Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clin d'oeil - Page 2

  • Le vin est-il toujours un produit naturel?

    La question fait couler beaucoup de salive et d'encre, depuis la diffusion du reportage d'Envoyé spécial, sur France 2. Tous nos plus grands spécialistes français du vin, journalistes et critiques, y sont allés de leur petit couplet pour tenter de justifier des pratiques œnologiques pas toujours très claires aux yeux du consommateur. Pourquoi tout ce flou artistique soigneusement entretenu autour de l'œnologie moderne et ce manque total de transparence sur ce que contiennent réellement les bouteilles de vin? C'était finalement le sens du message que voulaient délivrer Céline Destève et ses collègues enquêteurs, avec un brin de roublardise et de manipulation, il est vrai. Mais sinon, seraient-ils de vrais journalistes?

     

    Le bruit court que tous ces additifs dénaturent le vin, mais il n'en est rien. Aucun n'a plus de différence! Plutôt qu'un long discours, ne valait-il pas mieux convoquer autour d'une table nos plus grands dégustateurs, réunis sous la bannière du GJF (Grand Jury Franchouillard)? La parole est donc à vous, Messieurs, dont je tairai le nom de peur qu'on ne le retienne! Une dégustation entièrement filmée sous contrôle d'huissiers, faut-il le préciser, afin d'éviter toute tentative de récupération à des fins roublardes et/ou manipulatrices!

     

     

    Merci Messieurs. Cela se passe de tout commentaire!

     

    Vive le vin, vive le Gibolin, vive la France!

     

    Olif

     

    P.S.: merci à l'Helvète Underground d'avoir exhumé cette pépite télévisuelle des tréfonds de l'internet.

  • Bientôt une cuvée des Rachais sous voile?

    IMGP8251.JPG

    Pour quelle autre raison l'ami Francis Boulard chercherait-il à percer tous les secrets du Château Chalon en soumettant Laurent Macle à la question? Hein, pourquoi?

    Un week-end riche en surprises, orchestré par l'indispensable Jeanne, et Francis est aux anges, ne leur laissant pas sa propre part de savagnin.


    IMGP8254.JPG


    Le nez scotché dans son verre de 2009, Francis n'a pas réussi à y déceler d'arômes de noix. Mais du pamplemousse frais pressé du jour sur une trame acidulée droite et tranchante. Un superbe millésime en perspective, à n'en pas douter. Forcément, une année en 9..!

    IMGP8252.JPG


    Laurent Macle délaissant un temps la guillette pour la pipette, voilà qui est inhabituel, mais ses micro-cuvées de chardonnay et de savagnin ouillés, en 2007 comme en 2008, valent le détour et sont destinées à être bien plus qu'une curiosité et/ou une expérience sans lendemain.

    IMGP8253.JPG


    Olif

    P.S.: Francis, tu pourras publier des photos du Jura sur ton blog! Je ne t'en veux pas d'être venu à Château Chalon sans me prévenir!  :depelle:
  • Le mur du bio-çon!

     

    IMGP3866.JPG

    Franchi à allure Express par notre Michoubidou national dans le cadre de la tournée de promotion de son guide de FAV annuel, il faut bien vivre!:

     

    «Tout vin répondant aux normes est authentique

     

    Fallait oser! Il ne reste plus qu'à définir la norme! Si à tout hasard, elle pouvait être bio, désormais...

    On pourra lire ses propos redondants et d'une banalité affligeante au sujet du "vin bio qui n'existe pas" sur euh..., je ne sais même pas si cela vaut le coup d'aller y lire! Même que je m'abstiendrai de répondre, pour une fois, tiens! Tant pis pour l'audience...!

     

    Olif

  • Brothers in wine...

    Brother in wine

     

    Perdre un frère, fût-ce transitoire, n'est jamais un plaisir. Cette fois, ça y est. Attiré par un ailleurs fait de lagons et de ciel bleu, finalement harponné par une sirène, Le Seb, un des piliers du GJP*, a décidé de jeter l'ancre dans l'hémisphère Sud et de faire ses adieux au Haut-Doubs, au vignoble jurassien, aux vignerons et au sommelier-caviste qu'il affectionne. Des adieux en toute intimité, sous le regard humide de ses sœurs urgentistes et de son frère de vin. Téter au même tonneau, ça laisse inévitablement des traces!

     

    Il part, donc. Direction rue du Languedoc, mais à l'autre bout du monde. Pas question néanmoins de le laisser gagner son Caillou sans une dernière soirée! Séquence émotion sur les bords de la Cuisance, en ce 24 août 2009, dans les jardins du Bistrot de la Tournelle, juste avant l'orage.

     

    Flyerbistrotdelatournelle

     

    Quelques quilles, forcément, pour accompagner les assiettes de tapenade ou de charcuterie. D'abord, une belle Cuvée des Traverses 2008 de L'Anglore, tout en rondeur gourmande. Et puis un Arbois Poulsard 2008 de Michel Gahier, mis en bouteille du jour, d'une facilité inouïe. Un vin de soif de tous les instants, du jus de fruit que l'on boit comme par distraction tellement c'est bon. Pour éviter à l'assistance de se déshydrater par les yeux, Le Seb a dégainé un Meursault Luchets 1999 de Jean-Marc Roullot. En magnum, s'il vous plait, il ne tenait pas dans sa valise. Pas oxydé pour un sou, faut quand même pas rêver, mais un poil lourdaud, ce Roullot compresseur, avec ses notes de levure et de massepain. La fraicheur et la minéralité jurassienne lui feraient-il défaut?

    Et puis, surtout, avant un bien joli Arbois Trousseau 2007 de la Tournelle, il y a eu cet épatant Vin de table 2007 Sans soufre ajouté d'Henri Milan. De la bien belle ouvrage! Dense et croquant, épicé (cannelle), fruité, gourmand au possible, d'un équilibre frais malgré la concentration, léger comme un papillon un soir d'été, un remède anti cœur gros.

     

     

    IMGP7941.JPG

     

    Devant tant d'émotion contenue, le ciel a fini par déverser des torrents de larmes qui ont permis de sortir la tête haute de cette soirée déchirante, son mouchoir sur la tête. Même pas en pleurs!

     

    Seb, mon ami, mon frère, mon frère de vin, que Bacchus t'accompagne jusqu'au bord de ton lagon. En ton honneur, même bancal, le GJP* ne déposera pas les armes!

     

     

     

     

     

     

    Olif

     

    * GJP: Grand Jury Pontissalien, secte d’adorateurs de Bacchus, basée sur les hauts plateaux du Doubs et qui n'a de jury que le nom!

  • MeLLodie pour un blogueur

    Sans nul doute le bonheur musical de l'été, aux sonorités résolument rock. Un doux coassement au bord du Drugeon, entre deux ponts. Une affiche qui papillonne entre scène festive colorée aux accents sudistes (Metisoléa), frenchy rock urbain (Quidam), pop-rock anglophone locale avec chanteuse (Somadaya) et chanson décoiffée® (MeLL).

     

    flyer.jpg

     

    Mosellane au mots crus, aux mots cul et aux mots cœur, parfois moqueurs, poétesse de la grimace, MeLL a la tchatche aisée et la provoc aux bords des lèvres. "Why do you look at my ass?" Ass de cœur, as de cul, elle se joue de ses maux avec des mots. Elle a "des vers plein ses fesses", mais n'hésite pas à balancer "un pied en pleine face" à qui la contrarie. Seule en scène, avec sa guitare, ou son piano, ou son baby banjo,  ou son chapeau, elle assure. A mort. Sans démagogie aucune. Elle est la preuve que le handball de haut niveau mène à tout, à condition d'en sortir. MeLL en solo, la grosse affiche du Frog'n'rock festival. Un succès public global mitigé pour le festival, mais quel public! Et une vraie belle prestation de la Miss, avec des MeLLodies qui me trottent encore dans la tête une semaine plus tard. Des mots, surtout, de la musique, aussi, et des lambeaux de phrases qui collent au cerveau, de quoi rendre débile et pitoyable ("moi, je voudrais être débile, pour que tu me regardes avec un peu de pitié"), mais évitant ainsi le trou noir ("J'veux un trou noir à la place du cerveau"). MeLL est loin d'être une quiche, même quand elle roule des yeux comme des mirabelles. Grâce à elle, la Lorraine ne porte plus sa croix!

     

    6008_1198224201844_1415676152_581884_7432148_n.jpg

    6008_1198224041840_1415676152_581880_7149707_n.jpg

     

    Prise sous son eLL par Christian Olivier, des Têtes raides, MeLL, l'éLLectron libre de la scène messine, tient toutes ses promesses et manie la langue avec dextérité, verdeur et jouissance. Déjà trois albums à son actif et un quatrième en préparation, sous le label Monslip, le label des chanteurs culottés. Un pur bonheur que d'aller dans sa porcherie, pas glauque pour un sou! Chapeau, la Miss!

    6008_1198224281846_1415676152_581886_654265_n.jpg



    A chanteuse prometteuse, vin itou. Le vin des promesses. Un des rosés de cet été 2009, un festival à lui tout seul. Un rosé ou plutôt un clairet. Car on sait faire autre chose à Bordeaux que des vins ultra bodybuildés pour dégustateurs haltérophiles hypertrophiés du palais. Ce vin de table rosé vineux est élaboré par François des Lignéris dans son vignoble bordelais, l'® de rien. Une promesse de vin rouge, stoppé dans son processus d'élaboration pour donner un clairet de table, gourmand à souhait. Une promesse de vin tout court, à siroter en écoutant le dernier album de MeLL, "C'est quand qu'on rigole?", parce que là, dans le verre, ça rigole bien!

    IMGP7866.JPG


    Et demain, il faudrait arrêter d'en boire? Ben oui, forcément, si la bouteille est vide...

    Olif


    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.
  • A la fin de l'envoi, je touche!

    Une scène célèbre, revisitée pour les besoins de la cause vinique. Ça ne se passe pas à Bergerac, comme dans l'original, mais à Marmande. L'action se situe dans un bar de la ville, où le dénommé Cyrano a maille à partir avec un Vicomte qui n'y connait pas grand chose en vin. Un duel au son du canon, celui qui fait bloub bloub dans les verres. L'accent du Sud-Ouest est toujours de rigueur.

     

     

    280px-Nouveau_Cyrano.jpg

     

    ...

    Cyrano, poussant un cri comme lorsqu'on est
    saisi d'une crampe.
    Ay!...

    Le vicomte, qui remontait, se retournant.
    Qu'est-ce encore qu'il dit?

    Cyrano, avec des grimaces de douleur.
    Il faut le remuer car il s'engourdit...
    - Ce que c'est que de le laisser inoccupé!-
    Ay!...

    Le vicomte
    Qu'avez-vous?

    Cyrano
    J'ai des fourmis dans mon verre!

    Le vicomte
    , tirant le sien.
    Soit!

    Cyrano
    Je vais vous donner un petit coup charmant.

    Le vicomte, méprisant.
    Poète!...

    Cyrano

    Oui, monsieur, poète! et tellement,
    Qu'en trinquant je vais - hop! - à l'improvisade,
    Vous composer une ballade.

    Le vicomte
    Une ballade?

    Cyrano
    Vous ne vous doutez pas de ce que c'est, je crois?

    Le vicomte
    Mais...

    Cyrano, récitant comme une leçon.
    La ballade, donc, se compose de trois
    Couplets de huit verres...

    Le vicomte, piétinant.
    Oh!

    Cyrano, continuant.
    Et d'un envoi de quatre.

    Le vicomte
    Vous...

    Cyrano
    Je vais tout ensemble en faire une et trinquer,
    Et vous toucher, monsieur, au dernier verre.

    La salle, surexcitée au plus haut point.
    Place! - Très amusant! - Rangez-vous! - Pas de bruits!

    Cyrano, fermant une seconde les yeux.
    Attendez!... Je choisis mes rimes... Là, j'y suis.

    Il fait ce qu'il dit, à mesure.

    Je coupe avec grâce son feutre,
    Je fais lentement l'abandon
    De la capsule qui le calfeutre,
    Et je tire son bouchon;
    Élégant comme Céladon,
    Frais et croquant en bouche,
    Je vous préviens, cher Mirmidon,
    Qu'à la fin de l'envoi, je touche!

    Premier engagement de verre.


    Vous auriez bien dû rester neutre;
    Que vais-je vous servir, dindon?...
    Du blanc, sous votre maheutre?...
    Du rouge, sous votre bleu cordon?...
    - Les verres tintent, ding-don!
    Les crus voltigent: une douche!
    Décidément... c'est au rosé,
    Qu'à la fin de l'envoi, je touche.


    IMGP7823.JPG

     

     

    Il me manque une rime en eutre...
    Vous rompez, plus rougeaud que cochon?
    C'est pour me fournir le mot pleutre!
    - Tac! je pare la bulle dont
    Vous espériez me faire don: -
    J'ai la ligne, - j'ouvre la bouche...

    Tiens bien ton godet, Laridon!
    A la fin de l'envoi, je touche.

    IMGP7821.JPG

    Il annonce solennellement:

    Envoi

    Prince, demande à Dieu pardon!
    Je clape du palais, j'ouvre la bouche,
    Je hume, je trinque...

    Servant.


    Hé! Là donc!


    Le vicomte chancelle, Cyrano salue.

    A la fin de l'envoi, je touche.

    Acclamations. Applaudissements dans les loges. Des fleurs et des mouchoirs tombent.


    IMGP7824.JPG

     

    Le Rosé qui touche, par Stéphanie Roussel, du Château Lassole, la Roxane du Marmandais, avec la complicité involontaire d'Edmond Rostand et de son Cyrano, ainsi que de Lolo Baraou, le d'Artagnan des cavistes-artisans. Croquant, fruité, accrocheur, gouleyant, à la superbe robe groseille troublée (troublante?), d'un rose du genre de celui qui monte aux joues des jeunes filles pudiques et timides, ce cabernet franc nature, franc et nature forcément, est décidément un vrai vin qui touche. Le Vicomte ne s'en remet toujours pas!


    Olif

     

    P.S.: Moi aussi, je pense avoir été touché à mort. Lolo, il en reste?


    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.
       
  • Le théorème du pita gore

     

    IMGP7818.JPG

    Théorème:  Soit un pain pita au préalable fourré avec du ketchup. A l'aide d'un couteau, si l'on en découpe une tranche en forme de triangle rectangle, l'hypoténuse se met alors carrément à dégouliner de ketchup sur toute la longueur du carré des deux autres côtés. Ça en devient particulièrement gore!

    Facile à vérifier. Le plus gore, c'est encore de le manger!

     

    L'Arbois Trousseau des Corvées 2001 du domaine de la Tournelle, par contre, le boire n'en est pas une, de corvée. Toujours sur le fruit, il commence à acquérir la patine des vins rouges d'Arbois sur l'âge et possède une agréable fluidité en bouche. Un vin facile et désaltérant, dans un petit millésime qui a très bien résisté au poids des ans. Et à celui des autres bouteilles qui l'ensevelissaient dans la cave. C'est bon de l'avoir retrouvé à temps!

     

    IMGP7819.JPG

    Olif

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.
  • Variations autour d'un Mac

    IMGP1855.JPG

    Véritable incontournable de la cuisine estivale en terrasse, le Mac, dans sa version "sans Reagan ni Daffy", n'est finalement qu'un bête hamburger. D'une simplicité enfantine, voire même adolescente, à réaliser. C'est le mets de prédilection de Melle Olif Jr, le nec plus ultra de sa tendance culinaire actuelle, avec les crêpes jambon-fromage et les desesperate cookies, dont il faudra peut-être bien parler un jour prochain. Ce Mac (voir  photo ci-dessus), c'est un "big" à un seul étage: american bun du commerce, mâche nantaise, oignon nouveau, tomate de Guérande, steack hâché Charal® cuit à la plancha, fine tranche de fromage élastique et sans goût pour la décoration et la ressemblance avec le véritable Mac. Toucon, toubon, comme disent les grands spécialistes de la blogomiam. Mais pas facile à manger proprement. On croque un coup dedans, puis on mange le reste à la fourchette dans l'assiette, que l'on aura pris soin de placer sous le hamburger au préalable. La grande classe, au final!

    Si l'on est un brin facétieux, on adoptera la version Big Macbook Pro, en prenant bien garde de ne pas larguer son steack sur le clavier ni de croquer dans son ordinateur portable.

     

    IMGP1858.JPG

    Pour une vision plus régionaliste de ce monument de la culture gastronomique américaine, on pourra également opter pour cette version très Franch' County, le Big Macancoillotte: baguette traditionnelle, salade du pays, le tout recouvert d'une bonne louche de cancoillotte pour le coulant. Irrésistible!

    IMGP1860.JPG

    Et avec tout ça, katondonbu*? Du C***-C***, certainement pas. Mais un petit vin parfaitement adapté à la saison estivale, qui, loin de nous avoir foutu les boules, a dévalé dans notre gosier en pente à la vitesse vertigineuse d'un cochonnet fuyant devant le couteau du boucher, nous faisant même couiner de plaisir comme le dit cochonnet, juste avant qu'on ne l'embroche. Juteux et croquant, fruité  comme il faut, à déguster en short, bob et tongs, ce Vin de Pétanque 2008 du Mas Libian.

    IMGP1856.JPG

    Et pour une dernière petite soif, après la partie de boules, un Gallety 2003, cuvée domaine, Coteaux du Vivarais, un vrai vin de vacances, rapporté il y a quelques années d'un périple ardèchois. L'art des choix, justement, c'est de ne ramener que de bons souvenirs de ses vacances. Celui-ci en est un. A point, harmonieux et fondu, avec ce qu'il faut de fraicheur pour surmonter la moiteur estivale, sans le caractère compoté de bien des 2003.

    IMGP1857.JPG


    Croquer dans un Mac comme on croque dans la vie, un ou deux bons canons à siffler, laisser de côté le rasoir et la coiffeuse, voilà finalement une bonne philosophie pour l'été.


    IMGP1859.JPG

    Olif

    * Ainsi parlait naguère le regretté Loulou, malheureusement (et bêtement!) écrasé par un train dans sa cuisine, alors qu'il s'apprêtait à préparer des pâtes au Chablis, sans regarder à droite puis à gauche au passage à niveau.


    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.
  • L'hiver 2008-2009 en remet une couche!

    A ce rythme-là, ce n'est plus une réussite, mais un véritable triomphe! A peine le temps d'entrevoir un soupçon de verdure par endroits, que l'hiver nous tartine à nouveau 20 cm de poudreuse. Les piquets de pâture ne sont pas près de refaire surface dans les jurages (néologisme pour qualifier les alpages jurassiens).

     

    IMGP6719.JPG
    Brouilly 2007, Cuvée des Fous, Jean-Claude Lapalu

    Alors pour fêter le retour de la revanche du fils de l'hiver, soyons fous! Et embrouillons nous l'esprit à grands coups de Brouilly! Visiblement, le rapport de l'INCa sur les méfaits de l'alcool, Jean-Claude Lapalu l'a pas lu. Non, je ne bégaie pas. Sa Cuvée des Fous incite à la déraison, comme son nom l'indique. Un vin charnel et croquant, épicé, à savourer, un entonnoir sur la tête, en effeuillant nonchalamment dans la cheminée la brochure anti-cancer éditée par l'INCa.

    Santé!

    Olif

    P.S.: autant Claude Evin n'aimait pas les vins, autant Hervé Lalau, brillant journaliste viticole, blogueur à ses heures, n'aime pas la l'eau la campagne anti-vin orchestrée avec ambiguïté par nos sinistres et tristes dirigeants ascètes. Une culture du vin en danger, une sérieuse menace pour la viticulture. Et dire que dans le même temps, une loi cherche officiellement à favoriser l'œnotourisme! Que va-t-on bien pouvoir verser dans le verre de l'œnotouriste fraichement recruté?

    Ensemble, défendons la culture du vin ... pour sauver la viticulture et préserver le bien-être de l'humanité! !

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

     

     

  • Quand Mamina est au régime...

    ...ben voilà ce qui arrive! 40 tonnes à la benne à ordures! Un beau gâchis, moi, je dis!

    Chasseron_004

    Sauvons les pêcheurs de Saint-Jacques, et tant pis pour le petit tailleur rose trop juste de Mamina!

    Bientôt 10 jours sans une seule recette de Saint-Jacques sur Mamina.fr, c'est la disette! De qui se moque-t-on?

    Pour que Mamina puisse continuer à sauver les pêcheurs normands et bretons de la crise, un seul geste! Envoyez-vos dons de coquilles (pleines!) à

    Mamina.fr
    Cathédrale restante
    18000 BOURGES


    Par solidarité avec les pêcheurs normands et bretons, j'envisage même d'en manger aussi demain midi. Sans être allé fouiller les poubelles normandes.

     

    Olif

     

  • Haïku rond

    "Curon et sa tour

    Le grand terroir callipyge

    Du bon vin d'Arbois"

     

    Avant:

    IMGP6385.JPG

    Après:

    IMGP0297.JPG

    59 ans, ce n'est par rien! Un teint buriné, mais à peine une petite ridule sur le coin du front. Grandeur du Chardonnay jurassien sur l'un de ses plus beaux terroirs, celui de la désormais célèbre Tour de Curon, dont je suis désormais impatient de goûter le millésime 2004 dans 50 ans.
    Chapeau bas, donc, pour l'Arbois Réserve de Curon 1950 de Marcel Poux, une bouteille partagée en excellente compagnie, vigneronne et sommelière jurassienne. Et puis aussi celle d'un bar roulé d'anthologie. Tout cela s'est passé en catimini, mais pas au bar, chez l'alchimiste pontissalien qui avait dégainé ses morilles et son Porto pour agrémenter la sauce. Un bel hommage callipyge, en vérité!

    IMGP0296.JPG
    Pas la peine de chercher des poux dans le verre, la structure est toujours nickel, malgré l'évolution olfactive des arômes, loin d'être désagréables, au contraire. Peut-être juste une odeur parasite de sous-bois liée à un essuyage insuffisant du goulot, mea culpa. Bouteille ouverte à l'Audouze, quatre heures au préalable, juste sniffée pour apprécier sa tenue à l'air. Ça a tenu!

    D'autres jolies quilles ont également joué le rôle de sparring-partner. Dont une agréable Coudée d'Or 2007 du domaine Viret, comportant une pointe de résiduel, un Grenache blanc VV 2005 du Clos des Fées, d'un classicisme d'école, puissant et élégant, un fort digeste Poulsard En chôné 2007 du domaine Pignier, une sérieuse cuvée Amphora 2006 du domaine Viret, un Cornas Chaillot 2005 de Thierry Allemand, serré, dense et grenu, mais déjà magique, un Vin de paille 2002 de Fanfan Ganevat, à l'équilibre de rêve.

    Avant un petit after avec un  Sauvignon 2001 de Francis Poirel, pour la route, et un verre de Sydre Tendre d'Eric Bordelet.

    Une soirée qui fut un véritable rayon de soleil dans un hiver déjà passablement ensoleillé par ici.

    Olif


  • La Percée du Vin Chaud

    IMGP6329.JPG

    Forcément, c'est de saison! Saint-Point on the rocks again! Maintenant qu'on a pu patiner ou marcher sur notre grand lac à nous, "on a réussi notre hiver"!

    IMGP6358.JPG

    Pour le vin chaud, c'est à la buvette, sur la plage des Grangettes, patins aux pieds. Toujours un moment étonnant, quasiment surréaliste. On ne s'en lasse pas!

    IMGP6330.JPG

     

    Olif

  • Un Noël qui sent la poudre...

    ...blanche! Le rail est même fourni pour qui le souhaite.

    Un Noël qui sent la poudre...

    Entre le foie gras et la bûche, que l'on essaiera d'éviter soigneusement sur les pistes, quelques kilomètres en ski de fond ne devraient pas nuire à l'organisme, du côté des Fourgs, du Larmont ou d'ailleurs.

    Y aura-t-il de la neige à Noël? La question ne se pose plus depuis belle lurette cette année!

    Un Noël blanc et bleu (pour le ciel), voilà qui n'était pas arrivé depuis un bail dans le Haut-Doubs. On va essayer d'en profiter un maximum! Sans pour autant négliger quelques petits comptes-rendus en retard et des commentaires sur les vins de fêtes.

    Joyeux Noël à toutes et à tous.

    Olif

  • Enterrement fatal pour l'inspecteur Derrick!


    "Hoooorst Taaaapper! Hooorst Taaaaper

    Non Horst t'as pas peur!"

     

    Cette fois, Horst n'a plus peur! A 85 ans, le célèbre acteur allemand, adulé par des générations de ménagères de moins de 50 ans, ne vivra définitivement plus à l'ombre de Derrick. L'occasion de se remémorer un petit bijou prémonitoire des affreux Fatals Picards, écrit en 2004, ici dans une version  raccourcie, live et acoustique. Qui sera le prochain sur la liste?

    "On aura tous des cravates marrons et des lunettes noires

    A l'enterrement de Derrick."

    Et dire que je n'ai même pas un petit Riesling Kabinett Halbtrocken à ouvrir en sa mémoire pour ce soir...

     

    Olif

  • Petit tasting amical!

    img_news115.jpg
    C'est sa tournée! Et celle de ses amis! Laurent Bazin, l'amateur avisé du vin convivial, est fidèle en amitié. Ses amis, les amis de ses amis, auxquels se sont joint d'autres amis, se réuniront au Bistrot Paul Bert, rue Paul Bert, pour une dégustation qui promet et dont on on est déjà avide de capter quelques bribes sur le net, via la Bloglouglou. Faute de pouvoir s'y rendre. Un vrai crève-cœur! Mais une descente sur la capitale n'est programmée que le week-end d'après, en ce qui me concerne. Impossible de bisser! Alors, une grosse bise de ma part à Evelyne et Pascal Clairet et puis aussi à Patrick Meyer l'alsacien et à Philippe Valette. Mes amitiés à tous les autres, que je ne connais qu'au travers de leurs vins, et aussi à tous ceux que je ne connais encore pas et que j'aurais aimé rencontrer et/ou découvrir.

    Olif

  • Grand Tasting Jurassien!


    IMAGE_508 image_509.jpg

    Tandis que le gotha des vignerons mondains se bouscule au Carrousel, à l'invitation du célèbre tandem de la critique vinique française, s'offrant en pâture à une faune carnassière d'amateurs œnophiles insatiables et de professionnels en costard, le lauréat jurassien du B&D a dû décliner l'invitation à participer à cette manifestation élitiste pour prendre ses aises et écarquiller les doigts de pied sous la neige pontissalienne, devant un parterre de groupies fidèles, préférant le port du tee-shirt branchouille à celui du smoking. Un atelier des chefs grand format, remake passablement remanié et encore plus festif d'une précédente édition déjà fort réussie. Aux fourneaux, Pierre-Ivan Boos, célèbre alchimiste culinaire pontissalien. Au service des vins, Fanfan Ganevat, célèbre alchimiste viticole jurassien. Bon, les vins de Fanfan, on les a déjà goûté et archi-goutés, commentés et archi-commentés. Mais comme c'est un émerveillement à chaque fois qu'on y trempe ses lèvres, on va se fendre d'un nouveau compte-rendu, qui annulera et remplacera les précédents., jusqu'à la prochaine fois.Une soirée qui nous a tous laissés SulQ!

    IMAGE_524

     

    Compte-rendu à venir un de ces jours, parce que là, j'ai comme une envie de petite sieste réparatrice!

    Olif

     

  • Aphorisme du jour

    Sans titre.jpeg

    "En dégustation, ce qui nous intéresse, ce n'est pas la longueur, mais la qualité de la longueur. Mangez de la m..., vous verrez, c'est long en bouche!"

    Pierre Overnoy, En Chaudot, Pupillin, 9 novembre 2008

    Sans commentaire, enfin si, juste un petit:

    Arbois-Pupillin Chardonnay 1990: nez sur l'écorce d'orange confite, épicé, d'une grande race, envoûtant, enivrant, dont on s'arrache avec difficulté pour porter le vin en bouche. Il le faut bien, pourtant. Une bouche d'orfèvre, riche, dense, profonde, qui nous emmène très loin. Grande longueur, de qualité, évidemment, finale salivante d'une grande netteté. Un des deux plus grands vins produits par Pierre Overnoy, dixit lui-même. Il eût été dommage de ne pas y goûter. Sans soufre et pourtant inoxydable!

    Olif

     

    Retrouvez aussi les Dégustantanés sur le Blog de la Pipette.

  • Vendanges 2008 chez Emmanuel Houillon: Coupez!

    Diapositive1.JPG

    Cette belle grappe de Chardonnay récoltée à Pupillin et photographiée amoureusement par Anne Houillon, du domaine Overnoy-Houillon, n'a pas résisté au coup de sécateur. Voilà résumé brièvement la teneur du petit message adressé par Anne aux amis du domaine. C'est parti pour deux à trois semaines de vendanges et les Chardonnays donnent pour l'instant entière satisfaction. On est impatient de tremper ses lèvres dans tout ça et heureux d'avoir des nouvelles quasi en direct-live des vendanges jurassiennes, qui se poursuivent sous une petite pluie et dans la fraicheur actuellement.

    Le Chardonnay 2007 de Manu se goûte très bien en ce moment, apparemment, si l'on en croit cet homme de goût familier du domaine. On peut le vérifier dans une petite vidéo tournée sur place et charmante comme tout, où toute la famille Overnoy-Houillon défile devant la caméra et où l'on boit les paroles de Pierre Overnoy comme si c'était son bon vin.

    Olif

  • Bande-annonce: La Belle et l'Abbet

    IMGP5633.JPG
    "Octodurus : qui vicus positus in valle non magna ADJECTA PLANITIE altissimis montibus
    undique continetur. Quum hic in duas partes flumine divideretur.”

    Après s'être gavé de Côtes du Jura dans le Sud-Revermont en compagnie de Fanfan Ganevat, le preux Olif a mis le cap à l'Est, direction un "bourg, assis dans une petite plaine au fond d'un vallon et entièrement entouré de montagnes très élevées", afin de goûter aux joies du cor des Alpes en compagnie d'une belle paire de bouilles, celles de deux éminents représentants de la Bloglouglou, l'un spécialisé en vins confédérés, l'autre maniant la pipette avec dextérité.

    Point de vieux château, dans cette histoire, mais des caves remplies de barriques et renfermant de divins secrets. Un conte de fées n'ayant duré qu'une journée, avec dans le rôle de la Belle, Patricia Besse, qui nous a fort gentiment accueillis au domaine familial des Rappes, sur les hauteurs de Martigny, avant que nous ne gagnions l'antre de l'Abbet, Christophe de son prénom, au cœur de Martigny-Bourg. Difficile de s'arracher des oubliettes de la cave et de ne pas être hanté par ces breuvages iconoclastes qui s'épanouissent encore en barrique après tant d'années. Des vins à déconseiller aux âmes sensibles et aux ardents défenseurs de l'œnologiquement correct. Pardonne-leur, Mon Dieu, ils ne savent pas ce qu'ils perdent!

    De l'émotion, du suspense, du rire, des larmes, des monstres à roulettes, de la musique des cités , des coups de pipette, de l'art moderne et puis du vin, aussi, un peu. Tout cela, à venir  plus en détail sur Le Blog d'Olif dans les jours prochains. Une exclusivité partagée avec mes copains blogueurs qui ne devraient pas hésiter à donner leur propre version des faits!

    Olif

  • Vendanges 2008 chez S. Tissot, les grappes sont mûres!

    IMGP5678.JPG
    Superbes mûres le long du mur qui longe la tour de Curon, au caractère racé et d'un fruité voluptueux, dignes du terroir et quasiment prêtes à être vendangées. Le raisin ne se porte pas trop mal non plus mais il faudra autour du 22 septembre pour entendre les premiers coups de sécateurs, pour les crémants dans un premier temps. En attendant, on s'offrira un petit tour des beaux terroirs arboisiens... dès que l'on aura bouclé celui du Sud-Revermont.

    IMGP5679.JPG

    Olif