, et Homo Habilis de la piscenoise Catherine Leconte des Floris). Ne manquait à ce trio féminin qu'Antoine Olivier, disqualifié d'office pour des raisons bien faciles à comprendre, mais son Santenay sentait et goûtait ma foi fort bon la c(e)rise.

    .IMG_3663.jpg

     

     

    My wine is gone away :))


    IMG_3356.jpg


    Lyon, capitale des Gaules et des Gones aussi. J'y suis allé à deux reprises cet automne et ce n'était pas pour faire le guignol. C'est bien connu, les Lyonnais ont le gosier et la Croix-Rousse en pentes. Première étape: Ô vins d'anges, chez Sébastien Milleret, qui a eu la cervelle de s'installer dans un ancien atelier de canuts pour ouvrir sa cave, au cœur du quartier historique de la Croix-Rousse. Une sélection de vins imparable, effectuée sur la route du vignoble. Tous les vignerons présentés en boutique ont été rencontrés et visités in situ. Ces derniers savent d'ailleurs lui rendre la pareille et n'hésitent pas à participer aux différentes animations proposées par la cave, rencontres, dégustations, repas, parfois les trois en même temps. Les vendanges et les vinifications à peine terminées, Catherine Bernard a sauté dans le TGV à l'occasion de la parution des recettes de sa vigne. Des recettes illustrées et revisitées par Julie Coppé, talentueuse cuisinière nomade formée, entre autres, à l'école d'Alain Passard.

    IMG_3364.jpg

    Un menu trois étoiles, accompagné de flacons sélectionnés avec soin par Sébastien. Comme mise en bouche pré-repas, une mini-verticale des vins de Catherine Bernard (un magnifique 2010, un 2011 nouvelle mise plus que prometteur, un 2012 fraîchement mis en bouteille qui descend tout seul et un rosé collector épatant) a parfaitement aiguisé les papilles.

    IMG_3358.jpgIMG_3365.jpg

     

    Courant novembre, Lyon deuxième, dans le deuxième cette fois. L'occasion de pousser jusqu'à Vercoquin, cave à vin naturels désormais doublée d'un véritable restaurant. Élémentaire, mais néanmoins très élaboré. C'est d'ailleurs son nom. Malheureusement, pas eu le plaisir de goûter à la cuisine ce soir-là, une autre adresse avait retenu mon attention. Ce sera pour la prochaine fois. Surtout que Julie Coppé vient parfois mettre la main à la pâte en cuisine, pour des soirées-événement. Vercoquin, côté cave, ça assure plutôt bien. Il y a de quoi étancher sa soif apéritive, d'autant plus lorsque Binbin, fou de vin, le "flying sommelier" en scooter, débarque avec des quilles supplémentaires sous ses ailes.

    IMG_3594.jpg

    En novembre, fait ce qu'il te plaît. En mets également. Chez Katsumi Ishida, le vendredi c'est menu-dégustation, faut pas s'en priver. Carte de vins natures exceptionnelle, ce qui ne gâte rien.

    IMG_3599.jpg

     

    On n'est vraiment pas Hédé! :)))

     

    DSC_3557.JPG

    C'était au temps lointain, un temps d'avant que le breton moyen ne troque son chapeau rond contre un bonnet rouge pourtant bien moins seyant, bien avant aussi que la tempête de Noël 2013 ne vienne le décoiffer au cas où il ait justement oublié de mettre son bonnet. Comment ai-je pu ne rien écrire sur ma première participation à ViniCircus? C'était pourtant au temps lointain où l'on dédicaçait des Tronches à la pelle. C'était au temps où Miss Glouglou n'avait pas encore écrit son livre de sorcellerie.

    DSC_3560.JPG

    Je me souviens d'un premier barbotage dans la Manche, encore bien fraîche pour la saison. Je me souviens aussi d'un samedi en bottes de marins, tenue de rigueur pour ne pas rester embourbé sous le chapiteau, puis de la première migration rennaise vers la côte pour cause de dimanche ensoleillé, un énorme bouchon qui a mis du temps à sauter. J'ai toujours en mémoire une agréable soirée aux Buveurs de Lune à Saint-Malo, ainsi que la prestation exceptionnelle de Rémi Fournier l'angevin, lors du premier repas pris sous le chapiteau. Je me rappelle que mes oreilles ont bourdonné longtemps après que la Caravane soit passée et shouf la chapka. Je revois même encore nettement la trogne d'augustes vignerons, parfois au nez rouge. ViniCircus, c'est tout un cirque et dire que je n'ai pas eu/pris le temps de le raconter.

     

    DSC_3552.JPG

     

    L'année prochaine, on essaiera de ne rien manquer et de tout écrire. En attendant de poursuivre cette petite remontée dans le temps, je souhaite à tout le monde un joyeux Noël 2012.

     

    Olif

     

    P.S.: la photo mise en chapeau de l'article n'a absolument rien à voir avec le sujet. Il s'agit du château de Joux pendant l'hiver 2013, au temps déjà lointain où on avait encore de la neige dans le Haut-Doubs. Parce qu'un Noël sans neige, ni sapin...

  • Phoremidable!

    IMG_1905.JPG

    2013, année de l'amphore dans le Jura. Tant pis pour la rime. L'une d'entre elle a fait son apparition chez un futur producteur d'Octavin de France du Jura. D'autres sont venues grossir les rangs du pionnier jurassien en la matière, Stéphane Tissot. Rejointes par une qvevri géorgienne, enterrée dans la cave pendant les vendanges, à côté des foudres du DD, et qui est désormais remplie de 1000 litres de trousseau dont on est impatient de découvrir ce que ça va bien pouvoir donner.

     

    IMG_3755.jpg

    Avant de tâter de l'amphore, un peu de bulle, avec BBF et Indigène, puis de la barrique, avec les sélections parcellaires de Chardonnay du domaine. Toujours aussi bien définies par leur terroir, même si la Mailloche mailloche de moins en moins. Elle gagne en finesse tout en perdant sa rusticité fumée et épicée. On peut s'en réjouir comme le regretter. En 2011, elle a de surcroît fauté dans la Tour de Curon, pour apporter un équilibre inédit au domaine. Curon l'emporte, avec sa puissance, mais sa fougue a été domptée. Les Amants vont pouvoir s'endormir à la cave, sans craindre l'outrage du temps. Ne pas hésiter à les réveiller si le cœur vous en dit! Derrière, le Savagnin 2012 Amphore ne se laisse pas conter fleurette. Il est tout simplement formidable, à la hauteur des 3 millésimes précédents.

    IMG_3756.jpg

    Et puis, flash-back. En Barberon 2000, premier blanc sans soufre de Stéphane Tissot. Depuis le millésime 2005, la cuvée est légèrement sulfitée à la mise, suite à des déboires sur le millésime 2004. Joli nez de chardo évolué, mais pur et précis. Le passage en carafe lui procure l'oxygène nécessaire à son épanouissement. Contrairement aux idées reçues, sans soufre ne rime pas avec vieillissement prématuré et oxydation. Au contraire, ce sont des vins qui demandent souvent du temps. Cet exemplaire en est la preuve toujours bien vivante.

     

    IMG_3757.jpg

    Après un Poulsard DD 2012 hautement buvable, mais un peu plus ferme (sans accent) que le 2011, sans doute du fait de la présence de 20% de trousseau, le Trousseau Amphore en impose. Temps fort! Totalement différent du 2011, plus structuré et tannique, il va demander du temps. Un vin tout simplement formidable!

    IMG_3758.jpg

    Et puis, vint En Barberon. Pinot noir 2012, 100% grappes entières, en infusion. Le top du top. Sans doute le meilleur jamais produit par Stéphane. Un summum de finesse et de délicatesse, la quintessence d'un grand pinot. Mais, le pinot noir, dans le Jura, t'oublies! De toute façon, il n'y en aura pas pour tout le monde.

    Après un Traminer 2012 qui nous a emmené l'espace d'un instant en Alsace (petite nouveauté avec ce millésime, le passage d'une petite proportion du vin en fût, pour étoffer la structure), le Jaune 2006 des Bruyères nous ramène du côté d'Arbois. Avant de repartir à peine plus au Sud, pour la dégustation en avant-première du Château Chalon 2007, premier du nom au domaine. Assemblage de deux pièces, prélevées au dzi, alors qu'il y en a cinq. Partagées entre cave fraîche et cave plus chaude, pour ne pas en faire un Château Chalon arboisien. La claque du jaune avec la finesse castelchalonnaise. On en reparlera avant longtemps, même si ce n'est qu'un petit aperçu de ce qu'il pourra donner une fois mis en clavelin!

    À quand le premier vin jaune en amphore?

     

    Olif

     

    P.S.: phoremidable ne rime certainement pas avec phore minable, mais c'est le bonus qui s'impose. Forcément!

     

  • Saint-Glou 2013 en Alsace: les bonnes adresses, yoppla encore une fois! (2)

     

    Capture d’écran 2013-11-04 à 16.15.12.png

    © Vincent


    Retour en Alsace sur l'évènement le plus festif de 2013 avant l'ouverture des différents marchés de Noël qui émaillent la région et nouvel hommage à Saint Glou, grand patron des buveurs, qui a tenu début novembre son assemblée générale annuelle sur les bords du Rhin, ce qui ne fut pas un mauvais calcul.

     

    Obernai

    Quoi de neuf, Docteur? Qui aurait pu penser tomber un jour en extase devant une carotte? Excepté Charlotte, personne ne pouvait imaginer prendre un tel pied avec cette apiacée. Une bête carotte! Sublimée par Thierry Schwartz, du Bistro des Saveurs.

    IMG_3477.JPG

    Et puis, cet œuf dans l'œuf®, prouesse culinaire magnifiquement relevée par une râpée de truffes, de la main même du chef, qui tient à ces petits gestes de dernière minute en salle, afin de favoriser la compréhension de sa démarche auprès des clients.

    IMG_3480.jpg

    Et puis cet aérien Baba au Biersky (by Uberach), qui met magnifiquement en valeur l'alcool imaginé par Jean Metzger à la distillerie Bertrand d'Uberach, une des premières à avoir fabriqué du whisky alsacien. Assemblage d'eau de vie de bière et d'eau de vie de malt, le Biersky remplace le rhum au pied levé dans ce dessert au classicisme revisité avec bonheur.

    IMG_3488.jpg

     

    Ribeauvillé

     

    IMG_3527.jpg

    Dans l'un des plus beaux et célèbres villages alsaciens de la Route des vins, celui qui voudrait échapper au traditionnel winstub devra ruser. Au Goupil, bar à vins et cave à manger, l'Alsace est pourtant à l'honneur. Dans l'assiette et dans le verre, même si l'on s'autorisera quelques incartades extra-régionales, en Jura par exemple, pour revenir aux fondamentaux.

    IMG_3531.jpg

    Un peu plus haut dans la rue, en direction des châteaux que nous n'atteindront jamais, il y a Saint-Ulrich, fidèle disciple de Saint-Glou, qui met à l'honneur le whisky écossais et la bière ... belge! Ouvert selon le bon vouloir du patron (c'est à dire souvent, mais en fonction de ses possibilités de récupération de la veille). Une belle occasion de se désaltérer une bonne fois avant de reprendre le chemin de l'hôtel.

     

    Andlau

    Capture d’écran 2013-12-08 à 20.56.46.png

    Cliché Zinck Hôtel

    Camp de base de cette Saint-Glou alsacienne, le Zinck Hôtel propose des chambres aussi vastes et originales que confortables, à un tarif parfaitement étudié. L'accueil de tout premier ordre et une situation stratégique au cœur du vignoble en font l'étape de choix pour un périple alsacien.

     

    Barr

    IMG_3542.jpg

    Tous ceux qui ne s'étaient pas barrés le dimanche après-midi se sont retrouvés Au Potin pour un potinage post Saint-Glou. Nostalgique des belles brasseries parisiennes, un concept alsacien exporté dans la capitale au XIXème siècle, Hervé Duhamel a recréé dans ce vaste endroit un mix entre winstub, restaurant et brasserie. Cuisine du marché, tendance bistronomique, spécialités alsaciennes ou tartes flambées, le choix est vaste. La carte des vins éclectique incite à batifoler hors Alsace, du côté de la Loire, du Jura ou du Rhône. Le plus bel endroit pour clôturer une Saint-Glou, en fait!

     

    Olif

     

    P.S.: fin de semaine parisienne chargée pour les amateurs de vin biodynamiques ou natures.

     

    Capture d’écran 2013-12-08 à 21.22.04.png

    Tout d'abord, le jeudi 12 décembre, une battle-dédicace au Lapin blanc, 84 rue de Ménilmontant, qui réunira l'Altervin, les Tronches et Miss Glouglou. Avec en guest star Merci du domaine de la Boria.

    Capture d’écran 2013-12-08 à 21.28.26.png

    Du vendredi 13 jusqu'au dimanche 15 décembre, il sera de nouveau possible de boire nature à l'Espace Beaujon, rue du Faubourg Saint-Honoré.

     

    Capture d’écran 2013-12-08 à 21.33.23.png

    Et pour tous ceux qui n'ont pas le mal de mer, 25 vignerons bio-logiques & dynamiques se mettent une nouvelle fois en Seine sur la Péniche Mélody Blues. Ça va tanguer du côté de Bercy!