09 août 2012

Pupillin sur la Paille et autres futilités: chronique d'un été finissant...

L'été déroule gentiment. Bientôt le jour réputé le plus chaud de l'année, le 15 août. Sauf dans le Haut Doubs, où l'on a généralement un peu plus froid que les autres jours, parce que, traditionnellement, on coupe le chauffage dans les maisons. Le blog d'Olif est en stand-by depuis quelque temps, pour cause de congés annuels, suivis de reprise du travail et de plein d'autres choses, en prévision de la rentrée. Néanmoins, quelques broutilles à se mettre sous la dent, en attendant des jours blogueurs meilleurs...

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard

 

Si tu ne vas pas dans le vignoble, il se peut que le vignoble vienne à toi. Après un week-end Festicaves, Troll's Prod, organisateur du festival de la Paille, a convié les vignerons pupillanais à une opération Caves ouvertes à Métabief. Un beau festival et une belle affiche, qui a vu défiler sur la grande scène, en deux jours, Brigitte, Izia, Irma, Chinese Man et Lofofora (entre autres). Idéalement placé, le stand des vignerons pupillanais a vu défiler bon nombre de VIP, qu'ils soient vignerons (même arboisiens), blogueurs, hommes politiques locaux... The place to be, le vendredi soir, pour poser en compagnie du plus célèbre d'entre eux, amoureux dans le pré et dans les vignes, venu accompagné, avec un ou deux extras de sexe féminin, mais hors émission. Rien n'est encore joué du côté de M6 et Mme Olif a insisté pour tenter sa chance hors champ. Côté vins, le Ploussard Point barre 2011 du Bornard s'imposait, mais le Chardonnay 2010 de Renaud Bruyère avait de l'allure, tout comme le Ploussard 2010 de Jean-Mi Petit, entre autres. Ambiance peu propice à la dégustation, c'est sûr, mais boire autre chose que de la bière souvent médiocre dans ce genre d'évènement, voilà une belle et grande première. Un agréable moment, en musique, tant pour les festivaliers que pour les vignerons, barmen d'un ou deux soirs.

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard

Partir dans un bel endroit, c'est le rêve de chacun à chaque été. Pas besoin de toujours aller bien loin. Surtout si on est livré. Sébastien Wiedmann, producteur d'abricots bio, de pêches et, accessoirement, de Saint-Joseph, avait fait le déplacement jusqu'en Arbois pour proposer sa marchandise aux chalands, à l'initiative de Thierry Moyne, du restaurant La Balance. Les abricots étaient sur commande, les pêches en sus et le Saint-Joseph 2010 Les Montas en bonus, pour ceux qui avaient eu le bonheur de rester après la distribution. Production minuscule, vendue quasi-exclusivement en direct et réservée à quelques privilégiés. Mais qu'est-ce que c'est bon! Un bien Bel endroit, surtout bien caché.

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard

Dans le genre syrah qui dépote, cette petite 2011 a tout d'une grande. Même si la bouteille est finalement trop petite, hélas, c'est là qu'est l'os! Les Lys, IGP Pays des Cévennes, Duché d'Uzès, vinifié par Ray Monahan et Olivier Privat.

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard

Le 31 août sort Le guide de l'Alter-vin, de Laurent Baraou et Monsieur Septime. Enfin! Une autre façon d'envisager les vignerons, leur façon de travailler et, pour le consommateur, d'acheter le vin différemment. Un livre formellement contre-indiqué pendant les foires aux bestiaux de la rentrée en GD, dont on espère bien qu'il va faire des petits. Et le plus vite possible, même! Chiche?

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard

Cliché ©Charles Dagand, domaine de L'Octavin

 

Pendant ce temps, le millésime "deux mille diouze" continue de faire des ravages, un peu partout dans le vignoble. Mousson printanière, chaleur, pluie à nouveau, le septentrion se bat contre le mildiou tandis que le Sud lutte contre l'oïdium. D'après Francis Boulard, consciencieux, méritant et excellent vigneron de Champagne, tant que la véraison ne sera pas effective, le raisin reste exposé. Et elle tarde, dans le massif de Saint-Thierry. À tel point que certains producteurs peu zélés de raisins champenois n'excluent pas de ramasser des raisins verts pour les fourguer dans les cuvées brutes des grandes maisons, elles-mêmes peu scrupuleuses sur la qualité. Ça ne les changera pas beaucoup de d'habitude, en fait. Un bon dosage brut à 12 g et il n'y paraitra plus... Courage Francis, on croise les doigts pour toi, et on compte bien que les Rachais 2012 seront à la hauteur du travail fourni à la vigne.

 

pupillin,jean-michel petit,renaud bruyère,julien maréchal,philippe bornard,francis boulard,sébastien wiedmann,olivier privat,domaine des lys,guide de l'alter-vin,laurent baraou,monsieur septime,

 

Le feuilleton de l'été, c'est le projet d'antenne qui a (é)branlé le microcosme vineux sur le web. Où en est-il, désormais? On savait déjà que Michel Chapoutier avait l'intention de démolir ses verrues murales et publicitaires qui défigurent la colline, on a appris qu'il en avait également profité pour résilier un bail qui courait depuis 20 ans avec SFR et qu'il allait faire démonter une immonde antenne abritée sur ses terres et dans ses murs depuis cette date. Il y en a vraiment qui ne manquent pas d'air... Mitage? Finalement, tout est bien qui finit bien, un accord devrait être trouvé entre les parties. Les antennes (la nouvelle et l'ancienne) devraient aller défigurer un autre site, un peu plus loin, là où il n'y a pas de vignes. Ouf, sauvés!?

 

 

 

 

 

Olif

27 juillet 2012

VDV#48: Love Katz...

vendredis du vin,christian binner,the cure,sonia dégustation,vin de presse

 

Vendredisduvin

"Les vins en séries font leur cinéma", c'est le thème de ces 48èmes VDV, auvergnats dans l'âme, et proposés à l'arrache par Sonia Dégustation, auvergnate qui sait boire autre chose que de la Volvic. Un thème bien estival, plutôt fun, joliment illustré, une fois de plus, par Rémy Bousquet, le Lucky Luke de la palette graphique, qui n'a décidément pas ses mains dans ses poches dès qu'il s'agit de dégainer son crayon pour un petit dessin de derrière les fagots. Accorder un vin à une musique de film ou de série, cela revient finalement à boire un bon coup en se payant une bonne toile, à la rigueur avec son plateau-télé.

 

124893.jpg

J'aurais pu, comme certains le feront peut-être, dégoupiller une boutanche en même temps que la capote de ma 403. D'ailleurs, ma femme me dit toujours... n'importe quoi! Mais je ne suis pas grand fan des syrahs un peu boisées du collègue de l'inspecteur. Ensuite, j'ai bien pensé à Dexter. Bon sang, mais c'est bien sûr! Une des séries actuelles que je regarde avec bienveillance, malgré le sujet un poil racoleur, parce que c'est bigrement bien fichu. Mais je n'ai pas trouvé un vin rouge de couleur suffisamment sanguine à y associer.

 

Cart0149

 

J'ai pensé ensuite au merveilleux Homer Simpson. Je ne suis plus trop les péripéties de la famille depuis un certain temps, mais leur teint jaunâtre aurait pu faire bonne alliance avec un Château Chalon de noble origine. Ou, par association d'idées, suite à un brainstorming particulièrement intense, avec un vin du pensionnaire de l'Abbet Road de Martigny

Et puis, c'est totalement par hasard qu'une bouteille providentielle a surgi de nulle part. Plus exactement du fin fond de l'Alsace, d'où elle a été extirpée, à bon escient et très récemment, par un collègue de goulot (© Doc Adn).

 

vendredis du vin,christian binner,the cure,sonia dégustation,vin de presse

Katz'en Bulles, c'est aussi pétillant que Fritz the Cat mis en musique par Cure. Katz'en Bulles, c'est des raisins parfaitement sains et mûrs, récoltés à Katzenthal par Audrey et Christian Binner. Katz'en Bulles, c'est une robe dorée comme les blés et une bulle festive et joyeuse. Love Katz... palala papapalala...

 

 

 

Miaoouuuw!

 

Olif

 

P.S.: oui, j'ai un peu triché, en dissociant la musique et le film. Mais j'aime bien les exceptions qui confirment les règles. On ne se refait pas...

 

19 juillet 2012

L'Hermitage de rien, chronique d'un été débutant...

Entre déconnexion passagère du web, bronzette sous la pluie bretonne, Paléo sous le soleil, bientôt le Festival de la Paille jurassienne et reprise (déjà!) du travail, l'été 2012 déroule gentiment, l'air de rien. Enfin, gentiment! Quand j'dis ça, j'dis rien...

 

L'antenne.jpg

 

- Un projet d'antenne au sommet de l'Hermitage agite le landerneau vinique. Ne touchez pas à la colline vinique sacrée, ou je fais un malheur! Déjà largement défigurée par des murs publicitaires à la gloire de Chapoutier ou de Jaboulet, la célèbre colline rhodanienne n'en serait pourtant pas à une verrue près, puisqu'une autre antenne s'y trouve déjà. Le véritable problème, c'est cette pollulation* d'antennes, depuis que le monopole public de TDF a volé en éclat. Plutôt que d'utiliser l'existant, il revient moins cher d'en construire une autre à côté et de laisser rouiller les autres, que plus personne n'entretient. Suite à la mobilisation générale, orchestrée par les notables vignerons et l'élite de la blogosphère vinique, l'antenne serait susceptible d'être déplacée... si un autre endroit propose la même couverture d'ondes. Prions pour qu'elle n'aille pas défigurer un autre lieu du secteur, sans chapelle, mais encore vierge, et où on ne plante même pas de vigne. Le véritable point positif, dans cette affaire, c'est que Chapoutier s'est engagé à démonter ses horribles murs publicitaires, pour participer à la revalorisation du site en vue d'un classement éventuel au patrimoine mondial. Le vignoble de l'Hermitage est sauvé! Ouf! Ça s'arrose! J'en ouvrirai bientôt une bouteille, juste pour voir comme c'est bon. Un sans soufre, peut-être? Que cela ne vous empêche pas de signer la pétition en faveur de l'Hermitage, si le cœur vous en dit... On relèvera juste qu'il y avait un peu moins de beau linge pour s'insurger contre le massacre des terroirs bourguignons à la bioconcasseuse l'automne dernier. Il est vrai que cela se passait en sous-sol, cette fois-là. Rien de bien visible, à même de troubler le bourgeois, donc.

 

Capture d’écran 2012-07-19 à 21.24.39.png

- L'air de rien, nous sommes rentrés dans l'ère du tout ou rien. Les coiffeurs penchent pour l'hair de rien, les clochards pour l'hère de rien, les analphabètes pour ... rien, les calembourdistes pour l'R de rien, les joueurs sur les mots au troisième degré à L'de Rien. Nihiliste jusqu'au bout des ongles, si je devais baptiser une cuvée minimaliste, je me limiterais à un seul et unique R sur l'étiquette. Qui me dit que je ne serai pas accusé de plagiat éhonté pour avoir utilisé l'R de rien, pourtant dûment protégé à l'INPI? Bon, finalement, tout va bien, il est temps d'aller boire un coup.

 

Capture d’écran 2012-07-19 à 21.23.00.png

- L'année 2012 est difficile pour les tenants et partisans d'une agriculture biologique, au nord et à l'ouest du Pécos. On ne va pas plaindre nos amis viticulteurs d'avoir du boulot par dessus la tête à la vigne, nom d'un mildiou, personne n'a jamais dit que s'engager dans cette voie du bio et du bon était facile. On regrettera amèrement cependant que l'on en soit au stade de se battre pour tenter de sauver quelques raisins à mettre dans les bouteilles. Mon diou, faites que tous ces efforts ne s'avèrent finalement pas vains et se transforment en un minimum de vin. On pense plus particulièrement à tous les Champagnards qui ont trop fait fumer leurs enjambeurs, aux micro-vignerons angevins victime de la rouille ou encore aux petits gars du Sud-Ouest qui baptisent leurs cuvées de noms rigolos pour oublier à quel point elles les ont fait souffrir à la tâche pour les élaborer. Tout ce qu'on leur souhaite, c'est de tenir bon et de ne "rien lâcher", d'ailleurs c'est ce qu'ils sont tous en train de faire.

 

IMGP0433.JPG

 

- Juillet, c'est la saison des festivals de plein air, l'occasion de se nourrir les oreilles de bonne musique et d'écluser quelques bières, sans se préoccuper d'une autre qualité que celle de la désaltérabilité sous le soleil. Question alcool, Hubert-Félix Thiéfaine est revenu de pas mal de choses, mais sa prestation scénique au Paléofestival de Nyon a valu le détour et fait tirer bien des langues. L'occasion de parler d'autre chose que de vin, finalement...

 

 

Olif

 

P.S.: cette cuvée L'antenne 1999 du domaine de Cazal Viel, à Saint-Chinian, en est restée à l'ère hertzienne. Une transmission brouillée par de mauvaises ondes d'évolution tertiaire, ce qui n'est nullement surprenant pour une cuvée destinée à une consommation plus rapide. Oubli de fond de cave, mais ressortie fort à propos, je trouve...

 

 

* contraction de pollution et pullulation, ce néologisme veut tout dire, en fait ...

13 juillet 2012

Breizh-moi!

breizh,bretagne,auberge des glazicks,

 

Envie de Bretagne, limite en manque. La thyroïde en berne, les glandes en pente. Et, du coup, Despentes, ça en fait plus d'une. Breizh-moi! Oh! oui, prends-moi toute! Comme une voix insistante en mon phare intérieur. À une pareille invite, impossible de résister! C'est parti pour un tour d'Armorique, beurre salé, crêpes et chouchen à volonté.

 

Mor bihan


breizh,bretagne,auberge des glazicks,


La petite mer a tout d'une grande. Surtout lorsqu'il s'agit de la traverser, jusqu'à Belle-Isle, la bien nommée. Comme les biscuits. Après une halte à Quiberon, via la Côte sauvage, pour être sûr de ne pas manquer le bâteau. Plateau de fruits de mer, pour une mise en condition, l'un des plus indigents jamais mangé, dans un restaurant pourtant engageant à première vue, mais dont je tairai le nom, pour ne pas faire de mauvaise publicité à tous ceux qui, à la hauteur, revendiquent le même patronyme à la gloire de l'huître. Justement, des huîtres maigres et mal ouvertes, des bulots et des bigorneaux trop cuits, des crevettes molles et une araignée insipide. Fallait-il manger les coquilles pour se sustenter..? Tout comme moi, le ciel en a pleuré toute la nuit, et le matin aussi. C'est donc sous un crachin battant, le lendemain, qu'il a fallu embarquer pour Belle-Isle. Débarquement sous le soleil, néanmoins, et première journée sous le signe de l'escapade, chère à Docadn. Randonnée en sandales et ciré pour gagner l'hôtel, de Palais jusqu'à Bangor, via l'itinéraire cyclable. Vite rattrapés par la pluie, c'est complètement rincés que nous sommes arrivés à Bangor à l'heure du déjeuner. Ne s'offrait à nous qu'une adresse abritée, au cœur du village: Le Caméléon, Restaurant-Pizzéria. La bâche abritant la terrasse réservée aux touristes, pour pratique qu'elle fût, n'engageait guère. Pourtant, à l'intérieur, le Caméléon est changeant et la chaleur d'une jolie maison bretonne nous attendait. Ça humait la bonne pizza, la bonne humeur et la convivialité. Moules-frites au menu, probablement les meilleures jamais mangées, ça rachetait de la veille au soir. Mollusques charnus et goûteux, largement parfumés d'herbes diverses, grosses frites maison servies dans un bol-cornet, bonne bière bretonne pour accompagner, avec tout ça, la pluie pouvait continuer à tomber. Mais, comme par enchantement, elle s'est arrêtée.

breizh,bretagne,auberge des glazicks

 

La Désirade est un hôtel*** plutôt classe qui louche sur le concept des chambres d'hôtes. Classé Relais du silence, il est constitué d'un ensemble de maisons bretonnes qui abritent les chambres (quatre par maison), s'ouvrant toutes sur le jardin et la piscine. La table de la Désirade est de l'autre côté de la route. Il faut faire attention en traversant. Elle possède une jolie carte des vins et propose une cuisine faisant la part belle aux poissons et aux crustacés. À l'agneau aussi un peu, dont les troupeaux paissent tranquillement au pied du Grand Phare, tandis que Laurent Voulzy chante dans ta tête: "Bêêêê-lle-Isle en Mer, Marie-Galante..."

Celui qui, à même pas 50 ans, en rentrant d'un bain de mer à la plage d'Herlin, n'a jamais mangé un homard grillé de la Désirade accompagné d'une cuvée L'Argile 2010 de la Rectorie a, en partie, raté sa vie.

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks

Pendant que certains (trop gourmands?) s'essaient au tour du continent en pédalant, d'autres (plus raisonnables?) se sont contentés du tour de Belle-Isle, qui se fait aisément en une journée et 11786 coups de pédale exactement. De la pointe des Poulains à Locmaria, dans le sens des aiguilles d'une montre, il fallait viser juste pour casser une petite graine pendant un gros grain. A Sauzon, par exemple, joli petit village niché au creux d'un aber. Et, comme toujours dans ces situations-là, pour espérer trouver un établissement ouvert, rendez-vous sur le port, où il y a forcément un bistrot.

breizh,bretagne,auberge des glazicks

Le Bistrot du Port de Sauzon, sous-titré Chez Carole, est un bel endroit resté dans son jus. On y vient parce qu'il pleut dehors, mais pas seulement. On y vient pour faire la bise à Carole, imposante patronne du bistrot, que tous les locaux semblent bien connaître, on y vient pour le Ty Punch et le boudin antillais, on y vient aussi pour la friture d'éperlans et, en ce qui nous concerne, les épatantes sardines grillées dans la petite cambuse, à fond de cale. Deuxième petite adresse pêchée au hasard de Belle-Isle et deuxième satisfaction. Ça motive pour remonter sur le vélo, surtout s'il ne pleut plus.

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 L'un des plus étonnants produits du terroir de Belle-Isle, c'est Kaerilis, Whisky des Highlands maturé pendant quelques années sur l'île et qui y est désormais également distillé, grâce à un superbe alambic rapporté d'Allemagne. Dans la petite échope à deux pas du port de Palais, Fabien Mueller reçoit de 9h57 à 12h02 en saison, mais il peut aussi être joint sur mobile en cas d'urgence whisky ou rhum. 10h17, l'heure idéale pour une petite dégustation en attendant le bâteau. Initiales Belle-Isle, Belle-Isle en Rêve, À l'aube du grand dérangement, autant de déclinaisons du malt écossais soumis aux embruns locaux, censés apporter notes salines et iodées. Et pour finir, un petit aveugle sur un alcool blanc, au premier nez très fruité, qui délivre ensuite de fines notes de céréales maltées. Un whisky brut d'alambic, distillé il y a tout juste 3 semaines...

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

Penn-ar-bed

Rendez-vous sur la fin des terres, pour un G2 improvisé, une rencontre au sommet entre blogueurs de la première heure, sans # ou @ ni retransmission en direct sur Pinterest, mais avec du vin dans le verre et deux ou trois trucs dans l'assiette. Retrouvailles à Port Rhu, Douarnenez, en plein fest noz. Édouard Nenez est de la partie, ça ne rajeunit pas le fan de la première heure et demie que je suis, ardent partisan de l'extension du dolmen de la hutte. Mais non, rien n'a changé...

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

 

 

La suite se déroulera dans l'intimité de l'auberge des Glazicks, chez Olivier Bellin, qui a transformé en moins d'une dizaine d'années le restaurant ouvrier familial en table deux étoiles à Plomodiern, sur la presqu'île de Crozon. Une cuisine raffinée et cérébrale, dédiée à la terre et à la mer, avec le blé noir comme fil conducteur. Ça frappe très fort dès la mise en bouche.

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

Du blé noir, il y en a plein les verres. Mais on n'a pas été obligés de les vider. La deuxième salve d'amuse-bouche, c'est la corbeille de l'Auberge. Une sélection de petits pains maisons tous aussi bons les uns que les autres, ce qui n'arrange pas ceux qui essaient de ne pas manger de pain à table parce qu'ils croient bêtement que ça fait grossir. Mention particulière au pain noir à la crevette grise, qui, tartiné d'un peu de beurre aux algues, est un repas à lui tout seul.

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

Après les tartines et une paire de langoustines cuites à la perfection (dont la grosse pince, découpée au laser ou à je ne sais quel instrument de précision, permet d'en extraire facilement une chair goûteuse), le premier plat est une variation maritime d'un traditionnel breton terrien, le Kig ar farz. Le "kig homardz" laisse bouche bée, devant la précision des cuissons (mmmm, la pince..!) et l'alliance des saveurs. Le petit "mouchoir d'ananas" chipsé sert surtout à essuyer ses larmes devant tant de bonheur papillaire et culinaire.

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

Il ne faudrait néanmoins pas que le homard éclipse le turbot à suivre, dont la chair fond sous la langue. Pas de vin du Jura à la carte, mais un très beau Chablis 2010 de Thomas Pico, suivi d'un Ayze Le feu 2010 de Dominique Belluard. Densité et profondeur du gringet ont parfaitement épousé les formes du homard et mis le turbo avec le poisson. Pour le pré-dessert (variations glacées autour de la fraise) et le dessert (tube chocolaté au basilic, sorbet glacé banane citron-vert), Clotilde, la charmante sommelière, nous recommande un rouge. Plutôt qu'un Bourgogne de Méo-Camuzet, nous serons raisonnables et particulièrement sages, puisque La Sagesse 2009 de Gramenon fera l'affaire. Un accord royal, tant avec la fraise qu'avec le basilic chocolaté. La richesse du millésime apporte la puissance et la rondeur, sans le sucre. Superbe!

Il s'agissait du menu Plaisir, à 90€, et du plaisir, il faut bien reconnaitre qu'il y en a eu, pour un prix somme toute très raisonnable dans ce type d'établissement.

 

Aodoù an arvor


 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale


Trégor, Saint-Michel-en-Grève. Le soleil aussi. Préavis déposé dans les temps par Météo France. Sous la grisaille, le granit de Ploumanac'h ne parait pas si rose. Pourtant, une si belle collection de tarbouifs géants sculptés par la nature...

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

Côté gastronomie, tout n'a pas été rose, par contre. Il a fallu quelque temps pour trouver ses marques. Au Tire-Bouchon de Lannion, un samedi soir, l'une des rares adresses tentantes repérées après un tour de centre ville, une carte alléchante, genre bistronomique. Finis les ormeaux depuis la veille, pas de chance. Noix de Saint-Jacques à l'andouille de Guéméné feront l'affaire, même si on sent une cuisine légèrement au-dessus de ses moyens. Plutôt sympa, finalement, mais une carte des vins insignifiante. Rejoué la carte Bistrot du Port, à Ploumanac'h, en milieu de randonnée, mais avec un petit peu moins de bonheur cette fois. Une originalité: la carte présentée sous forme de Gazette, avec pas mal de choses à lire sur les petits potins de la région. Les huîtres et bulots sont corrects, sans plus, le Muscadet au verre insipide, on ne connaitra jamais sa provenance. Ce sera sans conséquence.

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

Étape culturelle et instructive que cette halte en Côtes d'Armor, qui a permis de suivre la Menhir Parade itinérante à Lannion, avant une sortie en mer à l'archipel des 7 îles, un grand moment ornithologique avec fous de Bassan et macareux en pleine forme, sans parler des phocidés, prompts à se faire bronzer sur le premier rocher venu. Une bien jolie balade en mer, qui permet d'apprécier les rochers du chaos de Ploumanac'h sous un angle maritime au retour.

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

Le gros plaisir gastronomique de cette Côte de granit rose viendra de Trébeurden, à La Tourelle, qui offre une vue panoramique sur le port, à peine parasitée par une verrue architecturale délabrée qui traîne depuis 30 ans environ, et surtout très appéciée lorsque le premier rayon de soleil estival de la saison fait son apparition. La Tourelle, tenue par Laurent Rouvier, vaut le détour. Pour ses fruits de mer, ses ormeaux, sa carte des vins dont on a extirpé un Riesling 2010 d'André Ostertag "Vignoble d'E" (après un excellent Gewurtz VT Fronholz 2007 proposé au verre à l'apéritif) et un Morgon 2010 de Marcel Lapierre.

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

Il-ha-Gwilen

 

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

Ultime étape bretonne avant le retour, Cancale, la pointe du Grouin et Saint-Malo. Un petit bout de côte bretonne que je méconnaissais et qui m'a beaucoup plu, à défaut qu'il ait beaucoup plu, mais quand même un petit peu. Cancale, jolie petite ville où il a fallu jouer une nouvelle fois la carte du port pour trouver un peu d'animation culinaire. Port de la houle, ce n'était pas encore la foule en ce début juillet. Une adresse dédiée à l'huître, ce qui est bien la moindre, et qui devait nous racheter de la déconvenue initiale du séjour. L'avantage ici, c'est que les huîtres viennent en direct du producteur et qu'il y a, en théorie, moins de chance d'être déçu. Une douzaine de N°2, qui valait bien des N°1, d'après le serveur. Certaines un peu laiteuses, c'est de saison. On y perd en vivacité iodée ce qu'on gagne en onctuosité crémeuse, mais elles sont bonnes. Le verre de Muscadet sans nom servi avec ne mérite pas qu'on le retienne, c'est aussi bien.

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

La pointe du Grouin n'en manque pas, de groin. C'est un pic, c'est un cap, que dis-je, c'est un cap, c'est une péninsule! C'est très touristique, mais c'est surtout très joli, tout comme le retour sur Saint-Malo par la côte. Terminus Rothéneuf, pour une dernière nuit bretonne dans une chambre d'hôte qui louche vers l'hôtel. Villa Esprit de famille est le nom de cette immense villa ancienne, rénovée avec goût, et qui abrite quelques chambres et même un gîte. Le petit déjeuner est royal, avec toute une série de petites confitures maison à se damner.

Le soir, il était prévu de manger aux Buveurs de Lune, la seule adresse bio/nature repérée sur le net avant le départ et que l'on se réjouissait de découvrir. Malheureusement, les Buveurs sont fermés les soirs d'éclipse. Et aussi les lundi et mardi. Toute l'année, juillet compris. Comme s'ils ne savaient pas que, nous, on est en vacances tous les jours! Désireux de rester dans un esprit bistrot, c'est Intra Muros que l'on a trouvé notre bonheur. Le Bistro de Jean nous a alors sympathiquement accueilli. Une jolie carte, tournée vers la mer, mais avec quelques classiques "bistrot", comme une terrine maison. Les filets de sardines marinés sont tout simplement excellents, le poisson à suivre plutôt pas mal, malgré une sauce un peu chargée. Le service est agréable à tous points de vue. Seul bémol, la carte des vins est un peu déprimante, ce n'est pas ce soir-là qu'on aurait pu décrocher la lune en buvant.

breizh,bretagne,auberge des glazicks,belle-isle,kaerilis,whisky breton,la tourelle,trébeurden,lannion,côte de granit rose,saint-malo,rothéneuf,cancale

 

Fin du Breizh tour, pour le meilleur, et (pas trop) pour le pire. Alors, heureuse?

 

Olif

 

P.S.: pour tout savoir sur Édouard Nenez et ses Princes de Bretagne, ou juste comprendre un petit peu la foi qui les anime, il faut avoir regardé l'Île aux choux-fleurs.

29 juin 2012

VDV#47: Défiez votre chef favori!

 

Vendredisduvin

"Défiez votre chef favori", c'est le thème de ces 47èmes VDV, sortis d'un brainstorming bruxellois monomaniaque particulièrement intense. Un thème annoncé plusieurs mois à l'avance, pour, théoriquement, permettre de s'organiser. Mais, à la 117ème relecture du billet original de l'Émir du Bas-Rhin (celui qui n'a pas de pétrole, mais du riesling), il semblerait plutôt qu'il ait été question d'expliquer longtemps pour bien faire comprendre au vulgum pecus de quoi il s'agissait exactement. Accord vin(s)-mets (sans parenthèses pour le deuxième item, orthographiquement parlant, mais il peut également y en avoir plusieurs, de mets), défi d'accords, mise en avant d'un restaurateur prêt à jouer le jeu, tous les prétextes sont finalement bons pour descendre quelques quilles dans l'allégresse vendrediste générale.

 

Inutile de préciser que, une fois le courageux chef local déniché, on s'est empressé de transgresser les règles de ce Vendredi inédit et de les simplifier. Pour le meilleur, forcément. Et ne retenir que l'essence même du sujet: un bon repas autour de bonnes bouteilles entre potes. Sans aucun mauvais esprit, évidemment, ce n'est pas le genre de la maison. Mais, comme l'idée de départ imposait d'avoir au minimum deux bouteilles d'un même vin, une à déguster avec le chef en question, qu'il puisse cogiter, et l'autre à réserver pour le grand soir, impossible de la mettre totalement en pratique sur ce coup-là, pour la simple et bonne raison qu'elles se sont toutes avérées être des exemplaires uniques en cave, ou alors sélectionnées au dernier moment devant la tournure prise par les évènements. Mais n'anticipons pas...

 

La seule bouteille répondant de façon stricte aux conditions de participation de ces 47èmes VDV, elle fut choisie pour faire un clin d'œil appuyé aux Brusseleirs, nos maîtres à tous en matière de nombres de quilles descendues dans une seule soirée. Cette bouteille, c'était celle-là:

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Nouvelle entorse, il ne s'agit pas à proprement parler de vin, mais de vin de bière, et le chef ne s'appelle pas Léon, une fois.

 

Capture d’écran 2012-06-23 à 15.15.40.png

 

On a juste brodé un peu, pour améliorer l'ordinaire bruxellois. Double slash de Cantillon pour tout le monde quand même! Mais n'anticipons pas...

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Rendons tout d'abord hommage à Pierre-Ivan Boos, chef de l'Alchimie à Pontarlier  (Haut-Doubs, fief de l'absinthe bien droite, en partenariat avec celle de Travers, Suisse, bien droite également), qui a beaucoup bossé pour l'organisation de cette soirée. La gueuze Cantillon, dégustée avec lui il y a quelque temps, lui a inspiré le premier dessert de la soirée. Mais n'anticipons pas...

 

Plus qu'une année avant de m'acheter un Solex et ne pas avoir eu l'impression de rater ma vie, l'occasion était trop belle pour ne pas coupler les deux évènements, d'autant plus que le repas d'anniversaire était prévu un vendredi, devenu celui du vin par la force des choses, avec une semaine d'avance sur la date officielle pour remettre son compte-rendu des VDV.

 

La soirée débuta avec le plus simple accord vins-mets qui puisse exister. Mais pas le plus mauvais. Champagne RD 90 de Bollinger, servi avec ... rien! Juste pour lui-même, à l'apéritif. Tout au plus quelques gressins pour le croquant. RD, pour Récemment Dégorgé, ce qui, dans le cas présent ne signifiait plus grand chose, car la bouteille trainait en cave depuis des années en attendant ce jour-là. Dégorgement en 003, très précisément. Permis de boire! Un ange passe. La bulle pétille aux oreilles, titille les naseaux et égaye les papilles. Seul le bruit occasionné par le grignotement des gressins vient troubler l'harmonie. La bouche est caressante, presque veloutée, mais il y a de la jeunesse et de une fraîcheur virevoltante dans ce vin.

 

Galopin de Gueuze Cantillon à l'eau de gaspacho et pan con jamon façon mique, huile d'olive noire de Corse, avec rien non plus. La mise en bouche était un accord vins-mets à elle toute seule, puisqu'il y avait à boire et à manger dans l'assiette. La Gueuze aromatisée à l'eau de gaspacho est une vraie trouvaille qui ne dénature en rien aucun des deux produits. On a réellement l'impression de boire une bière en mangeant du gaspacho. Impressionnant et rafraichissant!

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois


 

Pour affronter les entrées, deux vins de sauvignon, à l'opposé l'un de l'autre, deux expressions complètement différentes, deux minéralités aux antipodes. Silex versus Quartz, Pouilly-Fumé versus Sologne, Dagueneau versus Courtois. Nullement prémédité, puisque la deuxième bouteille a été choisie sur place, pour pallier à une insuffisance de quantité de vin blanc, je sais, c'est impardonnable, mais je n'ai pas honte,  il n'y a même rien à regretter.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

Ris de veau et bulots rôtis au Garam masala,fines tranches d'asperges crues à l'huile de chanvre et Pouilly-Fumé Silex 2002, Didier Dagueneau. Un sauvignon d'école, agrumes intensément, buis et bourgeon de cassis, nourri par son élevage. Vin élégant, remarquable, parfaitement à point dans un style très classique. L'accord fonctionne plutôt bien avec le plat. Le bulot était ferme, limite caoutchouc, le ris de veau moelleux et goûteux, le Garam masalait bien, le Silex apportait une dot non négligeable en vue du mariage, grâce à une pointe de gras intéressante et bienvenue.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

Filet de maquereau rôti laqué, queue de langoustine marinée cuite en tempura, aubergines à la japonaise et Quartz 2009, Les Caillous du Paradis, Claude Courtois. La minéralité du quartz n'a rien à voir avec celle du silex. Presque une épure minérale, comme une arête sur le gras du maquereau, rôti à la perfection. La peau, laquée, s'avale en un morceau, sans se recracher, et glisse toute seule le long du gosier, venant cicatriser la délicieuse incisure œsophagienne occasionnée par le Quartz.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Après cette trilogie de blancs, place aux rouges, prometteurs sur le papier, limite grosses quilles de sortie, même. Si à 49 ans, tu n'as jamais goûtés à de tels vins, c'est que tu n'as jamais été du bon côté du manche...

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Coffre de pigeon rôti, déglacé à la Kriek Cantillon à la framboise, la cuisse confite, poêlée de pommes de terre de Noirmoutier et cèpes du coin et Château Rayas 1998. Travailler la Cantillon en cuisine n'est pas une sinécure. La réduction poussée du jus a fait ressortir l'amertume, qui s'est pourtant parfaitement mêlée aux saveurs du jus de pigeon. Rayas, avec son soyeux si reconnaissable et ses délicates notes kirschées, assura à la perfection. Les premiers cèpes locaux, c'était un peu comme la cerise sur la Kriek, sauf que là, c'était de la framboise.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Après ce pigeon papal et cet accord royal, on aurait pu buller et se la couler souce. Que nenni! L'accord avec le plateau de fromages affinés sera ducal ou ne sera pas. Une belle entorse à la tendance actuelle, qui ne voudrait associer que du blanc aux produits laitiers, ton sur ton, mais ça se discute.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Avec le Richebourg 2002 d'Anne Gros, aucun fromage ne fait la fine bouche. De la cancoillotte au Gaperon, en passant par le fromage de Chèvre, même persillé, rien ne résiste à la force tranquille de ce pinot noir d'anthologie, qui déroule progressivement toute sa puissance et sa classe. Un grand vin, déjà largement buvable (une série de Côtes de Nuits 2002 d'anthologie nous l'avait démontré récemment, ce qui a motivé le choix de cette bouteille), qui n'entame que l'aube de sa très longue vie probable.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

 Et c'est déjà l'heure du dessert! Celle du véritable défi vendrediste. Roulements de tambour... Rrrrrrrrrrrr!

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Gelée de Gueuze Cantillon, pulpe de pruneau au Jerez, sorbet d'eau de rhubarbe, zeste de citron confit et feuille de coriandre avec Cantillon Grand Cru Bruocsella, Lambic bio 2008. Des arômes de la Gueuze Cantillon, le chef a retenu les notes acidulées de cédrat confit qui l'ont conduit à tenter un accord sur un dessert citronné. La meringue sans ficelle ne se met pas derrière l'oreille et vient apporter une touche de douceur ouatée. Véritable patchwork de textures et d'arômes, l'accord fonctionne parfaitement. La Bruocsella est totalement dessoiffante et le dessert d'une légèreté absolue. Cantillonesque!

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

 Et enfin, comme une fulgurance, un ultime dessert, destiné à tenir compagnie à un joker dégainé en dernière minute. Si à 49 ans, tu n'as jamais trempé tes lèvres dans un Porto du même âge que toi, c'est que tu n'aimes pas ça.

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

Coque de chocolat, framboises éclatées au sucre et yuzu, croustillant de praliné, mousse et sorbet de chocolat amer et Porto Morgan's 1963. De cette année météorologiquement pourrie que fut 1963, il semblerait qu'il n'y ait guère que les vins de Porto qui aient tiré leur épingle du jeu. Il faut bien reconnaitre que, malgré le relatif dépouillement de la robe, le vin reste aussi fringant qu'un "pas encore quinquagénaire". L'accord avec le chocolat amer est assez évident, mais le vin se suffirait presque à lui-même. Pour un instant d'éternité, qui nous éloigne temporairement, de manière imperceptible, de l'âge fatidique du demi-siècle...

 

vendredis du vin,l'alchimie,pierre-ivan boos,pontarlier,cantillon,rayas,richebourg,anne gros,bollinger,silex,dagueneau,porto,1963,quartz,claude courtois

 

Olif

 

P.S.: après les accords vins-mets, les accords vins-livres et une nouvelle rubrique proposée par Thierry Guichard sur Le Matricule des Anges, "Et avec ça?". Quand littérature rime avec viticulture, ce qui est bien plus fréquent qu'on ne pourrait le croire... Le premier volet de cette rubrique paru au mois de juin propose un joli portrait de Luc-Marie Michel du domaine Zélige-Caravent, en Pic Saint-Loup. De quoi donner envie de boire .. et lire!

 

 

 

 

18 juin 2012

REVEVIN 2012: Bellivière, instants sucrés!

domaine de bellivière,éric nicolas,pineau d'aunis,jasnières,côteaux du loir,

 

Contemplatif et pensif, Éric Nicolas, du domaine de Bellivière, peut éprouver la satisfaction devant le travail accompli. Ses cuvées moelleuses et liquoreuses de Jasnières et de Côteaux du Loir ont franchi sans problème l'agrément de la dégustation des Revevineurs. Accompagné de son épouse Christine, l'homme qui a vu Lhomme n'est pas un ours et c'est avec plaisir qu'il a accepté l'invitation de venir présenter ses raretés confidentielles (5% de la production du domaine) sous le patio du Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

domaine de bellivière,éric nicolas,pineau d'aunis,jasnières,côteaux du loir

La série débute par une déclinaison de rose, de la pelure d'oignon au doré ambré. Les Giroflées, vendange tardive de Pineau d'Aunis à fort potentiel (ramassé à 14,2), a été réalisée dans les millésimes 2004 et 2009. Dans un registre de rosé demi-sec, les deux millésimes jouent sur l'élégance, la finesse et la fluidité en bouche. La Salamandre est une déclinaison moelleuse de pineau d'Aunis qui a été réalisée en 2001 et 2004, le millésime que nous avons eu le privilège de goûter. La robe est dorée et le nez, plutôt racinaire, évoque la gentiane. Le vin a petit à petit mangé tous ses sucres, il est porté par une belle acidité et ce caractère racinaire qui domine. Le chenin n'est pas très loin et le surnom de chenin noir donné au pineau d'Aunis n'est pas usurpé.

 

domaine de bellivière,éric nicolas,pineau d'aunis,jasnières,côteaux du loir

 

Haut-Rasné, terroir protégé en Coteaux du Loir, particulièrement apte à prendre la pourriture noble, grâce à ses sols du secondaire parfaitement "ressuyables", permet de produire une cuvée moelleuse les années à botrytis. 2002, millésime de fraîcheur, a donné naissance à un très beau demi-sec, acidulé à souhait, avec une toute petite pointe d'oxydation finale (fruits secs). 2005 est beaucoup plus riche, sur le miel et l'abricot, mais la finale sait rester fraiche. Le 2009 goûte curieusement comme une cuvée carbonifère du Layon, avec ses notes iodées, sur une petite touche de pomme verte. Un équilibre cohérent, demi-sec, tout en fraicheur également.

 

On ne jettera pas la pierre à Philosophale, cuvée d'exception élaborée uniquement les grands millésimes, sur des tries à potentiel supérieur à 18°. 1999 fut pourtant un millésime assez compliqué, avec une grande diversité de botrytis sur les raisins. Au final, une bouche et un nez complexes de miel et de coing, avec une petite touche de mine de crayon. Grande richesse portée par une belle acidité. Produite sur les coteaux de Haut-Rasné, on retrouve en 2010 des notes iodées et un fruité frais. Une grosse acifdité sous-tend la bouche, à l'origine d'une grande pureté aromatique.

 

domaine de bellivière,éric nicolas,pineau d'aunis,jasnières,côteaux du loir

 Avec la cuvée Élixir de tuf, on manque d'un cran dans la concentration, le potentiel recherché étant d'au moins 20° naturels. En appellation Jasnières, ce chenin provient d'argiles à silex sur tuffeau. En 2004, la séquence botrytis-passerillage a apporté de la complexité et préservé la fraicheur, grâce à des notes iodées et mentholées. En léger décalage, la finale est légèrement sur le sucre. 99 est un cran au-dessus, avec une robe bien dorée, des notes d'épices, de coing, de miel et d'écorce d'orange. La bouche est onctueuse et opulente, finissant sur de l'acidulé qui rend le vin fluide et digeste. Superbe!

Intercalée entre les deux, à cause du gradient de concentration, Aurore d'Automne 2005 est un exercice de style sur l'énorme potentiel du Pineau d'Aunis. Les raisins sont triés passerillés et flétris, dans le but de garder de la fraîcheur. Un petit côté vin de paille, indéniablement, avec ses notes de figue, de fruits secs, d'iode et de pêche, ainsi que par sa robe ambrée. Grosse concentration et finale à peine sucrée.

 

Goûter à toutes ces cuvées rares et ultra-confidentielles peut-être considéré comme un privilège et on peut même se demander avec Éric Nicolas s'il ne faut pas un petit brin de folie pour les avoir produites. Une dégustation originale, qui a demandé un véritable effort à Christine et Éric pour retrouver certaines bouteilles, enfouies dans le tuffeau depuis des années... Après un aussi Bellivière, on ne peut qu'espérer le même été...

 

domaine de bellivière,éric nicolas,pineau d'aunis,jasnières,côteaux du loir

 

Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

Olif

 

P.S.: c'en est fini avec REVEVIN pour cette année. L'année 2013 verra la dixième (et peut-être dernière?) édition. La fin probable d'un cycle qu'il conviendra de cloturer en beauté avant de repenser probablement l'organisation de ces journées. Faisons confiance aux deux Philippe pour organiser un final en apothéose et cogiter la nouvelle forme à donner à ces rencontres vendéennes dans le futur.

12 juin 2012

De l'eau, oui, mais de l'Overnoy!

arbois-pupillin,overnoy-houillon,ploussard

 

Du ploussard comme s'il en pleuvait, aujourd'hui, à Pupillin! Pas tant que les trombes d'eau qui se sont abattues sur le petit village jurassien, malheureusement! Mais, tout comme cette mousson jurassienne, les flots de ploussard 2011 de la maison Overnoy-Houillon ne dureront pas très longtemps. 2011, année généreuse en quantité, mais la maturité est arrivée avec un petit degré. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose, d'ailleurs, mais, pour le coup, la robe de ce 2011 est plutôt groseille clair. Plus foncée que celle d'un Tavel de L'Anglore, toutefois. En bouche, on retrouve néanmoins des similitudes avec les vins d'Éric Pfifferling. Un soyeux, une fraicheur et une onctuosité sans pareil. Ce pur plaisir, c'est la signature d'une grande bouteille sans sulfites ajoutés, même si certains croient toujours dur comme fer que ça n'existe pas.

 

arbois-pupillin,overnoy-houillon,ploussard

 

Avec un tel ploussard (derrière un épatant chardonnay 2011 prélevé en œuf béton), même si la personnalité de Manu Houillon s'affirme de plus en plus, il est clair que la parole de Pierre prévaut toujours. À défaut d'être lue, elle pourra d'ailleurs prochainement être véritablement entendue et même visualisée, puisque un film inspiré du livre va être réalisé. Avec Pierre Overnoy dans son propre rôle. Et aussi celui du boulanger. Un vrai rôle de composition, en fait.

arbois-pupillin,overnoy-houillon,ploussard

 

Olif

10 juin 2012

REVEVIN 2012: melting-pot en Anjou, avec Mai et Kenji Hodgson

DSC_2066.JPG

 

Le second off de ces REVEVIN fut l'occasion de découvrir les vins de Mai et Kenji Hodson, jeune couple canado-japonais fraichement installé en Layon. Leur rêve vigneron, ils l'ont concrétisé en Anjou, après tout un cheminement dans le monde du vin, au Japon, au Canada et en Loire. Désireux de produire un vin le plus naturel qui soit, en limitant l'apport de sulfites, ils s'abreuvent à la source de Claude Courtois, Olivier Cousin, puis Mark Angeli. Et finissent pas poser leurs valises à Rablay sur Layon. Leur patrimoine viticole, composé par petits morceaux, leur permet de disposer de grolleau, cabernet franc et chenin, qui donnent naissance à différentes cuvées.

Chalan Polan 2011, pétillant naturel à base de chenin a le mérite de la simplicité et de la franchise. Parfaitement sec, il exprime avec vivacité une belle gourmandise. La Grande pièce 2011 est un magnifique grolleau à la robe violine, au nez floral et poivré, sur des tanins frais et croquants. O Galarneau 2010, 100% cabernet franc des Rouliers, c'est un petit rayon de soleil québecois sur le Layon, une gorgée de fruits épicés et poivrés dans une vague de fraicheur.

anjou,mai et kenji hodson,chalan polan

 

Autant de cuvées séduisantes qui témoignent déjà d'une belle maîtrise, et qui ont servi d'apéritif à un repas spécial Terre et marais, arrosé de vins espagnols plutôt judicieusement sélectionnés. Parmi lesquels un Vega Sicilia Unico 1991, qui a constitué un moment plutôt magique ... et particulièrement unique.

 

anjou,mai et kenji hodgson,chalan polan

 

Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

Olif

 

07 juin 2012

Le Mas de mon oncle...

mas de l'oncle,pic saint-loup,

 

Si on avait dit à Fabrice Bonmarchand qu'il allait marcher dans les pas de Jacques Tati en reprenant le Mas de l'Oncle, en grande partie en appellation Pic-Saint-Loup, Lauret-il cru?

Les vins de Fabrice Bonmarchand ne s'appellent pas Riri, Fifi ou Loulou, mais Denis, Jules, Louis, François et même Vieilles souches, ce qui n'est pas commun pour un neveu.

 

mas de l'oncle,pic saint-loup

L'oncle, en fait, il s'appelle Denis, et c'est pour l'amour de Lauret que, dans un premier temps, le neveu Gérard Vézies, agent immobilier et grand navigateur, enfant du pays, a repris ses vignes il y a quelques années, avant de céder le domaine à Fabrice, devenu désormais producteur, mais aussi bon marchand de vins. Parmi ces vieilles vignes, du chenanson, hybride du jurançon et du grenache noir, une rareté créée fin des années 50 à l'INRA de Montpellier. Le chenanson, il n'en a pas l'air, mais il a aussi la chanson. C'est devenu la cuvée hommage au tonton. Denis 2010, ce sont des petits fruits noirs, du poivre, une belle sensation minérale en milieu de bouche et de la fraicheur. Un peu de bois aussi, parce qu'il est bien élevé, mais ça ne marque pas trop. 18 mois en fûts, ce n'est pas rien. Mais tout ça, c'est fait à la main, oui Madame.

 

mas de l'oncle,pic saint-loup

 

Jules 2010, lui, c'est un Pic Saint-Loup tout ce qu'il y a de plus classique, avec un assemblage sudiste d'école: syrah, grenache, carignan et cinsault. Concentré, velouté et frais, il fait du bien au palais, le Julot. Et puis, il a une jolie échancrure en forme de Pic sur son étiquette, ce qui ne gâte rien.

 

Bienvenue dans le Mas de l'Oncle, alors!

 

 

 

Olif

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

 

 

 

 

05 juin 2012

L'été, il n'y a pas que le rosé, aux Jardins...

DSC_2113.JPG

 

Soirée décontractée et estivale aux Jardins de Saint-Vincent, la deuxième depuis que Stéphane-Saint Vernier-Planche est revenu sérieusement aux affaires. La première, c'était en mars, et un compte-rendu figure sur le blog de la Pipette, ce qui fait que je me suis un peu laissé aller à ne rien faire. Cette fois, plus d'excuses, il m'a bien fallu reprendre le stylo.

 

Plusieurs guests de passage au caveau grand ouvert sur la rue, certains ont même laissé quelques flacons non étiquetés à découvrir en avant-première lors de la soirée. Mais, patience... Auparavant, il s'agissait de trinquer à l'année supplémentaire du jardinier, signe d'une grande maturité de sa part. Fidèle, il l'est, puisqu'il est revenu cultiver son Jardin à la Saint-Vincent. Fidèle, il l'est aussi à Vouette et Sorbée, lui qui nous a fait découvrir le premier ce magnifique Champagne de Bertrand et Hélène Gautherot, toujours aussi impeccable à boire et parfait pour une mise en bouche.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

L'été donne envie de rosé, mais ce type de vin n'est pas toujours aisé à appréhender par l'amateur. Par le professionnel non plus, d'ailleurs, même le jardinier de Saint-Vincent a du mal à en trouver un à son goût. Ni blanc, ni rouge, juste rose. À mon sens, le vrai bon rosé est un vin assumé, qui ne louche pas sur une autre couleur. Vineux, mais pas trop, il est destiné à accompagner les mets estivaux qui ne nécessitent pas un blanc et qu'un rouge trop coloré dénatureraient. Un vrai bon rosé doit être rose, sans doute, mais pas trop pâlichon, parce que la robe, finalement, on s'en fout un peu. À poil, le rosé, concentrons-nous exclusivement sur le nez et la bouche.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga,

Avec Galéjade 2011, d'Alain Allier (Mouressipe), on n'est déjà pas dans le rosistiquement correct. Robe orangée, bien turbide, mais c'est joli quand même, en harmonie avec l'étiquette. Nez floral, sur la rose fanée, puis agrumes (mandarine) et litchi. Bouche fluide, avec de tout petits tanins accrocheurs et une belle persistance en bouche. Un rosé plein de gourmandise!

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga,

Le temps fait tout, en Languedoc, c'est Rémi Poujol qui le pense et le dit. La robe de son rosé est plutôt soutenue, groseille. Un nez caramel au lait, franchement lactique, et une bouche imposante, un peu chaude, avec une pointe de volatile finalement bienvenue. C'est un 2009, et il est à souhaiter que le temps fasse tout pour lui, parce que, à ce stade, c'est un rosé un peu compliqué à boire, il faut bien le reconnaître.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga,

 

On passe à la pointure au dessus, ce qui se fait probablement de mieux en matière de rosé "nature": Tavel 2010, domaine de L'Anglore. Le velouté de tanins des vins de L'Anglore, je crois bien que je le reconnaitrais entre mille. La robe est légèrement trouble, d'un beau rosé orangé, avec la pulpe. C'est fruité, c'est frais, c'est bon, on en boirait des seaux, mais ce n'est pas aussi simple que cela. Un vrai beau vin de terroir qui fait honneur à l'appellation et au vin rosé d'une manière générale.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

On passe au blanc, avec ce Côtes du Rhône 2010 du Domaine Jamet. Un peu fermé à ce stade, avec une pointe de réduction, il a du mal à se lâcher. La bouche est agréable, mais on la sent bridée et la finale reste pâteuse. 60% marsanne, 30% viognier et 10% roussane, et ce n'est pourtant jamais mou ni lourd. Pas vraiment dans un style nature, c'est sûr, mais il faut savoir rester ouvert...

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

Heureusement, French Wine is not dead. Grâce à Anthony Tortul et à la Sorga, qui nous enchante avec ce blanc 2010 de viognier et terret bourret, non, tu n'es pas bourré, Jean-Claude. La bouche est ronde, marquée Sud, mais gourmande, tout en étant bâtie sur les amers, qui assurent la fraîcheur finale. Une belle réussite.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

À ce stade de la dégustation, il est presque temps de faire une parenthèse pour saluer l'un des guests de la soirée, de passage à l'heure de l'apéritif, mais qui n'a pas manqué de nous laisser quelques échantillons de sa production jurassienne, tout juste tirées du fût. D'autant plus émouvant qu'il s'agit sans doute là des dernières bouteilles made in Jura par Jean-Marc Brignot, ex- as tiré de la Manche. Ces vins-là ne lui auront pas trop donné de boulot, à Jean-Marc. Ça tombe bien, il ne court pas après. Des raisins de 2004, sa première vendange arboisienne, qui ont été mis dans des fûts et laissés bien tranquilles jusqu'à maintenant, dans la pénombre d'une cave sans électricité. Chardonnay seul, assemblage chardo-savagnin dans des proportions tenues secrètes (nul ne le sait véritablement, en fait) et savagnin seul, restés 7 ans et quelque sous un voile sans intervention humaine d'aucune sorte. Dur de départager les deux chardonnays, pur ou en assemblage (ma préférence personnelle va au premier cité, pour sa finesse superlative, versus le côté éthanal plus marqué de l'assemblage), mais, ce qui est certain, c'est que le savagnin 2004 fera date. Il ne revendiquera évidemment ni l'appellation "vin jaune", ni le clavelin, ce n'est pas le genre de la maison, mais il marquera sans nul doute les esprits pour les siècles des siècles. Un fruit toujours présent et des airs de fino, qui s'épanouissent dans une finale en queue de paon. C'est magnifique, ce ne sera pas donné, mais on risque de se les arracher car ce sera définitivement collector, puisque cette année 2012 verra le départ de Jean-Marc pour de nouvelles aventures au pays du Soleil Levant, après d'ultimes vinifications pour le compte de Vinibrato, en Beaujolais et en Alsace.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

Merci Jean-Marc, mais aussi Merci, Vincent La Boria, pour ce Côtes du Roussillon 2010 made in Trilla, réjouissant, gourmand et enthousiasmant, qui a bien accompagné les plats de charcuterie enfin arrivés sur la table parce qu'il commençait à faire un peu faim.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

Pour clore les agapes rouges, petit tour sur le Causse avec ce Rouge de Causse 2010 du Petit Domaine de Gimios, au grain encore serré, un poil rustique, procurant le même plaisir, un brin jouissif, que celui de se frotter contre une joue mal rasée. Viril et séducteur en diable.

 

les jardins de saint-vincent,rosé,jean-marc brignot,mouressipe,rémi pouzol,la boria,jamet,petit domaine de gimios,anglore,la sorga

 

Dernier clin d'œil au vigneron arboisien monté en fléchettes, au travers de ses deux dernières réalisations, produites avec les raisins de la famille Bannwarth, en Alsace. Gewurtz et Pinot gris comme il est difficile d'en avoir déjà bu auparavant. Et pourtant, ça se boit, même que c'est bon.

Sayonara, Jean-Marc Sensei (先生)!


Olif


P.S.: la prochaine séance de dégustation aux Jardins, ce sera véritablement au jardin, ou plus exactement dans les vignes, à la Mailloche, avec Carlito et Alice, du domaine de l'Octavin. Le vin nature dans la nature, le retour, et c'est déjà bientôt. Vivement..!

03 juin 2012

REVEVIN 2012: les gens et les vins de Mogador

DSC_2044.JPG

 

Après l'ascension revevinesque de la Roche aux Moines la veille au soir, cap au Sud pour gagner des terres colonisées il y bien longtemps de cela, au XIIème siècle, par les Pères Chartreux, du côté de Tarragone. D'Escaladei (les échelles de Dieu) à Gratallops, ils ont œuvré à la valorisation de ces terres bénies, auxquelles ils ont également donné leur nom sans se faire prier: le Priorat. Dans leurs bagages, ils n'avaient pas oublié d'emporter quelques cépages rhodaniens, comme le grenache, le carignan et même la syrah. Lorsqu'ils ont dû quitter précipitamment la région, en 1835, pour avoir un peu trop abusé de leur ascendant sur le peuple à grands coups de dîmes et d'impôts, les Chartreux ont tout abandonné aux mains des paysans locaux, qui ont récupéré une partie de leur dû en pillant largemement la grande Chartreuse du Priorat, jusqu'à en faire un tas de ruines..

 

DSC_2058.JPG

 

Suivant les traces des moines bien des années plus tard, la famille de René Barbier a quitté la vallée du Rhône pour faire commerce du vin en Catalogne. René Barbier est ainsi la 5ème génération de ces marchands de vins à vivre en Espagne. Plus exactement en Catalogne, sinon, sa femme, d'origine française également, aurait eu du mal à le suivre, ce qu'il nous a avoué sous le saut du secret matrimonial. À l'instar des cordonniers, ce sont généralement les Barbier qui sont les plus mal rasés. René ne déroge pas à la règle. Depuis l'année 79, qu'il s'est implanté en Priorat, il n'a eu de cesse de redonner ses lettres de noblesse à ce vignoble séculaire aux paysages somptueux, à la limite du grandiose. Malgré ce cadre magnifique, c'est pourtant un endroit qui nécessite "d'avoir une grande illusion pour espérer s'en sortir ... et y rester". Celle de vouloir recréer un vin qui ressemblerait à un vin "pré-phylloxérique", par exemple. En 1989, la première cuvée de son Clos Mogador voit le jour. Mogador parce que "les gens", saga familiale écrite par la tante Élisabeth Barbier, qui raconte l'histoire d'une riche famille rhodanienne au XIXème siècle, largement inspirée de celle de la famille Barbier. Depuis la reconnaissance internationale et la consécration parkerienne, survenue très rapidement, en 1992, Clos Mogador ne cesse pourtant d'évoluer vers les aspirations profondes de René. La part plutôt importante de cabernet sauvignon, qui a contribué à la notoriété du cru, est en train de fondre  comme pulpe de raisin au soleil pour laisser plus de place aux véritables cépages identitaires de la région. Grenache, carignan, mais aussi syrah un peu, s'imposent de plus en plus pour donner un vin qui gagne en gourmandise et en fraîcheur. La fraîcheur, recherche perpétuelle et indispensable pour ces vins solaires du Priorat, réputés concentrés et alcooleux. René Barbier l'obtient de mieux en mieux grâce à une viticulture exigeante, tendance biodynamique, qui permet progressivement d'obtenir la maturité du raisin avec un degré naturel moindre. Sacré challenge! Et ça se ressent dans le verre, évidemment.

À côté du Clos Mogador, René Barbier produit un vin blanc particulièrement original, Nelin, à base de vieux cépages (une quinzaine) et de pinot noir. Il s'est également investi dans la réhabilitation d'une vieille parcelle de carignan, dans un lieu unique, Manyetes, et s'est implanté dans l'appellation voisine de Montsant pour produire une cuvée de vieux grenache particulièrement espectaculaire. Espectacle (c'est son nom) s'est rapidement située au niveau des Grands d'Espagne.

Ex soixante-huitard et contestataire dans l'âme, privilégiant quand il le peut les déplacements en camping-car (par nostalgie du Van VW de sa jeunesse?), il s'est finalement résolu à se déplacer en avion pour venir participer à ces rencontres vendéennes. Agrémentée de visuels vidéo-projetés pour l'ambiance catalane, cette dégustation de Priorat sous le patio du Chai Carlina fera date dans l'histoire des REVEVIN. Un grand moment!

 

priorat,clos mogador,rené barbier,montsant,espectacle,nelin

 

- Clos Manyetes 2009: malheureusement légèrement bouchonné, ils ne laisse qu'entrevoir sa belle minéralité sur des tanins un peu secs, altérant la perception en bouche.

 

- Clos Mogador 1998: vestige de la période cabernet sauvignon, il évolue superbement, sur des notes chocolatées, avec une touche de poivron rouge bien mûr, apportant de la complexité. Les tanins sont fondus, élégants, sans la moindre austérité. Bel fraîcheur finale et équilibre magique.

 

- Clos Mogador 2001: la part de cabernet sauvignon rétrécit, seulement 18%. La robe est encore jeune, brillante, témoignant du peu d'extraction. L'apport du carignan est indéniable. Riche, puissant, mais élégant, on ressent de la droiture et une certaine tension qui régulent l'équilibre. Très beau vin.

 

- Clos Mogador 2009: grenache, carignan, syrah et un peu de cabernet sauvignon. Arômes de fruits noirs, avec une petite touche poivrée, qui évoluent en bouche sur des fruits rouges plutôt frais, grenade ou grenadine, ce qui n'est pas tout à fait la même chose, et cela fera débat. Les tanins sont suaves et soyeux, d'une grande gourmandise. Et toujours cette belle fraicheur...

 

priorat,clos mogador,rené barbier,montsant,espectacle,nelin

 

- Nelin 2010: c'est le blanc de Mogador et il est issu de 15 cépages, dont grenache, macabeu, escanyavelle ("étrangle vieilles", du faut de sa peau dure et rugueuse) et pinot noir. Jolis arômes de pêche, sensation tannique en bouche, de la puissance, mais un beau compromis entre richesse et fraicheur, ici aussi ardemment recherchée.

 

- Nelin 2008: la robe dore un peu et le nez développe des arômes d'amande grillée et de frangipane. Les fruits sont toujours bien présents. Dans un style riche et structuré, voilà un beau vin blanc pour la table.

 

- Clos Nelin 2002: à maturité, il respire la truffe blanche et l'eau de vie de framboise à plein nez. La bouche est ample et généreuse, dévoilant une fraicheur épicée en finale. Grandissime bouteille, sur la puissance et la tension.

 

- Espectacle 2009: il a nécessité de la préparation, ce joyau du Montsant, pour se présenter à nous sous son meilleur jour. Long carafage, verres géants, le voici à point, délivrant toute sa complexité par petites touches. Réglisse, petite prune, rose fanée, il est d'une profondeur et d'une complexité rares. Puissant (il avoisine les 16°), mais équilibré, y tremper ses lèvres, ne serait-ce qu'une seule fois dans sa vie, est un moment privilégié.

 

Merci, Monsieur Barbier, pour cet authentique bonheur partagé!

 

priorat,clos mogador,rené barbier,montsant,espectacle,nelin



Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

Olif

 

P.S.: souvenirs souvenirs, ma première rencontre avec les vins du Priorat, en Suisse, qui fut l'un des premiers pays à soutenir commercialement la démarche de René Barbier. Clairvoyants, parfois, les Helvètes!

 

P.S.2: pour le compte rendu d'une belle visite récente in situ, c'est sur la Pipette qu'il faut aller voir.

 

P.S.3: REVEVIN, c'est évidemment des vins, mais c'est aussi une femme, qui sait le raconter.

01 juin 2012

REVEVIN 2012: jus de Roche...

DSC_2025.JPG

 

 

"- Moi je connais un vin sec, moelleux ou doux, savoureux, c'est le Rooooche aux Moines...

 

- Amène!


- Rooche aux Moines!"

 

 

 

Ne reculant devant aucun sacrifice, l'appellation Savennières Roche aux Moines n'a pas hésité à présenter l'intégralité de sa production à une bande de pseudo-moinillons, même pas tonsurés de près (enfin, pas tous!), lors de ces 9èmes Rencontres Vendéennes au Chai Carlina, pour faire part de l'acte de naissance du nouveau décret encadrant la production des vins du cru.

 

DSC_2016.JPG

 

Dénomination existant depuis le Moyen-Âge, la Roche aux Moines fut donnée aux moines de l'abbaye Saint-Nicolas, qui furent prompts à planter de la vigne sur ce terroir fameux de schistes et de spilites. Seulement 33 hectares en production, appartenant à 8 vignerons, dont seulement 7 revendiquent le nom, Éric Morgat préférant pour l'instant l'assembler à sa production de Savennières. Traditionnellement présidé par des femmes, initialement épouses de notables angevins qui étaient venus cultiver leur jardin au bord de Loire, le vignoble de la Roche aux Moines a fait son coming out en s'ouvrant davantage aux hommes. Contraint de redéfinir par décret les conditions d'appartenance à l'appellation, pour pouvoir subsister, les vigneron(ne)s de la Roche aux Moines en ont profité pour élaborer une charte encore plus restrictive, dont certains items ne pouvait figurer dans le décret (comme l'interdiction du désherbage ou de la chaptalisation). Pas de discrimination, pour un législateur! Les normes d'élaboration ne peuvent imposer un mode de production par rapport à un autre... Respectons la loi bien sagement, alors, même si rien n'empêche de niveler par le haut.

 

Pour cette présentation complète de l'appellation, des producteurs et des vins, dans le millésime 2010 (avec un pirate et des bonus), deux ambassadeurs de choix et de charme: Tessa Laroche (aux Moines) et Clément Baraut (che aux Moines aussi). Les vins sont dégustés à l'aveugle dans un ordre totalement aléatoire, que les deux ambassadeurs ne connaissent pas.

 

DSC_2022.JPG

 

- Clos de la Bergerie 2010, Nicolas Joly: on ouvre la série par un vin particulièrement riche et opulent. Maturité versus oxydation, le débât fera rage, et encore plus après dévoilement de la bouteille. Il y a de la matière, c'est sûr, mais il y a aussi de l'acidité pour la supporter. Un style controversé, mais affirmé, et, personnellement, je trouve cela plutôt bon.

 

- Domaine des Forges 2010, Branchereau: nez en retrait, peu expressif. La bouche est encore plus fermée, serrée. On sent de la droiture et des épaules, mais ça ne cause guère. La jolie finale salivante laisse pourtant bien augurer du potentiel.

 

- Domaine Laroche 2010: joli nez très fin, fruits jaunes anisés, beaucoup d'élégance en bouche, avec des notes salines particulièrement agréable. Un petit rat de l'Opéra, si on le compare aux deux éléphants l'ayant précédé. C'est très bon, Tessa Laroche a parfaitement reconnu son vin, et moi, j'ai seulement failli.

 

- Clément Baraut 2010: nez également très fin, sur les fruits blancs, belle bouche bâtie sur des amers salivants, à peine accentués en finale. Un joli vin à attendre un peu pour un plaisir maximum.

 

DSC_2023.JPG

 

- Domaine FL 2010: retour au solide, avec ce vin trop boisé à mon goût. Tant au nez qu'en bouche, où la sécheresse finale s'impose. Riche et opulent, très cher, un vin superlatif qui ne fait pas dans la dentelle. Pas du tout mon style.

 

- Damien Laureau 2010: le nez s'ouvre sur un léger boisé. Bouche riche, un peu alcooleuse, ronde, pas désagréable, mais le bois réapparait un peu en finale. A attendre, certainement.

 

- Château Pierre Bise 2009: un 9 au milieu des 10. Nez très mûr, marqué par des notes de pomme. La bouche est plutôt jolie, riche mais pas trop, avec une belle acidité porteuse. Étonnamment frais pour un 2009.

 

DSC_2024.JPG

 

- Domaine Laroche 2007, cuvée de l'Abbesse: un doux à 80 g de sucres résiduels, qui fleure bon le litchi et la mangue, avec une impression de rôti, alors qu'il est uniquement passerillé, sans botrytis. Joli acidulé final.

 

- Bonnezeau 2010 Carpe Diem, Clément Baraut: ultime bonus sucré, il a un petit caractère oxydatif sur les fruits secs qui rappelle le vin de paille. Il est également issu de passerillage.

 

Après ce tour d'horizon quasi exhaustif, force est de constater que l'exigence qualitative de l'AOP Roche aux Moines est élevée. La dégustation a mis en évidence un haut niveau global, avec des disparités de style finalement normales et même plutôt attendues, reflétant le travail et la personnalité du vigneron par delà le terroir. Le potentiel de l'appellation est énorme, tout au plus peut-on regretter l'absence de cohérence des tarifs pour une appellation ausi restreinte et une telle volonté de faire cause commune, des prix de vente qui s'échelonnent entre une dizaine d'€ et 53€ (pour la cuvée du domaine FL), alors qu'il n'y a aucun hiatus gustatif entre les différentes cuvées. Un juste milieu cohérent se situerait probablement entre 20 et 30€, qui serait un prix tout à fait honorable pour un vin globalement d'un très bon niveau.

 

DSC_2019.JPG

 

Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

Olif

 

29 mai 2012

Le bonheur est-il dans les vignes..?

Oui, ...enfin, pas toujours!

 

 

le bouscas,vin du gers,floréal romero

 

Vaïhana 2004, les Vents d'Anges de Floréal, Le Bouscas: blanc à base d'ugni, qui tient toujours parfaitement la route. Plutôt riche, au caractère oxydatif, possiblement amplifié par le vieillissement, il est parfait sur des asperges blanches des Landes, du fait de sa puissance, de sa grande acidité et de sa droiture. Il serait dommageable qu'un tel vin ne puisse plus exister.



Pourtant, il figure désormais sur la liste des possibles espèces en voie de disparition. Dans le Gers, le bonheur n'est pas toujours dans le pré ni dans les vignes. Confronté à des difficultés de trésorerie, alors qu'il est en pleine tentative de redressement productif, lâchement lâché par des banquiers frileux, en raison d'un endettement jugé trop important, mais nécessaire au bon fonctionnement d'un domaine biodynamique, aggravé par des ventes en dessous des espérances, because la perte de certains marchés prévus initialement, Floréal Romero a les lèvres limite gercées. Son Bouscas risque d'arriver au bout et il est à deux doigts de devoir se casser. Pas question avant d'avoir tout essayer, en tout cas. D'où l'idée du lancement d'une souscription pour l'achat de vins qui ne seront disponibles qu'à l'automne. Le bout du tunnel n'est pas loin, si l'on en croit le prévisionnel de Floréal (revente de terres non exploitées), mais encore faut-il arriver jusque là. Pour ça, il a besoin d'un petit coup de pouce. De sang froid (du nom d'une de ses cuvées), ses cavistes distributeurs au sang chaud (du nom d'une autre cuvée) ont déjà tous répondus présents pour relayer son action. Un pour tous, tous pour un, il ne sera pas dit qu'un Gascon sera abandonné dans l'adversité. Pour soutenir Claudine et Floréal Romero dans leurs difficultés que l'on espère passagères, deux options: une commande directe en souscription...

le bouscas,vin du gers,floréal romero

 

... ou le passage chez un caviste distributeur ou sur Internet. Et pourquoi pas à Rennes, au resto-cave Un midi dans les vignes, ou à la Cave d'Ivry, par exemple, le week-end des 2 et 3 juin, où il devrait y avoir le moyen de se régaler de vins de Gascogne mais aussi d'ailleurs..?

 

 

le bouscas,vin du gers,floréal romero

 

Olif

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

 

28 mai 2012

REVEVIN 2012: l'Ardèche au chai

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux,

 

6 vignerons parmi tous ceux, d'obédience "nature", qui peuplent les vallées de l'Ibie et de Valvignères, 2 bouteilles par vigneron, Gilles Azzoni, délégué par ses collègues pour les représenter, a eu l'art des choix. Et l'Ardéchois qu'il est devenu depuis de nombreuses années, après avoir délaissé la banlieue parisienne, n'a pas mis longtemps à s'adapter à l'ambiance du patio du Chai Carlina à Saint-Jean de Monts. Un vent d'Ardèche nature particulièrement revigorant est venu réchauffer l'air ascensionnel un poil frisquet de la rue Neuve de Saint-Jean. L'Ardèche nature a fait école et trouvé asile en grande partie au Sud du département, dans la vallée de la vigne (Valis Vineri, devenue Valvignères) et celle de l'Ibie (rien à voir avec Mouammar).

90% de la production du Sud Ardèche est représentée par la coopérative des vignerons Ardéchois, ce qui n'est pas rien, il fallait que ce soit dit. Un des premiers à s'être installé par là-bas en cave indépendante, c'est Gérald Oustric, du domaine du Mazel, devenu le Mazel tout court depuis son repli en vin de France. C'était en 1983. Depuis, en réduisant la part de son domaine, il a permis l'installation de nouveaux vignerons comme Andréa Calek, Jérome Jouret ou encore Sylvain Bock, dernier arrivé en date. Un véritable système d'entraide s'est mis en place, notamment pour la vinification, et a abouti à une mise en commun de moyens pour tout ce qui concerne la commercialisation et l'expédition.

 

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux

 

L'ambassadeur des vins de cette Ardèche alternative, c'est Gilles Azzoni, parce qu'il a le bagout, l'enthousiasme et la bonne humeur communicative. Et, surtout, en temps que désormais vieux de la vieille, il a appris, relativement récemment, à déléguer le travail de la vigne à de jeunes ouvriers viticoles de confiance. C'est d'autant plus volontiers désormais qu'il prend désormais son bâton de pélerin pour présenter le travail de toute la bande.

 

12 bouteilles à goûter lors de cette séance, toutes vinifiées sans sulfites ajoutés. Du bon raisin ardéchois mis d'abord dans une cuve, puis dans une bouteille. Majoritairement des 2011, de mise récente, mais également quelques millésimes plus anciens, qui ont un peu plus souffert du transport.

 

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux,sylvain bock,le masel,gérals oustric,jérome jouret,les deux terres,

Dernier arrivé, premier servi, Sylvain Bock ne fait pas semblant. Ni sans blanc non plus, puisqu'il s'agit du nom d'une des deux cuvées blanches dégustées à Saint-Jean. Un étonnant assemblage de grenache gris et chardonnay, déjà croisé dans le millésime antérieur (2010) du côté de Villeurbanne. Raffût 2010, c'est une belle syrah bien structurée qui ne demande qu'à s'épanouir en bouteille et dans le verre.

Le deuxième blanc dégusté nous est venu du Mazel et il a fait un peu figure d'OVNI. Mias 2007, c'est un pur viognier hors normes, qui a passé 4 années en fût. Il a gardé 3 g de sucre résiduel et affiche 14° d'alcool minimum. Pourtant, ce n'est pas lourd, parce qu'un peu gazeux et marqué à ce stade par la volatile. Tout cela devrait s'harmoniser parce que c'est un vin qui a besoin de temps, surtout après toutes ces années passées en cave, et qui promet d'être énorme dans le futur. Larmande 2009, 100% syrah en raisins entiers, allie fruité et minéralité sur de très jolis tanins qui ne demandent qu'à s'enrober. Un bien joli vin.

Le Raisin & l'Ange, c'est la raison sociale du fabuleux fabuliste qu'est Gilles Azzoni. Sa Fable 2009, c'est 55% syrah, 25% merlot, 20% grenache et alicante. Moralité? C'est riche, c'est rond et c'est bien bon. Robert, l'ancien propriétaire de vignes en fermage, décédé en 2000 à l'âge de 86 ans, méritait bien un hommage. À grands coups de merlot et de grenache, hautement buvables. Un Hommage à Robert 2011 que ce dernier n'a pas volé!

 

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux,sylvain bock,le masel,gérals oustric,jérome jouret,les deux terres,

 

Le domaine des Vigneaux est implanté à Valvignères depuis 3 générations. En bio depuis 2001, il est passé en biodynamie en 2009. Découvert il y a peu au Salon des Vins libres de Rouffach, voilà une nouvelle rencontre plutôt bien venue. Ça tombe bien, je n'avais pas eu l'occasion de goûter à la cuvée de pinot noir Du bout des doigts. Un caractère sudiste affirmé pour ce 2011 plutôt concentré, mais aux tanins frais et soyeux. Tandem du même millésime est un peu plus structuré, sur des tanins encore fermes qui méritent de se fondre un peu mieux.

 

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux,sylvain bock,le masel,gérals oustric,jérome jouret,les deux terres,

Nouveau look particulièrement réussi pour les étiquettes des Deux Terres, de Manu Cunin et Vincent Fargier. Les deux vins proposés se goûtaient très bien: Ripaille 2011, carignan poivré et épicé, et le Vin nu 2011, 100% grenache dépoilé, frais et digeste.

 

Last, but not least, les vins de Jérôme Jouret, ex-domaine des Clapas (nom abandonné, contraint et forcé, parce que déjà déposé par quelqu'un d'autre, illustre inconnu, ailleurs en France). Comme à l'accoutumée, un sans faute dans le millésime 2011, avec Pas à pas, fin et élégant, puis En avant doute, qui, millésime après millésime, s'affirme sans aucun doute comme l'un des plus beaux grenaches "nature" du grand Sud.

 

Un tour d'horizon particulièrement réjouissant, qui donne envie de caillette, de kayak, de Pont d'Arc, de Vals*, ... et de toutes ces sortes de choses qui font de l'Ardèche un département qui ne reste pas en travers de la gorge.

 

ardèche,gilles azzoni,les vigneaux,sylvain bock,le masel,gérals oustric,jérome jouret,les deux terres,

 

Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

 

Olif

 

* Que dit un Ardéchois à un autre Ardéchois pour se justifier lorsqu'il est pris en flagrant délit de boire de l'eau au cours d'une dégustation de vins? "Laisse aller, c'est une Vals!" Désolé... et tant pis si elle n'est pas de première main.

 

27 mai 2012

Totale Tissot...

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

Mardi 15 mai 2012, 16 heures, Montigny les Arsures, Jura, domaine André et Mireille Tissot, la totale. Si le calendrier Maya avait eu quelques cases en moins, le monde aurait pu s'arrêter de tourner ce jour-là. Des cadavres il y a eu, mais uniquement de la capsule, du bouchon ou de la bouteille. Revue d'effectif, série par série.

 

Les Crémants

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Ils constituent une part non négligeable de la production jurassienne, qui permet même, dans le cas particulier de Stéphane Tissot, d'assurer la bonne rentabilité économique du domaine, tant la demande est forte, y compris à l'export. Pas question pour autant de bacler le travail, ce n'est pas le genre de la maison. Au contraire, Stéphane prend même un certain plaisir à les décliner et à innover. Avec notamment la préparation d'un pied de cuve maison pour un travail en levures indigènes, qui risque de devenir prépondérant à l'avenir. Seules les cuvées d'entrée de gamme recourent encore pour l'instant à des levures du commerce. Aucune cuvée n'est dosée et il existe même une cuvée totalement décoiffante et non dégorgée, à destination du marché néerlandophone, particulièrement friand de ce genre de produit "Nature". Bande de gâtés, les Flamands, va! Les autres ne savent pour l'instant pas ce qu'ils perdent, à part un peu de mousse lors du décapsulage.

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Les chardonnays parcellaires en bouteille

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

2010, dans le Jura, il faut bien admettre que c'est un p... de beau millésime. Beaucoup plus équilibré que 2009, comme un peu partout ailleurs, d'ailleurs. Les terroirs s'expriment de mieux en mieux. Les Bruyères et les Graviers, égaux à eux-mêmes, dans leur style respectif, Sursis (chardonnay de Château Chalon sur des terres à savagnin) en train de recoller au peloton, grâce au travail en biodynamie qui porte ses fruits depuis quelques années, mention particulière à En Barberon, future star de l'année, le Clos de la Tour de Curon 2009, presque hors concours. 2009, millésime riche, aux fermentations particulièrement longues, ce qui n'est pas forcément pour déplaire à Stéphane, mais des sucres qui ont peiné à se finir, même qu'il en reste dans certaines bouteilles. Les Graviers, particulièrement riche et opulent, ne sera commercialisé qu'après un vieillissement supplémentaire en bouteille, après les 2010. La Mailloche 2009 mailloche de moins en moins, à l'instar de 2005. Puissante et riche, avec une pointe de brett (pas évidente à indvidualiser, pourtant) qui apporte une complexité dont il serait préjudiciable de se priver. Pour parachever ce panorama des années riches, En Barberon 2003, probablement la plus magnifique expression du cru, avec une fraîcheur et une dimension exceptionnelles.

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Avant de filer en cave, goûter aux 2011 et 2010 pas encore embouteillés, encore un ou deux bonus, avec cette Tour de Curon 2004, troisième feuille et premier millésime de la cuvée, tout simplement époustouflant, déjà taillé pour les siècles des siècles (amen!). Et aussi cette "petite" cuvée, assemblage de Graviers et de Bruyères 94, de l'ère d'avant les parcellaires, toujours vaillante, démontrant le potentiel des vins avant même la conversion des vignes en bio.

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Les rouges en bouteille

 

Après avoir testé différent tonnelliers sur différentes cuvées, en cave, retour au caveau pour y goûter les rouges en bouteille, tout en grignotant quelque cochonnaille maison et/ou des terrines alchimiques au lapin ou à la joue de bœuf, car il commençait à faire légèrement faim.

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Le Poulsard au DD 2011, c'est du raisin sain mis dans une cuve, et pis c'est tout. Je crois bien qu'on pourrait en boire des seaux, même avec modération. Les Vieilles vignes sont également très disertes. Les Bruyères 1999, servies à l'aveugle pour voir, ont été vues. Grandeur du poulsard bien né sur des terroirs d'envergure. Et aussi vinification sans soufre parfaitement maitrisée, sur ce cépage qui ne demande que ça. En Barberon Pinot noir, désormais 100% grappes entières, et Singulier 2010 complètent avec bonheur la gamme et permettent de tenir jusqu'au fromage.

 

Les savagnins

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Avant d'attaquer le plateau de Comté, mise en bouche avec le Traminer 2011, toujours déroutant, qui donne l'impression de s'égarer en Alsace. La version oxydative (3 ans de voile) 2009 a particulièrement digéré la richesse du millésime, tout comme les jaunes de terroir 2005. Il ne manquait que quelques huîtres pour accompagner la Vasée et réaliser à la perfection le nouvel accord le plus tendance qui soit. La cuvée Dévoilé, du même millésime, celle qui a obstinément refusé de prendre le voile pendant 6 ans, donne un vin d'un équilibre totalement différent de celui d'un Jaune. Pas tout à fait celui d'un vieux ouillé non plus. Une cuvée sans équivalent, déjà magnifique, et qui le sera certainement plus encore dans une ou deux décennies.

Après le jaune, virage à l'orange avec le Savagnin Amphore 2010. Autre variation sur le savagnin, particulièrement originale, la macération sur peaux pendant quelques mois et l'élevage en amphores sans sulfites ajoutés, à la manière des grands vins italiens. Résultat: un vin orange aux senteurs et à la texture sans pareil. Envoûtant!

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Les sucres

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Ultime moment gustatif, toujours hors du commun ici, les liquoreux se déclinent en différentes versions toutes aussi passionnantes les unes que les autres. Toujours dans le genre ultra, donc du sucre, il y en a un peu, beaucoup, voire passionnément. Spirale 2007 et, a fortiori, son corollaire poussé à l'extrême PMG, s'en jouent avec gourmandise et rivalisent de fraicheur malgré leur grande concentration. L'Opportun 2006, SGN de trousseau, résultat d'un accident climatique qui ne s'est jamais reproduit depuis, évolue sur des notes complexes d'écorce d'oranges confites, après avoir été pamplemousse pendant de nombreuses années. Pour être certain que l'évolution de PMG 99 ne se fasse pas dans le mauvais sens, suite à une remarque faite après une dégustation personnelle récente, ce sera l'occasion d'en ouvrir un exemplaire n'ayant jamais quitté la cave du domaine. Rien que du fruit et de la fraicheur sur des notes de coing et de fraise. L'évolution oxydative, ici, PMG ne connait pas!

 

Fin de la totale, qui n'en est pas vraiment une, en fait. Titre mensonger! Manquent les Macvin et les marcs pour compléter le tableau. J'ai bien peur qu'il faille recommencer à zéro...

 

arbois,stéphane tissot,domaine andré et mireille tissot,montigny

 

Olif

25 mai 2012

VDV#46: 1, 2, 3, 4, 5, syrah!

 

vendredis du vin,aline hock,marie-thérèse chappaz,gramenon,shiraz,syrah,mas coutelou

 

 

Vendredisduvin

Syrah globe-trotteuse et enjôleuse, c'est le thème de ces 46èmes VDV. C'est sûr, si on est allergique à ce cépage emblématique du Rhône, fallait pas inviter Doc Adn à la présidence. Ce grand amateur de salade avec une escalope nous a déjà emmené maintes et maintes fois, via son blog, dans sa Drôme provençale, striduler avec les cigales, grignoter dans les mares à l'ombre des centrales et capter les arômes de tapenade qui se dégagent des vignes, des caves ou des oliveraies du côté de Nyons.

 

Rhodanienne, la syrah, c'est une évidence. Mais elle s'exporte bien. Considérée comme cépage améliorateur, elle a colonisé le Sud, jusqu'à l'hémisphère. Oui, là, tout en bas sur le globe. Plus au Nord, elle a remonté le fleuve jusqu'à sa source, traversant au passage le lac de Genève, ce qui a bien fait rigoler les Vaudois et encore plus les Valaisans qui l'ont adoptée sans vergogne.

 

Ah ! syrah, syrah, syrah!
Les vendredistes à leurs bouteilles,
Ah ! syrah, syrah, syrah!
Les bouteilles, on les boira!
Et quand on les aura tous toutes bues,
On leur fich'ra la pelle au cul*.

 


*(de bouteille, évidemment)

 

Pour danser la Carmagnole* avec le Doc, j'ai ouvert pas moins de 5 bouteilles, s'il vous plaît. Quel sens du sacrifice!

En commençant par une Sierra du Sud 2007 du domaine Gramenon. La syrah, Michèle Aubéry n'en est pas fan. Alors, tous les raisins de toutes ses parcelles finissent dans cette cuvée. Comme ça, c'est fait. Et elle peut se consacrer exclusivement au grenache. La syrah de Gramenon, moi, j'en fais volontiers mon 4 heures. C'est du beau jus comme j'aime, aux arômes assez caractéristiques de tapenade, de violette et de lard grillé. Et ça glougloute derrière le gosier.

 

Pour rousiller du lard grillé, on peut tenter aussi la Syrah d'En Rouzil 2010 d'Aline Hock. Il y a matière à, sur ce vin costaud, qui goûte un peu sur l'acétate pour le moment. Faudra l'attendre un peu avant d'y revenir.

 

Pour produire de la syrah en Valais, je ne sais s'il faut avoir un grain, mais Marie-Thérèse Chappaz, elle, en a un. Grain Syrah 2006, ça commence à bien causer. Facture classique, propre en ordre, dans un style que je qualifierai de valaisan, au vu des autres vins dégustés et en souvenir d'une dégustation à l'aveugle effectuée l'année dernière à Vinéa, à la recherche d'une typicité helvétique de la syrah.

 

Trois syrahs de femme, mais ce n'était pas prémédité. Retour au Sud avec un vin d'homme, pour prendre de la hauteur, non pas que les vins précédents en manquaient, mais les hommes sont volontiers plus grands que les femmes, surtout Jeff Coutelou. Et La Vigne Haute 2010 du Mas Coutelou est un sommet. Ça se boit comme de la petite bière, mais aussi, et surtout, comme du bon jus de syrah bien élevé, c'est à dire pas trop. La syrah au naturel, ça lui va bien!

 

Pour clore cette session des VDV, demain, on shiraz gratis. Justement, c'est une bouteille qui m'a été offerte il y a bien longtemps et que je n'ai encore jamais eu le courage d'ouvrir. Ça s'appelle Reyneke Réserve 2003 et ça vient d'Afrique du Sud, via la Belgique. Du goudron et des plumes. Et des ronds de fumée, aussi. Malgré ce petit côté lisse et technique, avec une pointe de sucrosité pour la séduction, c'est plutôt pas mal foutu. Et ça se boit. Mme Olif trouve que c'est trop boisé, elle n'a pas entièrement tort. Le domaine travaille en biodynamie, d'après ce que j'ai cru comprendre, et, ça, c'est quand même plutôt une bonne nouvelle.

 

 

vendredis du vin,aline hock,marie-thérèse chappaz,gramenon,shiraz,syrah,mas coutelou

 

La syrah? Tous les matins au petit déjeuner! Où que je parte en Escapades, au Nord comme au Sud. Globe-trotteuse et enjôleuse syrah...

 

 

Olif

 

*Version 1869, évidemment

 

P.S.: rien à voir, mais les 9 et 10 juin, sur la place d'Armes à Metz, les Jeunes vignerons d'Europe se réunissent pour la 3ème année consécutive. Il y aura bien une syrah à déguster chez l'un d'eux. Et s'il n'y a pas de syrah, ben ... il y aura autre chose!

 

vendredis du vin,aline hock,marie-thérèse chappaz,gramenon,shiraz,syrah,mas coutelou,reyneke

 

20 mai 2012

REVEVIN 2012: Leçon d'ignorance

revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

 

Belle leçon d'ignorance, avec cette rencontre-dédicace-dégustation sous le patio du Chai Carlina, en ouverture des 9èmes REncontres VEndéennes autour du VIN et en compagnie de Richard Leroy et Étienne Davodeau. Nul n'est censé ignorer ces Ignorants, au vu du succès rencontré par cette superbe BD documentaire, récit autobiographique d'une initiation croisée entre deux ignorants réciproques du monde de l'autre. Une petite pierre dans le vignoble de l'incompréhension, qui plaide pour une plus large ouverture d'esprit de chacun d'entre nous, ainsi qu'une plus grande tolérance mutuelle, comme l'a souligné l'enjoué vigneron ardéchois Gilles Azzoni, présent en vue de la dégustation du lendemain, consacrée à l'Ardèche nature.

 

revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

 

Gros succès de librairie, donc, Les Ignorants ont déjà été tirés à 90000 exemplaires. Le tirage des vins de Richard Leroy n'a quant à lui pas augmenté, mais il devient de plus en plus difficile de s'en procurer. Entre deux séances de taille, de labour ou de biodynamisation, le vigneron est désormais passé maître dans l'art de la manipulation du stylo et de la dédicace. Et le dessinateur déguste désormais comme un pro, ou presque. Pour accompagner cette séance particulièrement enrichissante et conviviale, quelques crus, bus lus, figurant dans le générique de fin de l'album, à un ou deux millésimes près, et dégustés à l'aveugle. Pratiquement tous ont été identifiés par les deux compères. J'exagère à peine.

 

revevin,richard leroy,étienne davodeau,les ignorants

 

Sans nul doute le temps fort de ces 9èmes REVEVIN, co-organisées par La Pipette et le Chai Carlina de Saint-Jean de Monts.

 

Olif

12 mai 2012

Solstice de printemps

Capture d’écran 2012-05-12 à 20.29.54.png

 

Voilà bien un plat unique, qui ne peut être goûté qu'à un instant unique: le solstice de printemps. Moment improbable, ne survenant jusqu'à présent que lors de la victoire d'un Président normal aux élections précédant les Saints de glace. Peu de personnes au monde, même parmi les grandes fortunes de ce monde, peuvent se gloser d'avoir goûté un jour à ce plat totalement bling-bling, réservé aux seuls détenteurs d'une carte électo... rhââ lovely.

Le premier bonheur, c'est celui de rentrer victorieux d'une traque difficile, la chasse à la morille. Ça faisait longtemps que je n'avais plus débloqué le compteur, la faute à pas beaucoup de temps, pas trop de chance, des gisements familiaux épuisés, du fait du vieillissement physiologique du milieu naturel. Mai 2012 est une année plutot propice. De l'humidité, des vagues de chaleur, encore un peu d'humidité. La morille n'aime pas trop la stabilité météorologique et les orages de printemps lui conviennent à merveille.

 

Capture d’écran 2012-05-12 à 21.03.30.png

 

Contrairement à ce que la photo ci-dessus pourrait laisser supposer, la morille ne saurait être confondue ni avec un éléphant, ni avec une fraise des bois, qui, elle, est plutôt rose, comme chacun sait. L'éléphant, lui, est gris, tandis que la morille est plutôt printanière. Volontiers toxique crue, la morille devient comestible fraiche après cuisson, en risotto, par exemple, ou après dessication suivie de mastication. Pour ne pas avoir à mélanger ce spécimen authentique du Haut-Doubs à de la vulgaire morille séchée d'importation, pas question d'attendre. Ingrédient vedette de ce risotto aux asperges vertes et à les deux morilles fraîches du Haut-Doubs, ce délectable champignon printanier s'est parfaitement entendu avec un filet mignon mariné à l'huile de pistache et au curry, cuisson millimétrée à la plancha, et a connu l'extase avec un Arbois Solstice 2004 du domaine de la Tournelle. Un savagnin surmaturé sec, plutôt atypique, ne ressemblant pas à beaucoup d'autres vins connus. Puissant et riche, mais largement en-dessous du seuil de l'ISF, et sans lourdeur aucune.

 

Olif

 

 

Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

08 mai 2012

Trilla, vignoble sain et bientôt sauf

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

Trilla, Haut-Fenouillèdes, 58 habitants, 1 couple d'aigles de Bonelli, 3 chênes emblématiques, 1 vignoble plus que centenaire, 1 coopérative-fantôme, victime de la crise viticole. Et, depuis quelques années, le domaine de La Boria, dirigé par Vincent Balansa, Lucky Luke des temps modernes, défenseur des vieux ceps et des bonnes pratiques viticoles. Originaire de Narbonne, formé chez les bons vignerons (Christophe Peyrus et la famille Gauby, notamment, pour qui il s'est occupé de gérer le domaine de La Soula de 2005 à 2008), Vincent est tombé amoureux de ce terroir isolé et sauvage, peuplé de mémères de carignan et grenache délaissées, souvent en route pour l'abattoir.

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

 

Depuis Trilla, vignoble d'altitude, on aperçoit au loin le pic de Bugarach. Si la fin du monde est effectivement programmée pour le 21 décembre 2012, ne devraient alors survivre que les quelques illuminés qui auront escaladé le pic au préalable. Les vieilles vignes de Trilla ne se posent pas autant de questions métaphysiques, car une grande partie devrait être sauvée du couloir de la mort grâce à l'obstination de Vincent. Et bien au-delà de la date fatidique du calendrier maya.

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

Si  vivre à Trilla n'est pas en soi la fin du monde, le village est quand même, quelque part, un genre de bout du monde. On ne passe pas à Trilla, on y va. Et il faut même le vouloir. Ou alors se perdre. Mais quand on y est, la vue est tellement grandiose que l'on se demande pourquoi ne pas y rester. Faire le tour des vignes prend un certain temps, sans compter celui qu'il faut pour courir après Grenache, gros chien blanc aussi affectueux qu'indiscipliné. Entre les décharges sauvages, les vignes qu'on arrache ou celles que l'on a plantées dans le seul but de ne pas s'en occuper (une histoire d'encépagement global du domaine pour accéder à l'appellation Côtes du Roussillon), le paysage du Haut-Fenouillèdes mérite mieux.

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

Comme ces vignes arc-en-ciel, largement complantées de carignan, avec un peu de grenache blanc, gris ou noir, et âgées de plus de cent ans, qui devraient prochainement intégrer le domaine de La Boria, dès que les fonds pour les acheter seront réunis. Parce que La Boria, c'est aussi la propriété d'investisseurs, devenus co-vignerons depuis qu'ils ont décidé d'intégrer le projet. Des investisseurs d'un genre un peu particulier, limite philantrope, plutôt intéressés par l'aspect humain et la grande aventure vigneronne que par la rentabilité. Pour cette raison, ils ne regrettent rien, bien au contraire! Parce que l'histoire est belle.

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

 

Outre sauver encore et toujours "des vieilles", un des autres grands projets de Vincent est de construire un chai in situ. Ne pouvant plus bénéficier des installations inusitées de la coopérative, vendue depuis à un particulier pour en faire un hara, Vincent a été contraint de redescendre dans la vallée pour vinifier le raisin de Trilla. L'endroit idéal existe pourtant sur la route qui mène au village, au milieu des vignes, et ce sera le prochain grand chantier de La Boria. Chai moderne et fonctionnel, intégré dans le paysage, par gravité, rien ne sera trop beau pour rendre encore un peu plus de vie vigneronne au Haut-Fenouillèdes, enclave occitane en pays catalan. Les questions des vignes et du chai réglées, il ne restera plus que le cheval, à pérenniser sur la propriété, en faisant l'acquisition de Ténor, superbe percheron de 4 ans qui ne demande qu'à venir s'épanouir à Trilla. Il viendra compléter judicieusement le labour animal (déjà effectif, mais sous-traité), ainsi que celui du tracteur, effectué par un des derniers coopérateurs du cru, impliqué à fond dans le projet.

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

 

Un signe, peut-être? Le couple d'aigles de Bonnelli, réintroduit il y a quelques années à Trilla, semble avoir fait un petit. Ils étaient trois, en tout cas, à voler au dessus de nos têtes par ce beau jour de printemps 2012.

Et pour tout ça, on dit merci qui? Merci Merci, évidemment. Merci, un vin réjouissant, frais et gouleyant, cuvée emblématique du domaine, produite à un nombre conséquent de bouteilles, le cadeau idéal pour remercier tous ceux qui se sont investis corps et âme dans ce beau projet. Outre Merci, le domaine de la Boria produit une excellente cuvée Nova, qui existe en blanc comme en rouge. Alors merci aussi, mamie Nova!

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

 

Olif

 

P.S.: le 11 juin, ce sera la Saint Cochon dans le Haut-Fenouillèdes, à Bélesta plus précisément. Avec la présentation du millésime 2011 au milieu des vignes, du bon cochon et tout plein de bons vignerons. La Roots 66 vaut décidément le détour...

 

côtes du roussillon,domaine de la boria,vincent balansa,fenouillèdes,syrah,trilla

05 mai 2012

La table de cuisine, avec des chaises, aussi...

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

Enclave franc-comtoise en terre catalane, La Table de Cuisine est dressée à Saint-André, approximativement entre les deux Banyuls, celui des Aspres et l'autre, sur vin et sur Mer. Faut-il y voir un signe ou un symbole, celui de la croix de Bourgogne, largement adoptée par les soldats comtois, du temps où la Franche-Comté était encore espagnole? Martine et Laurent Brozzetti, franc-comtois de naissance, ont donc pris la route de la Catalogne pour y poser leurs valises, après avoir écumé le Haut-Doubs et la Suisse voisine, au sein de la célèbre maison Guignard, située à Orbe. Lequel Philippe Guignard n'a pas été contraint de fermer sa Bréguette une fois que Laurent fut parti sous d'autres cieux, je suppose.

 

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

Ce soir-là, attablés à la cuisine, mais en salle, 4 personnes, 4 chaises, 4 couverts. Juste après un apéritif-dégustation furtif à Trouillas, le temps d'apprécier, en compagnie de Frédérique Barriol-Montès, les dernières nées du domaine de la Casenove (Les Clares 2007, joli blanc rafraichissant et complexe, La Colomina 2011, rouge de soif particulièrement gouleyant, et La Garrigue 2009, rouge plus structuré mais aux tanins frais).

 

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

Un apéritif pas tout à fait terminé, puisqu'après, il fallait oser Joséphine, Crémant de Limoux par Gilles Azam. Jolie bulle tonique et fruitée, entamée par Christophe Guittet qui guettait notre arrivée. Christophe Guittet est un breton d'inspiration jurassienne, qui a posé ses valises à Tautavel il y a une dizaine d'années, après un séjour en Bresse, où il a pratiqué le culte de l'oxydatif via le Jura voisin. Ombre et soleil est le nom de son domaine. Sa part d'ombre oxydative, Christophe aime la mettre en pleine lumière. Si certaines de ses premières expériences ont pu paraitre déroutantes à des palais novices, ses dernières cuvées sont un peu plus dans les clous, notamment un très joli blanc 2011, ainsi qu'un rouge de carignan frais et désaltérant, tous deux tirés de la cuve.

 

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

L'oxydatif, c'est néanmoins toujours son rayon, avec deux cuvées de rancio sec, non mutées, élevées en bonbonnes de verre. Ox-idée(s) 2004 et Soleil de midi 2006, deux curiosités aux notes de malt et d'épices pour la première, de curry et de mirabelle pour la deuxième, avec un équilibre digne de l'Air du temps d'un autre Christophe que je connais, valaisan celui-là, et également spécialiste de l'élevage long avec plus ou moins d'oxydation.

 

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

Perfectionniste à la cave comme en cuisine, Christophe Guittet propose, sur la contre-étiquette de chaque vin, un accord culinaire parfait, doublé d'un accord musical aussi précis que pointu. Une mosaïque d'émotions pour chaque verre, finalement, même si d'autres options sont possibles. Comme, par exemple, anchois au vinaigre de Collioure suivis de morue à l'huile d'ail de Lautrec, pour ce qui me concernait ce soir-là.

 

roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré

 

L'accord le plus époustouflant, ce fut pourtant au dessert. Les pommes sautées au caramel de curry et vin jaune, glace à la noix, rayonnèrent en compagnie du Rivesaltes ambré 15/10 2001 du domaine de La Casenove. Hors Jura, il n'y a qu'en Roussillon que l'on peut se permettre une telle fusion avec un dessert jurassique!


roussillon,christophe guittet,domaine de la casenove,côtes du roussillon,trouillas,tautavel,saint-andré



La Table de Cuisine

8A rue de Taxo

66690 Saint-André

0468954206


Christophe Guittet, Domaine Ombre et Soleil

2, rue de Belfort

66720 Tautavel


Étienne et Frédérique Montès, Domaine de La Casenove

66300 Trouillas


Olif