Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dives bouteilles ... - Page 5

  • De la transhumance des huîtres (bis)...

     

    IMGP0155.JPG

     

    Chaque année, le phénomène est immuable. Lorsque les feuilles mortes ont fini de se ramasser à la pelle, mais pas notre amour ni même la neige qui pointe le bout de son nez, ces coquillages pierreux empoignent leur bâton de pèlerin et quittent leur parc ostréicole, fuyant la traditionnelle marée noire de Noël, pour gagner les blancs pâturages de la montagne et s'épanouir en liberté, petits caillous sur le chemin.

    Leur long périple est pourtant semé d'embûches. Nos braves coquillages vont devoir affronter une foule de dangers. La route, le froid, le manque d'eau et de sel. Volontiers prises en charge par de gentils routiers au volant de leur camions frigorifiques, elles osent rarement se plaindre de la lonqueur du voyage, à grands coups de "C'est quand qu'on arrive?". Dociles et reconnaissantes, elles se laissent trimballer en encaissant tous les coups durs. Au terme de leur migration, après un périple loin d'être de tout repos, elles doivent alors affronter leur pire ennemi, un prédateur redoutable : l'homme des montagnes. En carence iodée perpétuelle, ce dernier a découvert, après des siècles passés à se lester l'estomac, que l'intérieur du caillou était mou, iodé et plus facile à digérer lorsqu'il était ingurgité sans sa coquille. Miracle de la gastronomie autant que de l'anatomie et de la géologie. Oui, parfaitement. Parce que, sous son écorce calcaire, l'huitre a un cœur, contrairement au gastronome cruel qui la gobe tout cru sans prêter la moindre attention à ses gémissements malheureusement inaudibles pour qui n'a pas appris à parler le langage huître. "Pitié, pitié, mon bon Maître! Ne me mange pas!" :gne:

     

    L'huître creuse (Crassostrea gigas) est un mollasque bivulve fillibranche de la famille des ostréidés. Quelle autre idée! A ce propos, lorsque l'on rencontre un vieil ami généralement peu expansif, donc fermé comme une huître, on peut toujours essayer de le dérider d'un : "Salut, comment vas-tu, vieille fillibranche?" , même si c'est loin d'être gagné!

     

     

    IMGP0157.JPG

    Abandonnées à elles-mêmes, souvent proches de la délinquance, on retrouve fréquemment nos amies les huîtres en bande, devant les vitrines du poissonnier, lorsqu'elles ont cru reconnaître un ancien ami poisson qui leur rappelle alors cruellement combien la mer leur manque. Braves filles!  C'est là qu'on peut les cueillir facilement, à la main, par douzaines, ayant seulement à faire face à la vindicte d'un Ordralfabétix local, moustachu poissonnier fort heureusement non gavé de potion magique.

    Armé d'un bon couteau, c'est au moment précis où elles ouvrent le bec pour appeler au secours qu'il faut leur briser net la mâchoire, d'un coup sec, pour s'en régaler en s'abreuvant de vin blanc.

     

    A ce stade du récit, le lecteur se demande légitimement si je n'ai pas pété un câble ! Il n'a pas entièrement tort! Après ce préambule naturaliste et poétique, rentrons enfin dans le vif du sujet.

    C'était hier soir la traditionnelle soirée huîtres de l'association des amis du Bon Echanson. Soirée très conviviale, plutôt festive, où nous avons l'habitude de tester quelques vins blancs destinés à accompagner ce mets simple, mais royal pour de pauvres jurassiens sevrés d'embruns.

    La séance de l'ouverture est un grand moment réservé aux gens armés d'un bon couteau et sachant s'en servir. Les huîtres sélectionnées chaque année sont des spéciales n°3 de chez Gillardeau, célèbre ostréiculteur de Bourcefranc, le top de l'huître en charentaises ! Le salaire de l'ouvreur, en plus de quelques chapeaux d'huîtres prélevés par ci par là , c'est un petit verre de vin blanc, en l'occurrence, cette fois, un Château Ferrande 2008, frais et sauvignonnant mais ce n'est pas Graves!

     

     

    IMGP0159.JPG

    Trois bourriches et des brouettes ayant été décapsulées en un temps record, il est temps de passer à table avec quelques autres flacons à se mettre sous la dent.

     

    L'accord le plus trash, ce fut sans nul doute avec le Soleil Vert roussillonnais de Christophe Guittet. Un Wine shot à la robe trouble, et au nez exubérant, connoté citron vert. La faute probablement au Muscat d'Alexandrie, plus qu'au grenache blanc ou au maccabeu. Atypique, c'est la moindre. Pas inintéressant en terme d'accord, parce que la bouche possède un brin de vivacité, mais il en a dérouté plus d'un! Pour amateur de sensations fortes. Plus classique, celui avec le deuxième Graves de la soirée, le Château Magneau 2008, s'est avéré convaincant. Tout comme le Sancerre 2008 de Gérard Boulay, minéral et acidulé, s'est aussi révélé être performant. Sauvignon et Gillardeau, ça fonctionne, il faut croire! En dégustation pure, le Saint-Romain 2005 de Thierry Matrot n'a pas déçu. Finement grillé, minéral, tendu, ce beau chardonnay réalise lui aussi un bel accord avec les saveurs de noisette de l'huître spéciale.

     

    Olif

  • Cadavres de vins exquis à Genève...

    "Les cadavres de vins exquis sont la résultante d'une dégustation poétique et collective élaborée par un caviste philosophe alpiniste helvète où chaque participant déguste un vin à chaque fois plus exquis que les autres, sans connaitre ce que les autres participants ont déjà dégusté."

     

    a25ansmthccetjap.jpg
    Photo "empruntée" à Jacques Perrin, au centre et en bonne compagnie valaisanne


    25 ans, le bel âge! Ça se fête, au moins autant que les 20 ans! 5 années plus tard, on remet ça! Créé par Jacques Perrin en 1984, afin de permettre à des amateurs exigeants de se fournir en vins exquis, le CAVESA a largement arrosé son quart de siècle sur les beaux rivages du Grand lac, suppléant ainsi à l'extinction provisoire du geyser qui éclabousse habituellement le Genevois de base.

     

    Une genevoiserie très prisée, puisque tout le gratin d'amateurs de vins exquis et de cuisine raffinée que compte le secteur vient y pointer et y pointer le bout de son nez. Un tout petit nez fort joli, quand il s'agit de la délicieuse Scoopette, ou un groin à la narine un peu plus développée pour celui qui a pris l'habitude de slurper toute la sainte journée. On y croise également pêle-mêle un vigneron savoyan humaniste, un serial-gastronome coursier, un Président de Grand Jury peu physionomiste, deux Nico amateurs de vin, de terre et de Net, ... et plein de vignerons exquis, évidemment. Qui ont servi tout autant de vins exquis et même un petit peu plus.

     

     

    IMGP0141.JPG

     

    Morceaux choisis autant qu'exquis: tout d'abord, le Vase N°10 2008 d'Henri Cholley, parfait pour une mise en bouche tranquille, après un beau Grand Cru millésimé 2000 d'Avize de Jacquesson. Et puis les Grains de folie de Marie-Thérèse Chappaz, légèrement handicapée au service mais impeccablement secondée par Le Châ, le sauveur attitré des dames en détresse. Qu'ils soient d'Or (marsanne) ou Noir (les deux cabernets + merlot), ces Grains 2007 sont impressionnants de définition et de perfection. Derrière, L'Insolite 2007 et la Marginale 2006 de Thierry Germain tiennent superbement le coup. Depuis 2002 et le passage en biodynamie du domaine, les vins voient leur style se transformer pour gagner en pureté et en éclat. On est impatient d'aller vérifier tout cela sur place dans le Saumurois dès que possible. Jolie découverte que les Rieslings sarrois du domaine Van Volxem, aux équilibres graciles et aériens, sachant prendre autant de hauteur que le géant Roman Niewodniczanski qui les présentait à la dégustation. Tout aussi haut perchés, les vins des deux stars vigneronnes alsaco-rhodaniennes n'ont pas failli. Le Schœnenbourg 2004 de Jean-Michel Deiss et l'Hermitage 2006 de Jean-Louis Chave sont deux bouteilles d'anthologie qui forcent le respect. Un bel accessit pour le Sang du Calvaire 2005 de Cazeneuve, que l'on retrouvera par la suite à table et qui se goûtait très bien, en dégustation pure comme lors du repas.

     

     

    IMGP0142.JPG
    Dream-team jurassienne dans les salons du Beaurivage.

    Et puis, pour terminer, mention spéciale à l'outsider jurassien, Laurent Macle, dont le Côtes du Jura 2005 et le Château Chalon 2000 ont su séduire les amateurs les plus exigeants de vins exquis. Appelé à le suppléer un instant au service, en fin d'après-midi, j'ai pu mesurer combien les dégustateurs helvètes étaient curieux de ces vins empreints d'une aussi forte personnalité.

     

    Il y eut bien sûr plein d'autres vins, que je ne saurais tous citer, n'ayant pris aucune note sur l'instant (pas facile!): des Italiens, des Bourguignons, des Bordelais, des Suisses même...! Tous aussi exquis les uns que les autres, chacun dans leur style et leur typicité, mais il fallait bien faire un choix.

     

    Fin de la dégustation, place au repas exquis concocté par Dominique Gauthier, le Chef du Chat Botté. Une gastronomie décomplexée dans une ambiance décontractée. En plus des vins prévus pour accompagner le repas, les bouteilles supplémentaires apportées par les vignerons et certains convives ont commencé à fuser (quand un magnum de Château Palmer 1962 vous passe sous le nez, c'est certainement que le petit LPV de François Mauss n'est pas loin!), dans une ambiance digne de la Paulée murisaltienne, mais sans bans bourguignons toutefois. Dans l'assistance, entre les tables, Le Châ n'en finit pas de virevolter, une bouteille dans chaque poche et une poche sous chaque œil, tant il a payé de sa personne ce jour-là. Le dynamisme du CAVE est à son image!

     

    Le dernier mot, on va justement le laisser au bon Président du GJE, qui ne manie pas la langue de bois quand il s'agit de pondre un petit discours bien senti. Extraits exquis, entre la poire et le fromage, un verre de Château Chalon 1989 de Jean Macle à la main.

     

     

    Vivent les amateurs de vins exquis, vive Jacques Perrin, et longue vie au CAVE.SA!

     

    Olif

  • Château Chalon: Jean Macle à la puissance 10!

    IMGP8499.JPG

    A l'occasion de la sortie annoncée des grenouilles d'automne (de mignons batraciens qui profitent des jours humides pour transhumer du marais jusqu'au bois (à moins que ce ne soit l'inverse?), se laissant volontiers ramasser par le grenouilleur quand ils ne font pas écraser sur la route), une date fut retenue pour se sustenter autour de quelques flacons que l'on a voulu jaunes, trapus et timbrés. Dix clavelins estampillés Château Chalon. Plus précisément marqués d'un M, comme Macle, la prestigieuse marque jaune castelchalonnaise. Tous antérieurs aux années nonante, en provenance de caves personnelles, où ils ont été conservés pieusement pendant toutes ces années, suite à leur acquisition en direct du domaine. Une vraie verticale pour Jurassiens montagnards, dans leur auberge favorite, celle des Montagnards, là où l'on mange les meilleures cuisses de grenouilles de tout le cosmos, et même au-delà.

    Les clavelins ont été débouchés entre 4 et 10 heures au préalable (une moyenne honorable de 2 à l'heure!) et ont été dégustés à découvert, par ordre décroissant des millésimes, avant d'être en grande partie achevés tranquillement au cours du repas qui a suivi.

    En l'honneur du grand absent de la soirée, Laurent Macle, retenu ailleurs par d'autres obligations, on s'est fait la bouche avec son fort joli Côtes du Jura, pas encore commercialisé, un Chardonnay ouillé 2007, frais et vif, citronné, à la belle minéralité jurassienne sous-jacente.

    IMGP8506.JPG


    Place aux clavelins élaborés par Jean Macle, après une deuxième mise en bouche, par un aïeul qui ne fait pas son âge:

    - Château Chalon 1951, Georges Bury: nez très nettement rancio, avec de l'orange amère, des notes de sous-bois, de champignon, de fruits secs. Très changeant au niveau de la palette aromatique, il faut le prendre comme il vient. La bouche possède une relative finesse, avec de la douceur et du moelleux en son milieu. La finale redevient sèche, légèrement fuyante. Un passionnant voyage dans le temps!

    - Château Chalon Jean Macle 1990: le plus jeune de tous, réellement et potentiellement. Plutôt fermé au nez, il laisse pudiquement échapper quelques notes pétrolées. De la minéralité, un côté chaleureux témoignant de sa richesse en alcool et puis une longueur exceptionnelle, qui s'étire autant que faire se peut. A enfermer dans un coffre dont la clé à été jetée au fond d'un puits, pour être sûr de ne pas y toucher avant une bonne décennie.

    - Château Chalon Jean Macle 1989: nez d'une grande finesse, ouvert, légèrement surmaturé, dans lequel on retrouve des épices, de l'écorce d'orange confite et du pétrole. Bouche d'une grande jeunesse, épurée, tendue, enveloppant le palais. Déjà beaucoup de plaisir dans ce clavelin doté d'un énorme potentiel.


    - Château Chalon Jean Macle 1988: le deuxième grand absent de la soirée, pour cause d'année de mariage. Les 2 exemplaires restants en cave seront consommés pendant la nuit de noces d'or par les heureux récipiendaires. Nous n'aurons donc pas pu faire le grand chelem des eighties!


    - Château Chalon Jean Macle 1987: 12 ans et on commence à sentir l'évolution au nez. Miel, moka, et toujours ces notes pétrolées caractéristiques de l'évolution des vins de Jean Macle au vieillissement. L'attaque est presque doucereuse, laissant la place à une tension acidulée prononcée. La bouche est fuselée, dans un registre très fin, sans excès ni caractère démonstratif. Son versant acide marqué et très sec en finale ne l'avantage pas par rapport aux autres millésimes, mais il sait néanmoins bien se tenir.


    - Château Chalon Jean Macle 1986: avec celui-ci, on pénètre dans toute la complexité du Cru. Toute sa richesse, également, mais aussi sa finesse et sa subtilité. L'orange confite s'impose au nez comme en bouche, domainant les épices et le curry, enrobant la belle acidité qui se prolonge jusque dans une finale salivante. Nickel! Une très grande bouteille!


    - Château Chalon Jean Macle 1985: un cran en dessous, mais sur le même registre d'épices et d'écorce d'orange. La bouche possède une certaine rondeur alcooleuse et une pointe d'acidité finale, pas complètement fondue, ni totalement harmonieuse.


    - Château Chalon Jean Macle 1983: les arômes d'évolution révélés par l'âge sont désormais bien présents. Moka, épices, orange amère sont sur le devant de la scène. Le vin s'épanouit dans le verre, joue sur la séduction, se laisse cajoler et boire avec délectation.


    - Château Chalon Jean Macle 1982: un millésime dilué, d'une manière générale, qui rend les vins plus simples et faciles d'accès. Celui-ci ne déroge pas à la règle. On est sur l'évolution, avec des notes hyrocarbures bien présentes. La complexité est moindre. Sa structure sphérique fait qu'il manque de longueur, finissant court sur une légère amertume qui me dérange un peu.


    - Château Chalon Jean Macle 1981: un échantillon légèrement défectueux, au nez perturbé par une petite note liégeuse, n'altérant pourtant en rien la structure du vin. Les notes de pétrole sont toujours présentes. A revoir sur un autre échantillon, au grand regret des jeunots  de l'assistance, nés la même année!


    - Château Chalon Jean Macle 1979: 30 ans et des notes d'évolution pourtant très discrètes au nez. Moka, caramel au lait, épices, curry, champignon, truffe même, pour certains. Le sotolon fait son œuvre en bouche, démultipliant les arômes. C'est complexe, c'est bon, c'est une grande bouteille!


    - Château Chalon Jean Macle 1976: le nez est complexe, confit, sur des notes douces d'écorce d'orange, d'épices, de cannelle, de miel. L'acidité est toujours là, mais arrondie, comme patinée par le temps. Une tension sous-jacente maintient le vin en bouche et prolonge la finale. Magnifique! Une nouvelle vie s'ouvre devant lui, celle de la maturité pour encore longtemps.

    IMGP8503.JPG



    La cerise sur le gâteau, ce fut cette bouteille sans étiquette ne ressemblant pas à un clavelin et qui s'est avérée être un vieux Macvin antediluvien du domaine Macle, non millésimé mais probablement lui aussi des eighties, si ce n'est plus. Les notes de marc se sont magnifiquement intégrées à celles du raisin de Corinthe, l'équilibre est somptueux, le vin n'est que douceur et séduction, ça se boit comme du petit lait. Clap de fin. Château Chalon est vraiment le roi des vins, dans des mains aussi expertes que celles de Jean Macle. Dans 10 ans, on s'est promis de refaire la même, version nineties, pour confirmer que Laurent Macle a parfaitement digéré et intégré l'héritage du père.

    IMGP8496.JPG


    Olif


  • Mas Jullien, verticale montagnarde

    IMGP8302.JPG

    Une idée lancée en l'air, comme ça: est-ce que les cigales chantent aussi dans le Haut-Doubs, quand on ouvre plein de bouteilles du Mas Jullien? Saisie au bond, elle ne tarda pas à être mise en application, à l'Auberge des Montagnards, Chez Walter, le lieu désormais incontournable d'orgies bachiques savamment orchestrées. Une belle verticale, avec en guest stars deux vénérables ancêtres, qui n'ont pas hésité à faire le déplacement pour être déquillées au champ d'honneur! De 2006 à 2000, avec une incursion en 1990, une série de 14 bouteilles pour le plaisir des papilles, en accompagnement d'une fondue de cerf, de la viande émincée délicatement fondante trempée dans un bouillon discrètement épicé. Les cigales n'ont pas chanté, mais les Montagnards si! Halte-là, halte-là, halte-là....! Et ils se sont régalés!



    IMGP8308.JPG

    Les bouteilles ont été ouvertes trois heures au préalable, épaule à peine dégagée, sans carafage. Il a été prévu une bouteille de secours en raison un échantillon douteux à l'ouverture, qui s'est effectivement révélé être défectueux.

    IMGP8309.JPG

    On se fait la bouche avec un Vin de Pays de l'Hérault Blanc 2007, frais, droit, à la fois floral et minéral, possédant de la tension et de la vivacité en bouche. Le Blanc languedocien comme on l'aime: de vieilles vignes  de Carignan et Grenache blanc, majoritaires, complétés par Clairette, Viognier et Roussane.

    Sans état d'âme aucun (quoique...!), on continue de se faire la bouche au Grenache avec une mini-série d'Etats d'âme. 2006, d'abord, fringant et fruité, développant des notes de zan et de réglisse. La chair et le fruit, pour un vin particulièrement croquant et gouleyant. 2005 se la joue plus sur le cassis, possédant fraicheur et équilibre, même si la finale est légèrement astringente. 2004 est dans un premier temps peu expressif. Nez fermé, attaque renfrognée, bouche à peine austère, une pointe d'alcool en finale. Cela se lissera un peu à l'aération, sans toutefois posséder le fruité séducteur de ses cadets.


    IMGP8310.JPG

    Place au Grand vin, constitué désormais de syrah, mourvèdre et carignan à parts égales. 2006 possède un boisé à peine perceptible, au nez comme en bouche, mais ce n'est pas une volonté délibérée, Olivier Jullien utilisant de grands contenants (demi-muids, cépages séparés, pendant un an, puis assemblage en foudre pendant une année supplémentaire). 2005 fut le grand absent de cette dégustation. Impossible de remettre la main sur le carton, involontairement égaré dans la cave! 2004 est une superbe réussite, déjà très plaisante, au premier nez viandé. La bouche est droite, franche et fruitée, longue. Très beau! 2003 offre un nez très mûr et une bouche volumineuse. Riche, avec une petite amertume finale, ses tanins commencent à peine à se fondre et à digérer l'extravagance du millésime. Aux antipodes, 2002, millésime réputé dilué, possède beaucoup plus de fraicheur. Les tanins sont relativement souples, permettant de bien l'apprécier, sans qu'il donne le sentiment de légèreté. La finale est à peine ferme. 2001 a donc bénéficié d'un repêchage. Le premier nez liégeux du premier échantillon n'a fait que s'accentuer, nécessitant l'ouverture d'une bouteille de secours qui se révèlera superbe. Un vin complexe, long et élégant, qui n'en est qu'à ses balbutiements. 2000 se goûte encore sur le fruit et la fraicheur, augurant bien de son potentiel. La bouche est agréablement fondue, avec des tanins bien civilisés. Tout au plus note-t-on une finale à peine asséchante. Nous aurons la chance et le plaisir de goûter en outre à deux vieux millésimes, issus d'une collection privée (merci Jojo!). Les deux derniers exemplaires, malheureusement, mais le plaisir n'en sera que décuplé! C'était le temps où les vins du Mas étaient vinifiés par parcelles et non assemblés à la mise. Les Cailloutis 1990 fait preuve d'une grande finesse, averc beaucoup d'élégance. Tanins fins, légèrement chocolatés, avec une pointe de menthol. Pas du végétal exacerbé, juste une fraicheur bienvenue, venant souligner avec beaucoup de classe la structure du vin. Superbe, et loin d'être en phase terminale! Les Depierre 1990 jouent dans le même registre aromatique, mais l'équilibre est plus précaire. Le végétal ressort, l'alcool pointe son nez en finale. Un vin toujours debout, mais plus fragile, qui pâtit surtout de la comparaison avec son frère jumeau. Une pareille tenue presque 20 ans après, aucun doute, cela signe le Grand vin! La patience n'est pas la moindre des vertus de l'adorateur du Mas Jullien!

    IMGP8311.JPG

    Une telle soirée-dégustation ne serait pas complète s'il n'y avait un peu de sucre avec le dessert. Le Mas Jullien a l'énorme avantage d'être un domaine complet, proposant tous les types de vins. D'abord, La Méjeanne 2003, un vin moelleux à l'équilibre demi-sec (chenin, viognier, grenache blanc), du moût de raisins partiellement fermenté, d'après la législation, qui possède une matière riche sur les fruits de la passion, amenant de l'acidulé, mais un petit déséquilibre sur le sucre en ce millésime particulièrement opulent. Et puis, une Clairette Beudelle 2002, sur le coing et les fruits secs, possédant encore un léger perlant dû à une probable reprise de la fermentation il y a quelques années.

    IMGP8312.JPG


    Décidément! Quel beau domaine que ce Mas Jullien, très prisé des amateurs. Pour preuve, d'autres belles dégustations retrouvées ici ou sur le web.

    Olif


  • Rémi Jobard 2007: le virage bio!

    IMGP7512.JPG

    Si tu ne vas pas à Meursault, Meursault vient à toi! Une dégustation devenue quasi-rituelle depuis quelques années, se déroulant soit à la Pentecôte, soit lors de la Trinquée de Meursault, la découverte des vins du nouveau millésime de l'ami Rémi Jobard, murisaltien de naissance mais pontissalien de cœur et par alliance. Alors, comme il ne fut pas possible de caler une date bourguignonne avant le début des vacances d'été, il a fallu  procéder différemment. Aligner toutes ses bouteilles sur la balustrade fut un réel plaisir, heureusement que la terrasse est grande. Comment toutes ces bouteilles allaient-elles se comporter à la montagne? Voilà un vrai challenge qui n'a pas effrayé Rémi Jobard, habitué à faire subir à ses vins les affres de l'altitude et de la moyenne montagne.

    2007 marque un tournant au domaine, puisqu'il s'agit du premier millésime officiellement "sans chimie" dans les vignes. La certification bio est désormais lancée. Il est réellement étonnant de constater déjà une modification du profil des vins vers plus de tension, d'acidité et de minéralité. Une volonté réelle de la part de Rémi que celle d'élaborer des vins comme il les aime et a envie de les boire. Il se positionne plus que jamais dans une véritable quête du terroir, celle de l'épure, une vision du vin qui refuse la facilité.

    IMGP7510.JPG

    C'est parti pour une grande série de blancs, en deux mouvements. D'abord ceux du négoce Jobard-Chabloz. Des achats de raisins sélectionnés mais sans véritable contrôle à la vigne. Une gamme non bio, proposant un large choix de blancs bourguignons, d'Auxey-Duresses à Saint-Aubin, en passant par Meursault et Chassagne, après un détour par le Charlemagne. Des vins mis en bouteilles en février 2009, après un an de fût, dont 20% de fût neuf maximum, et 6 mois de cuve.

    - Auxey-Duresses 2007: fruits jaunes, agrumes, touche florale, fraicheur et gourmandise.

    - Saint-Romain 1er cru Le sentier du clou 2007: beaucoup de matière, dense, un peu serré, sur une finale acidulée.

    - Puligny-Montrachet Les Nosroyes 2007: un "village" qui possède du gras, un peu trop, aboutissant à des amers finaux abrupts.

    - Meursault Les Meix Chavaux 2007: un terroir tardif orienté E-NE. Citronné, long, nerveuxfinale acidulée et salivante.

    - Meursault Clos du Cromin 2007: une parcelle proche de Volnay, qui donne un vin rond et gras, possèdant une subtile tension et une finale vivace.

    - Meursault Les Grands Charrons 2007: de la rondeur et une relative souplesse.

    - Meursault Le Limozin 2007: belle matière, riche. Vin harmonieux, minéral, finale acidulée.

    - Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot 2007: gras, ample en attaque, finale étirée et acidulée, bel équilibre.

    - Puligny-Montrachet 1er Cru Les Champs Gains 2007: riche et gras, sous-tendu par une belle acidité. Finale un peu stricte.

    - Meursault 1er Cru Les Charmes 2007: grosse matière, profonde, ample et large. Finale acidulée. Un vin majestueux!

    - Corton-Charlemagne 2007: un seigneur! Plénitude et amplitude! A méditer.

    IMGP7507.JPG




    Entracte! Pour ne pas mourir de soif, débouchons un Saint-Aubin 2004 de Pierre Morey, gras, riche et tendu, bien élevé, mais bien équilibré également.


    Papilles recalibrées, place aux vins du domaine Jobard, en cours de certification bio depuis le millésime 2008, comme il a été dit plus haut. Une nouvelle série de blancs d'abord, qui possèdent tous une dimension supérieure dans leur définition par rapport aux précédents. Epurés et tendus, possédant une meilleure maturité avec un degré alcoolique potentiel moindre!

    IMGP7503.JPG


    - Bourgogne Aligoté 2007: 18 mois d'élevage en foudre. Matière mûre, belle structure, acidulé, franc et droit.

    - Bourgogne blanc 2007: un an en fût, dont 20% de fût neuf, d'origine autrichienne. Un bien joli vin, séducteur, ample et bien balancé.

    - Meursault Sous La Velle 2007: belle tension, vif, acidulé et citronné.

    - Meursault En Luraule 2007: un de mes climats préférés, théoriquement très représentatif du terroir de Meursault. Bel équilibre, entre tension et richesse. Un modèle de minéralité.

    - Meursault Chevalières 2007: un vin classique, mûr, minéral, issu d'une vigne plantée en 1940.

    - Meursault 1er Cru Le Poruzot-Dessus 2007: un vin riche, dans une phase de fermeture. Sa matière imposante mais serrée ne se livre que très peu.

    - Meursault 1er Cru Genevrières 2007: un grand vin, à la matière riche et enrobée, sur une belle trame acide directrice.

    - Meursault 1er Cru Charmes 2007: bouche à la fois puissante et stricte, avec une amertume final. Beaucoup de monde dans le verre, mais ce jour-là, ça ne se goûtait pas très bien. A revoir.

    IMGP7504.JPG


    S'en suivront 5 rouges qui ne se présenteront pas sous leur meilleur jour. Phase ingrate pour quelques-uns, effets du voyage et de l'altitude pour d'autres, problème de bouteille pour certain. On se réjouissait pourtant de goûter au Jobard de Rémi, ex-Bourgogne rouge, déclassé pour raisons cadastrales. On en parlera une autre fois! Tout comme on devrait reparler des vins de l'ami Rémi, ici comme ailleurs!

    Olif

  • Beau et joli Beaujolais...

     

    IMGP8206.JPG

     

    Tandis que de chanceux amateurs helvètes dégustaient un quart de siècle de grands Beaujolais dans un Palace au bord du grand lac, le petit doigt en l'air, les "pochtrons du premier cercle" se piquaient la ruche avec trois semestres d'infâmes Bojo dans une gargote de campagne*. En toute simplicité. Une initiation en moins grande pompes que celle concoctée par l'ami Le Châ, à laquelle j'aurais sincèrement bien aimé participer (dis, Le Châ, tu m'emmèneras un jour dans ton Beaujolais?), mais il fallait dépuceler le palais des "épicuriens du 57", une bande de joyeux drilles formatés aux GCC bordelais et aux GC bourguignons. Hors pinot noir, cabernet et merlot, point de salut? Que nenni, même si certains ont effectué le voyage à reculons! 70 km pour biberonner du Beaujolais, tu parles qu'on a envie de venir! Ils sont pourtant repartis en chantant des paillardes, ne jurant plus que par le gamay! "Beaujolais, Beaujolais... (les gars, si vous me lisez et que vous trouvez que j'en fais trop, dites le moi, par message privé exclusivement).

     

    Le Beaujolais, cette région mal aimée, autant plébiscitée pour de mauvaises raisons qu'elle n'est rejetée pour de bonnes. Le Beaujolais, systématiquement pointé du doigt lorsque l'on cherche à dénoncer les excès d'une viticulture productiviste. Le Beaujolais, qui recèle pourtant de véritables pépites quand on sait les dénicher.

     

    Une belle occasion de prouver qu'en Beaujolais, on peut faire bon, alors? Et de différentes façons.

     

     

    IMGP7985.JPG

     

    Les vins, prélevés dans les caves respectives (sauf dans celle des épicuriens, qui n'en possèdaient généralement pas le moindre échantillon) ou dans celle du Bon Echanson de Pontarlier, ont été goûtés dans un aveugle quasi-complet, sauf pour celles que j'avais moi-même apportées et que j'ai aisément reconnues. Une sélection loin d'être exhaustive, évidemment, mais que l'on aurait pu étoffer un peu plus. Les vins ont été servis dans un ordre aléatoire et par paires.

     

    Pour la mise en bouche, trois blancs, dont deux hors sujet:

     

    - Le Jambon blanc La grande Bruyère 2004, Vin de table, Philippe Jambon: le nez parait un peu réduit de prime, puis s'ouvrant sur des notes fruitées et lactiques, avec une pointe de colle blanche. Il ne séduit guère, ce nez, mais moi, je l'aime! Parce que derrière, c'est finesse, longueur, épices, minéralité et compagnie. La bouche est tout simplement superbe, immense et complexe, celle d'un beau chardonnay minéral en toute liberté. Il y a du vin, dans cette bouteille, même si tout n'est pas encore parfaitement ordonné et fondu. La finale est magnifique.

     

    - Mâcon-Lugny L'Aurore Chardonnay 2006: un chardonnay plutôt exotique car le nez ... sauvignonne! Bouche serrée, fluette, finale amère. Pas grand chose à sauver de ce vin crépusculaire. L'Aurore est apparemment une marque de la cave de Lugny, destinée à la GD. Pas cher, pas bon, pas Beaujolais, en plus. Vite! un coup de Jambon blanc!

     

    - Alsace Noir 2007, domaine Josmeyer: personne ne s'y laisse prendre. Un Beaujolais blanc qui pétrole comme ça, c'est forcément un vin d'Alsace! Assemblage de Pinot noir et de Pinot blanc, tonique et minéral, frais et sympa.

     

    - Beaujolais L'Ancien 2007, Jean-Paul Brun: robe rubis brillante, presque trop belle pour être honnête. Nez peu expressif, bouche serrée et acidulée, pour tout dire fluette. Un vin décharné et, pour tout dire, une grosse déception. Un problème de bouteille?

     

    - Roche Noire 2005, Vin de Table, Philippe Jambon: pas de chance pour Laurentg, ce n'est pas un 2006 (dont une bouteille est défectueuse et, pas de chance, c'est lui qui l'a eue!**) mais un 2005. Au nez mûr et épicé, à la bouche charnue et pleine, épicée, arrondie par une petite note acétate en finale. Pas suffisamment marquée pour être percue comme un défaut, au contraire, elle accentue la sensation de buvabilité et participe pleinement à l'équilibre du vin. J'aime!

     

    - Fleurie 2007, Yvon Métras: nez un peu réservé, mais derrière, c'est le festival! Bouche fruitée et épicée, charnue et gourmande, particulièrement réjouissante. Ça se boit sans le moindre effort, une véritable qualité que d'aucuns, dans le deuxième cercle, voient d'un mauvais œil et d'une mauvaise bouche.

     

    - Morgon Tradition VV 2006, Domaine Aucœur: au nez, c'est plutôt cassis et menthe poivrée. Les tanins sont lisses en bouche, acidulés et frais. Pour tout dire, Ça pinote un peu et ce n'est pas désagréable. Servi en parallèle avec le Fleurie, il parait un peu en retrait, mais c'est une bouteille tout à fait acceptable et correcte, dans un style radicalement différent.

     

    - Morgon Corcelette 2006, Jean Foillard: un des musts de la soirée, particulièrement rond et gourmand, relevé et épicé, qui s'est vu attribué un grand coefficient de "torchabilité". Le deuxième cercle se mord les lèvres et serre les fesses! Dans cette bouteille, il y a du fond, il y a du vin, il ya une dimension!

     

    - Moulin à Vent 2006, Bernard Santé: dans le genre clean et propre sur lui, ce Moulin à Vent possède bien des accents bourguignons. Fruité, il a tendance à pinoter un peu. De manière un peu guindée, mais il n'y a pas grand chose à lui reprocher. Si ce n'est un soupçon de folie, qu'il se débride un peu. Une version classique du cru.

     

    - Morgon 2007, Joseph Burrier: un vin droit, ferme et un peu strict, qui a du mal à illuminer la fin de soirée, incitant à se replonger avec délice dans le Corcelette ou le Fleurie.

     

    Une soirée particulièrement réjouissante, définitivement réservée aux "pochtrons du premier cercle", résolument placée sous le signe du plaisir. Celui de découvrir, celui de boire, celui d'apprécier., celui qui rime avec Beaujolais. Cette comparaison improvisée entre "classiques" et "modernes" a largement tourné à l'avantage des "nature", sans que tous les autres n'aient véritablement à rougir.

     

    Ah! Beaujolais, que nous prépares-tu comme secrètes expérimentations au cœur de tes caves?

     

     

    Olif

     

    IMGP8214.JPG

    * La gargote, c'est Chez Walter, à l'Auberge des Montagnards, et les filets de perche meunière y sont succulents.

    **C'est de l'humour, Laurent, hein?

     

    P.S.: le Beaujolais me faisant perdre tous mes sens, il semblerait que j'aie oublié de mettre une pellicule une SD Card dans l'appareil photo ce soir là. D'où ces quelques images du Haut-Doubs automnal pour agrémenter la dégustation.

  • Quand je pense à Fernandol...

    IMGP7863.JPG

    Ces trois-là ont fait la farandole sur ma balustrade au cœur de l'été. 2001, un millésime de choix dans l'appellation, pour les vieux garçons maniaques! Servis l'un derrière l'autre, les mains dans les poches, dans un ordre non aléatoire, autour d'une côte de bœuf à la plancha.

    D'abord une Tour du Bon flatteuse, majoritaire Mourvèdre (58%), complétée par Grenache (28%) et Cinsault (14%), élevage 18 mois en foudre. Bizarre, cette petite touche vanillée, alors? La capote? Mais c'est bon quand même, peut-être un peu facile, non?

    Pibarnon, c'est top classe élégance, il faut bien le reconnaitre. Fin, précis, long, en érection perpétuelle. Madame n'a même pas besoin d'en redemander, elle se sert toute seule!

    Tempier cuvée spéciale, c'est un cran de la ceinture légèrement au-dessus. Ou en dessous, selon comme on voit les choses. Le bénouze est sous tension permanente. Le palais aussi. Il faut reconnaitre qu'il ira loin, ce petit. Quelque chose de spécial, dans cette cuvée, probablement! Mieux vaut encore attendre les autres bouteilles, pour une jouissance plus complète.

    Voilà largement de quoi agrémenter sa solitude, en plein creux estival.

    Prochaine session, les mêmes en 2004? On en prendrait volontiers l'habitude, comme dit la chanson!

    Si en plus, c'est Carla qui la chante...

     




    Olif

    P.S.: pour éviter un peu de travail de recherche à Laurentg, il n'y a qu'à cliquer . Une bien belle dégustation, ma foi!

    P.S.2: il parait que je n'ai pas ma langue dans ma poche! Si certains veulent le vérifier, c'est ici!
  • Brothers in wine...

    Brother in wine

     

    Perdre un frère, fût-ce transitoire, n'est jamais un plaisir. Cette fois, ça y est. Attiré par un ailleurs fait de lagons et de ciel bleu, finalement harponné par une sirène, Le Seb, un des piliers du GJP*, a décidé de jeter l'ancre dans l'hémisphère Sud et de faire ses adieux au Haut-Doubs, au vignoble jurassien, aux vignerons et au sommelier-caviste qu'il affectionne. Des adieux en toute intimité, sous le regard humide de ses sœurs urgentistes et de son frère de vin. Téter au même tonneau, ça laisse inévitablement des traces!

     

    Il part, donc. Direction rue du Languedoc, mais à l'autre bout du monde. Pas question néanmoins de le laisser gagner son Caillou sans une dernière soirée! Séquence émotion sur les bords de la Cuisance, en ce 24 août 2009, dans les jardins du Bistrot de la Tournelle, juste avant l'orage.

     

    Flyerbistrotdelatournelle

     

    Quelques quilles, forcément, pour accompagner les assiettes de tapenade ou de charcuterie. D'abord, une belle Cuvée des Traverses 2008 de L'Anglore, tout en rondeur gourmande. Et puis un Arbois Poulsard 2008 de Michel Gahier, mis en bouteille du jour, d'une facilité inouïe. Un vin de soif de tous les instants, du jus de fruit que l'on boit comme par distraction tellement c'est bon. Pour éviter à l'assistance de se déshydrater par les yeux, Le Seb a dégainé un Meursault Luchets 1999 de Jean-Marc Roullot. En magnum, s'il vous plait, il ne tenait pas dans sa valise. Pas oxydé pour un sou, faut quand même pas rêver, mais un poil lourdaud, ce Roullot compresseur, avec ses notes de levure et de massepain. La fraicheur et la minéralité jurassienne lui feraient-il défaut?

    Et puis, surtout, avant un bien joli Arbois Trousseau 2007 de la Tournelle, il y a eu cet épatant Vin de table 2007 Sans soufre ajouté d'Henri Milan. De la bien belle ouvrage! Dense et croquant, épicé (cannelle), fruité, gourmand au possible, d'un équilibre frais malgré la concentration, léger comme un papillon un soir d'été, un remède anti cœur gros.

     

     

    IMGP7941.JPG

     

    Devant tant d'émotion contenue, le ciel a fini par déverser des torrents de larmes qui ont permis de sortir la tête haute de cette soirée déchirante, son mouchoir sur la tête. Même pas en pleurs!

     

    Seb, mon ami, mon frère, mon frère de vin, que Bacchus t'accompagne jusqu'au bord de ton lagon. En ton honneur, même bancal, le GJP* ne déposera pas les armes!

     

     

     

     

     

     

    Olif

     

    * GJP: Grand Jury Pontissalien, secte d’adorateurs de Bacchus, basée sur les hauts plateaux du Doubs et qui n'a de jury que le nom!

  • Bulles roses... (bis)

    Suite et fin, il fallait bien achever l'écheveau dans lequel je me suis intriqué.

     

    IMGP7229.JPG

     

    - Champagne Dufour, Divins plaisirs brut: robe rose soutenu, bulle fine, un Champagne plutôt vineux, avec ce qu'il faut de tonicité pour le rendre frais et agréable.

    - Champagne Tarlant Rosé nature: un rosé non dosé. Bulle profuse, s'assagissant après un court passage en carafe. Magnifique nez, frais et complexe, mêlant agrumes, petits fruits rouge, de l'écorce d'orange. La bouche est plus "straight", vive, acidulée, à la finale un peu serrée.

    -Papagena, Vin mousseux de qualité, domaine de l'Octavin: quand il s'est agi de le boire, celui-là, on s'est pas pas gênés, papa! Belle robe rose à reflets orangés, bulle tonique, caractère vineux marqué avec une belle fraicheur acidulée. La photo de groupe nous plonge dans une extrême confusion, puisque l'on s'est gourré de bouteille lors de la prise de vue. La bouteille à la fois ventrue et effilée, c'est Papageno, le Crémant du Jura à base de Chardonnay. Tout aussi bon! Mais pas rose. Donc hors sujet.

    -Rosé des Riceys Veuve Devaux: Les Riceys, c'est THE rosé de Champagne, mais sans bulles. Tranquille, limite hors sujet, donc, mais il est rose et pas mal quand même. Vineux et sérieux, un rien guindé, à la finale un peu abrupte, accusant un léger déficit de longueur. Un rosé non coupé, pourtant, 100% Pinot noir, à réserver pour la table, une fois qu'il aura quitté la balustrade.

     

    IMGP7231.JPG

    Fin de la période rose, mais l'été n'est pas fini. Le farniente se poursuit, veuillez nous excuser pour la parution très aléatoire de notes sur ce blog.

     

    Olif

  • Bulles roses...

    IMGP7229.JPG


    Rosés bis, le sujet est toujours d'actualité. Plus brûlant, de plus en plus controversé. Même si l'Europe a tranché! En faveur du vrai rosé, le seul, le meilleur, celui qui n'est pas coupé. Tant mieux, peut-on se réjouir. Pour l'image du produit, surtout. Parce que ce n'est pas ça qui va améliorer la qualité des mauvais rosés, ceux qui se vendent un peu partout en France sous diverses étiquettes, parfois soit-disant prestigieuses.


    Pour fêter ça, ajoutons-y "Des bulles, des bulles, des bulles..., puis plus rien!". C'est pas moi qui le dis, c'est Clarika. Et ça vaut le coup d'être écouté, elle a du peps aussi, Clarika!

    Bouteilles dégustées à des moments différents (sauf en ce qui concerne les deux premières, bues successivement), non à l'aveugle, en ce qui me concerne, pour le plaisir, mais pas en compagnie d'Herbert Léonard.

    - Champagne L'Alchimiste 2004, David Léclapart: robe soutenue, groseille, nez sur la fraise, une pointe de réduction, bouche vineuse, harmonieuse, arrondie, portée par la finesse de la bulle, finale fraiche. Un vin d'artiste, alchimiste à ses heures, un pur rosé de macération. Le nez peut dérouter mais la bouche est une véritable merveille. Un beau vin de Champagne, biodynamique, qui ravira l'amateur exigeant et le bon apôtre.

    - Champagne D de Devaux: robe saumonée, pâle, bulle fine, nez frais, acidulé, avec un petit côté agrumes. Bouche vive qui s'arrondit à l'aération, bulle acidulée. Classique dans son expression, il rassure l'amateur occasionnel par son côté droit et linéaire. 53% de Pinot noir (dont 11% de vin rouge), 47% de Chardonnay, produit en terre auboise, la maison Veuve A. Devaux ayant été cédée en 1987 aux producteurs de l'Union auboise. Un rosé de coupage, mais ce n'est pas vraiment ce qui fait la différence avec la cuvée précédente. Apprécié pour sa netteté et sa vocation de vin rosé d'apéritif.

    IMGP7226.JPG

    - Champagne Cuvée rosée Veuve A. Devaux: robe rose soutenu, nez un peu éteint à l'ouverture de la bouteille. Expression plutôt linéaire, simple, avec une pointe d'amertume. L'entrée de gamme rosée de la maison Devaux, 70% Pinot noir (dont 15% de vin rouge) et 30% Chardonnay).


    IMGP7225.JPG




    La véritable alchimie du rosé l'emporte sur le coupage, haut la main, mais surtout parce qu'il s'agit là de deux conceptions différentes de la Champagne. Biodynamie et terroir versus production coopérative de qualité. Les deux ont leur place sur le marché et sur la table.

    Poursuite de l'exercice dans les semaines à venir, avec les bouteilles qui restent, au fur et à mesure de l'envie d'ouvrir des bulles roses...

    Olif


  • RE-VE-VIN 2009 : le domaine des Sablonnettes

     

    IMGP7130.JPG

    "Y'a tout à l'heure

    15 jours de malheur

    Mon vieux Layon

    Qu'on est parti

    Du paradis

    De l'accord...

    euh...

    ... dayon..?"

     

    Hmmm!...

    Ainsi aurait pu chanter le Grand Georges, s'il avait eu la chance de connaitre les nouvelles heures de gloire de l'appellation angevine. "Le Layon, ça ruine et ça déruine!" a dit en substance son père à Joël Ménard lorsqu'il a décidé de poursuivre l'aventure viticole du côté de Rablay, sur les rives du Layon, délicieuse rivière angevine réputée pour son brouillard automnal autant que matinal, générateur de botrytis noble sur des grains de chenin qui n'attendent plus que cela pour rôtir doucettement la journée au soleil. Le Layon, ça ruine, lorsque l'on produit, comme dans les années 80, en grandes quantités, et que l'on vend difficilement, même à bas prix, des vins surchaptalisés au Beghin Say, et pourtant impropres à sucrer le moindre café. Ça déruine, lorsque l'on sait faire preuve de discernement, que l'on vinifie intelligemment, de préférence en bio, sans chaptaliser, en diversifiant sa production, rouges, blancs, moelleux et liquoreux, tout en insistant sur la qualité du raisin, donc inévitablement sur celle du vin à l'arrivée.

     

    IMGP7126.JPG

     

    Vignerons engagés, militants du bio, du bon, de la qualité, adhérents de la première heure au groupe Sapros, groupe actuellement en sommeil mais à l'initiative du véritable renouveau qualitatif des vins liquoreux, Christine et Joël Ménard, du domaine des Sablonnettes, sont des vignerons attachants, fiers de leurs convictions. Et brillants! A la tête d'un domaine de 12,5 ha, dont 9 sont consacrés au chenin, ils ont su le pérenniser en restant tout en haut de la hiérarchie viticole angevine.

     

    IMGP7127.JPG

    Lorsque Philippe Rapiteau leur a proposé une Carte Blanche, à l'occasion de ces 6èmes RE-VE-VIN, ils l'ont pris au mot. Et n'ont amené que du blanc avec eux. Ça tombe bien, c'est ce qu'on souhaitait. Et beaucoup de sucres, aussi, puisque la thématique du dimanche matin est plutôt réservée aux liquoreux. On a été gâtés, après une petite mise en bouche par deux superbes blancs secs.

     

    1. Le P'tit blanc 2008, vin de table: nez mature, fruité, avec une touche de fleurs blanches. Bouche fraiche, droite et fruitée. Joli! ***

     

    2. Anjou Le Clos des Saules 2007: la robe dore légèrement, le nez est fait de miel et d'épices, avec des notes d'herbes sèches. La bouche est riche, dotée d'une grande acidité. Elle possède tension, droiture et richesse sur une finale épicée. Superbe! ****

     

    3. Coteaux du Layon Fleur d'érable 2008: robe plutôt pâle, nez sur la poire, bouche fraiche et acidulée, type bonbon au fruit, équilibre frais et moelleux. 70g de sucres résiduels. ***

     

    4. Coteaux du Layon Vieilles vignes 2008: nez fruité primaire avec une petite note minérale carbonifère, graphite. Bouche nette,  acidulée et fraiche, grande finesse des sucres (90 g). ***(*)

     

    5. Le Fruit défendu 2008, vin de table: robe légèrement dorée, nez sur la poire William, belle rondeur fruitée en bouche, grande onctuosité de la liqueur, riche, mais avec une grande acidité porteuse. Finale nette, laissant la bouche fraiche. Il s'agit de sauvignon botrytisé, ce qui ne lui donne pas droit à l'appellation Layon, évidemment. ****

     

    6. Coteaux du Layon La Bohème 2005: robe dorée, nez sur le bonbon au miel, l'abricot, le graphite et la mine de crayon. Onctueux et riche en bouche, on sent la grande concentration induite par le millésime solaire. Du coup, la finale est un peu sucrée, moins fondue et nerveuse que sur les vins précédents, même si, d'après Joël Ménard, il semble réamorcer une certaine vivacité. Demande probablement encore du temps. ***

     

    7. Coteaux du Layon Les Erables 2007: robe dorée, nez rôti, très botrytis, bouche exceptionnelle, sur l'ananas, les fruits exotiques, superbement acidulée avec beaucoup de persistance. 180 g de SR. *****

     

    8. Coteaux du Layon Le Vilain Canard 2005: une parcelle qui sera définitivement déclassée dans quelques années parce que jugée insuffisamment qualitative pour l'appellation. Avant son chant du cygne, elle produit toujours un très beau vilain petit canard, riche et confit qui, en ce millésime 2005, manque un peu de fraicheur en finale, terminant plutôt sur des notes de caramel au lait. 240 g de SR. ***

     

    9. Coteaux du Layon Quintessence d'érable 1997: THE millésime ligérien de la précédente décennie, dont nous aurons goûté pas mal de spécimens à l'occasion des RE-VE-VIN au fil des années. La robe est ambrée. Le nez, superbe, décline l'abricot confit, des notes rôties de botrytis et d'autres, plus tourbées, façon Islay. La bouche est grandiose, magnifique, d'une grande longueur, avec une acidité remarquable faisant exploser de joie les papilles. 240 g de SR. Pour le coup, ça vaut bien une sixième étoile! ******

     

    10. Coteaux du Layon PMG 1997: 97, année de tous les possibles, ayant donné naissance à des cuvées hors normes, dont certaines, en quantité infimes, n'ont jamais été commercialisées, réservées au gargamel du vigneron. Pour sa gueule, quoi! 32° naturels potentiels! La robe a des airs de vieux Cognac. Il faut dire que, depuis la veille au soir, on est devenu spécialistes, sous le patio du Chai Carlina. Nez sur les fruits secs, le menthol, l'abricot, la datte séchée. La bouche est onctueuse, mais fraiche, sur une finale saline. Un vin de méditation, à réserver aux moments d'exception, ou alors à prendre comme un dessert, pour lui-même. "Le dessert est dans le vin", d'après Joël Ménard. Et même pas besoin de cuiller! 380 g de SR. *****

     

    11. Murmures 2005: derrière ça, la logique eut voulu que l'on s'arrête, parce que pas grand chose ne pourrait supporter le choc. Sauf un vin oxydatif, peut-être? Pas du vrai Jaune, celui de mes congénères jurassiens, mais un Chenin élevé en vidange pendant 3 ans. Le nez est légèrement marqué éthanal, d'abord sur la croûte de vieux fromages, puis sur la noix verte et la pomme. En bouche, le caractère oxydatif est bien marqué, avec du fond, une relative finesse. Dans le genre "space", plutôt une belle réussite que je vois bien supporter la comparaison avec nombre de savagnins oxydatifs du Jura. A tester dans une dégustation à l'aveugle? Une curiosité sympa et originale! ***

     

    IMGP7131.JPG

     

    Jamais à court, Philippe Gallard, le virevoltant patron du Chai, nous sort derechef le même, en millésime 2002, ouvert depuis plusieurs jours, voire semaines, et destiné à finir ses jours en cuisine. Une idée judicieuse (celle de lui faire terminer sa carrière dans une sauce), car, effectivement, le vin est passé, véritablement oxydé en bouteille. Il fallait oser nous le proposer! Sacré Philippe, qui ne recule devant rien! Gardons donc en bouche le souvenir de ce délicieux murmure angevin précédent (le 2005) et, surtout, de tous ces admirables vins du domaine des Sablonnettes qui contribuent à faire du Layon une des plus grandes régions françaises productrice de vins liquoreux!

     

    La Carte blanche à Christine et Joël Ménard vue par d'autres Revevineurs ici ou .

     

    Olif

     

     

  • RE-VE-VIN 2009 : cigares, Cognac et p'tites pépées

     

    ReVeVin2009_102.jpg ReVeVin2009_105.jpg
     
     

    Soirée de gala de ces 6èmes RE-VE-VIN, ce repas du samedi soir fut comme un pont jeté entre la Bourgogne et les Charentes. L'occasion rêvée de faire découvrir à des amateurs insatiables, entre pléthore de vins de Bourgogne, les secrets d'alcôve de l'élaboration des grands Cognacs. Situé au cœur de la Grande Champagne, celle qui ne fait pas de bulles, le domaine Jean Fillioux est l'une des dernières maisons familiales de Cognac à maintenir la tradition, face aux grands trusts Hennessy, Martell ou Remy Martin, pour ne pas les citer. Pascal et Monique Fillioux ne produisent pas encore du Cognac "bio", mais le vin qu'ils utilisent pour distiller leur eau-de-vie s'en approche beaucoup. Travail des sols, labours, engrais naturels, pour tirer le meilleur de l'Ugni blanc, cépage majoritaire dans la région. Car le Cognac, finalement, c'est du vin qui est distillé. Et la distillation extrait les bons arômes comme les mauvais. Plus le vin est bon, meilleur le Cognac sera. C'est la première leçon qu'il fallait retenir de la rapide présentation que nous a faite Pascal Fillioux.

    La deuxième, c'est que le producteur de Cognac passe beaucoup de temps en cave, plus qu'à la vigne, les alcools étant destinés à vieillir très longtemps en fûts avant d'être assemblés, et que l'organe essentiel de son art est son nez. Pas question d'avoir les deux pieds dans la même charentaise ou les doigts dans le nez pour faire un bon alcool: sélection des arômes en fonction du type de produit choisi, assemblage des fûts et  reproductibilité, là réside toute la difficulté de la chose. Et Pascal Fillioux est particulièrement brillant dans cet exercice. Si la veille, Sébastien David nous a gratifié du Vin d'une oreille, Mr Fillioux aurait largement pu nous proposer le Cognac d'une narine.

     

    ReVeVin2009_150.jpg

    La troisième leçon, c'est Monique Fillioux qui nous l'a donnée. Situé sur un segment de marché difficile, du fait des nauséabonds relents prohibitionnistes ambiants, le Cognac s'exporte à plus de 90%. Positionné en outre sur un certain marché du luxe, il doit savoir se vendre. Design, packaging, marketing, communication, en dehors de la qualité intrinsèque du produit, il faut séduire aussi bien la femme d'affaires américaine que le nouveau riche russe, tout comme l'homme d'affaires hongkongais. Et Monique ne manque pas d'idées. La cuvée Star Gourmet, initialement créée à l'occasion du passage à l'an 2000, c'est elle. Elle a su convaincre son mari de lui crééer le Cognac dont elle avait envie, pour répondre à la demande face à ce type d'événement.

     

    IMGP7105.JPG

    L'ultime leçon, elle vient également de Monique Fillioux, par ailleurs auteure d'un livre de ses propres recettes. C'est que le Cognac sait se tenir à table, de l'apéritif à l'after. De la cuvée La Pouyade, en cocktail apéritif Summit (si tu es majeur, ami lecteur, clique sur submit!) ou en accompagnement d'une tartine de saumon fumé aromatisé aux herbes, au Cigar Club avec un petit module de Partagas, en passant par le Star Gourmet avec un dessert au chocolat spécialement étudié pour lui.

     

    Et alors, même les p'tites pépées se sont mises à fumer...

     

     

    ReVeVin2009_168.jpgReVeVin2009_172.jpgReVeVin2009_176.jpgReVeVin2009_155.jpgReVeVin2009_156.jpgReVeVin2009_187.jpg

     

    C'était en léger différé de Saint-Jean de Monts, à vous les studios, à vous Cognacq-Jay, même si vous n'en n'avez pas!

     

    Olif

     

    P.S.: la plupart des photos de ce billet sont dues à l'amabilité du Chtibb et de Valérie. Merci à eux!

     

  • RE-VE-VIN 2009 : Chantal Lescure, Côte de Beaune, Côte de Nuits

    IMGP7096.JPG
     
    Quand Philippe Rapiteau a sollicité François Chavériat pour une dégustation des vins du domaine Chantal Lescure lors des RE-VE-VIN, sixièmes du nom, celui-ci a immédiatement répondu oui. Puis quasiment instantanément, il a dit Nô! Non pas qu'il soit bilingue de façon inconsciente et circonflexe, mais il s'est souvenu qu'il avait théâtre au Pays du Soleil Levant à cétte période de l'année. Oui, mais non, ce qui nous a valu d'effectuer une superbe dégustation de vins de Bourgogne du côté de Saint-Jean de Monts, malheureusement sans sa présence qui nous aurait enchantés autant qu'éclairés Surtout lorsqu'il s'agissait de faire face aux gentils sarcasmes d'une population bretonnante, pro syrah-grenache, ou encore picardo-tourangelle pour certain et alors adoratrice du Cabernet. Des réticents à la Bourgogne, qui n'ont guère mis plus de trois vins à être convaincus de l'absence irrémédiable de notes de poivron à la dégustation autant que de de la noblesse du Pinot noir sur ses terroirs de prédilection.
     
    Une dégustation résolument jouissive, qui, en outre, eût l'intérêt pour moi de me replonger dans mes notes de janvier 2008, lorsque j'ai goûté pour la première fois les vins du millésime 2007 au domaine. Avec quelques surprises à la clé!
     
    Pour cette session, les vins ne sont pas dégustés à l'aveugle. Le fil conducteur choisi fut de faire une comparative de chaque cru sur deux millésimes présélectionnés, dans l'optique de mettre en évidence une composante terroir. Pas facile, à partir du moment où il s'agissait pour l'un d'entre eux de 2003.
     
    1. Volnay Les Famines 2003: robe rubis soutenu, nez très mûr, fruits noirs, cassis, tanins déjà polis, lissés, solide charpente, pas de déficit d'acidité, finale accrocheuse, mais un peu chaude. Un vin à grosse maturité, probablement un peu trop, reflet attendu du millésime.  **
     
     
    2. Volnay Les Famines 2007: robe d'un beau rubis, à reflets brillants. Boisé très fin au nez, venant élégamment souligner les notes fruitées de framboise qui explosent dans le fond de verre. La structure est élancée et fine, possédant beaucoup de fraicheur. Jolie matière fruitée. ***
     
    3. Beaune 1er cru Les Chouacheux 2003: robe rubis soutenu, nez minéral avec des notes de fruits rouges, de grenadine. Bouche nette et fraiche, fruitée, poivrée et minérale. Bel équilibre jusque dans la finale qui reste fraiche. ***
     
    4. Beaune 1er cru Les Chouacheux 2007: retour vers le rubis. Nez précis, net, floral, très joli. Belle structure tannique en bouche, alliant finesse et élégance. Finale très épicée. Un beau vin pour dans quelque temps. ****
     
    5. Pommard Les Vaumuriens 2003: nez intense et complexe, fruité, minéral (graphite), épicé. Attaque fraiche, suave, tanins bien enrobés, un peu chauds en milieu de bouche, mais la finale se fait dans un bain de jouvence rafraichissant. Le millésime comme transcendé, sur ce terroir froid, exposé Nord-Est. ****
     
    IMGP7101.JPG
     
    6. Pommard Les Vaumuriens 2007: nez frais et fruité, toujours ce petit côté grenadine, prépondérant en 2007. Attaque relativement souple, suavité des tanins, enrobés et frais. Déjà tellement bon à boire... ***(*)
     
    7. Pommard 1er Cru Les Bertins 2003: nez sur la griotte et les épices, bouche ronde et fraiche, belle finale, toujours dans la fraicheur. Terroir argileux, pourtant exposé Sud, une très belle réussite pour le millésime. ****
     
    8. Pommard 1er Cru Les Bertins 2007: du fruit acidulé, tendance grenadine, toujours et puis des tanins veloutés et frais en avant, avec une longue finale persistante, sans agressivité. ****
     
    9. Nuits-Saint-Georges Les Damodes 2003: nez un peu compoté, discret, une pointe de minéral. Les tanins sont civilisés en attaque mais se durcissent sur la finale, avec une pointe d'astringence. Un vin un peu dur. A titre indicatif, ces Damodes-là sont situés en amont de la route, donc non classés en premier cru. **
     
    10. Nuits-Saint-Georges Les Damodes 2007: nez poivré et fumé, superbe, fin, élégant. Belle matière en bouche, fraiche, acidulée, mais pourtant volumineuse. Très beau vin à attendre. ***(*)
     
    11. Nuits-Saint-Georges 1er Cru Les Vallerots 2003: terroir méconnu, situé dans une combe froide, ces Vallerots m'enchantent à chaque fois que j'y goûte! Y compris dans ce millésime 2003. Le nez est très mûr, légèrement évolué, à peine terreux. Ça pinote pour de bon! Une bouche à maturité parfaite, fondue, harmonieuse, sans aspérité, qui se prolonge par une finale remplie de fraicheur. Parfait! *****
     
    12. Nuits-Saint-Georges 1er Cru Les Vallerots 2007: légèrement boisé, sur de belles notes de fruits rouges, ce 2007 possède une bouche élancée, étirée, très minérale. Grande acidité, rendant la finale à peine astringente, mais une belle longueur prometteuse, lorsque les tanins se seront un peu patinés. ***(*)
     
    13. Chambolle-Musigny Les Mombies 2007: cette bouteille, ainsi que la dernière, sont dégustées à l'aveugle, millésime 2007 annoncé. Le nez est superbe, net, droit et précis. Le grain du vin est très fin, serré, dense. Des tanins d'une exquise fraicheur, denses et profonds. Ce vin se goûte merveilleusement. Connaissant la carte du domaine, je pars sur Clos Vougeot. Perdu! Et dire que ces Mombies ne se goûtaient pas bien du tout juste après la mise...!!?? Magie et mystères du vin! *****
     
    14. Vosne-Romanée 1er cru Les Suchots 2007: premier nez à peine boisé, fruits frais, grenadine, vanille. Bouche acidulée, soyeuse, aux tanins frais et fins. Long et à attendre. ****(*)
     
    Une nouvelle fois conquis par la gamme du domaine Chantal Lescure, c'est une évidence! La Bourgogne dans ce qu'elle a de meilleur, comme je l'aime.
     
    IMGP7095.JPG
     
    Olif
     
    P.S.: un aperçu bretonnant de cette dégustation ici.
     
     

  • RE-VE-VIN 2009 : Sébastien David, vigneron d'une oreille

    IMGP7077.JPG
     
    "Au bout de 40 vins, ça tapisse un peu!" a-t-il lâché au décours du repas-dégustation-marathon qui a suivi la présentation des vins de son domaine.
     
    Cette maxime de Sébastien David, vigneron iconoclaste de Saint-Nicolas de Bourgueil, n'est pas tombée dans le vin d'une oreille d'un sourd.  Et je ne pouvais pas manquer de la reprendre à mon compte. Vigneron d'une oreille, attaché au Patrimoine de l'autre, Hurluberlu par certain côtés et blogueur à ses heures, Sébastien David n'a pas les deux pieds dans la même tong lorsqu'il s'agit de travailler. Et ce d'autant qu'il est salarié à mi-temps au domaine familial à Saint-Nicolas, ce qui lui permet en fait de donner libre cours à son inspiration échevelée concernant sa propre production.
     
    Patrimoine SD, c'est un concept de longue haleine. 12 bouteilles pour douze millésimes. Toutes différentes, le contenant comme le contenu. Débutée en 1999, la collection s'achèvera avec le millésime 2010 et sera commercialisée en intégrale dans une caisse bois qui ne sera pas facile à ranger dans la cave, mais qu'il sera avisé de posséder!
     
    Si Sébastien a parfois des airs d'Hurluberlu, sa mémoire ne lui joue aucun tour et il se rappelle très bien s'être fait taillé le vin d'une oreille  en pointe lors d'une séance Off-Loire des précédentes rencontres vendéennes. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut point entendre le vin d'une oreille, c'est donc avec un plaisir non dissimulé que nous effectuerons une dégustation quasi-intégrale de sa production sous le patio du Chai Carlina.
     
    IMGP7082.JPG
     
    On commence en douceur, avec une réjouissante trilogie d'Hurluberlus, du Cabernet franc en macération carbonique, du vin de soif, idéal pour se préparer les papilles.
     
    - l'hurluberlu 2008: robe colorée, nez épicé, fruité, avec une pointe de végétal pour le croquant en bouche, une belle acidité et de la fraicheur.****
     
    - l'hurluberlu 2007: très joli nez fruité, une pointe de gaz, tanins harmonisés et fondus, une belle fluidité en bouche, malgré la concentration, et une grande fraicheur finale. Très bon!***
     
    - l'hurluberlu 2006: nez superbe, de plus en plus complexe et harmonieux, très fin. Un vin que l'on a envie de boire, avec des tanins suaves et patinés, mais qui ne se départit pas de sa fraicheur tonique. Un régal!****
     
    IMGP7090.JPG
     
    On enchaine par une superbe verticale collector: ATRIMOINE. Ou plus exactement ENIOMIRTA, par ordre décroissant des millésimes. Premium laissée en cave, car en voie d'épuisement, les exemplaires restants étant réservés pour le coffret collector. S 2009 et D 2010 pas encore vendangés, ont été excusés. N 2007 et E 2008 prélevés sur fût et n'étant pas encore officiellement baptisés, ils seront appelés par leurs noms de code.
     
    - E 2008: nez très épicé, bouche dense, serrée, aux tanins juteux. Très beau!****
     
    - N 2007: nez légèrement boisé, mais très fin. Bouche suave, aux tanins enrobés, support d'une belle acidité remplie de fraicheur. Belle longueur et encore une fois un très beau vin.****
     
    - IN VIVO 2006: mise en bouteille fin novembre 2008, le point final d'une année particulièrement difficile et à faible rendement (17-20 hl/ha). Du vin, il y en a dans cette bouteille, avec un nez très fruité, cassis et fruits noirs. Bouche dense aux tanins serrés, avec une pointe d'amertume finale. Il faut la laisser se fondre.**(*)
     
    - Orion 2005: un millésime trop facile à faire, puisque le vigneron n'avait rien à faire! Avec le recul, on ne s'en plaindra néanmoins pas. Le nez est très ouvert, un peu bordelais, sur la boite à cigares. Belle matière fondue, au grain fin, texture patinée, gardant beaucoup de fraicheur.****
     
    - Mi-Chemin 2004: le concept Patrimoine parvenu à la moitié, d'où le nom de la cuvée. Un vin très cabernet, archétypique de Saint-Nicolas parait-il, au nez terreux, sur le poivron bien mûr, avec un rien de végétal. La bouche poivronne aussi légèrement, les tanins sont bien en place, avec une bonne accroche finale. Un vin rustique au sens noble!***
     
    - Idylle 2003: l'année du mariage, avant celle de la canicule. Nez torréfié, très bordelais. Une bouche tanique fraiche, du début à la fin. Le millésime a été bien maitrisé.***
     
    - Razines 2002: les razines, ce sont les traces laissées sur le sol par les charrues et, de fait, ce vin est assez terrien. Sans trace d'évolution notable, toutefois. La bouche est patinée, possédant une belle fluidité.***
     
    - Thyrse 2001: un symbole antique en forme de cep de vigne et une bouteille défectueuse. Notes de champignon au nez et bouche déstructurée. Une altération probable due au bouchon, qui s'est amplifiée après carafage. Thyrse for fears, ou la bouteille de la peur! Shout! Shout!
     
    - Ancestrale 2000: nez sur le cassis, avec des notes d'évolution, presque tertiaires. Relative souplesse en bouche avec une finale végétale. Un vin déjà évolué.**
     
    39879282.jpg
    Crédit photo PhR pour La Pipette
     
     
    On y arrive, à cet autre concept pas banal qui m'a mis la puce au vin d'une oreille. Parti de la volonté de refaire un Saint-Nicolas à l'ancienne, un vin à la grande ossature, destiné à un long vieillissement. Pas une véritable recherche d'extraction, mais plutôt une infusion lente par pigeage doux aux pieds, en tapotant le chapeau pour faire remonter gentiment le jus. Elevage long avec zéro soufre, cette cuvée n'est produite que lorsque le millésime et les conditions d'élevage le permettent. 2008 en prend bien le chemin. Un vin qui nécessite une grande écoute et un feeling du diable.
     
    Nous ne goûterons qu'aux millésimes plus anciens, les trois élaborés jusqu'à présent:
     
    - Vin d'une oreille 2005: nez plutôt boisé, charge tannique imposante en bouche, grosse mâche finale, structure dense et serrée.***
     
    - Vin d'une oreille 2004: nez un peu végétal, bouche compacte et massive, très tannique en finale.**(*)
     
    - Vin d'une oreille 2002: il possède une relative fraicheur et un caractère acidulé qui le rendent plus accessible que les précédents, plus harmonieux aussi.***
     
    J'ai été tout ouïe lors de cette superbe dégustation, évitant que ce qui est rentré par le vin d'une oreille ne ressorte par l'autre. Cette cuvée d'une oreille hors normes demande du temps, il faut lui en donner. Pour l'instant, comparée à l'hurluberlu, elle me fait un peu l'impression d'être l'incroyable Hulk avec une oreille d'O'Hara! Un vrai rival de Painful Gulch! Mais je n'ai toujours pas dit mon dernier mot et je persévérerai dans la dégustation de cette cuvée: ventre affamé n'a point de vin d'une oreille!
     
     
     
    Olif
     
    P.S.: Une autre vision de cette dégustation ici et .
     
    P.S.2: Sébastien David sera au Off-Vignerons blogueurs de Vinexpo le 22 juin. A ne manquer sous aucun prétexte pour tous ceux qui se trouveront dans le Bordelais à ce moment-là.
     
    GetAttachment-2.aspx.jpg

  • RE-VE-VIN 2009: Tout l'or du Roussillon

    IMGP7058.JPG

    - "Vous voulez vraiment faire une dégustation uniquement avec des vins blancs du Roussillon?" se sont enquis nombre de vignerons roussillonnais lors de la collecte des échantillons. Imperturbable, Philippe Rapiteau, the Pipette man acquiesçait. Bonjour grenache blanc et gris, carignan blanc, maccabeu! Maccabeu? Maccabeu! Et c'est ainsi que la crème catalane s'est donnée rendez-vous sous le patio du Chai Carlina pour un tour d'horizon de la région, passionnant à défaut d'être exhaustif. 24 cuvées (dont un pirate extra-régional), suivies de deux bonus atypiques, voilà tout de même de quoi avoir un aperçu d'une production de qualité, qui a le vent en poupe actuellement. Parce qu'elle le vaut bien et qu'elle mérite cette reconnaissance. Exit les vins lourds, place à la fraicheur, à la tension et à la minéralité, au travers de cépages originaux. Des vins que l'on a envie de boire, même par avis de canicule sur la route 66. Tous les vins sont dégustés à l'aveugle, comme il se doit. Tous du millésime 2007. Comme pour toute dégustation de ce type, j'applique un système de notation en * absolument relatif qui, par le biais d'une courbe olifienne de Gauss, est harmonisé pour devenir relativement absolu. Les parenthèses correspondent à des 1/2 points qui tiennent également compte d'un certain potentiel et d'une amélioration au vieillissement.

     

    1. Soif du Mal, Les Foulards rouges, Jean-François Nicq, Vin de table: robe jaune pâle, nez en finesse, sur les fruits jaunes. Bouche droite, tendue, longueur moyenne. Plutôt pas mal pour la mise en bouche. Assemblage 70% Maccabeu, 30% Muscat. ***

     

    2. Les Calcinaires, Domaine Gauby, Vin de pays des Cotes Catalanes: robe jaune pâle, nez grillé, légèrement sur la réduction. La bouche est très tendue, presque acérée. Dommage que la finale manque un tout petit peu de nerf, mais il s'agit d'un très beau vin, avec un côté presque bourguignon. Est-ce dû à la présence de 30% de Chardonnay dans l'assemblage? Pour le reste, 50% Muscat, 20% Maccabeu.****

     

    3. Coume Marie, La Préceptorie de Centernach, Vin de pays des Cotes Catalanes: robe jaune pâle, nez ouvert, large, fruité, (fruits jaunes) plutôt agréable. La bouche possède une largeur confortable, un léger boisé et du gras. La finale est légèrement asséchante. Un vin un peu compact, assemblage de Grenache gris et de Maccabeu. ***

     

     

    IMGP7065.JPG

    4. Blanc bec, Frédéric Rivaton, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez légèrement réduit, grillé, sur l'amande amère. La bouche, entre gras et tension, possède un bel équilibre, totalement séduisant. Belle longueur pour ce vin issu de Maccabeu, Grenache gris et Carignan blanc essentiellement, avec en prime quelques vieux cépages qualifiés de "divers". J'aime beaucoup et cela confirme tout le bien que je pense de ce domaine, depuis que je l'ai découvert l'année dernière au Off de oufs des Grands Jours de Bourgogne. ****

     

    5.Isadora, domaine Joly-Ferriol, Jean-Luc Chossart, Vin de table: 100% Maccabeu et un joli nez grillé. Bouche relativement large, avec du gras, mais de l'acidité. La fraicheur l'emporte. ***(*)

     

    6. Clos du Rouge-Gorge, Cyril Fhal, Vin de pays des Côtes Catalanes: "Maccabeu, Maccabeu, ça sent le sang ...écarlate". Ainsi chantait jadis la Compagnie du Splendid, ou presque. En ce qui concerne ce vin, bas les masks, je n'aurai qu'un seul mot à rajouter: splendiiide! Nez extra de fruits jaunes, avec une pointe de coconut. Un équilibre cristallin en bouche, de la pureté et de l'élégance. LA bouteille de cette dégustation d'un très haut niveau. Ça m'arrange, j'en ai en cave, j'avais déjà flashé dessus à Angers. Evidemment, c'est épuisé à la propriété et un peu partout ailleurs aussi. ****(*)

     

    7. Bande de Gypse, domaine Jorel, Vin de pays des Pyrénées Orientales: nez caramel au lait, bouche simple et droite, un peu stricte, un peu courte, mais c'est plutôt sympa et agréable. 50% Maccabeu, 30% Grenache gris, le reste en cépages divers et variés. **

     

    IMGP7066.JPG

    8. Le Roc des Anges Vieilles Vignes, Marjorie Gallet, Vin de pays des Pyrénées Orientales: nez peu expressif, bouche possédant un certain volume, jouant dans le registre de la puissance. Une pointe d'alcool en finale, mais un équilibre cohérent. Un vin à attendre. 90% Grenache gris, 10% Maccabeu. ***(*)

     

    9. Ciné Panettone, Clot de l'Oum, Eric Monné, Vin de pays des Pyrénées Orientales: nez citronné, très agrumes, bouche avec beaucoup de tension et de fraicheur, une superbe acidité. Carignan gris 25%, Grenache blanc et Maccabeu, à part égales, 20%,  + 5% de Muscat. ****

     

    10. Vieilles Vignes, domaine Danjou-Banessy, Benoit Danjou, Vin de pays des Côtes Catalanes: robe jaune soutenu, nez puissant, sur le réglisse, une pointe de bois?, bouche large et puissante, donnant la sensation d'un élevage en avant, finale acidulée ramenant un peu de fraicheur. Tout cela devrait se fondre. Carignan gris et blanc, Grenache gris et blanc. **(*)

     

    IMGP7068.JPG

    11. Cool Moon, domaine des Enfants Sauvages, Carolin et Niklaus Bantlin, Vin de pays des Côtes Catalanes: robe jaune pâle mais un nez qui pète, fruité, avec une belle énergie. Franchise, vivacité et fraîcheur, un beau vin blanc revigorant. J'aime beaucoup! Une découverte du salon Renaissance d'Angers, 100% Grenache gris. ****

     

     

    IMGP7069.JPG

     

    12. L'imprévue, Gilles Troullier, Vin de pays des Côtes Catalanes: premier nez retenu, qui révèle essentiellement des notes boisées dans le fond de verre. La bouche est stricte, droite, la finale un peu sévère. Se goûte sur l'élevage actuellement. A revoir et certainement à attendre. 100% Grenache gris. **(*)

     

     

    IMGP7071.JPG

    13. Ose, domaine du Matin Calme, Anthony Guix, Vin de table: la robe présente une certaine turbidité, ce qui, finalement, n'est guère gênant, si l'on considère que le vin est destiné à être bu. Réduction première passagère, puis des notes fruitées primaires, un rien fermentaires, un brin végétales. Très nature, forcément, avec son fruité direct, "coup de poing", encore brut de cuve. Un vin qui divise, forcément. J'aime beaucoup. 85% Grenache blanc, 8% Muscat, 7% Maccabeu et Carignan blanc. ***

     

    14. Domaine Marcevol, Can Félix, Guy Prédal, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez puissant, un poil alcooleux, possèdant de la rondeur. Bouche au caractère oxydatif, épices et vieille fine, avec de la rondeur (l'alcool) et une certaine pureté. Un style! Grenache gris et muscat. **(*)

     

    15. Paoh, Les Terres nouvelles, La préceptorie de Centernach, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez très expressif, anisé, avec un petit côté pharmaceutique. Bouche large, riche et puissante, avec une pointe d'alcool. Finale fraiche et longue. Un beau vin, à base de Grenache gris et blanc, complété par du Maccabeu. ***

     

     

    IMGP7059.JPG

    16. Fleur de Cailloux, Jean-Philippe Padié, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez grillé, épicé et poivré. Bouche grillée, minérale, droite et tendue, incisive. 50% Grenache gris, 30% Grenache blanc et 20%Maccabeu. ***(*)

     

    17. Marceau le Blanc, Jean-Louis Tribouley, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez plus que douteux, liégeux, que certains prennent pour de la réduction. Ça persiste en bouche, aucun doute pour moi. Echantillon défectueux. Dommage, parce que la matière semble belle et que j'aime beaucoup les vins de Jean-Louis. Non noté, évidemment!

     

    18. Laïs, Olivier Pithon, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez grillé et anisé, bouche tendue et acidulée, avec néanmoins de la puissance et une finale à peine chaude. Une belle matière, pour un vin à attendre. Maccabeu, Grenache gris et blanc. ***(*)

     

     

    IMGP7060.JPG

    19. Milouise, Jean-Philippe Padié, Vin de table: nez très fin, sur des notes grillées. Bouche droite et tendue, presque dépouillée, un vrai coup de rasoir. Une minéralité tranchante! J'adore! Grenache gris et blanc à parts égales. ****

     

    20. Vieilles vignes, Domaine Gardiès, Côtes du Roussillon: nez puissant, arrondi par l'alcool, sur les fruits jaunes et l'anis. Bouche riche, avec de l'alcool, mais cela reste frais et cohérent. Un style à l'opposé du précédent. Grenache gris et blanc, + roussane, ce qui explique un peu la bouche. ***(*)

     

    21. Vieilles vignes, Le Clos de Fées, Hervé Bizeul, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez riche, sur les fruits jaunes confiturés. Bouche riche, avec perception de sucres résiduels. Derrière les vins parfaitement secs dégustés précédemment, cela ne passe pas très bien, à vrai dire. Et du coup, ça manque un peu de nerf. Un vin déjà beaucoup mieux goûté que cela, il faut croire que ce n'était pas son jour! 90% Grenache gris, 10%% Grenache blanc.*(*)

     

     

    IMGP7061.JPG

    22.Vall Pompo, Bruno Duchêne, Collioure: nez de prime sur la réduction, puis développant des notes de praline. La bouche est pleine, acidulée, sur les agrumes. Belle finale, avec légère perception de l'alcool. Très beau vin, assemblage des deux grenaches. ****

     

    23. Matassa blanc, Tom Lubbe, Vin de pays des Côtes Catalanes: nez discret, un peu grillé. Bouche acidulée et tranchante, avec de belles notes d'agrumes et une jolie amertume finale, dans la continuité, bien portée par l'acidité. Très beau vin également, 70% Grenache gris, 30% Maccabeu. ****

     

     

    IMGP7062.JPG

    24. Les Alpes, domaine Belluard, Vin de Savoie: un pirate sorti du diable vauvert mais qui curieusement n'a pas dénoté. Fruits et agrumes pour un nez et une bouche large, avec une belle acidité, celle du Gringet. ****

     

     

    25. La Brugière côté blanc, Guy Prédal, Domaine Marcevol, Vin de table: deux cuvées hors concours, pour terminer. D'abord ce Carignan blanc à l'élevage oxydatif. Robe acajou, net oxydatif sur les fruits secs. Strict et austère, court, peu disert. Une curiosité qui manque cruellement de fond. Dommage! *

     

    26. Vin d'épices, Bertrand de Guitaut, domaine de Pechpeyrou, Vin de table: une deuxième presse de grenaches gris et blancs. Robe ambrée, nez très rancio, fruits secs, bouche sèche à la manière d'un Jerez, sur les raisins de Corinthe, le noyau de cerise, l'orange amère. Original et intéressant. ***

     

     

    IMGP7073.JPG

    Fin du premier round et une dégustation de haute volée, avec beaucoup de vins passionnants et bons. Pas grand chose à rejeter, en fait, même les curiosités qui sont à prendre pour ce qu'elles sont. J'avoue avoir un gros faible pour la nouvelle tendance, celle des vins minéraux et frais, qui font frétiller d'aise aussi les poissons dans l'assiette que l'Olif à table.

     

    Olif

     

    D'autre(s) commentaire(s) à lire sur cette dégustation ici et .

     

     

     

  • RE-VE-VIN 2009: sea, wine and sun...

    ... et un peu de pluie, par moment. A l'ombre de Derrick, le running-gag de ces journées.

     

    "- Driiing! Driing!

     

    - Allo! C'est Derrick.

     

    - Patron, venez! Vite. Si vous pouvez! Il y a une enquête. Une sale affaire, apparemment.

     

    - Dès que j'arrive à retirer mes tongs, je fonce. Vite."

     

    IMGP7135.JPG

     

    "- Driing! Driing!

     

    - Oui, c'est Derrick. Déjà une!

     

    - Grouillez, Patron. Je crois que c'est du sérieux, on doit avoir affaire à ... un Serial Quilleur!"

     

    Loin de moi l'idée de vouloir minimiser la performance de Mamina, gentiment dédicacée à mon intention, mais ces 6èmes RE-VE-VIN, cuvée 2009, qui viennent tout juste de s'achever, furent à la fois rythmées par une sonnerie de téléphone à la Derrick (merci Doc et Jean-Phi pour l'inspiration) et par le nombre impressionnant de cadavres que l'on a décomptés. Une enquête qui aurait pu s'avérer être une sale affaire pour feu Horst Tapper, mais qui, en réalité, ne fut que du bonheur pour des amateurs rêvevineurs. Des quilles qui tombent en série, comme s'il en pleuvait, il n'y a qu'à l'Ascension que l'on peut voir ça. Et à Saint-Jean de Monts! Entre un Championnat de foot pour moins de 15 ans et une Déferlante printanière d'artistes de rue, jonglant aussi bien avec des balles qu'avec des bouteilles.

     

     

    IMGP7110.JPG

     

    Au menu de ces Rencontres vendéennes, de la joie, de l'humour, du rire, des bouteilles, du vin, du Cognac, du rouge, un patio, des vignerons, du blanc, des liquoreux, des cigares, des vagues, des morceaux de Bourgogne, du vélo, du sable, des ch'tis, des pignons, des Fiefs Vendéens, des fieffés bretons, des vins de la Loire, des mets du Chai Carlina, du troc, de l'amour, peut-être aussi! Va savoir. Sea, wine and sun, sex in option, la pluie aussi. C'est un peu tout cela à la fois, les RE-VE-VIN.

    Et c'est déjà beaucoup. Peut-être même trop. Mais c'est pour ça qu'on les aime... De quoi empêcher de dormir bien des moussaillons, à Babord comme à Tribord.

     

    Du plus consistant, c'est pour bientôt et on va essayer de ne pas trop trainer, les comptes-rendus, c'est du sérieux! Hein, Philippe?

     

    IMGP7052.JPG

     

    Olif

     

  • Jacques Maillet, la Savoie Autrement...

    IMGP0532.JPG
    La Savoie Autrement en balade franc-comtoise bio-éco


    "- Ola Olif! Viens faire un tour au salon bio-éco de Besançon, les Savoyards t'attendent de pied ferme. Et il y aura même une surprise!"

    C'est cet intrigant message du jardinier d'Eva qui m'a incité à passer une partie du week-end de Pâques autrement, pour me rendre à la capitale comtoise dans ma petite auto. Pas autrement écologique, ni autrement économique, j'aurais plutôt dû prendre mon vélo, quitte à arriver un brin en retard. Autrement, les Savoyards, eux, étaient bien là, dans le village vigneron du salon, coincés entre un Alsacien, un Jurassien, un petit gars d'Ardèche (de l'excellent domaine des Miquettes, dont on devrait j'espère reparler bientôt) et une blonde vigneronne beaujoloise. Accueil autrement sympathique de Jacques Maillet, ancien coopérateur à Chautagne, autrement moustachu, qui a renoncé à la viticulture conventionnelle par envie, par conviction, par besoin vital, celui de faire du vin Autrement.

    Ses vins, ils respirent la vie, la nature, la vérité. Ils respectent les millésimes. Par obligation, les 3 cépages rouges savoyards (gamay, pinot noir, et mondeuse) furent vinifiés ensemble en 2005, pour donner la première cuvée Autrement, un vin à la structure imposante, épicé, poivré, concentré, à la réduction nasale première. Solidement charpenté, avec de la mâche, il faut savoir l'attendre, car la matière est belle. 2007 se goûte déjà bien, autrement, 2006 est plus frais, plus végétal aussi. En 2008, millésime compliqué en Savoie également, une cuvée de pur Gamay a vu le jour. Un vin de soif, friand, frais, de plaisir purement immédiat. J'ai pris du plaisir. Immédiatement. Autrement.

    "Quand j'aurai vinifié 3 rouges, je ferai du blanc!" a décrété Jacques Maillet. Ben voilà! On y est. Place au blanc, maintenant. Depuis 2007. Sa Jacquère, il l'a pensée autrement. Et cela a donné un vin d'une tension et d'un équilibre inimaginables. La Jacquère 2008, embouteillée depuis 3 semaines, est dans la même lignée. Un vin pour amateur de vins tendus et minéraux, d'une droiture parfaite, sans concession aucune à la facilité. Un must savoyard!

    Et la surprise, alors? Ben, la surprise, ce fut son Altesse 2007. The last! La dernière bouteille du domaine que Jacques a eu l'extrême gentillesse de me réserver. Ouverte pour l'occasion, devant moi, que je puisse la déguster. Un véritable privilège. D'autant plus que le vin dépasse tout ce que j'ai pu goûter en la matière. Une Altesse autrement! 14,8° naturels, récoltée par tries successives, la dernière plutôt en surmaturité. Volontairement oxydative, au premier nez sur la croûte de vieux fromage, elle évolue sur des arômes type Jerez, avec une grande acidité et une bouche très sèche, sur les fruits secs. D'une grande netteté, un vin absolument magnifique, hors des standards habituels. Le millésime 2008 à venir devrait retrouver un semblant de typicité.

    La Savoie dans ce qu'elle a de plus dépaysant! Autrement, quoi!

    Olif

  • Conte de fées à la Molière

    Pour parler des vins d'Isabelle et Bruno Perraud, du domaine des Côtes de la Molière, plusieurs options littéraires s'offraient à moi. D'abord, un conte à la Charles Perrault, où le petit Poucet aurait enfilé ses chaussures molières de 7 lieues pour produire du vin naturel, bio et sans soufre. Ou alors comme une pièce de théâtre à la Molière, un genre d'école des femmes savantes, où Isabelle jouerait le rôle de la vigneronne. Ou enfin, comme un roman de Cervantès, où Don Quichotte penchait sans ça. Mais finalement, c'est une mauvaise idée. On n'est pas là pour se battre contre des Moulin-à-Vent, bien au contraire.

     

    IMGP0534.JPGIMGP0535.JPG

     

    Le plus simple, en toute évidence, c'est de laisser parler Isabelle, puis de laisser parler les vins. Une franchise et une netteté irréprochables, dans le discours comme dans le verre. En bio et en "nature" par conviction profonde, mais une option où, contrairement au "chimique", il faut tout expliquer. Justifier sa démarche, commenter ses choix, les défendre, convaincre. Pourtant lumineux, une fois le vin servi dans le verre.

     

    Le Beaujolais-Village 2007 est d'une simplicité désarmante. Simple et évident, simplement bon, évidemment bon. Un cran au-dessus, le Moulin-à-Vent 2007 ravit l'âme et le palais. Plus profond, mais tout aussi frais que le Beaujolais-Village. Epatant, gouleyant, réjouissant. Elevé en fût pour 40%, les 60% restants n'ont vu que la cuve. Le Moulin-à-Vent 2006, lui, ne fut élevé qu'en fût. Beaucoup de fruit, mais une texture un peu plus serrée, moins immédiate, qui mérite de se fondre.

    Blanc sur rouge, rien ne bouge. Surtout pas ce superbe Saint-Véran 2008, 100% naturel, fruit d'une petite activité de négoce qui permet de compléter l'offre du domaine en blanc. Des raisins ultra-sélectionnés pour un vin d'une grande droiture et d'une profonde minéralité. Un vrai coup de cœur! Dire qu'il y a également un Pouilly-Fuissé, que je n'ai pas goûté!

    Tous ces vins ont une âme, celle d'un couple de vignerons francs, sincères et convaincants, dont les vins viennent tout juste d'être agréés à la dégustation par Pierre Overnoy himself. Si ça, ce n'est pas un gage de qualité!

     

    Olif

     

     

  • For the rosés...





    Les bons vins naissent-ils dans les choux ou dans les roses? A l'instar du flamant et du petit rat, le vin peut se parer de rose. Une couleur pas toujours appréciée de l'oenophile, lorsqu'il n'y voit qu'un ersatz de vin, un entre-deux, tandis que la simple évocation de ce tutu amène la bave aux lèvres du vieux libidineux à l'oeil torve qui patiente à la porte de derrière de l'opéra, quand il n'essaie pas d'y rentrer en se faisant passer pour un dératiseur. Mais revenons à nos moutons flamants. Du Flamand au Wallon, il n'y a qu'un pas. Et un contentieux ancestral. Probablement la raison pour laquelle le Parlement de Bruxelles une fois veut autoriser le coupage pour élaborer du vin rosé. Le rosé, le vrai, il peut être pressé  (mais pas trop!) ou saigné. Mais sans s'être coupé. Un exercice pas toujours évident, parfois un challenge pour le vigneron consciencieux, mis au défi de produire un vin authentique qui a parfois du mal à s'imposer comme un vin véritable.

    Le tout est de savoir si Bruxelles aura le "final cut" et parviendra à imposer son mélange des deux couleurs.

    Couper n'est pas vinifier!

    Questions: est-ce que mélanger du rouge de m... avec du blanc de m... est-il susceptible de donner un rosé qui ne soit pas de m...? Est-ce que ce nivellement du rose par le bas, qui n'a pour seul argument économique que d'écouler une production déficiente qui ne trouve preneur ni en rouge ni en blanc, n'assombrira pas l'avenir du rosé? Les viticulteurs français seront-ils définitivement dans les choux à Bruxelles?

     


    En attendant, la lutte s'organise. Les amateurs réagissent, pour tenter de protéger le vin de leurs amis. Toute la chaîne du rosé se mobilise autour de sa couleur fétiche sur www.coupertuelerose.com. Pour pouvoir continuer à voir le vin en rose, quand il me prend dans ses bras et qu'il me parle tout bas, signez... ou pas! Même si la cible de ce produit de bas de gamme n'est pas le véritable amateur de vin, favoriser la facilité nuit aux vignerons authentiques qui persisteraient dans la voie du rosé de qualité. Ceci dit, comme l'a déjà souligné Hervé Lalau sur son blog, nos dirigeants ne s'étouffent guère avec la cohérence. Dernière question: est-ce que boire un rosé de m... ne favorisera pas un cancer de m..., au final?

     

    Rosés du Ventoux? J'achète!

    La théorie, c'est bien beau, mais rien ne vaut la pratique. Invitons donc le vrai rosé à table, en l'occurence celui du Ventoux, dont les vins ont acquis leurs lettres de noblesse depuis belle lurette. Si le malheureux Simpson en avait rempli sa gourde, il n'eût peut-être pas autant souffert de déshydratation lors de sa fatale ascension finale du Mont du même nom pendant le Tour de France 1967.

     

    IMGP6837.JPG


    - Le Repaire du Géant, La Flamme du Repaire 2008: un repaire habité par un géant, on le repère de loin. Ce géant, que l'on imagine volontiers vert même s'il ne produit pas de maïs, élabore du rosé, par pressurage direct. Assemblage de grenache (85%) et de carignan (15%), cette flamme est délicatement saumonée. Nez subtil, épicé et floral, bouche droite, vive et tendue. Mon premier rosé tranquille de l'année. Une belle première fois!

     

    - Château Pesquié, Les Terrasses 2008: saignée de grenache, syrah et cinsault, ce rosé affiche une robe groseille. Acidulé et tonique, très fruité, il se savourera volontiers en terrasse cet été.

     

    - Domaine de Fondrèche, Instant rosé 2008: un rosé pressé pour amateur qui ne l'est pas trop. Cinsault, syrah, grenache sur des parcelles spécifiques, dédiées à l'élaboration de rosé. Une minéralité étudiée, voulue, recherchée, affirmée, qui réjouit et tonifie le palais.  D'une couleur  pâle (aussi pâle que celle d'un coureur cycliste du XXIème siècle roulant à l'eau claire au pied du Mont Ventoux?), fin et délicat, cet Instant se prolonge vers une félicité qui, à défaut d'être éternelle, se veut spirituelle. Un vin remarquable!

     

     

    Thank you for the rosés, amis viticulteurs, du Ventoux ou d'ailleurs. dEUS, le plus grand groupe de rock belge du monde l'a déjà chanté depuis bien longtemps!

     

     






    Olif
  • Bordeaux de Pâques

    IMGP0488.JPG

    Certaines traditions sont tenaces! Tenez, Pâques, par exemple! Qui dit Pâques dit petits œufs ou lapinous en chocolat, crétins ou à gros pifs. Mais qui dit Pâques dit aussi gigot. Pas de lapinou, mais d'agneau. Et qui dit gigot dit Bordeaux. De noble extraction, éventuellement, mais ce n'est nullement une obligation. Néanmoins, il faut savoir se vautrer parfois dans le luxe. Un luxe étonnamment bon marché, quand on connait le prix d'achat de l'époque, inversement proportionnel à la couche de poussière qui recouvrait les dites bouteilles. Il va falloir épousseter profond pour retrouver les mêmes sensations pécuniaires avec les millésimes récents.

    Pâques, c'est donc chez Olif la rencontre annuelle et traditionnelle du gigot et du Bordeaux, juste après la chasse aux petits œufs dans le jardin. Comme il y a deux ans, l'agneau a pris le temps d'arriver. 7 heures, très exactement. Mais dans une nouvelle version, aux épices de Noël de chez Estèbe. Avec en accompagnement, une plâtrée de pommes de terre berrichonnes. Un peu comme si Mamina et Estèbe avaient fait leurs Pâques dans les montagnes jurassiennes. Je ne sais pas ce que ces patates avaient de berrichon, mais le gigot n'avait rien de genevois non plus. Les deux se sont tellement bien mariés que l'on imaginerait sans peine nos deux blogomiameurs convoler en cuisine et ouvrir une gargote à mi-chemin entre le grand lac et la cathédrale de Bourges, dans le Charolais, par exemple.

    IMGP0506.JPG

    Côté glouglou, ce fut Bordeaux, donc. Après avoir éclusé les deux dernières bouteilles de Domaine de Chevalier blanc 1995 (un vin strict et droit, peu épanoui, dont on se demande s'il le sera un jour, liquidé sans regret) sur des cuisses de grenouilles de pays , juste grillées nature, place aux rouges, avec en premier lieu, dans l'ordre de service, un Château Figeac 1990, harmonieux et fondu, presque un peu trop car manquant légèrement de relief; évolué, sur l'âge, mais pas tertiaire, donc avec encore un peu de réserve. Ensuite, pour le plus grand bonheur du gigot, qui en frétillait d'aise dans sa sauce, un Château Pontet-Canet 1994. Le millésime de la renaissance du château, qui n'a pas arrêté de faire mieux depuis, avec, actuellement en cours, une conversion en biodynamie. Des notes fruitées, une bouche charnue, réjouissante. Un Pauillac  à maturité, sans austérité, rigoleur, encore tout fringant sous sa jupe. Pour clore la série des rouges, le plus facile et le plus charmeur, qui ne donne toujours aucun signe de faiblesse ou de déclin, Château Léoville-Barton 1997. Un château pour lequel je garderai toujours une tendresse particulière et dont j'ai goûté tous les millésimes depuis une vingtaine d'années et ce, bon nombre de fois. Ben ce 97, il tient encore drôlement bien la route! Suave, élégant, sans aspérités, pas immensément long ni complexe, mais agréable. Le verre se vide avec plaisir!

    IMGP0507.JPG
    Pas de repas de fête sans liquoreux, il en fallait bien un pour les petits œufs! Le choix fut restreint, il eût certainement pu y avoir pire, question étiquette: Château Rieussec 1997. La robe commence à devenir ambrée, le nez est rôti, la bouche possède un côté acidulé loin de me déplaire. Pourtant, le sucre est loin de se fondre harmonieusement, ce qui n'évite pas une légère lourdeur en finale, finale par ailleurs un peu serrée et étriquée. Je n'ai pas dit sec, hein?

    Opération Bordeaux Grands Crus Classés terminée, vivement lundi de Pâques, que l'on goûte quelques bons crus bios de Savoie et du Beaujolais!

    Olif