04 mai 2012

Mas del Périé, c'est fou!

cahors, mas del périé, fabien jouves,malbec,

 

Du vin, Les Escures, la vie..! Mas del Périé, c'est fou! Si tu n'en as jamais goûté, alors, tu n'as jamais bu de malbec de ta vie. Ni de vin de Cahors, dont tu n'as cure. Mais là, tu t'en trouves à mille lieues, tout en étant en plein dedans. C'est bon, c'est frais, il y a une belle ossature, mais la bouteille se vide par inadvertance. Comme par hasard, c'est bio, bientôt officiellement biodynamique, et très peu sulfité.

 

cahors,mas del périé,fabien jouves,malbec

Du vin, La Roque, la vie..! I put a spell on him. Si tu n'en as jamais goûté, alors tu n'as jamais bu de malbec de ta vie. Ni de vin de Cahors, dont tu te moques. Mais là, tu t'en trouves à mille lieues, tout en étant en plein dedans. C'est bon, puissant, concentré, mais soyeux et frais à la fois. La bouteille se vide aussi aisément que la précédente, pourtant, c'est un solide, ce Roque. Comme par hasard aussi, c'est bio, bientôt officiellement biodynamique, et très peu sulfité. 

Vins étonnants, non?

 

Olif

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

 

P.S.: en bonus, quelques grands moments publicitaires Perrier du passé, ce qui ne va pas rajeunir un certain nombre d'entre vous. Mas del Périé, c'est fou, I put a spell on him...

 

 


 

03 mai 2012

Refroidissement climatique bourguignon...

Concassage.jpg

©Florence Kennel

 

Les bioconcasseurs le retour! Il semblerait que le sujet soit soigneusement esquivé par les instances concernées. Surtout pas de vagues au moment où les Climats de Bourgogne entrent dans la dernière ligne droite de la validation de leur classement au patrimoine mondial de l'UNESCO. Aucune chance d'envisager le report de la décision, pour cause de terroir impraticable du côté de Bel-Air à Gevrey-Chambertin, tout comme le match Dijon-Auxerre, dont Aubert de Vilaine devait siffler le coup d'envoi le 2 mai, et qui a du être joué le lendemain. Tout le monde s'en fout, apparemment, seul le classement compte. Tout le monde s'en fout? Non, un journaliste intègre et irréductible, tout le contraire d'un justicier, Hervé Lalau, aimerait bien que le Président du Syndicat des vignerons de Gevrey-Chambertin veuille bien répondre à ses interrogations à ce sujet dans une lettre ouverte publiée dans le magazine belge In Vino Veritas. In vino veritas, c'est d'ailleurs son credo, à Hervé, puisqu'il y exerce les fonctions de rédacteur en chef adjoint.

 

Point de volonté ici de se comporter en justicier pour saccager un beau projet, bien au contraire. Plutôt la volonté de le soutenir énergiquement en pointant de graves dérives, pour ne plus laisser faire n'importe quoi avec ces terroirs prodigieux. Protéger et sauver les climats de Bourgogne, c'est d'abord les préserver de ces pratiques honteuses et injustifiables, qui massacrent à tout jamais le sous-sol et la façon dont il est naturellement drainé.

 

Le réchauffement climatique, en Bourgogne, ce n'est pas pour tout de suite, visiblement...

 

Olif

29 avril 2012

Vignerons récalcitrants...

Capture d’écran 2012-04-21 à 17.50.30.png

 

Le 12 mai, à Calce, les caves se rebifferont une nouvelle fois. Traversé par la D18, chère à Olivier Pithon, Calce, Roussillon, petit village perdu sur les hauteurs de la vallée de l'Agly, fera pour la 7ème année consécutive une opération caves ouvertes avec séance dédicalce par les vignerons du village. And guests. Six invités, triés sur le volet, venant de toute la France et répartis chez chaque vigneron-hôte. Pas chauvins, les Caleçons et les Calzones, si tant est que les gens du cru s'appellent comme ça. Pas encore complètement chauves non plus, même si certains arborent fièrement et majestueusement le bonnet pour se protéger de la tramontane et d'un décoiffage intempestif.

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages

Le vignoble calc-ique est constitué d'une mosaïque de sols variés. Il n'y a guère que l'Alsace qui puisse se prévaloir d'être aussi géologiquement diversifiée. Le défi que Jean-Philippe Padié s'est fixé est que chaque type de sol soit représenté au sein de son domaine et, de ce fait, puisse se retrouver dans chacun de ses vins. Un genre de dé-calco-manie, quoi! Constitué au départ de micro-parcelles, la plus emblématique est sans aucun doute la première qu'il a acquise, ceinte d'un mur de pierres sèches et baptisée humblement Clos du Moucheron, en hommage au Clos des Mouches bourguignon, région où Jean-Phi a passé une grande partie de son enfance. Il faut bien avouer qu'il a de l'allure, ce moucheron, avec ses vieux carignans plantés en foule, désormais uniquement travaillés à la pioche, et ses pieds de lavande dans l'inter-rang. L'herbe dans les vignes, c'est quand même bien plus joli, à partir du moment où, évidemment, elle ne concurrence pas la plante. Certaines, comme le trèfle, ont même un effet bénéfique en libérant des substances azotées dans le sol, évitant un apport exogène. Une forme d'autorégulation bienfaitrice, en fait.

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages

 

Plus de 14 hectares en tout pour le domaine Padié, parce qu'il est dur de ne pas reprendre telle parcelle de vieux grenache blanc, même si elle fait partie d'un lot plus important dont le vigneron ne sait pas bien que faire dans un premier temps. Mais, comme Jean-Phi est doté d'une grande perspicalcité, nul doute que, à terme, l'investissement ne sera pas vain (mais, finalement, quand même un peu vin, on espère). Sauver les vieilles, un leitmotiv qui reviendra tout au long de ce périple septimanien, en Languedoc comme en Roussillon, pour ne pas voir tout un patrimoine viticole disparaitre purement et simplement.

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages

 

Au fil des différentes failles géologiques, les vallées, appelées "coumes", offrent des terroirs et des paysages variés, somptueux. On passe de l'une à l'autre avec émerveillement, traversant dans le même temps les vignes des autres prestigieux vignerons rebiffants (Gauby, Matassa, Pithon...). Au loin, majestueux, le Canigou met la patée à tous les sommets avoisinants. Même la tête dans les nuages, même par un temps petit sibérien, ce n'est pas une montagne pour les chiens!

 

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages

 

Pour manger de la cuisine calc-ifiée, pas besoin de se faire prier, il faut aller au Presbytère. Bistrot de pays multi-services, on peut venir y boire un coup et se confesser au bar, en plus de s'y régaler de plats goûteux du marché, accompagnés des vins des vignerons calc-inés, vendus à prix propriété.

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages

 

Ce jour-là, après une D18 2010 à l'apéritif, avec une planchette de charcuteries hispanisantes, puis une autre de fromages bio du coin, Calice 2011, Petit taureau 2010, Ciel liquide 2007, Fleur de cailloux 2010, et Milouise 2010 se sont succédés. Suivis de quelques extras jurassiens, qui ne sont pas parvenus à éclipser les blancs de l'Agly, même sur l'assiette de fromages.

 

calce,jean-philippe padié,côtes du roussillon,côtes du roussillon-villages,le presbytère,les caves se rebiffent

Le seul Calice que l'on puisse boire jusqu'à la lie avec délectation...

 

Calce? Il n'y a pas plus bel endroit dans le Roussillon! Excepté Trilla, peut-être?

 

Olif

 

P.S.: bon, sérieusement, ils s'appellent comment, pour de vrai, les habitants de Calce?

27 avril 2012

VDV#45: le vin, l'art et le cochon

 

vendredis du vin,domaine de l'octavin,macle,

 

 

 

Vendredisduvin

Si vin et art font plutôt bon ménage, ce vendredi, c'est encore pire. Confier la présidence des VDV à Véro du Mas Coris, c'était accepter d'élever le niveau de cet évènement jusqu'à la hauteur du Pic du Vissou. Au moins. Ces 45èmes VDV sont donc consacrés au versant artistique du vin. Oui, faire du vin, c'est un art. Faire du bon vin, plus exactement. D'ailleurs, dans pinard, il y a "-ard", ça veut tout dire! Et puis, il y a aussi "pin-", et c'est là que ça pourrait devenir cochon. Mais je ne mange pas de ce pain-là, évidemment, cela ne saurait être mon genre.

 

J'aurais voulu être un artiste, pour pouvoir faire mon numéro, quand l'avion se pose sur la piste, j'aurais voulu changer de peau. Mais je n'ai pas pour autant le blues du businessman. Ni celui du vigneron. Comme je ne sais pas faire de vin (juste le boire), pas faire de la peinture (juste la regarder) ni de la sculpture (juste la toucher), j'ai confié à Mme Olif la périlleuse mission d'illustrer cette thématique des Vendredis du vin.

 

Mme Olif est principalement célèbre pour dire n'importe quoi. Mais, elle sait également manier le pinceau. Elle a la fibre artistique et aime bien boire un bon canon de temps en temps. Ses œuvres œnographiles jurassiques sont déjà convoitées dans le monde entier, surtout le liquide à l'intérieur de la bouteille, en fait.

 

domaine de l'octavin,trousseau,corvées sous curon,arbois,2010 l'égrappé,macle,château chalon,

 

Lorsque je lui ai signifié que je bûchais sur le thème du vin et de la peinture, elle m'a avoué être en train de peindre une déclinaison de "L'arbre de vie" de Klimt, avec un cep de vigne dans le rôle de l'arbre. "Banco", lui ai-je répondu. "Bon, il va falloir que je le termine pour vendredi, alors!", a-t-elle acquiescé.

 

C'est donc en exclusivité mondiale que je suis fier de vous présenter "Le cep de vie" ©Mme Olif. Attention, peinture fraîche!

 

 

 vendredis du vin,domaine de l'octavin,macle,

©Mme Olif

 

Bande de gâtés, les vendredistes, va!

Et avec ça, on boit quoi? Ben, rien, on va attendre que le raisin de vie soit vendangé et vinifié. Si quelqu'un peut me dire de quel cépage il s'agit, d'ailleurs...

 

Olif

26 avril 2012

Drink free ...

 

salon des vins libres,rouffach,avn,

Clic sur l'affiche pour tous les détails.

 

Au départ, Dieu créa le vin. Et le vin était nu. Libre, aussi. Dieu but le vin et il vit que c’était bon. Une fois complètement saoûl, Dieu créa l’homme. Et l’homme était nu. Et libre, aussi. Profitant que Dieu était parti cuver, l’homme s’habilla et but le vin. Il vit que c’était bon. Et il décida d’habiller aussi le vin. Pour en faire un produit à son image. Gros mégalo, va! Complètement prisonnier de la technologie, l'homme finit par ne plus avoir soif et s'ennuyer. Alors, il décida de réinventer le vin nature. Pour le rendre à nouveau … libre. Et le faire goûter à plein de gens heureux dans de beaux salons, en plein air, ou dans des chais.

 

La biennale des vins libres se déroulera comme toujours en Alsace, l'organisation reposant toujours sur le triumvirat Binner-Meyer-Schueller-Frick*. Exit Marbach, place à Rouffach. La fine fleur des vignerons en liberté s'ébrouera dans l'ancien hôtel de ville, élection oblige. Faudra une procuration pour aller voter (chez vous), mais pour goûter et pour boire les bons vins libres d'ici, pas besoin de carte électorale. Juste un carnet de bal, pour savoir où on met les pieds avant d'aller danser...

 

salon des vins libres,rouffach,avn,

 

 Et si jamais ce n'est pas suffisant, le lundi, direction Courgis, Chais l'un, Chais l'autre, Chai de Moor, Chai Pico, les deux hôtes de la nouvelle édition de ce salon alternatif où il sera difficile de rencontrer de mauvais vignerons et de boire de mauvais vins. Pr!ère de montrer patte blanche (de loup) et bonne tête (pas de mort) à l'entrée.

 

salon des vins libres,rouffach,avn,

 

 

Si tu bois free, finalement, c'est que t'as tout compris.

 

Olif

 

* Je sais, ils sont 4, c'est pour voir s'il y en a qui suivent.

 

 

 

P.S.: si toi aussi, tu as vraiment travaillé dur toute la semaine, n'oublie pas de ne pas mettre ton réveil le mardi 1er mai, pour suivre le défilé des partisans de la vraie grasse matinée.

 

P.S.2: si toi aussi, tu t'es laissé poussé la moustache et que tu aimes passer l'aspirateur en petit débardeur rose, drink free, break free... Cette vidéo est pour toi. Cadeau!

 

 

24 avril 2012

Hock ... c'est bon!

aline hock,domaine des mathouans,latour de france,roussillon,côtes du roussillon,macaline,

 

La première fois que j'ai rencontré Aline Hock, elle présentait son premier millésime du domaine des Mathouans à Olne, en son pays ou presque, aux côtés de Lucien Salani, mosellan beau parleur, grand buveur et bon vigneron aux domaine des Balmettes en Roussillon. Belge d'origine, travaillant loin de la vigne et désireuse d'une reconversion totale, c'est justement en sortant d'une dégustation mémorable et monumentale avec le même Lucien qu'elle a solennellement déclaré: "C'est ça que je veux faire!". Aline est donc devenue vigneronne dans le Roussillon, à Latour de France.

La deuxième fois que j'ai rencontré Aline, elle s'ennuyait ferme en compagnie du même Lucien Salani à un salon bio et bourguignon qui n'a pas tenu toutes ses promesses, en terme de fréquentation. Ce qui a permis aux vignerons de déserter fréquemment leurs tables et d'aller goûter chez leurs confrères. Nul besoin de crier pour qu'elle revienne, Aline fut fidèle à son stand, elle, veillant dans le même temps sur celui de Lulu des Balmettes. J'ai pu ainsi agréablement goûter à ses macabeu, carignan, syrah et grenache. Aline est mutine, elle a décliné son prénom dans plusieurs de ses cuvées: MacAline, AdrénAline et AlineA. Elle n'a pas encore osé jouer avec son nom de famille, et c'est dommage, car il y a du potentiel, sans équivHock. Elle a baptisé ses autres cuvées du nom de leur parcellaire: carignan ou syrah d'En Rouzil, grenache de Coum de l'Houm, carignan de Saint-Martin. Et enfin, elle a habillé ses bouteilles de belles fleurs à l'image des vins, fins et délicats, comme ce Carignan rosé d'En Rouzil 2010 ou le délicieux macabeu floral MacAline 2010.

 

aline hock,domaine des mathouans,latour de france,roussillon,côtes du roussillon,macaline

 

La troisième fois que j'ai rencontré Aline, c'est chez elle, à Latour de France, à l'heure de l'apéritif. Un apéro débuté tardivement, pour cause de virée vigneronne préalable sur les hauteurs de Trilla, village perdu du Haut-Fenouillèdes et vignoble sauvé en partie de l'arrachage grâce à l'obstination d'un autre vigneron talentueux dont on reparlera plus tard. Lulu n'était pas là, mais Renaud, le compagnon d'Aline, oui. Renaud, quand il n'est pas à la maison, il arpente les vignes du secteur avec son fidèle destrier pour rendre sa noblesse au métier de vigneron-laboureur. Les vieux coopérateurs ont souvent le regard qui brille et plein de conseils techniques à lui donner, quand il trace dans les vignes avec son cheval comtois. Il les écoute, mais fait à sa manière. Normal, c'est lui qui tient la charrue. Une pratique qui revient pourtant en force et rappelle aux anciens le temps d'avant, celui où ils travaillaient leurs vignes artisanalement plutôt que de les mécaniser intensivement. Le temps d'avant l'arrachage, qui prévaut de plus en plus à l'heure de leur retraite. Mais c'est sans compter sur ces furieux passionnés qui se battent pour conserver ce patrimoine végétal, parfois âgé de plus de 100 ans. "On ne pourra pas les sauver toutes!" lâche Renaud, mais on sent bien qu'à chaque fois qu'une vieille vigne peut être reprise, à l'achat ou en fermage, c'est une petite victoire pour tous ceux qui rêvent de ne pas voir ce passé dépérir à petit feu. En plus de labourer les sols des Mathouans, Renaud loue ses services à tous ceux qui souhaitent réintroduire le travail au cheval dans les vignes, dans le cadre d'un projet global précis, et pas seulement pour faire joli ou folklorique. Il y a du travail, pour lui, pour son cheval comtois, et vraisemblablement aussi pour un percheron supplémentaire, va savoir...

 

La prochaine fois que je rencontrerai Aline, ce sera sans doute en France ou en Belgique, dans le vignoble ou sur un salon. Je ne sais pas encore quand, mais je sais déjà que je rencontrerai de plus en plus souvent ses bouteilles à ma table. Pour sûr, j'en ai dans ma cave!

 

Olif

 

P.S.: la vie des Mathouans au jour le jour, c'est sur le blog d'Aline, vigneronne blogueuse, de surcroît.

22 avril 2012

Terres et vins de Champagne 2012: bulles meunières...

 

IMG_1351.JPG

4ème édition du salon Terres et vins de Champagne, et ces drôles de zèbres champenois, des vigneron(ne)s amoureux(ses) de leurs terres, ne sont toujours pas à courts d'idées. La Champagne qui bouge, celle du vin et des terroirs, arborait cette année fièrement un maillot à rayures. Quand ce n'était pas un string ou un écharpe. Il a fallu le voir pour le croire.

 

424718_331340603567810_177607992274406_878770_1530880407_n.jpg

En prélude à Terres et vins, les vignerons ont donné du grain à moudre à quelques privilégiés, invités à vagabonder le long de la Marne, sur les traces du meunier. Le pinot, bien sûr, pas celui qui dort. Tous dans le bus, direction la vallée de la Marne, en passant par tous les plus beaux villages champenois du monde, notamment Mareuil sur Aÿ, à l'exception de quelques-uns non situés sur le trajet (Merfy, au hasard). Avec trois haltes désaltérantes du côté de Chavot, Mareuil-le-Port et Œuilly, après l'accueil champenois traditionnel, plein de bulles, évidemment.

 

IMG_1342.jpg

 

 

À Chavot, juste à côté de l'église, un fossoyeur bigleux a manqué son coup et donné un grand coup de pioche dans les vignes. Mais au grand bal des Quat'z'arts champenois, Aurélien Laherte avait fait les choses comme il faut. Pas de cercueil dans le trou soigneusement creusé au préalable, mais un aperçu du sous-sol champenois crayeux où le meunier se vautre avec délectation, dans la craie, et pas dans la farine.

 

DSC_1776.JPG

Arrivés à bon port du côté de Mareuil (pas sur Aÿ, mais Le Port), vue plongeante sur le village de Festigny et sa forêt de chataigniers coiffant le vignoble, avec, dans le verre, deux pinots meunier du domaine Bérèche, l'un clair, l'autre champagnisé. La terre, le vin, les bulles, la Champagne...

 

DSC_1788.JPG

Étape suivante, Œuilly, pour un dégorgement d'Antan et dans le sens du vent, au domaine Tarlant. Une véritable leçon, délivrée par un Maître, ravalant définitivement au rang d'amateur les vidéo-blogueurs qui cherchent à faire leur intéressant.

 

 

Goûtée en plusieurs versions, récemment dégorgée ou sur un millésime plus ancien, et en plein vent, la Vigne d'Antan du domaine Tarlant est un véritable hymne au pinot meunier, d'antan comme d'aujourd'hui.

 

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

Destination finale de cette randonnée en autocar au cœur de la vallée de la Marne: Fleury la rivière, pour une potée champenoise autour du feu, au milieu des vignes, en musique et au bord d'un étang. Évidemment arrosée de moult flacons de Champagne et Coteaux champenois, de chacun des vignerons de l'association.

 

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

 

Avec quelques raretés liquides particulièrement impressionnantes, comme ce Coteaux Champenois Trépail rouge 2002 de David Léclapart, Minéral 1992 de Pascal Agrapart sur un vieux Comté sorti d'on ne sait où, ou encore ce Marc de rouge de Bouzy 1967 de Benoit Lahaye pour finir de remonter le temps.

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

Cette soirée fut également l'occasion de remettre le Prix Terres et vins de Champagne à Jordi Melendo, ambassadeur espagnol du Champagne, qui s'est vu également offrir en cadeau une magnifique bouteille de Cava. Avec quelques bulles champenoises pour comparer, évidemment.

 

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

 

Le lendemain, tout le monde avait rendez-vous au Castel Jeanson pour goûter aux vins clairs 2011 et à leur version champagnisée des millésimes antérieurs. 2011, une année compliquée qui fut plutôt bien négociée par tous ces vignerons soucieux du travail de leurs terres et de la qualité de leurs vins de Champagne. Des vins globalement de belle et bonne qualité, élaborés par des vignerons de plus en plus tentés par la biodynamie pour valoriser leurs sols.

Une sortie champenoise terminée en apothéose par un apéritif crépusculaire en after, sur les toits d'Aÿ, où il ne fallait pas être paresseux pour y grimper. Le (la) Champagne, c'est comme la montagne, ça vous gagne!

 

pinot meunier,champagne,tarlant,bérèche,laherte,terres et vins de champagne,aÿ,

 

Olif

09 avril 2012

Gourmandises de Pâques

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent

©Librairie Armand Colin, Paris


On ne fête pas Pâques sans casser des œufs, c'est une évidence. Pâques gourmand, Pâques facétieux, Pâques aux tisons, pacotille... Se replonger dans ses lectures d'enfance et retrouver avec une joie empreinte de nostalgie ce bon vieux Sapeur Camember, né le 29 février 1844 et déclaré en mairie de Gleux-les-Lure (Saône supérieure). Fils d'Anatole Camember et de Polymnie Cancoillotte, les aventures de François-Baptiste-Ephraïm, futur sapeur facétieux, ont été contées, il y a déjà fort longtemps de cela, par Georges Colomb, alias Christophe, un des pères de la BD moderne. Pour avoir une idée du menu de ces Pâques 2012, dont le nom de tous les plats commençait par un C, il faut apprendre l'orthographe avec Mam'selle Victoire, future épouse du sapeur, à l'accent alsacien prononcé.

Des cuernouilles et du chigot, donc, l'occasion d'ouvrir plein de vins commençant également par un C: du Champagne, du Chura et du vin de Craves.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

- Blanc de Blancs Brut Nature, Laherte Frères: un joli Champagne, tonique, à la bulle fine, très désaltérant.

 

champagne,tarlant

- Champagne Tarlant Cuvée Louis, en magnum: le Champagne en magnum, c'est grand! Et petit à la fois, car quand c'est du Louis, on a vite tout bu.

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent

 

-Arbois La Mailloche 2000: premier millésime de cette désormais célèbre cuvée parcellaire reprise par Stéphane Tissot, qui en a entamé tout de suite la conversion bio. Le nez fumé et épicé est toujours bien présent, la trame reste très fraiche et le vin n'a pas encore pris une ride.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent

- Côtes du Jura En Barberon 2000: une parcelle située sur la commune de Bréry, plantée de chardonnay et de pinot noir. Le chardonnay dégusté ici est le premier vin blanc sans soufre vinifié par Stéphane Tissot. Le nez est très fin, grillée et épicé, la trame reste très droite, la finale est épurée. Superbe! C'était la dernière bouteille.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

- Château Pape-Clément 1986: Bordeaux pour le gigot, obligé, et ces bouteilles-là, pieusement et longuement conservées en cave, méritent d'être bues. Le nez est un peu évolué, champignonneux (bouchon imbibé, dont l'extrémité interne est malencontreusement restée dans la bouteille), les tanins sont fondus mais ont su conserver une pointe de fraicheur. Il était néanmoins temps de le boire.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

- PMG 1999, moûts de raisins passerillés: le cœur de presse de Spirale, ultra-liquoreux à consommer avec un dé à coudre. Malgré tout ce sucre, ce n'est pas sirupeux, enfin, pas plus que cela, et l'équilibre est royal. Les notes de coing de sa jeunesse ont disparu, pour évoluer sur les fruits secs, dont les dattes. Léger virage oxydatif, donc, qui lui sied à merveille. Un vin pour gourmands.

 

Olif

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

 

P.S.: en parlant de gourmands, il parait que ceux-ci ne lisent plus assez. Confrontée à des difficultés financières, la remarquable librairie cave à bières/vins/whiskies de Besançon "Les Gourmands lisent" va essayer de nous faire tourner la tête lors d'une soirée de soutien co-organisée avec l'association Citoyens clandestins. Lecture, théâtre, chants, dégustation, pour petits et grands et pour une bonne et belle cause.

Ce sera le vendredi 13 avril, 20 rue Mégevand à Besançon.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

 

P.S.2: le week-end prochain, le dégustateur pourra reprendre son bâton de pélerin, direction la Champagne, le Beaujolais ou Montpeyroux. Au choix, car il sera difficile matériellement de pouvoir enchaîner les trois.

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

 

arbois,côtes du jura,stéphane tissot,en barberon,la mailloche,2000,les gourmands lisent,champagne,laherte,tarlant

 

 

424718_331340603567810_177607992274406_878770_1530880407_n.jpg

06 avril 2012

Balmes non académiques

Balmes dauphinoises,nicolas gonin,persan,mondeuse,2009,

Vin de Pays des Balmes Dauphinoises 2009, Mondeuse-Persan, Nicolas Gonin

 

Voici une bouteille pour le moins non académique. Assemblage rouge de mondeuse et de persan, cette cuvée de 2009 du domaine Nicolas Gonin interpelle. Fruité, épicé, croquant et gouleyant, c'est le prototype du vin que l'on a envie de boire. Et pourtant, ces vignes situées dans l'Isère, personne n'en voulait plus, si c'est pas misère. Restructuré, replanté de vieux cépages, en conversion bio, ce vignoble perdu du Bas-Dauphiné a tout pour faire partie du gratin, désormais. Parce que le vin qu'il produit affiche une belle personnalité et a beaucoup de choses à dire.

 

Olif

 

P.S.: vin commercialisé par un caviste vert et avisé.

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

05 avril 2012

Prépa Terres et vins de Champagne: le dégorgement

 

424718_331340603567810_177607992274406_878770_1530880407_n.jpg

 

Terres et vins de Champagne, le salon champenois où l'on peut buller tranquille (oxymore?), approche à grands pas. Buller tranquille ne veut pas dire ne rien faire. C'est le seul salon qui nécessite un minimum de préparation technique. L'année dernière, nous avons appris la différence entre un vin clair et un vin champagnisé, cette année, nous allons faire connaissance avec une autre spécificité des vins effervescents: le dégorgement. Qu'est-ce que c'est donc que ça, le dégorgement? Une bouteille de Champagne n'a pourtant rien à voir avec un poireau..!

 

Le dégorgement est une opération délicate qui consiste à faire rendre gorge à la bouteille d'un petit dépôt qui s'accumule dans le goulot, lorsque la bouteille est placée la tête en bas, évidemment. 

DSC_1744.JPG

Pour cela, il vous faut une bouteille de Champagne non dégorgée, la tête en bas, du style Les Barres, d'Alexandre Chartogne. 100% Pinot meunier en provenance de vignes non greffées sur le massif de Saint-Thierry. Et un outil spécial. Non, pas un sabre, ce sera pour plus tard. Pas un dégorgeoir à poissons non plus. Non, un truc, genre décapsuleur géant. Mais pas comme celui-là. Plutôt comme ça.

Habituellement, le dégorgement ne se réalise pas en appartement. Alors, je sors.

 

 

 

J'ai d'ailleurs à ce propos une anecdote tout à fait croustillante. Anecdote peu connue, que je n'ai moi-même apprise qu'hier (pour paraphraser le Grand Marcel Gotlib et sa Rubrique à Brac de célèbre mémoire). La première version de la Marseillaise de Rouget de Lisle, notre hymne national, s'appelait en fait la Champenoise et racontait l'invasion de la Champagne par un ennemi cruel et sanguinaire. Il y avait un passage terrible, que je vous livre de mémoire et qui disait à peu près ça:

 

"...Entendez-vous, dans nos campagnes,

Mugir ces féroces soldats?

Ils viennent jusque dans nos caves

Dégorger nos bouteilles de Champagne!

Aux armes, Citoyens..."

 

N'importe quoi, comme dirait Mme Olif!

 

Olif

 

P.S.: On comprend mieux pourquoi Rouget de Lisle est allé chercher l'inspiration du côté de Marseille par la suite....

 

P.S.2: Olif a pris ses précautions et est habillé par Rémy Bousquet, ça dégorge chez nous, pendant que ça débouchonne chez Rémy et que ça bouchonne à Paris.

 

P.S.3: après la course de rouler de fûts l'an passé, j'attends avec impatience le concours de dégorgement nocturne cette année, dans les rues d'Aÿ. Je suis entraîné!

 

P.S.4: Terres et vins de Champagne, c'est le lundi 16 avril au Castel Jeanson d'Aÿ, sur inscription préalable.

 

P.S.5: en complément de Terres et vins de Champagnes, auront lieu, le dimanche 15 avril à Épernay, la première du salon Terroir et talents de Champagne, ainsi que le mardi 17 avril à Reims, la deuxième édition des Artisans du Champagne. Ça va en faire, des bulles à dégorger, tout ça...

 

P.S.6: Les Barres, vignes non greffées sur Murfy, 100% pinot meunier, par Alexandre Chartogne, c'est..., comment dire? C'est un Champagne vineux et épatant, comme on aimerait en boire plus souvent.

 

P.S.7: Alexandre, je te rapporte ton décapsuleur bientôt...

 

P.S.8: il s'agit de la première Vidéolif avec montage, suite à un problème technique lors du filmage. Cela a nécessité une deuxième prise, pas très raccord, alors je sollicite votre indulgence...

31 mars 2012

À lire, à manger, à boire, à poil...

henderson.gif

 

Les quatorze besoins fondamentaux, conceptualisés par Virginie Henderson, ont été appris par cœur par bon nombre d'étudiant(e)s en soins infirmiers pendant des années. Laissons de côté les pratiques d'élimination des déchets, aussi indispensables que peu ragoûtantes, rajoutons un quinzième besoin non mentionné de façon explicite dans ce paradigme, de Nantes à Montaigu, et finissons par nous concentrer sur les quatre principaux, sans lesquels la vie vaut tout juste la peine d'être vécue.

 

À lire: c'est, sans nul doute, la principale différence entre l'homme et le cœlacanthe: la capacité de distinguer 26 lettres de l'alphabet alignées dans un ordre aléatoire sur une page, une fois la lumière allumée. Et, également, celle de tourner les pages d'un bouquin. Ce n'est quand même pas avec ses moignons de nageoires à la place des doigts que cet analphabète préhistorique va y arriver.

 

À manger, à boire: cela semble une évidence, sans un petit salé aux lentilles accompagné d'un verre de gamay du Beaujolais, l'homme est ravalé au rang de la bête, voire du cœlacanthe, quand la profondeur du creux de son estomac confine au vide abyssal des grands fonds sous-marins. Guillaume Long en connait un rayon sur la manière de se remplir la panse, avec du liquide ou du solide. A boire et à manger, c'est tout un blog de Le Monde, où les p'tits mickeys valent mieux qu'un long discours. Son livre en est le prolongement, ou comment réaliser une recette en trois coups de crayon ou de cuiller à pot! Hilarant, ludique, percutant, efficace, indispensable, avec en prime les bons conseils de Pépé Roni, qui permettront à n'importe qui de ne pas passer pour un inculte en société culinaire.

 

ABAMcouv1.jpg

 

"À boire et à manger" par Guillaume Long, Éditions Gallimard, 144 pages, 20 €

 

À poil: vêtir ou dévêtir son vin, telle est la question que se posent bon nombre de vignerons. Pour ne pas être gêné aux entournures, le vin sera pourtant beaucoup plus à son avantage complètement nu (naked, en anglais). C'est le terme retenu par Alice Feiring pour parler du vin "naturel", "nature", "libre", "vivant". Difficile de trouver le juste qualificatif, qui traduise bien ce qu'il est réellement, tout en ne prêtant pas le flanc aux critiques acerbes de ses détracteurs, qui ne voient en lui que la transformation vinaigrière naturelle d'un produit censé être anobli par l'homme. Le parcours d'Alice dans le pays merveilleux du vin sans artifices est réjouissant, tant il retranscrit bien dans son ensemble la problématique du vin "nature", de manière intelligente, objective et non manichéenne. Magnifiquement raconté, riche en belles rencontres (Jacques Néauport, Pierre Overnoy, Marcel Lapierre, Andrea Calek,...) et joyeux moments, The Naked Wine mérite de figurer dans toutes les bibliothèques et toutes les bonnes caves. Même si nul n'est contraint d'accrocher son slip au porte-manteau en rentrant.

 

feiring-vin.jpg


''Le Vin nu'' par Alice Feiring, Jean-Paul Rocher Editeur, 220 p, 19€.

 

Olif

 

P.S.: Alice Feiring ne s'est pas mise à poil sur Vindicateur, mais elle a répondu sans ambages aux questions d'Antonin Iommi-Amunategui. C'est à lire ici.

 

P.S.2: histoire de ne pas se rhabiller trop vite, ce week-end a lieu le célèbre salon de vins naturels La Remise. C'est à Viviers, en Ardèche, que ça se passe, et ça fait un peu mal de manquer ça.

 

affiche2012.jpg

 

P.S.3: les Belges susceptibles de se rendre à Olne ce week-end pourraient bien être excusés de ne pas effectuer le déplacement jusqu'en Ardèche.

bouteilles2.jpg

30 mars 2012

VDV#44: Régalades et rigolades en Loire

vendredis du vin,loire,domaine du picatier,côtes roannaises,

À Angers, va où la Loire te Maine...

 

 

 

Vendredisduvin

Le loir (Glis glis) est un petit mammifère rongeur de la famille des gliridae, qui passe pas mal de son temps à dormir sur son brin de laurier, quand il ne grignote pas des petits grains d'orge. Voilà qui n'est pas banal. Malheureusement, la femelle du loir ne s'appelle pas la Loire, et mon intro tombe à plat, n'ayant pas grand chose à voir avec le sujet qui nous préoccupe, à savoir celui des Vendredis du vin concoctés par Anne Graindorge, qui nous convie, juste retour des choses, à grignoter en Loire. "Régalades et rigolades", c'est comme un genre de pique-nique virtuel, avec un vin de Loire pour dénominateur commun. Exit le loir, donc, tant pis pour la glisse... 

La Loire est un vignoble fleuve. Le vin de Loire prend sa source au Mont Gerbier-de-Jonc, en Ardèche. Par tous les Saints, d’Eulalie à Nazaire, les vignobles se succèdent, regroupés sous la bannière hétéroclite des Vins de Loire, ceux qui ont « un fleuve pour terroir ». Des Côtes du Forez au Muscadet, en passant par les Côtes roannaises, le Sancerrois, l’Anjou, la Touraine ou les Fiefs vendéens, le vin et la vigne sont omniprésents le long des 1013 kilomètres parcourus par le plus grand fleuve de France, intégrés de façon naturelle et culturelle au paysage, faisant preuve d’une aussi grande diversité que lui.

Contrairement aux idées reçues, tous les vins d’Anjou ne sont pas doux et tous les vins de Saumur ne sont pas mûrs. Du gamay au melon de Bourgogne, en passant par le cot, le sauvignon, le gamay ou la négrette, les cépages de Loire sont presque aussi nombreux qu’il y a d’appellations. Le raisin-roi, dans le cœur de nombreux amateurs, reste pourtant le chenin, capable de produire d’immenses vins blancs, secs ou liquoreux, en Anjou comme en Touraine. Les buveurs de vin rouge avouent plutôt leur penchant pour le cabernet franc, connu également sous le nom de breton, ce qui flatte autant l’ego des Bretons, qu’ils soient francs ou pas, que des Ligériens. Les amateurs de vins originaux, eux, jettent volontiers leur dévolu sur le pineau d’Aunis, le grolleau voire le menu pineau, autant de cépages authentiques, parfois rustiques, dotés d’une forte mais sympathique personnalité.

Lorsqu’on les verse trop généreusement, il arrive que les vins de Loire débordent du verre, à la manière des crues décennales du grand fleuve. Une pratique qu’il faut savoir endiguer, de Nantes à Montaigu, pour consommer avec modération.

Le Loir est une rivière du Centre-Ouest partie à l'Eure. Aucun rapport avec le Glis glis. Du côté de Blois, le Loir est cher et ça ne le gêne pas de marcher dans la boue. Le Loir ne se jette pas dans la Loire, mais dans la Sarthe, ce qui est loin d'être hors sujet. Quand il est Cher, le vin de Loire ne s'use que si l'on Sancerre. Il mène à tout, quand il tient parfois salon, du côté de Ménetou.

 Avant de coloniser le grand Ouest, à qui elle donne ses lettres de noblesse viticole, la Loire prend donc sa source côté Est, donnant son nom à deux départements loin d'être sous influence océanique dominante, même si cette dernière n'est pas exclue. Pour y voir plus clair, la Haute Loire privilégie la culture des lentilles à celle du raisin, tandis que du côté des monts du Forez ou de Roanne, la vigne s'ébat en coteaux ou soutient les gorges. Le vin y est parfois si gouleyant que l'on a envie de le téter à même le magnum, comme ce Gamay 2010 tiré des Bonichons, une parcelle du domaine de la Perrière, située à l'endroit d'une ancienne nurserie. Une cuvée qui mérite bien un conditionnement 95C, au minimum. BIB ou nourrice agréée acceptés. Nul besoin de diversification alimentaire, le vin se suffit à lui-même.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

Vin de Pays d'Urfé 2010, Les Bonichons, Domaine de la Perrière, Philippe Peulet

 

Du côté de la Touraine, on trouve également du Gamay, mais non exclusivement. Le Cabernet franc et le Côt assemblés peuvent donner un vin Franc du Côt-lié, charnu, croquant et à la rusticité assumée. Faites chauffer la trancheuse et sortez jambons et saucissons.

 

vendredis du vin,loire,domaine de la perrière,côtes roannaises,touraine,bertrand minchin,gamay,cot,cabernet franc

Touraine 2010 Franc du Côt-Lié, Albane et Bertrand Minchin

 

Une fois tout bu et tout mangé, il faut nettoyer. Un vrai métier, qu'il ne faut pas laisser exercer par n'importe quel amateur. Microvigneron, c'est pas une sinécure, mais quand le Breton goûte aussi charnu et sensuel, on pose ses lunettes, on respire un grand coup et on lève les yeux au ciel. Quitte à faire une tache sur la nappe. Et laisser passer l'heure du repas. LÉOOON!

 

vendredis du vin,loire,domaine de la perrière,vin de pays d'urfé,touraine,albane et bertrand minchin,gamay,cot,cabernet franc

Léon 2010, Vin de France, Sébastien Fleuret Microvigneron

 

 

Quand la Loire rigole comme ça, c'est clair qu'on se régale.

 

Olif

 

P.S.: nettoyeur, ce n'est pas un métier où on rigole tous les jours non plus. La preuve!

 

28 mars 2012

Le nez dans le bleu

 309639449.jpg

 

Retour gagnant pour Le nez dans le vert, mais aussi dans le bleu, pour cette deuxième édition quasi-estivale, qui vient tout juste de se terminer au Château de Gevingey. "Le plus beau des salons de vins, il se trouve dans le Jura", pouvait-on entendre de la bouche de connaisseurs rompus à la pratique de ce genre d'exercice. La concurrence du grand raoût biojolais (Beaujoloise, Biojolaise, Beaujol'Art), généralement très prisé, n'a pas trop pénalisé les Jurassiens, au contraire. Un Jura triomphant, même quand il revendique à juste titre une défaite. Certains l'ont même privilégié, n'hésitant pas à franchir des milliers de kilomètres depuis le grand Ouest, tandis que d'autres ont couplé les deux salons en venant dans le Sud-Revermont le dimanche. La légère baisse d'affluence constatée serait plutôt du fait des particuliers, sans doute attirés par les premiers barbecues estivaux dominicaux de ce printemps 2012. En mars, depuis quelques années, il fait très très bieau dans le Jura, il faut dire.

 

DSC_1635.JPG

Les joyeuses colonies de vacances des vignerons bios jurassiens


Pour en revenir au salon proprement dit, l'alternance Nord-Sud a permis à bon nombre de personnes, visiteurs comme exposants, de découvrir le superbe Château de Gevingey, un centre de colonies de vacances, propriété d'un banquier, très fonctionnel et adapté à recevoir ce type d'évènements, même si c'est la première fois qu'il est utilisé pour une manifestation publique. Répartis dans deux salles quasiment de plein pied, les vignerons ont pu faire bénéficier les visiteurs de conditions de dégustations exceptionnelles. Beaucoup de bons vins, de beaux vignerons et de belles vigneronnes. Et plein de nouvelles têtes de jeunes vignerons avec des promesses non électorales dans leurs bouteilles.

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

Les deux plus beaux crânes du salon avaient de jolies choses à faire goûter, dans le genre retour aux fondamentaux. Mention particulière à J'en veux 2011, cuvée rouge de vieux cépage signée Fanfan Ganevat, et au Poulsard du D.D. 2011, une vinification de poulsard à l'ancienne, par Stéphane Tissot, un bien bel hommage filial au Dédé paternel. Un vin qu'il faudra privilégier en magnum tellement c'est glou. A table avec Léandre 2010, autre rouge traditionnel à la façon du grand-père Pignier, reproduisant même l'assemblage de l'époque avec tous les vieux cépages soigneusement préservés, sera le gros coup de cœur de ce salon.

 

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

Après ce tour d'horizon des anciens, place aux jeunes, avec une belle dynamique en train de s'installer, mine de rien. Premier coup de cœur pour les vins de Renaud Bruyère, qui développe son propre domaine, en parallèle d'une activité salariée au domaine André et Mireille Tissot et d'accointances avec la famille Houillon. Magnifique trousseau 2011, très beau chardonnay 2011 et époustouflante bouteille PMG sous le comptoir, Les oubliés de Paname, une vendange de chardonnay en surmaturité, des raisins véritablement oubliés par une bande de vendangeurs parisiens un peu brelus (pour ceux qui ne voient pas ce que cela veut dire, c'est du patois franc-comtois).

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

Goûter enfin les vins de Kenjiro Kagami, du Domaine des miroirs. Uniquement des vins en cours d'élevage, forcément, 2011 sera le premier millésime. Kenjiro a été à l'école alsacienne de Bruno Schueller et pris sous une de ses ailes par Fanfan Ganevat, depuis son installation à Grusse. Le résultat est dans la lignée de ses mentors, avec de jolis chardonnays, un savagnin particulièrement percutant et un gouleyant poulsard au velouté soyeux. Des vins du Jura complètement débridés, en fait.

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

 

Autre sympathique découverte, Alexis Porteret, du domaine des Bodines. Premier millésime en 2010 et des vins de plaisir. Mention particulière au Trousseau 2011, pas encore totalement en bouteille et toujours sans soufre, ainsi qu'à un Savagnin ouillé 2010 très prometteur, fluide et gouleyant.

 

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

 

33 domaines présents sur les 41 à être en bio dans le Jura, ça commence à faire du monde. Et du beau monde, surtout. Un niveau global relativement élevé, avec beaucoup de vins réjouissants, élaborés par des vignerons talentueux, qu'ils fassent partie des valeurs sûres (Domaine de la Pinte, Julien Labet, domaine de la Tournelle, Philippe Bornard...) ou des p'tits jeunes qui n'en finissent plus de monter (Ratapoil, L'Octavin, Étienne Thiébaud, Géraud Fromont, des Marnes Blanches, Catherine Hannoun, Les Dolomies, Champ Divin...). Impossible de citer tout le monde, évidemment, surtout quand c'est l'heure du cochon.

 

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

La pauvre bête a quand même fait long feu, puisqu'il a fallu toute la matinée du lundi pour qu'elle soit cuite à point, avant d'être servie en accompagnement d'une poêlée de vieux légumes.

 

le nez dans le vert,jura,gevingey,arbois,côtes du jura,renaud bruyère,domaine des bodines,kenjiro kagami

 

Le nez dans le vert, dans le bleu, ou dans les effluves de cochon grillé, les vins du Jura se préparent de bien bieaux lendemains...

 

Olif

 

23 mars 2012

Le goût du risque

Longtemps considéré comme la "plus saine et hygiénique des boissons", grâce à ce bon Pasteur (qui ne savait pas encore tout le mal que la pasteurisation allait faire aux fromages au lait cru), le vin n'est-il désormais plus cet aliment bénéfique à la santé, recommandé par une partie du corps médical pour sa richesse en polyphénols et autre resvératrol? Il faut croire que non, puisque sa consommation est ramenée à un bête "facteur de risque" de mourir de quelque chose ...


Vivre, avec ou sans fureur, présente indubitablement des risques. C'est un fait avéré. Imparable. Statistique, aussi. Une des dernières études, médiatiquement reprise à tout va par une presse friande d'infos pseudo-sensationnelles, concerne évidemment l'alcool, qui serait à l'origine de 10% des cancers chez l'homme. 10%, vous vous rendez compte? Mourir du cancer n'est plus tendance, il faut s'en préserver. Ne buvons plus d'alcool et encore moins de vin. Mais de quoi aimerait-il bien mourir, alors, l'homme d'aujourd'hui? De famine, quelque part dans la corne de l'Afrique? D'une irradiation aigüe à Fukushima? De sévices corporels dans les geôles de Bachar El Assad? Ou plus simplement, crever à la tâche ingrate d'un boulot abrutissant et mal payé, en ingurgitant des tonnes d'anxiolytiques et d'antidépresseurs? N'oublions pas non plus que 100% des cancers de l'anus touchent des trous du cul. En avoir un constitue déjà un risque en soi. C'est statistiquement imparable.

 

DSC_1600.jpg


La suite, c'est sur Fureur des vivres...

22 mars 2012

Le goût du risque

Longtemps considéré comme la "plus saine et hygiénique des boissons", grâce à ce bon Pasteur (qui ne savait pas encore tout le mal que la pasteurisation allait faire aux fromages au lait cru), le vin n'est-il désormais plus cet aliment bénéfique à la santé, recommandé par une partie du corps médical pour sa richesse en polyphénols et autre resvératrol? Il faut croire que non, puisque sa consommation est ramenée à un simple et bête "facteur de risque" de mourir de quelque chose...


Vivre, avec ou sans fureur, présente indubitablement des risques. C'est un fait avéré. Imparable. Statistique, aussi. Une des dernières études, médiatiquement reprise à tout va par une presse friande d'infos pseudo-sensationnelles, concerne évidemment l'alcool, qui serait à l'origine de 10% des cancers chez l'homme. 10%, vous vous rendez compte? Mourir du cancer n'est plus tendance, il faut s'en préserver. Ne buvons plus d'alcool et encore moins de vin. Mais de quoi aimerait-il bien mourir, alors, l'homme d'aujourd'hui? De famine, quelque part dans la corne de l'Afrique? D'une irradiation aigüe à Fukushima? De sévices corporels dans les geôles de Bachar El Assad? Ou plus simplement, crever à la tâche ingrate d'un boulot abrutissant et mal payé, en ingurgitant des tonnes d'anxiolytiques et d'antidépresseurs? N'oublions pas non plus que 100% des cancers de l'anus touchent des trous du cul. En posséder un constitue déjà un risque en soi. C'est statistiquement imparable.

 

DSC_1600.jpg


L'alcool tue lentement, certes, mais le soldat n'a pas peur de mourir. Nombre de vins ont pourtant des vertus thérapeutiques reconnues parfois depuis l'Antiquité. Si l'on sait de longue date que les vins de Savigny sont "nourrissants, théologiques et morbifuges", c'est à dire parlant autant au corps qu'à l'esprit, on ne savait pas à l'époque, expliquer cette constatation de manière scientifique. On ne savait pas non plus que certains constituants des tanins, ces fameux phénols, étaient pourvoyeurs d'effets bénéfiques, maintenant scientifiquement démontrés, sur le système cardio-vasculaire. Qu'ils diminuaient également le risque de maladie d'Alzheimer. Mais pas celui d'amnésie de Korsakoff, par contre, ce serait plutôt le contraire. Il n'empêche! On s'était déjà rendu compte que le divin breuvage redonnait des couleurs à ceux qui en manquaient, accentuant néanmoins celles de ceux qui en étaient déjà bien pourvus. Que ses effets néfastes sur le foie et le système nerveux ne se révèlaient qu'en cas d'alcoolisation chronique et/ou pathologique. Peut-on alors encore, sans passer pour un dangereux subversif, recommander du Pessac-Léognan blanc, riche en rutoside, pour soulager la crise hémorroïdaire? Est-il autorisé de prescrire une coupe de Champagne, par ailleurs excellent diurétique, pour faciliter la digestion (burp!)? Difficile à l'heure actuelle d'encore abreuver les accouchées valaisannes (d'un peu) d'humagne blanche, pour reconstituer leurs réserves en fer! Et peut-on raisonnablement aller jusqu'à préconiser du Saint-Émilion en lavement aux patients incapables de l'avaler, comme il a été rapporté au 2ème Congrès des Médecins amis des Vins de France, qui s'est tenu à Béziers en 1934? Ce mode d'administration a depuis été définitivement banni par la faculté, mais il serait peut-être urgent de réorganiser à nouveau des congrès de ce type pour défendre les vertus thérapeutiques de nos meilleurs crus. Le vin n'est certes pas qu'un médicament, au sens où l'entend le puissant lobby pharmaceutique, mais une consommation modérée et régulière est source inépuisable de plaisir et de bonne humeur.

La consommation excessive de vin constitue donc réellement un facteur de risque. Au nom d'un discutable principe de précaution maximum, on voudrait la réduire à néant. Mais si le risque doit avoir le goût épicé du gamay du Beaujolais ou, celui, enivrant, d'un Château Chalon de quelques décennies, alors, il serait définitivement regrettable de ne pas le prendre. Ne cédons pas aux sirènes hygiénistes qui hurlent dans nos oreilles. Un doigt de whisky, une lichette de bière, un soupçon de Porto, une larme de cognac, un verre de bon vin, c'est facilement 10 minutes d'espérance de vie en moins. Et alors? Pour 1 heure de bonheur en plus! C'était combien, déjà, mon espérance de vie, avant que je ne me décide à boire un bon coup?


Mais, rappelez-moi... Pourquoi vit-on, en fait? Pour mourir en bonne santé ?  Ça donne à réfléchir. Et quel est le sens de tout ça, au final?





 

 

Olif

 

P.S.: les prescriptions viniques de cet article sont issues de "Les vertus thérapeutiques du Bordeaux", des Docteurs Tran Ky, F. Drouart, J-M Guilbert, paru aux Éditions Artulen.

 

P.S.2: On signalera au passage la réédition d'un incroyable ouvrage des années 70, écrit par le Docteur Maury, dont l'histoire ne dit pas s'il était originaire de la vallée de l'Agly.

 

9782841115815.JPG

P.S.3: on lira également avec bonheur, sur une thématique assez proche, l'éditorial de la Revue du Vin de France de mars 2012, signé Denis Saverot et relayé avec un plaisir non dissimulé par Michel Smith, du blog Les 5 du vin.

21 mars 2012

Les Filles, avant...

306019_10150711232874873_718364872_9287136_2109373197_n.jpg

 

J'aime Les filles de Gilles Berlioz, sa cuvée de Chignin-Bergeron à l'étiquette sexy autant que conceptuelle et changeante, pour mieux rendre hommage au Bergeron. Pas l'abricot, mais la Roussanne, cépage exclusif de l'appellation Chignin-Bergeron, en Savoie. En 2010, les filles incitent à la causerie, en groupe, à poil, au bord de la plage ou ailleurs. Un moment d'intimité à partager avec des filles, entre copains, voire avec des Fripons, l'autre cuvée de Chignin-Bergeron de Gilles Berlioz, ces petits garnements qui regardent sous les jupes des filles, quand elle en ont, des jupes.

 

savoie,gilles berlioz,chignin-bergeron,

En 2004, l'étiquette du Chignin-Bergeron de Gilles Berlioz s'exprimait encore dans la sobriété et le classicisme. Aujourd'hui, le vin resplendit. Il s'est enrobé avec l'âge, comme pas mal de filles, mais les rondeurs lui vont plutôt bien. La bouche est caressante et voluptueuse, comme certaines filles aussi, parfois les mêmes que précédemment.

 

2004, un millésime que Gilles Berlioz plaçait dès le début parmi ses plus belles réussites et qui confirme avec le temps tous les espoirs placés en lui.

 

J'aime les filles...

 

 

 

 

Olif

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

17 mars 2012

Le nez dans le Jura vert

le nez dans le vert,jura,salons,gevingey,vin bio,

Vert comme le Jura, bleu comme l'affiche du Jura vert, celui qui a le nez dedans et qui en est fier. 14,6% des vignes du Jura sont en bio, soit plus du double de la moyenne nationale. On n'en attendait pas moins du département réputé le plus vert de France. De là à en faire état et faire salon, il n'y avait qu'un pas...

 

Dimanche 25 et lundi 26 mars se tiendra la deuxième édition du salon des vignerons bio jurassiens. Au château de Gevingey, dans le Sud-Revermont, au cœur des Côtes du Jura méconnues, qui recèlent pourtant de nombreuses pépites viniques biologiques. Ganevat, Labet, Buronfosse, Champ Divin (ex Champ d'étoiles), Marnes Blanches et plein d'autres, que l'on se réjouit de découvrir (dont le premier millésime d'un certain Kenjiro, bien connu de certains alsaciens). Une sympathique alternance Nord-Sud (la précédente édition a eu lieu en Arbois au Domaine de la Pinte) bienvenue, que les Arboisiens ne bouderont pas, bien au contraire.

 

Toutes les infos pratiques se trouvent sur le site d'un salon où il fera bon se ressourcer, tandis que d'autres préfèreront pourtant se gaver de gamay dans le Beaujolais, à la Beaujoloise, la Biojolaise ou encore la Beaujol'Art.

 

le nez dans le vert,jura,salons,gevingey,vin bio,

 

Pendant ce temps, les Grenoblois n'auront pas beaucoup de kilomètres à faire s'ils veulent partir à la rencontre des vins naturels. Leur salon prend du galon et s'installe durablement dans le paysage des endroits où il ferait bon aller, s'il n'y avait tant de concurrence ce week-end-là!

 

le nez dans le vert,jura,salons,gevingey,vin bio,

 

Bien Boire, en Beaujolais, en Jura ou dans le Dauphiné, ce ne sera pas très difficile, à la fin mars...

 

Olif

 

P.S.: Si toi aussi tu veux être bien habillé sur les salons, n'hésite pas à passer commande d'un joli tee-shirt dessiné par Rémy Bousquet pour le Blog d'Olif. Ça débouchonne chez lui, pendant que ça bouchonne à Paris... Au cas où le Blog d'Olif te sorte par les yeux, il y a également plein d'autres beaux modèles.

 

le nez dans le vert,jura,salons,gevingey,vin bio,

15 mars 2012

Cap sur Vins "nature" en Nord...

DSC_1534.JPG

 

C'est devenu un cliché tendance pour apprécier le vin "nature", il faut souvent passer le cap du nez. Un écueil loin d'être insoluble, lorsque l'on a envie de toucher au graal vinique avec sa langue, et d'autant moins compliqué à franchir que bon nombre de vins dits "nature" sont de plus en plus civilisés. La sélection de vignerons effectuée par Luc et Gilles Carpentier pour le salon de Séclin (59) ne va pas piocher parmi le vin "nature" le plus trash et réalise un judicieux mix entre quelques membres de l'AVN, des biodynamistes convaincus, des bios de la première heure, et d'autres vignerons, soucieux autant de leurs sols que de la viabilité économique de leur entreprise. Le tout, parrainé par Le vin de mes amis et, depuis deux éditions, associé au Blog d'Olif, ce qui est une joie et un honneur. Et aussi un plaisir, celui d'effectuer désormais rituellement, au printemps, la route jusqu'à Lille pour un grand moment de convivialité et de retrouvailles.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

Bienvenue chez les Ch'tis, ceux qui ne font pas du ski, mais clapent de la langue au pied des terrils. La route du Nord est parfois semée d'embûches, elle s'est faite par étapes progressives. Cette année, la virée lilloise a nécessité un crochet par Colmar, mais pas pour se gondoler sur la Petite Venise, avant de passer par Nancy et une étape Rue de la Soif, à L'Échanson, haut lieu, aussi stimulant que bruyant, de la vie vinique lorraine. Un Bourgogne Épineuil 2010 de Nicolas Vauthier, servi en magnum et à l'aveugle, a trompé son monde, mais pas tous. Gamay (du Beaujolais), pineau d'Aunis (de Loire) ou pinot noir (d'Alsace), les supputations sont allées bon train, avant d'atterrir en Mâconnais, chez Julien Guillot. Encore perdu, mais plus conforme.

Capture d’écran 2012-03-13 à 21.55.39.png

Garder le cap, c'est une obsession. Et puis le dépasser. Pour se rendre à Vins nature en Nord, à l'espace Napoléon de Seclin. Passer le cap du nez...

 

DSC_1566.JPG

 

Cap Blanc-Nez, les mouettes piaillent en direction de l'Angleterre, ce qui n'empêchera pas le XV de France de marcher sur une épine.

 

DSC_1574.JPG

 

Cap Gris-Nez, légèrement embrumé, légèrement enrhumé, mais sans excès. Cap passé, mais sans y être allé.

 

DSC_1587.JPG

 

Cap Rouge-Nez, au salon de Séclin, mais avec modération évidemment, car si on a beaucoup goûté, on a aussi beaucoup craché. Des belles choses, évidemment. S'en souvenir et ne pas oublier les autres. Priorité aux Filles, une symphonie de Chignin-Bergeron 2010 chignée Gilles Berlioz.

DSC_1575.JPG

Priorité aux filles toujours, avec Frédérique Barriol-Montès et ses 2004 du domaine de la Casenove, qui se goûtent à merveille, à l'image de cette cuvée Commandant Jaubert 100% syrah, dont une goutte a malheureusement dû tomber par terre, on la cherche encore. S'Arena est issue d'un accident climatique qui a donné naissance à un passerillage précoce de muscat sur souche. Caractère oxydatif, style vin de paille, belle fraicheur, sucrosité discrète, voilà un bien joli vin.

 

DSC_1578.JPG

 

Priorité aux filles encore, avec un petit clin d'œil à Monsieur Mosse, le chouchou d'une grande partie de ces dames, "en plein boulot, avec sérieux et une certaine classe", qui produit des vins blancs à marquer au rouge fer, comme cet Anjou 2010 le Rouchefer, justement

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

 

Priorité aux filles, encore et toujours, avec les Bonichons 2010 de Philippe Peulet, du gamay 95C qui soutient bien la gorge, quand il y glisse avec volupté. Ce lieu-dit abritait naguère une maison entièrement dédiée aux nourrices, à qui l'on amenait la marmaille à téter, mais pas encore du gamay, il faut croire.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

 

Priorité aux filles, avec Marie Lapierre, et ses toujours gouleyantes cuvées de Beaujolais. La prime à un épatant Morgon 2011, qu'il fallait se dépêcher de goûter pendant qu'il y en avait encore.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

 Priorité aux filles, enfin, avec Hortense et Honorine, deux jolis sauvignons 2010, l'un de Touraine, l'autre de Ménetou-Salon, vinifiés par Albane et Bertrand Minchin, vigneron pragmatique et homme de convictions. Une gamme très cohérente, en blanc comme en rouge, et qui fait plaisir à boire.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

Et puis tant d'autres, du Bandol La Tour du Bon d'Agnès Henry au Pomerol Gombaude-Guillot de Claire Laval, en passant par les bulles magiques de Delphine Richard, en Champagne. Même s'il n'y avait pas que des filles, à Séclin, certaines étaient accompagnées.

 

 

Le Salon Vins nature en Nord ne serait pas le même sans ses soirées d'exception, comme le grand repas vigneron qui s'est tenu à la Laiterie, et l'indispensable after de clôture à L'Huitrière, où le tandem Giboulaureau ne manque jamais de se distinguer, après avoir ingurgité une ou deux crêpes Suzette flambées.

 

vins nature en nord,gilles berlioz,domaine de la casenove,domaine lapierre,francis boulard,bertrand minchin

 

Olif

 

13 mars 2012

Le vin bio existe (enfin?), je l'ai rencontré!

C'est le sujet tendance du moment. Depuis que Bruxelles a (enfin?) acté son existence, on ne pourra plus se réfugier derrière un soit-disant problème de terminologie pour réfuter le "vin bio".

 

logo_bio_europe_vin_bio_vin_naturel.jpg

Nouveau logo du "vin bio" européen

 

Paradoxalement, cette nouvelle, potentiellement réjouissante, laisse dans le même temps dubitatif. La porte est désormais grande ouverte à un vin "bio industriel", réclamé par tous ceux qui ont vu le profit que pouvait engendrer une telle pratique, apte à répondre aux attentes du consommateur, de plus en plus soucieux de manger sain, tout en continuant de remplir son caddie à ras-bord. Bruxelles n'est certainement pas là pour encourager les bonnes pratiques artisanales, il ne faut pas se leurrer. Bruxelles est là pour favoriser la rentabilité économique dans une (relative) transparence, en imposant une charte moyennement restrictive, de la vigne à la cave. Si cela permet une diminution de l'utilisation de produits toxiques pour l'environnement, tant mieux et pourquoi pas? Mais il n'y a cependant pas grand risque que cela change les habitudes de tout ceux qui pratiquaient le bio par conviction depuis longtemps, et dont la charte personnelle, contrôlée par des organismes certificateurs indépendants, est beaucoup plus restrictive.

 

...

 

 

La suite, c'est sur Fureur des vivres, même si une grande partie de ce billet a déjà été publiée ici...

Le vin bio existe (enfin?), je l'ai rencontré!

C'est le sujet tendance du moment. Depuis que Bruxelles a (enfin?) acté son existence, on ne pourra plus se réfugier derrière un soit-disant problème de terminologie pour réfuter le "vin bio".

 

logo_bio_europe_vin_bio_vin_naturel.jpg

Nouveau logo du "vin bio" européen

 

Paradoxalement, cette nouvelle, potentiellement réjouissante, laisse dans le même temps dubitatif. La porte est désormais grande ouverte à un vin "bio industriel", réclamé par tous ceux qui ont vu le profit que pouvait engendrer une telle pratique, apte à répondre aux attentes du consommateur, de plus en plus soucieux de manger sain, tout en continuant de remplir son caddie à ras-bord. Bruxelles n'est certainement pas là pour encourager les bonnes pratiques artisanales, il ne faut pas se leurrer. Bruxelles est là pour favoriser la rentabilité économique dans une (relative) transparence, en imposant une charte moyennement restrictive, de la vigne à la cave. Si cela permet une diminution de l'utilisation de produits toxiques pour l'environnement, tant mieux et pourquoi pas? Mais il n'y a cependant pas grand risque que cela change les habitudes de tout ceux qui pratiquaient le bio par conviction depuis longtemps, et dont la charte personnelle, contrôlée par des organismes certificateurs indépendants, est beaucoup plus restrictive.

 

Face au rouleau compresseur d'une pensée vinique unique et bien pensante, il est plus que jamais utile de défendre de vraies valeurs et de revenir aux fondamentaux. Le vin est un produit issu de la fermentation naturelle du raisin, sous contrôle de l'homme, mais nul n'est besoin d'une panoplie de petit chimiste pour en produire du bon. Les néo-vignerons qui s'y essaient, par philosophie et conviction plus que par idéologie, se sentent abandonnés de tous les côtés, bataillant pour l'agrément, parce que leurs vins auraient un profil déroutant pour des palais habitués depuis des décennies à leur dose de sulfites et à des arômes préfabriqués par les méthodes de vinification et les marchands de levures. Le déclassement peut alors être une solution mais n'est pas une fin en soi. Dur de renoncer à ses origines quand on se sent bien ancré dans un lieu et un terroir. Et on se demande également pourquoi, les deux types de vins (bio et non-bio) doivent systématiquement être opposés sans pouvoir cohabiter en bonne intelligence. Pour preuve, les vins d'un Pierre Overnoy, par exemple, qu'aucun dégustateur digne de ce nom ne saurait dénigrer sans se discréditer, tant ils font partie des plus grands, même sans une once de soufre dedans depuis plus de 20 ans. Quoi que puisse en dire à ce sujet, avec insistance dernièrement, Michel Chapoutier, dont on aimerait pouvoir penser autant de bien des siens après autant d'années, malgré leur sulfitage excessif.

Le vin "naturel", "nature", "vivant", "libre", quelque soit le qualificatif qu'il essaie d'adopter ou que l'on essaie de lui donner, pour exprimer sa différence et son style, sans heurter la sensibilité de vignerons conventionnels qui ne travaillent pas selon cette approche et qui ne veulent pas que soit sous-entendu qu'ils puissent avoir recours à des procédés et/ou des produits technologiques (restons polis), fait de plus en plus d'émules. Même s'il reste encore largement minoritaire. Indispensable alors d'encadrer son élaboration pour un maximum de crédibilité. L'Association des Vins Naturels, émanation d'un groupuscule de vignerons-penseurs (Marcel Lapierre, Pierre Overnoy...) s'est donnée pour mission d'arriver à un idéal: un vin sans intrant chimique, bio-logique et/ou biodynamique, à la vigne comme à la cave. Avec un niveau d'exigences élevé pour tenter de garantir une certaine qualité. On peut faire du vin "nature" sans adhérer à l'AVN, on ne peut pas adhérer à l'AVN si on ne fait pas du vin "naturel". La charte élaborée par les vignerons eux-mêmes se veut de plus en plus restrictive, même si elle n'est garante que de la manière dont le vin a été produit. S'en inspirer ne peut qu'être une bonne chose, s'en réclamer n'est aucunement une obligation. Juste un équivalent de certification qui permet aux vignerons affiliés d'avoir un poids plus important pour affirmer la réalité de leur vin "naturel".

 

Image 1.png

©AVN

 

Le vin "nature", c'est comme le yaourt. Sans ajout d'aucune sorte, et personne n'est obligé d'en boire. Mais quand on y a goûté et que l'on a aimé, il faut reconnaître qu'il est difficile de faire marche arrière. Forcément, il y en a des bons et des moins bons, des plus ou moins réussis, mais rien n'empêche l'amateur ou le professionnel de faire preuve de discernement, sans rejeter en bloc un processus qu'il a du mal à assimiler. À quoi peut bien servir la critique vinique, sinon à ça?

 

Olif