Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Olif - Page 8

  • Nature morte au vin nature vivant, une tentative d'accord de vin nu avec du Comté, à la demande du Taulier, et un titre à la con aussi long que les siens, il n'y a pas de raison!

    DSC_3496.JPG

     

    Les fromages qui puent, en grand danger de formatage, s'accordent-ils volontiers avec les vins nus (sous-entendu ceux qui puent, si je lis bien entre les lignes ou par dessus l'épaule du plus grand dégustateur français du monde)? Telle est la question existentielle que se pose Jacques Berthomeau, alias le Taulier, dans son petit espace de liberté et cie. Et de me solliciter derechef pour marier un morceau de Comté de 24 mois avec un "vin nu". Le vin jaune, habituel compagnon de jeu du Comté ne peut être assimilé stricto sensu à un vin nu, puisqu'il porte le voile pendant 6 ans. Même si son élevage prolongé ne nécessite pas beaucoup d'additifs, d'une manière générale. À défaut de jaune, le blanc ne fait pas peur au fleuron du Fort Saint-Antoine, la preuve!

     

    IMG_2502.jpg

     

    Mais le vin nu, le "naked wine" d'Alice Feiring, c'est du vin totalement sans artifice, du pur jus de terroir, du caillou qu'on suce, du sel minéral réhydraté. Et pour que cela s'allie à la puissance aromatique d'un Comté de noble affinage, il ne faut pas non plus mégoter sur la richesse et l'acidité du vin.

     

    Dolmen, c'est du mégalitre alsacien, du pinot blanc 2006 sauvé de la distillerie par un coup de vinification de génie de Patrick Meyer. Oxydé pour oxydé, autant pousser l'élevage dans ce sens. Et le jus blanc, très mûr au départ, s'est refait la cerise. Reprenant des couleurs et de la minéralité, n'exprimant aucun défaut patent, ni aucune déviance, ormis une oxydation désormais voulue. La bouche est tranchante comme du silex, elle s'aplatit comme la pierre du dessus du dolmen au contact du gras du fromage. La salinité du vin et celle du fromage se fondent et ne font plus qu'une. Le vin reste nu et le Comté est rhabillé pour l'hiver.... Une sacrée Tronche de vin, pour un Comté d'anthologie!

     

    Olif

     

  • Du vin servi au Pifomètre...

    IMG_2394.jpg

     

    La pifométrie est une science ancienne et universelle servant à quantifier de manière totalement subjective et imprécise une mesure quelle qu'elle soit. Et ce, de la manière la plus injuste qui soit. Elle recourt à un mètre-étalon parfaitement variable, embarqué sur chaque individu depuis sa naissance, à la manière d'un avion-renifleur. En cas de litige, il est préférable de recourir à un ingénieur en Pifométrie. Jérôme Chauveau possède un diplôme équivalent qui lui permet de vendre du pif au mètre. À la manière de la bière, sauf que là, tous les vins sont issus d'une sélection très pointue. Parce qu'il a du pif, Jérôme. Pas un cap, ni une péninsule, mais un nez fin, un organe suffisamment développé pour dénicher des quilles particulièrement séduisantes, de Loire ou d'ailleurs. Ancien du Wine not, il ne s'est pas lancé dans le grand bain au pif. Vendre du vin, c'était déjà son métier. Maintenant, ça l'est encore plus et c'est lui qui choisit ce qu'il vend. Pas mal de Loire, évidemment. Mais pas que. Du Beaujolais, des Sabots d'Hélène, du Bergerac, du Cahors et encore plein d'autres choses. Manque juste un peu de Jura, encore..! Et puis, il essaie d'organiser régulièrement des soirées pour animer sa boutique, située à deux pas de l'avenue Foch et du centre de la vieille ville d'Angers. C'est méritant. La charcuterie proposée lors de ces réunions conviviales est artisanale, depuis plusieurs générations, les vignerons qui se déplacent sont aussi des artisans, parfois depuis la première génération, et leurs vins sont plutôt bons.

     

    IMG_2393.jpg

     

    Pour cette soirée intimiste pré-salons de Loire, une ou deux tronches étaient présentes, plus un joli minois, celui de Camille Marquet. Lilian Bauchet, en méga super forme beaujolaise, a pourtant été scotché par Cajolle, le gamay du Sud-Ouest de Jérémy Illouz, avant de se faire écraser par la 2CV de Bruno Allion, le gamay de Touraine tout-terrain. Les Vaches, son Fleurie à lui, from Beaujolais, ce n'était pourtant pas de la bouse non plus! De terre et d'esprit, cuvée majuscule du Château Lestignac, est pourtant calligraphiée sans, ce qui permet d'ergoter sans fin et au pif, sur le choix du nom de la cuvée et la manière de l'écrire.

     

    angers,le pifomètre,jérôme chauveau,lilian bauchet,mathias marquet,camille marquet,bruno allion,jérémy illouz

     

    Un endroit qui a d'la gueule, même si son ouverture trop récente ne lui a pas permis de figurer dans la rétrospective cavistique des Tronches de vin, ce qui est regrettable.

     

    Olif

     

    P.S.: pas eu besoin de robot-chercheur pour cela, mais on a trouvé du vin sur Mars. Mars, le mois des salons, publics ou professionnels. Ce week-end, ce sont les Vins d'à côté, une émanation des Vins du coin, passés juste à côté, à Orléans.

     

    angers,le pifomètre,jérôme chauveau,lilian bauchet,mathias marquet,camille marquet,bruno allion,jérémy illouz

     

    Le week-end prochain, les 9 et 10 mars, ce sera Vins natures en Nord, le salon de Seclin, un événement toujours très attendu, chez les Ch'tis comme en Belgique voisine.

     

    angers,le pifomètre,jérôme chauveau,lilian bauchet,mathias marquet,camille marquet,bruno allion,jérémy illouz

    Et du 11 au 14 mars, place aux Découvertes en Rhône, salon officiel et itinérant organisé par Inter-Rhône, du Sud au Nord, permettant aux professionnels de faire le plein de grenache, syrah ou viognier. Avec quelques offs passionnants, également réservés aux pros, dont une Nouvelle lune qui se lèvera le lundi 11 mars sur la Collection Lambert, haut-lieu de l'art contemporain en Avignon...

    angers,le pifomètre,jérôme chauveau,lilian bauchet,mathias marquet,camille marquet,bruno allion,jérémy illouz

     

     

    ... et un Off de ouf le mercredi 13 mars chez David Reynaud en Crozes Hermitage à Beaumont-Monteux.

     

    angers,le pifomètre,jérôme chauveau,lilian bauchet,mathias marquet,camille marquet,bruno allion,jérémy illouz

  • VDV#53 et vins oranges: Veni, Vini Vivi, Vici!

    IMG_2434.jpg

     

     

     

    Vendredisduvin

    Marre du rouge, du blanc ou même du rosé? Passe à l'orange! Sans être verbalisé. Grâce à Sand la Blonde, de la Pinardothek, oufti! Elle n'est pas blonde pour de vrai, en fait (enfin, je ne suis pas allé vérifier sous son chapeau), et elle ne trempe pas sa plume dans le sirop de Liège. Les Vendredis du vin lui ont inspiré cette thématique mécanique: orange, ô des poires. Et des scoubidous s'il le faut, pourquoi pas?

     

    Le vin orange, cet inconnu en vogue, n'a rien à voir avec celui que fait ta belle-mère, en faisant macérer une orange non traitée au dessus d'un mélange d'alcool et de sucre. On n'est quand même pas là pour boire du Cointreau, oufti? Quasi indissociable d'une vinification en amphore, comme le pratiquent les Géorgiens, les Slovènes ou les Italiens, il est le résultat d'une macération pelliculaire des raisins blancs. Une pratique qui fut abandonnée par l'œnologiquement correct, mais vite récupérée par le marché des lessives domestiques, dans le but d'obtenir des vins blancs plus blancs que blancs.

    J'en ai déjà goûté un certain nombre, depuis quelque temps, des français, des rhodaniens, des jurassiens, et des italiens, surtout. Des jaunes oranges, même, avec ce savagnin cuvé 1992, élevé 6 ans sous voile par Stéphane Tissot, amoureux de longue date des vins de Radikon. J'aime ce nez souvent envoûtant, riche et puissant, cette dimension tannique sur un blanc et puis cette bouche surprenante, souvent en contraste, très sèche et très vive.

    Des vins oranges, il y en avait un certain nombre à la Dive. Des Géorgiens, des Italiens, des rhodaniens aussi, chez Philippe Viret le pape de l'amphore en France, des alsaciens, chez Stéphane Bannwarth, qui a importé des qvevris géorgiennes pour les enterrer dans le Bas-Rhin et les remplir de gewurtztraminer et de pinot gris... De quoi largement baigner dans l'orange de façon mécanique.

     

    bettane,biocons,vin nature,vin naturel,vinivivi

    Et puis, la semaine d'après, sur les bords du lac de Neuchâtel, sous un ciel bleu, devant une eau bleue, sur des terres blanches de neige, des vins oranges, aussi. Veni Vinivivi, vici! 1er salon des vins naturels à être organisé en Suisse. En voilà une bonne nouvelle! De l'avis des vignerons et des exposants venus de France plus ou moins lointaine, une organisation sans faille, propre en ordre, avec ponctualité et tout le bazar. Les Italiens et les Espagnols n'avaient sans doute aucune raison de se plaindre, je ne leur ai pas posé la question. Quant aux Suisses, ils auraient sans doute aimé, pour le fun, qu'un grain de sable vienne troubler le bon ordre établi, mais il n'en a pas été question, comme à l'habitude. Descendu de ma montagne sur un chariot chargé de paille, j'ai bien failli ne pas m'arrêter à l'orange. Mais j'ai vite fait marche arrière, pour ne pas perdre le bénéfice de quelques points sur mon permis de boire.

     

    IMG_2435.JPG

     

    Olivier Pittet fait partie de la génération novatrice des vignerons valaisans. Installé depuis 2004, à la tête de 6 hectares, il n'exerce pas encore son métier de vigneron-encaveur à plein temps. Vignoble totalement enherbé, hautes densités de plantation, petits rendements, il se démarque de la majorité de ses confrères de Fully. Passionné par les vieux cépages, il est parvenu à sauver de l'extinction la grosse arvine, en couvant les 4 derniers pieds encore connus dans le vignoble. Parce que, évidemment, si l'on connait très bien la petite arvine, cela veut dire implicitement qu'il en existe une plus grosse! De la grosse arvine, il n'y en a pas la queue d'un grain, dans ce Vin orange, issu d'une macération longue de marsanne et pinot gris. Pas nom plus le moindre petit bout d'une amphore, mais un élevage en fût de mélèze, un contenant largement utilisé il y a longtemps de cela en Valais, avant de tomber bêtement en désuétude, tant il est intéressant, car ne boisant pas les vins. Un vin réellement étonnant, au nez surmaturé sec et puissant, mais à la bouche plutôt stricte. Un finale explosif pour une gamme globale très séduisante, mention particulière aux Racines de Fully, de vieux gamays hautement buvables et recommandables.

    IMG_2441.jpg

    Et puis, ultime escapade sur la lune, un vin bleu m'attendait quelques tables plus loin. Luna Blu 2010, à ne pas consommer avant 2017, selon Bertrand Habsiger, vigneron à Caspri. Yes you Toscane, mais c'est quand même déjà ultra bon et ultra orange!

     

    Ultra Orange, justement, tiens!

     

     

    Olif

     

    P.S.: Vinivivi fut un immense succès, apparemment. Il faut croire qu'il y avait une demande helvétique pour ce type d'événement. Ce fut l'occasion pour moi de découvrir les vins du domaine de Chèrouche. Le Valais au naturel grâce à Marc Balzan et une totale redécouverte de certains cépages autochtones, vinifiés de façon minimaliste. Un gros coup de cœur, qu'il faudra aller confirmer sur place bientôt, c'est tout le mal que je me souhaite!

     

    IMG_2438.JPG

     

    Et puis l'occasion aussi de croiser à nouveau la plus belle barbe souriante de Fully, une belle et vraie tronche de vin, qui sait être sérieuse pour la photo!

     

    IMG_2436.jpg

  • La Loire, des caves aux greniers... (3)

    DSC_3371.JPG

    Ultime étape de ce marathon ligérien hivernal, sans neige pour une fois, Saumur, ses Canons et ses caves troglodytiques. Première étape le dimanche soir aux Canons de Saumur, chez Gaétan Leveugle. Sans doute la plus belle adresse du coin, avec une organisation sans faille cette année, pour absorber le flux de visiteurs divesques. Aux Canons, on mange bon et on boit bon. Ça vaut le coup! De canon. Le Jura y est particulièrement à la fête, une bouteille de Ganevat posée sur presque chaque table pour accompagner le repas. Si ça ce n'est pas un critère de qualité....

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

    Os à moelle, tripes, jarret, de la cuisine qui goûte, au moins autant que les vins susceptibles de l'accorder. Sur notre table, des bulles boulardiennes et d'autres flacons importés, exceptionnellement autorisés pour cause de melting pot Divesque. L'occasion de faire découvrir aux melting potes d'autres recoins jurassiens, parfois un peu mieux cachés. Et de boire quand même du local, en avant-première, grâce à la générosité d'un surfer ligérien aux yeux de Breizh.

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

     

    Une soirée parfaitement organisée par un caviste bruxellois qui a d'la gueule, même s'il a retiré ses lunettes pour la photo!

     

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

     

    Le retour du JeDive, c'était le thème de cette 14ème Dive Bouteille, la 4ème à laquelle je participe, depuis son come-back to the roots en Loire.

     

    Dive+2013-p.1-exe.jpg

     

    À grands coup de pipette-laser, se frayer un chemin dans les souterrains du Château de Brézé, il a fallu. Le jeu en valait la chandelle, bon nombre de Tronches se terraient dans la pénombre, où même les chauves souriaient.

     

    DSC_3324.JPG

    Oui, j'avoue. Triché j'ai, un peu. Mais Stéphane Tissot a néanmoins été aperçu déambulant dans les galeries de Brézé le lundi 4 février, dégringolant ainsi des Greniers à la cave et du Haut-Anjou en Saumurois.

    La Dive, la divine, la diva. Sans doute le plus merveilleux des salons de vins, le plus roots, le plus naturel, le plus indispensable. L'itinéraire balisé dans les caves de Brézé se peaufine d'année en année et on ne peut même plus lui reprocher de mauvaises conditions de dégustation (sauf à préférer définitivement déguster au salon, en smoking, le cul posé sur un fauteuil Louis XVI, le petit doigt en l'air, avec un crachoir en argent pour spiter du bout des lèvres un filet de salive bleutée délicatement essuyé avec un bavoir brodé en lettres d'or). Oui, l'ambiance de la Dive est chaleureuse et conviviale. La faute aux vins qu'on y goûte, sans nul doute, et aussi, je suppose, par la grâce fédératrice de son organisatrice, Sylvie Augereau, à qui je ne voudrais pas donner l'impression de passer trop de pommade, mais, quand même, c'est vrai, la Dive, c'est plutôt l'fun, je trouve.

     

    tronches de vin,dive bouteille,brézé,stéphane bannwarth,

    Nouveau vigneron Jedi cette année, Stéphane Bannwarth est venu avec une belle collection de cépages alsaciens, vinifiés traditionnellement et naturellement, voire en amphores. L'amphore! Ce sera un peu le fil conducteur de ce parcours ligérien, débuté à Langeais, dans les caves de Marie Thibault-Cabrit, en compagnie de Fanny Breuil (ingénuine du vin) et Giulio Armani. Au domaine Bannwarth, l'amphore n'est pas une lubie passagère. Les qvevris ont été directement rapportées de Géorgie pour être enterrées en terre alsacienne. Le résultat, ce sont deux vins complètement étonnants, un gewurtz et un pinot gris à la dimension terrienne impressionnante. L'amphore, c'est fort!

    tronches de vin,dive bouteille,brézé,stéphane bannwarth,

     

    Aux côtés d'un Jacques Maillet en forme olympique savoyarde, le domaine des Miquettes, déjà croisé à Besançon il y a quelques années, proposait un petit off de off sympathique, avec un joli Saint-Jo blanc et, en avant-première, un viognier orange, la couleur mécanique à la mode, à qui cela seyait plutôt bien.

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

     

    En cherchant bien, dans les souterrains, on pouvait tomber sur quelques quilles pirates, sorties de la besace de cavistes qu'ont d'la gueule ou même de Dealers de vin qui n'en sont pas dépourvus non plus. Petite galerie de tronches, glânées au fil des galeries:

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

    Paco, caviste d'Ivry qu'a d'la gueule...

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

    Bertrand, dont la tronche navigue au gré du vin et de la moutarde...

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

    Antoine et Justine, inséparables dealers, dont la came, en plus d'être légale, a d'la gueule...

     

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

    Lætitia, affranchie de la Loire qui, elle aussi, a d'la gueule...

     

    Et pour clore ce chapitre ligérien hivernal, un peu de soleil sudiste sur un tonneau déjà bien chargé, une triade de beaux vins du Languedoc qui ont une âme et une Anne: Pot d'Anne, Anne a wine again et Anagramme d'Anne Paillet. On en redemande!

    tronches de vin,dive bouteille,les canons,saumur,brézé,sylvie augereau,stéphane bannwarth

     

    Olif

     

    P.S.: l'actualité, évidemment, c'est la sortie imminente de Tronches de vin, véritable chaînon manquant et bouquin sur le vin que le monde entier attend depuis des lustres, sauf Michou, évidemment, bien trop occupé à rédiger un énième pensum sur le vin bio, pour répondre aux vignerons italiens natures, qui ont bien des arguments à lui opposer, y compris quand ils sont traduits en belgo-suisse allemand.

     

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer,

     

    Tronches de vin, vous n'avez pas fini d'en entendre parler!

  • La Loire, des caves aux greniers... (2)

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

    On change un poil de registre, et de chapelle aussi un peu. Les Vins Anonymes, nouvelle branche plutôt nature de ces offs angevins, a d'ailleurs élu quartier dans la plus belle, de chapelle. La Collègiale Saint-Martin, magnifiquement restaurée, sert désormais à accueillir de l'événementiel, en dehors des heures de visite. Le Bon Dieu ne s'y trouve plus officiellement, mais les dégustations qui s'y déroulent sont parfois bénies, ce n'est pas Ivo L'escarpolette qui dira le contraire.

     

    DSC_3338.jpg

    Lieu magique, ambiance recueillie, hamburgers à la crépine de Manu Chavassieux et vins du Languedoc, Ivo est aux anges. Il a même organisé un petit off de off à sa table, avec les vins du Petit Domaine, de Julie Brosselin et Aurélien Petit. Sans complexe, Aurélien propose à la dégustation ligérienne un joli chenin d'Oc, avant une saignée de grenache et deux rouges plus corsés. Un Petit domaine à suivre, du côté de Montpeyroux.

     

    DSC_3346.JPG

    Après ce revigorant petit en-cas et le salut confraternel d'un sommelier-caviste qui a d'la gueule, il est temps de retourner bosser. Tout le monde au Bureau, Saperlipopet!

     

    DSC_3347.JPG

    Le Pet'nat de Damien Bureau, installé à Chanzeaux, après quelques classes jurassiennes il y a bien longtemps de cela, goûte parfaitement sec, saperlipopette! Et Mille Sabords, chenin tranquille goûte parfaitement mûr, tonnerre de Brest! Étiquettes gaies et colorées, noms clin d'œil plutôt sympas, autant de bonnes bouteilles à ne pas mettre dans les mains des buveurs doués de trop de raison ou qui croient y avoir. Et je ne parle même pas du pineau d'Aunis 2012, exclusivement en magnum, qui n'a pas encore d'étiquette pour l'instant. Ni Brigitte Lahaie, ni rien, pourtant c'est déjà un sacré obus!

     

    DSC_3348.JPG

    Et puis d'autres grapillages, chez Didier Grappe, de jolis vins et un nouveau nom jurassien que l'on est heureux de voir figurer parmi ceux qui se bougent et s'exportent hors des frontières du Jura, avant d'aller boire un Bock en Ardèche avec Sylvain.

     

    DSC_3352.JPG

     

    Et puis, il a fallu faire Des pieds et des mains pour goûter aux obus du domaine du Mortier. Mais ça valait le coup de patienter jusqu'au retour du vigneron. Saint-Nicolas et Bourgueil comme on l'aime, avec de la chair, du fruit, du croquant!

     

    83636570_o.jpg

    Crédit photo ©La pipette

     

    Impossible de quitter Angers sans aller prêter allégeance au Roy René, en son logis du Gouverneur, sis à l'intérieur de l'imposant Château, en cours de rénovation. L'occasion de franchir le pont-levis, gardé par un gentil cerbère chargé d'exfiltrer les Pénitents venus goûter aux jus de la treille de la foule des visiteurs du dimanche. Le Gouverneur sait au moins aussi bien recevoir que l'Ambassadeur et la foule se pressait autour des tables, malgré l'absence de petits fours. Là aussi, quelques tronches éparpillées, posent volontiers pour la postérité.

     

    DSC_3355.JPG

    Vive l'Alsace libre. Notamment avec ce Riesling Muenchberg 1999 élevé 4 ans en vidange, puis un certain nombre d'années en bouteilles avant d'obtenir son bon de sortie pour le verre. Quand c'est oxydé, c'est oxydé, mais c'est bien bon et volontaire, destiné à affiner l'alcool d'un vin très riche qui goûte parfaitement sec. Bienvenue dans le (Patrick) Meyer des mondes!

     

    À suivre, encore ...

     

    Olif

  • La Loire, des caves aux greniers... (1)

     

    DSC_3366.JPG

     

    Au vu du succès rencontré par les salons off de Loire et de la qualité globale des vins proposés à la dégustation, des Greniers Saint-Jean aux caves divines et troglodytiques de Brézé, en passant par le logis du Gouverneur et l'anonyme Collégiale Saint-Martin, il ne faut pas être bien fûté, ni même meilleur dégustateur français du monde, pour se rendre compte que l'avenir de la viticulture de qualité se situe bien dans cette voie biologique, biodynamique, voire même nature. L'élite de la production française, voire mondiale, ne s'y trompe d'ailleurs pas, n'hésitant pas à entamer une démarche de certification officielle "par pure honnêté", tandis que les vignerons bio ou biodynamiques précurseurs, qui le font uniquement par conviction profonde, ne sont sans doute que de vulgaires trompeurs sur la marchandise, puisque leurs vins ne font même pas partie, pour la plupart, du bottin &D mondain des meilleurs vins de la planète. Il est sans doute plus facile de se draper dans sa dignité que de venir goûter avec la plèbe.

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer,

    Il faut dire que ce week-end-là, dans la Loire, on pouvait croiser un certain nombre de tronches. Des Tronches de vin, authentiques vignerons, des cavistes qu'ont d'la gueule, des tronches sympathisantes, de la bloglouglou ou d'ailleurs. De bonnes trognes ou de jolis minois, dont la particularité fut d'avoir l'œil gauche allumé et pétillant derrière son Spiegelau expert. Pour les gauchers, ce fut parfois le droit, pour d'autres l'oreille, qu'on leur accorde bien volontiers, à la manière de César.

     

    DSC_3395.JPG

    À tout seigneur, tout honneur. Monsieur Tolmer lui-même, dit Toto, dit Mimi, reconverti en vendeur de tee-shirt pour l'occasion. On ne le remerciera jamais assez de nous avoir proposé une aussi belle couverture et on ne lui en voudra même pas de ne pas avoir respecté la consigne et d'avoir préféré son oreille droite à l'œil gauche pour y poser son verre. Le privilège de l'artiste!

    DSC_3394.JPG

    À ses côtés, fortement diminué, parce que cloué sur une chaise en raison d'une mauvaise douleur contractée lors d'un effort de débouchage trop violent, Monsieur Quesnot, dit Fifi, dit PQ, âme pensante de Glougueule. Il avait beaucoup trop mal pour ne pas respecter la consigne, même s'il a fallu faire plusieurs prises pour ne pas être obligé de proposer à la foule en délire un cliché grimaçant.

     

    DSC_3364.JPG

    Enfin une dame, du genre qui n'arrête pas de semer son petit grain d'orge dans la Loire, à droite à gauche, et qui ne savait pas encore, à l'heure où la photo a été prise, qu'elle serait promue star mondiale en devenant lauréate du 7ème Wine Blog Trophy, après avoir écrasé à plate couture un catalan d'adoption, inapte à reconnaître quelques vins de Loire mal embouchés, le palais sans doute gâté, la veille au soir, par quelque pinot noir techno-nature.

     

    Flash-back et retour aux Greniers Saint-Jean, en ce samedi matin 2 février. Démarrage en roue libre, dès l'ouverture. Les vignerons ne sont pas tous très matinaux. Un peu de Champagne pour la mise en bouche, celui de Marie Courtin et Dominique Moreau, levées dès l'Aube pour faire goûter 3 cuvées en totale Résonance et Concordance, cette dernière sans soufre ajouté pendant la vinification. Quelques rouges à suivre, en Beaujolais et Saint-Jo, chez Michel Guignier et Jean Delobre. En jour Tronches, force est de reconnaître que les rouges ne goûtaient pas bien et que, à chaque fois, une amertume finale est venue parasiter la dégustation de deux domaines que j'apprécie d'ordinaire beaucoup.

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer,

    Et puis, Gramenon et Michèle Aubéry. Qui propose à la dégustation les 2012. J'ai beaucoup aimé Sierra du Sud, proposée également dans une version 2011 collector, élevée 14 mois en fûts, dense et pleine. La Sagesse 12 en est déjà pleine et la Mémé n'est toujours pas bonne pour la maison de retraite. Un embryon de Mémé qui promet même déjà beaucoup pour plus tard.

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

    Des jolis minois du vin, on en croise régulièrement dans les travées des Greniers, dont certains qui n'ont pas hésité à traverser des océans pour venir boire à la source, avant de le faire sur le Web. Ça aussi, ça a d'la gueule!

    Les Greniers à peine dépoussiérés, il était déjà l'heure de faire une pause. Poser les rames juste un instant et gagner Une Île, dans la mesure du possible. Y retrouver des Dealers de vins et un Ami Chenin, se ressourcer à grands coups de Vin Jaune 2004 de Fanfan Ganevat et de Souteronne d'Hervé Souhaut, en accompagnement d'un simple et joli menu du marché.

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

     

    Une fois les petits gris et le bœuf avalés, retour aux Greniers pour continuer à collectionner des Tronches et goûter un peu aussi. Étape à Chablis pour se délecter des 2011 des de Moor, qui auraient largement mérité d'être tronchisés, mais voilà, il a fallu faire des choix, parfois cruels (mais on se rattrapera, ils seront dans le tome 2, c'est sûr). Un aligoté juste enivrant et des Chablis vivants, mention particulière à Rosette, à la finale vibrante. Juste à côté, c'est-à-dire pas trop loin, Athénais de Béru, rien à voir avec San Antonio, faisait aussi goûter ses 2011. Un style à l'opposé de celui des de Moor, mais une belle définition des terroirs. Joli!

    Autre grand moment, la dégustation, toujours épatante, des vins de Julien Guillot, fier descendant des moynes de Cruzille et gardien de leurs vignes. Les Vignes du Mayne sont en bio depuis le premier millénaire et ce n'est pas maintenant que ça va changer!

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

     

    No te lo do io il vino naturale italiano! Après avoir passé la première (les jolis Montalcino de la belle Stella di Campalto), on monte tout de suite la seconde, pour un petit voyage en Toscane plutôt réussi, avec le Chianti classico de Silvio Messana, gentleman farmer biodynamique à Montesecundo. Avant de se noyer dans le Granato en compagnie d'Elisabetta Foradori. Mamma mia...!

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

     

     

    À suivre...

     

    Olif

     

    P.S.: Tronches de vin à peine imprimé qu'il est déjà relié et mis en cartons, direction les Éditions de L'Épure, où l'on peut déjà le commander en direct. C'est pas beau, ça?

     

    tronches de vin,greniers saint-jean,dive bouteille,salon des pénitents,vins anonymes,michel tolmer

     

    P.S.2: le Taulier s'est fendu d'un joli billet et d'une interview de ma pomme, à l'occasion de la future sortie de Tronches de vin.

     

    P.S.3: La Pipette relate également avec beaucoup de justesse l'historique de cette grande aventure.

  • Couchés dans le foin, avec le ploussard pour témoin...

    IMG_2364.jpg

     

    À défaut d'amour dans un pré, le poulet se roule parfois dans le foin. Avec le ploussard pour témoin. Fin janvier à Pupillin, un temps à ne pas mettre un renard dehors. Pourtant, il rentrait tout juste d'une virée parisienne. Un poil fatigué, mais le poil bien lustré. Petit tour par la cave de Philippe Bornard, pour goûter des jus de 2012. Peu de volume, mais du jus, dediou! Le Ginglet, trousseau de cuve, c'est du glou, pour sûr. La Chamade, de battre son cœur ne s'est pas arrêté, à ce joli ploussard, loin de là. Élevé en cuve jusqu'à présent, il présente une pointe de réduction somme toute plutôt logique. Depuis deux millésimes, cette Chamade, qui passe habituellement en foudre, se retrouve en bouteille juste après la cuve, tant son fruit éclate.

     

    philippe bornard,point barre, la chamade,

     

    Et, pendant ce temps, le poulet faisait un foin du diable pour qu'on passe à table. Une recette *** inspirée de Passard, qui rime avec ploussard, préparée avec amour, qui est aussi parfois dans la cuisine. Bêtes à manger du foin, mais néanmoins émerveillés. Par le poulet magnifiquement parfumé par un foin bio qu'il à fallu aller chercher exprès pour l'occasion, par les scorsonères qui l'accompagnaient, cuits de deux façons (même si la version marinée, puis braisée, a laissé un poil d'amertume à la cuisinière), et aussi par ces deux bouteilles d'exception. D'abord un ploussard 1992, issu d'une récolte productive et laissé sur pied dans un premier temps pour cause de quotas atteint à la Fruitière de Pupillin, puis vendangé trois semaines plus tard pour une consommation personnelle. En légère surmaturité, donc, mais plutôt bienvenue, qui a donné un vin plein et concentré, encore très jeune. Et puis ce trousseau 1999, superbe de fraicheur et de gourmandise, taillé pour une garde exceptionnelle. Deux vins qui ont d'la gueule!

    Et enfin par ce qui paraissait être un marbré de fromage au chocolat et qui s'est avéré être du cheddar affiné à la Guiness.

     

    philippe bornard,point barre, la chamade,

     

    Olif

     

    P.S.: Du 23 février au 3 mars, la promotion 2012 de L'amour est dans le pré va aller faire le foin au Salon de l'Agriculture de Paris. Ça devrait dépoter sec Porte de Versailles, sans que le Parc des expositions ne se transforme en lupanar géant, toutefois.

    Et en bonus, pour tous ceux qui ne l'avaient plus écoutée depuis longtemps et qui en rêvaient. Allergiques au foin s'abstenir!

     

     

    P.S.2: ce week-end, faute de ploussard, on pourra boire du vin jaune à Voiteur, à l'occasion de la 17ème Percée du Vin Jaune. Il devrait faire un peu moins froid que l'année dernière, mais rien n'est certain. Une "goutte froide", synonyme de tempête hivernale, pourrait couler sur l'Europe de l'Ouest, selon les spécialistes locaux.

     

    philippe bornard,point barre, ploussard,la chamade,

     

    P.S.3: je ne pourrai être de cette 17ème Percée, pour cause, non pas de piscine, mais de Salons ligériens. La "goutte froide" touchera-t-elle aussi la Loire? Les souterrains troglodytiques du Château de Brézé serviront-ils une nouvelle fois de refuge aux festivaliers ligériens perdus dans les neiges? Vous le saurez en regardant le prochain épisode de Le Blog d'Olif descend la Loire, prochainement sur vos écrans.

     

    philippe bornard,point barre, ploussard,la chamade,

  • VDV#52: (R)assembler, vin collectif

    renaud berthoud,mazet des crozes,(r)assembler,l'ange et l'hic,vent d'anges

     

    Vendredisduvin

    Les blogueurs, ces farouches individualistes forcenés, ont-ils tendance à se la jouer trop perso, d'une manière générale? Pas lorsqu'ils participent aux Vendredis du vin, cette réunion collective mensuelle, en tout cas. Tous unis autour d'une même cause, ils partagent leurs bouteilles virtuellement avec leurs co-religionnaires. Le P'tit blanc, sans se hausser du col qu'il n'a pas, a voulu nous ramener à la grande aventure humaine et nous faire parler de vin coopératif, d'œuvres collectives et d'utopies concrètes. Tout petit déjà, sans doute, il préférait les sprints du peloton aux courses contre la montre individuelles. Et ce, bien avant que Lance ne joue aux fléchettes dans la chambrée, avec le cul de ses co-équipiers pour cible.

    Le vin conçu comme un sport co? Oui, ça existe. De la vigne au chai, tout peut se faire en équipe, à la coop ou pas. Même quand on n'est pas sur place, tiens!

     

     

    renaud berthoud,mazet des crozes,(r)assembler,l'ange et l'hic,vents d'anges,

     

    Attention, le vin peut (R)assembler..! (R)assembler, vin collectif, c'est le projet un peu fou de Renaud Berthoud, du Mazet des CroSes, une vente en souscription d'un genre nouveau: impliquer les participants à l'élaboration du vin qu'ils ont pré-acheté. À deux reprises, des échantillons prélevés sur fût ont été adressés aux 24 souscripteurs. On a pu goûter, regoûter, assembler, jouer à la dinette pour certains et donner notre avis. Sur ce qu'on goûtait, sur la proportion de l'assemblage, sur l'étiquette, sur plein d'autres choses. On ne s'est pas leurré non plus, hein? Les avis furent parfois divergents et il a fallu trancher. Renaud l'a fait, évidemment. Parce que c'est lui le seul et unique vigneron, d'abord. Et qu'il était le plus à même de juger de l'évolution du vin. Mais, dans la mesure du possible, il a tenu compte des sensibilités. Au final, ce vin collectif 2009, composé de 30% merlot, 30% cabernet-sauvignon, 25% grenache et 15% syrah a été produit à 2000 exemplaires. C'est un joli reflet de l'état d'esprit du Mazet, je trouve. Un vin (d'un joli coin) de France, éparpillé façon puzzle, qui a fini par se reconstituer dans une bouteille.

     

    On peut se le procurer chez Vinivert ou sur Vins Étonnants, deux belles adresses collectives pour acheter du bon vin.

     

    Olif

     

  • Le vin est amour...

    IMG_2355.jpg

     

    Le vin est amour, le vin est plaisir, le vin est bonheur. Allelouiah! Love and pif. Bois, pisse and love, ce bel aligoté de Yann Durieux qui exacerbe la Recrue des Sens. Dans la joie et la bonne humeur, mon frère. Et toi aussi ma sœur, il n'y a pas de raison. J'ai le vin qui va bien pour toi.

     

    IMG_2357.JPG

    Ce gamay du Vendômois occasionne des râles de plaisir à qui en avale une gorgée. .G, d'Émile Hérédia, du domaine de Montrieux, ravira toutes celles (et ceux) qui sont avides de sensations fortes, organiques, orgasmiques. Rien de salace dans tout cela, pourtant. Juste du vin propre, bio, nature, bien élevé. T'en veux?

     

    DSC_3244.jpg

     

    Si toi aussi tu en as dans la culotte, ce vin du Jura est fait pour toi. Shocking? Rien d'obscène là-dedans, malgré ce que tu crois. Juste une pointe d'érotisme sur une étiquette, un croquis d'alchimiste artiste pour un vin inspiré, du jus de cépages originaux qu'il eût été ballot d'oublier, surtout lorsqu'ils ont été vinifiés de façon aussi minimaliste. Signé Jean-François Ganevat, cette bouteille fait couler beaucoup d'encre auprès des ligues de (petite?) vertu. Toutes à mettre dans la même SAQ? Tant pis pour eux, moi, J'en veux!

     

    Oui, le vin est amour, platonique, sensuel, érotique. Le vin est amour, mais pas toujours. Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondovinos possible. Sur le web, ça s'écharpe, ça gueule, ça s'étripe, ça se lapide, ça se querelle, ça se colle des bifles, dans le seul et unique but de savoir qui est susceptible d'avoir la plus grosse. Le nature, le bio, la biodynamie, tout le monde s'en prend pour son grade, lorsqu'il s'agit de défendre une vision du vin archaïque et dépassée, même si elle se veut avant tout moderne, parce qu'elle sacrifie tout à la technologie, à la vigne comme au chai. Pour qui veut tutoyer les sommets, mieux vaut ne pas s'embarrasser de trop de principes moraux. Mais gare à la déchéance...

     

     

    Capture d’écran 2013-01-22 à 16.53.53.png

    Depuis plusieurs années, il était le maillot jaune du Tour de France du vignoble. Des titres soit-disant conquis de haute lutte, alors qu'il était chargé à mort. C'est après avoir imprudemment lorgné sur le Giro italien, que le gourou est tombé. "TE LODO IO IL VINO ... NATURALE". Convaincu de dopage au vin technologique, ayant sans doute bénéficié de la bienveillance de l'UCVI (Union Critique Vinique Internationale), Michel B. a fini par avouer et craquer devant la plume fraichement arrachée du derrière du bon vivant, exécuteur des basses œuvres internautiques d'un consortium sur le vin dont on taira le nom, pour ne pas trahir l'anonymat de son gourou. Un règne s'achève, ce n'est pas trop tôt, vivement le suivant!

     

    "-Avez-vous consommé des sulfites?

    -Oui.

    - Avez-vous inhalé des pesticides?

    -Oui.

    -Avez-vous reçu des transfusions de gros rouge qui tâche?

    -Oui.

    -Avez-vous développé une aversion pour le cuivre?

    -Oui.

    -Avez-vous touché des pots de vin technologique?

    -Oui.

     

    ..."

     

    Une interview qui laisse pantois et se passe de commentaires. Ah, c'est pas joli joli, l'envers du décor de la critique vinique internationale.

     

    Allez, Pif and love quand même!

     

    Olif

     

    P.S.: le lecteur attentif l'aura remarqué, je ne suis pas très doué pour le photomontage. Si quelqu'un sait faire mieux, je suis preneur.

     

    P.S.2: "aller de l'avant en faisant marche arrière", c'est devenu le credo d'un biodynamiste convaincu comme Stéphane Tissot. Et je ne pense pas que l'on puisse beaucoup se plaindre de la qualité de ses vins. Ce ne sont pas les petits gars de Maigremont qui diront le contraire!

    P.S.3: pour une réponse autrement plus sérieuse et argumentée au baroud d'honneur et au disque rayé de MB (©Vindicateur), on lira la réponse de Claire Laval, du Château Gombaude-Guillot, publiée sur le blog de Lestignac.

  • Ouf!

    jean-baptiste menigoz, les bottes rouges,tronches de vin,marie rocher,arbois,petillant naturel,ouf,

    Un coup de Bottes rouges dans le cul, et ça repart! Vin Ouf, largement plus débridé et recommandable que le même orthographié à l'envers, produit pourtant par une ancienne figure de la viticulture locale. Ce délicieux chardonnay pétillant naturellement est la première cuvée officielle de Jean-Baptiste Menigoz, ancien ratapoil, toujours instituteur à mi-temps. Vinifiant depuis plus de 10 ans à titre personnel et amateur, le ratapoil n°2* a déjà une certaine expérience de la vigne et du vin. Pour l'instant installé à Mesnay, la proche banlieue d'Arbois, le domaine des Bottes rouges déménagera courant de l'été à Abergement le Petit, dans la plaine arboisienne, à proximité des parcelles que cultive désormais Jean-Ba.

     

    jean-baptiste menigoz, les bottes rouges,tronches de vin,marie rocher,arbois,petillant naturel,ouf,

     

    Trop à l'étroit dans la maison actuelle, squattant les caves des voisins, les Bottes rouges franchiront 7 lieues d'un coup, ou presque, pour se retrouver plus à l'aise. Pas de changement pour les vins, par contre, qui ne devraient avoir aucune raison de s'en plaindre. 2012, premier millésime officiel, n'a pas été très généreux sur les quantités. Le chardonnay est un petit régal de soif, titrant moins de 12°, vif et gouleyant. Le mettre en bouteille sur son fruit pourrait être l'option retenue, afin de pouvoir le présenter au prochain salon du Nez dans le Vert. Le savagnin n'a pas encore mangé tous ses sucres, mais il y a d'ores et déjà dans le fût une belle matière. Les rouges sont déjà bien séduisants, ploussard et pinot, même si leur destin n'est pas encore scellé (mise en bouteille séparée ou assemblage, qui légitimement tient la corde). On reparlera sans nul doute des Bottes rouges bientôt, et pas plus tard qu'au Nez dans le Vert, évidemment.

     

    jean-baptiste menigoz, les bottes rouges,tronches de vin,marie rocher,arbois,petillant naturel,ouf,

     

    Cet apéritif arboisien improvisé fut l'occasion d'une rencontre avec de biens jolis minois, de passage dans la petite ville d'Arbois, pourtant en hivernage quasi-complet, sous une pluie battante et glaciale. Un rayon de soleil dans la froidure humide jurassienne. Tronches de vin désormais sur les rails, Marie Rocher va pouvoir décompresser et se consacrer au lancement du futur best-seller de ce printemps 2013, un anti-guide qui devrait avoir de la gueule, à paraître aux Éditions de l'Épure le 15 mars 2013. Ouf!

     

    Olif

     

    * le ratapoil n°1 a démarré son aventure officielle avec le millésime 2009: il s'agit du domaine du Ratapoil, justement.

  • Don Bettanillo e gli stupidi biologici

    Imgp3867

     

    Comment on dit biocon, en italien? N'ayant pas réussi à contenir l'invasion des hordes françaises  d'indigènes levuriens complètement assoiffés de bioconneries viniques, Don Bettanillo s'attaque finalement au marché italien.

     

    bettane,biocons,vin nature,vin naturel,vinivivi

     

    -"Mais ce ne sont que quelques vins minoritaires, Don Bettanillo..."

    -"Oui, Seigneur, mais ils sont oxydés et ils puent de la mort!"

     

    Le vin nature gagne du terrain et c'est heureux. Les Italiens n'ont d'ailleurs pas attendu les Français pour s'y convertir. La charge michoubidesque dans le très respectueux Gambero Rosso s'apparente à la traversée des Alpes par Hannibal. Éléphantesque! Pauvres transalpins, qui voient débarquer chez eux notre Michounibal avec ses gros sabots.

     

    bettane,biocons,vin nature,vin naturel,vinivivi

     

    C'est Jonathan Nossiter, célèbre réalisateur de Mondovino*, qui a révélé "l'affaire" sur Facebook, en traduisant ce papier approximatif et honteux signé Bettane et Desseauve, ce qui a déclenché des réactions en chaîne dans le mini-monde du vin connecté. Le bistrotier du fond à gauche recyclerait bien Michou en gardien de phare, un poste où il excellerait sans aucun doute. Alice Feiring abandonne bien volontiers son allocation d'Ornellaia à Michoubidou. Mister M., assisté de Mister T., a foutu une grosse pâtée à Mister B dans l'amphithéâtre des levures. Lilian Bauchet a regardé la caravane des vins naturels passer pendant que le chien de Don Bettanillo aboyait. Et Isabelle Perraud, des Côtes de la Molière, a expédié des cartons de Beaujolais nature en Italie. À Don Bettanillo?

     

    bettane,biocons,vin nature,vin naturel,vinivivi

     

    Le vin naturel gagne du terrain, c'est heureux. Il franchit même désormais toutes les frontières**. Bienvenue en Suisse, alors! Ou bien. Sans doute légèrement retardé à cause des formalités douanières, il arrive enfin à y faire son premier salon, Vinivivi. Au Péristyle de l'Hôtel de ville de Neuchâtel, s'il vous plaît. Moins d'un mois après la présentation officielle du Non-filtré, une institution là-bas. Les 8, 9 et 10 février, le Péristyle n'en manquera pas. De style, de non filtré, mais aussi de non levuré et de non sulfité. Veni vinivivi vici!

     

    On attend avec impatience la diatribe de Herr Bettanich en Suisse allemand pour préserver les Helvètes d'une dérive levurienne indigène.

     

    Olif

     

     

     

    * film magnifique, controversé, honni par les amateurs d'étiquettes et de vins conventionnels pour son discours jugé manichéen, tandis que le cinéphile averti a tendance à le classer parmi les chefs d'œuvre du genre, d'un point de vue purement cinématographique. L'amateur de vins moins conventionnels, quant à lui, est aux anges pour les deux raisons.

     

    ** Je taquine, car il existe d'excellents passeurs de vins naturels en Suisse et ce, depuis de nombreuses années.

  • Laisse béton (ou pas!)

    mas de libian,hélène thibon,

     

    Les vœux du Mas de Libian, c'est chaque année un rayon de soleil en plein hiver, un trait d'humour dans ce monde cruel, une bouffée d'oxygène à 5000 mètres de fond. En 2011, Libian proposait une cure de remise en forme à grands coups de bons canons. En 2012, pas question de se laisser acheter par les schisto-dollars. Et puis, ce fut la fuite. La tuile, la cata. En 2013, Libian ne laissera pas béton. Ses cuves seront désormais étanchéifiées à toute épreuve, pour que le Grand vide ne se reproduise plus jamais.

     

    mas de libian,hélène thibon,

    Cliché ©Mas de Libian

     

    Tout ce qui ne s'est pas retrouvé dans le caniveau, par la faute à un béton défectueux, a permis l'élaboration, en plus d'un faible nombre de bouteilles, de quelques magnums, non commercialisés. J'ai la chance d'en avoir un. Numéroté, signé, dédicacé. Un exemplaire unique, inestimable, un vainqueur, un survivant de haute lutte, parce que le bon vin, c'est plus fort que le béton.

     

    mas de libian,hélène thibon,

     

    Et je connais au moins un marchand de cuve qui ferait mieux de marcher à l'ombre pendant quelque temps!

    Raison pour laquelle, en 2013, ne lâchons rien et continuons de boire ardéchois de Saint-Marcel: "Buvez du bon, buvez du Thibon, buvez du Mas de Libian!"

     

    Olif

  • Prise de position

    DSC_2127.JPG

     

    Il n'a pas le crâne rasé, ni ne porte de calot, Géraud. Géraud Fromont, mari de Pauline, s'est installé dans le Jura en 2006. Aux Marnes Blanches, plus précisément. Dans une grosse bâtisse située le long de l'ancienne route nationale, à Sainte-Agnès, Sud-Revermont. Rapidement converti en bio, son domaine a intégré l'association du Nez dans le Vert, celle des vignerons bio du Jura, qui tiendra salon au domaine de la Pinte les 24 et 25 mars prochains. Authentique comtois, originaire de Velotte, quartier bisontin localement au moins aussi célèbre que Camaret, grâce à son curé, réputé pour avoir tout ce qu'il faut dans sa culotte, il lui en a sans doute fallu un peu pour prendre en charge, en plus de son domaine, le néo-vignoble de Besançon, recréé sur les bords du Doubs, à Velotte, justement, où des traces du passé attestent de la présence de la vigne à cet endroit-là, bien avant que le phylloxéra et l'ANPAA ne commencent leur œuvre destructrice.

     

    DSC_3265.JPG

    Quand on regarde son reflet dans une glace, cette bouteille de chardonnay se laisse prendre en photo par derrière. La preuve! Un verso technico-poético-informatif, véritable reflet de l'état d'esprit et du terroir de ce vin.

     

    IMG_1332.jpg

     

    En levrette, terroir de calcaires à gryphées (petites huîtres fossiles qui n'ont plus que la coquille), vous mettra à genoux, c'est écrit sur la contre-étiquette. En levrette, c'est un lieu fréquenté par les lièvres, étymologiquement parlant. Vert au printemps, rieur, charmant, revigorant, il doit faire bon s'y ébattre dans l'herbe tendre, par devant, par derrière, quand on est un père lapin ou une mère lapine.

     

    DSC_2150.JPG

    En levrette 2009, c'est un beau chardonnay ouillé aux arômes délicatement floraux sur une touche fumée, avec une petite pointe de gras en bouche, qui donne des envies de Sud Revermont et des pulsions de lièvre.

    DSC_2125.JPG

     

     

    Olif

     

    P.S.: les 24 et 25 mars, les vignerons bios du Jura prendront une nouvelle fois position pour se retrouver le nez dans le vert. Ça se passera au domaine de la Pinte, il fera beau comme à l'accoutumée et les vins seront bons. Avec, sans aucun doute, une belle exposition de Tronches de vin!

     

    géraud fromont,domaine des marnes blanches,sainte-agnès,sud-revermont,en levrette,

     

  • Et surtout, la santé...!

    MEILLEURS J'EN VOEUX POUR 2013

    DSC_3251.JPG

    Surtout les filles, hein?


    Après 2012, année de la loose, il va falloir en vouloir, pour espérer mieux dans le futur. Alors, 2013..?

     

     

     

    Olif

  • Écrevisses sans fin...

    risotto aux écrevisses,bertrand minchin,ménetou-salon,morogues,pomerais,

     

    L'autre jour, alors que j'allais faire mon marché, mon petit panier sous le bras, je n'ai pas rencontré la fille d'un avocat. Juste mon épicier habituel, tout juste de retour de Rungis avec son char à bœufs. "Elle est belle, ma langouste, elle est belle!" "Tu veux la sentir, ma grosse truffe?" Dans un coin, une poignée d'écrevisses cherchaient un nouveau maître. L'œil humide, presque suppliant, elles agitaient leurs petites pinces pour qu'on s'intéresse enfin à elles. Dans le carton, ça grouillait, façon scorpions dans Indiana Jones.

     

     

     

    Je n'ai pas hésité longtemps avnt de plonger la main dans ce repaire d'astacoïdés décapodes qui nagent à reculons, là où le sergent-chef Chaudard de la 7ème compagnie avance à l'indienne, comment veux-tu, comment veux-tu? La première opération à pratiquer, lorsque l'on se retrouve devant un troupeau de crustacés de ce genre, c'est de les châtrer. J'entends déjà la ligue de défense des eunuques pousser des cris d'orfraie, alors qu'en l'occurence, il s'agit uniquement de retirer la plume que ces bestioles ont dans le cul, non sans emporter le fin boyau noir aussi peu ragoûtant à voir qu'à manger, qui se situe dans le prolongement. Intervention aussi cruelle et délicate que fastidieuse à exécuter sur 2 kg d'écrevisses. J'ai bien cru ne pas en voir la fin et j'en ai même rêvé la nuit. Surtout qu'après les avoir fait rougir d'aise dans un bon court-bouillon maison, il a fallu remettre ça le lendemain, pour les décortiquer et les faire apparaître dans leur tenue d'Ève, afin d'honorer un fameux risotto aux filets de cailles et écrevisses, entièrement fait à la main, oui Madame. Seuls 6 spécimens sont restés habillés pour la photo, afin de ne pas subir en sus les foudres des ligues de vertu des crustacés.

     

    risotto aux écrevisses,bertrand minchin,ménetou-salon,morogues,pomerais

     

    Pour translater du salon à la salle à manger, rien de mieux qu'un Menetou, blanc ou rouge: Morogues ou Pommerais 2010, d'Albane et Bertrand Minchin, qui sans vouloir chercher des Crosses aux autres viticulteurs de l'appellation, produisent à la Tour Saint-Martin des vins de grande qualité (Morogues blanc, sauvignon sur argilo-calcaire du kimmeridgien, acide, très agrumes, avec de jolis amers, et Pommerais, pinot noir sur argilo-calcaire également, gourmand et fruité, peu tannique, avec un acidulé frais).

     

    risotto aux écrevisses,bertrand minchin,ménetou-salon,morogues,pomerais

     

    Olif

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • Planté de bâton!

    droits de plantation,planté de bâton,jean-claude Duss,

     

    C'est Noël, c'est l'heure des cadeaux. J'ai justement acquis le droit de plantation de bâtons téléscopiques dans la neige du Haut-Doubs, ou, à défaut, dans les verts pâturages nordiques en cas de pluie incessante, ce qui semble se dessiner actuellement. Point n'est question de vignes par ici, évidemment, mais par la magie du web, le sujet est quand même arrivé jusqu'à mes oreilles. Je suis loin d'être un spécialiste en la matière, du niveau de Sylvain D., le Grand Monarque de l'Homme vert. Par contre, Michel B., qui joue remplaçant dans l'équipe du Quetzalcoatl, mais n'en est pas pour autant à sa première bête ânerie, pense que ce n'est pas bien de ne pas avoir libéré les droits de plantation de la vigne. François Morel si, c'est le Taulier qui l'a rapporté. Mais Hervé Lalau, chroniqueur vineux non mondain, à l'avis généralement avisé, non plus. Alors? David, le jeune viticulteur du Vaucluse à la feuille de vigne, peut pourtant aller se rhabiller, au sens propre, suite à la décision de Bruxelles de continuer à réguler les droits de plantation, suite au lobbying intensif, notamment des jeunes viticulteurs. Du coup, je m'y perds un peu, ce qui ne va pas manquer de conforter mes détracteurs.

     

     

     

    Parce que, mon sentiment, à l'heure où on donne des primes à l'arrachage de vieilles vignes aptes à produire de jolis vins à petits rendements dans des endroits magnifiques, sur des terroirs de premier choix, c'est plutôt que l'autorisation de plantation de n'importe quel cépage, à n'importe quel endroit où l'on pourra produire de la piquette, de préférence sur un terroir merdique apte à la mécanisation intensive, me laisse bigrement sceptique. Et ne repose que sur un argument productiviste économique pour permettre aux gros négociants et/ou producteurs de venir s'auto-concurrencer sur le marché des vins bas de gamme en provenance du Nouveau-Monde ou d'ailleurs. Force est de constater que le véritable objectif de cette demande de libéralisation semble être la production du meilleur Coca-Cola vinique du monde, au plus petit prix possible, pour abreuver les masses laborieusement laborieuses qui ne réclament que leur vin quotidien en grande surface, de préférence bien noté dans les guides qui servent à acheter les plus mauvais vins au meilleur prix, pourvu qu'ils soit toujours égaux à eux-mêmes la semaine d'après.

     

    Sans doute n'ai-je pas bien compris l'enjeu de toutes ces considérations qui me dépassent...

     

    Capture d’écran 2012-12-27 à 21.50.25.png

     

    Finalement, pour le droit de planté, je vais m'en remettre à Jean-Claude Duss, tiens!

     

     




    Olif

  • Les lecteurs boivent...

    IMG_2250.JPG

     

    Pendant que les Gourmands lisent, il arrive que les Lecteurs boivent. Tout ça à une seule et unique adresse, au numéro 12 de la rue Bersot de Besançon, dans le Doubs.

     

    DSC_3198.JPG

    Transformé l'espace d'une soirée en Micro Tasting, il a fallu pousser les murs de la petite boutique des Gourmands lisent, pour accueillir une poignée de vignerons venus de la France entière. Avec, par ordre d'apparition à l'écran et à Besançon:

     

    DSC_3203.JPG

    Ivo Ferreira, du domaine de L'Escarpolette, avait préféré prendre les devants et arriver la veille, pour être sûr de ne pas être en retard. L'occasion rêvée d'un petit programme alternatif incluant le restaurant L'Alchimie de Pontarlier, Les Claquets d'Arbois et la chocolaterie Hirsinger. Plus de marrons glacés depuis le début du mois, il a fallu se contenter d'un ballotin de chocolats, ce qui n'est déjà pas rien quand on sait qu'ils sont les meilleurs du système solaire. Un air de pélerinage pour cet ancien stagiaire chez Jean-Marc Brignot l'année 2004. Et si nous ne sommes pas allés arpenter les vignes de Curoulet, c'est bien parce qu'une pluie battante a refait son apparition, comme il était malheureusement prévu. Sur sa table, toute une collection d'idéogrammes japonais, représentant des ceps stylisés. Un bel écrin pour de juteux cinsault, carignan ou merlot, à l'expression totalement libérée. Une découverte et un gros coup de cœur pour pas mal de bisontins et de bisontines.

     

    DSC_3201.JPG

    Alice Bouvot, du domaine de L'Octavin, régional de l'étape, avait laissé Carlito, jeune papa modèle, à la maison. Il fut néanmoins un peu avec nous, grâce au coup de pinceau de Mme Olif, co-responsable de la décoration de la boutique.

    DSC_3212 2.jpg

    Trois cuvées à déguster, blanches et rouge, du Jura comme on l'aime, nature et sans fard, des vins qui coulent tout seul dans le gosier. Avec, pour l'after, un Foutre d'Escampette, réjouissant pet'nat tout bon à avaler.

     

    DSC_3199.JPG

    Gilles Ballorin, le voisin bourguignon, est venu pour "ramicoller" les jurassiens/ssiennes avec la Bourgogne. Dans sa musette, de l'aligoté, du Marsannay et du Fixin comme on n'en boit pas assez souvent, ici comme ailleurs.

     

     

    Egaré du côté de Bourg-en-Bresse, suite à une défaillance simultanée du GPS et du co-pilote qui faisait la sieste, le Pick-up champagnard s'est posé avec une petite heure de retard sur le pavé de la rue Bersot. Et, dommage collatéral, les vignerons champenois ont loupé la séance photo. Grâce, une nouvelle fois à Mme Olif, leur tronche ne manquera pas à l'album-photo.

    DSC_3210.JPG

    Francis Boulard a apporté dans sa hotte de Père Noël 4 exemplaires différents de ses terroirs boulardiens, des Murgiers aux Rachais, en passant par Mailly. Des bulles d'une infinie délicatesse, où l'on sent de plus en plus la touche féminine de Delphine, du propre aveu de Francis lui-même. Dans la peau de Francis Boulard le temps d'une cigarette, j'ai eu l'immense plaisir de raconter deux ou trois bêtises aux dégustateurs de passage, même qu'ils n'y ont vu que du feu.

     

    DSC_3211.JPG

     

    En plus d'avoir fait chauffeur de Francis, Benoit Tarlant est venu présenter deux cuvées Zéro, l'une blanche, l'autre rose. Zéro, peut-être, mais uniquement en ce qui concerne le dosage, car largement mieux notées sur l'échelle de Richter du Champagne, celle qui reflète le degré de secousse des papilles après dégustation. L'admirable Louis nous a rejoint au cours de l'after, à la table du Petit Polonais, situé à peine plus loin, et il s'est joliment marié à une tête de veau sauce gribiche, un jambon chaud aux morilles ou encore un tartare de bœuf au couteau.

     

    DSC_3160.jpg DSC_3193.jpg

    D'autres tronches de vin, dans le genre jurassien bien célèbre, qui passe à la télé ou pas, auraient pu se joindre à nous. Ils ont quand même été un peu là, en ce 14 décembre 2012.

    Au final, les lecteurs auront plus bu que les gourmands n'auront lu. La sortie du futur best-seller Tronches de vin reportée au mois de mars, il n'y eut pas de séance de dédicace. Je me suis alors occupé comme j'ai pu, à la plonge notamment. Et c'est là que je me suis rendu véritablement compte que bistrotier, c'est un métier!

     

    Les gourmands lisent.jpg

    Crédit photo Francis Boulard

     

    Tous les vins dégustés sont encore disponibles aux Gourmands lisent, rue Bersot à Besançon, jusqu'à épuisement des stocks. Un beau Noël en perspective pour les Bisontins gourmands qui rendront visite à Julie et Jérôme. Et en prévision des fêtes de Pâques, n'oubliez pas, le 15 mars, Tronches de vin...

     

    Tronches de vin Ivo.jpg

    Crédit photo Ivo L'escarpolette

     

    Olif

  • Quoi, mon vin? Quoi, ma gueule? (5)

    DSC_3197.JPG

    Le vin, c'est pas de l'opéra! L'Octavin si! Toute une gamme de cépages jurassiens déclinés selon Mozart, avec des noms de cuvées empruntés à l'oeuvre de Mozart. Ce Don Giovanni 2010 est pétillant de malice. Il faut d'ailleurs le carafer énergiquement, pour qu'il délivre de délicates notes florales qui rappellent les plus fins des pinots noirs que l'on peut goûter du côté de Chambolle ou en Alsace. En voilà une bonne Nouvelles! Non, il n'y a pas de faute, il provient bien de la parcelle des Nouvelles, en Arbois...

    D'ailleurs, Alice et Charles seront présents à Besançon le 14 décembre aux Gourmands lisent, 12 rue Bersot, pour présenter ses meilleures cuvées aux Bisontins, lors du pré-lancement de Tronches de vins, le guide des vins qu'ont d'la gueule. Et le 14 décembre, c'est aujourd'hui! De 17h30 à 21h30.

    Capture d’écran 2012-11-25 à 20.41.22.png

    Olif

     

  • Quoi, mon vin? Quoi, ma gueule? (4)

    IMG_1992.jpg

    Si James Bond ne s'est pas encore converti au Champagne de vigneron, ce n'est certainement pas de la faute de Delphine et Francis Boulard. Le ciel ne risque pas encore de nous tomber sur la tête cette fois-ci, il semblerait. Le dernier opus en date devrait se retrouver à pas cher au marché aux puces dans quelque temps. On laisse bien volontiers à James son permis de tuer et sa Spéciale Cuvée de Bollinger pour s'abandonner derrière les Murgiers de Francis et Delphine. Bien planqué, au calme, à la fraîche... Du bonheur en bouteille!

    DSC_1818.JPG

     

    Le Champagne Francis Boulard, voilà un Champagne qui a d'la gueule! D'ailleurs, Francis sera présent à Besançon le 14 décembre aux Gourmands lisent, 12 rue Bersot, pour présenter ses meilleures cuvées aux Bisontins, lors du pré-lancement de Tronches de vins, le guide des vins qu'ont d'la gueule. C'est qui, les gâtés?

    Capture d’écran 2012-11-25 à 20.41.22.png

    Olif

     

    P.S.: le Champagne, vin de fête, est aussi à la fête, en cette fin d'année.

    liv0665.jpg

    Après la sortie des Historias del Champagne de Jordi Mélendo, ambassadeur espagnol du Champagne et lauréat du dernier prix Terres et vins de Champagne, ouvrage complet dans la langue de Cervantes, qui fait la part belle aux bons vignerons champenois, voilà que Julien Zika, déjà auteur du Web journal du Champagne, propose son guide des vins de Champagne, carnet de route d'un passionné, qui recense un certain nombre des meilleurs producteurs de Champagne, avec une présentation détaillée, ainsi que des commentaires de dégustation de plus de 600 cuvées de Champagne. L'accès au guide est payant, via abonnement, le Webjournal restant en accès libre.

  • La Saulitude, ça n'existe pas!

    DSC_3161.JPG

     

    Jamais  à court, face à ce type de Cheverny ... Cour-Cheverny, romorantin, Hervé Villemade, Les Saules, un véritable conte de l'Avin!

     

     

     

    À lire sur Œnos, dans le calendrier de l'Avin....

     

    Olif